contrat d`objectifs

Commentaires

Transcription

contrat d`objectifs
CONTRAT D’OBJECTIFS
MÉTIERS des TRANSPORTS TERRESTRES
et de la LOGISTIQUE
PRÉFET
DE LA RÉGION
ALSACE
1
2014 / 2018
2
Entre : D’une part, L'État, représenté par le Préfet de la région Alsace et le Recteur de l'Académie de Strasbourg, Chancelier des Universités, Le Conseil Régional d'Alsace, représenté par son Président, D’autre part, La profession: ‐ L’association pour le développement de la Formation Professionnelle(AFT) ‐ délégation régionale, représentée par sa déléguée régionale ; ‐ Les organisations professionnelles, représentées par leur Président respectif : Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR); ASLOG Alsace (association française pour la logistique) ; Fédération Nationale des Transports de Voyageurs Alsace (FNTV Alsace) ; Fédération des entreprises de transport et de logistique
de France(TLF) ; ‐ Le Comité Régional de la Formation Professionnelle dans les Transports et la Logistique (CRFP – TL), représenté par son Président ; ‐ L’OPCA transports, représenté par sa Directrice Générale. Vu, ‐ l'article 22 de la loi 87‐572 du 23 juillet 1987 relative à l'apprentissage, créant les contrats d'objectifs, ‐ le décret n° 93‐51 du 14 janvier 1993 relatif aux contrats d'objectifs pluriannuels, ‐ la loi du 24 novembre 2009 relative à l’orientation et à la formation professionnelle tout au long de la vie, ‐ le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles signé le 24 juin 2011, Il est convenu ce qui suit. 3
Sommaire Article 1 : Profil du secteur : état des lieux et diagnostic 1. Le secteur d’activité : situation économique, état des lieux des métiers et perspectives 1.1 L’activité économique 1.2 Analyse dynamique du secteur : les enjeux et principaux facteurs d’influences du secteur 1.3. Le marché du travail 1.4 Les métiers du secteur et leur évolution 2. La formation : état des lieux 2.1
2.2
2.3
2.4
Carte des formations initiales (cf. annexes) Formation professionnelle initiale Formation continue pour les demandeurs d’emploi Formation continue pour des salariés Article 2 : Priorités et actions pour la période 2014‐ 2018 Priorité 1 Priorité 2 Priorité 3 Observer les évolutions des métiers et des emplois et identifier les besoins en compétences des entreprises pour mieux adapter l’offre de formation initiale et continue Action 1 : Identifier les besoins en compétences actuels et futurs pour adapter l’offre de formation aux évolutions du secteur Action 2 : Développer une démarche de diagnostics spécifiques Action 3 : Favoriser les démarches de gestion prévisionnelle des compétences Renforcer les partenariats entre la profession et les acteurs de l’orientation pour mieux informer sur les réalités des métiers Action 4 : Se concerter pour diffuser une information maîtrisée, réaliste et valorisante des métiers et carrières Action 5: Renforcer le rôle des employeurs et professionnels du secteur sur les questions de l’orientation Adapter l’offre de formation aux besoins en compétences du secteur 1er axe ‐ Consolider et adapter l’offre de formation professionnelle pour favoriser l’accès à l’emploi Action 6: Répondre aux besoins du secteur et à l’évolution des compétences par une formation initiale adaptée en privilégiant la concertation des différents acteurs Action 7 : Favoriser la relation entre l’entreprise et l’apprenant, développer l’alternance (apprentissage, stages obligatoires ou contrats de professionnalisation) et lutter contre les abandons Action 8 : Développer des parcours articulés et adaptés aux demandeurs d’emploi et aux besoins des entreprises 2ème axe‐ Favoriser les parcours des actifs du secteur Action 9 : Préparer les actifs aux évolutions du secteur Action 10: Sécuriser le parcours professionnel des actifs les plus fragilisés 4
Article 3 : Mise en œuvre et suivi 1.
2.
3.
4.
Comité de pilotage et de suivi Plan d’actions annuel et convention d’application Les groupes de travail techniques et thématiques Durée et renouvellement du contrat Article 4 : Annexes ‐
‐
Annexe 1 : Carte des formations initiales 2012‐2013 et effectifs des scolaires en lycées et apprentis en CFA suivant une formation dans le transport et la logistique à la rentrée 2012 Annexe 2 : Plan d’actions 2014 5
PREAMBULE L'Etat, la Région Alsace, et les professionnels des transports routiers et de la logistique, représentés par la Délégation Régionale de l’AFT, la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR), ASLOG Alsace (association française pour la logistique), la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs Alsace (FNTV Alsace), la Fédération des entreprises de transport et de logistique de France(TLF), le Comité Régional de la Formation Professionnelle dans les Transports et la Logistique (CRFP – TL), et l’OPCA transports conviennent de collaborer en matière d’orientation et de formation tout au long de la vie. Ils affirment par le présent contrat leur volonté de rationaliser l’utilisation de l'ensemble des dispositifs et moyens de formation existants, d'ajuster au mieux l'offre de formation aux possibilités de l’emploi, de concourir à l’effort global d’élévation du niveau de qualification de la population, et de favoriser l’insertion professionnelle et l’égalité des chances. 6
ARTICLE 1 : PROFIL DU SECTEUR : ETAT DES LIEUX ET DIAGNOSTIC Ces données sont issues du document « Eléments de réflexion sur les métiers des transports routiers et de la logistique», réalisé en août 2013 par l’OREF Alsace en lien avec l’OPTL, observatoire de branche (document téléchargeable sur le site www.oref‐alsace.org) ; l’état des lieux a été complété avec des informations issues de différentes sources (AFT, organisations professionnelles OPCA Transports, Pôle emploi, ORTAL Alsace…). [1] Périmètre * Source : « Eléments de réflexion sur les métiers du transport et de la logistique», réalisé en août 2013 par l’OREF Alsace Plusieurs activités distinctes : ƒ transport de marchandises ƒ transport de personnes, y compris transport urbain (hors transport sanitaire) ƒ prestations logistiques. Ce périmètre, également définit comme champ d’analyse des travaux de l’OREF Alsace en 2013, est différent du champ d’analyse de l’Observatoire Prospectif des Transports et de la Logistique : ƒ
ƒ
ƒ
Il n’intègre pas l’activité d’ambulancier (8690A) qui relève du Contrat d’Objectifs des métiers du secteur sanitaire et social ; Il intègre l’activité des transports urbains et suburbains de voyageurs (4931 Z) ; L’intégralité des salariés des activités suivantes a été comptabilisée : location et location bail de camions (7712Z), affrètement et organisation des transports (5229B), entreposage et stockage non frigorifique (5210B). Les codes NAF retenus sont les suivants : 4931Z : Transports urbains et suburbains de voyageurs 4939A : Transports routiers réguliers de voyageurs 4939B : Autres transports routiers de voyageurs 4941A : Transports routiers de fret interurbains 4941B : Transports routiers de fret de proximité 4941C : Location de camions avec chauffeurs 4942Z : Déménagement 5210B : Entreposage et stockage non frigorifique 5229A : Messagerie, fret express 5229B : Affrètement et organisation des transports 5320Z : Autres activités de poste et de courrier 7712Z : Location et location bail de camions 8010Z : Activité de sécurité privée (*) (*) Ce code a une définition plus large que celle correspondant au secteur des transports routiers et de la logistique. En conséquence un ajustement conforme aux recommandations de l’OPTL a été opéré afin de ne retenir que les établissements du secteur. Les principaux métiers [codes ROME] G1201 : Accompagnement de voyages, d’activités culturelles ou sportives N1101 : Conduite d’engins de déplacement des charges N1102 : Déménagement N1103 : Magasinage et préparation de commandes N1105 : Manutention manuelle de charges N1201 : Affrètement transport N1202 : Gestion des opérations de circulation internationale des marchandises N1301 : Conception et organisation de la chaîne logistique N1302 : Direction de site logistique N1303 : Intervention technique d’exploitation logistique N4101 : Conduite de transport de marchandises sur longue distance N4103 : Conduite de transport en commun sur route N4104 : Courses et livraison express N4105 : Conduite et livraison par tournée sur courte distance N4201 : Direction d’exploitation des transports routiers de marchandises N4202 : Direction d’exploitation des transports routiers de personnes N4203 : Intervention technique d’exploitation des transports routiers des marchandises N4204 : Intervention technique d’exploitation des transports routiers de personnes 7
1. Le secteur d’activité : situation économique, état des lieux des métiers et perspectives Sources : Eléments de réflexion sur… les transports routiers et la logistique – août 2013 OREF Alsace ; Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications des Transports et de la Logistique ; données OPCA Transports, les travaux de l’ORTAL Alsace. 1.1 L’activité économique Eléments de conjoncture régionaux Les actifs Le secteur des transports routiers et de la logistique compte, en décembre 2012, 20 947 salariés en Alsace, soit 3,9 % des salariés du secteur marchand en Alsace : ‐ 46,1% travaillent dans le transport routier de marchandises ; ‐ 19,5% travaillent dans le transport de voyageurs (dont plus de la moitié dans le transport urbain); ‐ 29,2% travaillent dans la logistique ; ‐ 5,2% dans la location de camion (avec et sans chauffeur) et le déménagement. Une forte majorité de ces salariés (46,10%) sont des conducteurs routiers. Parmi ces conducteurs routiers : ‐ 63% sont des conducteurs « grand routier » ‐ 23% sont des conducteurs routiers de transports en commun (à titre d’exemple, la CTS emploie 1 002 conducteurs parmi ses 1 503 salariés, soit 67% de ses effectifs); ‐ 14 % sont des conducteurs livreurs et des coursiers. Les conducteurs routiers sont également représentés dans d’autres secteurs d’activités : ainsi, 17 400 salariés en Alsace sont des conducteurs routiers, dont : ‐ 56% dans le secteur du transport et de la logistique ; ‐ 12 % dans le commerce ; ‐ 7% dans les activités de service et de soutien ; ‐ 6% dans l’industrie ; ‐ 5% dans la construction ; ‐ 3 % dans la gestion des déchets ; ‐ 11 % dans d’autres secteurs d’activités. Majoritairement des hommes (à 90%), la proportion des jeunes de moins de 25 ans y est plus faible (6,3%) que dans d’autres secteurs d’activités (11,2%) en Alsace. Une autre caractéristique de ces conducteurs : ils font preuve d’une forte fidélité, surtout en transport de voyageurs (13 à 14 ans sur un poste), et vieillissement du secteur : les départs en retraite des conducteurs dans le transport de voyageurs seront à anticiper. [2] Nombre de salariés (31/12/2012) Tendance Le secteur compte 20 947 salariés : ‐ 9 658 dans le transport de marchandises ; Tendance à baisse entre 2007 et 2012 : ‐ 4 085 dans le transport de voyageurs, dont Les effectifs salariés de ce secteur ont diminué de – 4,6% en Alsace 2 289 dans le transport urbain et 1 796 dans les durant cette période. autres transports de voyageurs ; Les années 2009 (‐813 salariés) et 2012 (‐595 salariés) ont ‐ 6 128 dans la logistique (métiers « auxiliaires de particulièrement impactés cette baisse (impact de la crise transport et métiers de l’entreposage/ stockage économique, notamment en transport de marchandises). non frigorifique) ‐ 1 076 dans la location de camion (avec et sans chauffeur) et dans le déménagement. [3] Poids du secteur dans l’économie au 3,9 % des salariés du secteur marchand. 31/12/2012 8
