Le Toit - Humanisation des villes

Commentaires

Transcription

Le Toit - Humanisation des villes
La recommandation de la Commission
Européenne de réduire d’un tiers les émissions
à effet de serre d’ici à 2020 dans les pays
développés amène tous les types d’habitats
(individuels, petits collectifs, collectifs) à
prendre en compte sérieusement les contraintes
environnementales, obligeant à repenser
l’architecture des bâtiments. Il s’avère que
le toit en pente est l’un des éléments de l’habitat
le plus à même de répondre à ces exigences !
CONTACTS PRESSE
THOMAS MARKO & ASSOCIÉS
Sophie GALTIER / Hyacinthe PRACHE
23, rue de Liège - 75008 PARIS
Tél. : 01 44 90 83 40
[email protected]
[email protected]
THOMAS MARKO & ASSOCIÉS - 04/07 - Imp. ADM - Crédits photos : DR - © Chavannes Architecte - © Patrimoine Languedocienne SA - © Eric Bernath
Près de la moitié des Français estime que
le réchauffement climatique est « l'enjeu de ce
siècle pour l'humanité », selon un sondage
effectué par l'Institut CSA en janvier 2007.
Or le bâtiment est un domaine important dans
la politique à mener pour lutter contre l’effet
de serre. En 2005, les constructions françaises
ont émis 135 millions de tonnes de gaz
carbonique, 13% de plus qu’en 1990 !
LE
TOIT
Humanisation
des villes
Communiqué de presse
Promotoit, l’association regroupant les 9 leaders
du bâtiment (ETERNIT, IMERYS TOITURE, KORAMIC,
LAFARGE COUVERTURE, SIPLAST, TERREAL, UNILIN
SYSTEMS, VELUX FRANCE, VM ZINC) a souhaité
mener une réflexion sur le nouvel urbanisme, en
phase avec les attentes des Français.
Pour cela, ils ont travaillé de concert avec Jean-Michel
Léger, sociologue au CNRS, et Frédéric Mialet, architecte,
et ont mis au coeur de leur étude, le toit, véritable
facteur d’humanisation des villes.
Après les HLM et les barres d’immeubles,
fortement associées par les Français à l’insécurité, la
densité et l’anonymat, aujourd’hui, les logements
R+3 connaissent une nette progression, confirmant le
nouvel essor du petit collectif, qui bénéficie de la
présence d’une toiture en pente.
Cette tendance est une opportunité pour assurer un
renouveau de l’habitat intermédiaire, véritable
facteur de convivialité, notamment dans les quartiers
sensibles. Ce type d’habitation respecte le désir paradoxal des Français « d’intimité et de vivre ensemble ».
Qu’est-ce que l’habitat
intermédiaire ?
Il s’agit d’un ensemble d’habitations
ne dépassant pas R+3, véritable
alternative à la maison individuelle
et à l’appartement en immeuble
collectif. Désir d’espace, besoin de
nature et souhait d’intimité (maîtrise
des vis-à-vis) sont pleinement
assouvis.
Cet habitat offre un espace privé
extérieur de la taille d’une pièce
confortable. Les parties communes
sont réduites, permettant une gestion
peu coûteuse.
Présentation
de l’association
Promotoit
Créée au printemps
2005, l’association
Promotoit, loi 1901,
regroupe 9 fabricants
spécialistes de la
toiture :
• ETERNIT
• IMERYS TOITURE
• KORAMIC
• LAFARGE COUVERTURE
En quoi le toit devient ainsi l’élément majeur du nouvel
urbanisme et contribue à l’humanisation des villes ?
• SIPLAST
Les industriels de la toiture, associés à Messieurs Léger et Mialet, ont
souhaité apporter des réponses à cette large problématique et
ont sélectionné un échantillon, non exhaustif, de leurs dernières innovations, renforçant l’importance du toit, au coeur de l’habitat intermédiaire.
• TERREAL TERRE CUITE
Parler de toit, c’est parler de maison, mais pas seulement, car l’architecture
avec toits en pentes est particulièrement adaptée à une troisième voie entre
l’individuel et le collectif, qui est celle de l’habitat intermédiaire, appelé à
connaître un grand développement en France.
