Heureuse, en santé

Commentaires

Transcription

Heureuse, en santé
Curt Bossuyt
Conseiller en nutrition - Secteur ruminants
Landmark Feeds
Heureuse, en santé
et plus
productive
Commençons par nous mettre directement en contexte. Un homme adulte moyen a besoin d’environ
1 800 à 2 400 calories par jour pour vivre, alors qu’un athlète d’élite soumis à un entraînement intensif
doit ingérer 12 000 calories quotidiennement. Quant à une vache, si elle produit 45 kg de lait, elle
aura besoin de 40 000 calories (40 Mcal) par jour! Il va sans dire que la vache laitière d’aujourd’hui
mérite bien notre reconnaissance et notre respect, car elle travaille encore plus fort qu’un champion
sportif! Nous devons ainsi nous assurer que l’alimentation, la gestion et le « lieu de travail »
de la vache répondent à ses besoins en tout temps.
Le confort, pour la vache, peut se définir comme suit : l’absence de peur, de douleur, de faim, de soif,
de blessures et de mortalité. Ceci s’applique aux bovins de tout âge, et non seulement aux vaches
en lactation. L’idée n’est certes pas nouvelle, car elle était bien maîtrisée par W. D. Hoard, une légende
de l’industrie laitière.
Emploi du temps
S’il y a bien une chose dont nous pouvons avoir la certitude, c’est que nous n’avons que
24 heures dans une journée! Compte tenu de cette réalité, nous devons faire le meilleur usage
possible du temps dont dispose la vache. De récentes recherches se sont penchées sur
« l’emploi du temps » des vaches pour mieux comprendre leur façon d’agir au cours de la
journée. On a mesuré le temps qu’elles passent couchées, à manger, à boire, à se faire traire
et à se tenir debout dans les allées et les stalles. Pour assurer la rentabilité d’une vache laitière,
il faut maximiser son temps de repos et d’alimentation. Cet objectif ne sera pas atteint si
la vache passe trop de temps à attendre de se faire nourrir, si elle se fait traire 2 fois au lieu
de 3 fois par jour ou si elle doit parcourir une longue distance pour se rendre au salon de traite.
Le tableau ci-dessous compare l’emploi du temps de vaches d’élite à celui de vaches moyennes.
Tableau 1. Emploi du temps des vaches d’élite comparé à celui
des vaches moyennes*
Vaches d’élite
(10 % situées en haut de l’échelle)
Vaches moyennes
0,3 heure
0,5 heure
Allées et passages
1,1 heure
2,2 heures
Debout dans la stalle
0,5 heure
1,4 heure
Traite
2,5 heures
2,6 heures
Alimentation
5,5 heures
5,5 heures
14,1 heures
11,8 heures
Abreuvement
Coucher/repos
*Grant et Matzke 2003
3
Un temps de repos inadéquat peut se traduire par une augmentation des cas de boiterie et avoir
de fâcheuses conséquences pour la production et la reproduction.
Dans une étude menée en 1989 par Collick
et coll., les troupeaux qui présentaient davantage
de cas de boiterie ont eu les résultats suivants :
• Augmentation de 14 jours du temps entre le vêlage et la conception
• Augmentation du nombre de saillies/conception de 1,72 à 2,14
• Augmentation du taux de réforme de 5,1 % à 15,7 %
Litière
La quantité et le type de litière que l’on utilise peuvent avoir un effet
considérable sur le comportement de la vache dans la stalle et la durée
des périodes de repos. Une litière inadéquate réduira le temps où
la vache est couchée et l’obligera à se tenir debout plus longtemps
dans les allées et dans sa stalle, augmentant ainsi son risque de
boiterie. Le sable est souvent considéré comme la meilleure
litière, mais il peut être difficile à manipuler par temps froid.
En fait, qu’il s’agisse de sable, de paille, de bran de scie
ou de toute autre sorte de litière, c’est la
quantité déposée dans chaque stalle
qui est importante. De généreuses
quantités de litière devraient être régulièrement ajoutées dans les stalles, en plus du nettoyage
quotidien pour retirer la litière sale. En déposant une bonne quantité de litière dans la stalle
(minimum de 10 kg), on peut souvent minimiser certains problèmes liés à la conception
des installations. De plus, il est important de savoir que les tapis pour vaches ne remplacent
pas la litière. Ils peuvent contribuer à réduire tant soit peu la quantité de litière à utiliser, mais
celle-ci doit tout de même être suffisante pour garder la vache au sec et assurer son confort.
Une étude faite dans une étable munie de tapis a démontré que les vaches auxquelles on avait
fourni 7,5 kg de bran de scie demeuraient couchées considérablement plus longtemps et se
couchaient beaucoup plus souvent que les vaches qui n’avaient aucune litière (C. B. Tucker
et D. M. Weary, 2004). De plus, selon d’autres études menées sur le terrain, les vaches couchées
sur un tapis peuvent développer des blessures aux jarrets lorsque la quantité de litière est
insuffisante.
Conception des stalles
Dernièrement, on a beaucoup amélioré la conception des stalles pour que les vaches puissent
bénéficier d’un confort accru. Des études faites à l’aide d’enregistrements vidéo nous ont permis
d’en apprendre énormément sur le comportement des vaches et de construire des stalles mieux
conçues et de dimensions plus appropriées, visant à augmenter leur confort. Une fois de plus,
le but est d’améliorer l’usage des stalles et d’augmenter le temps consacré au repos.
Figure 2. Position couchée dans des stalles disposées face à face et des stalles qui donnent sur un mur, par rapport
