Tague ton prénom

Commentaires

Transcription

Tague ton prénom
Tague ton prénom
Fiche technique
Graffiti
Histoire
Le graffiti tel qu’on le connaît apparaît à la fin des
années 1960. Mais les hommes écrivent ou dessinent sur
les murs depuis des siècles. Contrairement au graffeurs
modernes, il s’agit de pratiques isolées. Mais tous ont au
moins en commun ceci : les murs sont pour eux de
grandes pages plus ou moins blanches, leur permettant
d’exprimer ce qu’ils peuvent ou ne veulent pas dire
ailleurs… Le mot graffiti a des origines multiples. En
grec, graphein signifie dessiner, et en latin, graffiare veut
dire griffer. Le graffiti (dans le sens de traces laissées
clandestinement sur les murs) est d’ailleurs une pratique
très ancienne qui était courante déjà dans l’antiquité, à
Pompéi notamment.
Artistes
Taki est le premier tagueur à être
médiatisé, en 1971, le New York Times
lui consacre un article intitulé « Taki 183
lance
une
nouvelle
mode ».
Contrairement à la plupart des autres
tagueurs, qui restent plutôt cantonnés
dans leur quartier. Taki traverse toute la
ville. Il est coursier et emprunte
régulièrement les transports en commun.
C’est ce qui lui permet de laisser sa
marque partout sur son passage. Avec
l’article c’est le début d’une compétition
entre les ados et une course vers la
célébrité, ils s’inventent un pseudo.
Comme les rues de New York portent un
numéro, ils ajoutent souvent le leur à la
suite de leur pseudo : Barbara 62, Stay
High 149, Trease 158, Cliff 159. Julio
204 fut le premier à avoir l’idée
d’associer le numéro de sa rue au pseudo,
c’est un moyen d’affirmer son origine
géographique quand on va taguer loin de
chez soi. Keith Haring, artiste graffeur
en 1980 est passé des couloirs du métro
au musée.
L’histoire du graffiti est un peu comme un grand mur
tagué, recouvert de centaines de traces, plus ou moins
grandes, superposées ou effacées par le temps, et en
perpétuel changement. Ce n’est pas facile d’en résumer
les grandes lignes. Pour mieux comprendre ce
phénomène, on peut néanmoins remonter jusqu’à ses
origines, aux Etats-Unis. On distingue le graffiti writing
qui rassemble les tags (simples signatures) et les graffs
(plus élaborés et colorés). Les premiers graffeurs
apparaissent à Philadelphie au milieu des années 1960,
ils ne cherchent pas à s’approprier un territoire ou faire
la révolution. Ce sont juste des pseudonymes, écrits à
travers toute leur ville. A la fin des années 1960, à New
York, les taggeurs sont principalement des adolescents
vivant dans des quartiers défavorisés. Ils n’ont pas de
message ni de revendications à faire passer : le graffiti
leur permet de dire qu’ils existent, de se démarquer et
se faire connaître au sein du quartier. Ils ne songent pas
encore à l’ampleur que le mouvement graffiti prendra
bientôt.
Style
Démarche
Les graffeurs sont passés
maîtres dans l’art de la
calligraphie et de la
typographie.
On
peut
distinguer quelques grandes
tendances, comme le buble
style avec ses formes
gonflées, le wild style dans
lequel les lettres sont en
enchevêtrées les unes dans
les autres, ou encore le
block letter fait de lettres
carrées et compactes.
1. Commencer le graff par un dessin préparatoire sur du papier croquis. C’est une
recherche préliminaire indispensable, qui permet de définir la composition
générale et le style de lettres.
2. Sur une feuille de papier dessin, esquisser au crayon très légèrement le graff.
3. Faire le contour des lettres avec un feutre et ensuite peindre l’intérieur des
lettres, et les mettre en 3D.
4. Faire le fond du graff, c.à.d. tout ce qui est en dehors des lettres : un aplat de
couleur, un décor, des personnages…
5. Tracer un trait tout autour des lettres pour donner au graff du contraste et le
rendre lisible.
Styles d’écritures
Letter graffiti
Block letter
WILD STYLE
Buble style
Graffiti

Documents pareils

Tague ton prénom Tague ton prénom

Tague ton prénom Tague ton prénom L’histoire du graffiti est un peu comme un grand mur tagué, recouvert de centaines de traces, plus ou moins grandes, superposées ou effacées par le temps, et en perpétuel changement. Pour mieux com...

Plus en détail