photographie - Festival Photo de Dax

Commentaires

Transcription

photographie - Festival Photo de Dax
de
la
photographie
1 au 31 juillet 2013
er
www.dax.fr
Festival
«Portraits du monde
le monde en portraits»
expositons gratuites
Marathon photo
dossier
de presse
Conférence
Dossier
de presse
inauguration
Concours photo
animations
samedi
6 octobre 2012
Infos au 05 58 56 80 07 - dax.fr
a dax...
ie
h
p
a
r
g
o
t
o
h
p
a
l
Le festival de
Partout la photographie
Partout la photographie nous regarde et partout nous regardons la photographie.
La photographie appartient à notre vie quotidienne, à notre univers mental qu’elle
constitue et nourrit abondamment. La photographie nous entoure, dans les médias, la publicité, l’art. Des événements se multiplient. L’engouement pour les
expositions est manifeste. Partout les talents se montrent, s’épanouissent. Chez
les artistes évidemment mais aussi chez tous ceux que l’image questionne, attire,
séduit.
La photographie est en effet pratiquée par des millions d’amateurs, aidés par le
récent développement des processus numériques qui permettent à chacun de
vivre cet art selon son goût et son niveau d’acquisition technique. Dans ce domaine, la technologie a participé à la démocratisation d’une discipline artistique.
A Dax, depuis trois ans, nous avons voulu nous engager dans ce mouvement. Après deux saisons
pendant lesquelles le festival a eu lieu en automne, nous avons souhaité l’organiser en été pour que
le public plus nombreux, dacquois mais aussi estival, profite davantage des installations.
Une fois encore, elles sont très nombreuses, tant à l’extérieur, dans beaucoup d’endroits de la ville,
que nous connaissons tous mais que les expositions permettent de lire avec un œil neuf, qu’à l’intérieur comme les nombreux bars de la ville qui s’associent à la manifestation ou bien entendu, à
l’Atrium Culture où nous recevons cette année l’immense Lucien Clergue avec des images taurines
qui célèbrent à leur façon le centenaire des arènes de Dax.
Aux côtés des artistes et des professionnels, les amateurs ne sont pas oubliés. Un grand marathon est organisé pour eux qui permettra peut-être demain l’éclosion de nouveaux talents comme le
concours de photographies qui a eu lieu ce printemps et dont les meilleurs clichés seront montrés
sur les berges de l’Adour.
Pour que tous aient accès aux images montrées à Dax dans tous les lieux de la ville, une fois encore, la
municipalité a fait le choix de la gratuité pour toutes les expositions. Elle a aussi voulu provoquer des
rencontres nombreuses entre le public, les artistes, les amateurs d’images, ainsi que les scolaires
et les lycéens.
Grâce à ce festival qui s’installe en ville au fil des saisons, vous ne verrez plus l’été à Dax avec le
même regard.
Bon festival. Stéphane Mauclair, Adjoint au Maire en charge des affaires culturelles al
iv
t
s
e
f
u
d
s
n
io
t
a
Les anim
Marathon Photo
samedi 20 juillet 2013
6 heures / 6 thèmes
Les participants ont rendez-vous à 8h
à l’Esc’halles, 1er étage des Halles, place Roger Ducos avec :
- leur matériel (appareil photographique numérique et une carte mémoire vide),
- une pièce d’identité
Début du marathon : 9 heures précises
Fin du marathon : 17 heures précises
Les photographies primées seront ensuite exposées sur le site de la Ville de Dax www.dax.fr. et sur
le site dédié festival-photo.dax.fr
Les gagnants se verront remettre des prix offerts par des partenaires.
Les résultats seront donnés vers 19 heures.
Tarif : 5 €. Inscriptions et règlement sur www.dax.fr
Les mineurs doivent être accompagnés d’un adulte
ANIMATIONS JEUNE PUBLIC
Le 10 juillet, un rallye photo est organisé pour les
enfants accueillis dans les centres de loisirs municipaux et le 24 juillet un marathon photo sera proposé aux jeunes du Centre social et Culturel.
Thèmes : «Prise de vue en studio, en extérieur»
et «Le portrait dans la mode»
Ce stage amène les participants dans leur capacité à observer et à anticiper une
situation donnée ainsi que dans la recherche d’une certaine maîtrise technique.