aux dimensions de la stalle et à la présence d’une obstruction sociale dans l’espace frontal de la stalle.
Face à face
Tête vers le mur
50”
17’ - 18’
45”
16’
50”
15’
120”
96”
96”
66”
A
4
*Nigel Cook
B
C
Aire de couchage
A
Espace frontal
72”
66”
B
C
Densité de logement
La densité de logement est un autre élément clé auquel il faut porter attention
si l’on veut maximiser le confort des vaches. Les opinions varient quant
à ce qui constitue une densité de logement acceptable. En fait, cela dépend
des caractéristiques propres à chaque ferme, comme la conception de l’étable
(4 ou 6 rangées), l’espace par vache à la mangeoire, le nombre de pieds
carrés par vache, la taille moyenne des animaux, le nombre de traites par
jour, le temps passé dans le parc d’attente, etc.
Une densité de logement trop élevée
peut avoir les conséquences suivantes :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Modification du comportement d’alimentation
Plus d’agressivité et de déplacements à la mangeoire
Réduction du temps de repos
Augmentation des périodes d’inactivité dans les allées
Réduction du temps de rumination
Baisse de la production laitière
Baisse du pourcentage de gras
Augmentation des cas de boiterie
Conséquences plus graves pour les vaches qui en sont
à leur premier vêlage ou souffrent de boiterie
• Réduction du taux de gestation
Surface de plancher
Lorsqu’ils sont inadéquats, la surface de plancher et le nombre de pieds
carrés par vache peuvent être des facteurs de stress pour les vaches.
Elles devraient pouvoir marcher normalement sans avoir peur de glisser.
Une telle peur risque de nuire à la reproduction et d’augmenter les cas
de boiterie et de blessures. Le rainurage, le ponçage ou l’ajout de sable
ou de tapis de caoutchouc permettent d’améliorer la traction des vaches.
Par contre, la traction du plancher peut aussi parfois être excessive, surtout
s’il s’agit d’un nouveau plancher de béton. De plus, les arêtes vives et
les surfaces trop rugueuses sont à éviter, car elles peuvent accroître l’usure
des sabots ou entraîner le décollement de la ligne blanche. Le parc d’attente,
le salon de traite et autour de la mangeoire sont des endroits propices
à l’installation d’un plancher caoutchouté.
Le nombre total de pieds carrés par vache est un facteur important dans
l’évaluation du confort de l’étable. Les vaches ont besoin d’une surface de
plancher assez grande pour pouvoir bouger librement sans que certains
lieux soient congestionnés. Il se peut, par exemple, qu’une étable possède
assez de place à la mangeoire ainsi qu’un nombre suffisant de stalles, mais
que l’espace dans les allées et passages soit insuffisant. Il est important
d’accorder une attention particulière à la largeur des allées, au nombre
de passages, à la largeur des passages et à l’espace autour des buvettes.
Éclairage et qualité de l’air
Finalement, il ne faut pas oublier le « lieu de travail » de la vache. L’éclairage
et la qualité de l’air sont-ils adéquats? Autant la durée que l’intensité de
l’éclairage sont importantes pour la vache. En principe, la lumière devrait
être assez forte pour lire le journal et demeurer allumée durant 16 heures
par jour, suivies de 8 heures d’obscurité. Quant à la qualité de l’air, les éléments suivants sont importants : les odeurs, les gaz, l’humidité, la vitesse
du vent, le taux de renouvellement et le contrôle des courants d’air et
de la température. L’aération en été a fait d’énormes progrès au cours des
dernière sannées avec l’introduction de systèmes de ventilation tunnel.
Par contre, l’aération en hiver demeure souvent problématique en raison
du faible taux de renouvellement de l’air et des conditions humides.
Conclusion
Il est important de demeurer conscient en tout temps de l’effet que le confort
des vaches peut avoir sur les performances et la rentabilité de votre troupeau
de vaches laitières. Un confort inadéquat se traduit par du stress qui mine
les performances des animaux et réduit par conséquent les profits de
la ferme. Pour maximiser vos chances de réussite, vous devez « mettre
les bons aliments devant la bonne vache et la bonne vache devant les
bons aliments ». Une vache qui manque de confort ne sera certainement
pas « la bonne vache devant les aliments », et le potentiel de sa ration
ne sera pas optimisé. Le défi à relever consiste à vous assurer que votre
étable peut combler les besoins de vos vaches afin d’éliminer toute
source de stress et de permettre à votre troupeau d’atteindre son plein
potentiel.
« Comme vous le savez, les
vaches heureuses et en bonne
santé sont plus productives. »
OYÉS ivante :
L
P
M
E
X
U
AVIS A mps dans cette étable esovt lains,suqu'ils soient
sb
ut te
suiv re en to e t de patience envers le peau cesse d'être utile
à
E
L
G
È
R
se
LA
ou
ence es t
cupe d'un tr
e de gentilles
faites preuv x . U n homme qui s'oc reux e t brutal. L a pati chez
u
é
Sa
jeunes ou v ie oment où il dev ient col êtres doués de raison . lles comme
m
'e
es
à par tir du s vaches ne sont pas d raitez donc chacune d . Si vous
le
é
T
r
it
s.
a
c
rn
re
,
è
te
e
a
m
is
ur m
s des
de m
le
te
e
u
d
to
t
on
n
ti
so
c
n
e fera
es
que les vach production de lait es t fo diminuera , e t cela m s occupez
re
u
a
il se doit. L , leur production laitiè s idées lorsque vous vo
ce
z
e
is
a
en
m
lm
ja
a
les m
bliez
u tor t. N'ou
885
ég alement d
air y man , 1
D
s
.
es
rd
h
a
c
o
a
H
v
la
de mes
ndateur de
. Hoard , fa
W. D
5