gumotex instructions de reparation et d`entretien

Commentaires

Transcription

gumotex instructions de reparation et d`entretien
 INSTRUCTIONS DE REPARATION ET MAINTENANCE DES GONFLABLES GUMOTEX 1. M ode d’em ploi pour le changem ent de valve :
1) Gonfler le boudin sur lequel la valve est à changer, au maximum ! 2) Prendre le gros côté de la clef et l’enclencher dans la valve en alignant les trous de la clef sur les barrettes de plastiques de la valve prévu à cet effet. Dévisser légèrement jusqu’à entendre un bruit de fuite d’air puis arrêter de dévisser. 3) Retirer la clef. 4) Dégonfler entièrement le boudin. 5) Maintenant il est impératif de toujours garder l’embase de la valve en main, qui n’est pas visible car à l’intérieur du boudin, et la bloquer contre le trou à l’aide d’une main. (attention si vous lâchez l’embase elle risque de tomber à l’intérieur du boudin et sera irrécupérable) 6) Une fois l’embase bien en main, vous pouvez réinsérer la clef et dévisser totalement la valve pour la changer. 7) Une fois la valve changée revisser à la main la nouvelle valve jusqu’au maximum, une fois que ça devient trop dur, regonfler le boudin au maximum, puis réinsérer la clef et finir de visser la valve. 2. M ode d’em ploi pour l’entretien des valves :
-­‐ 1. Valve à nettoyer : des particules de sable/terre/poussière/sel de quelques dixièmes de mm peuvent rester entre la membrane de cette valve et le culot intérieur sur lequel cette membrane vient appuyer -­‐ cela suffit pour créer des micro fuites d’air qui peuvent dégonfler totalement le fond gonflable, en une heure ou deux. – Solution dans ce cas, nettoyer la valve, a) sans la démonter (très difficile et peu efficace, nécessite un compresseur) : ouvrir le couvercle de la valve et nettoyer à l’air comprimé en insistant longtemps avec une burette très fine. b) en démontant la valve : nettoyage très facile à l’eau douce sous un robinet, en actionnant le ressort situé derrière la valve afin de soulever la membrane pour que l’eau circule bien sur les deux côtés de cette membrane et sur le culot intérieur. -­‐ 2. Valve à règler: le ressort peut être trop lâche, ce qui a pour effet de déclencher la surpression trop tôt, par exemple à 0.1 bar au lieu de 0.25 bar préconisés. Il faut retendre le ressort en tournant l’écrou situé à l’arrière de la valve dans le sens des aiguilles d’une montre. Note importante quand je fais cette opération je me sers d’une pince miniature pour maintenir fortement le boulon, pendant que je serre l’écrou avec une clef (afin de ne pas casser l’axe en plastique dans le lequel ce boulon est fixé). -­‐ 3. Valve à changer : dans le cas où après démontage du capuchon de valve on constate que la membrane est déformée -­‐ définitivement -­‐ par une sorte de vague ou d’hernie, cela peut être du au contact de cette membrane avec une trop forte chaleur, ou des produits chimiques type nettoyants ou hydrocarbures. Dans ce cas la valve de surpression est à démonter et à changer. La clef de valve Gumotex facilite énormément le démontage de ces valves…. Mais, elle n’est pas indispensable puisqu’on peut desserrer/serrer ces valves avec une simple pince multiprise (dans ce cas pincer le bord de la valve avec une mousse fine ou du carton, pour éviter de marquer le bord de la valve. Je rappelle que le nettoyage du bateau à l’eau douce et le cas échéant des valves tel qu’indiqué ci-­‐dessus, est nécessaire à chaque fois que de l’eau chargée de micro-­‐particules type terre/sable/sel a résidé dans le bateau et notamment au fond du bateau sur la valve de surpression. Ce nettoyage ou rinçage incombe à l’utilisateur. Au cas où les valves doivent être nettoyées, cet entretien est également à faire par l’utilisateur. Ni Gumotex, ni RES, ni le magasin revendeur, ne prennent en charge ce type de nettoyage et d’entretien. 3. M ode d’em ploi pour l’entretien des valves TW IST (sièges et cale-pieds)
Q uelques précautions :