Les établissements Au 31/12/2012, 1 018 établissements relèvent du secteur des transports routiers et de la logistique en Alsace, dont : ‐ 64% dans le transport routier de marchandises ; ‐ 6,2% dans le transport routier de voyageurs (dont le transport urbain) ; ‐ 18,7% dans les activités auxiliaires de transport ; ‐ 7,7 % dans les activités autres du transport ‐ 3,1% dans la location. Ces établissements comptent 21 salariés en moyenne, en sachant que la taille moyenne varie en fonction de l’activité des établissements. Ainsi, la taille moyenne des établissements du transport routier de voyageurs est bien plus élevée (65 salariés en moyenne) que celle du transport routier de marchandises (15 salariés en moyenne). [4 ] Nombre d’établissements au 31/12/2012 1 018 établissements (avec au moins un salarié) en Alsace : ‐ 655 sont des établissements de transport routier de marchandises ; ‐ 63 sont des établissements du transport routier de voyageurs (dont le transport urbain) ; ‐ 190 sont des établissements des activités auxiliaires de transport ; ‐ 78 sont des établissements des activités autres du transport ‐ 32 sont des établissements de la location. Tendance (créations/disparitions) entre 2007 et 2012. Tendance à la stabilité. [5] Est‐ce un secteur qui se développe économiquement ? Avis des organisations professionnelles ‐ 2013 [6] Dimension transfrontalière et internationale Avis des organisations professionnelles ‐ 2013 Jusqu’à présent : il fallait 400 à 500 conducteurs / an, or, avec les changements du système de retraite, tous les dispositifs sont retardés et on manque de visibilité sur le secteur en termes de recrutements pour les 2 prochaines années. ‐ Il n’y a plus, aujourd’hui, de fuite de personnel de l’Alsace vers l’Allemagne ou la Suisse (sauf en transport de voyageurs) Æ les transporteurs commencent à constater que la tendance s’inverse. Par exemple, les conducteurs, qui sont allés travailler en Suisse, reviennent en France : en Suisse, ils ont souvent des journées très longues, avec des grandes coupures pour limiter les frais et la différence entre les salaires et les frais devient trop importantes. ‐ projet GPEC territoriale Port du Rhin – MEF ‐ Tendance au développement de la mobilité et de l’inter‐modalité pour le transport de voyageurs. 9
1.2. Analyse dynamique du secteur : les enjeux et principaux facteurs d’influences du secteur Sources : Observatoire Prospectif des Métiers et des Qualifications des Transports et de la Logistique ; données OPCA Transports, les travaux de l’ORTAL Alsace ; l’avis des représentants de la profession. [7] Forces du secteur [8] Faiblesses ƒ
ƒ
ƒ
multiplicités d’activités Transport voyageur : des opportunités d’emploi malgré la crise, avec un accueil favorable pour le public senior (+ 45 ans) et féminin ƒ
ƒ
ƒ
Logistique : position géographique de l’Alsace favorable et des équipements d’inter‐modalités train‐fleuve‐route de haut niveau – développement à venir (développement des opérateurs de proximités et des plateformes) Les « urbains » : stabilité des effectifs intégration du développement durable dans tous les aspects de la profession : création de postes ou de fonctions d’éco‐conseillers ƒ
Démarche proactive GPEC auprès des entreprises Transport de marchandises : un segment très lié aux variations économiques ƒ
Mixité professionnelle déséquilibrée : 9.7% de femmes dans les transports de marchandises, 25% dans le transport de voyageurs, 10% pour les « urbains » Absence de formation de l’Education Nationale pour le transport de voyageurs L’image des métiers du transport et de la logistique : le panel des métiers est mal connu et le secteur souffre de représentations. ƒ
Opportunités de reconversion pour les seniors du secteur du transport de voyageurs ƒ
ƒ
ƒ
Activité principalement non « délocalisable » pour le transport de voyageurs peu d’évolution de carrières – problèmes de reclassements professionnels dans le transport ƒ
ƒ
En formation initiale : le métier de conducteur de voyageurs est accessible à partir de 21 ans (donc, peu d’impact de l’apprentissage) [9] Les opportunités [10] Les menaces ƒ
ƒ
des relations clients de mieux en mieux développées : des offres toujours plus adaptées permettent des réponses réactives potentiel de croissance dans les passerelles à créer entre achats et transport ƒ
ƒ
potentiel de croissance dans les passerelles à créer entre planification et approvisionnement Les nouvelles mobilités sont un atout pour le développement du transport urbain et interurbain de voyageurs. 10
‐
‐
Contraintes règlementaires face aux exigences des clients: tous les employeurs du secteur n’ont pas la possibilité de répercuter cette taxe sur les coûts de leurs transports ; Concurrence internationale qui propose des prestations à moindre coût 1.3. Le marché du travail (Sources : Eléments de réflexion sur… les transports routiers et la logistique – août 2013 OREF Alsace ‐ Pôle emploi Alsace‐ OPTL Alsace‐ Avis des représentants de la profession) Spécificités territoriales : • Transport routier de marchandises: un gros besoin en pratique de la langue allemande (qui n’est pas maîtrisée) pour les affréteurs notamment. • Très forte concentration des demandes d’emploi ( 71,5%) dans ce secteur à Strasbourg (5 583 demandes enregistrées par Pole emploi en 2012) et à Mulhouse (4 221demandes enregistrées par Pole emploi en 2012) , alors que 53% des offres d’emploi du secteur sont proposées à Strasbourg ( 1 737 offres déposées en 2012) et à Mulhouse ( 1 215 offres déposées en 2012) • Besoins en commerciaux sans distinction de territoire. • Difficultés de recrutement de conducteurs de voyageurs sur les bassins d’Altkirch et de Saint Louis Les métiers qui apparaissent les plus affectés par les départs en retraite au cours des prochaines années : ‐ Les déclarants en douane. ‐ Les conducteurs en transport de voyageurs, notamment en grand tourisme ‐ Les conducteurs routiers interurbains de voyageurs. La CTS recrute, par exemple, de 30 à 45 conducteurs par an. [11] Marché du travail régional : les offres d’emploi au 31/12/2012 [12] Nombre de demandeurs d’emplois au 31/12/2012 ÆLes entreprises du secteur ont déposé 1 212 offres en 2012 en Alsace dont 59% relèvent d’entreprises des transports routiers de fret, 14,4% de l’affrètement et l’organisation des transport, 5,6% des transports urbains de voyageurs, 6% des autres transports routiers de voyageurs. Ces offres sont réparties sur 64 métiers différents et 5 d’entre eux représentent 72 ,6% des offres d’emploi déposées : ‐ La conduite ‐ transport routier de marchandises : 57,6 % des offres déposées ‐ La conduite et livraison par tournées courte distance : 19,6 % des offres déposées ‐ La conduite de transport en commun sur route : 8,4% des offres déposées ‐ L’affrètement transport : 3,5% des offres déposées ‐ Déménagement : 3,2% des offres déposées. ÆD’une manière plus globale, 5 545 offres d’emploi ont été déposées par tous secteurs pour des métiers relevant du transport et de la logistique (pour 15 049 demandes), dont : ‐ 20% de ces offres ont été déposées par des entreprises du secteur ; ‐ 51% par des agences intérimaires ; ‐ 12,5% par des entreprises du commerce ; ‐ 5,5% par des industries ; ‐ 1,5% par des entreprises de construction. Parmi ces offres : ‐ 31,3% relèvent du magasinage et de la préparation de commandes ‐ 34,9 % de la conduite – transport de marchandises‐ longue et courte distance ‐ 6,5% de la manutention manuelle de charges ‐ 5,3% de l’intervention technique d’exploitation logistique ‐ 2,8% en conduite de transport en commun. Stock de 13 713 demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi dans ces métiers au 31/12/2012, soit 10,7% de l’ensemble des demandeurs d’emploi inscrits. dont : ‐ 47% d’hommes et 53% de femmes ; ‐ 36,9% en magasinage et préparation de commandes ; ‐ 17% en conduite – transport routier de marchandises‐ courte distance ; ‐ 14,7% en conduite d’engins de déplacements de charges ; ‐ 12,6% en conduite – transport routier de marchandises‐ longue distance ‐ 8,6% en manutention manuelle de charges ‐ 2% en conduite de transport en commun. A noter : 42,2% des demandeurs d’emploi inscrits sur un métier des transports et de la logistique le sont depuis plus d’un an (vs 38% pour tous secteurs confondus) 11
[13] Est‐ce un secteur qui recrute ? Avis des organisations professionnelles ‐ 2013 Court terme
‐ Transport routier de voyageurs (TRV): recrutements en conduite de voyageurs, pour le remplacement de départs à la retraite ‐ Transport routier de marchandises (TRM ): stagnation des effectifs ‐Logistique :domaine transverse qui offre de nombreuses opportunités d’emplois à tous niveaux Moyen terme
Long terme Pas de visibilité pour le TRM Logistique : les emplois seront sans doute conservés mais la question se pose plutôt pour le prestataire logistique (tendance à la reprise des fonctions logistiques par les clients) Pas de visibilité pour le TRM Concernant le TRV : pas de visibilité à long terme concernant le grand tourisme 1.4 Les métiers du secteur et leur évolution (Sources :OPTL Alsace 2013 ; avis des organisations professionnelles 2013) Le niveau d’entrée dans le secteur : En Transport de marchandises : Niveau V ou IV pour les conducteurs, Niveau IV et III pour les exploitants. En transport de voyageurs : Niveau V pour les conducteurs. Niveau IV pour les conducteurs grand tourisme avec une bonne pratique d’une langue étrangère Niveau III pour la planification et l’exploitation. En transport urbain : Niveau V pour les conducteurs, la maintenance véhicule et machines billets. Niveau III pour la maintenance TRAM (électrotechnique). En logistique : Niveau V et IV pour la préparation de commande et magasinier cariste Niveau III pour les chefs d’équipe Niveau III et II pilotage et optimisation des flux / achat approvisionnement. Logistique :, PILOTAGE et OPTIMISATION DES FLUX : chef de projet logistique et flux, technicien supérieur en méthodes et exploitation logistique ; agent de planification OPERATIONNEL : chef d’équipe, magasinier, cariste [14] Métiers aux Marchandises : 1.86 demandeurs d’emploi pour une offre de poste en conduite de marchandises besoins en longue ou courte distance (hors express). Parmi eux, de nombreux conducteurs poids‐lourds recrutement expérimentés : cette activité n’est plus en tension. récurrents Avis des Voyageurs : des départs à la retraite en perspective organisations professionnelles ‐ Urbains : 2013 ‐ Mécaniciens de niveau IV(Bac pro maintenance ‐ avec une spécialité bus et électrotechnique pour le tram) ‐ Conducteurs (pas assez de gens formés). D’une manière générale : ‐ tendance au recrutement de personnes de plus en plus qualifiées – élévation des niveaux MAIS il y a encore un besoin en conditionnement en amont et en aval des opérations. 12
[15]Emergence de nouveaux métiers Avis des organisations professionnelles ‐ 2013 [16] Emergence de nouveaux besoins en compétences Avis des organisations professionnelles ‐ 2013 ‐ éco‐conseiller – technicien développement durable
‐ manageur intermédiaire en logistique ‐ conducteur accompagnateur en TPMR (transport de personne à mobilité réduite) ‐ préventeur des risques professionnels Compétences liées aux réglementations CO2
Compétences numériques (Exemple : géo‐localisation) 2. La formation : état des lieux 2.1. Formation professionnelle initiale (Sources : Eléments de réflexion sur… les transports routiers et la logistique – août 2013 OREF Alsace ; OPTL Alsace ; avis des représentants de la profession) A la rentrée 2012 : l'appareil de formation initiale dans les métiers du secteur compte 971 jeunes (toutes années confondues), dont 289 apprentis en CFA, 580 lycéens et 102 étudiants. La part des filles dans les formations aux métiers du secteur reste relativement faible (13% vs 68% dans l’ensemble des formations des secteurs des services), notamment dans les formations de niveau V (6,7%) et IV (9%). En revanche, elles sont plus nombreuses dans les formations de niveaux III (29%) et II à I (40%). Si on prend en considération les formations de niveau V à I, le poids de l'apprentissage en Alsace est de 33 % (vs 25% dans le secteur des services). Par ailleurs, 70% des apprentis trouvent un maitre d’apprentissage près de leur domicile (74 % dans les secteurs des services). En apprentissage le référentiel du CAP de conducteur positionne clairement ce diplôme dans une perspective d’insertion professionnelle directe, mais il conviendrait, selon la profession, de réfléchir aux possibilités d’évolution et de poursuite de parcours pour les titulaires de ce diplôme (par la voie scolaire, en alternance, ou en formation continue). On constate également que les effectifs des sections du transport et de la logistique augmentent globalement et on observe une progression de la poursuite d’études au niveau IV. L’âge reste un critère pour la conduite de véhicules, notamment dans le cadre de la conduite de voyageurs. Dans l’enseignement post‐bac on relève plusieurs projets d’ouverture de sections (sous différents statuts). Ces initiatives font l’objet d’un avis de la profession en lien avec les réflexions sur les besoins en compétences, notamment dans la logistique. Statut
Effectif
%
Lycéens 580 59,7%
Apprentis 289 29,8%
Etudiants 102 10,5%
[17 ]Nombre de formés en TOTAL 971 100%
formation initiale Evolution entre 2000 et 2012 :
en 2012 / 2013 Lycée : + 88,9% CFA : + 140,8% Université : ‐ 31% Total : +68,9% De 2000 à 2012, les effectifs en lycées et CFA ont doublé.