• VELUX
• UNILIN SYSTEMS
• VM ZINC
Sa mission
Promotoit a pour mission de promouvoir la qualité de la
réalisation des toitures en pente. Elle agit pour le choix
pertinent des matériaux utilisés, ainsi que pour la sauvegarde des
savoir-faire des entreprises de mise en œuvre.
Ses objectifs
Les industriels adhérents ont alors pour objectif commun de développer
une synergie de compétences et de métiers, pointus, polyvalents et
spécifiques autour de cette composante essentielle qu’est le toit.
Mais ils tendent surtout à placer le toit au cœur
des enjeux techniques, économiques, architecturaux
et sociologiques de l’habitat.
Qualités esthétiques, économiques
et fonctionnelles du toit
Si bien que, avec un aménagement fonctionnel, le comble
devient l’une des pièces les plus recherchées de la maison.
Le toit rampant, incliné, est en effet un fort support à
l’imaginaire que les décorateurs et les habitants savent
très bien exploiter.
Ancrage régional, identité sociale
C’est ainsi que, à la « cinquième façade » de l’immeuble
collectif et de la maison perçus de l’extérieur, il faudrait
ajouter la « quatrième dimension » intérieure offerte
par le toit incliné.
L’importance du toit dans l’habitat est une question de
typologie, autrement dit d’histoire et de géographie.
De tous temps, sous nos climats, les maisons et les
immeubles, à la ville et à la campagne, ont eu des toits
pour des raisons techniques d’étanchéité. Mais chaque
région a apporté son particularisme en fonction de son
climat, des matériaux disponibles et de la destination
de la maison, le tout produisant des savoir-faire de
grande valeur patrimoniale.
Cette dimension d’identité régionale, très connue au
point d’en être rebattue, n’a pas besoin d’être développée,
mais il ne faut pas oublier combien le toit est, dans les
paysages urbains et ruraux, un marqueur essentiel de
l’identité locale puisque le toit provençal n’est pas le toit
breton, qui n’est ni le toit bourguignon ni le toit alsacien.
Son esthétique est attachée à une silhouette et ses lignes
de force, à des formes, à des matières et à des couleurs.
Potentiel écologique
Sur l’aspect technique et étroitement utilitaire, l’avantage
du toit en pente, pour garantir un bon écoulement des
eaux pluviales n’est plus à démontrer.
Mais le potentiel architectural du toit est très élevé sur
le plan environnemental. Alors que, d’après les experts,
le secteur du bâtiment est, en France, responsable de
20% des émissions de CO2 et de 42% des consommations
d’énergie, le toit en pente a un rôle à jouer dans les
constructions à haute qualité environnementale.
Le toit participe à l’identité de la maison, d’où l’importance
du toit dans l’« invention » des styles régionaux (notamment
basque et breton) et dans l’enracinement, si l’on peut dire,
des critères de formes, de pentes, de couvertures.
Le toit résume à lui seul l’architecture de la maison (voir
la poétique des toits de Paris, de Prague, de Cracovie,
de Bruges, de Sienne, etc.).
Élégance, recherche de
qualités spatiales
Le toit intéresse ainsi les architectes. Ces derniers sont
en effet souvent mobilisés par une recherche de légèreté.
Ils dessinent des structures toujours plus fines, plus légères,
selon un effort qui se retrouve dans les toitures.
Autrefois, la gamme des matériaux était étroite, et,
la toiture étant lourde, la structure la supportant avait
la même lourdeur. Par exemple, au-delà des contraintes
climatiques, les anciennes tuiles imposaient la forme du
toit en raison de leur système d’accrochage.
Aujourd’hui, les nouveaux composants de toiture, par
les progrès attachés à leur fabrication et grâce à une
conception ingénieuse, autorisent toutes sortes de formes.
C’est ainsi qu’une nouvelle approche de l’esthétique
des toits traverse l’Europe entière.
Outre, donc, l’avantage évident de récupérer facilement
l’eau de pluie, il offre ceux de protéger les façades du
soleil, de permettre l’implantation de capteurs d’énergie
solaire, voire de favoriser la ventilation naturelle dans
une architecture appropriée. Les pouvoirs publics
commencent d’ailleurs, enfin, à adapter la réglementation
Le toit séduit aussi les habitants pour le plus qu’il apporte
à leur pratique de l’espace domestique. Dans le
logement collectif, le toit est un repère essentiel pour
la perception de la verticalité. Ainsi, les habitants
du dernier étage perçoivent d’autant plus leur position
dominante que, de l’intérieur, le toit se manifeste.
