3 Partie COMMENTAIRES DES JURYS

Commentaires

Transcription

3 Partie COMMENTAIRES DES JURYS
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
3ème Partie
COMMENTAIRES DES JURYS
Page
ADMISSIBILITÉ SUR DOSSIER
2
EPREUVES ORALES
4
ENTRETIEN AVEC LE JURY
4
ENTRETIEN SUR TRAVAUX
6
DUT Chimie
6
DUT Génie Biologique
 Option Diététique
 Option Analyse Biologiques et Biochimiques
 Génie de l’environnement
 Option Agronomie
 Option Industries Alimentaires et Biologiques
7
DUT Hygiène, Sécurité, Environnement
14
LANGUE VIVANTE ÉTRANGÈRE
7
7
7
8
10
16
 ANGLAIS
 ESPAGNOL
 ALLEMAND
16
16
17
-1-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
ADMISSIBILITÉ SUR DOSSIER
L’épreuve d’admissibilité sur dossier s’est déroulée du 11 au 15 juin 2012.
Pour 119 places offertes, nous avons examiné 320 dossiers et retenu 209 candidats pour les épreuves
orales. Ils étaient 204 en 2011, 200 en 2010, 171 en 2009 et 150 en 2008 et 105 en 2005.
Pour sa 15ème année de fonctionnement, le jury s’est félicité du nombre des candidats, et du bon niveau de
la plupart de ces candidatures, tant par les résultats universitaires, que par les stages, les expériences
professionnelles et les activités diverses.
Pour cette année, comme en 2010 et 2011, les candidats proviennent de plus de 40 IUT, alors qu'on en
comptait, 39 en 2009, et 35 en 2005. L'effort d'information doit être poursuivi. L'analyse des dossiers des
candidats retenus à l'admissibilité démontre que c'est le contenu des dossiers des candidats qui fait la
différence entre candidats, et non pas l'IUT d'origine ou la spécialité du DUT.
-
-
-
-
Le jury a apprécié et valorisé :
les dossiers remplis avec soin par les candidats ; toutes les rubriques ont leur importance, le jury ne peut
se prononcer que sur des informations explicites.
les informations données par les candidats sur les années d’IUT, mais aussi sur les années antérieures ;
c’est le parcours personnel qui est pris en compte dans ses dimensions scolaires et universitaires pour
l’ensemble des expériences personnelles.
les fiches d’avis d’IUT bien remplies et exprimant un avis de poursuite d’études pour les écoles
d’ingénieur spécifiquement présentées par le concours C2.
la précision des commentaires des responsables d’IUT pour motiver ces avis.
les candidats qui associent bons ou très bons résultats universitaires avec à côté des expériences
significatives du monde du travail ou d’un engagement dans les activités sociales, culturelles, sportives ou
de loisirs. Les informations souhaitées sur ces activités portent sur toute l'expérience du candidat et pas
seulement les deux années d'IUT. Il est demandé aux candidats d'être précis sur la durée de ces
expériences (ex. : Travail saisonnier de x semaines).
les lettres de motivation (1 à 2 pages maximum) qui mettent en avant les raisons personnelles et
permettent de comprendre la cohérence du parcours du candidat et de ce choix de formation ; les lettres
qui font état d'un projet professionnel et qui précisent comment l'école ou les écoles choisies permettront
de le réaliser.
les candidats qui manifestent à travers cette lettre une connaissance minimum des écoles et des
différences entre elles, des débouchés et des métiers d’ingénieur.
Nous invitons les candidats à s’informer à l’avance sur les écoles, mais aussi sur les réalités de l’emploi.
Pour les écoles, les candidats sont invités à lire les plaquettes, les sites Internet, mais aussi à recouper
ces informations en n’hésitant pas à entrer en contact avec des élèves ou des anciens élèves, avec
les enseignants ou l’administration des écoles (direction des études) par mèl, par téléphone ou par
contacts directs.
Pour l’emploi, ne pas hésiter à consulter sur Internet les sites spécialisés (APEC, APECITA et UNIAGRO
notamment), mais aussi les sites des entreprises du (des) secteurs d’activité auquel (auxquels) s’intéresse
l’étudiant.
Comme chaque année, l’analyse des résultats de l’admissibilité montre que les facteurs discriminants ne
sont pas l’IUT d'origine ou la spécialité du DUT, mais : la qualité des résultats universitaires, les
motivations et les différents éléments liés à l’expérience personnelle du candidat, demandés clairement
dans chacune des rubriques du dossier.
Beaucoup de candidats ont non seulement un fort potentiel universitaire, leurs résultats en témoignent,
mais aussi un fort potentiel humain. Ils associent de bons résultats scolaires à des engagements forts dans
différentes activités culturelles, sportives, associatives, etc. L’ouverture d’esprit dont ils font preuve, leur
capacité à s’engager et s’organiser seront des éléments très positifs pour leur poursuite d’études dans nos
-2-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
écoles, puis pour leur insertion professionnelle.
Jury : M. Jacques ABADIE (ENSAT), M. Lionel JORDAN-MEILLE (Bordeaux Sciences Agro), M.
Christophe LE MAY (Agrocampus Ouest), M. Joël SCHER (ENSAIA), Mme Marie-Stéphane TIXIER
(Montpellier SupAgro). M. Gilles NEBOUT (VetAgroSup).
Concours
Nombre de
candidats
Moyenne
Ecart-type
Note la plus
basse
Note la plus
haute
C2
320
16,3
4,8
3
24,5
Attention : La note « dossier » est calculée sur 25 points.
-3-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
EPREUVES ORALES
Entretien avec le jury
D’une durée de 20 minutes, l’épreuve d’entretien avec le jury s’est déroulée du 2 au 13 juillet dans les
locaux d’AgroParisTech, centre de Massy.
