UN AN À L`ENA

Commentaires

Transcription

UN AN À L`ENA
SOCIÉTÉ
UN AN À L’ENA
la grande école
l’administration (f)
le haut fonctionnaire
la régularité
Une Allemande
au cœur d’un mythe
les comptes [kɔ̃t] (m)
de l’État
mener
au service de
le diplômé
influent,e
la tête
Katharina Strecker verbrachte ein Jahr an der legendären
École Nationale d’Administration, die Spitzenbeamte und
Präsidenten hervorbringt. Bericht und Interview von
leicht
Pierre-Alain Le Cheviller.
L’ENA, l’École nationale
d’administration, est l’institution où sont formés les futurs
hauts fonctionnaires de l’État, c’està-dire ceux qui, un jour, dirigeront des
ministères, contrôleront la régularité
des comptes de l’État, travailleront
dans la diplomatie, etc. Elle mène
donc à des carrières brillantes au service de la France.
L’ENA fut créée en 1945 par le général de Gaulle dans un but bien précis :
ses diplômés , les « énarques », devaient peu à peu remplacer les fonctionnaires qui avaient collaboré avec
l’Allemagne nazie ou avaient été tués
pendant la Seconde Guerre mondiale.
Ils sont vite devenus très influents à
la tête de l’État.
Parallèlement, de nombreux énarques
ont embrassé une carrière politique.
C’est le cas par exemple de Valéry
26
Critiquée, mais toujours là
Critiquée, mais toujours là
être coupé,e
des réalités (f)
le député
la suppression
la formation
Depuis les années 80, l’ENA est de
plus en plus critiquée. De nombreux
Français reprochent aux énarques de
monopoliser les postes les plus importants, d’être coupés des réalités
et d’être moins au service du pays
que de leurs intérêts. Un petit groupe
de députés demande même régulièrement la suppression de l’école.
Depuis 15 ans, la formation de l’ENA
( encadré p. 27) a tout de même
beaucoup évolué. Préparer ses élèves
à travailler avec les institutions européennes est désormais devenu une
priorité. L’ENA s’est ainsi installée à
Strasbourg.
Des carrières brillantes
L’École nationale d’administration
Depuis 2005, l’ENA est définitivement installée à Strasbourg.
3/2011
führen
im Dienste von
der Absolvent
einflussreich
die Spitze
Des carrières brillantes
embrasser
einschlagen
sur
von
passer par
besuchen
la fonction publique
der öffentliche
Dienst
Plus de 350 étudiants
l’esprit (m)
même
l’intervenant (m)
intransigeant,e
[ε̃tɑ̃ziɑ̃,ɑ̃t]
le concours
[kɔ̃ku] d’entrée
recruter
fréquenter
l’ambassadeur (m)
faire part de
DR, Hartmann/Sipa Press
C
’est la plus grande des
grandes écoles françaises !
Giscard d’Estaing, président de la République de 1974 à 1981, ou encore
de Jacques Chirac, Lionel Jospin, Michel Rocard, Dominique de Villepin,
Ségolène Royal et de bien d’autres.
Actuellement, sur les treize ministres
du gouvernement de Nicolas Sarkozy
– le président lui-même n’ est pas
passé par l’ENA – quatre seulement
sont énarques. C’est peu, comparé
aux gouvernements précédents. D’autres anciens élèves de l’École nationale d’administration ont quitté la fonction publique et dirigent de grandes
entreprises publiques ou privées.
C’est en particulier le cas de Louis
Gallois, le président d’EADS.
die Elitehochschule
die Verwaltung
der hohe Beamte
die Ordnungsmäßigkeit
die Staatsfinanzen
realitätsfremd sein
der Abgeordnete
die Abschaffung
die Ausbildung
allemands
der Geist
eigentlich
der Dozent
anspruchsvoll
das Aufnahmeverfahren
aufnehmen
besuchen
der Botschafter
berichten von
Plus de 350 étudiants
allemands
Cependant, l’esprit même de l’école
n’a pas changé : ses intervenants sont
toujours aussi intransigeants, son enseignement toujours aussi excellent et
son concours d’entrée toujours aussi
difficile ! Sur près de 1 500 candidats,
l’ENA recrute chaque année environ
80 étudiants français et 30 étudiants
étrangers. C’est ainsi que, depuis
1966, plus de 350 étudiants allemands ont fréquenté l’École nationale d’administration ; parmi eux, l’actuel ambassadeur d’Allemagne en
France, Reinhard Schäfers, ou encore
Katharina Stre cker qui nous a fait
part de son expérience.
3/2011
Les cours à l’ENA
Depuis 1945, les futurs hommes politiques français commencent
en général leur formation après le baccalauréat par des études à
l’Institut politique de Paris (IEP) et la poursuivent, pour les meilleurs d’entre eux, à l’ENA. La formation à l’IEP dure trois ans.
Celle de « base » à l’ENA dure deux ans, et a pour but de faire des
étudiants des « décideurs publics ». Elle est organisée en trois
modules : Europe, Territoires, Gestion et management publics.
Le cursus comprend en tout 54 semaines de stage. Et lorsqu’ils ne
sont pas sur le terrain, les étudiants suivent des cours de gestion,
de droit, d’économie publique, de langues, de négociation, etc.
l’homme (m) politique
le décideur
gestion [εstjɔ̃] et
management publics
le cursus [kysys]
le stage
être sur le terrain
l’économie (f) publique
der Politiker
der Entscheidungsträger
zielorientierte Steuerung und Gestaltung
von Staat und öffentlicher Verwaltung
der Studiengang
das Praktikum
hier: Praxiserfahrung sammeln
die Wirtschaftspolitik
INTERVIEW
Katharina Strecker
« On fait des choses qu’on ne fait pas ailleurs »
Écoute : Pourquoi avez-vous voulu
étudier à l’ENA ?
Katharina Strecker : J’ai fait des
études de droit en Allemagne et en
France, dont un doctorat en droit
comparé franco-allemand. Un an à
l’ENA, c’était l’occasion de compléter
mes connaissances et mes compétences juridiques par une formation
plus transversale, plus généraliste,
plus pratique. Et puis, c’était aussi un
défi pour moi. Cette école a une réputation internationale !
Est-il difficile d’être admis dans
cette école ?
Plutôt , oui ! Outre les 80 étudiants
français, il y avait 25 étudiants étrangers. Nous, les candidats allemands,
avons été présélectionnés par le
DAAD, l’Office allemand d’échanges
universitaires, qui nous accorde une
bourse. Puis, nous avons passé deux
jours d’examens très difficiles : une
journée d’examens écrits, une journée d’ oraux , et à la fin un « grand
oral » de culture générale devant un
jury présidé par le directeur de l’ENA.
Parmi les étrangers admis, il y avait
quatre Allemands, mais aussi quatre
Pourquoi avez-vous voulu…
de droit
Jurale droit comparé
die vergleichende
Rechtswissenschaft
transversal,e
fächerübergreifend
le défi
die Herausforderung
la réputation
der Ruf
Est-il difficile d’être admis…
plutôt
ziemlich
outre
neben
accorder
gewähren
la bourse
das Stipendium
l’oral (m)
die mündliche
Prüfung
27
y