C’est bien sûr le cas des immeubles parisiens avec
leur brisis. Aujourd’hui, des architectes comme les Frères
Goldstein aménagent des toits en pente même sur de
petits collectifs de manière à donner des perceptions
différentes selon que l’on habite en bas, en haut ou
dans les étages intermédiaires.
En maison individuelle, le comble était autrefois non
habité, mais aujourd’hui, par sa situation élevée, il
offre des qualités d’isolation, de lumière naturelle et
de bien-être.
au bénéfice du coût global, de la durabilité, de l'économie
des charges et de l'énergie.
Les concepteurs se mobilisent pour créer des références où
le toit trouve une place de choix. On attend encore le
financement de quartiers durables, qui sont déjà une réalité
en Allemagne (Fribourg) et en Angleterre (BedZed), notamment.
Mais la prise en compte de critères écologiques dans
le respect des contraintes financières est étroitement liée
à une analyse des nouveaux besoins et des nouveaux
modes de vie qui s’annoncent. Elle ne pourra pas non
plus faire l’économie des multiples autres avantages du
toit en pente, y compris celui de contenter et de rassurer
une grande partie d’entre nous. Saurons-nous inventer
dans cette dynamique croissante qui se dessine une offre
de logement répondant aux nouveaux modes de vie
des Français ?
Aspect patrimonial du toit
Symbole du bien-vivre
L’étalement urbain, que l’on y soit favorable ou pas, a
contribué à maintenir la culture du toit depuis une trentaine
d’années. Pour comprendre le choix de la maison individuelle,
il faut bien voir qu’il ne se limite pas à un choix de logement,
c’est le choix d’un mode de vie (pour ne pas dire d’un
monde) et c’est un choix patrimonial.
Mais l’éloignement toujours renforcé des habitants vers la
périphérie pose un vrai débat de société : une solution
pour leur faciliter l’accès physique, psychique, économique
aux atouts de la ville serait de densifier la première couronne
de grande agglomération, voire de la seconde.
Pour mieux accepter la densité
Dans la perception des formes urbaines, en véhiculant
toute la symbolique précédemment évoquée, l’architecture
avec toit a pour effet de diminuer l’effet de densité. Mais
promouvoir l’habitat intermédiaire, ce n’est pas seulement
jouer avec l’image, c’est d’abord répondre à des modes
d’habiter et à l’intérêt de la collectivité pour le développement
d’une troisième voie entre le collectif et l’individuel.
Les pouvoirs publics y veillent, comme l’illustre par exemple
le programme expérimental associant bailleurs sociaux et
promotion privée, baptisé « Villa urbaine durable » par
le Ministère de l’Équipement qui l’a initié, il y a cinq ans.
C’est déjà un objectif en soi de vouloir maîtriser l’étalement
urbain en construisant en ville à des densités relativement
élevées, acceptées par les habitants et répondant aux
besoins démographiques et à la crise actuelle du logement.
Représentation du foyer
Outre la réassurance sociale que la maison apporte à
nombre d’entre nous – et pas seulement aux plus fragiles
socialement –, le toit est d’abord, bien sûr, comme en
attestent nombre de locutions communes (« avoir un toit »,
« offrir son toit », etc.), la métonymie de ce qu’il recouvre,
à savoir la maison elle-même.
Or, pour ce qui est de la maison, malgré les atermoiements
des ministères, des urbanistes et de la plupart des maîtres
à penser – et malgré les risques environnementaux de
l’étalement urbain, on y reviendra – la maison individuelle
se porte très bien en France. En 2005, 30 millions de m2
construits en individuel contre 11 millions dans le collectif,
223 000 maisons construites en 2005, soit un chiffre
stable sur la moyenne durée, malgré la crise économique
et malgré l’accroissement du coût du foncier. Ceci est aussi
corroboré par l’enquête du 30 janvier 2007, menée par
TNS Sofres pour l’Observatoire de la ville, selon laquelle
9 Français sur 10 sont séduits par l’habitat individuel.
Or, pour retrouver les repères identitaires évoqués précédemment et parce que la maison au toit à pente est
l’archétype de la maison, la demande des habitants
vise très majoritairement des maisons au toit à pente.