209 candidats avaient été convoqués (204 en 2011, 200 en 2010, 171 en 2009, 150 en 2008, 124 en 2007
et 2006, 96 en 2005, 85 en 2004 et 58 en 2003).
168 se sont présentés à l’entretien. La majorité des candidats convoqués qui ne se sont pas présentés à
l’entretien avaient un DUT IAB : connaissant déjà les résultats d’admission dans d’autres écoles en
agroalimentaire, souvent proches de leur lieu de résidence, ils semblent avoir fait un choix de proximité.
Le jury a estimé que les candidats qui se sont présentés à l’entretien étaient de bons candidats, exprimant
clairement de bonnes motivations. De plus, un nombre significatif de candidats ont bien compris que le
réseau des écoles accessibles par le concours C2 présentait un éventail très large de possibilités de
formations et de spécialisations complémentaires.
Chez ces candidats, la bonne connaissance des écoles et de leurs spécialisations leur a permis de préciser
leur projet personnel de formation, et d’exprimer la façon dont ils construisent ce projet.
Conformément aux souhaits exprimés par le jury les années précédentes, les candidats n’ont pas utilisé de
diaporama pour leurs présentations, ce qui permet de réserver les 20 minutes à un vrai entretien.
-
Le jury a particulièrement apprécié :
l’expression d’une motivation personnelle à travers un parcours dont l’étudiant explique la cohérence
(études et stages) ;
la capacité des candidats à mener de pair réussite scolaire et implication dans des activités associatives,
sportives ou culturelles ;
la connaissance des écoles et des parcours qu’elles proposent, et la capacité à les classer en fonction des
projets professionnels.
Les membres du jury ont complété ou précisé l’information des candidats lorsque c’était nécessaire pour
une meilleure adéquation entre le projet exprimé et le choix futur : compte-tenu de la diversité de ses
membres, le jury peut avoir ce rôle de conseil et d’information pour aider les candidats à mieux construire
leurs choix d’écoles.
Le jury a aussi apprécié la démarche volontaire d’un nombre significatif d’étudiants qui ont cherché par
eux-mêmes un stage dans une entreprise ou à l’étranger, en dehors des listes fournies par leur
établissement. A travers cette recherche, ils ont acquis une meilleure connaissance du monde
professionnel et ils ont aussi précisé leurs propres motivations.
Cette démarche volontaire leur permet de mieux affiner leur projet personnel et professionnel.
Les IUT ont bien intégré cette démarche et beaucoup proposent un accompagnement de projet
professionnel dans la formation.
Les candidats ne doivent pas limiter leur recherche aux informations obtenues des anciens élèves de leur
IUT ayant intégré telle ou telle école d’ingénieur : ces informations donnent souvent une vision partielle
et limitée de la diversité qu’offrent nos écoles. Pour les valider, il est souhaitable qu’ils recueillent
d’autres témoignages auprès de personnes travaillant dans le secteur d’emploi souhaité et auprès d’autres
anciens diplômés.
Certains candidats arrêtent leur choix à trois écoles, alors qu’ils ont la possibilité de les classer toutes. Ce
choix de seulement trois écoles traduit une mauvaise lecture de la présentation du fonctionnement réel du
-4-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
concours. Il s’accompagne aussi très souvent d’une méconnaissance du fonctionnement en réseau des
écoles, fonctionnement qui permet de passer des semestres d’études à l’étranger, ou de faire son année de
spécialisation dans une autre école du réseau. De même, les possibilités de formation par l’apprentissage
semblent trop peu connues.
Nous insistons très fort sur l’importance à accorder à la lecture des notices écrites d’information des
écoles. Les sites internet permettent, non seulement de s’informer sur l’enseignement, mais aussi sur les
thématiques de recherche développées de manière plus spécifique par chaque école : les travaux conduits
par les équipes de recherche indiquent la compétence pointue des enseignants-chercheurs. Ce travail
d’information approfondie permettra aux candidats d’affiner leurs motivations et leur orientation. Qu’ils
n’hésitent pas à adresser des courriels, à prendre des contacts par téléphone pour obtenir des informations
plus précises ou à se rendre directement dans nos écoles.
Les stages réalisés dans un pays étranger semblent toujours en augmentation. Cette ouverture à
l’international est tout à fait en accord avec les profils que recherchent nos établissements et avec
l’évolution des trajectoires professionnelles à l’issue de la formation.
L’analyse des notes données par le jury d’entretien montrent une distribution indépendante de la
spécialité du DUT.
Enfin, le jury est sensible à la diversité des origines sociales des étudiants qui se présentent à ce concours,
contribuant ainsi à l’objectif d’une plus grande démocratisation du recrutement des grandes écoles.
Le jury était composé de : Dominique COLIN (Oniris), Lionel JORDAN-MEILE (Bordeaux Sciences
Agro), Sophie LANDAUD (AgroParisTech), Claude MONTENOT (AgroSupDijon), Joel SCHER
(Ensaia), Ioan Christian TRELEA (AgroParisTech), Jacque ABADIE (Inp-Ensat).
Concours
Nombre de
candidats
Moyenne
Ecart-type
Note la plus
basse
Note la plus
haute
C2
168
14
2,5
02
17
-5-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
Entretiens sur travaux
DUT CHIMIE - Toutes options
DEROULEMENT DE L’EPREUVE
Les trois candidats initialement prévus se sont tous présentés à l’entretien.
Présentation orale de 10 minutes
Les candidats étaient bien informés sur la présentation de leur mémoire qu’ils avaient à faire : environ 10
min de présentation du stage de fin d’études. La durée des présentations a été parfaitement respectée par
les trois candidats (9 à 12 min). Concernant la qualité des présentations, elle a été excellente pour un
candidat, et de qualité moyenne pour les deux autres. Deux des candidats se sont présentés avec un
support visuel (diaporama) sur leur ordinateur, ce qui a rendu leur présentation plus dynamique et claire ;
le troisième candidat avait fait le choix de ne pas s’appuyer sur un support, hormis 4 transparents
présentant quelques résultats du rapport.