-­‐ Ne pas dévisser trop fort : on peut carrément enlever cet « embout de gonflage vissable » de la valve – il y a une légère surrépaisseur à l’extrémité de la valve principale (la partie de couleur blanche) qui permet d’entrer l’embout en force et qui le tient. Cette surrépaisseur fait 1/3 de mm donc il est assez facile de perdre l’embout si on insiste un peu trop pour dévisser. Dans ce cas c’est facile de réparer tout simplement en ré-­‐enfonçant de force l’embout sur la partie blanche de la valve. -­‐ Un deuxième incident qui arrive souvent sur ces valves : la partie blanche peut se décoller notamment s’il y a de fortes différences de température entre de l’eau très froide et une forte chaleur. C’est trés simple à réparer il suffit de mettre une goutte de colle du kit de réparation Gumotex autour de cette partie blanche et de la ré-­‐enfoncer jusqu’au bout, laisser sécher quelques heures et la valve refonctionne ! 4. Instructions pour la réparation des tissus G um otex « Litepack » ou
« H evealon » :
Avant de commencer il faut quand même bien définir les caractéristiques de ces modèles Gumotex "ancien Sunny", anciens modèles en Litepack et modèles actuels « Twists standart » ou encore les matelas « Camper » et objet flottants « Manta », notamment celles de leur tissu spécifique: Pour gagner du poids, ces boudins étaient (ou sont) réalisés en "Litepack" (appelé maintenant "Heavelon" par Gumotex), c'est à dire enduit de plastique élastomère sur une seule face -­‐ celle invisible à l'intérieur du boudin -­‐ L'extérieur visible n'étant qu'un simple textile polyester de 550 dtx (comme on peut en voir sur les boudins des kayaks gonflables Sevylor ou Bic). Il est évident que ce tissu "Litepack" ou « Hevealon » de par cette conception est plus fragile et offre une bien moins grande durabilité que le "Nitrilon", car au bout d'un certain temps -­‐ variable en fonction du nombre d'utilisation et du temps d'exposition au soleil et à la chaleur -­‐ l'imperméabilité de ce textile extérieur des panneaux va se dégrader à cause de l'humidité qui pénètre ce tissu durant les navigation, ET à cause de micro-­‐crevasses provoquées au contraire par la chaleur et le soleil lors du séchage du bateau. Il est difficile de réparer ce tissu car les colles tiennent mal sur du textile. En général nous reconstituons tout d'abord l'enduction plastique manquante en passant de fines couches de colle Polyuréthane (la colle Supratex utilisée par Gumotex pour la fabrication des bateaux), 4 à 6 couches, jusqu'à ce que nous obtenions comme une enduction plastique sur la face à réparer. Ensuite nous exécutons normalement la réparation comme sur un Nitrilon standard. 5. Instructions pour la réparation d’un tube (boudin) décollé aux joints :
Comme vous allez le voir 90% de la réussite dépend de la préparation et des éléments techniques -­‐ 90% de votre temps sera également passé à positionner, fixer et préparer le bateau et les collages, contre 10% du temps passé au collage proprement dit ! 5/1. Réunissez si possible les éléments suivants: -­‐ Une pièce à l'abri des plus fortes chaleurs comme de l'humidité -­‐ Un bon établi ou une table de travail absolument plat et horizontal, si possible à hauteur d'un plan de travail, d'une longueur au moins égale à la plus longue de vos réparations, et si possible plus longue. -­‐ Des brosses à peinture de 2 à 5 cm de largeur, 1 pinceau d’écolier fin. -­‐ Un pot en verre fermé pour le nettoyage des pinceaux à l'acétone -­‐ Un rouleau de tapissier de qq cm de largeur (en plastique, en porcelaine) -­‐ Du Solvant pour préparer les tissus à coller: Acétone (1 litre) ou encore du MEC que vous pouvez acheter chez un agent Zodiac par exemple, mais l'Acétone convient bien et sera utile pour nettoyer le pinceau. -­‐ Une ou deux planchettes droites (morceau de plinte, liteau...) légèrement plus grandes que votre réparation (par exemple si votre collage fait exactement 50cm de long sur 4cm de large, vos planchettes seront de 51 cm de long et 6 cm de large) -­‐ De la mousse fine pour amortir et égaliser la pression durant le séchage de la réparation, de la même taille que les planchettes. A défaut de mousse: deux bandes carton propres de la taille de la planchette. -­‐ Des poids pour maintenir l'ensemble "Réparation, Mousse, Planchette" en place en exerçant une pression légère et égale sur l'ensemble de la surface: des poids type 1 kg en plomb ou butées de sol lourdes par exemple. -­‐ Du "papier gras" en quantité -­‐ je me sers des feuilles de support d'étiquettes autocollantes -­‐ la particularité de ce papier est que la colle ne colle pas dessus et qu'elle se "démoule" sans effort. Ces feuilles de papier vont vous être indispensables pour les réparations intérieures car elles isoleront votre réparation du tissu en vis à vis (éviterons de vous retrouver avec un boudin collé par l'intérieur et définitivement impossible à gonfler !) -­‐ De quoi tracer et découper une pièce de tissu: bon cutter, règle, marqueur fin effaçable à sec. -­‐ Chiffons en coton pour étaler le solvant, effacer les traces ou les débords de colle, terminer le nettoyage du pinceau. 