Seite 1/4 Véhicules hybrides

Commentaires

Transcription

Seite 1/4 Véhicules hybrides
HES, Institute for Human-Environment Systems
NSSI, Natural and Social Science Interface
Universitätstrasse 22, CHN J75.2
8092 Zürich
Dr. Peter de Haan van der Weg
044-632 49 78
[email protected]
www.nssi.ethz.ch/index
Véhicules hybrides: situation actuelle et perspectives commerciales aux USA et en Suisse; profil des
acheteurs d'hybrides
Les véhicules à propulsion hybride offrent un meilleur rendement énergétique et peuvent contribuer à
réduire les émissions de CO2, de même que notre dépendance à l'égard des importations de produits
pétroliers non renouvelables. Deux facteurs dominent nos considérations concernant l'influence que les
véhicules hybrides vont exercer à l'avenir sur les économies de carburant. Premièrement, leur future part de
marché potentielle, qui dépend du degré actuel de pénétration de cette technique de propulsion.
Deuxièmement, le comportement individuel des consommateurs; à ce propos, la question clé est de savoir si
l'existence des véhicules hybrides va inciter les automobilistes à acheter des voitures plus grandes et/ou en
plus grand nombre qu'ils ne l'auraient fait si les hybrides n'avaient pas existé.
À quel stade de la pénétration sur le marché se situent donc aujourd'hui les hybrides, aux USA, d'une part, et
en Suisse, de l'autre? Comme ce fut déjà le cas lors de l'avènement, au courant des années 80, des pots
catalytiques à trois voies, c'est l'État de Californie qui joue un rôle clé pour la promotion des hybrides.
Dorénavant, les constructeurs automobiles sont tenus d'y vendre un certain pourcentage de modèles à zéro
émission. Dans ce contexte, ils peuvent comptabiliser à ce titre certains de leurs véhicules hybrides, à
condition que ceux-ci répondent à des exigences minimales en matière d'émissions, lesquelles doivent être
minimes. Cela est possible parce qu'en Californie on part du principe que les hybrides font progresser des
techniques essentielles pour l'apparition future de véhicules à zéro émission.
Les rares modèles hybrides livrables connaissent actuellement une forte croissance de leurs ventes. La
plupart des grands constructeurs annoncent des modèles hybrides pour les prochaines années. Aux USA, le
marché des hybrides est passé de 2 modèles et d'une pénétration de 0,05%, en 2000, à 8 modèles et 0,52%,
en 2004, pour passer à 11 modèles et 1,3% (soit 212 000 unités vendues) en 2005. Aux États-Unis, il y a donc
actuellement trois fois plus de véhicules hybrides par habitant que dans notre belle Suisse qui se targue
pourtant d'avoir un souci prononcé de l'environnement! À en croire les prévisions d'un institut de
prospective, qui paraissent plutôt prudentes, voire timides, d'ici à 2012, le nombre des modèles hybrides
augmentera à plus de 50 aux USA et leurs ventes connaîtront une croissance de 250%, ce qui fera passer leur
pénétration sur le marché à 4,2%. D'autres estimations partent d'une base possible de 10% de part de
marché. En Suisse, il n'y a, à l'heure actuelle, que trois modèles hybrides (Toyota Prius, Honda Civic IMA et
Lexus RX 400h), qui représentaient, en 2005, une part de marché de 0,53%.
La future part de marché des véhicules hybrides dépend, entre autres facteurs, de leur situation présente par
rapport à leur degré de pénétration actuelle sur le marché. Chaque fois qu'il s'agit d'évaluer les chances de
pénétration sur le marché d'une nouvelle technologie innovante, on table sur un cycle d'évolution basé sur
cinq catégories d'acheteurs potentiels: «innovators» (ceux qu'attire toute innovation), «early adopters» (ceux
qui l'adoptent tôt), «early majority» (ceux qui forment tôt une majorité), «late majority» (ceux qui s'y rallient
plus tard) et «laggards» (ceux qui hésitent). Aux USA, les hybrides sont en passe de progresser de la catégorie
des «early adopters» à celle des «late majority».
Pour savoir où en est le degré de pénétration des hybrides en Suisse, on peut analyser le profil et les
préférences des acheteurs d'hybrides. Ainsi, l'EPF Zurich a interrogé tous les acheteurs de Toyota Prius dans
les neuf premiers mois après la commercialisation de ce modèle dans notre pays. Cette étude a pris pour
groupe référence les acheteurs de voitures à propulsion classique: Toyota Corolla et Toyota Avensis. Une
Seite 1/4
étude semblable a porté sur les acheteurs de l'hybride Honda Civic IMA par rapport aux acheteurs de Honda
Civic 5 portes à moteur traditionnel. La comparaison des acheteurs d'hybrides par rapport aux groupes de
référence correspondants a révélé des différences (statistiquement significatives): les foyers des acheteurs
d'hybrides ont un revenu mensuel et une formation supérieurs. Les préférences des deux groupes en ce qui
concerne l'achat de voitures neuves présente également des différences (statistiquement significatives): les