L’objectif est d’adopter l’attitude et les bons réflexes qui permettent de capturer
le réel et l’imaginaire. Transformer l’ordinaire en extraordinaire par un cadrage,
une composition, un instant, un regard tout en jouant avec la lumière.
Stage réservé aux professionnels ou aux amateurs avertis.
Droit d’inscription : 150 € les 2 jours
30 places disponibles.
Info & résa : Service Culture Tel. 05 58 56 80 07 [email protected]
Inscription sur dax.fr et sur le site dédié festival-photo.dax.fr
Animations
Stage avec Pierre delaunay
et Silvana Delaunay Bonvissuto
lundi 15 et mardi 16 juillet 2013
e
d
e
c
n
e
r
é
f
n
o
c
e
n
U
Lucien clergue
Dans la lumière
du maître d’Arles
L’Arlésien Lucien Clergue, photographe des
Gitans, de Picasso, des écrivains et de tous les
artistes, président pour 2013 de l’Académie des
Beaux-Arts, expose à Dax dans le cadre du festival de la photographie.
C’est un grand événement pour la ville de Dax et pour le festival de la photographie. Le photographe Lucien Clergue présente en effet une exposition sur la tauromachie qui fait également
le lien avec la célébration du centenaire des arènes dont le programme a débuté le 12 mai et
doit se prolonger jusqu’en décembre.
Lucien Clergue est né à Arles en 1934. Il apprend le violon avant de se consacrer entièrement
à la photographie. Ses premiers travaux sont marqués par la mort, les bombardements, les
corridas. Puis ce sera les nus de la mer, les paysages de Camargue et les éléments qui la
compose: l’eau, le sable, les herbes, les signes du vent. Ses rencontres avec Cocteau puis avec
Picasso en 1953 seront décisives. Une amitié très forte liera les deux hommes jusqu’à la disparition du maître en 1973. Cocteau s’inspirera des photos de gitans de Clergue pour décorer
la Chapelle de Villefranche.
Picasso illustrera le livre Corps Mémorable. Toute la vie de création artistique du photographe
est alimentée par ses amitiés avec le monde artistique. Il découvre et lance le gitan Manitas de
Plata avec qui il fera le tour du monde. Il côtoie des écrivains tels que Saint John Perse, Michel
Tournier, des artistes de son temps, monde qu’il photographie régulièrement. En 1969, il crée
les Rencontres Internationales de la Photographie en Arles. Il a publié plus de 75 livres, réalisé
une vingtaine de courts et moyens métrages. Ses œuvres figurent dans les collections des plus
grands musées. Il est le premier photographe a entrer à l'Académie des Beaux Arts.
Dimanche 28 juillet à 19h
à la Brasserie de l’Atrium
jusqu’au 15 septembre 2013
M
21
20
Les expos
22
T
S
I
C
U
15
19
14
N
18
17
H
B
E
16
13
L
G
9
J
12
11
8
6
5
10
D
7
F
K
4 A
Q
R
3
2
P
1
à Dax
lieux d’exposition
O
Vers Hôpital Thermal
A-Marie Afdjene (Esc’Halles) • H-Lucien Clergue (Atrium Culture) • J-Silvana Delaunay Bonvissuto (Office de Tourisme)
• L-Marc Jeudy et Jean-Baptiste Dassé (Galerie d’Art Municipale) • Q-Rue Balise et l’Abécédaire Urbain (Esc’Halles)
• R-L’ADAPEI au Petit Musée (Hôtel de Ville)
B-Lucie Alidjra et Pierre Delaunay (La Potinière) • C-Michel Beguin (Palmeraie) • D-Aude Bernard ( Place du Présidial)
• E-Pierre Boulat (Fontaine Chaude) • F-Fabien Campoverde (Remparts St-Pierre) • G-Sylvain Cazenave (Centre Culturel)
• I-Concours Photo (Berges de l’Adour) • K-Jacques Hamel (Cathédrale) • M-Serge Lafourcade (Mur des arènes)
• N-Patricia Lascabannes (Berges de l’Adour) • O-Daniel Mettoudi et Loïc Guston (Jardins de l’Hôpital Thermal)
• P-Bruno Morandi (Parc de la Mairie) • S-Gérard Tordjman (Balcon de l’Adour) • T-Jacques Torregano (Parc des arènes)
• U-Benjamin Vanderlick (Place Thiers).