5/2. Nettoyage et séchage des tissus: -­‐ S’il reste des traces d'enduction plastique (grises) des tissus qui étaient collés dessus, sur des zones à recoller: cela crée des reliefs qu'il est préférable de poncer légèrement afin d'éviter des "marches" ou des reliefs indésirables lors de vos collages. -­‐ Couper également au ras des tissus, tous les fils qui dépassent. -­‐ Ne pas poncer le petit joint intérieur à recoller: se contenter de le nettoyer et d'enlever les reliefs d'enductions ou de colle qui seraient restés dessus, avec un papier de verre fin. -­‐ Ne pas poncer le joint extérieur à recoller (c'est à dire l'envers des deux bordures des tissus du boudin): se contenter d'aplanir et/ou de gratter les restes de reliefs de colles ou d'enduction que vous trouverez sur ces surfaces, avec un papier de verre fin. -­‐ Laissez ouvert votre boudin afin d'être sur qu'il sera définitivement sec avec plus aucune trace d'humidité, au moment du recollage, ouvrez également les valves afin que les solvants s’évaporent. -­‐ Enfin nettoyez l'intérieur de votre boudin au niveau de la réparation, à l'acétone, avec un chiffon doux afin d'enlever définitivement toute miette, débris, poussière de papier de verre. 5/3. Positionnement pour la réparation du joint intérieur: a) Il est préférable de recoller sa "moitié décollée", à plat si possible, face à coller vers le haut. Cela sera possible dans le cas où le décollement se situe sur une section droite (rectiligne) du boudin. Nous allons essayer de voir si c'est possible: faire donc un premier essai de positionnement avec le boudin bien à plat sur l'établi, ouverture vers le haut et au milieu du boudin, fixer le reste du bateau sur l'établi de telle manière que le poids ou les contraintes de formes de celui-­‐ci ne nuisent pas à la parfaite horizontale de votre réparation ! Si c'est le cas: fixer le tout avec des poids et des serre-­‐joints en protégeant le reste du bateau, vous êtres prêt à réparer. b) Au cas où il se soit pas possible de faire tenir l'ouverture à plat centrée au milieu du boudin, à cause d'une forme courbe (proximité d'une des pointes) il faudra donc plier le boudin normalement: le bord au niveau du joint. Et si le recollage se situe à proximité d’une valve ? Ca va vous gêner pour étaler la section à plat. Démontez donc cette valve qui ne vous sert à rien durant la réparation ! -­‐ Etaler le boudin à réparer, absolument à plat et sans aucun pli, sur l'établi. L'ouverture à réparer sur le côté de l'horizontale, donc le pli exactement sur le joint, afin que: quand vous allez tout d'abord recoller le joint intérieur, celui-­‐ci soit "la face à recoller vers le haut" ! -­‐ Il est possible que cela vous oblige à poser le bateau à l'envers sur l'établi (le fond du bateau vers vous) et que cela ai tendance à légèrement déformer le bateau -­‐ il est possible aussi que le bateau soit dans le bon sens, mais que le fait de plier le boudin dans la position demandé provoque des plis et des contraintes Dans ce cas vous maintenez le reste du bateau de force avec des poids ou des serre-­‐joints/pinces, en le protégeant avec des morceaux de mousse ou carton, sur l'établi. A la fin, quel que soit le cas a) ou b) vous devrez avoir devant vous: un panneau de tissu parfaitement horizontal et sans aucun pli, l'ouverture à réparer sur le côté vers vous, le petit joint intérieur avec sa face à recoller vers le haut, le tout parfaitement tendu et fixé sur l'établi de telle manière qu'un tremblement de terre ne puisse bouger la préparation ne serait-­‐ce que d'un millimètre ! Quand vous obtiendrez cela à la lettre, vous pouvez considérer que 90% de votre réparation est réalisée ! 