acheteurs d'hybrides accordent plus d'importance à la consommation de carburant et au niveau
technologique du véhicule, au détriment d'autres paramètres tels que fidélité à une marque ou design. D'où
cette conclusion de l'EPF Zurich: les acheteurs d'hybrides en Suisse continuent de se distinguer des acheteurs
d'autres véhicules. Ils choisissent délibérément la propulsion hybride et c'est elle qui détermine leur choix. De
par leur niveau de revenu et de formation, les acheteurs d'hybrides jetteraient en fait leur dévolu sur une
autre palette, bien plus large, de modèles. Cette constatation permet d'affirmer qu'en Suisse les acheteurs
d'hybrides appartiennent encore à la catégorie des «innovators» ou des «early adopters» et pas encore à celle
dite «early majority».Cela prouve que le marché suisse des hybrides est en retard de quelques années sur
celui des USA. Cela étant, une évolution comme celle qui s'est produite aux États-Unis va aussi avoir lieu chez
nous au cours de prochaines années. Cela, à condition, bien sûr, que d'autres modèles hybrides encore
fassent leur apparition sur le marché européen et sur le suisse. Outre la Lexus GS 450h annoncée, le marché
suisse serait preneur d'une Honda Accord hybride et une Toyota Camry hybride, modèles déjà ou bientôt en
vente aux États-Unis.
En ce qui concerne le comportement des consommateurs, l'EPF Zurich a cherché à déterminer l'existence
potentielle de deux effets contreproductifs du fait que: premièrement, le passage à l'hybride oblige parfois à
passer à une taille de voiture plus grande que prévu; deuxièmement, le véhicule hybride étant, plus souvent
que d'habitude, la deuxième, voire la troisième voiture du foyer, cela pourrait contribuer à accroître le parc
automobile en Suisse. Les résultats de l'étude révèlent que ces deux effets ne se produisent pas. En optant
pour une Toyota Prius ou une Honda Civic IMA, les automobilistes en question n'avaient acquis que quelques
kilogrammes d'automobile de plus que ceux du groupe de référence des acheteurs de véhicules non
hybrides. Ils restent d'ailleurs en deçà de la moyenne suisse et étrangère, qui dénote une augmentation
annuelle de poids des véhicules neufs d'environ 1,5%, y compris par rapport au parc de voitures à propulsion
traditionnelle. De même, il n'a pas été démontré que le parc automobile moyen des foyers ait augmenté.
Ainsi, la Toyota Prius a remplacé, dans 86,3% des cas, une autre voiture, revendue ou mise à la casse; 13,7%
des Prius achetées étaient même la première voiture jamais acquise par les intéressés ou encore une voiture
supplémentaire. Ce pourcentage correspond à la proportion notée dans les groupes de référence et il est
inférieur à la moyenne suisse qui s'établit à 20%. On peut donc en conclure que les véhicules hybrides
n'entraînent pas, pour l'instant, d'effets contreproductifs. L'échantillon retenu par l'EPF Zurich pour cette
étude était assez vaste pour permettre de détecter l'existence de ces effets. Pour les acheteurs de Prius, ce
modèle représente plutôt une diminution de taille de voiture, alors que, sur le marché, la tendance est plutôt
à une augmentation de taille.
En résumé, l'étude de l'EPF Zurich démontre que l'hybride représente un grand potentiel pour les futures
économies de carburant, aussitôt que sa présence sur le marché sera massive, du fait qu'il ne faut pas
s'attendre à des effets contreproductifs. Étant donné qu'il n'existe pas en Europe et en Suisse de force vive
comme aux USA et notamment en Californie, pour promouvoir la propulsion hybride, des encouragements
fiscaux, tels qu'une réduction des impôts cantonaux sur les automobiles, revêtent d'autant plus
d'importance. L'influence symbolique avérée de tels instruments fiscaux a tout pour inciter les
automobilistes à opter pour des véhicules hybrides. Et ce, même si le montant desdits encouragements
fiscaux demeure relativement modeste, vu que les acheteurs actuels d'hybrides seraient, sans autre, en
mesure de s'offrir des voitures nettement plus coûteuses.
PdH, 10 avril 2006-04-14
Seite 2/4
___________________________________________________________________
Seite 3/4
Contact et informations complémentaires:
Dr Peter de Haan van der Weg
ETH Zürich, Dept. of Env. Sciences
Institute for Human-Environment Systems (HES)
Natural and Social Science Interface (NSSI)
Universitaetstrasse 22, CHN J75.2, 8092 Zurich, Switzerland
Tel: +41-44-632 49 78
Fax: +41-44-632 10 29
http://www.nssi.ethz.ch/people/staff/pdehaan
Enquête auprès d'acheteurs de véhicules hybrides: http://www.uns.ethz.ch/res/emdm/tramob/hybcars
Projet: Comportement des acheteurs d'automobiles «Mobilität und Autokauf» (mobilité et achat de voiture):
http://www.uns.ethz.ch/res/emdm/tramob/carchoice
Projet “Roads to 2050”: http://www.uns.ethz.ch/res/emdm/tramob/rds2050
Seite 4/4

Documents pareils