rotterdam - 15e Conférence Mondiale Villes et Ports `Crossovers`

Commentaires

Transcription

rotterdam - 15e Conférence Mondiale Villes et Ports `Crossovers`
H
E
A
A
IN
An event of the
R
T
IA
G
-
IO
-
-
N
S
Y
-
S
-
N
-
E
A
R
R
E
E
G
R
R
IN
C
N
-
Y
O
S
H
C
5-7 OCTOBER 2016
G
A
IE
T
G
IE
S
-
-
-
N
E
-
-
R
W
C
S
O
A
H
R
M
A
K
C
U
L
A
R
-
C
IO
IN
G
O
S
-
G
-
C
R
IR
C
-
C
-
-
E
C
IR
A
U
C
-
L
-
A
T
C
R
O
R
E
N
E
-
-
T
IR
IO
IN
L
A
U
A
C
-
-
A
M
M
S
U
H
T
A
U
R
A
IN
L
A
-
IS
G
S
T
T
IO
IN
IE
N
E
-
R
R
S
C
C
C
M
IN
A
IR
B
U
A
IO
L
S
R
-
-
C
C
O
O
IN
-
-
E
W
C
R
O
R
G
R
E
K
A
IA
T
-
IO
N
-
-
C
-
S
R
W
C
O
O
R
-
K
C
G
A
IO
E
IN
R
B
-
T
S
C
IO
-
N
C
-
O
-
S
A
O
H
W
R
G
G
IN
IN
K
E
-
R
-
G
IN
C
IA
T
IR
-
C
U
S
L
Y
A
N
R
IR
E
E
G
-
IE
G
M
S
IN
U
-
T
U
C
A
C
L
IR
IR
U
C
L
U
A
L
R
A
R
-
IR
E
-
IE
O
G
G
W
R
-
IN
E
O
N
A
Y
H
S
C
C R O
S S
O V E R
S
T
C
T
IR
IN
B
R
IN
15TH WORLD CONFERENCE
CITIES AND PORTS
“ CROSSOVERS ”
IN
-
S
IO
ROTTERDAM
S
G
With the collaboration of
-
R
R
In partnership with
IA
C
E
R
C
S
K
O
-
-
IN
-
IN
C
T
-
E
R
A
T
L
M
U
A
C
C
IR
R
E
C
G
B
A
-
C
-
IO
R
www.citiesandports2016.com
Organised by
M
S
-
I
INTERNET CONTRIBUTION
Francesca Morucci is head of Public Relations of the Livorno Port Authority
(Italy) and she has two Masters, one on « History and semiology of the text and
of the image » and one on « Information and Communication for Public
Entities ».
Her professional experience regards three different sectors linking port and city
as a common place: international maritime and port cooperation, communication
and territory management.
In her function at Livorno Port Authority she focuses on two principal themes:
international relations and port-city integration, with a specific interest on
heritage port space (re)territorialization.
Oriented on collective works, 9 years ago she started the « Open Port » project
in Livorno and she still drives it. The project aims to bring citizens closer to port
issues.
She is part of the working groups on the Livorno « Old Fortress » and on the
Livorno Port Center.
Member of « Cruise and Ferries Network » of ESPO and Secretary of Med Ports
Community association, she participated in the elaboration and diffusion of the
« Code of Practice on Societal Integration of Ports », published by ESPO in
2010 and of the « Code of Practice on Cruises and Ferries », published in June
2016.
Francesca Pichi was born in Arezzo (Italy) on 16 December 1970.
In 1996 Francesca Pichi graduated at Florence University, Faculty of
Architecture. In 1999 and 2002 she had two Masters in Heritage and
Monumental Restoration, at Florence University and at Soprintendenza of
Firenze. In the same period she collaborated with the holding Company of the
Port of Livorno, planning docklands and areas. In 2005 she was hired by
Technical Department of the Company.
In 2000 and 2001 she was professor of Urban morphology and building typology
analysis and of Theory of contemporary architecture at Florence University.