5/4. Création éventuelle d'une pièce intérieure supplémentaire de renfort: -­‐ Uniquement dans le cas où votre "petit joint intérieur" serait complètement brisé ou arraché à un endroit précis: il est souhaitable de couper proprement au cutter cette section abimée, au ras du tissu principal. Il faudra alors reconstituer ce joint avec une petite pièce de tissu, de la largeur du joint, et de longueur légèrement supérieure à la partie que vous aurez coupée. -­‐ Si c’est tout le joint intérieur qui est endommagé, sur toute la longueur du décollement : il faut le couper à l’aide d’un bon cutter, au ras du tissu principal. Il faudra alors le remplacer par une pièce de tissu de longueur légèrement supérieure à la section coupée, et si possible plus large, par exemple 1cm de plus de chaque côté. Cette pièce se posera alors comme une « réparation intérieure » classique : elle sera plus facile à coller dans le cas a) suivant, c'est-­‐à-­‐dire à plat. Pour ces joints reconstitués, préférez le « nitrilon light » (700 gr./m2) de Gumotex ou encore des tissus plus fins (plus faciles à plier). 5/5. Recollage du joint intérieur: Dans les deux cas a) et b), avant de coller préparez votre (vos) planchette(s), morceaux de carton/mousse, poids, et disposez les à portée de main ! Cas a) section rectiligne du boudin: -­‐ Disposez un ou plusieurs papiers gras à l'intérieur de votre boudin, sous la partie à recoller, le "gras" vers le haut (vers vous). Cette opération est la plus importante: car peu importe que vous débordiez avec votre colle comme c'est toujours le cas pour les réparations intérieures difficiles d'accès, le papier gras isolera le "tissu du dessus" du "tissu du dessous", et donc évitera que vous vous retrouviez avec un boudin plat et définitivement collé ! Par contre votre "papier gras" restera définitivement dans le bateau (c'est pas grave !). Attention ce papier de protection ne doit pas bouger: si vous n'êtes pas sur n'hésitez pas à le fixer en place avec du scotch papier (scotch de protection pour peinture). Le scotch comme le papier resteront définitivement dans le bateau, encore une fois c'est pas grave ! -­‐ Préparez votre colle et votre pinceau, ayez votre rouleau à portée de main. -­‐ Passez abondamment du solvant (MEC ou Acétone) sur la moitié de joint à coller, ainsi que sur le tissu en vis à vis, et ce juste avant de coller ! -­‐ Enduisez de colle la moitié du joint à recoller, posez un autre papier gras (que je vais appeler le 2ème par opposition au 1er qui lui reste au fond du boudin) dessus afin que ça ne se colle pas contre un autre tissu pendant que vous enduirez de colle le tissu en vis à vis. -­‐ Enduisez immédiatement de colle le tissu en vis à vis, là faut être rapide: ce n'est pas important de ne pas déborder, puisque vous aurez le 1er papier gras disposé dans le boudin. C'est facile de voir où il faut mettre la colle car vous verrez la trace de l'ancien collage, évidente. -­‐ Assemblez immédiatement votre collage avec les deux mains. Attention ça va coller immédiatement, il faut donc être sur d'assembler parfaitement au bon endroit, sans aucun pli ! (impossible à décoller sauf en arrachant tout...) Si vous n'êtes pas sur, vous aurez la possibilité de laisser l'autre papier gras (le 2ème !) en place pendant que vous assemblez, et que vous retirerez progressivement et doucement pour ne pas le déchirer, tout en pressant avec les doigts pour assembler le collage. Toutes ces opérations se font facilement si votre colle reste liquide le plus longtemps possible: pour cela, il faut l'accélérer très peu (en été), et en passer une couche généreuse sans tirer sur le pinceau. -­‐ Votre collage est en place et assemblé avec les doigts: passer immédiatement le rouleau en appuyant verticalement et fortement, mais pas au point de déplacer les tissus. Passer ce rouleau pendant plusieurs minutes: vous devez être sur que les deux surfaces sont absolument assemblées sans qu'aucune bulle d'air ne réside dans le collage. -­‐ Dans ce cas a): votre joint intérieur est à plat et horizontal, le joint extérieur pas encore recollé se dresse lui verticalement au milieu, vous avez donc besoin de deux planchettes pour exercer une pression sur le collage que vous venez de faire. Disposez