1/ Bar Darrigade
2/ Le Byron
46, cours Galliéni
10, rue de l’évêché
3/ Le Bouchon du ver luisant
4/ La Guitoune
5 / La Case
6, rue de la Halle
place Roger Ducos
23, cours Foch
6/ French Coffee Shop
7/ Chez Magali
Thierry Boyé
37, rue Neuve
9/ Casa Miguel
3, rue du Mirailh
11/ Le Sévigné
Emilie Gachan
Elodie Lafitte
43, rue des Carmes
9, rue de Borda
14, rue du Mirailh
12/ Thermes de l’Avenue
13/ Calypso
Olivier Rougier
15/ L’Atmosphère
16/ Café Inn
17, avenue G. Clémenceau
27, boulevard St-Pierre
Yves Chuiton 14/ Bar Le Bordeaux
Willam Lucas
36, rue Neuve
8/ Le Valmont
10/ Le Chevalier
Eric Lefort
Jean-Michel Danard
place de la Fontaine Chaude
6, place Fontaine Chaude
2 Rue Neuve
17/ Brasserie de l’Atrium
18/ Saxy Rock Café
19/ Casino Barrière
Serge Lafourcade
Maurice Cuquel
Gégé le Brest
Xavier Sallefranque
Philippe Albin
cours Foch
Michel Sourbé
5 avenue Milliès Lacroix
av. M. Lacroix
Isabelle Louvier
20/ Cinéma Multiplex le Grand Club
Claude Ortiz
21/ Barrera Sol
Alain Lesgourgues
22/ Crédit agricole
Olivier Saint-Laurans
Club Photo de l’Association Culturelle de Dax
2 rue de la Tannerie
Rue de Logroño
11 avenue du sablar
Bertrand Caritey
Bertrand Caritey
Patrick Paul
alles
marie Afdjene Esc’H
13h30 - 18h
L’exposition « Regards de Femmes » propose de s’interroger sur le
fait qu’être une femme aujourd’hui est quelque chose d’aussi merveilleux que difficile. Les femmes peuvent arborer de multiples
facettes. L’artiste nous prouve ici qu’elles ne sont pas enfermées
dans des stéréotypes et des comportements attendus. L’exposition propose à la fois une unité au niveau des tirages photos et des
supports de présentation, mais aussi une diversité tant dans le traitement des images que dans les tissus utilisés pour accompagner les univers représentés.
à travers cette série, on a alors la possibilité d’appréhender l’unité et la diversité de la femme,
car les femmes sont à la fois toutes similaires et toutes uniques. Cette exposition nous donne
non seulement la possibilité de nous interroger sur les difficultés à penser à la fois conformité
et distinction ; mais elle nous permet aussi de méditer et d’échanger sur la place et la mission
des femmes dans notre société.
rdin de la Potinière
Ja
a
r
j
id
l
a
ie
c
u
l
Les photographes
Passionnée de photographie depuis environ 5 ans, Lucie Alidjra a suivi des cours aux BeauxArts de Poitiers avec David Falco pendant deux ans. Actuellement en classe de première Littéraire Arts plastiques, au lycée pilote international et innovant du Futuroscope, Lucie a participé
deux fois au festival de BarrObjectif (16). En 2010 avec une série intitulée « J’t’ai vu la rue » et
en 2012 avec une série sur les doudous
« La dure vie des doudous ». C’est à la suite
de cette exposition que la jeune photographe en herbe a
eu l’opportunité d’exposer à Dax.
Palmeraie
in
u
g
e
b
l
e
h
ic
m
Photographe amateur averti, Michel Béguin quand il était
jeune, tirait déjà ses images dans la maison familiale de
Vendée.
Membre d’un photo-club, il récolte souvent des prix dans
les concours organisés par la Fédération photographique
de France et d’autres institutions.
Converti depuis une dizaine d’années au numérique, il a
redécouvert la photo dans sa totalité : prise de vues, travail
de labo avec l’ordinateur, puis tirage pour les expositions et
les concours.
