Christian Lutz, Trilogie Exposition du 5 juin au

Commentaires

Transcription

Christian Lutz, Trilogie Exposition du 5 juin au
Christian Lutz, Trilogie
Exposition du 5 juin au 1er septembre 2013
Dossier de presse
Christian Lutz
Dossier de presse
Christian Lutz, Trilogie
Du 5 juin au 1er septembre 2013
Sommaire
Présentation de l’exposition
3
Censure du livre In Jesus’ Name
4
Interview de Christian Lutz par Sam Stourdzé
5
Biographie de Christian Lutz
6
Autour de l’exposition
7
Programme des événements 2013
Photographies de presse
8-9
10-11
Le Musée de l’Elysée
12
Informations pratiques
13
Conférence de presse
Mardi 4 juin 2013 à 14h
Vernissage de l’exposition
Mercredi 5 juin 2013 à 18h
Contact presse
Julie Maillard
+41 ( 0 ) 21 316 99 27
[email protected]
Couverture : De la série In Jesus’ Name, 2012 © Christian Lutz
De la série Tropical Gift, 2010 © Christian Lutz
2/13
Christian Lutz
Christian Lutz, Trilogie
New York, 2003. Autour du président de la Confédération
helvétique, Pascal Couchepin, s’agite un déploiement sécuritaire
spectaculaire. Cette image frappe l’œil du photographe qui se
trouve sur place. Christian Lutz s’invite dès lors dans les valises
de la délégation ministérielle et suivra ses différentes activités de
représentation durant trois ans. En 2007, il sort le premier ouvrage
de ce qui deviendra bientôt sa trilogie sur le pouvoir, Protokoll.
Il poursuit avec Tropical Gift, en 2010, sur le commerce du pétrole
et du gaz au Nigéria. Après les mises en scène rigoureusement
codifiées du politique, l’objectif incisif du photographe soulève les
trappes malodorantes d’un pouvoir économique mortifère, tout en
convoquant une poésie visuelle troublante. Dans son viseur et sans
préavis, la réalité glisse vers un thriller entêtant. Les deux premiers
volets de la trilogie s’exposent dans le monde entier et inscrivent
Christian Lutz parmi les photographes qui comptent aujourd’hui.
La troisième série, In Jesus’ Name, encore inédite, connaît un tout
autre sort. Pendant une année, Christian Lutz s’immerge dans une
communauté évangélique basée à Zurich. Célébrations et concerts
de rock, camps de vacances, dons de sang, il photographie tous
les événements auxquels il est convié. Or le livre, à peine sorti en
novembre 2012, se voit interdit par la justice zurichoise. Vingt et
une personnes apparaissant dans l’ouvrage portent plainte pour
atteinte à l’image. Les plaintes sont soigneusement organisées
par les responsables de l’église. Au stade des mesures provisionnelles, la justice tranche toutefois en défaveur de la liberté
d’expression et de la liberté d’informer.
L’exposition Trilogie parcourt l’ensemble de cette enquête en
trois temps. Tropical Gift sera montré sous forme de projection,
sur une composition sonore originale signée Franz Treichler des
Young Gods. Quant au dernier volet, In Jesus’ Name, il portera les
stigmates d’un nouveau pouvoir qui en est désormais indissociable, le judiciaire. Inquiétant, déroutant, ce pouvoir interroge ici la
démocratie et la liberté artistique. Mais en poussant l’art dans ses
retranchements, il semble lui intimer de renouer avec sa dimension politique et d’éprouver les systèmes établis, en provoquant le
débat.
Commissaires de l’exposition
• Sam Stourdzé
Directeur, Musée de l’Elysée
• Daniel Girardin
Conservateur en chef, Musée de l’Elysée
• Eva Cousido
Collaboration artistique
De la série Protokoll, 2007 © Christian Lutz
De la série Tropical Gift, 2010 © Christian Lutz
De la série In Jesus’ Name, 2012 © Christian Lutz
Dossier de presse
3/13
Christian Lutz
Dossier de presse
4/13
Censure du livre In Jesus’ Name
Troisième volet de sa série sur le pouvoir, le livre de photographies
In Jesus’ Name est verni le 17 novembre 2012 à Paris Photo avant
de disparaître quelques jours plus tard des librairies.