Réponses aux questions durant 20 minutes
-
-
L’exposé oral de chaque candidat a servi de point de départ pour questionner les étudiants. Les questions
avaient pour but de :
vérifier la compréhension réelle des études menées ou des méthodes utilisées, et connaître les apports
scientifiques du stage pour le candidat ;
mesurer le recul pris par le candidat vis-à-vis de son travail ;
estimer la maturité du candidat, en particulier vérifier s’il s’est posé des questions n’ayant pas directement
trait à son travail, mais en relation directe avec son sujet de stage (ex : intérêt ou faisabilité de la
technique utilisée, justification de son utilisation, contraintes réglementaires, etc.) ;
évaluer leur curiosité et leur capacité à s’intéresser à leur environnement durant le stage, notamment au
fonctionnement de l’équipe d’accueil ou de la société ;
juger de leur motivation à faire une école d’agronomie.
Nous avons pu constater une certaine disparité entre les trois candidats, avec un candidat très dynamique,
clair et maîtrisant parfaitement le travail présenté, qui se distinguait nettement des deux autres dont l’oral
a été moyen.
Les candidats avaient des projets professionnels différents : l’un souhaitait s’orienter vers les
biotechnologies de la santé (1er choix : Oniris) – le second envisageait un cursus orienté vers
l’agroalimentaire (1er choix : Oniris) – enfin le troisième a montré un vif intérêt pour l’agronomie (1er
choix : Rennes).
CONSEILS POUR LES CANDIDATS DE LA PROCHAINE SESSION

Privilégier une présentation sur la base d’un support (diaporama) ;

Prendre du recul vis-à-vis du travail réalisé au cours du stage et de son contexte, et ne pas hésiter à
faire des critiques concernant la validité des résultats obtenus ou le déroulement des expériences faites.
Les candidats doivent avoir conscience du fait qu’ils postulent à une formation d’ingénieur et que, par
conséquent, ils doivent posséder un esprit d’initiative et un esprit critique.
REMARQUE
Cette année, comme l’année dernière, nous n’avons pas eu accès aux dossiers des candidats ; or il serait
souhaitable d’avoir au moins un CV, sinon il ne nous est pas possible de nous intéresser aux autres
travaux menés par le candidat en cours de scolarité comme mentionné dans la fiche « proposition de
critères d’évaluation pour l’épreuve sur travaux ». Nous avions déjà formulé cette requête dans notre
compte-rendu l’année dernière, mais cela n’a pas été suivi d’effet. Nous espérons vivement que cette
-6-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
requête aboutira l’année prochaine !!
Jury : Mme Valérie CAMEL (AgroParisTech), M. Joêl SCHER (ENSAIA)
DUT GENIE BIOLOGIQUE
Option Diététique
Trois candidats ont été auditionnés cette année.
Deux candidats étaient de très bon niveau : exposé clair et précis, bon niveau de langage, grande maîtrise
du sujet présenté, connaissances solides en nutrition et diététique, réactivité et capacité à prendre du recul.
Le troisième candidat était d’un moindre niveau. Sa présentation, faite sans support était moins structurée
que celle des précédents et lors de la discussion, le candidat n’a pas fait la preuve d’une aussi grande
maitrise de son sujet et de sa discipline que les deux autres.
Le jury conseille aux candidats de présenter lors de cette épreuve le travail effectué à l’occasion d’un
stage en éducation nutritionnelle ou en restauration collective plutôt qu’un stage de diététique
hospitalière, plus difficile à présenter et défendre du fait de la moindre part d’initiative laissée au stagiaire
dans le stage.
Jury : Mme A. LAN (AgroParisTech), M. J.F HUNEAU (AgroParisTech).
Option Analyses Biologiques et Biochimiques (ABB)
Nous avons auditionné 12 candidats sur 15 prévus pour l’entretien sur travaux ABB, les 4 et 5 juillet
2012.
Les candidats se sont présentés munis d’ordinateurs allumés, et ont soutenu leur oral à l’aide d’un
diaporama sous format powerpoint. Dans l’ensemble, le temps de parole de 10 minutes a été respecté.
Le choix du titre est important : il doit être percutant et concis.
Il est important que les candidats prennent du recul sur leur rapport écrit et qu’ils fassent un exposé
synthétique. Il ne s’agit pas de reproduire l’écrit, mais plutôt de prendre de la distance et de présenter un
compte rendu cohérent, complet et synthétique.
De façon générale, les illustrations étaient très claires, certains ayant utilisé les animations du logiciel
power point. Un candidat a fait le choix d’écrire un texte très long sur toutes les diapositives, ce qui n’a
pas été apprécié par le jury. Les diapositives doivent être numérotées.
Eviter d’utiliser des tailles de polices trop faibles, ce qui rend la lecture difficile. Il est recommandé de ne
pas présenter des tableaux et figures trop compliqués et difficiles à lire dans un temps limité.
Les candidats doivent souligner le contexte général de l’étude (présentation synthétique de l’entreprise,
les objectifs de la mission qui leur a été confiée, la stratégie, les méthodologies utilisées, les principaux
résultats obtenus suivis d’une discussion). Une ouverture sur les perspectives est appréciable.
Dans les cas de travaux soumis à confidentialité, il est aussi fortement recommandé de replacer les
travaux dans le cadre du contexte scientifique, de l’innovation, de la règlementation ainsi que les
bénéfices des résultats de ces recherches, sans pour autant dévoiler les secrets de l’entreprise.
Il est important que les candidats maîtrisent les bases scientifiques liées aux expérimentations liées à leurs
études.