Depuis 2011, le nombre de lycéens baisse et celui des apprentis amorce une légère croissance
(après une légère baisse en 2009).
13
Niveau V Niveau IV Niveau III Niveau II Niveau I TOTAL
Lycées et CFA
174
543
127
25
Université
94
8
Total
174
543
221
33
869
102
971
% 18% 56% 23% 3% 100%
Evolution entre 2000 et 2012 :
(Source : Eléments de réflexion sur… les transports routiers et la logistique – août 2013 OREF Alsace) [18]Répartition par niveaux de formation en 2012 / 2013 [19]Attractivité du secteur (lycées, 2012) Attractivité des formations du secteur : 128 % (moyenne dans les services : 167%) Taux de mobilisation des places à 96 % (99% pour le secteur des services) Problèmes d’attractivité des métiers : les sessions ne sont pas toutes remplies, notamment en BTS (83% de mobilisation des places). Taux d’insertion à l’issue d’une formation initiale dans ce secteur en 2012 : 69 % (vs 63% en moyenne régionale tous secteurs) : [20] Taux d’insertion (2012) [21]Rupture des contrats d’apprentissage [22] Les perspectives de signatures de contrats en alternance du secteur en 2013 Avis des organisations professionnelles ‐ 2013 Lycéens en 2012 Lycéens – moyenne Apprentis en 2012
sur 3 dernières années‐ 64% 58% Apprentiss – moyenne sur 3 dernières années‐
76%
71% L’insertion professionnelle des lycéens augmente régulièrement depuis 2009. L’insertion professionnelle des apprentis a fortement augmenté de 2010 à 2011 (de 62% à 78%) et a perdu 2 points en 2012 (76%). 23% vs 26% en moyenne régionale tous secteurs sur la même période. Contrat d’apprentissage
En s’appuyant notamment sur les missions des développeurs Contrat de professionnalisation L’OPCA transports pressent une baisse des contrats de professionnalisation en 2013 (car autre dispositif existant dont les coûts de rémunérations ne sont pas supportés par l’entreprise mais par Pôle Emploi : POE Individuelle). 14
2.3 Formation continue pour les demandeurs d’emploi Sources : données Région Alsace – FPC ; données Pôle emploi ; données OPCA Transports 998 Demandeurs d’emploi formés à ces métiers en 2012 : Région Alsace [23]Nombre de demandeurs d’emploi formés en 2012 Pôle Emploi
398 OPCA Transports 82 518
Données OPCA transports (2012): - Transports Routiers de Marchandises et Auxiliaires du Transport : 19 stagiaires en CSP, 10 POE individuelles, 10 POE C, 2 DIF portables ; - Transports Routiers de Voyageurs : 1 POE individuelle, 12 POE C ; - Transports Publics et Ferroviaires (Urbains) : 26 POE individuelles. Financements Région Alsace :
Niveau 3 Niveau 4 Niveau 5 Niveau 5bis et 6 Total 2012 24 77 203 94 398 Le niveau 5 représente 60 % des formations proposées en 2011 et 51% en 2012. En 2012, la Région Alsace a financé 398 places de formation : [24]Répartition par niveaux et types de formation -
194 places de formation logistique (niveau 3, 4 et 5) ; 123 places de formation Transport marchandises (Pré qualification (PQ) et titre professionnel) ; 69 places de formation Transport voyageurs (PQ et titre professionnel) ; 13 places de formation « Activités Aéroportuaires » ; 5 places de formation à la conduite d’engins de chantier. Financement Pôle Emploi 2012 : Pôle emploi a financé la formation de 518 demandeurs d’emploi, dont : 90 CACES, 72 Magasiniers Caristes, 26 Capacité de Transport, 94 FIMO marchandises, 36 FIMO voyageurs, 66 FCOS marchandises, 44 Code de la route, 90 Permis (D, EC, C..). Financement OPCA Transport : 82 demandeurs d’emploi ont bénéficié d’un financement de l’OPCA Transport dont : -
52% des formations « Transports Routiers de Marchandises et Auxiliaires du Transport » : 15% des formations « Transports Routiers de Voyageurs » 32% des formations « Transports Publics et Ferroviaires (Urbains) ». [25] Commentaires sur la formation des demandeurs d’emploi [26] Taux d’insertion des demandeurs d’emploi formés Formation Transport : ‐ Beaucoup de demandeurs d’emploi sont déjà titulaires de permis : il est préférable de préserver une offre de maintien sans développer une offre de masse (éventuellement d’adapter en fonction des besoins par des actions « sur mesure ») ‐ concernant les jeunes de moins de 21 ans : le titre professionnel leur permet un accès à la conduite. Formation Logistique : Maintien de l’offre de formation du niveau 5 et développement de l’offre de formation du niveau 4. 56% des stagiaires de formation professionnelle continue formés dans ce secteur sont en emploi 6 à 8 mois plus tard (vs 50% en moyenne dans tous secteurs). 15
2.4 Formation continue des salariés Source : données OPCA Transports [27]Nombre de salariés formés et évolution Données OPCA Transports 2013 [28]Professionnalisa
tion : nombre de contrats et périodes de professionnalisation en 2012 Données OPCA Transports 2013 [29] Nombre de tuteurs et maîtres d’apprentissage formés en 2012 Données OPCA Transports 2013 En 2012, l’OPCA transport a financé des formations pour 3721 salariés, dont : - 86,2 % dans le cadre du plan de formation, 6,5% dans le cadre du DIF, 6,9% dans le cadre de la professionnalisation. - 67% dans le transport de marchandises - 23,8% dans le transport de voyageurs + transport urbain. 85% des salariés suivent une formation de niveau V. -
-
Transports Routiers de Marchandises et Auxiliaires du Transport : 131 contrats de professionnalisation ; 72 périodes de professionnalisation ; Transports Routiers de Voyageurs : 3 contrats de professionnalisation ; 2 périodes de professionnalisation ; -
Transports Publics et Ferroviaires (Urbains) : 22 contrats de professionnalisation ; 123 périodes de professionnalisation ; -
Transports Routiers de Marchandises et Auxiliaires du Transport : 47 tuteurs formés ; Transports Routiers de Voyageurs : 6 tuteurs formés ; -
Transports Publics et Ferroviaires (Urbains) : 1 tuteur formé. 16
ARTICLE 2 : PRIORITES ET ACTIONS 2014‐ 2018 Le contrat d’objectifs, véritable levier du CPRDFP 2011‐2014 : Prévu par la loi du 24 novembre 2009, le Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles (CPRDFP) définit la stratégie et les objectifs en matière de formation professionnelle pour les trois années à venir toutes voies de formation confondues (formation initiale sous statut scolaire, apprentissage, formation continue). Le CPRDFP vise particulièrement : ‐ La sécurisation des parcours à court et moyen terme, et la réduction des inégalités face à l’emploi et la professionnalisation, par la formation professionnelle tout au long de la vie ‐ Une offre de formation réactive et adaptable aux mutations économiques et aux besoins en compétences d’aujourd’hui et de demain ‐ Une organisation d’accès à l’orientation et à la formation contribuant à un développement équilibré des territoires ‐ Un équilibre entre le développement de la responsabilité des personnes pour conduire leur projet de formation et les moyens qui leur sont donnés pour accompagner sa construction Tous les publics sont concernés, quels que soient leur âge ou leur statut (lycéens, étudiants, apprentis, demandeurs d’emploi, salariés …). En Alsace, il a été adopté et signé le 24 juin 2011 par le Préfet de la région Alsace, le Recteur et le Directeur Régional de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Forêt et le Président du Conseil Régional, en présence de la Ministre chargée de l’apprentissage et de la formation professionnelle. « Permettre à chaque individu de construire et de réaliser son projet professionnel, en cohérence avec ses aspirations personnelles et les réalités de l’économie régionale» est l’ambition du CPRDFP en Alsace. Ce document s’appuie sur un diagnostic régional et territorial de la situation économique et des besoins en compétences, et prévoit le renforcement d’une démarche de prospective à l’échelle du Rhin Supérieur. A partir de ce socle, le CPRDFP alsacien a la particularité d’être élaboré en deux parties : ‐ La première partie définit 3 enjeux transversaux, déclinés en 15 objectifs opérationnels ‐ La seconde partie détaille les priorités en matière d’orientation, de formation continue des salariés et des demandeurs d’emploi, validation des acquis de l’expérience, et d’emploi pour vingt secteurs‐clefs de l’économie alsacienne, dont le transport et la logistique. Véritable levier d’actions pour la mise en œuvre effective du CPRDFP, le contrat d’objectifs des métiers des transports routiers et de la logistique a été élaboré en tenant compte à la fois : ‐ Du diagnostic et de l’état des lieux du secteur (cf. article 1er de ce contrat d’objectifs) ‐ Des enjeux transversaux et priorités sectorielles du CPRDFP 2011‐2014. 17
Les priorités des métiers des transports et de la logistique du CPRDFP 2011‐2014 : Six priorités spécifiques au secteur sont déterminées dans le CPRDFP 2011 ‐2014 : 1.