Retour sur ce projet et sur une procédure judiciaire qui donne
à réfléchir sur la liberté d’expression et la liberté artistique.
Le projet photographique In Jesus’ Name
ICF (International Christian Fellowship) est l’une des églises
libres les plus importantes de Suisse. Son succès et son rapide
développement en font un sujet d’intérêt public. Créée sur le
modèle des « megachurches » américaines, elle naît à Zurich à la
fin des années 1990 et rayonne aujourd’hui en Suisse romande
grâce à une solide implantation à Lausanne et à Genève. Elle gère
un budget considérable et se distingue par des méthodes de
marketing et de communication sophistiquées et performantes.
En mai 2011, Christian Lutz rencontre Léo Bigger, le pasteur du
mouvement évangélique ICF. Celui-ci le met en lien avec d’autres
managers de l’église, à qui le photographe présente également
son projet, ses livres précédents, sa démarche et les enjeux de la
Trilogie. Il reçoit alors le consentement exprès des responsables
qui l’accueillent au sein de leur communauté.
Le photographe demandera cependant encore systématiquement
des autorisations aux organisateurs de chacune des activités d’ICF
qu’il souhaite photographier. Il accompagnera divers voyages et
camps de vacances organisés par l’église, et assistera à toutes
sortes d’événements : célébrations, baptêmes, « ladies lounge »,
don du sang, show de théâtre, atelier sur la dépendance à la
pornographie, etc. Il rencontre les membres de l’église, échange
constamment avec eux et leur parle ouvertement de son
reportage.
Christian Lutz, comme pour chacun de ses travaux, s’immerge
totalement et saisit les visages et les individus de près, tout
en respectant une rigoureuse déontologie. Il reçoit un badge
de photo-reporter d’ICF et, régulièrement, des affiliés ou des
organisateurs d’activités lui commandent des images.
Il photographie ainsi au vu et su de tous, chacun connaissant
le projet et acceptant d’en faire partie.
Chronologie d’une procédure judiciaire
27 novembre 2012 : l’accusation
Christian Lutz et son éditeur Lars Müller reçoivent deux dossiers :
l’un fait 4 pages et provient du Tribunal civil de Zurich. Le document
prononce l’interdiction de In Jesus’ Name et sa sortie du marché et
du réseau des librairies. L’autre, de 15 pages, a été rédigé par l’étude
zurichoise Lanter. Il comporte les 21 plaintes portées contre le photographe et son éditeur pour atteinte à l’image de la personne.
24 janvier 2013 : la première audience
Christian Lutz et son éditeur Lars Müller comparaissent devant le
Tribunal civil de Zurich.
27 février 2013 : le jugement
Christian Lutz et son éditeur Lars Müller reçoivent le jugement écrit
suite à l’audience du 24 janvier. L’interdiction est confirmée par des
mesures dites « provisionnelles ».
26 mars 2013 : le retrait
Christian Lutz décide d’accepter les mesures provisionnelles
qui interdisent l’existence de son livre. Son éditeur Lars Müller fait
de même.
Le 28 mars, les avocats zurichois du photographe le signifient
officiellement à l’avocat de la partie adverse, qui se dit étonné mais
satisfait. Une dizaine de jours plus tard, l’avocat des plaignants
informe les avocats de Christian Lutz qu’il poursuivra néanmoins
la procédure, car la « situation juridique n’est pas claire » (die
Rechtslage unklar sei) selon ses propres termes. Il force ainsi le
photographe et son éditeur à entrer en procès.
A l’heure actuelle, le Tribunal civil de Zurich est entré en matière
sur la poursuite de la procédure. Mais les avocats de Christian Lutz
ne connaissent pas encore le contenu du nouveau dossier.