In 2010 she joined the Planning Area of Livorno Port Authority.
Her main activities are:
⋅
studies for the masterplan of the Port of Livorno;
⋅
evaluations of the landscape aspects of the port areas;
⋅
studies for protection, enhancement and transformation of the cultural
heritage;
⋅
member of the working group for Livorno Old Fortress.
Since 2005 until 2014 member of Planning Commission of Collesalvetti
Municipality.
In 2015 she had the Master’s Degree in "The Smart City project" at
Architecture’s Department of Urbanism of Florence University.
In 2015-2016 she was the designer and the construction manager of the Livorno
Port Center.
15th World Conference Cities and Ports
Francesca MORUCCI
Head of Public Relations Office
AUTORITÀ PORTUALE DI
LIVORNO
ITALY
Francesca PICHI
Architetto
AUTORITÀ PORTUALE DI
LIVORNO
ITALY
ISSN 2313-2124
La forteresse de Livourne : une interface Ville Port historique, un emblème dynamique du
passé et du présent, un nouvel outil pour la relation ville/port
Francesca Morucci
Head of Public Relations Office
Autorita Portuale di Livorno, Italy
Francesca Pichi
Architetto
Autorita Portuale di Livorno, Italy
Introduction
La ville portuaire est un système complexe où tout est en interaction et qui doit faire face à des
changements qui concernent les aspects économiques mais aussi culturels et patrimoniaux. La
gestion de son domaine, fortement stimulé par des thématiques économiques, sociales et de
l’environnement, s’inscrit dans un parcours qui nécessite de développer des méthodologies et des
outils pour mieux caractériser, concevoir, gouverner, et gérer le port et son rapport avec la ville. Par
conséquent, il devient fondamental de faire avancer la connaissance pour comprendre les
phénomènes qui y sont à l’œuvre. Le port, lieu mythique, de frontière, de périphérie, lorsqu’il se trouve
dans le centre-ville, fascine depuis toujours et ses composantes historico-artistiques constituent, ou
au moins le devraient, un élément d’importance culturelle et paysagiste, source d’attraction touristique.
Le nouvel intérêt pour les villes portuaires en tant que destinations touristiques s'est accompagné de
l’essor d’attractions, lieux patrimoniaux ou espaces nouveaux, souvent concentrés sur le waterfront,
devenu un nouvel espace résidentiel ou d'activités mais aussi, et surtout, un espace social, de loisirs
ou de tourisme. Ceci est dû à une série d'évolutions, notamment au nouvel intérêt pour le patrimoine
qui a conduit un nombre croissant de visiteurs vers les monuments existants, mais a aussi été à
l'origine de l'ouverture de nouveaux musées, centres d'interprétation et monuments historiques
nouvellement mis en valeur.
La question du rôle du patrimoine portuaire est essentielle aussi pour la ville de Livourne, qui présente
des témoignages historiques importants tels que la « Vieille Forteresse », à l’intérieur du territoire
portuaire. Le port est d’ailleurs aux origines mêmes de la ville. Dans cet article nous essayerons de
mettre en évidence comment, grâce à la fois aux possibilités offertes par la croissance du trafic
passagers - qui a atteint près de 3 millions de personnes avec les ferries et croisières - et au nouvel
élan touristique-culturel qui est en train de se développer autour de ce secteur originel de la ville, la
« Vieille Forteresse » qui est aussi le siège du Livorno Port Center, la ville est en train de découvrir la
possibilité d’une nouvelle image. Cette image est facilitée par le programme d’ouverture du port à la
ville que l’Autorité Portuaire mène depuis 2007, programme entamé par le projet « Porto Aperto » qui a
lancé des opérations pour rendre accessible, du moins par la connaissance, l’espace portuaire, ses
acteurs et ses lois à la communauté urbaine locale. Il a été poursuivi en 2013 par l’opération de la
« Vieille Forteresse », qui est en train de se métamorphoser en pôle culturel et de loisirs, consacrant de
nouveaux usages de l’espace portuaire et des canaux, et est confirmé par l’opération du Port Center,
ouvert en novembre 2015 à l’intérieur de la forteresse même. L’ouverture vers le tourisme déclenchée
grâce à l’identité portuaire de la ville favorise un lien entre ville, port et tourisme qui se manifeste dans
le port passagers, dans le système des canaux et dans la « Vieille Forteresse », facilitateurs du
rapprochement ville et port, et trouve son emblème dans le Port Center. Ce dernier, s’insère dans la
nouvelle reconfiguration ville-port avec le but de faire comprendre la présence du port et de mettre en
évidence les solutions qui sont les plus appropriées pour promouvoir un lien plus fort entre le port et la
ville.