Il a présenté de nombreux sujets au fil des années, notamment au festival Barrobjectif, dont certains résultent de voyages lointains. Attiré par l’Asie, il a réalisé des reportages sur les nomades
Kirghizes, les porteurs au Népal, et le Transsibérien, qui lui a fait traverser toute l’Asie. Ce sont
les images de ce voyage étonnant que le public pourra découvrir à Dax.
ce du Présidial
la
P
d
r
a
n
r
e
b
e
aud
Aude Bernard avait, très jeune, travaillé au Moulin Rouge, plus qu’un cabaret une illustre institution parisienne. Aude, chargée de photographier les tablées de spectateurs, avait vite franchi le
seuil des coulisses, y nouant des liens étroits avec les danseuses affairées à leur maquillage au
milieu du désordre des éclats de strass et des envolées de plumes multicolores, des visages de
femmes dont l’Art de la photographe saisit la profonde humanité tremblante du trac de l’avantscène. C’est une affaire de confiance absolue entre les danseuses guettant dans le miroir leur
métamorphose et le regard de la photographe traversant le miroir pour saisir la vérité de chacune. Nul voyeurisme dans ce que Aude Bernard donne à voir, mais une plongée bienveillante au
coeur des êtres, des images que n’aurait pas désavouées Robert Doisneau. Ses portraits, elle a
choisi de les peindre le plus souvent en noir et blanc, gommant la distraction des couleurs promises à la scène pour renforcer la gravité des préparatifs.
Dans un instant, toutes s’élanceront sous les projecteurs. Chacune
deviendra alors élément d’un véritable ballet et c’est de l’Unité
dansante que naîtra la Magie...
Fontaine Chaude
t
a
l
u
o
b
e
r
r
ie
p
Pierre Boulat embrasse la carrière de photographe de presse
en travaillant pour Samedi Soir après la Libération, puis pour
France Dimanche et Paris-Match. En 1955, il est le premier
français à travailler avec Life Magazine. C’est l’image d’un
nuage en forme de champignon atomique, au-dessus de Paris, qui fut à l’origine d’une coopération de 23 ans. Deux reportages célèbres, l’un sur l’académie de West Point, et l’autre intitulé le
« Regard d’un Français sur la femme américaine » achèvent d’asseoir sa notorieté. Il couvre
alors l’actualité internationale et photographie de nombreuses personnalités. Il est le premier
journaliste occidental à pénétrer en URSS en 1957, le premier aussi à entrer en Chine après l’instauration de la République populaire. En 1979 Il fonde avec sa femme Annie, l’agence Cosmos.
1982 marque le début d’une collaboration régulière avec Paris-Match qui lui permet de réaliser
de grands reportages, jusqu’à sa mort en 1998.
parts St-Pierre
em
R
e
d
r
e
v
o
p
m
a
Fabien c
Raconter l’histoire de quelqu’un en une image. Un portrait, une
pose. L’imprimer dans le temps en la figeant dans l’espace.
Embrasser d’un œil la mémoire de l’autre. Regarder autrement un visage.
Né en 1976 à Paris, Fabien Campoverde ets initié à l’adolescence par le photographe Bertrand Deprez. Pendant plusieurs
années il exerce sa passion de manière dilettante. Au gré des
voyages et de séjours aux quatre coins du monde enrichie par des rencontres il
développe son envie d’aller plus loin et d’en faire son métier. Il croise le chemin du photographe
australien Martin Mischkulnig qui est décisif dans ses choix et le pousse à se professionnaliser.
Il suit une formation au centre australien de la photographie à Sydney. De retour à Paris, il travaille comme assistant auprès de grands photographes internationaux durant six années. Guidé
par son regard et sa sensibilité, Fabien Campoverde développe une passion particulière pour le
portrait. Depuis 2009 il est photographe indépendant à Paris.
tre Culturel
en
C
e
v
a
n
e
z
a
c
sylvain
Véritable pionnier en France de la photographie de surf et de vagues, Sylvain Cazenave a planté
le pied de son télé-objectif dans le sable de toutes les plages de la planète. Après avoir passé
les premières années de sa vie en Afrique, dans les années 60, Sylvain s’installe à Biarritz avec
sa famille où il découvre les joies du surf. Adolescent, il fera partie de l’Equipe de France de surf.
Très vite, il se passionne pour la photographie tout en poursuivant ses études de sciences-économiques et d’anglais à la Faculté de Bordeaux. En 1976, il part à Tahiti. C’est la révélation. Il
décide de consacrer sa vie à l’océan et de parcourir le monde à la recherche de la plus belle vague.
Ses voyages l’emmèneront
avec ses boîtiers et ses objectifs aux
quatre coins de la
planète : Australie, Californie, Fidji,
Nouvelle-Zélande
et bien sûr Hawaï. Aujourd’hui, ces
lieux
magiques
n’ont plus aucun secret pour lui.