2.
3.
4.
5.
6.
Travailler sur l’image des métiers Renforcer l’alternance Approfondir les compétences des profils susceptibles d’intégrer le secteur, en amont de l’entrée Faciliter l’insertion professionnelle des demandeurs d’emploi dans le secteur Renforcer les liens avec d’autres secteurs connexes pour une meilleure fluidité des parcours Mieux articuler les financements entre les différents partenaires. Les priorités du Contrat d’Objectifs des métiers des transports routiers et de la logistique 2014‐2018 : Les 6 priorités du secteur identifiées dans le CPRDFP, croisées à l’état des lieux (article 1), ont permis de définir les actions en matière d’orientation et de formation professionnelle du contrat d’objectifs des métiers des transports routiers et de la logistique 2014‐2018. Ainsi, en cohérence avec le CPRDFP, les signataires du présent contrat ont identifié les trois priorités suivantes: Priorité 1 Priorité 2 OBSERVER LES EVOLUTIONS DES METIERS ET DES EMPLOIS ET IDENTIFIER LES BESOINS EN COMPETENCES DES ENTREPRISES POUR MIEUX ADAPTER L’OFFRE DE FORMATION INITIALE ET CONTINUE ‐ Identifier les besoins en compétences actuels et futurs pour adapter l’offre de formation aux évolutions du secteur ‐ Développer une démarche de diagnostics spécifiques ‐ Favoriser les démarches de gestion prévisionnelle des compétences RENFORCER LES PARTENARIATS ENTRE LA PROFESSION ET LES ACTEURS DE L’ORIENTATION POUR MIEUX INFORMER SUR LES REALITES DES METIERS ‐
‐
Se concerter pour diffuser une information maîtrisée, réaliste et valorisante des métiers et carrières Renforcer le rôle des employeurs et professionnels du secteur sur les questions de l’orientation Priorité 3 1er axe : ADAPTER L’OFFRE DE FORMATION AUX BESOINS EN COMPETENCES DU SECTEUR Consolider et adapter l’offre de formation professionnelle pour favoriser l’accès à l’emploi ‐
‐
‐
‐
ème
2
axe Répondre aux besoins du secteur et à l’évolution des compétences par une formation initiale adaptée en privilégiant la concertation des différents acteurs Favoriser la relation entre l’entreprise et l’apprenant, développer l’alternance (apprentissage, stages obligatoires ou contrats de professionnalisation) et lutter contre les abandons Développer des parcours articulés et adaptés aux demandeurs d’emploi et aux besoins des entreprises Favoriser les parcours des actifs du secteur ‐
‐
Préparer les actifs aux évolutions du secteur Sécuriser le parcours professionnel des actifs les plus fragilisés 18
PRIORITE 1 OBSERVER LES EVOLUTIONS DES METIERS ET DES EMPLOIS ET IDENTIFIER LES BESOINS EN COMPETENCES DES ENTREPRISES POUR MIEUX ADAPTER L’OFFRE DE FORMATION INITIALE ET CONTINUE 19
ENJEU : ANTICIPER LES BESOINS EN COMPETENCES POUR ADAPTER L’OFFRE DE FORMATION Observer les évolutions des métiers et des emplois, identifier très précisément les besoins en matière de compétences et de formation des entreprises du transport et de la logistique en Alsace et pouvoir anticiper les défis auxquels sera confrontée la profession en s’appuyant sur une démarche prospective font partie des priorités que souhaitent investir les organisations professionnelles afin de mieux pouvoir y répondre par la formation. Ce secteur doit s’adapter particulièrement aux exigences environnementales et aux concurrences internationales (particulièrement pour les transports routiers), qui impliquent des changements de comportement pour les acteurs et un ajustement de la gestion des ressources humaines pour se positionner sur de nouveaux marchés. Ce contexte de mutation est d’autant plus fort dans une région transfrontalière comme l’Alsace. Confrontées à des marges de manœuvre étroites sur le plan économique, social et réglementaire, les entreprises subissent la situation et n’ont pas toujours les possibilités de développer une politique active dans le domaine des ressources humaines. METHODOLOGIE : Afin de répondre à cet enjeu, les signataires de ce contrat d’objectifs partageront annuellement leurs diagnostics (travaux de l’OPTL, de l’OREF Alsace, diagnostics sectoriels et territoriaux des Responsables Territoriaux de l’Offre de Formation (RTOF) de la Région Alsace, données de l’OPCA Transports, de la CCI…) et consolideront leurs données afin de déterminer un diagnostic régional et territorial de la situation économique et des besoins en compétences et renforcer la démarche de prospective. L’exercice sera concerté et les travaux de prospective s’inscriront dans le prolongement de l’analyse sectorielle que l’OREF réalise en partenariat avec la profession. Le résultat de ces travaux permettra ainsi aux signataires de définir les priorités en matière d’adaptation de l’offre de formation initiale et continue. 20
Déclinaison de la priorité 1 en trois actions : Pilotes/ partenaires associés Action 1 : Poursuivre l’identification des besoins en compétences actuels et futurs pour OPTL/ OREF Alsace / adapter l’offre de formation aux évolutions du secteur. DIRECCTE/ Région Alsace/ OPCA Transports / Pôle emploi / CCI Objectifs : Améliorer l’identification des besoins en compétences, la connaissance et le suivi de l'emploi pour : ‐ mieux définir les orientations stratégiques en ressources humaines du secteur du transport et de la logistique ; ‐ actualiser annuellement les priorités pour adapter l’offre de formation initiale et continue ‐ développer les outils de pilotage de la politique régionale de formation de la branche. Démarche: 1‐ Poursuivre l’observation croisée (OPTL / OREF Alsace) et la mise à jour régulière du tableau de bord ; envisager une approche territorialisée des analyses ; 2‐ Renforcer l’approche emploi : créer ou mobiliser des outils pour mieux identifier la réalité des offres d’emploi proposées (nature et quantité) et mieux comprendre les besoins des entreprises ; 3‐ Partager l’ensemble des diagnostics (travaux de l’OPTL, de l’OREF Alsace, diagnostics sectoriels et territoriaux des Responsables Territoriaux de l’Offre de Formation (RTOF) de la Région Alsace, données de l’OPCA Transports, de la CCI…) ; 4‐ Améliorer l’approche prospective et s’outiller pour anticiper l’évolution des métiers ; 5‐ Consolider l’ensemble de ces données pour élaborer un diagnostic régional et territorial de la situation économique et des besoins en compétences, qui servira de socle aux concertations annuelles autour de l’offre de formation ; 6‐ Participer annuellement à la concertation autour de l’offre de formation. Les leviers de mise en œuvre : - Le tableau de bord emploi – formation annuel élaboré et présenté par l’OPTL - Les travaux de l’OREF Alsace - L’enquête BMO, les données et études de Pôle emploi - Diagnostics sectoriels et territoriaux des RTOF de la Région Alsace ; - Observatoire des métiers de la supply chain ‐ CCI - … 21
Action 2 : Développer une démarche de diagnostics spécifiques Objectif : Développer une démarche de diagnostics spécifiques qui sera croisée avec les l’identification des besoins en compétences des entreprises afin de mieux définir annuellement les orientations stratégiques et les adaptations opérationnelles de l’offre de formation en Alsace. Démarche: Î Améliorer l’identification des profils des candidats : 1‐ Définir de manière plus fine les profils exacts des demandeurs d’emploi et expérimenter des dispositifs d’évaluation des compétences des demandeurs d’emploi en amont des recrutements en mobilisant l’expertise « compétences » des professionnels des transports et de la logistique. Î Etablir des diagnostics sur l’offre de formation : 2‐ Investir annuellement la dimension quantitative (analyse des flux en matière de formation initiale et continue) et qualitative (analyse des contenus de formation) pour adapter l’offre de formation aux défis actuels et futurs de la profession et améliorer l’adéquation entre formation initiale et formation continue Les leviers de mise en œuvre : - les outils d’identification des compétences et habiletés de Pôle emploi (Méthodes de Recrutements par Simulation, EMT, …), des missions locales (périodes d’immersion, …), - L’expertise « compétences » de professionnels du secteur du secteur des transports et de la logistique - Les cartes de formation initiale (temps plein et apprentissage) élaborées par le service études de la Région Alsace ; - Les réunions annuelles de concertation en formation initiale (profession, Région Alsace, Rectorat) et continue (profession, Région Alsace, Pôle emploi, OPCA) - 22
Organisations professionnelles / AFT/ Pôle emploi /Région Alsace OPTL/ Organisations professionnelles / AFT/ Région Alsace/ OREF Alsace / OPCA Transports / Pôle emploi / CCI Action 3 : Favoriser les démarches de gestion prévisionnelle des compétences OPCA Transports / Objectifs : CRFP – TL organisations Avoir une meilleure connaissance des perspectives et des évolutions de carrières pour professionnelles et développer et adapter la gestion des ressources humaines, attirer des candidats, mieux syndicales/ gérer les fins de carrières et prévenir les départs en retraite (notamment dans le secteur du OPTL/DIRECCTE/Région Alsace/ Pôle emploi transport des voyageurs), fidéliser les salariés, développer des approches innovantes. Démarche: 1‐ Etablir un état des lieux des problématiques et des pratiques en matière de GPEC 2‐ S’inspirer des préconisations faites par les employeurs pour définir des pistes d’actions (par exemple, pour élaborer des outils d’aides à la gestion des ressources humaines, améliorer l’accueil et l’intégration des apprenants, anticiper les fins de carrières, favoriser les évolutions…) 3‐ Conduire ces actions en mobilisant les dispositifs existants 4‐ Identifier les types et voies de formations mobilisées, adapter l’offre de formation régionale, améliorer sa qualité et développer la VAE. 5‐ Engager une réflexion sur la notion de parcours pour ces métiers, la transférabilité des compétences et la reconversion. Les leviers de mise en œuvre : ‐ Les dispositifs de droit commun de formation des salariés ou des entreprises, les outils de gestion de compétences de la loi du 24 novembre 2009 - Les politiques contractuelles de la DIRECCTE - La synthèse annuelle du tableau de bord de l’entreprise (OPTL) ; - Les outils de GPEC de l’OPCA - …
23
PRIORITE 2 RENFORCER LES PARTENARIATS ENTRE LA PROFESSION ET LES ACTEURS DE L’ORIENTATION POUR MIEUX INFORMER SUR LES REALITES DES METIERS 24
ENJEU : DEVELOPPER L’ATTRACTIVITE DES METIERS DU SECTEUR AUPRES DES JEUNES ET ADULTES L’ensemble du panel des métiers du transport et de la logistique est méconnu par les jeunes et le grand public, voire souffre de certaines représentations. Les contraintes en matière de sécurité sont de plus en plus importantes ce qui rend également plus difficile l’accueil des élèves et stagiaires pour ces entreprises, notamment dans le transport. Valoriser le secteur et promouvoir les métiers et les filières auprès des jeunes, transmettre une image plus réaliste des métiers au public adulte et demandeurs d’emploi, valoriser les perspectives de carrières, sont des priorités pour la profession. A cet effet, de nombreux outils d’information sur ces métiers existent mais sont souvent peu lisibles, peu connus des usagers et des entreprises et peu mobilisés. Il s’agira de mieux les articuler et de se concerter pour optimiser les actions de promotion de ces métiers et filières, et les cibler sur les métiers en difficultés de recrutement et les besoins en main d’œuvre préalablement repérés. METHODOLOGIE : Dans le cadre du CPRDFP, l’Etat et le Conseil Régional d’Alsace ont souhaité soutenir des actions privilégiant l’orientation tout au long de la vie. Mettre à disposition des usagers des outils et des informations utiles, personnaliser les démarches d’orientation et les réponses, valoriser toutes les voies de formation professionnelle pour favoriser l’égalité des chances et fédérer les professionnels autour des démarches d’orientation sont des objectifs que les signataires se sont particulièrement fixés et dont la mise en œuvre sera favorisée dans ce contrat d’objectifs. A ces fins et afin d’optimiser les outils et les actions de promotion de ces métiers et filières, les signataires de ce contrat d’objectifs s’engagent à renforcer les partenariats et à se concerter pour cibler annuellement les actions à mener en priorité. A cet effet, ils s’appuieront sur les travaux menés dans le cadre de la priorité 1 pour repérer les métiers en difficultés de recrutement et les besoins en main d’œuvre. 25
Pilotes/ Déclinaison de la priorité 2 en deux actions : partenaires associés Action 4 : Se concerter pour diffuser une information maîtrisée, réaliste et valorisante des métiers et carrières Objectifs : Mutualiser les moyens et se concerter lors de l’élaboration d’outils nouveaux pour assurer une meilleure connaissance des métiers et des filières, et faciliter les démarches d’orientation des jeunes et des adultes : - renforcer l’information sur les métiers ; - valoriser les outils existants et favoriser leur visibilité ; établir des liens entre les sites d’information; - les enrichir d’informations (sur les grandes tendances du secteur par exemple) ou les adapter pour les rendre plus lisibles ; - y apporter une dimension régionale dès que c’est possible et pertinent. Démarche : 1‐ Mobiliser, articuler et rendre lisible les outils existants: Les outils d’information sur les métiers et les carrières sont nombreux : sites internet, guides, fiches métiers, témoignages de parcours, forums et salons, portes ouvertes, stages, ateliers d’orientation,… La concertation entre les acteurs de l’orientation et les représentants de la profession est essentielle notamment pour diffuser une information neutre et complète sur toutes les voies de formation et les diffuser de manière lisible et visible. 2‐ Travailler avec les entreprises alsaciennes sur la valorisation de la filière, l’utilisation et la diffusion des outils réalisés par la profession et les partenaires de l’orientation au niveau régional.