Jury : Mme Jean KALLERHOFF (ENSAT) – Mme Florence MATHIEU (ENSAT)
-7-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
Option Génie de l’Environnement
L’organisation et le déroulement des entretiens étaient bien dans l’ensemble.
L’épreuve s’est étalée sur deux jours avec 5 absences dues à des désistements de dernière minute. Il serait
souhaitable de prévoir la réorganisation de l’emploi du temps des jurys en tenant compte des désistements et
inciter les candidats à prévenir au moins quarante-huit heures à l’avance. A titre d’exemple, le premier jour nous
avons eu trois désistements successifs avec pour conséquence une perturbation de notre planning. A contrario, le
lendemain matin nous avons eu 8 candidats sans interruption.
Nous avons évalué vingt-six candidats sur les deux jours (6 garçons et 20 filles). Dans l’ensemble, les candidats
étaient d’un assez bon niveau, voire très bon pour certains d’entre eux, hormis deux candidats que nous
n’estimons pas recevables.
Les thématiques abordées lors des stages étaient diversifiées et portaient sur des problématiques intéressantes.
Le spectre des stages couvrait les grands domaines du génie de l’environnement, notamment la pédagogie,
l’écotoxicologie, l’ingénierie écologique (zones humides artificielles, biogaz/méthanisation), traitement des
déchets, assainissement, etc.
Sur la forme, les présentations des candidats étaient dans l’ensemble soignées et de bonne qualité. La majorité a
utilisé le powerpoint comme support et quelques -uns ont plutôt opté pour les transparents (3 candidats).
Par contre, sur le fond, nous avons constaté des disparités selon que les candidats ont eu l’opportunité de
développer une réelle démarche scientifique au cours de leur stage ou qu’ils aient été plus cantonnés dans un
rôle de technicien (voire de main d’œuvre !). Il en découle que la première catégorie de candidats est plus mise
en valeur par rapport à la seconde et part avec un léger avantage.
Afin d’atténuer l’incidence que peut avoir ce critère sur l’évaluation des candidats, nous nous sommes attachés
à la manière dont ils se sont appropriés leurs sujets de stage, les questionnements qu’il a pu susciter chez eux et
à la manière de défendre leurs projets.
Concernant ce dernier point, on peut dire que globalement, les étudiants se sont bien préparés malgré quelques
lacunes. En effet, nous avons pu constater que quelques candidats avaient des difficultés à bien interpréter leurs
résultats expérimentaux.
Quelques manques également, dans le traitement statistique des données et dans la prise de recul par rapport au
sujet abordé, mais ce dernier point peut s’expliquer par la durée du stage.
Voici quelques-unes des préconisations que nous pouvons faire à l’issue de ces évaluations.
Il faudrait veiller, autant que faire se peut, à s’assurer que les étudiants ne se retrouvent pas dans des stages où
ils sont utilisés comme simple main d’œuvre, sans qu’ils aient l’opportunité de déployer une réelle démarche
scientifique.
Il faudrait également renforcer les cours sur le traitement statistique des données, la métrologie et l’évaluation
des incertitudes liées aux mesures.
Jury : Youssef Fouad et Zahra Thomas (Agrocampus ouest)
Option Agronomie
- Le nombre d’étudiants ayant effectué leur stage à l’étranger est important (38,3%). Les continents et pays sont
variés (Amérique du Sud, Amérique du Nord, Océanie, Europe) mais on constate une mobilité plus
importante des étudiants provenant de certains IUT (Amiens 100%, Auch 70%, Nancy 60%, Angers 50%,
Lyon 40%) par rapport aux autres (Aurillac 25%, Digne 25%, Colmar 14%, Avignon 0%, Brest 0%,
Périgueux 0%, Perpignan 0%) ;
- Le nombre d’étudiants varie selon les IUT ; en effet certains IUT sont très représentés comme Auch avec 10
étudiants (moyenne 14,75), Amiens et Aurillac avec 8 étudiants (moyennes respectives 11,7 et 13,8),
Colmar avec 7 étudiants (moyenne 12,6), Angers et Périgueux avec 6 étudiants (moyennes respectives de
12,4 et 13,3). D’autres sont moins représentés comme Avignon, Lyon ou Nancy avec 5 étudiants (moyennes
respectives de 13,2, 13,3 et 12,1), Perpignan, Digne ou Brest avec 4 étudiants (moyennes respectives de 13,
-8-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
13,5 et 12,9) ou Créteil avec un étudiant (note 12,5) ;
- Il est important de rappeler aux étudiants de faire attention au choix du stage à effectuer, notamment dans le
cadre de stages à l’étranger. En effet, il faut veiller au contenu et à la structure d’accueil du stage en plus de
- viser le perfectionnement dans une langue étrangère ;
- Il serait utile d’avoir accès à un CV de l’étudiant afin de les interroger sur leurs travaux passés, notamment
quand le candidat débute son stage et a peu de recul sur son sujet.
Avis général sur les candidats 2012
En 2012, 73 candidats ont passé l’épreuve d’entretien sur travaux dans l’option Agronomie. L’effectif est donc
en légère baisse en comparaison de celui de 2011 (79). La sex-ratio lors de cette session fut de 28 garçons (38
%) et 45 filles (62 %). Le jury de 2012 avait un membre commun avec le jury de 2011. Globalement, le niveau
est jugé similaire à l'année 2011, comme l'indique la moyenne obtenue.
La moyenne générale pour cette année est de 13,1 ± 2,4 (pour rappel des résultats 2011 : 13.5 ± 2.1), avec des
notes s’échelonnant de 7 à 19. Elle est similaire à la moyenne obtenue l’année dernière (où le jury auditionnait
également la spécialité Génie de l'environnement). La moyenne de cette année reflète globalement le niveau bon
à très bon des candidats, avec 26 candidats ayant obtenu une note supérieure ou égale à 14.