2
La « Vieille Forteresse », nouveau landmark du front d’eau
L’interface ville-port et le citoyen sont donc les unités de lecture au regard des intérêts engagés et des
revendications exprimées dans la ville portuaire de Livourne de nos jours. Nous allons d’abord regarder
l’endroit de l’interface qui est en train de produire un renouveau d’image, la « Vieille Forteresse », pour
ensuite voir la politique que l’Autorité Portuaire de Livourne a développé depuis 2007 avec l’ambition
de faire reprendre possession aux citoyens du port, promouvant une réappropriation de l’espace par la
connaissance et une réaffirmation de la culture portuaire1.
Depuis le passage de sa gestion en 2013 à l’Autorité Portuaire, la « Vieille Forteresse » est rapidement
devenue un landmark de régénération du waterfront et un élément clé de la nouvelle phase de dialogue
entre ville et port de différents points de vue :
- Physique : elle se trouve directement sur l’interface port/ville qui présente des utilisations mixtes
de l’espace. Dans le terminal passagers, proche du centre économique et commercial de la
ville (5 minutes à pied) et du quartier historique de « Venezia », elle devient un point crucial matériel et immatériel - d’échanges, étant aussi la principale porte d’entrée des passagers vers
la ville ;
- Culturel : elle appartient à la ville et à son histoire mais représente un endroit où les activités
portuaires se déroulent encore et où des évènements culturels sont en train de se développer ;
- Social : elle est un endroit de socialité et de convivialité que la ville est en train de redécouvrir ;
- Environnemental : elle est une sorte d’oasis dans le port et dans le trafic de la ville,
complètement insérée dans le renouveau du waterfront.
Les interventions de restauration de la «Vieille Forteresse» menées depuis 2013 suivent principalement
deux directions. La première vise à valoriser la structure entière du monument, la seconde en assure
l'usage à travers l'amélioration du système des accès de façon à répondre à l'exigence de l’utiliser
comme charnière entre le port et la ville, la faisant devenir une sorte de porte de la Toscane.
Fig. 1 – La « Vieille forteresse », charnière entre la ville et le port
1
La « Vieille Forteresse » est de propriété du Domaine de l’Etat mais une loi récente sur le fédéralisme prévoit la
possibilité de transférer sa propriété à une entité territoriale. En attendant que la demande avancée par la
municipalité de Livourne soit acceptée, la gestion de la forteresse a été confiée à l’Autorité Portuaire en 2013.
3
Conformément à ces objectifs, les interventions fonctionnelles prévues à l'intérieur de la forteresse ont
cherché à donner une valeur ajoutée en termes de services offerts à la ville et d’offre touristique, le tout
avec des impacts importants, compte-tenu du fait que la plupart des activités qui se passent à l'intérieur
de la structure concernent différents aspects qui vont du culturel au social jusqu’au commercial. Pour
résumer, les principales activités fonctionnelles prévues ou déjà en cours dans le programme de la
forteresse, s’intégrant avec ses lignes conceptuelles sont : fonction de porte de la ville et de la Toscane ;
fonction de musée avec une section didactique pour les écoles ; fonction d’expositions, évènements,
spectacles, foires commerciales de produits typiques de la Région ; fonction religieuse, à travers la
restauration de la petite église de «S. Francesco»» encore consacrée. A celles-ci, il faut ajouter la
fonction de Port Center.