La symbolique du toit est d’abord celle de la protection
du bâtiment et, en corollaire, celle de ses occupants :
il y a ainsi une double métonymie puisque le toit représente
la maison qui représente elle-même la maisonnée, c'est-àdire les habitants.
Par raccourci, on pourrait dire ainsi que le toit représente
les habitants : le toit en pente est ainsi associé à l’idée
de foyer, au sentiment de partager une valeur commune.
Par ailleurs, pour prendre la notion de patrimoine dans le
sens où l’entendent les impôts, on sait bien aussi que la
maison est le patrimoine immobilier par excellence, y
compris les maisons industrialisées que tout le monde,
sauf leurs habitants vouent aux gémonies. Les maisons,
de type « Phénix » sont toujours debout 50 ans après
leur construction, alors que l’on a démoli des grands
ensembles qui avaient 25 ans d’âge !
Mais pour aller plus loin encore, le but de ces opérations
d’une cinquantaine de logements chacune est de « promouvoir un habitat intermédiaire en milieu urbain dont les
qualités d’usage, proches de celles du logement individuel, se déclinent en regard de la densité, de la mixité
et de la qualité environnementale ».
Ainsi, 2007 et 2008 verront les premières livraisons de
ce programme expérimental comme celles situées :
➥ À Bourges, dans un nouveau quartier où l’architecte
Christian Gimonnet propose le long d’une ample
ruelle courbe un ensemble de maisons en bois de
conception ingénieuse et très confortables pour un
programme locatif social.
➥ À Chalon-sur-Saône, dans un quartier en développement de la ville où les architectes Marc Dauber,
Isabelle Sénéchal et Eric Chevalier ont conçu sur un
site au passé maraîcher, un projet d’habitat individuel et intermédiaire caractérisé par le maintien d’une
trame de jardins familiaux le long d’un espace public
central dont l’accès sera réservé aux piétons.
➥ À Digne-les-Bains, à l’entrée de la ville, où l’archi-
tecte Cristina Conrad a réinterprété une typologie,
courante en Autriche, de double rangée de maisons
de ville en triplex dont le socle accueille des garages
collectifs « non couverts ». Performant sur le plan
énergétique, chaque logement bénéficie en outre
d’un jardinet et d’un balcon, sur son versant public,
et en cœur d’îlot, d’une terrasse protégée.
Un projet « Villa
urbaine durable »
développé selon
3 grands objectifs :
> La recherche d’un habitat
intermédiaire alliant les qualités
de l’habitat individuel et les
densités du collectif
> Promouvoir des opérations
mixtes d’habitat social et de
produits immobiliers en accession
à la propriété
> Généraliser des méthodes
de projet dans lesquelles toutes
les étapes de la conception à
la maintenance, s’inscrivent
dans une perspective du
développement durable
Comme le montre une partie des opérations « Villa
urbaine durable », l’utilisation inventive de la toiture en
pente peut servir l’échelle de projets d’habitat intermédiaire
dans des quartiers où le toit terrasse évoque trop souvent le
logement social et ses difficultés.
Dans ces contextes, le toit en pente ne doit cependant pas
apparaître comme le correctif à une architecture défaillante.
Pour les petits collectifs, qui relèvent moins de typologies
traditionnelles et qui peuvent être davantage l’objet de formes
nouvelles, le raisonnement est-il différent ? Non, car les
arguments en faveur du toit sont les mêmes : références aux
typologies de maisons urbaines, soucis d’étanchéité et de
présentation d’une cinquième façade.
Des innovations
pour donner au
toit des atouts
d’avenir
Aujourd’hui, l’association Promotoit
propose diverses nouveautés qui peuvent
aider les concepteurs à répondre dans
une approche économique raisonnable,
aux attentes esthétiques, écologiques
et sociales des Français.
Voici une sélection d’innovations
développées par certains industriels.
(Cette liste n’est pas exhaustive et ne
regroupe pas tous les industriels,
membres de Promotoit)
Toute information supplémentaire est
disponible auprès de chacune des
entreprises (cf. contacts Responsables
Communication).