Depuis 1990, Sylvain Cazenave est membre d’honneur de Surfrider
Foundation, une association qui a
pour rôle de protéger l’océan, les vagues et le littoral.
ulture
ium C
Lucien clergue Atr
13h30 - 17h30
Lucien Clergue est né à Arles en 1934. Ses premiers travaux
sont marqués par la mort, les bombardements, il photographie
les charognes des bords du Rhône, les corridas. Puis ce seront
les nus de la mer, les paysages de Camargue et les éléments
qui la composent : l’eau, le sable, les herbes, les signes du
vent. Ses rencontres avec Cocteau, puis avec Picasso seront
décisives. Une amitié très forte le liera à ce dernier jusqu’à sa disparition en 1973. Toute la vie
créative du photographe est alimentée par ses amitiés avec le monde artistique.
Il côtoie des écrivains, des artistes de son temps qu’il photographie régulièrement.
En 1969 il crée les Rencontres Internationales de la photographie. Il a publié plus de 75 livres.
Ses œuvres figurent dans les collections des plus grands musées. Il est le premier photographe à entrer à l’Académie des Beaux-arts.
Municipale
rt
A
d’
ie
er
al
G
é
s
s
a
Jean-baptiste d
13h30-17h30
Passionnée par le tirage photographique, Christine Dassé a eu
la chance de récupérer les plaques de verre de son grand-père,
Jean-Baptiste, qui exerçait à Léon. Elle se consacre aujourd’hui
à leur conservation avec de nouveaux tirages effectués dans les
techniques et le respect de l’époque. J-B Dassé s’était installé en 1917 et il est devenu
un artiste au regard d’une grande sensibilité, qui fixera sur plaques sensibles les événements de
sa région. En regardant ses photos de nos jours, les contemporains découvriront, grâce à l’œil de
l’artiste et au travail de l’ethnographe, qu’il deviendra indirectement, ce qu’était la vie landaise de
1917 à 1950. Ce patrimoine est exceptionnel, c’est l’œuvre d’un artiste de grand talent que sa petite
fille a su magnifiquement restituer.
in de la Potinière
rd
Ja
y
a
n
u
a
l
e
d
Pierre
Pierre Delaunay photographe professionnel à Ruffec depuis 32 ans, la ville ou
il est né en 1962, est, comme Obelix, tombé tout petit dans la potion nommée
«révélateur». Photographe humaniste et social, à travers sa sensibilité, il traduit dans ses images l’émotion qui se dégage des personnages et c’est ainsi
qu’il fixe sur la pellicule des instants parfois étonnants. De nombreuses fois
primé comme portraitiste, il expose ses œuvres en France et aussi à l’étranger.
e de Tourisme
ic
ff
O
o
t
u
s
is
v
n
o
b
Silvana delaunay
14h-18h
D’origine italienne, Silvana Bonvissuto Delaunay, a très vite su s’imposer dans l’institution Delaunay Photographes de Pères en fils à Ruffec,
depuis plusieurs générations. Les images de Silvana sont esthétiques,
elles correspondent à la tendance actuelle où la photographie n’est pas
seulement qu’un patrimoine familial, que l’on enferme au fond d’un tiroir, mais que l’on a envie d’exposer chez soi, comme élément de décoration. Le style est graphique, épuré. Les photos sont essentiellement
réalisées dans des intérieurs modernes où le modèle est magnifié par
des oppositions de couleur et d’avant plans flous. Issue du milieu de la
mode Silvana attache une grande importance à la gestuelle des sujets
photographiés.
al
s de l’Hôpital Therm
in
rd
Ja
n
o
t
s
u
G
Loïc
13h30-18h
Loïc Guston est né dans le Sud-ouest de la France en 1960. L’essentiel de son travail photographique concerne l’architecture avec
cette question : « Comment définir la photographie d’architecture
et que devient l'architecture après la photographie ? ». Quand il
explore les environnements urbains ou industriels il recherche une
relation entre l’espace et le temps. Sa photographie s’intéresse
aussi à l’humain. Reportage, portrait, « street photography »…
chaque domaine est lié à des rencontres.
es de la
jacques hamel Grill
Cathédrale
D’origine normande, Jacques Hamel vit et travaille à Dax depuis 1991 comme formateur
en informatique.