Le Livorno Port Center catalyseur de la nouvelle relation ville-port
Depuis une dizaine d’années l’Autorité Portuaire a mis en place deux projets de réappropriation de
l’espace portuaire par les habitants à travers la connaissance : le projet « Porto Aperto- Port Ouvert »
et le Livorno Port Center. Ces deux projets sont à la base de la relance du lien entre ville et port. Le
projet « Porto Aperto », né en 2007, propose des visites du port organisées gratuitement d’octobre à
mai. L’évènement est médiatisé via les chaînes de TV locales, en collaboration avec lesquelles est
organisée également une émission chaque semaine, de novembre à mai, sur des thèmes relatifs à
l’activité portuaire. Manquait un espace physique où serait concentrée la culture portuaire. L’idée d’un
musée portuaire avait également germé en 2010 mais c’est à partir de 2011 que l’on a commencé à
songer à un Port Center, qui a été finalement inauguré en novembre 2015.
Le Livorno Port Center est envisagé dès le départ non seulement en tant que nouvel outil reconnu à
niveau international mais aussi en tant que lieu regroupant les actions de connaissance et
communication mises en place par l’Autorité Portuaire avec un fil conducteur qui se matérialise en sa
structure. Il devient donc le conteneur de toutes les initiatives culturelles relatives au port. Sa valeur
ajoutée consiste dans le fait d’être avant tout un endroit physiquement bien visible, à l’intérieur d’un
monument qui est en train de devenir le nouveau symbole de la ville. Grâce à sa position à l’intérieur
du monument phare de l’interface ville-port et à ses infrastructures hautement technologiques, le Port
Center a vocation à devenir un des éléments qui entraînent le renouvèlement de la ville.
Selon la définition donnée dans la « Charte des missions d’un Port Center », le Port Center est un
endroit où l’on explique « le fonctionnement d’un port, afin que le citoyen puisse appréhender et
comprendre l’importance socio-économique de l’activité portuaire sur son territoire. Il présente une
approche thématique multisectorielle tenant compte des enjeux de la ville portuaire, du contexte de la
mondialisation et de la complexité des liens entre les différentes activités portuaires »2. Comme tout
autre Port Center, celui de Livourne aussi est une structure qui raconte l'activité et la culture portuaires
de la ville et le rapport entre port et ville depuis ses origines. Il s'agit d'un espace ouvert à un public varié
comme les groupes scolaires, les citadins, les touristes, les passagers, etc. où l'on découvre ce qu'est
un port, quelles sont ses principales activités, ses aménagements, les connexions avec la ville et celles
avec les autres réalités portuaires. L’idée initiale d’un musée du travail portuaire à Livourne a évolué
vers celle d’un laboratoire qui veut représenter un lieu du dialogue, d’information mais aussi de
catalyseur des idées, des compétences et des ressources territoriales, qui arrive aussi à soutenir les
entreprises portuaires dans leurs efforts de renouvellement. Dans ses six premiers mois d’activités, le
Port Center a proposé une exposition permanente sur l’activité portuaire et sur les professions du port
au travers d'outils interactifs, des visites guidées par terre et par mer des infrastructures portuaires,
informations et documentations, campagnes d’information sur les événements et publications
vulgarisées sur l’activité portuaire, connexion en temps réel avec les canaux informatifs du port (radio
pilotes, capitainerie, etc. ), site internet et espaces de rencontre. A cela il faut ajouter la relation avec le
2
“Charte des missions d’un Port Center”, cf. Site du Port Center Network www.aivp.org/portcenternetwork/
4
network des ports center européens qui représente, nous l’avons déjà évoqué, un point essentiel pour
l’affirmation de cette nouvelle culture de connaissance du territoire portuaire.