6
4
0
2
Effectif
8
10
Répartition des notes
6
8
10
12
14
16
18
20
notes
La présentation de rapport non définitif demeure sans incidence sur la note attribuée. Le jury a observé des
périodes de stage très variables en fonction des candidats allant de 6 à 17 semaines, avec des dates de début de
stage parfois très tardives par rapport à la date de l’entretien. Cependant, la qualité des présentations n’a pas
semblé être influencée par le degré d’achèvement du travail de stage : les candidats ayant des stages tardifs ont
approfondi la méthodologie utilisée et ont tenté d’identifier les résultats à obtenir. Un effectif élevé de candidats
avait fait le choix de réaliser leur stage de fin d’études à l’étranger et on observe une moyenne légèrement
supérieure pour ces candidats.
Certains candidats omettent encore de présenter, lors de leur présentation, le (les) organisme(s) qui les ont
accueillis. Le contexte et les enjeux des travaux réalisés sont globalement bien compris et diversement énoncés,
mais les problématiques et objectifs restent parfois flous même si le jury note une amélioration de ce point par
rapport à 2011. La démarche ou stratégie scientifique est quant à elle, encore trop peu présentée lors des
entretiens.
-9-
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
Les candidats ont souvent des difficultés à justifier les choix qui ont été faits en termes de méthodologie mise en
œuvre (modèle, produits phytosanitaires, espèces végétales, protocole, variables mesurées, tests statistiques
utilisés), subissant ainsi les choix établis avant le début de leur stage par leur encadrant. Les résultats des
travaux de stage ont souvent fait l’objet d’analyses statistiques classiques (comparaisons de moyennes), avec
tout de même quelques rares cas d’analyses multi-variées plus ou moins bien décrites. La prise de recul par
rapport aux résultats obtenus est très variable selon les sujets et les candidats.
Les candidats doivent faire preuve de curiosité lors de leur période de stage pour satisfaire ce recul.
Le jury tient à souligner l’importance pour le candidat d’identifier une problématique ainsi qu’un ou plusieurs
objectifs de travail, associés à une démarche scientifique permettant de répondre à ces objectifs, en validant ou
en rejetant les hypothèses qui devront être formulées. Les responsables pédagogiques doivent être vigilants lors
de la validation des stages demandés par les étudiants.
Déroulement des entretiens
La qualité des exposés, dans l’ensemble, fut bonne, voire très bonne. Les candidats semblent bien informés sur
le déroulement de l’épreuve (présentation puis questions) et sur ce que l’on attend. Ils semblent également s’être
relativement bien préparés à l’exercice compte-tenu de leur réactivité aux questions.
Très peu de candidats ont fait le choix de présenter leur travail sans support, ce choix n’influençant pas leur
résultat à l’entretien. La grande majorité des candidats utilisent un diaporama sous format informatique pour
présenter leurs travaux. Cet outil de communication est globalement très bien maîtrisé en termes d’animation et
de contenu des diapositives. Quelques candidats gardent tout de même des notes écrites à leur côté.
Il est impératif de rappeler aux candidats qu’ils doivent se présenter à cette épreuve avec leur ordinateur allumé
et la présentation lancée.
La gestion du temps de présentation est relativement bien réalisée par les candidats, puisque les présentations
ont été de l’ordre 9 à 15 min en général, avec quelques exceptions à 20 min.
-
-
-
Les points marquants de cette année qui devront être améliorés :
Comme pour 2011, la justification des choix réalisés dans les travaux effectués : modèle végétal ou animal ou
mathématique utilisé, produits phytosanitaires testés, espèces végétales expérimentées, protocole de mesure mis
en œuvre, variables mesurées, tests statistiques utilisés.
Le jury recommande aux étudiants d’être (encore) plus curieux durant leur stage quant aux tenants et aux
aboutissants du sujet qu’ils abordent. Ceci leur permettra de développer leur regard critique sur le travail engagé
(compétence indispensable aux ingénieurs) et d’être capables de le restituer dans un contexte plus large. Le jury
note cependant une amélioration sur ce point en comparaison de 2011.
Les responsables pédagogiques doivent vérifier que les étudiants réalisant un stage, bâtissent une problématique
scientifique et mettent en œuvre des moyens d’analyse leur permettant de répondre à des hypothèses clairement
identifiées.
Jury : Etienne Gaujour (Agrosup Dijon) et Audrey Michaud (Vetagrosup)
Option Industries Alimentaires et Biologiques (IAB)
Sur les 64 candidats inscrits en Génie Biologique, option Industries Alimentaires, 16 candidats ne se sont pas
présentés. Pour les 48 candidats auditionnés, le jury a attribué des notes s’échelonnant de 7,5 à 18.
Organisation générale du concours
Les entretiens ont eu lieu pendant 4 jours (Lundi 9, mardi 10, mercredi 11 et vendredi 13 juillet) de 8h30 à
18h00. Il faut noter la parfaite organisation qui a permis d’éviter les « trous » dans le planning, malgré les
démissions souvent de dernière minute et le déroulement de plusieurs épreuves successives pour chaque
candidat présent.
 Il serait souhaitable que, suite à leur convocation, les candidats confirment auprès du service Concours leur
participation aux oraux ou leur désistement. Ceci permettrait d’envisager plus rapidement des modifications de
- 10 -
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
planning et d’en informer moins tardivement les candidats touchés par ces modifications. Un repositionnement
des épreuves dans le calendrier général des grandes écoles pourrait également être envisagé afin d’éviter une
superposition avec les autres concours auxquels sont susceptibles de participer les candidats (Polytech,..).
