Rapport de séjour au japon

Commentaires

Transcription

Rapport de séjour au japon
PAJOT Dita 703
Rapport de séjour au japon
Nous sommes arrivés au Japon le samedi au matin, et les familles sont venues nous
chercher à l'aéroport. La rencontre avec la famille s'est très bien déroulée, le contact était tout
de suite amicale, et toute inquiétude liée à un quelconque problème de communication a très
vite disparu. Nous sommes tout de suite rentrées à la maison pour que je puisse m'installer, et
l'après-midi, ma correspondante m'a emmenée au lycée pour assister à une sorte de petit cours
de français que les « senpai » et la professeur de français avaient organisé pour les collégiens
qui aspiraient à étudier le français au lycée. C'était assez amusant, et j'ai pu rencontrer
quelques élèves. L'après-midi nous sommes ensuite allées faire les magasins avec ma
correspondante à Yokohama. La première journée fut bien plus remplie que ce que j'avais
espéré.
Le dimanche, nous sommes allées à Tokyo, principalement dans les quartiers comme
Harajuku et Shibuya. La villes est réellement impressionnante. Rien que le deuxième jour, et
j'avais déjà vu un grand nombre d'endroits que j'avais toujours rêvé de voir. J'ai vu des endroit
devenus presque cultes pour les occidentaux, comme la statut du chien Hachiko, ou le plus
grand carrefour routier du Japon. Être à Tokyo fut presque comme être sur une autre planète.
La statue du chien Hachiko à Tokyo
Une rue passante de Tokyo
Le lundi, je suis allée en cours pour la première fois. J'ai rencontré beaucoup d'élèves
tous plus accueillants les ns que les autres, er j'ai assisté à des cours de français. Le soir, avec
une amie de ma correspondante, nous allées à Minato Mirai, le port de Yokohama et
également un lieu touristique très important, avec beaucoup de centres commerciaux. Le soir
tombé, avec ses buildings gigantesques,Yokohama fait vraiment penser à un vaisseau spatial,
c'est magnifique et on ne peut plus dépaysant. Ce soir-là j'ai également mangé des
Okonomiyaki pour la première fois.
Minato Mirai à Yokohama
Le mardi, après les cours nous sommes allées assister au club de la cérémonie du thé
traditionnelle, le « 茶道» (sadô), tenu par les élèves. Le nombre de règle et le code très
complexe auxquels doivent obéir les élèves en préparant le thé vert est époustouflant ! La
plupart étaient des filles, le club ne comprant qu'un seul garçon, et tous étaient très
enthousiaste à l'idée de m'enseigner les différentes formules de politesses concernant le sadô,
et j'ai beaucoup apprécié.
Le reste de la semaine s'est déroulé ainsi. Le midi, nous mangions nos bentô avec les
amis de ma correspondante. J'avais en réalité très peu de cours en commun avec elle, car étant
donné que nous pouvions choisir les cours auxquels assister, j'ai choisi principalement des
cours de langues, surtout d'anglais. Mais j'ai pu rencontrer beaucoup de gens très intéressants.
Le deuxième week-end, nous sommes allées à Asakusa, quartier de Tokyo où l'on peu
trouver toute sorte de magasin, restaurants, monuments et événements en rapport avec le
Japon traditionnel, comme par exemple des magasins de kimono, ou le monument bien connu
qu'est la Kaminari Mon. Là-bas, j'ai pu goûter des snacks et des boissons devenus
emblématiques, comme le senbe ou le ramune. Le dimanche, nous sommes allées visiter le
musée Ghibli, ce qui était un de mes rêves depuis toute petite, autre que visiter le Japon, ayant
eu une enfance bercée par l'univers de Miyazaki. Je suis également allée à Akihabara ce jourlà, avec une de mes amies proche qui fait aussi partie du programme Colibri. C'était très
étrange de me retrouver au milieu de Tokyo avec elle, et ça m'a fait réellement prendre
conscience que je me trouvais à l'autre bout de la planète. Akihabara est le quartier
représentatif de la culture manga et anime. On peut y trouver beaucoup de magasins de jeuxvidéos et de manga, et c'est réellement passionnant.
La Kaminari Mon à Asakusa
La deuxième semaine s'est déroulée plus ou moins commme la première, à l'exception
des trois dernier jours pendant lesquels, pour la fête d'Halloween dont les japonais sont très
friands, tous les élèves et même quelques professeurs étaient costumés. Le premier jour j'y
suis allée en uniforme scolaire japonais (le lycée qui m'accueillait n'avait pas d'uniforme, et
le dernier jour en yukata, kimono très léger en coton. C'était vraiment très amusant, et tout le
monde était ravi.
Le dernier week-end, j'ai réalisé un autre de mes rêves : je suis allée voir une pièce
de Kabuki, art dramatique traditionnel japonais où les acteurs sont exclusivement des hommes,
et qui est extrêmement codifié. C'était époustouflant, même si les dialogues était en un
japonais relativement complexe et que je n'ai pratiquement rien compris du contenu de la
pièce. Mais ma correspondante m'a tout expliqué par la suite. Le dimanche, nous sommes
allées à Kamakura, qui est probablement l'endroit avec les plus grands et plus beaux temple
de tout le kantô. Je me suis réellement sentie immergée dans la nature japonaise à ce moment...
Les temples japonais sont tous simplement remarquables. Nous somme également allées voir
le Daibutsu, une gigantesque statue de Bouddah qui est un lieu touristique de renom.
La devanture du kabukiza (théâtre où les pièces de Kabuki sont représentées)
Le Daibutsu à Kamakura
La dernière semaine, le refus du départ se faisait sentir, bien que ma famille et mes
amis me manquaient. J'avais vraiment de rester au Japon.
Nous sommes retournées à Minato Mirai avec une amie de ma correspondante. Tout le monde
a été absolument adorable avec moi et mes camarades françaises, et les adieux furent
déchirants. Mais, même si, auparavant, je n'avais jamais considéré pouvoir me permettre
d'aller vivre au Japon, ne serait-ce qu'un an ou deux, ou pour mes études, j'en fait maintenant
une ambition, un but très important. J'ai l'intention, et ce depuis longtemps, de continuer
d'étudier les japonais à la fac, et ce voyage n'a fait que confirmer la passion que j'ai pour ce
pays, cette langue et cette culture.
- PAJOT Dita du lycée François Magendie à Bordeaux