Pour ce qui est de la façon de présenter le contenu, l’on a décidé à Livourne de l’articuler sur une sorte
de parcours par étapes qui, après avoir donné quelques repères sur l’histoire du port, offre une
présentation qui part du plan pour arriver aux relations du port avec le territoire, en passant par les
professions, les catégories de marchandises et les types de navires qui circulent. Neuf installations,
définies dans le projet de création exhibits, sont constituées de neuf écrans avec des animations
interactives qui sont positionnés de façon à se succéder mais peuvent aussi être consultés séparément.
Fig. 2 – Les neuf installations
Les neuf animations mettent en valeur les activités, filières et métiers du port, chacune avec un outil et
un style différent, de façon à capter mieux l’attention. Chaque installation a un double registre
adultes/enfants facilement reconnaissable et actionnable. Le côté ludique est aussi recherché,
notamment lorsqu’on passe à la modalité enfants, avec un changement complet de registre pour
certaines installations3.
L’ensemble est très design, très convivial et donne à la fois la sensation d’entrer dans un monde à part,
recherchée dès l’espace “Accueil”, très moderne et en contraste avec l’univers de la vieille forteresse.
Au rez-de-chaussée l’on trouve aussi une salle de réunion et une bibliothèque et le bureau du centre
qui fait fonction de back-office alors qu’à l’entrée il y a un desk de front-office. Une plaque à l’entrée
remercie la participation de la Province et de l’Europe via le projet européen « PORTI »4 et une autre
remercie tous les participants au projet.
3
Dans celle qui raconte l’histoire du port, par exemple, en modalité adultes l’on voit se dérouler l’histoire du port
à travers des pages d’un livre virtuel que l’on peut actionner d’un mouvement de la main, en modalité enfants un
mouvement de bras permet de survoler le port et, grâce à un jeu interactif avec des oiseaux, l’on peut s’arrêter sur
des points historiques du port et une fiche d’explication s’ouvre3. Cet aspect ludique est d’ailleurs très apprécié
autant des enfants comme des adultes.
4
L’on retrouve la même plaque sur chaque outil acheté via ce projet, selon ce que la procédure européenne impose.
5
Fig. 3 – L’accueil au rez-de-chaussée et la plaque de remerciements
L’utilisation de la technologie est un choix fait dès le départ par le groupe de travail interne de l’Autorité
Portuaire sous le conseil de l’Université de Pise et dérive de plusieurs motivations : tout d’abord, grâce
à l’exemple des autres port centers, le groupe de travail s’était aperçu que la technologie permet bien
de parvenir à ce mélange d’éducatif et de loisir auquel le centre vise. Ensuite, étant donné que la salle
n’est pas très grande et que la configuration sur deux niveaux, rez-de-chaussée et premier étage, offre
seulement 134 m2 par étage, l’on a pensé qu’il était plus intéressant de mettre en place des installations
électroniques pour faciliter la vision sans encombrer la salle, qui se présente alors comme un espace
assez libre une fois franchie la porte d’entrée. Cela permet également de pouvoir agencer les
installations facilement.
Fig. 4 – La salle avant les travaux et telle qu’on la trouve aujourd’hui quand on y rentre
Ce choix de donner lieu à un parcours complètement technologique s’est avéré très fonctionnel du point
de vue de l’aménagement mais il faudra attendre les premières années de fonctionnement pour
comprendre si le système, contrôlé par un appareil sophistiqué positionné dans le grenier de l’immeuble,
assurera effectivement un bon service. Ce qui est évident dès que l’on rentre dans la salle, est le fait
que cette ambiance technologique offre une fois de plus la possibilité de se couper de l’extérieur et de
plonger dans un univers qui ouvre vers l’ailleurs.
6
L’espace information du premier étage est complètement interactif. Au milieu de la pièce, trône la table
électronique, un outil à haute valeur pédagogique qui est l’élément central de l’espace interactif.
Outre le fait de se repérer sur l’espace du port en vue aérienne, un système de fiches en 3 langues
(italien, français, anglais) permet de découvrir les activités.
Il y a deux types de fiches, une pour adultes avec plus de détails et une pour enfants avec une forme
plus ludique et colorée et une information vulgarisée. C’est cette table qui a été installée en mars 2016
avec des informations relatives au débat public.