Plus d’informations sur le blog de l’affaire : http://lutzphoto.net.
Couverture censurée de l’ouvrage In Jesus’ Name
© Christian Lutz
Christian Lutz
Dossier de presse
5/13
Interview de Christian Lutz par
Sam Stourdzé, directeur du Musée de l’Elysée
SYS : La première série du projet, Protokoll, commence en
2003, lorsque vous vous mettez à photographier les rouages
de la politique fédérale. Dix ans plus tard, quel regard portezvous sur votre parcours ?
CL : Je suis davantage quelqu’un qui regarde vers l’avant que
vers l’arrière. Aujourd’hui, je m’aperçois que je n’ai pas terminé
de travailler sur la thématique liée au pouvoir. J’y ai glissé par un
concours de circonstances en 2003, sans véritable intention
initiale, sans me dire alors : « Tiens, et si je travaillais sur la notion
de pouvoir ! ». C’est avec le temps, au fur et à mesure que mon
travail s’affirmait et que j’avançais dans mes reportages, que
j’ai réalisé pourquoi je m’y attelais et pourquoi j’avais envie de
poursuivre. Le pouvoir agit partout, dans les sphères privées, dans
les rapports humains, entre les nations, au sein des peuples ; il est
au cœur de nombreux fonctionnements de société. Ce thème
—­qui m’obsède — est en fait un prétexte, si j’ose dire, pour parler
de notre monde et des interactions entre individus et systèmes.
Je pensais clore le thème avec cette trilogie, mais j’ai encore de la
route, tant le pouvoir ouvre de nouveaux champs d’exploration.
SYS : Pouvoirs politique, économique et religieux, les trois volets
de la Trilogie font l’objet d’une exposition inédite au Musée de
l’Elysée. Quelles tensions ou réflexions entendez-vous créer
par la juxtaposition de ces séries ?
CL : Je pars du postulat qu’il n’y a pas de pouvoir sans mise en
scène, comme si le pouvoir avait besoin d’une certaine théâtralité
pour exister : protocoles, codes de représentation, uniformes et
jeux de rôles, décorum, les formes de pouvoir que j’ai observées
dans les trois volets présentés aujourd’hui s’expriment tous par des
signes extérieurs. Mais ils sont tellement évidents qu’ils laissent
entrevoir des brèches et des détails qui poussent à aller regarder
de plus près, derrière les apparences. Dans les trois séries, il y a
cette tension permanente entre ce qui se donne à voir et les zones
grises, le caché, le non-dit.
SYS : Plusieurs images de In Jesus’ Name ont fait l’objet d’une
censure. Comment comptez-vous montrer le vide de la censure?
CL : La censure, de mon point de vue, n’a pas créé un vide, mais
un trop-plein. Pour le dire autrement, je refuse toujours d’expliquer
mes images et de les légender, pour éviter d’imposer une
interprétation unique et de manipuler l’imaginaire. Les légendes
figent le champ poétique et l’espace de suggestion que porte
une photographie. Ce qui ne signifie pas que l’on peut faire dire
n’importe quoi à une image, surtout pas quand il s’agit de séries
ou de livres, comme c’est ici le cas. Mais une image doit respirer
et laisser un espace au spectateur. Or, pour faire interdire mon livre,
l’avocat des plaignants a rédigé l’interprétation qu’il fait de mes
images. En faisant cela, il les tue, d’une certaine manière. J’avais
Conférence de presse en présence de Christian Lutz, Musée de l’Elysée
© Keystone, Christian Brun
donc deux possibilités : soit laisser faire et admettre la défaite, soit
redonner un souffle à la série In Jesus’ Name en défiant la situation
et en exploitant le nouveau pouvoir qui m’est imposé, à savoir le
pouvoir judiciaire.
SYS : Votre comparution en justice vous a fait découvrir le
pouvoir judiciaire. Est-ce un quatrième volet qui s’ouvre à votre
projet ?