En 1982, une photo d’identité sera le déclencheur qui lui fera découvrir l’art photographique. Cet événement marquant fera que cette passion, qu’il exercera en autodidacte,
ne le quittera plus. Jacques Hamel est allé à Torreira, petite station balnéaire du Portugal. En posant son regard sur les pêcheurs, il s’est posé
la question de leur
avenir. Quelle jeune génération s’aventurera à prendre la relève de cette tradition aujourd’hui fragilisée ? Pourtant, nul
doute, que leurs techniques s’inscrivent complètement dans
la vision moderne du développement durable, respectueuse
des ressources de la mer, loin, si loin, de celles des chalutiers industriels.
Jacques Hamel a participé a diverses publications et expositions individuelles et collectives telles ques « Marines»,
« Sol y Sombra», et « Espagne intemporelle, entre profane et sacré». Il a réalisé les affiches du Festival Paso Passion de Dax en 2005, 2006 et 2007. Il est
également l’auteur de l’affiche des Fêtes de Tyrosse 2007.
Jacques Hamel fait partie des photographes sélectionnés pour le Festival de Photoreportage BarrObjectif 2013 avec sa série sur l’Espagne en septembre prochain.
d’Art Municipale
ie
er
al
G
y
d
u
e
j
c
r
Ma
13h30-17h30
Après une carrière de 37 ans, Marc Jeudy, l’un des portraitistes les
plus renommés de notre pays s’est retiré des affaires, mais pas de la
photographie. Il lui arrive encore de réaliser des portraits et surtout
de s’adonner à son plaisir favori : la manipulation des techniques anciennes, tels que les virages à partir de tirages argentiques. Il est un
des rares en France à perpétuer ces pratiques si particulières qui
peuvent déboucher sur de véritables œuvres d’art. Marc Jeudy, qui
comme beaucoup de photographes ne connaîtra pas de véritable
retraite, veut initier les jeunes et les moins jeunes à ces techniques ancestrales de la photographie, que plus personne un jour
ne risque de connaître à cause du développement du numérique.
s arènes
os et mur de
ll
ba
ca
de
io
at
P
e
d
Serge lafourca
8h-17h
Les arènes de Dax accueillent l’exposition monumentale du photographe
dacquois Serge Lafourcade. Les 50 œuvres exposées sur les murs extérieurs et dans le patio de caballos, retracent les différentes étapes de la vie
du toro bravo, depuis les campos d’une Espagne immémoriale jusqu’aux
secrets, dessinés en clair-obscur, des corrales. A travers ces photographies, on découvre l’aspect le moins connu du monde de la tauromachie.
Depuis plus de trente ans, les créations photographiques de Serge Lafourcade traduisent avec force et ampleur les passions de sa terre natale que sont la tauromachie, le
rugby et l’esprit de convivialité. Au tournant des années 2000, son travail s’est tourné vers une expression monumentale de son art. Il manie aujourd’hui
le grand format avec la même aisance et la même
prodigalité qui firent de lui l’initiateur et l’animateur
du renouvellement de la photographie de mariage.
Auteur de plusieurs ouvrages de photographies dédiés
au monde des taureaux de combats, la ville de Dax lui
offre depuis plusieurs années une exposition permanente dans ses arènes.
ges de l’Adour
er
B
s
e
n
n
a
b
a
c
s
patricia la
Photographe autodidacte dans divers domaines culturels allants du festival de Jazz à
Juan-les-Pins, au Festival International du Film de Cannes, c’est par le voyage et plusieurs
périples dans le Sahara Algérien que le sens authentique et la sincérité des photos de
Patricia Lascabannes prennent naissance. Patricia débute dans la photographie marine
lors de régates régionales, c’est pendant la Nioulargue
dans le golfe de Saint-Tropez que son coup de foudre pour
les « Classiques » voit le jour. Plus de 10 ans de collaboration étroite avec le magazine spécialisé Yachting Classique, ayant servi de support à des portfolios thématiques
tels que « Murmure de coques » ou « Les belles de Mer »
entre autres. Après plus de 20 ans de photographies dans
le monde prestigieux des yachts classiques Patricia Lascabannes, bien connue du circuit méditerranéen, mais
aussi atlantique, nous invite dans son univers féminin,
qui nous plonge dans les détails les plus intimes de sa
sensibilité. C’est dans la subtilité de chaque détail que
son regard s’est affirmé, agissant comme un révélateur
de sa singularité. Atteindre le coeur des éléments pour
en capturer l’essence.
