Avortements Bovins Comprendre pourquoi mes vaches avortent

Commentaires

Transcription

Avortements Bovins Comprendre pourquoi mes vaches avortent
Février 2015
Retrouvez toutes les informations
sur le site h
ttp://frgds-languedoc-roussillon.fr/
Aude
Avortements Bovins
Comprendre pourquoi mes vaches avortent
En pratique, un avortement est une interruption de la gestation au cours de la période fœtale (après
minimum 42 jours de gestation). Mais règlementairement, un avortement est l’expulsion de tout
fœtus et animal mort-né ou succombant dans les 48 heures qui suivent la naissance.
Les causes d’avortements
Qu’est ce qu’une série
d’avortements ?
Avortements rapprochés
2 avortements sur 30 jours ou moins ,
quelle que soit la taille du cheptel :
Avortements espacés
 Troupeaux de moins de 100 femelles mises à la reproduction : dès
le troisième avortement sur une
période maximale de 9 mois
 Troupeaux de plus de 100 femelles
mises à la reproduction : 4% ou 3
avortements + un avortement par
tranche supplémentaire de 30 femelles mises à la reproduction sur
une période maximale de 9 mois
On distingue les avortements
isolés des avortements en série.
Les causes des avortements
restent inconnues dans 60%
des cas ! Les avortements
peuvent avoir des origines
diverses : on distingue les
causes infectieuses (dues à des
agents pathogènes) des causes
non infectieuses (voir tableau ci
-dessous).
Les avortements en série sont
le plus souvent dus à des maladies contagieuses qui peuvent
provoquer des pertes importantes et être très difficiles à
éliminer. Il est donc fondamental de déterminer leur cause
dès que plusieurs avortements
surviennent.
Causes non infectieuses
Causes infectieuses, parasitaires et fongiques
Causes mécaniques
Bousculade, coup de corne,
problème utérin ou placentaire
Causes infectieuses :
 BVD (transmise par contact avec des bovins infectés et par voie
transplacentaire de la vache au fœtus)
Fièvre Q (transmission par inhalation de particules contaminées par
des produits d’avortement et par les tiques)
Chlamydiose (contamination par voie digestive à partir de produits
d’avortements, sécrétions vaginales, bouses, lait)
Leptospirose (transmission par voie cutanée et orale via urine de
rongeurs, eau contaminée)
Salmonellose (contamination par l’eau ou des aliments souillés par
de la terre ou par des déjections d’autres animaux, de leurs congénères ou d’êtres humains)
Ehrlichiose (transmise par les tiques)
Listériose (fourrages ou ensilages contaminés par de la terre souillée et mal conservés)
Brucellose (contamination par voie digestive à partir de produits
d’avortements, sécrétions vaginales)
Origine alimentaire
Intoxication végétale, mycotoxines, polluants alimentaires (nitrates, plomb, peintures …),
Origine médicamenteuse
Glucocorticoïdes, Lévamisole
Maladie parasitaire : Néosporose (transmission verticale de vache
au veau et/ou horizontale par ingestion d’excréments de chiens)
Maladies fongiques
Page 2
Février 2015
La conduite à tenir en cas d’avortements
Isolement et protection
Certaines causes d'avortement sont des maladies très
contagieuses et parfois transmissibles à l'homme. Des
mesures de protection sont très fortement recommandées :
1. Isoler les femelles avortées : dans un box isolé ou
une infirmerie, qui peut être nettoyé et désinfecté.
2. Recueillir le placenta et l'avorton, et les tenir à
disposition du vétérinaire pour le prélèvement (à l'abri de
la chaleur, de la lumière, des chiens...)
3. Se protéger soi-même et son élevage : porter des
gants, se laver soigneusement les mains, mettre en place
un pédiluve, etc.
4. Etablir un diagnostic rapidement
Immunosérologie—LDA36
Photo MJ– CG36
Photo: GDMA36
Déclarer les avortements : une opportunité pour le diagnostic
Tout avortement est à déclaration obligatoire
pour la surveillance de la Brucellose.
Vous devez appeler votre vétérinaire sanitaire
pour réaliser une prise de sang et un écouvillon
cervical sur la vache avortée (pris en charge par
l’Etat).
En pratique la Brucellose n’est plus présente sur
le territoire français. La déclaration obligatoire
peut sembler inutile aux éleveurs mais en réalité, elle est importante pour détecter une résurgence de la maladie (comme cela a déjà été le
cas en France et en Belgique).
Cette déclaration vous permet de faire
venir le vétérinaire et de réaliser une
prise de sang gratuitement !
Profitez-en pour interroger votre vétérinaire sur
la cause possible de l’avortement : il vous aidera
à établir si l’avortement a une origine infectieuse ou non.
Pour établir un diagnostic, il vous proposera peut
être de réaliser des prélèvements supplémentaires. Les anticorps contre les maladies abortives persistent plusieurs années (souvent à vie)
donc ce n’est pas parce qu'une vache est positive
en sérologie que l’avortement est imputable à
l’agent recherché.
prélever plusieurs autres vaches ayant avorté
précédemment ou ayant eu des problèmes de
reproduction est souvent intéressant
 L’analyse sur avorton est recommandée
Dans l’Aude, toutes les prises sang
pour avortements (sur femelles
avortées) en plus de la sérologie
Brucellose, donnent lieu à une
analyse BVD, Néosporose, Chlamydiose et Fièvre Q.
En cas de résultat positif, une fiche
technique liée à la maladie vous
sera transmise.
L’équipe du GDS reste disponible en
collaboration avec votre vétérinaire, pour toute question complémentaire.
Un plan National de diagnostic et un plan avortement
départemental : un département, un pack avortement
Pour mieux élucider les causes d’avortements,
un groupe de travail national (DGAl, GTV, GDS,
UMT Nantes) a défini une démarche diagnostique standardisée : le Protocole National de
Diagnostic Différentiel des Avortements.
Il oriente les analyses à faire en 1ère intention
(maladies les plus fréquentes) : BVD, Néosporose et Fièvre Q. Tous ces agents pathogènes sont recherchés en routine au LVD
et sont prises en charge à 100% par le
Conseil Général. Les analyses de seconde
intention sont à déterminer en fonction du contexte épidémiologique.
Les recommandations données dans ce protocole insistent sur l’intérêt de réaliser des analyses directes par PCR notamment (recherche
du matériel génétique des pathogènes). Ces
analyses ne sont pas réalisées en routine par
le LVD. Une première recherche d’anticorps
faite au LVD vous permettra d’orienter des
recherches directes, plus chères, ultérieurement, si nécessaire.
Votre vétérinaire est en lien avec votre
GDS , et dispose de feuilles d’accompagnement des prélèvements spécifiques.
Contactez le GDS et votre
vétérinaire pour en savoir
plus !
GDS de l’Aude,
ZA de Sautès,
11878 CARCASSONNE cedex 9
Tel : 04.68.11.39.75
Fax : 04.68.78.36.87
Mail : [email protected]
Site internet: http://frgdslanguedoc-roussillon.fr/Aude

Documents pareils