CL : Oui, mais je ne parlerais pas d’un quatrième volet. Je dirais
plutôt qu’il s’agit d’un projet exutoire, à partir d’une situation
que je n’ai pas choisie. Cette suite viendra relier les trois séries
précédentes et aura sans doute pour conséquence des les éclairer
différemment. Ce sera probablement davantage un projet d’écriture
qu’un projet photographique. A vrai dire, je ne le sais pas encore
précisément, la procédure judiciaire est en cours et je peine à
savoir exactement ce que je pourrai en faire. Mais ce qui est
certain, c’est qu’en tant qu’artiste, je ne peux laisser faire sans
trouver une issue artistique à cette entrave à la liberté d’expression.
Christian Lutz
Dossier de presse
6/13
Biographie de Christian Lutz
Né à Genève en 1973, Christian Lutz étudie la photographie à
l’Ecole supérieure des arts de l’image « Le 75 », à Bruxelles.
Distingué par de nombreux prix, son travail est exposé dans le
monde entier et fait régulièrement l’objet de publications.
Dans la lignée de la photographie documentaire à ses débuts,
il s’en est vite démarqué pour affirmer une mise à distance
singulière de la réalité et un point de vue cinématographique
sur son environnement. Christian Lutz collabore avec les agences
VU’ et Strates.
Principales expositions
2013
Protokoll, Museo Arias Rengel, Salta, Argentine
2012 Tropical Gift, Singapore International Photography Festival
Protokoll, Rencontres photographiques de Buenos Aires, Argentine
Aux dépens du réel, Musée de Bagnes, Suisse
Culture / Contre Culture CH, Musée de l’Elysée, Lausanne
2011
Tropical Gift, Chelsea Art Museum, New York
Tropical Gift, Host Gallery, Londres
2010
Tropical Gift, Coalmine, Winterthour
OutWest, Septembre de la photographie, Lyon
Tropical Gift, Festival Images, Vevey
2009 Protokoll, Festival Fotoleggendo, Rome
OutWest, Journées photographiques de Bienne
Protokoll, Quinzaine hotographique de Nantes
Protokoll, Musée de la Photographie, Charleroi
Protokoll, Espace Soardi, Nice
Protokoll, Galerie Le Bleu du Ciel, Lyon
OutWest, Théâtre Royal de Namur
Swiss Press Photo Award (Tropical Gift)
Sony World Photography Award, catégorie Contemporary Issues (Tropical Gift)
2010
German Photography Book Prize, Allemagne (Tropical Gift)
2009 Prix Gianni Tabo, Festival Fotoleggendo, Rome (Protokoll)
Grand Prix international de Vevey, Festival Images, Suisse
Prix du Public des Boutographies, Montpellier, France (OutWest)
2008 Prix (bourse) du magazine L’Illustré, Suisse
ewz.Selection, Prix suisse de la Photographie (Protokoll)
2007
Prix Nicolas Bouvier, Suisse (Protokoll)
German Photography Book Prize, Allemagne (Protokoll)
Principales publications
Collections
In Jesus’ Name, Lars Müller Publishers, 2012
Meetings, Editions Notari, 2012
Aux dépens du réel, Editions Musée de Bagnes, 2012
Tropical Gift, Lars Müller Publishers, 2010
Protokoll, Lars Müller Publishers, 2007
AOC, Infolio, 2005
Karpathos, Ides et Calendes, 2000
Musée de la photographie de Charleroi, Belgique
Musée de l’Elysée, Lausanne
Fotostiftung Schweiz
AuerPhotoFoundation
Prix
2012
2011
Prix Corum, Nuit de la Photographie, La Chaux-de-Fonds
Prix Roger Pic, Scam, Paris (Tropical Gift)
POY (Picture of the Year), catégorie Issue Reporting Story (Tropical Gift)
Portrait de Christian Lutz, 2013 © Frédéric Choffat
Christian Lutz
Autour de l’exposition
Publications
Les deux premiers ouvrages de Christian Lutz (Protokoll, 2007 et
Tropical Gift, 2010, Lars Müller Publishers) seront disponibles à la
librairie du musée.