Un lever de voile en somme !
al
l’Hôpital Therm
de
s
in
rd
Ja
i
d
u
o
t
t
Daniel me
13h30-18h
Daniel Mettoudi est l’un des meilleurs spécialistes français de la
photographie culinaire, et plus
particulièrement des images destinées à figurer sur des emballages
de produits alimentaires. Quand il
échappe a ce qu’on appelle le packaging dans la profession, Daniel
Mettoudi se libère. Les images
qu’il réalise alors sont des magnifiques natures mortes qui peuvent
devenir des éléments de décoration. Le photographe retrouve
alors, comme dit l’auteur, « tous
ses fondamentaux ».
Parc de la Mairie
i
d
n
a
r
o
m
o
n
u
br
Né à Deauville d’une mère normande et d’un père toscan,
Bruno Morandi passe tous les étés de son enfance au pays
de son père, la Toscane. On devine que ces paysages de collines où la lumière ne quitte jamais le registre de la peinture
ont influencé son regard ainsi que son goût du voyage. Plus
tard, il suit des études d’architecture à Paris et entame ses
premiers voyages qui l’emmènent au Népal, au Pakistan et
en Inde.
En 1990, Bruno Morandi devient photographe professionnel et réalise depuis des reportages pour de nombreux
magazines comme “Le Figaro Magazine”, “Géo”, “Grands Reportages”, “Le
Monde 2”, “Ulysse”, etc.
Il a également publié une dizaine d’ouvrages chez Flammarion dont “Tableaux du Rajasthan” et “Toscane Eternelle”. Photographe indépendant,
ses images sont entre autres distribuées par les agences américaines
Getty et Corbis, Laif en Allemagne et Lightmediation en France.
alcon de l’Adour
B
n
a
jm
d
r
o
t
d
gérar
Gérard Tordjman est photographe professionnel à Paris depuis 1976. C’est un voyage en Scandinavie, à 17 ans, sur les traces de son frère mort, d’où il va ramener ses premières images,
qui va décider en grande partie de sa carrière future. Il s’est trouvé une passion et un métier.
Un métier qu’il va peu à peu maîtriser au point de devenir chef de laboratoire pour des maisons de disques. Il rêve d’une carrière de reporter mais les hasards, les rencontres et la vie
en décident autrement. Il échappe cependant à la routine en voyageant. Photographe globetrotter, il rapporte de ses expéditions des photographies impressionnantes de beauté. Il aime
les grands espaces et fait souvent de la route l’élément
central de ses vues de
paysages. « Voyager », écrit Lélia Mordoch, qui a accueilli
ses images dans sa galerie de St-Germain-des-Prés,
« c’est oublier, mettre sa vie en suspens pour capter
l’inconnu, aller vers l’infini, poursuivre la ligne de fuite de
l’horizon sur les routes sinueuses où s’égarent nos sens.
Gérard Tordjman donne une âme à ses photographies,
c’est ce qui nous captive, comme si nous étions derrière
lui avec l’objectif... »
éodore Denis
h
T
c
ar
P
o
n
a
g
e
r
jacques tor
Jacques Torregano a embrassé la carrière de photographe, il y a presque quarante ans. Plutôt que la photographie appliquée, celle qui touche à la publicité, à l’entreprise, qu’on lui avait
enseignée à l’école de Vaugirard, il s’est assez rapidement tourné vers le photojournalisme.
Son passage dans la prestigieuse agence Sipa lui a donné l’occasion de parcourir le monde sur
toutes les zones de conflit.
Redevenu indépendant il s’est tourné vers
les magazines pour lesquels il continue de réaliser les sujets les plus divers, et notamment des
portraits, une spécialité dans laquelle il excelle.
Comme beaucoup de
photographes Jacques Torregano
a ses jardins secrets.
Celui qu’il nous révèle à Dax, c’est
sa passion pour la tauromachie et surtout des hommes
qui en sont le cœur, les
toreros. On aura donc l’occasion de
découvrir des portraits
intimistes d’une grande beauté, récoltés au fil des années
dans les coulisses des arènes.