donc vos feuilles de mousse ou vos cartons de chaque côté de ce joint vertical, posez vos planchettes dessus, posez enfin vos poids sur les planchettes. C'est fini: votre collage tient en place et sera maintenu par les planchettes et leurs poids durant toute la durée du séchage (24 heures). Cas b) section courbe d'un boudin (prés d'une pointe): Ce sont les mêmes opérations de collage que pour le cas a) que vous réaliserez, seule la présentation du boudin change: au lieu d'avoir le joint extérieur "en mur vertical au milieu du boudin", vous avez maintenant ce joint complètement à plat au bord du boudin, c'est donc votre joint intérieur qui lui est plié en deux, et sa face à recoller vers le haut. Vous réalisez dans l'ordre les mêmes opérations que dans le cas a), et c'est plus facile, n'oubliez surtout pas de disposer les papiers gras à l'intérieur du boudin avant de coller, et de les fixer afin qu'ils ne bougent pas ! Dans ce cas b): votre joint intérieur est plié en deux sur lui même et vous venez de recoller sa face supérieure au "tissu du haut". Le joint extérieur lui pas encore recollé est lui parfaitement horizontal dans le prolongement de votre réparation. Vous n'avez besoin que d'une seule planchette pour maintenir le collage que vous venez de faire: Disposez vos mousses/feuilles de carton sur le collage, posez votre planchette dessus (parfaitement et symétriquement à cheval sur le collage), posez vos poids sur la planchette. 5/6. Recollage du joint extérieur: Après la réparation intérieure que vous venez de faire, l’opération vous semblera un jeu d'enfant ! -­‐ Attendre au moins 24h après la réparation du joint intérieur. -­‐ Positionner le boudin comme pour le cas b) du chapitre 5, fixer le reste du bateau à l'établi de telle manière qu'un bombardement éventuel ne puisse faire bouger le montage d'un mm ! -­‐ Les deux tissus à recoller sont donc parfaitement horizontaux, c'est un collage d'école et des plus simples à réaliser -­‐ Re -­‐ vérifier une dernière fois qu'il n'y a pas de relief type "goutte de colle séchée", "reste d'enduction Nitrilon avec relief abrupt" etc... sur les deux faces à recoller. -­‐ Re -­‐ nettoyer une dernière fois -­‐ Ce faisant ne pas tirer ou forcer sur ces tissus: ils ne tiennent pour l'instant que par votre réparation du joint intérieur, c'est à dire que entre 1 et 2 cm de collage seulement !!! -­‐ Avec un pinceau fin (pinceau d'écolier), passer tout d'abord un filet de colle épais à l'endroit précis ou vos deux tissus se rejoignent contre le joint intérieur que vous venez de réparer au chapitre 5: ce filet de colle doit bien remplir l'angle et vous donner la garantie que, si vous aviez par hasard une bulle ou un petit manque de collage sur votre joint intérieur, ce filet de colle va le remplir définitivement ! Attendez 10mn que ce filet de colle sèche et s'épaississe un peu avant de passer au collage terminal des deux bordures de tissu restantes. -­‐ Répéter ensuite les opérations de collage et de séchage décrites au chapitre 5 5/7. Vérification: -­‐ 24h après le dernier collage, gonflez votre boudin "mou" (environ 100 mbar), passez avec un pinceau de l'eau savonneuse sur toute la zone des collages, attendez quelques minutes et vérifiez la présence ou non de micro-­‐fuites qui seront signalées par des amas de micro-­‐bulles blanches en mouvement. -­‐ Pas de microfuites: retentez en gonflant avec un poil de plus de pression (env. 150 mbar). C'est fini ! 6. Précautions dans le cas du Litepack ou H eavelon:
-­‐ Les tissus notamment Litepack et joints intérieurs ont été probablement fragilisés aux extrémités des décollements, mais on ne peut pas renforcer ces joints sur toute leur longueur (il faudrait pour cela ouvrir le boudin sur toute la longueur et tout refaire...) -­‐ Il va donc falloir être extrêmement attentif à la pression de gonflage du ou des boudins réparés: faire des essais de navigation avec des pressions progressives: commencer avec le boudin en forme mais "mou" (le doigt s'enfonce sans peine d'environ 1 ou 2 cm dans le boudin), continuer en augmentant la pression un peu à chaque fois. Mais ne plus jamais dépasser les 200 mbar ! -­‐ Pour ce faire il faudra par exemple, à chaque arrêt et ce dés qu'on descend du bateau, dégonfler le bateau jusqu'à ce qu'il soit mou: même si le bateau reste dans l'eau, quand vous n'êtes pas dedans ses deux boudins sont hors de l'eau, et ne sont donc plus refroidis face à l'augmentation de pression instantanée qui résultera immédiatement quand vous descendez du bateau ! 7. Réparation sim ple (trou , déchirure, coupe) sur le nitrilon :