Supports de l’épreuve
Tous les candidats, sans exception, ont présenté leur stage de fin d’étude en IUT. Bien que ce point soit
difficilement vérifiable, il a semblé au jury que, dans la grande majorité des cas, la présentation n’avait été que
peu modifiée ou adaptée au contexte du concours.
 Il serait important de rappeler aux candidats ou à leur tuteur IUT que les objectifs de présentation de leur
stage ne sont pas les mêmes pour la validation de leur DUT et pour le concours d’entrée en école d’ingénieur.
Les critères d’évaluation en sont très différents. Ce point apparait particulièrement important, à rappeler, comme
en témoigne la réclamation portée par un candidat qui ne comprenait pas l’écart de notation entre le jury de son
IUT et celui du concours C2.
Par ailleurs, il pourrait être proposé aux candidats la possibilité de présenter une expérience ou un projet autre
que leur stage de fin d’études IUT. A titre d’exemple, la présentation des projets tutorés qu’ils ont à réaliser
durant leur cursus de formation IUT permettrait une meilleure valorisation et donc évaluation de leurs aptitudes
à la gestion de projet ou au travail de groupe notamment.
Cette année encore, les consignes pour leur présentation ont été inégalement suivies par les candidats. La
majorité d’entre eux se sont appuyés sur leur ordinateur avec ou sans utilisation du vidéoprojecteur. Certains ont
distribué aux membres du jury la version écrite de la présentation sur logiciel Power point qu’ils avaient
préparée, d’autres se sont appuyés sur leur manuscrit, d’autres encore ne se sont appuyés sur aucun document
papier ou électronique.
Dans la majorité des cas, les candidats ont respecté le temps de 10 minutes dédié à leur présentation.
Il faut préciser que les outils de communication utilisés par les candidats n’ont pas été pris en compte dans la
notation afin de ne pas introduire d’inégalité sur ce point. Par contre les étudiants n’ayant pas respecté le temps
de présentation ont été sanctionnés sur ce point.
 Une révision des consignes fournies aux candidats devra être envisagée en tenant compte de l’évolution des
outils de communication et de la présence de vidéoprojecteurs dans les salles d’entretien. A titre d’exemple, une
présentation sur vidéoprojecteur et disponible sur clé USB pourrait être exigée.
Tous les candidats ont fourni un résumé de leur rapport de stage aux membres du Jury. Le jury utilise le résumé
du stage comme support de préparation à l’entretien avec le candidat. Bien que la qualité du résumé n’entre pas
dans la grille de notation de l’entretien, le jury a noté une grande hétérogénéité à ce niveau. Par ailleurs, la
longueur de ces résumés est apparue très variable.
 Nous réitérons la demande exprimée les années précédentes, à savoir, des consignes intégrant un nombre de
mots maximum (300) pour le résumé, le lieu, le sujet et la durée du stage ainsi que 5 mots clefs.
Tous les candidats fournissent leur rapport de stage dans leur intégralité en 2 ou 3 exemplaires. Le jury
s’interroge sur la pertinence de cette exigence dans la mesure où (1) il n’a pas accès à ces documents avant le
début des épreuves et (2) si c’était le cas, il n’aurait pas le temps de les lire dans leur intégralité.
 Au rapport de stage, pourrait être substitué, une synthèse de 5 pages environ, sur un projet ou une
problématique mettant en avant les compétences attendues pour un futur ingénieur.
Notation des candidats
La notation des candidats a porté sur 4 items principaux, à savoir, l’exposé, la démarche scientifique, l’esprit de
synthèse et l’esprit d’ouverture, ces trois derniers points étant évalués principalement au travers des questions du
jury. Les 4 items ont eu un coefficient équivalent pour l’attribution de la note finale.
Les notes d’exposé du stage ont varié de 1,5 (n=2) à 4,5 (n=4), celles de la démarche scientifique de 1 (n=1) à 5
(n=1), celles de l’esprit de synthèse de 1(n=2) à 4,5 (n=2), celles de l’esprit d’ouverture de 1,5 (N=8) à 4,5
(N=3). Sans entrer dans le détail de cette analyse, il apparait une faible dispersion du profil des candidats que
l’on retrouve sur la figure 1 ci-après qui présente la distribution des notes attribuées lors de l’entretien sur
- 11 -
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
travaux.
.
Figure 1 : Répartition des notes
Avec une moyenne de 11,1, et un très faible effectif en basses notes ou en hautes notes, la répartition des
notations suggère que les présentations et réponses aux questions faites par les candidats ne satisfont que
faiblement aux attentes du jury.
 L’analyse de l’entretien sur travaux ne permet pas à elle seule d’émettre des hypothèses sur le niveau de
compétences / connaissances des candidats qui pourrait apparaitre médiocre en première lecture. Par contre elle
suggère une révision des modalités d’évaluation comme évoqué dans les paragraphes précédents.
Profil des candidats
Le déséquilibre numéraire habituel (Fig. 2) encore entre les candidates (71%) et les candidats (29%) est
maintenu avec cependant une régression mineure (-0,9 points) par rapport à l’année 2010. Il est important de
rappeler qu’en IAA, le marché de l’emploi reste porteur pour les ingénieurs de production qui sont
majoritairement des hommes et que le vivier des candidats masculins étant très faible à la sortie des grandes
écoles agro-alimentaires, les recruteurs sont souvent obligés de faire leur marché ailleurs (Arts et Métiers,
etc…).
Figure 2 : Répartition par sexe des candidats
- 12 -
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
Travaux présentés
Figure 3 : Répartition des thématiques présentées
Figure 4 : Répartition des lieux de stage
La répartition des thèmes et structures de stage/de travaux présentés (figures 3 et 4) ne permet pas de dégager
des tendances fortes quant aux domaines de compétences des candidats. On note cependant une forte disparité
quant aux contextes, contenus ou attendus des missions confiées aux stagiaires. Le jury note cependant que le
niveau de compétence apparait parfois décalé avec le temps dédié au stage et le niveau de formation. Ceci est
- 13 -
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
particulièrement vrai pour certains candidats qui ont réalisé leur stage en structure publique de recherche et qui
ont eu des difficultés à restituer la problématique de leur mission dans un contexte plus général, ou à apporter
les preuves d’un niveau de compréhension adéquat.