Evénements
• Table ronde
Droit de l’image et liberté de création
20 juin 2013, 18h30
Avec :
Christian Lutz, photographe
Jean-Christophe Emery, journaliste et producteur RTS
Me Christian Pirker, avocat
La table ronde, modérée par Radu Stern, coordinateur
des programmes éducatifs, sera suivie d’une signature.
Entrée libre, Salle Lumière
• Visites guidées
Dimanche 9 juin 16h
Dimanche 30 juin 16h
Dimanche 28 juillet 16h
Dimanche 25 août 16h
• Projection pendant la Nuit des images
La série Tropical Gift sera présentée sous forme de projection à
l’occasion de la Nuit des images le vendredi 28 juin dans les Jardins
de l’Elysée. Cette projection s’accompagnera de la composition
sonore originale signée Franz Treichler des Young Gods.
De la série Protokoll, 2007 © Christian Lutz
De la série In Jesus’ Name, 2012 © Christian Lutz
Dossier de presse
7/13
Christian Lutz
Dossier de presse
Programme des événements 2013
Expositions itinérantes
Cet été, le Musée de l’Elysée présente ses expositions en France,
en Suisse et aux Etats-Unis. Initiée en novembre dernier au salon
Paris Photo, la tournée de l’exposition Becher continue aux Rencontres d’Arles. Dans le cadre des 150 ans du CICR, le Musée de
l’Elysée s’associe à Présence Suisse pour présenter à l’Office des
Nations Unies à Genève une importante exposition tirée du Fonds
Jean Mohr. Il s’agit de la première étape d’une tournée mondiale.
En même temps, de l’autre côté de l’Atlantique, l’exposition
reGeneration 2 continue sa tournée américaine avec une étape à Winston-Salem.
Bernd & Hilla Becher – Imprimés
reGeneration2 – Tomorrow’s
1964-2013
Photographers Today
Rencontres d’Arles, France
Southeastern Center for Contemporary
Du 1er juillet au 15 septembre 2013
Avec les victimes de guerre.
Art, Winston-Salem, USA
Du 20 juin au 15 septembre 2013
Photographies de Jean Mohr
Office des Nations Unies,
Palais des Nations, Genève
Du 20 juin au 30 août 2013
La Nuit des images
La Nuit des images monte en puissance avec deux soirées
événements jeudi 27 et vendredi 28 juin ! Une programmation inédite
autour de la photographie, de la vidéo et du cinéma est présentée sur
les écrans installés dans les jardins de l’Elysée avec la volonté d’offrir
au public une programmation de qualité dans le cadre d’un événement convivial et festif.
Jeudi 27 juin à partir de 21h est proposé un spectacle inédit de
Rodolphe Burger et Pierre Alferi conçu à partir de différentes créations
musicales issues du répertoire de Burger et illustré par des extraits
vidéo montés par Alferi.
Vendredi 28 juin dès 18h, la Nuit des images reprend ses quartiers
avec ses projections, ses concerts et ses animations. Parmi la trentaine de productions dévoilées pour l’occasion, le Musée de l’Elysée
invite le public à découvrir ses coups de cœur et notamment à fêter
l’anniversaire de René Burri, traverser le Cuba d’Andres Serrano, se
laisser envoûter par la présence d’Anouk Aimée ou pénétrer dans la
forêt magique et loufoque d’Augustin Rebetez. Et toujours, le salon
du livre On Print, les activités ludiques pour les enfants de 4 à 12 ans,
une scénographie déjantée de Francis Traunig, des cartes blanches
— à l’ECAL, aux Archives Ringier, à la galerie TH13 / Fondation d’entreprise Hermès (Berne) ou à l’Ecole de photographie de Vevey —, et
quatre concerts programmés par le Bourg.