➥
Chez Koramic...
La tuile Prima, destinée aux constructions contemporaines,
de grand format (9,5 m2) joue avec la lumière pour créer,
par un jeu d’ombres, une esthétique originale et moderne
en couverture. La mise en œuvre est rapide grâce à son
pureau variable de 40 mm.
Au niveau des tuiles
➥ Chez Imerys...
La tuile photovoltaïque est constituée d’un châssis assurant
la résistance mécanique, l’étanchéité et la ventilation, de
cellules photovoltaïques et d’un verre trempé de protection
(2 tuiles photovoltaïques correspondent à 1 m2 de toiture).
À noter : 20 à 30 m2 de panneaux photovoltaïques
permettent de couvrir les besoins moyens en électricité
d’une famille, hors chauffage et eau chaude, sous réserve
de validité par une étude des conditions d’orientation et
d’ensoleillement de votre toiture. Offrant la même simplicité
de mise en œuvre et la même qualité couvrante qu’une tuile,
la tuile photovoltaïque présente toutes les qualités habituelles
d’une tuile et bénéficie de la caution du leader français. Le
point fort de ce système étant l'intégration parfaite et sans
surépaisseur à la toiture, il bénéficie pleinement du nouveau
tarif de rachat de l'électricité photovoltaïque par EDF, du crédit
d'impôts de 50% sur le prix des fournitures, et de subventions
régionales, ce qui assure un retour sur investissement de
l'ordre de 5 à 10 ans selon le taux de TVA et la région.
➥
Chez Terreal...
La tuile Z dans la gamme « Petits moules », dessinée
par le designer de renommée internationale Martin
Szekely (4 coloris), est conçue pour se jouer de la
lumière du soleil.
La Romane Azur, dernière née des tuiles fortement
galbées destinées aux toits du Sud, cette tuile, de grand
format (8,6/m2) a été conçue pour répondre particulièrement au développement du petit collectif (R+3/R+4).
D’une mise en œuvre aisée grâce à son format et son
jeu à la pose qui répondent aux exigences de productivité
des maîtres d’ouvrages et maîtres d’œuvre en logement
collectif, la Romane Azur apporte une esthétique unique
grâce à son double ressaut qui reproduit fidèlement
l’élégance incomparable des tuiles canal traditionnelles.
Et les sous-couvertures
➥
Chez Unilin Systems...
Le panneau UniConfort, sous-couverture isolante acoustique
et thermique à base de bois est 100% étanche à l’eau et à
l’air tout en restant 100% perméable à la vapeur d’eau.
Mais aussi
➥
Chez Eternit...
La Kergoat Ronde, nouvelle ardoise aux bords
épaufrés et au pureau de forme ronde, spécialement
développée pour répondre aux traditions de la région
du Massif Central, et en particulier de la Lozère et
de l'Aveyron. Cette nouvelle ardoise défend l'identité
de la région avec des dimensions de 40 x 22 cm
et des bords épaufrés qui accentuent son caractère.
Esthétique, la Kergoat Ronde profite également des
atouts de la modernité et des avantages reconnus
des ardoises fibres-ciment de la gamme Eternit :
planéité et géométrie parfaite (donc pas de tri sur
le chantier), garantie 15 ans sur le produit et sa
coloration (pas de trace de rouille).
➥
Chez Lafarge Couverture...
Wakaflex est une solution d'abergement en rouleau.
Il est destiné à être associé à l'ensemble des matériaux
de construction dans le cas de l'établissement d'un
abergement ou plus généralement du traitement d'une
pénétration continue par la méthode dite "à sec".
Posé à froid sans outil spécifique, Wakaflex est très
facile à mettre en oeuvre. Il est résistant, facile à
maroufler, disponible en plusieurs coloris.
Il s'adapte ainsi à tous les types de profils de tuile.
PROMOTOIT CONTACTS RESPONSABLES COMMUNICATION
➥
Chez Siplast...