 Il est important de rappeler aux candidats que le stage tel qu’il est présenté n’est qu’un support et que la
discussion ne portera pas exclusivement sur les notions techniques et scientifiques présentées. Le jury propose
que les candidats privilégient une présentation axée sur la démarche de conduite de projet, les connaissances, et
compétences qui ont été nécessaires et qui correspondent à leurs objectifs en relation avec leur souhait d’ingérer
une Grande Ecole d’Ingénieur.
Jury : Murielle Hayert, maître de conférences AGROPARISTECH Massy et
Françoise Leriche, maître de conférences VETAGRO SUP Clermont Ferrand
DUT HYGIENE-SECURITE-ENVIRONNEMENT (HSE)
Nous avons auditionné un candidat sur les trois prévus pour l’entretien sur travaux HSE, le 5 juillet
2012.
Le candidat s’est présenté muni de son ordinateur allumé et a soutenu son oral à l’aide d’un diaporama
sous format powerpoint. Le temps de parole de 10 minutes a été respecté.
Les diapositives étaient en partie en anglais. Le jury recommande de ne pas faire usage de deux
langues dans un même diaporama.
Le titre était percutant. Le plan a été clairement exposé et le candidat a pris soin de restituer le
contexte général de son stage d’autant plus que celui-ci s’était déroulé à l’étranger, dans des
structures méconnues du jury. Ceci a été fortement apprécié par le jury. Il a dans un deuxième
temps présenté ses travaux en mettant l’emphase sur les résultats obtenus, les défis relevés ainsi
que les méthodes utilisées pour parvenir à ses objectifs dans les délais.
Jury : Mme J. KALLERHOFF (ENSAT), Mme M. NAITALI (AgroParisTech)
ENTRETIEN SUR TRAVAUX : Histogramme des notes
Concours
Nombre
de
candidats
C2
167
Moyenne
Ecarttype
13,1
2,9
- 14 -
Note
la plus
basse
Note
la
plus
haute
7
19,5
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
- 15 -
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
Langues Vivantes étrangères
ANGLAIS
Nous avons interrogé 149 candidats, soit 19 de moins que l’an passé.
Les notes s’étalent de 0,5 à 19 et la moyenne est de 9,8.
Nous rappelons, comme tous les ans que ces notes n’expriment pas une valeur absolue, mais un classement des
candidats reflétant leur degré de réussite dans une épreuve donnée, dont les modalités sont fixées par le service
des concours et peuvent être consultées, ainsi que les conseils et attentes du jury, sur le site du SCAV, rubrique
C2 notices et programmes, conseils pour épreuve orale.
Nous nous étonnons que, malgré ce que nous répétons au fil des années dans les rapports de jury, les candidats
ne se préparent pas mieux à cette épreuve. Pour la plupart, ils se contentent (encore et toujours) d’un résumé très
bref, souvent une seule phrase d’introduction du sujet suivie de quelques considérations générales sur ledit sujet,
des jugements :good, interessant(sic !!), bad, important, actual (sic…) puis une « vague » considération sans
grand intérêt en guise de conclusion. Certains exposés ne dépassent pas une ou deux minutes…et sont parfois
suivis d’un déconcertant : « Have you got any questions ? »
Peu de candidats dégagent une problématique et font un vrai commentaire. Mais, il existe toujours de bons
candidats… bravo à eux.
Donc, rien de réellement nouveau par rapport aux années précédentes.
Nous rappelons qu’il existe des sites à visiter : The International Herald Tribune, BBC, New Scientist, Voice of
America etc…, qui permettent de lire des articles, et d’améliorer sa prononciation, de se tenir informé,
d’enrichir son vocabulaire.
Bonne préparation aux candidats 2013 et courage à eux !!!
Jury : Mme Marie- Christine TRICOTTET - Mme Claude HERRAN
ESPAGNOL
Sur 12 inscrits, 10 candidats se sont présentés cette année pour l’épreuve d’espagnol obligatoire.
Les notes, cette année, s'échelonnent de 4 à 16.
Rappelons, une fois encore les consignes, qui sont réglementaires, figurent sur le site et sont remises au candidat
lorsqu'il se présente aux épreuves orales :
- Les candidats ont vingt minutes pour préparer et une fois en présence de l’examinateur ils doivent utiliser dix
bonnes minutes pour leur présentation et non une ou deux ou trois. L’examinateur a dix minutes pour poser
des questions et approfondir, voire affiner un certain nombre d’éléments.
- L’épreuve porte sur un texte écrit, toujours un article de presse, ne dépassant pas 300 mots. Dans tous les cas,
les articles portent sur l’actualité des pays hispanophones, celle-ci peut être culturelle, politique, sociale,
environnementale, etc.
- Après avoir fait un compte-rendu structuré, il faut, à partir du thème de l’article, poser les jalons d’un
commentaire qui permettront à l’examinateur de poursuivre l’entretien.
En ce qui concerne le compte-rendu, il doit être structuré autour de deux ou trois grands axes et, en aucun cas,
ne peut être assimilé à un résumé linéaire.
Le commentaire est un élargissement et il permet de montrer que le candidat s’est tenu informé de l’actualité et
qu’il domine un minimum de connaissances des pays hispanophones.
Un commentaire ne peut se résumer à une supposée opinion personnelle qui se limiterait à une phrase qui
commencerait par "yo pienso " ou "mi opinión es" . Un commentaire commente, ajoute des éléments, informe
MAIS pour le faire, il faut s’être tenu informé de l’actualité et il faut avoir acquis un minimum de connaissances
basiques tant sur l'Espagne que sur l'Amérique latine.