Fig. 5 – Le table interactif
Fig. 6 – L’écran glissant
Les autres installations se répartissent entre un écran qui indique la situation actuelle des navires dans
le port, en connexion directe avec la salle opérative de la Capitainerie5 et quatre installations dédiées
aux professions, aux catégories de marchandises, au trafic conteneurs et aux processus de l’”Agence
des douanes”. Un écran glissant, sorte de frise murale, balaie l’ensemble des professions portuaires à
partir d’images qui, d’une façon ludique, proposent les catégories professionnelles les plus importantes ;
un zoom peut être fait une fois l’écran fixé sur un visage et un document vidéo s’ouvre présentant la
profession en question avec des interviews de professionnels.
Fig. 7 – L’exhibit de l’ « Agences des douanes »
Fig. 8 – L’exhibit du trafic conteneurs
Les trois autres installations utilisent des modalités et des styles graphiques différents6, ce qui facilite le
maintien de l’attention, important pour des thèmes moins passionnants comme les catégories de
marchandises et les données statistiques et le parcours que le navire effectue une fois arrivé au port,
qui concerne les fonctions de l’”Agence des douanes”.
La principale société qui gère le terminal conteneur du port, « Darsena Toscana-Darse Toscane », du
nom de l’endroit du port où le terminal se trouve, a participé en fournissant une vidéo en modalité time
lapse relative à l’arrivée d’un navire conteneurs et au débarquement des conteneurs. L’installation est
5
Au moment où nous écrivons cet écran est bloqué pour des raisons de sécurité, notamment suite aux derniers
attentats en Europe qui rendent le port un lieu sensible de la même façon que les aéroports et les gares.
6
Animations sous capteurs de mouvements, animation avec objets à puce électronique.
7
donc enrichie d’un support avec un petit écran qui propose en boucle cette vidéo pendant que sur la
paroi le visiteur peut choisir parmi trois contenus : l’histoire du conteneur, la révolution du conteneur
dans les transports, et les différentes classifications de conteneur. L’on peut aussi choisir de reproduire
le time lapse sur la grande paroi.
Le dernier écran, qui est aussi le premier à droite en rentrant, présente la relation du port avec son
territoire et peut aussi être visionné en premier, étant donné sa position, ce qui facilite dès l’entrée
l’appréhension du port à la fois dans la ville, dans le territoire et dans la région.
La durée de l’ensemble du parcours est prévue pour environ 80 minutes, mais cela est en fonction du
genre de visite : s’il s’agit d’une visite guidée, c’est le guide qui gère la temporalité, si c’est une visite en
individuel, c’est le visiteur. La modalité guidée est obligatoire pour les écoles tandis que celle en
individuel peut notamment être choisie lors d’évènements dans la forteresse ou quand le Port Center
est ouvert au grand public7. Bien que les installations soient agencées d’une façon très technologique,
l’approche se veut plus humaniste, dans le sens où l’on préfère accompagner aussi les visites
individuelles, lorsque cela est possible. Si cela n’est pas le cas, l’on a produit une feuille pour
accompagner la visite où l’on valorise davantage les savoirs liés au port et moins l’aspect technologique,
dont la promotion se fait de soi-même une fois que l’on rentre dans la salle. Toute visite ne manque
jamais de souligner le fil conducteur qui se matérialise en la structure du Port Center, à savoir ce que
le port représente pour le territoire. Chaque visite est en plus précédée d’un briefing au rez-de-chaussée
afin d’initier les visiteurs aux installations qu’ils verront de façon à les sensibiliser et aux contenus et au
fait que les infrastructures sont assez délicates. Le contenu des emplacements peut évoluer au fur et à
mesure du temps, non tant en longueur mais plutôt dans la définition des textes, le choix du matériel de
support comme par exemple les photographies, dans la précision des détails, notamment ceux liés aux
données statistiques. Une révision totale est prévue tous les deux ans, de façon à pouvoir compter sur
un contenu toujours actualisé8.
