chasse aux sorcières : un chaman empoisonne 30 femmes dans l

Commentaires

Transcription

chasse aux sorcières : un chaman empoisonne 30 femmes dans l
CHASSE AUX SORCIÈRES : UN CHAMAN EMPOISONNE
30 FEMMES DANS L'EST DE L'INDE
Bhagvan Deen, chaman dans l’Etat du Chhattisgarh (centre-est), a été arrêté avec six autres hommes par la
police, pour avoir empoisonné les femmes du village de Shivni. D'après la BBC, les 30 femmes ont été
hospitalisées après avoir avalé une boisson artisanale concoctée par le chaman en question, devant révéler au
village laquelle était une sorcière. Toutes ont dû subir un lavage d'estomac, et cinq d'entre elles, toujours
dans un état critique, ne sont pas encore sorties de l'hôpital.
Une jeune fille de 18 ans, parce qu'elle était malade, avait été accusée de sorcellerie par les hommes de
Shivni, y compris son père. Ces derniers ont appelé sans attendre le chaman Bhagvan Deen qui a préparé
une potion à base d'herbes vénéneuses qui allait, selon lui, provoquer les aveux de la « véritable sorcière ».
Plusieurs hommes ont alors rassemblé la plupart des femmes adultes dans le centre du village, pour leur faire
boire ce mélange qui n'a eu d'autres effets que la douleur générale de ces dernières.
La chasse aux sorcières est encore fréquente en Inde, et cause la mort de nombreuses femmes, surtout dans
les Etats du Bihar, du Chhattisgarh, du Madhya Pradesh et du Jharkand.
* Article intégral publié le 11 janvier 2011 sur le site Aujourd’hui l’Inde: http://inde.aujourdhuilemonde.com/chasse-auxsorcieres-un-chaman-empoisonne-30-femmes-dans-l%E2%80%99est-de-l%E2%80%99inde
BBC News South Africa, 10 janvier 2011 http://www.bbc.co.uk/news/world-south-asia-12149785
EN INDE, LA CHASSE AUX SORCIÈRES CONTINUE
Une réunion organisée vendredi dernier dans l’Assam (Nord-Est) a permis de soulever à nouveau le
problème des exactions commises contre les "sorcières" des villages de certaines régions en Inde, où les
superstitions sont encore vivaces.
Les femmes accusées de sorcellerie sont humiliées sur la place publique, notamment en se faisant raser la
tête comme ici au Bihar.
Rashmi Rabha et sa famille ont quitté leur maison depuis plusieurs mois déjà. Avant d’être chassées du
village, Rashmi et sa fille de 18 ans ont été battues en public puis contraintes d’abandonner leur travail. Pour
les habitants de ce petit village du Meghalaya (Nord-Est), les deux femmes sont des sorcières.
"J’ai dû trouver un abri chez un membre de ma famille dans un autre village, où je suis restée plusieurs
mois avec ma fille, mon fils, mon beau-fils et mon petit-fils", a-t-elle déclaré. Sa fille aînée, restée au village,
a tenté de protester avant de plier sous la menace et d’être poussée au suicide.
Elles seraient plusieurs centaines en Inde à subir ainsi les persécutions des voisins et des proches, et près
de 200 à être tuées tous les ans pour "sorcellerie". Les accusées sont alors battues à mort, pendues, ou
enterrées vivantes. Cette superstition sévit surtout dans les régions reculées du pays. Selon une ONG de
l'Uttarakhand (Nord) spécialisée dans les droits et le règlement des litiges dans les milieux ruraux, l’Etat du
Jharkhand compte le nombre le plus élevé de crimes liés à ce type d’accusation, avec 50 à 60 cas par an.
L’Andhra Pradesh, l’Haryana et l’Orissa font également partie des Etats où le nombre de victimes peut
monter à trente chaque année. Selon une étude publiée par l’organisation en 2010, plus de 2500 femmes
accusées de pratiquer la magie noire auraient été tuées ces quinze dernières années.
Misère et ignorance
"Ces régions sont confrontées à une pauvreté criante, avec un accès limité ou inexistant aux services de
santé et à l’éducation. Dans ces circonstances, la superstition gagne une place importante", expliquait
Ahluwalia, travailleuse social, pour un WeNews. Une mauvaise récolte, un décès, la perte d’un enfant, ou
une maladie seront l’occasion de faire appel à ces croyances irrationnelles.
Cité par Women News Network dans un récent article, Kanchan Mathur, professeur à l’Institut des Études
sur le Développement en Inde soulignait en particulier la vulnérabilité des "femmes pauvres, issues de castes
inférieures". Les premières victimes seraient cependant les veuves et les femmes célibataires, ciblées pour
leurs terres et leurs économies. "La convoitise de biens est une des raison derrière les meurtres pour
sorcellerie", analyse ainsi le responsable d’une association de soutien, l'Andra Shraddha Nirmulan Samiti.
Dans le cas de Rashmi Rabha, la victime explique que son neveu était à l’origine des rumeurs : "il a tenté de
confisquer ma maison en nous accusant de sorcellerie et en déclarant que nous voulions faire du tort aux
autres habitants du village."
Seuls quelques Etats comme le Jharkhand, le Bihar et le Chattisgarh ont entériné une loi concernant la
"chasse aux sorcières". Une pétition rédigée à l’intention de la haute cour de justice pour un renforcement de
la loi à ce sujet a été rejetée en mars 2010.
Des initiatives à l’échelle associative et individuelle ont cependant été lancées depuis. Le "Projet Prahari",
mené par un inspecteur général de la police à Kokrajhar, a ainsi permis de contrer ces pratiques par une
formule mêlant développement participatif et politique communautaire. Son succès pourrait inspirer les
administrateurs sur une plus vaste échelle.
* Article intégral de Aujourd’hui l’Inde, publié le 14/12/2010:
http://inde.aujourdhuilemonde.com/en-inde-la-chasse-aux-sorcieres-continue