Avec le soutien de :
Partenaire principal
ab
Jean Mohr, Camp de réfugiés grecs, Chypre, 1976 © Jean Mohr, Musée de l’Elysée
Début de soirée, Nuit des images 2012 © Reto Duriet
8/13
Christian Lutz
Dossier de presse
Programme des événements 2013
Parution du 5e numéro de Else
Le 5e numéro du magazine ELSE paraît en juin pour les nouvelles
expositions du musée, la Nuit des images et les Rencontres
d’Arles. En rupture avec le culte de la belle image, avec une histoire
de la photographie façonnée sur l’histoire des beaux-arts, une
histoire des chefs-d’œuvre, ELSE c’est le magazine des approches
obsessionnelles, de l’image pauvre, de l’image travestie, de l’image
détournée, appropriée, réappropriée… De rapprochements en
confrontations, de l’historique au contemporain, du vernaculaire à
l’artistique, ELSE embrasse tout, mélange tout, et s’amuse à classer les images par catégories.
ELSE se veut un laboratoire visuel, une tentative de faire parler les
images. Et pourquoi ELSE ? Parce que ELySéE. ELSE est une production du Musée de l’Elysée, et s’annonce comme le magazine
suisse de la photographie. ELSE est publié deux fois par année, en
juin et en novembre. ELSE est disponible en kiosque, dans toutes
les bonnes librairies ou sur abonnement.
www.elsemag.ch
Expositions du 20 septembre 2013 au 5 janvier 2014
Sebastiao Salgado, Genesis
Genesis est un voyage photographique sur la planète mené de 2004
à 2011 par Salgado pour découvrir les montagnes, les déserts et les
océans, les animaux et les peuples qui ont jusqu’ici échappé à l’empreinte de la société moderne. La terre et la vie d’une planète encore
vierge et la beauté d’un monde « perdu » qui est en péril. Genesis est
la troisième exploration à long terme des enjeux mondiaux qui fait
suite à Workers and Migrations et sa vision du bilan humain provoqué
par des changements économiques et sociaux radicaux. Il s’intéresse à notre environnement naturel en offrant un poème d’amour en
images à la majesté et à la fragilité de notre planète. L’exposition se
déploie autour de cinq sections géographiques : le sud du globe, les
sanctuaires naturels, l’Afrique, le nord du globe et l’Amazonie.
Un ouvrage, édité par Taschen, paraîtra à l’occasion de l’exposition.
Paolo Woods, State
Depuis 2010, le photographe Paolo Woods vit en Haïti, une nation
particulièrement fière de son histoire, sa langue et sa culture,
mais dont l’Etat est virtuellement en faillite. L’exposition State
traque ces questions fondamentales : que se passe-t-il lorsqu’un
gouvernement échoue à fournir des services de base à sa population ? De quoi est faite l’identité d’un peuple qui avance de crise
en crise ? Des entrepreneurs locaux aux atermoiements des ONG,
du monde foisonnant de la radio à la conquête du protestantisme
américain, State est la quête sans compromis de ce que le journalisme montre rarement d’Haïti : la construction d’un imaginaire qui
étoffe le réel et le désir inépuisable de cohérence.
Sebastiao Salgado, The Anavilhanas, Río Negro, Brésil, 2009 © Sebastiao Salgado / Amazonas images
Paolo Woods, Pascale Théard, Port-au-Prince, Haïti, 2010 © Paolo Woods
9/13
Christian Lutz
Dossier de presse
10/13
Les photographies suivantes sont disponibles pour la presse.
Leur usage est limité à la promotion de l’exposition présentée au
Musée de l’Elysée et elles ne doivent pas être recadrées. Merci
d’utiliser les légendes indiquées ci-dessous.