3‐ Renforcer l’information sur les métiers auprès des scolaires (lycéens), notamment sur les métiers de la logistique ; promouvoir le savoir‐faire et la technicité, valoriser le panel des métiers du transport et de la logistique, les bonnes pratiques en matière d’amélioration des conditions de travail, les possibilités de carrières, les parcours de progression (par témoignages d’expériences réussies, par exemple). 4‐ Faire connaitre les métiers de l’exploitation dans les transports, ainsi que de la maintenance de véhicules industriels. 5‐ Construire des parcours de découverte des réalités des métiers pour les demandeurs d’emploi Les leviers de mise en œuvre : ‐ Les outils du Rectorat et de l’ONISEP : parcours de découverte des métiers et des formations, webclasseur orientation, portes ouvertes des établissements scolaires, guides et site web de l’ONISEP (fiches métiers, ONISEP TV…), … ‐ Les ressources et moyens du Service Emploi, Formation, Information du Transport et de la Logistique de l’AFT (SEFI‐ TL) ‐ Les dispositifs des missions locales et de Pôle emploi : périodes d’immersion, ateliers d’orientation, Evaluations en Milieu de Travail, les fiches ROME, méthode de recrutement par simulation, … ‐ Le réseau des professionnels de l’Accueil, l'Information, l'Orientation et l'Accompagnement (AIOA) en Alsace ‐ Les dispositifs de la Région Alsace et ceux de l’OREF Alsace : les 100 métiers, le PRIO… ‐ Les forums d’information et d’orientation, salons, portes ouvertes … ‐ … 26
AFT / Région Alsace/ Rectorat/ ONISEP/ OPCA transports/ Pôle emploi/ missions locales/ CCI Action 5 : Renforcer le rôle des employeurs et professionnels du secteur sur les questions de AFT en relation l’orientation Objectifs : Elargir le réseau d’interlocuteurs « entreprises » sensibilisés voire formés à informer le public visé en orientation ainsi que les professionnels de l'Information, l'Orientation et l'Accompagnement (AIOA) et de l’emploi, pour : ‐ Développer les occasions d’échanges avec des professionnels ou de découverte de l’exercice des métiers dans leur environnement pour favoriser une information réaliste sur les métiers du secteur et améliorer l’accueil des scolaires, des jeunes et adultes lors des périodes de parcours de découvertes des métiers et des formations ou de stages; ‐ Sensibiliser, former et informer les professionnels de l’emploi et de l’orientation sur les réalités des métiers en s’appuyant sur le rôle de relais des organisations professionnelles. Des formations et actions d’informations seront proposées aux acteurs locaux AIOA et de l’emploi pour renforcer leur connaissance des métiers et carrières dans ce secteur, afin qu’ils puissent transmettre une information complète et objective sur les métiers, les formations, les certifications, les débouchés, les possibilités de carrières… Démarche : 1‐ Elargir le réseau des entreprises à mobiliser pour valoriser les métiers du secteur dans le cadre d’actions d’information sur les métiers ou le secteur, ou de séquences de découvertes des métiers ; 2‐ Intégrer les professionnels volontaires au réseau des « 1000 professionnels s’engagent pour l’orientation » : ce fichier sera accessible aux professionnels des relais d’informations (Centres d’Information et d’Orientation, Missions Locales, Structures d’Insertion par l’Activité Economique, organismes de formation… ) et sur le Webclasseur‐ orientation. 3‐ Sensibiliser les employeurs à l’importance de la séquence de découverte dans le cadre du processus d’orientation ; 4‐ Mettre en relation les professionnels et les établissements scolaires, notamment les lycées, par exemple via les délégués aux entreprises des lycées et les conseillers de l'enseignement technique (CET) de la DAET ; 5‐ Faire intervenir des professionnels du secteur pour sensibiliser, par la formation, les prescripteurs, relais d’information et professionnels de l’orientation et de l’insertion (dont professionnels IAE et prestataires Agefiph) aux opportunités et réalités de ces métiers, et à l’évolution du secteur : faire évoluer les représentations, leur apporter des informations concrètes et pragmatiques sur l’accès aux métiers et carrières, leur permettre d’identifier des acteurs clés en Alsace et de se créer un réseau. 6‐ Collaborer avec la profession lors de l’animation d’informations collectives à destination des demandeurs d’emplois dans le cadre de l’action consacrée à l’amélioration de la programmation de l’offre régionale de formation. Les leviers de mise en œuvre : ‐ Le réseau d’entreprises des organisations professionnelles ; ‐ La délégation régionale de l’AFT et ses outils ; ‐ les dispositifs de formation de l’OPCA transports ‐ Les Comités Locaux Education Economie (CLEE) ‐ Les délégués aux entreprises des lycées et les conseillers de l'enseignement technique (CET) ‐ Les outils institutionnels de l’orientation ‐ Le programme COMMODE : formation des conseillers d’orientation psychologues ‐ Le programme de « Développement de la connaissance des acteurs de l’Accueil Information Orientation Accompagnement sur les secteurs d’activités couverts par les C.O.T. en Alsace » : formations destinées aux prescripteurs et professionnels de l’orientation, financée par la Région Alsace, et dispensée par le CRAPT CARRLI ; ‐ Formations assurées par Pôle emploi, avec l’appui d’intervenants du secteur, pour les animateurs d’équipe et conseillers ‐ Le webclasseur orientation, ‐ … 27
avec les organisations professionnelles / Région Alsace/ Rectorat/ ONISEP/ OPCA transports/ Pôle emploi/ missions locales/ CCI PRIORITE 3 ADAPTER L’OFFRE DE FORMATION AUX BESOINS EN COMPETENCES DU SECTEUR Au travers de ce contrat les signataires affirment la reconnaissance du lien étroit entre emploi et formation, le rôle essentiel de la formation et de la qualification pour l’évolution professionnelle des femmes et des hommes, la sécurisation des parcours des actifs et la compétitivité des entreprises. Ils inscrivent leurs actions en référence aux orientations des politiques publiques et aux enjeux du secteur professionnel. Ils y affirment également leur volonté de rationaliser l’utilisation de l'ensemble des dispositifs et moyens de formation existants et s’assurer de leur complémentarité, d'ajuster au mieux l'offre de formation aux possibilités de l’emploi, de concourir à l’effort global d’élévation du niveau de qualification de la population, et de favoriser l’insertion professionnelle et l’égalité des chances. 28
ENJEUX: REPONDRE AUX BESOINS EN COMPETENCES DU SECTEUR, FAVORISER L’INSERTION PROFESSIONNELLE ET L’EGALITE DES CHANCES Le rapport de l’Observatoire prospectif des transports et de la logistique (OPTL) présenté fin janvier 2013 montre que le secteur continue de recruter, même s’il cherche encore à susciter d’avantage de vocations : ‐ A court terme, le secteur prévoit des recrutements de conducteurs dans le transport de voyageurs, pour le remplacement de départs à la retraite (la fidélité des salariés est particulièrement élevée dans cette activité : 13 à 14 ans). ‐ La logistique poursuit son développement et recrute du personnel qualifié sur tous les niveau, avec des compétences opérationnelles (chef d’équipe, magasinier, cariste) et en pilotage et optimisation des flux (chef de projet logistique et flux, technicien supérieur en méthodes et exploitation, agent de planification). ‐ L’activité en conduite de marchandises longue ou courte distance (hors express) n’est plus considérée en tension, et le secteur du transport de marchandises s’attend plutôt à une stagnation des effectifs. Les organisations professionnelles constatent globalement une tendance au recrutement de personnes de plus en plus qualifiées, bien qu’il y ait toujours des besoins sur des fonctions pour les premiers niveaux de qualifications (conducteurs, cariste, magasiniers, agent de conditionnement…). Les besoins sont globalement liés plus particulièrement aux évolutions réglementaires (CACES, FCO…), aux évolutions technologiques (électronique, informatisation croissante...) et au développement durable. Les compétences linguistiques deviennent également indispensables notamment pour les titulaires de formations post‐bac. Ce constat est d’autant plus vrai que le secteur fait face à la concurrence transfrontalière voire internationale. Par ailleurs, les mutations et évolutions technologiques ou organisationnelles peuvent compromettre le maintien dans l’emploi de salariés peu qualifiés ou dont la qualification ne correspond plus aux nouvelles exigences. Des choix stratégiques ou des contraintes économiques peuvent également entraîner des réductions d’effectifs, voire des suppressions d’établissements à l’occasion desquelles, les salariés fragiles rencontrent de réelles difficultés à rebondir. La reconversion des seniors (notamment des conducteurs) et les départs en retraite sont également des défis importants dans ce secteur: la part des plus de 50 ans est importante et laisse augurer des besoins en renouvellement de main d’œuvre et en transmission des savoirs. C’est notamment le cas pour les conducteurs routiers. Il s’agit donc de consolider les compétences des actifs et particulièrement les plus fragilisés via la formation ou la VAE. Accompagner les évolutions en développant les compétences professionnelles par la formation et en favorisant les parcours : tel est l’enjeu du secteur pour assurer le développement et le maintien de l’emploi dans le secteur tout en répondant aux nécessaires objectifs de compétitivité du secteur en Alsace. 29
METHODOLOGIE : Les parcours et programmation de formation doivent être construits de manière concertée et les dispositifs articulés, pour répondre aux besoins des entreprises et permettre à chacun d’avoir accès à de réelles possibilités d’insertion, d’obtenir au moins un premier niveau de qualification et d’élever son niveau de compétences et de qualification. Cette concertation annuelle sur l’offre de formation professionnelle implique un réel souci de maintenir un juste équilibre entre les niveaux de formation et les voies d’accès à la qualification (scolaire, apprentissage, formation continue, VAE) sur l’ensemble du territoire, de proposer une offre large, complémentaire et de proximité au service des parcours professionnels. Ainsi, en fonction des besoins identifiés dans le cadre des travaux de la priorité 1 de ce contrat d’objectifs, les signataires s’accorderont sur une maquette physico‐financière, déclinée en convention annuelle d’application, qui déterminera les priorités et engagements de chacun en matière d’offre de formation professionnelle initiale et continue. Ces engagements alimenteront l’adaptation de l’offre de formation en Alsace : l’articulation des moyens pour répondre aux besoins de la profession déterminera la programmation en matière de formation initiale (voie scolaire et apprentissage) et continue. ELEMENTS PHYSICO‐ FINANCIERS EN 2012