La barrière radiante Therm’x destinée, grâce à sa Haute
Perméabilité à la Vapeur (HPV), à être placée en écran
de sous-toiture, est pourvue de 2 faces réfléchissantes
aux rayonnements infra-rouges, qui permettent d’apporter
par l’extérieur, d’une part un bon complément de
performance thermique de la toiture, et d’autre part une
protection renforcée contre la surchauffe des combles en
été. Therm’x, qui bénéficie d’un double Avis Technique
favorable du CSTB, contribue, ainsi, autant à réduire
les déperditions thermiques par le toit qu’à améliorer le
confort des occupants en hiver comme en été.
ENTREPRISES
MEMBRES
RESPONSABLES
COMMUNICATION
ADRESSES
TELEPHONES
E-MAILS
ETERNIT
Valérie FROISSART
BP 33
3, rue de l'Amandier
78 540 Vernouillet
01 39 79 62 74
[email protected]
eternit.fr
04 72 52 02 72
[email protected]
imerys-toiture.com
[email protected]
bonne-reponse.fr
Bruno PENCOLE-LEHAUT
Parc d’Activités de Limonest
Silic 3
1, rue des Vergers - BP 22
69 579 Limonest Cedex
Attachée de presse :
Nathalie Pradines
Agence Bonne Réponse
1, bis rue de la Quarantaine
69005 LYON
04 72 40 54 10
Anne Raphaëlle
PORCHEROT
Route de Besançon
BP 4
25 770 Franois
03 81 48 35 00
Attaché de presse :
Jean-François SCHILLING
Agence Schilling
Communication
2, place Cap Ouest
BP 169
17 005 La Rochelle Cedex 1
Bénédicte JAMMOT DE
GANAY
12, avenue d'Italie
75 013 Paris
Sophie ROUSSET-ROUVIÈRE
12, rue de la Renaissance
92 184 Antony cedex
Attachée de presse :
Marie-Laurence CATTOIRE
TERREAL
IMERYS
TOITURE
KORAMIC
➥
Chez VM ZINC®...
Le Zinc prépatiné se décline dans de nouvelles teintes
par sa gamme PIGMENTO® : des nuances de rouge,
de vert ou de bleu qui apportent un regard nouveau sur
le zinc.
Ces teintes aux reflets changeants préservent la trame
naturelle du zinc prépatiné et donnent de nouvelles idées
d’intégration de l’architecture dans l’environnement.
Grâce aux qualités intrinsèques du zinc, les formes
d’architecture les plus complexes et les plus audacieuses
ainsi que les très faibles pentes (5%) sont possibles.
Le choix des nuances permet également un mariage
parfaitement harmonieux du zinc avec d’autres
matériaux. En outre, la nouvelle gamme PIGMENTO®
se positionne favorablement sur les cibles 1, 2, 3, 8 et 9
de la démarche HQE.
Gamme VM ZINC® PIGMENTO® Rouge terre, Vert
lichen, Bleu cendre
➥
VELUX imagine et conçoit
l’habitat de demain.
Soltag, adapté aux pays du Nord, et Atika, pour les
pays méditerranéens à fort ensoleillement, sont deux
bâtiments expérimentaux qui proposent un habitat
optimisé. Des performances énergétiques incomparables,
une aération naturelle garantie, un système de refroidissement
par énergie solaire unique avec une isolation efficace et
des solutions favorisant la lumière du jour.
anne-raphaelle.
[email protected]
LAFARGE
COUVERTURE
05 46 50 15 15
[email protected]
n-schilling.com
01 53 80 69 00
[email protected]
lafarge.com
01 40 96 36 01
[email protected]
42, rue Trousseau
75 011 Paris
01 40 21 08 13
[email protected]
Bernard CARON
15, rue Pages
92 138 Suresnes
01 49 97 20 30
[email protected]
terreal.com
UNILIN
SYSTEMS
Jean-Pierre PUTEFIN
42, Les Fourneaux
45 210 Griselles
06 80 06 08 70
[email protected]
unilin-systems.com
VELUX France
Caroline COURTEAU
1, rue Paul Cézanne
BP 20
94 421 Morangis Cedex
01 64 54 22 30
[email protected]
velux.com
VM ZINC
Fabien
MOULIN
Les Mercuriales
40, rue Jean Jaures
93 176 Bagnolet Cedex
01 49 72 41 45
[email protected]
umicore.com
SIPLASTICOPAL
ATIKA