Pour télécharger les images :
ftp://84.16.80.83/web/press/Christian_Lutz/
utilisateur : press
mot de passe : 1006_mel_13
1. De la série Protokoll, 2007 © Christian Lutz
4. De la série Tropical Gift, 2010 © Christian Lutz
2. De la série Protokoll, 2007 © Christian Lutz
5. De la série In Jesus’ Name, 2012 © Christian Lutz
3. De la série Tropical Gift, 2010 © Christian Lutz
6. De la série In Jesus’ Name, 2012 © Christian Lutz
Christian Lutz
Dossier de presse
11/13
Les photographies suivantes sont disponibles pour la presse.
Leur usage est limité à la promotion de l’exposition présentée au
Musée de l’Elysée et elles ne doivent pas être recadrées. Merci
d’utiliser les légendes indiquées ci-dessous.
Pour télécharger les images :
ftp://84.16.80.83/web/press/Christian_Lutz/
utilisateur : press
mot de passe : 1006_mel_13
7. De la série In Jesus’ Name, 2012 © Christian Lutz
9. Portrait de Christian Lutz © Frédéric Choffat
8. De la série In Jesus’ Name, 2012 © Christian Lutz
Christian Lutz
Le Musée de l’Elysée
Mission
Reconnu à l’échelle internationale, le Musée de l’Elysée est l’un des
plus importants musées entièrement consacrés à la photographie.
Depuis sa création en 1985, il s’interroge sur la photographie et la
fait connaître grâce à des publications de référence, des expositions innovantes et des événements ouverts à un large public.
Pôle d’excellence dans la conservation et la valorisation du patrimoine visuel, le musée détient une collection unique de plus de
100’000 tirages et plusieurs fonds photographiques, notamment
celui de Charlie Chaplin. En soutenant la jeune création, en offrant
de nouvelles perspectives sur les grands maîtres et en confrontant
la photographie à d’autres formes d’art, le Musée de l’Elysée expérimente avec l’image.
Basé en Suisse, il présente chaque année quatre expositions
majeures à Lausanne et une quinzaine d’expositions dans des
musées et festivals prestigieux dans le monde entier. De caractère
régional et d’envergure internationale, le Musée de l’Elysée est à la
recherche constante de façons nouvelles et intéressantes d’interagir avec son public et de collaborer avec d’autres institutions.
Médiation culturelle
Le Musée de l’Elysée s’investit dans la médiation pour donner
accès et transmettre l’histoire et la passion de la photographie.
Plusieurs rencontres sont organisées tout au long de l’année,
pour toutes tranches d’âge.
Des cours d’initiation à l’image destinés aux écoles et des ateliers
pratiques accueillent les enfants de 6 à 12 ans. Des cycles de
conférences sur l’histoire de la photographie, des rencontres
avec des artistes et des colloques sont régulièrement proposés.
Librairie et Café Elise
Avec plus de 800 ouvrages sur la photographie et l’art, la librairie du musée est l’une des plus importantes de Suisse dans ce
domaine. Le Café Elise accueille les visiteurs pour un moment
de rencontre et d’échange artistique convivial.
Carte Elysée
La carte Elysée offre à ses adhérents de nombreux avantages.
Parmi ceux-ci, l’opportunité d’entrer librement dans plus
de vingt institutions liées à la photographie dans le monde.
Vue extérieure du Musée de l’Elysée @ Yves André
Vue d’un atelier pédagogique
Vue du Café Elise et de la librairie du Musée de l’Elysée
Dossier de presse
12/13
Christian Lutz
Informations pratiques
Adresse du Musée de l’Elysée
18, avenue de l’Elysée
CH - 1014 Lausanne
T + 41 21 316 99 11
F + 41 21 316 99 12
www.elysee.ch
Le Musée de l’Elysée a sa page Facebook et Twitter.
Horaires
Ma - Di, 11h - 18h
Fermé le lundi, sauf les jours fériés
Tarifs
Adultes CHF 8.00
AVS CHF 6.00
Etudiants / Apprentis / AC / AI CHF 4.00
Enfants jusqu’à 16 ans : entrée libre
Entrée libre le premier samedi du mois
Dossier de presse
13/13