En 2012, - La Région Alsace a investi : o 1,4 M€ pour la formation de 398 demandeurs d’emploi o 275 323€ pour l’apprentissage (CFA du LPI Emile Mathis, CFA des transports et de la logistique, CFA du LPC Roosevelt, IUT de Mulhouse, IUT Haguenau, Faculté de sciences économiques et sociales) - L’AFT a investi : 380 000 € pour l’apprentissage au titre du reversement de la taxe d’apprentissage (bénéficiaires : CFA des transports et de la logistique, IUT de Mulhouse – DUGLT‐, l CFA du LPI Emile Mathis et CFA du LPI Bugatti) - Pôle emploi a investi 936.942€, dont 196.975€ pour des actions individuelles et 739.967€ pour des actions collectives, pour la formation de 518 demandeurs d’emploi - L’OPCA transports a favorisé le recrutement de 82 demandeurs d’emploi et le développement de 3721 salariés. Le budget investit pour les contrats et périodes de professionnalisation, les DIF portables et salariés, les POEC et POEI, les CSP et les formations de tuteurs est de 1,8 M€. 30
CONSTATS PREALABLES SUR L’OFFRE DE FORMATION EN ALSACE EN 2013 ET PERSPECTIVES D’EVOLUTION En 2013, les représentants de la profession considèrent que l’offre professionnelle est globalement adaptée aux besoins des entreprises en Alsace. En revanche, l’apprentissage en langue allemande est à renforcer. Les flux sont suffisants en conduite ainsi qu’en exploitation des transports de marchandises et de voyageurs et en logistique. Concernant les aménagements à anticiper pour que la profession puisse répondre aux défis et enjeux de demain, ils proposent les éléments suivants : Perspectives d’évolution de l’offre de formation initiale Î Favoriser la concertation pour le développement de l’apprentissage conformément à la procédure d’aménagement et de pilotage de la carte de formation par apprentissage Î Maintien d’un premier niveau de qualification en niveau V Î Répondre aux besoins en planification/ exploitation – transport de voyageurs Contenus : Anticiper les évolutions et mutations liées aux nouvelles contraintes réglementaires portant sur la sécurité et le développement durable, et intégrer les exigences en matière de qualité, sécurité, environnement. Par ailleurs, favoriser : • l’adaptation aux marchés internationaux (compétences linguistiques, juridiques…) • l’adaptation aux nouvelles technologies et aux TIC • la préparation des cadres à leurs futures responsabilités et notamment au management, gestion des flux, orientation clients… • le développement des fonctions techniques en maintenance de véhicules industriels, notamment en transport de voyageurs. 31
Perspectives d’évolution de l’offre de formation continue Pour les demandeurs d’emploi : Î Affiner les profils des demandeurs d’emploi : s’appuyer sur l’expertise « compétences » de la profession, développer la méthode de recrutement par simulation Î Optimiser les parcours articulés et rationnaliser les moyens : poursuivre l’ajustement régulière les volumes et contenus des formations (préqualification, qualification, professionnalisation) du PRF et de Pôle emploi avec la branche professionnelle, afin de prévoir une offre structurelle en adéquation avec les prévisions de recrutements et de contrats en alternance du secteur Î Poursuivre le développement des contrats de professionnalisation dans ce secteur Î Mieux articuler les suites de parcours (« passerelles » entre formations) pour faciliter les évolutions Î Renforcer l’articulation de la FIMO et FCO‐ (dans le cadre de POE – AFPR – FIFE) avec les offres des employeurs Î Mieux diffuser les bonnes pratiques et s’appuyer sur les expériences réussies Î Renforcer les efforts pour l’insertion professionnelle durable et la sécurisation de parcours des publics fragilisés (parcours articulés avec l’IAE, bénéficiaires du RSA…) Î Sensibiliser les employeurs aux compétences des publics travailleurs handicapés, former les tuteurs à ces publics ; identifier les formations adaptées. Pour tout actif : Î Développer, par la formation continue, l’acquisition de compétences: • en qualité, sécurité, environnement • techniques : renforcer les compétences des personnels de chaine logistique • nécessaires à l’adaptation aux marchés internationaux (compétences linguistiques, juridiques…) • nécessaires à l’adaptation aux nouveaux matériaux et nouvelles techniques • en informatique et TIC notamment pour le personnel encadrant dans le transport Î Développer la GPEC pour les fonctions d’encadrement; préparation des cadres à leurs futures responsabilités : formation en gestion de projets complexes (multi‐sites) pour les chefs de projets logistiques et flux ; Î Favoriser les évolutions, notamment des conducteurs : étudier la transférabilité des compétences du personnel et engager une réflexion transversale aux métiers de transport et de la logistique sur les reclassements Î Développer module « Prévention des risques, protection des biens, respect des personnes et de l’environnement » / Campagne d’information et de prévention des risques (notamment addiction, distractions au volant …), à destination des salariés et chefs d’entreprises 32
1ER AXE CONSOLIDER ET ADAPTER L’OFFRE DE FORMATION PROFESSIONNELLE POUR FAVORISER L’ACCES A L’EMPLOI Déclinaison en trois actions : Action 6 : Répondre aux besoins du secteur et à l’évolution des compétences par une formation initiale adaptée en privilégiant la concertation et l’engagement des différents acteurs Objectifs : ‐
‐
‐
‐
Développer qualitativement la formation initiale, sous statut scolaire et par la voie de l’apprentissage ; Assurer une offre de formation initiale préparant aux métiers du transport et de la logistique cohérente sur le territoire régional ; Soutenir l’accès à un premier niveau de qualification des jeunes et l’élévation de leurs compétences ; Assurer un premier niveau de qualification en maintenant une offre de formation initiale en niveau V. Adapter l’offre de formation au regard de la réalité des emplois et de l’évolution des métiers. Outil de pilotage de l’offre de formation professionnelle : la convention d’application (maquette physico‐financière), qui déterminera les priorités en matière de formation professionnelle du secteur et l’articulation des dispositifs et des moyens pour répondre aux besoins en compétences préalablement identifiés. Démarche: 1‐ Renforcer la coopération autour de la formation initiale et prévoir annuellement une concertation entre les Autorités Académiques, la Région Alsace et la profession sur l’évolution des cartes de formations initiales (voie scolaire et apprentissage) afin d’équilibrer l’offre de formation en quantifiant et en identifiant préalablement les besoins des employeurs 2‐ Investir la dimension qualitative de la formation : préparer les apprenants aux enjeux de demain notamment en matière de qualité, sécurité, environnement ainsi qu’à la pratique de plusieurs langues (notamment l’allemand) et de nouvelles technologies; préparer les cadres à leurs futures responsabilités (management, orientation clients, gestion des flux…) ; s’assurer des possibilités de parcours de formation ; adapter la formation aux enjeux de la profession et innover pédagogiquement. 3‐ Développer les fonctions techniques en maintenance de véhicules industriels (transport de voyageurs et transports urbains). Les leviers de mise en œuvre : ‐
‐
‐
‐
partenaires associés ‐
Pilotes/ L’identification des besoins et la définition annuelle des priorités de la profession en matière de formation professionnelle La programmation annuelle des formations professionnelles La procédure d’aménagement et de pilotage de la carte de la formation par apprentissage … 33
Région Alsace/ Rectorat/ AFT/ CRFP – TL/ CCI Action 7: Favoriser la relation entre l’entreprise et l’apprenant, développer l’alternance (apprentissage, stages obligatoires ou contrats de professionnalisation) et lutter contre les abandons Objectifs : ‐
Développer l’alternance et améliorer la qualité de la formation dans les entreprises (optimiser les périodes en entreprise et améliorer l’accueil et la formation de terrain) et dans les établissements de formation régionaux Préparer les apprenants aux réalités des entreprises du secteur et favoriser leur insertion professionnelle dans le secteur des transports et de la logistique ; Réduire les risques d’abandon en favorisant la relation pédagogique entre l’établissement de formation et l’entreprise. ‐
‐
Démarche: 1‐ Poursuivre les efforts de qualité de l’alternance dans le cadre des contrats d’apprentissage/ contrats de professionnalisation et la qualité des périodes de formation en milieux professionnels sous statuts scolaires ; 2‐ Développer le réseau d’entreprises formatrices ; 3‐ Renforcer le rapprochement entre acteurs de la formation et entreprises ; 4‐ Améliorer les conditions d’accueil des apprenants, et développer la formation des tuteurs et maitres d’apprentissage 5‐ Imaginer des parcours afin de donner au jeune les moyens de s’impliquer dans sa formation : préparer l’entrée en apprentissage et / ou contrats de pro en mobilisant les périodes de pré‐qualification, les classes DIMA. 6‐ Analyser les motifs de taux de rupture et mettre en œuvre les moyens pour anticiper le décrochage, voire lutter, le cas échéant, contre les abandons en cours de formation. Les leviers de mise en œuvre : ‐
La procédure d’’aménagement et de pilotage de la carte de la formation par apprentissage Les dispositifs de droit commun de la formation professionnelle : formation des tuteurs et maitres d’apprentissage, fonds de professionnalisation, les possibilités de rémunérer les apprentis au delà du minimum réglementaire et de gratifier les stagiaires écoles y compris sur les niveaux IV Les réseaux de développeurs Les données de la DIRECCTE et de la CCI concernant les abandons en contrats d’apprentissage, Les outils de développement du contrat de professionnalisation de l’OPCA Transports Les dispositifs de la Région Alsace, dont les trophées des tuteurs et maitres d’apprentissage, … Les DIMA Les sites : www.stages‐alsace.net; www.apprentissage‐alsace.eu ; www.seformerenalsace.eu Les Comités Locaux Ecole Entreprise (CLEE) Les services de l’AGEFIPH (SACA, SACP, …) … ‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
34
Organisations professionnelles et AFT/ CRFP – TL/ OPCA Transports/ CCI/ DIRECCTE/ Région Alsace/ Rectorat/ Action 8 : Développer des parcours articulés et adaptés aux demandeurs d’emploi et aux besoins des entreprises Objectifs : ‐