lace Thiers
P
ick
l
r
e
d
n
a
v
benjamin
Le travail photographique de Benjamin Vanderlick nous
invite à pénétrer dans un univers mal connu, dissimulé
derrière une vitre sans tain devant laquelle nous pressons
le pas. Il aura fallu passer la porte pour découvrir un univers chaleureux et vivant aux couleurs tantôt électriques
criardes, tantôt d’une blancheur clinique. C’est aussi dans
le monde de la nuit, dont on découvre les membres qui nous
offrent chacun le prélude d’une histoire. Quelques bouteilles de bière, l’esquisse d’un pas de danse, un match de
foot, un regard. Les images, bavardes, saisissent sur le vif
dans les flous saturés, les instants de vie parfois calmes
et laissant planer la mélancolie, parfois pleins de liesse
dans les grands soirs. Les enfants jouent, les grandsmères cuisinent, les personnages semblent nous inviter à
partager un verre en toute amitié. Dans ce même univers
se croisent des solistes perdus dans le songe de leur nuit
de rois... Loin des images forcées et préfabriquées des
immigrations, l’auteur nous offre ici des instantanés donnant dignité et beauté à chacun des personnages. La poésie réaliste qui émane des photographies de Benjamin
Vanderlick nous pousse à voir ce que nous n’aurions pas vu.
Berges de l’Adour
o
t
o
h
p
s
r
u
o
c
n
7 co
e
Les photos des participants au 7ème concours photo de la Ville de Dax, qui se tenait du 22
avril au 25 mai 2013 et avait pour thème «Regards insolites», ayant été sélectionnées seront
exposées sur la promenade des Berges de l’Adour.
Quelques chiffres
47 candidats ont participé à ce 7e concours photo
117 clichés ont été reçus.
26 participants sélectionnés par le jury se voient récompensés
par cette exposition urbaine, installée le long des Berges éphémères durant tout le mois de juillet.
40 clichés choisis par le jury.
Mais aussi...
vr
u
o
c
é
d
à
s
o
p
x
e
s
e
d’autr
ir
Rue-balise
Esc’Halles - 1er étage des Halles
13h30-18h
Projet mené par le Centre Social et Culturel de Dax avec les élèves de l’Atelier d’Arts Plastiques municipal en collaboration avec les habitants du quartier de Cuyès.
Reportage sur un territoire en évolution et ses habitants complices.
La rue-balise représente les changements qui concernent les habitants, métaphore d'un lien
qui rassemble chacun dans une cause commune.
Le réseau comme symbole d'un lien universel. La photographie comme un instantané de vie.
Ce projet culturel comme témoin d'une mémoire collective.
Un regard vers un avenir nouveau.
Bars, restaurants, commerces...
galeries éphémères
Entre le 1er et le 31 juillet, à Dax, dans les bars, les restaurants, l’Office de Tourisme ou encore
ailleurs, les visiteurs pourront découvrir d’autres expositions de photographes locaux. Facile
à repérer, un vinyle microperforé sur leur vitrine indique qu’il y a une exposition à l’intérieur.
L’entrée est libre.
de l’un à l’autre, changer de regard
Petit Musée - Hôtel de Ville
13h30-17h30
L’ADAPEI des Landes, Association de parents oeuvrant depuis plus de 40
ans auprès de jeunes enfants, d’adolescents et d’adultes déficients mentaux
gère plusieurs établissements dans le département. Parmi eux, l’IME « Les
Pléiades », Institut Médico Educatif, est un service dédié plus particulièrement
à l’épanouissement d’adolescents âgés de 12 à 20 ans nécessitant un accompagnement constant dans les actes de la vie quotidienne.
Dans le cadre du Festival de la photographie à Dax, ces jeunes sont très heureux de présenter
leurs photographies réalisées en collaboration avec Serge Lafourcade et Estelle Dejouy, monitrice-éducatrice. C’est une véritable première et ce projet n’aurait pu aboutir sans la coopération des parents et de toute l’équipe éducative.
Cette exposition est une invitation pour chacun de nous à poser un regard nouveau sur les personnes différentes et leurs familles. La différence de « l’autre » est encore trop souvent source
de peurs pouvant susciter un excès de sollicitude ou bien une gêne. Au travers de leurs photographies, ces jeunes adolescents montrent qu’être autrement n’est pas un frein à l’expression
artistique. Bien au contraire, ici la photographie offre un espace où ils peuvent se sentir libre
de s’exprimer sans les mots.
au fest
ié
d
é
d
t
e
n
r
e
t
in
e
it
un s
ival
festival-photo.dax.fr, le sité entièrement dédié au festival.
Retrouvez le programme, les expos, et chaque jour les photos des différents événements.
Flashez-moi !
Informations
contact presse
tion
service communica
ville de dax
05 58 56 80 09
service culture
ville de dax
05 58 56 80 07
festival-photo.dax.fr

Documents pareils