Le parcours du Port Center se complète avec les installations de l’ancien entrepôt des “Chemins de ferFS”, qui a été transformé en une section historique avec des embarcations restaurées pour ne pas
renoncer à ce lieu suggestif qui rappelle l’histoire passée, d’autant plus que la structure se trouvait
encore en bon état et qu’il fallait peu d’efforts pour la rendre utilisable9.
7
Comme par exemple la fête qui a eu lieu le fin de semaine du 18/19/20 décembre 2015, qui a été un test pour le
centre : c’est la première fois que le Port Center était ouvert au grand public, en occasion d’une animation de Noël
sur le thème d’Alice au pays des merveilles organisée dans la forteresse par l’opérateur gestionnaire du terminal
passagers “Porto di Livorno 2000”.
8
En 2016 l’on devra aussi décider la poursuite de la convention avec l’université de Pise pour implémenter le
centre.
9
Cette structure a été ouverte avant l’inauguration du centre, en mai 2014. L’on a installé en son intérieur les
embarcations historiques que l’Autorité Portuaire avait fait restaurer à partir de 2012 avec l’intention de les exposer
dans le parcours du musée du travail portuaire : le navicello “Pilade” et le bateau-pilote “Marzocco” qui jusquelà étaient exposés dans le terminal passagers mais en plein air, ce qui les avait fait se détériorer. A la restauration
de ces embarcations symbole de l’activité portuaire jusqu’à la première partie du siècle dernier, l’Autorité Portuaire
a voulu ajouter celle terminée en avril 2014 du bateau “B. Gregoretti”, embarcation de sauvetage appartenant
jusqu’en 2012 à la Capitainerie de port, qui représente une valeur historique pour la ville et qui, une fois restaurée,
se trouve actuellement amarrée dans les eaux du port Médicéen. Ces embarcations font partie intégrante du
parcours du Port Center, représentant une ouverture historique importante sur le passé du port et de la ville.
8
Fig. 9 – l’exposition des embarcations historiques
En termes de communication de ce contenu, un logo a été créé pour le Port Center et un site web rendu
opérationnel dès mars 201610. L’élément innovant de ce site est la visite virtuelle du centre : l’on peut
visionner la plupart des installations directement depuis son propre ordinateur, facilitant la diffusion des
connaissances et, en même temps, donnant l’envie de visiter physiquement l’endroit.
Fig. 10 – Le logo du Livorno Port Center
Le succès remporté par le Port Center dès son ouverture a fait en sorte que 4 mois après son
inauguration il ait été choisi en tant que siège du secrétariat du débat public sur l’agrandissement du
port. Cela est une occasion importante pour le centre, qui va se révéler très utile à la fois pour la structure
même et pour le débat. Pour ce dernier, il est en effet très important d’avoir un endroit qui matérialise
l’objet du débat et pour le Port Center il est intéressant de se faire connaître non seulement en ville mais
aussi dans le reste de la région et du territoire national.
Le débat public sur l’agrandissement du port à travers la plateforme qui va se construire en mer
(« Darsena Europa »), auquel il faut ajouter une section dédiée à la transformation de la zone de la
« Gare maritime », où la « Vieille Forteresse » et le Port Center se trouvent en matérialisant ce
renouveau, est le premier en Toscane, suite à la loi régionale n. 46 de 2013 et aussi le premier dans le
10
www.livornoportcenter.it
9
cadre national en relation aux ports11. Dans cette loi, le débat se présente comme « un processo di
informazione, confronto pubblico e partecipazione su opere, progetti o interventi che assumono una
particolare rilevanza per la comunità regionale, in materia ambientale, territoriale, paesaggistica,
sociale, culturale ed economica »12. Les entités qui conduisent le débat public toscan sont : l’Autorité
régionale pour la promotion de la participation, organisme libre qui se raccorde avec la Région Toscane,
le responsable du débat, nommé par l’autorité13 et l’Autorité Portuaire. Démarré en avril et terminé en
juin 2016, le débat s’est déroulé via différentes rencontres : en termes de gouvernance, il y a eu
plusieurs réunions entre les responsables et les autres entités publiques engagées dans ces projets
portuaires (Municipalité et Province) ; en termes de rencontres avec le public, des laboratoires
thématiques14, des workshops avec les stakeholders, des visites de terrain, des points itinérants. Une
grande campagne de communication a été faite, avec un dossier et des documents imprimés distribués,
des manifestes, une ligne téléphonique dédiée et, bien sûr, un site web15 et tous les instruments de
communication innovants tels qu’un compte facebook et twitter16.