On s'attend à ce qu'un candidat sache que l'Espagne est une monarchie parlementaire, que son chef de l'Etat est
- 16 -
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
donc le Roi. Il est bien d'être capable de dire qui est le "presidente del gobierno", ce qu'est une "Comunidad
Autónoma", qui sont Hugo Chavez, Raul Castro, ce qu'est le protocole de Kyoto, ce qui venait de se passer à
Rio... et d'autres choses élémentaires et fondamentales indispensables à la bonne compréhension de tout article.
Reste la langue et la phonologie. Rappelons, pour commencer, qu'il s'agit d'une langue obligatoire et qu'elle doit
donc être correcte et comprise par l'examinateur.
Nous avons remarqué que, cette année, une bonne moitié des candidats ne comprenait pas les questions posées
et qu'ils étaient, de ce fait, incapables d'y répondre. Il faut lire de l'espagnol, en écouter, si l'on n'a pas eu la
chance d'aller faire son stage dans un pays hispanophone.
Pour conclure, nous dirons qu'il faut prendre cette épreuve au sérieux et s'y préparer et non se contenter de s'y
présenter.
Jury : Jane PERAUD.
ALLEMAND (deux jurys distincts)








Ce rapport se fonde sur les prestations de trois candidats que j’ai interrogés en tant qu’examinatrice.
Le niveau général des candidats en allemand est correct. Deux d’entre eux avaient un débit fluide et un accent
satisfaisant.
Les candidats doivent veiller à bien structurer leur exposé en recourant par exemple à des mots de liaison et des
structures syntaxiques variées. Il est également important d’introduire le texte présenté et de terminer par une
phrase de conclusion.
Plusieurs fautes ont été relevées, la liste n’étant pas exhaustive :
les expressions suivantes ne sont pas maîtrisées : es handelt sich um + acc /der Artikel behandelt… ;
attention aux articles : das Beispiel, das Studium, das Bundesland, der Text, das Kind (die Kinder) ;
la majorité des pays n’ont pas d’article en allemand, excepté die Schweiz, die Niederlande et d’autres ;
nous constatons souvent des confusions entre wenn et als ;
il faut revoir les prépositions suivies du datif ;
les participes II ne sont pas tous sus ;
il faut veiller à la syntaxe : nombreux sont les candidats qui oublient de mettre le verbe à la fin de la
subordonnée et en deuxième place dans la proposition principale ;
sur le plan phonologique, les confusions entre s et z sont fréquentes.
Nous recommandons aux candidats de lire la presse régulièrement durant l’année afin de posséder des
connaissances plus solides sur l’actualité, la culture et l’économie allemandes. Cela leur permettra en outre de
développer davantage leurs réponses lors de l’entretien avec l’examinateur. Trop souvent, les candidats se sont
limités à des propos laconiques qui ne mettent pas en valeur leur savoir et le travail de revue de presse accompli
les mois précédents.
Jury : Mme J. LASSON
Nous avons auditionné 4 candidats le 6 juillet 2012
Les notes obtenues vont de : 8 à 19/20.
Ces résultats sont très encourageants et doivent motiver les candidats à préparer l'oral d'allemand. Les meilleurs
candidats ont su montrer leur intérêt pour la langue et la civilisation allemandes. Le niveau linguistique était
satisfaisant dans l'ensemble, si l'on omet les problèmes récurrents tels que:
-le non-respect de la syntaxe
-les constructions de comparatifs
-la rection des verbes et des adjectifs
-l'emploi des possessifs
-la conjugaison
Rappel de l'épreuve orale: Le candidat dispose de 20 minutes de préparation pour lire un article de presse dont il
doit présenter un résumé suivi d’un commentaire. Le résumé doit montrer à l'examinateur que le candidat a bien
- 17 -
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
compris le texte, d'où l'importance de bien reformuler efficacement, clairement et si possible habilement les
idées majeures du texte. Il est déconseillé de trop écrire sur le brouillon car le candidat a alors tendance à lire à
voix haute, ce qui est contraire aux attentes du jury.
Dans la deuxième partie, le candidat peut développer tel ou tel aspect évoqué dans l’article, élargir la
problématique en la replaçant dans son contexte ou donner son avis sur la question traitée. Il ne doit pas hésiter
à parler alors à la première personne pour évoquer des expériences personnelles ou exprimer son opinion.
Enfin, la dernière partie est consacrée à un dialogue avec l’examinateur, qui évalue la capacité du candidat à
comprendre les questions qui lui sont posées et à parler de manière spontanée dans un jeu de questions-réponses.
Plusieurs candidats ont particulièrement bien réussi cette "reprise" en se montrant dynamiques et convaincants.
Les meilleurs ont relancé le débat sans attendre la question suivante de la part de l'examinateur. Cette dernière
partie leur a permis de gagner des points non négligeables.
Certains oraux étaient vraiment de qualité, ce qui montre que la préparation l'a été aussi. Le jury a
particulièrement apprécié les candidats qui savaient allier dynamisme, maîtrise de la langue et connaissances
civilisationnelles. Le jury encourage les futurs préparationnaires à se tenir au courant de l'actualité des pays
germanophones pour pouvoir donner au commentaire (deuxième partie) de la profondeur.
Jury : Mme E. VLAEMINCK
Langue Vivante Étrangère : Histogramme de notes
Concours
C2
Nombre de
candidats
Moyenne
167
9,9
- 18 -
Ecart-type
4,4
Note la plus
basse
0,5
Note
la
plus
haute
19
Service des Concours Agronomiques et Vétérinaires
Rapport sur le Concours C2 ENSA-ENITA – Session 2012
- 19 -