Renforcer le maillage territorial de l’offre de formation continue basé sur une bonne articulation des aides et des formations proposées aux demandeurs d’emploi et jeunes inscrits en missions locales, en rationalisant les moyens; ‐ Développer des parcours adaptés aux profils des apprenants qui répondent aux besoins en compétences identifiés par les entreprises ; ‐ Favoriser l’intégration et l’insertion professionnelle des nouveaux entrants dans l’entreprise, dont les femmes. Outil de pilotage de l’offre de formation professionnelle : la convention d’application (maquette physico‐financière), qui déterminera les priorités en matière de formation professionnelle du secteur et l’articulation des dispositifs et des moyens pour répondre aux besoins en compétences préalablement identifiés. Démarche: 1‐ Elaborer, en fonction des besoins en compétences identifiés par la profession, un plan d’action annuel partagé sous pilotage régional définissant les interventions des acteurs de la formation pour demandeurs d’emploi (Région, Pôle emploi, OPCA …) et articuler les outils, dispositifs et les moyens des financeurs de la formation professionnelle continue 2‐ Développer les approches innovantes notamment en élargissant le recrutement aux femmes et aux publics faiblement qualifiés et relevant de l’insertion. 3‐ Proposer un parcours d’intégration et de formation notamment pour les premiers niveaux de qualifications ; mobiliser et articuler les dispositifs d’évaluation des compétences et d’habiletés en amont des formation, voire, le cas échéant, les adapter ou en créer en s’appuyant sur l’expertise « compétences » des professionnels du secteur 4‐ Améliorer la fluidité des entrées en formation et en développant le recours aux outils de la branche, notamment le contrat de professionnalisation ; 5‐ Renforcer l’acquisition de compétences associées : ‐ Formations linguistiques (dimension transfrontalière, voire internationale) et culturelles ‐ Poly‐compétences (ex : mécanique pour les chauffeurs, etc…) ‐ Formations au NTIC notamment pour le personnel encadrant dans le transport 6‐ Valoriser les expériences positives menées dans ce secteur et capitaliser les bonnes pratiques. Les leviers de mise en œuvre : ‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
les outils d’identification des compétences et habiletés de Pôle emploi (Méthodes de Recrutements par Simulation, EMT, …), des missions locales (périodes d’immersion, …), L’expertise « compétences » de professionnels du secteur du secteur des transports et de la logistique Les dispositifs de formation continue de l’ensemble des financeurs de la formation (programme structurel et conjoncturel de la Région Alsace, dispositifs de l’OPCA, dispositifs de Pôle emploi…) Les outils de gestion de compétences de la loi du 24 novembre 2009 La convention Région Alsace – Pôle emploi pour l’articulation des moyens La convention signée entre les représentants de la profession, l’Etat et l’OPCA transports en 2013 pour favoriser l’insertion des femmes dans les milieux des transports Les emplois aidés … 35
Région Alsace/ Pôle emploi/ OPCA Transports/ AFT/ CRFP – TL /Organisations professionnelles/ Direccte/ Missions Locales 2EME AXE SECURISER LES PARCOURS DES ACTIFS DU SECTEUR Déclinaison en deux actions Pilotes/ partenaires associés CRFP – TL /Organisations Objectifs : professionnelles / - Valoriser et développer les compétences des salariés, faciliter les évolutions professionnelles ; AFT/ OPCA - répondre aux exigences du marché et anticiper les évolutions des compétences face aux Transports / Région mutations économiques. Alsace/DIRECCTE/ Pôle emploi/CCI Outil de pilotage de l’offre de formation professionnelle : la convention d’application (maquette physico‐financière), qui déterminera les priorités en matière de formation professionnelle du secteur et l’articulation des dispositifs et des moyens pour répondre aux besoins en compétences préalablement identifiés. Action 9 : Préparer les actifs aux évolutions du secteur Mise en œuvre: 1‐ Favoriser l’évolution des compétences et le développement des carrières 2‐ Renforcer notamment les compétences des personnels en chaine logistique ; 3‐ Accompagner les évolutions et les mutations technologiques et économiques : Développer l’acquisition de compétences : - liées aux règlementations sur la qualité, la traçabilité et la sécurité - liées au développement durable : éco‐conduite, optimisation des trajets, transport multimodal, stockage et emballage - liées aux évolutions organisationnelles : compétences commerciales et administratives pour certains conducteurs, compétences en management, communication et pratiques linguistiques pour les encadrant intermédiaires - liées aux évolutions technologiques : utilisation de l’outil informatique et électronique dans la logistique, l’exploitation (progiciels de gestion intégrés, outils de traçabilité et informatisation de la préparation de commandes, des fonctions de cariste,) et le transport (contrôlographe numérique, GPS, électronique embarquée dans les camions…) 4‐ Favoriser les démarches en VAE ; 5‐ Sensibiliser aux addictions et conduites à risques et améliorer la santé au travail ; 6‐ Mettre en place une ingénierie de formation adaptée aux PME. Les leviers de mise en œuvre : ‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
Possibilité d’intervention CCI pour sensibiliser les entreprises à la GPEC Les ateliers de création d’entreprise de Pôle Emploi, Les dispositifs d’accompagnement à la création d’entreprise (réseau OCRE) Les dispositifs de droit commun de formation des salariés ou des entreprises et les dispositifs de l’OPCA Transports Les politiques contractuelles de la DIRECCTE Les accompagnements et aides à la reprise / création de l’AGEFIPH Les dispositifs d’accompagnement VAE … 36
OPCA Transports/ Objectifs : DIRECCTE AFT/ - Renforcer les compétences des salariés les plus fragilisés (salariés de bas niveaux de CRFP – TL / qualification…) ; /Organisations - Sécuriser les parcours des intérimaires et des saisonniers ; professionnelles / - Sécuriser les parcours des travailleurs handicapés (TH) et des salariés des structures d’insertion Région Alsace/Pôle par l’activité économique (SIAE); emploi/ /Agefiph/ - Anticiper la reconversion des seniors ; URSIEA - Eviter les ruptures - Poursuivre les actions de lutte contre l’illettrisme. Action 10: Sécuriser le parcours professionnel des actifs les plus fragilisés Mise en œuvre: 1‐ Sécuriser les parcours des saisonniers et des intérimaires : identifier les entreprises utilisatrices, les compétences recherchées, les calendriers de saisonnalité ; définir des parcours en relation avec les entreprises de travail temporaire et leur OPCA ; 2‐ Consolider le parcours des salariés en SIAE : faciliter la mobilité entre les SIAE et les entreprises « classiques » ; identifier des parcours leur permettant d’accéder à un emploi durable 3‐ Sécuriser les parcours des actifs les plus fragilisés : impliquer l’entreprise dans l’intégration de ces publics ; maintenir ces publics dans l’entreprise en adaptant leurs compétences aux exigences et évolutions du secteur par la formation qualifiante ou professionnalisante et favorisant la reconnaissance des acquis de l’expérience (VAE) ; identifier des formations adaptées à ces publics ; 4‐ Former les tuteurs à l’accompagnement de ces publics, et notamment des TH ; 5‐ Repérer les personnes en situation d’illettrisme et les mobiliser à entrer dans des actions de « remédiation » ; 6‐ Favoriser les reconversions à tous âges et notamment pour les senior (en particulier des conducteurs) s; étudier la transférabilité des compétences du personnel et engager une réflexion transversale aux métiers des transports et de la logistique sur les reclassements ; s’appuyer sur la politique active sur l’emploi des seniors engagée par le secteur du transport des voyageurs (qui accueille les reconversions de ceux qui ne peuvent plus exercer leur métier suite à des handicaps ou TMS). Les leviers de mise en œuvre : ‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
‐
Les dispositifs de formation continue des demandeurs d’emploi de l’ensemble des acteurs de la formation Les dispositifs de droit commun de formation des salariés ou des entreprises : CIF, plan formation, formation de saisonniers… Les dispositifs d’accompagnement VAE, Programme de formation URSIEA Les outils de gestion de compétences de la loi du 24 novembre 2009 le bilan d’étape professionnel, l’entretien professionnel en milieu de carrière, le passeport orientation‐ formation, … ) Les politiques contractuelles de la DIRECCTE, Le contrat de génération ; emploi d’avenir… La convention Pôle emploi / FAF TT La convention Etat / Région Alsace/ CRESS (Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire), La Convention Etat / Région / Agefiph Les services, aides et prestations de l’AGEFIPH La convention Région Alsace – Pôle emploi pour l’articulation des moyens Les contrats de sécurisation professionnelle et les cellules et dispositifs de reclassement professionnels, Les tuteurs dans les entreprises ; les formations de tuteurs … 37
ARTICLE 3 : MISE EN ŒUVRE ET SUIVI 1. Comité de pilotage et de suivi Un comité de pilotage du contrat d'objectifs est institué pour assurer le suivi de la mise en œuvre du présent contrat. Il est composé : ƒ
des parties signataires du présent contrat : ‐ Etat M. le Préfet de la Région Alsace ou son représentant. M. le Recteur de l'Académie de Strasbourg ou son représentant ‐ Région M. le Président du Conseil Régional d'Alsace ou son représentant ‐ Profession M. le Président de l’Association pour le développement de la Formation Professionnelle (AFT ‐ délégation régionale) ou son représentant ; M. le Président de la Fédération Nationale des Transports Routiers (FNTR) ou son représentant ; M. le Président de l’Association Française pour la Logistique (ASLOG) ou son représentant ; M. le Président de la Fédération Nationale des Transports de Voyageurs Alsace (FNTV Alsace) ou son représentant ; M. le Président de la Fédération des entreprises de transport et de logistique de
France(TLF) ; ou son représentant ; M. le Président du Comité Régional de la Formation Professionnelle dans les Transports et la Logistique (CRFP – TL) ou son représentant ; ‐ OPCA de branche Mme la Directrice Générale de l’OPCA transports ou son représentant. ƒ des partenaires associés aux travaux menés dans le cadre du contrat d’objectifs: ‐ ONISEP M. le Délégué Régional ou son représentant ‐ Pôle emploi M. Le Directeur Régional ou son représentant ‐ DIRECCTE Alsace M. Le Directeur ou son représentant ‐ CCI M. le Président de la Chambre du Commerce et d’Industrie Alsace ou son représentant Ce comité de pilotage sera présidé par M. le Président du Conseil Régional ou son représentant. La Région invite les participants au comité de suivi et assure l’organisation de ces réunions. Il se réunira une fois par an pour, au vu des évolutions survenues et des données actualisées du secteur, pour: ‐ dresser le bilan des actions réalisées dans l'année à partir d’indicateurs pertinents, ‐ capitaliser les bonnes pratiques et identifier les axes d’amélioration, ‐ définir un nouveau plan d'actions à mettre en œuvre pour l'année suivante. 38