Conclusions
La mission du Port Center, se concentre dans les trois points suivants : transférer des connaissances,
rétablir une relation avec la ville et favoriser une nouvelle image de ville portuaire. Cela se manifeste
avec un agencement moderne et technologique qui, en cette période où les ports maritimes traversent
tous une crise plus ou moins forte avec des baisses de trafic et des difficultés pour attirer des nouveaux
investisseurs, renforce la portée sociale du port et facilite son ancrage dans le territoire, indispensable
pour l’image du port. Ce sont finalement aussi des motivations politiques et sociales qui sont à la base
de la nouvelle phase d’ouverture vers l’extérieur que les ports sont en train de vivre. La position
stratégique du Port Center, offre une perspective intéressante et innovante pour le développement futur
de cet outil : le Port Center en tant qu’outil de légitimation non seulement de l’existence du port mais
aussi d’un nouvel essor pour la ville. Son rapport avec la forteresse d’ailleurs ne concerne plus
seulement sa localisation mais aussi l’utilisation qu’il fait des autres espaces et fonctions de la
forteresse, comme par exemple la salle des conférences, englobant le monument dans son opération
de connaissance. Porter à la connaissance de toutes les parties prenantes la valeur ajoutée de l’espace
portuaire, sensibiliser les citoyens aux enjeux du port à travers des actions de pédagogie et d’éducation
sont devenus aujourd’hui le point focal d’une politique qui cherche à éveiller le citoyen et à le faire
devenir partenaire d’un projet à travers des processus qui aident à légitimer la présence du port en ville
(« licence to operate »), voire à faire en sorte qu’il catalyse les tendances de régénération de la ville.
11
Une loi nationale en effet n’a pas encore été promulguée mais elle est à l’étude, tandis que dans le nouveau code
des appels d’offres publics il a déjà été prévu.
12
« Un processus d’information, de confrontation publique et de participation sur les travaux, les projets ou les
interventions qui s’avèrent d’une importance particulière pour la communauté régionale, en matière
environnementale, territoriale, du paysage, sociale, culturelle et économique ». (Traduction personnelle).
13
Dans le cas de Livourne, le responsable est Madame Sophie Guillain, choisie par une liste de candidats, de par
son expérience dans le cadre de la société “Res-publica” http://www.respublica-conseil.fr
14
Un pour chaque thème du débat (« Piattaforma Europa » et développement économique, « Gare maritime »,
interface ville-port et valorisation touristique), plus un relatif à la municipalité de Collesalvetti, dans laquelle se
trouve la plateforme logistique « A. Vespucci » et un sur leurs impacts transversaux (économiques,
environnementaux et sociaux). La modalité de déroulement des laboratoires prévoyait pour chaque rencontre une
présentation générale de la part des responsables, des moments d’autogestion aux tables, avec un verbalisateur et
un porte-parole pour la restitution, un moment final de discussion conjointe.
15
www.dibattitoinporto.it
16
Pour donner quelques chiffres : sur 4.000 mails envoyés, 1.000 contacts directes par mail ont suivi. Lors des
laboratoires, sur 355 contacts, 268 se sont enregistrés et 211 personnes ont participé aux visites du terrain. 2.508
contacts sur facebook, 115 publications externes sur internet et twitter. 164 questionnaires d’évaluation, 41 fiches
de proposition collectives, 75 fiches individuelles
10