Comme pour le chapitre n°5, 90% de la réussite dépend de la préparation et des éléments techniques -­‐ 90% de votre temps sera également passé à positionner, fixer et préparer le bateau et les collages, contre 10% du temps passé au collage proprement dit ! 7/1. Réunissez si possible les conditions et articles du chapitre 5/1 du présent document. 7/2. Fixer le bateau sur l'établi de telle manière que le poids ou les contraintes de formes de celui-­‐ci ne nuisent pas à la parfaite horizontale de votre réparation ! Si c'est le cas: fixer le tout avec des poids et des serre-­‐joints en protégeant le reste du bateau. Quand l’endroit à réparer est horizontal, à plat et immobilisé, vous êtres prêt à opérer ! Laissez ouvert votre boudin afin d'être sur qu'il sera définitivement sec avec plus aucune trace d'humidité, au moment du recollage. Ouvrez également les valves afin que les solvants s’évaporent. 7/3. Découper une pièce de tissu pour la réparation: d’une surface couvrant plusieurs cm autour du trou ou de la déchirure afin de créer une « distance de sécurité », par exemple pour une déchirure droite de 20 cm de long, couper une pièce de 28 cm de long et 8 cm de large. Posez la pièce sur le bateau, bien répartie autour de la déchirure, et dessinez le tour de la pièce avec un stylo. 7/4. Nettoyage et séchage des tissus: comme au chapitre 5/2 du présent document, gratter les restes de colle sur la zone à réparer (s’il y a), au papier de verre. Gratter légèrement toute la zone à réparer, essayez de ne pas dépasser les limites de votre pièce, que vous avez précédemment dessinée au stylo sur le bateau. Gratter également légèrement la pièce à appliquer. Nettoyez votre bateau au niveau de la réparation, ainsi que votre pièce, à l'acétone, avec un chiffon doux afin d'enlever définitivement toute miette, débris, poussière de papier de verre. Avant de coller préparez votre (vos) planchette(s), morceaux de carton/mousse, poids, et disposez-­‐ les à portée de main. Pour une réparation parfaitement esthétique, vous pouvez aussi faire le tour du dessin de votre pièce, avec du scotch-­‐
papier, et ensuite effacer à l’acétone votre trait de stylo sur le bateau. 7/5. Préparez votre colle et votre pinceau, ayez votre rouleau à portée de main. -­‐ Passez abondamment du solvant (MEC ou Acétone) sur les faces à coller et ce juste avant de coller Enduisez de colle la pièce : étaler la colle au pinceau, en une couche fine mais sans tirer ! Enduisez immédiatement de colle le tissu en vis-­‐à-­‐
vis, de la même façon. Répéter ces deux opérations, vous aurez donc enduit la pièce et le bateau de 2 couches de colle chacun. -­‐ Avec la colle Gumotex (Colle Polyuréthane ULTRAFLEX), il n’est pas nécessaire d’attendre que la colle sèche pour assembler, au contraire le mélange des différentes couches de colle et leur action seront plus efficaces si on procède immédiatement à l’assemblage pièce/bateau. Assemblez immédiatement votre collage avec les deux mains. Attention ça va coller immédiatement, il faut donc être sur d'assembler parfaitement au bon endroit, sans aucun pli ! (impossible à décoller sauf en arrachant tout...). Passer immédiatement le rouleau en appuyant verticalement et fortement, mais pas au point de déplacer les tissus. Passer ce rouleau pendant plusieurs minutes: vous devez être sur que les deux surfaces sont absolument assemblées sans qu'aucune bulle d'air ne réside dans le collage. 7/6. Vous devez maintenant exercer une pression sur le collage que vous venez de faire, suffisante pour le maintenir en place durant le séchage total qui peut aller jusqu’à 24h. Disposez vos feuilles de mousse sur la réparation, posez vos planchettes dessus, posez enfin vos poids sur les planchettes. C'est fini: votre collage tient en place et sera maintenu par les planchettes et leurs poids durant toute la durée du séchage (24 heures). 

Documents pareils