2. Plan d’actions annuel et convention d’application Chaque année, dans le cadre de la réunion du Comité de pilotage de ce contrat d’objectifs, les membres s’accorderont sur des actions à mener prioritairement pour l’année à venir en définissant les pilotes et partenaires associées aux travaux. Par ailleurs, les acteurs de la formation professionnelle et les représentants de la profession de ce comité de pilotage s’accorderont sur une maquette physico‐financière qui déterminera les priorités et engagements en matière d’offre de formation professionnelle initiale et continue. Ladite convention sera élargie à l’ensemble des financeurs de la formation. 3. Les groupes de travail techniques et thématiques Ils mettent en œuvre, suivent et évaluent les actions prioritaires retenues chaque année par le Comité de pilotage, et sont pilotés par au moins un représentant du Comité de pilotage. En fonction des thématiques, ces groupes de travail associeront des partenaires de l’orientation, de l’emploi et de la formation. 4. Durée et renouvellement du contrat Le présent contrat est conclu pour une durée de cinq ans à compter de sa date de signature. Les organisations professionnelles informeront les entreprises du secteur du contenu du contrat d'objectifs. 39
40
ANNEXE 1 Les cartes de la formation initiale en Alsace 41
42
rentrée 2013
Effectifs de lycéens et apprentis formés aux métiers du transport et de la
logistique
champ : EN public et privé SC - Agriculture
Niveau Diplôme
Libellé formation
V
AGENT D'ENTREPOSAGE ET DE
MESSAGERIE (CAP)
CAP
NS
F
Type
étab
311 Lycée
CFA
CONDUCTEUR LIVREUR DE
MARCHANDISES (CAP)
311 Lycée
CONDUCTEUR ROUTIER
MAINTENANCE DES VEHICULES
AUTOMOBILES OPTION VEHICULES
INDUSTRIELS (CAP)
IV
BAC
PRO
CONDUCTEUR TRANSPORT ROUTIER
MARCHANDISES (BAC PRO)
1
Site de formation
2
Total
3
letpi ettore bugatti
Illzach
15
14
29
lpi emile mathis
Schiltighei
m
12
11
23
cfa du lpc roosevelt
Mulhouse
9
5
cfa du lpi emile mathis
Schiltighei
m
9
5
14
letpi ettore bugatti
Illzach
24
21
45
3
17
311
CFA
cfa du transport et de la
logistique
Bischheim
15
252
CFA
cfa centre alsace rudloff
Colmar
1
2
3
cfa de l'artisanat
Mulhouse
5
5
10
cfa du lpi jules verne
Saverne
1
cfa du lpi emile mathis
Schiltighei
m
7
9
1
17
CAP
98
72
4
174
TOTAL NIVEAU
98
72
4
174
letpi ettore bugatti
Illzach
24
19
20
63
lpi emile mathis
Schiltighei
m
25
18
12
55
letpi ettore bugatti
Illzach
26
28
28
82
lpi emile mathis
Schiltighei
m
24
18
13
55
cfa du lpc roosevelt
Mulhouse
11
2
4
17
cfa du lpi emile mathis
Schiltighei
m
6
12
11
29
letpi ettore bugatti
Illzach
11
11
5
27
lpi emile mathis
Schiltighei
m
24
21
12
57
cfa de l'artisanat
Mulhouse
9
10
2
21
311 Lycée
15
1
LOGISTIQUE (BAC PRO)
311 Lycée
CFA
MAINTENANCE DE VEHICULES
AUTOMOBILES OPTION : VEHICULES
INDUSTRIELS (BAC PRO)
252 Lycée
CFA
43
cfa du lpi emile mathis
Schiltighei
m
6
17
16
39
letpi ettore bugatti
Illzach
25
22
16
63
lpi emile mathis
Schiltighei
m
18
10
7
35
BAC PRO
209
188
146
543
TOTAL NIVEAU
209
188
146
543
TRANSPORT (BAC PRO)
311 Lycée
III
BTS
APRES VENTE AUTOMOBILE OPTION
VEHICULES INDUSTRIELS (BTS)
TRANSPORT ET PRESTATION
LOGISTIQUES (BTS)
DUT
TSMEL
II
LIC PRO
REL
GESTION LOGISTIQUE ET TRANSPORT
(DUT)
TECHNICIEN SUPERIEUR EN
METHODES ET EXPLOITATION
LOGISTIQUE (TP)
LOGISTIQUE SPE ETUDES ET PROJETS
D'ORGANISATION ( LP MULHOUSE)
RESPONSABLE EN LOGISTIQUE (AFTIFTIM)
252
CFA
3
3
cfa de l'artisanat
Mulhouse
cfa du lpi emile mathis
Schiltighei
m
6
311 Lycée
lpi emile mathis
Schiltighei
m
25
21
46
CFA
cfa du transport et de la
logistique
Bischheim
13
13
26
BTS
44
37
81
Mulhouse
15
15
DUT
15
15
Bischheim
19
12
31
TSMEL
19
12
31
TOTAL NIVEAU
78
49
127
311
311
311
311
CFA
CFA
CFA
CFA
institut universitaire de
technologie haute-alsace
cfa du transport et de la
logistique
institut universitaire de
technologie haute-alsace
6
Mulhouse
18
18
LIC PRO
18
18
Bischheim
7
7
REL
7
7
TOTAL NIVEAU
25
25
cfa du transport et de la
logistique
TOTAL SECTEUR 410 309 150
44
869
ANNEXE 2 Plan d’actions 2014 Définition des actions prioritaires pour la première année de mise en œuvre du contrat Le Comité de pilotage s’est accordé, le 26 novembre 2013, à engager prioritairement les actions suivantes en 2014: ‐ Actions 1 et 2 de ce Contrat d’Objectifs : identifier les besoins des entreprises et vérifier l’adéquation avec l’offre de formation existante sur les territoires ; expérimenter, à Mulhouse et à Saint Luis, un dispositif d’évaluation des compétences des demandeurs d’emploi en amont des recrutements en mobilisant l’expertise « compétences » des professionnels des transports et de la logistique ‐ Action 4 et action 5 : Renforcer l’information sur le panel des métiers auprès des scolaires (lycéens), notamment sur les métiers de la logistique et de l’exploitation dans les transports ; élargir le réseau des entreprises à mobiliser dans le processus d’orientation et les intégrer les professionnels volontaires au réseau des « 1000 professionnels s’engagent pour l’orientation » ‐ ‐ Action 6, action 8 et action 9 : renforcer l’adaptation des programmations en formation professionnelle initiale et continue en fonction des besoins des employeurs : o En fonction des besoins identifiés dans le cadre des travaux de la priorité 1 de ce contrat d’objectifs, déterminer les priorités et engagements de chacun en matière d’offre de formation professionnelle initiale o Elaborer, en fonction des besoins identifiés par la profession, un plan d’actions annuel partagé sous pilotage régional définissant les interventions des acteurs de la formation pour demandeurs d’emploi (Région, Pôle Emploi, OPCA …) et articuler outils, dispositifs et moyens o Préparer les actifs aux évolutions du secteur (compétences linguistiques‐ allemand‐, évolutions technologiques et règlementaires…) Le plan d’actions définissant, les pilotes et partenaires associés à leur mise en œuvre, est représenté par le tableau ci‐après. Les actions prioritaires en 2014 sont identifiées dans des cases roses. 45
Priorité 2 : Action 4 : Se concerter pour diffuser une information maîtrisée, réaliste et valorisante des métiers et carrières Renforcer l’information sur le panel des métiers auprès des scolaires (lycéens), notamment sur les métiers de la logistique et de l’exploitation dans les transports Définir de manière plus fine les profils exacts des demandeurs d’emploi et expérimenter des dispositifs d’évaluation des compétences des demandeurs d’emploi en amont des recrutements en mobilisant l’expertise « compétences » des professionnels des transports et de la logistique : Saint Louis et à Mulhouse. Vérifier l’adéquation entre les besoins en compétences des entreprises et l’offre de formation existante sur les territoires Action 1 : Identifier les besoins en compétences actuels et futurs pour adapter l’offre de formation aux évolutions du secteur Action 2 : Développer une démarche de diagnostics spécifiques Action 3 : Favoriser les démarches de gestion prévisionnelle des compétences Améliorer l’identification des besoins en compétences, la connaissance et le suivi de l'emploi : poursuivre l’observation croisée ; identifier la réalité des offres d’emploi proposées (nature et quantité) et mieux comprendre les besoins des entreprises ; renforcer la démarche prospective Mise en œuvre 2014 X X
OREF X
X X
Région X X X X Profession X X
OPTL X
X Rectorat DIRECCTE X
ONISEP X
X
Pôle emploi X CCI X OPCA Transports Autres partenaires Plan d’actions 2014 : définition des actions prioritaires sur la première année de mise en œuvre du contrat X : pilote (s) X : partenaires associés Priorité 1 : Observer les évolutions des métiers et des emplois et identifier les besoins en compétences Renforcer les partenariats pour mieux informer sur la réalité des 46
47
Priorité 3 : Adapter l’offre de formation aux besoins en compétences du secteur Action 8 : Développer des parcours articulés et adaptés aux demandeurs d’emploi et aux besoins des entreprises Action 6 : Répondre aux besoins du secteur et à l’évolution des compétences par une formation initiale adaptée en privilégiant la concertation des différents acteurs Action 7 : Favoriser la relation entre l’entreprise et l’apprenant, développer l’alternance (apprentissage, stages obligatoires ou contrats de professionnalisation) et lutter contre les abandons Axe 1 : Consolider et adapter l’offre de formation professionnelle pour favoriser l’accès à l’emploi Action 5: Renforcer le rôle des employeurs et professionnels du secteur sur les questions de l’orientation X Elaborer, en fonction des besoins en compétences identifiés par la profession, un plan d’action annuel partagé sous pilotage régional définissant les interventions des acteurs de la formation pour demandeurs d’emploi (Région, Pôle Emploi, OPCA …) et articuler les outils, dispositifs et les moyens. X X X X Profession X
X Région X
OREF En fonction des besoins identifiés dans le cadre des travaux de la priorité 1 de ce contrat d’objectifs, déterminer les priorités et engagements de chacun en matière d’offre de formation professionnelle initiale. Elargir le réseau des entreprises à mobiliser pour valoriser les métiers du secteur dans le cadre d’actions d’information sur les métiers ou le secteur, ou de séquences de découvertes des métiers. Intégrer les professionnels volontaires au réseau des « 1000 professionnels s’engagent pour l’orientation » Mise en œuvre 2014 X
OPTL X
X
X X Rectorat DIRECCTE ONISEP X
Pôle emploi X X X CCI X OPCA Transports Autres partenaires 48
Action 10 : Sécuriser le parcours professionnel des actifs les plus fragilisés Action 9 : Préparer les actifs aux évolutions du secteur X X Développer l’acquisition de compétences liées aux règlementations, au développement durable, aux évolutions technologiques Développer la formation en langue allemande Profession Région OREF Axe 2 : Favoriser les parcours des actifs du secteur Mise en œuvre 2014 OPTL Rectorat X
DIRECCTE ONISEP X
Pôle emploi CCI X OPCA Transports Autres partenaires 49
50
51
Crédits photo :AFT / Région Alsace
www.region-alsace.eu
Région Alsace
1, place Adrien Zeller
B.P. 91006 - 67070 STRASBOURG Cedex
Tél. : 03 88 15 68 67 - Fax : 03 88 15 68 15
e-mail : [email protected]
52

Documents pareils