télécharger.

Commentaires

Transcription

télécharger.
16 BREVES Les médias en parlent
Les jeunes cuisiniers japonais installés en France : un épiphenomène ?
Tels Kei Kobayashi ou encore Takao Takano, de jeunes chefs japonais, étonnants et
talentueux, ayant ouvert un restaurant en France et rêvant d’étoiles, sont les
chouchous de la presse parisienne. Comment interpréter ce phénomène ? S’agit-il
d’une mode, d’un vrai mouvement culinaire, d’un hasard ? Pour tenter de le savoir,
surfez sur www.pourcel-chefs-blog.com
Les cuisines françaises et japonaises s’attirent
«Depuis quelques années, des Japonais s’installent en France et apportent un
supplément d’âme à la cuisine française », se félicite Eric Briffard, le chef deux
étoiles du Cinq, le restaurant du George V à Paris. « Être reconnus en France leur
apporte une grande notoriété dans leur pays», souligne ce passionné par le Japon
où il s’est rendu une soixantaine de fois. Ce n’est pas Atsushi Tanaka, 34 ans, l’un
des derniers chefs japonais à s’être installé à Paris (restaurant A.T.) et ayant Pierre
Gagnaire pour mentor, qui dira le contraire. «Paris, ça bouge beaucoup. Il y a une
culture de la gastronomie et davantage une clientèle internationale qu’à Tokyo»,
estime-t-il.
Lu sur www.pourcel-chefs-blog.com le 4/6/14.
Ambroise Rézeau, un stagiaire français au Japon
Ambroise Rézeau, élève ingénieur à l’ECE Paris, a choisi d’effectuer son stage de fin
d’année au Japon. Passionné d’automobile, il a intégré l’équipe of Green Mobility
Research, Environment-friendly safe automotive systems, au sein d’un laboratoire de
recherche chez Hitachi. L’occasion, pour lui, de découvrir, la vie en entreprise au
Japon… bien éloignée de celle en France. La première difficulté qu’il cite est la
communication : « les Japonais parlent très peu anglais ». Autres constats : leur
dévouement des japonais à leur travail, leur rigueur, l’importance de la sécurité. Mais
aussi un mode de vie « ancré dans la culture, dans le respect des traditions », etc.
Pas facile de s’adapter, « mais les japonais sont si accueillants qu’ils vous facilitent la
vie », reconnaît-il. Pour lui, « une des qualités principales des japonais est le respect
de l’autre ».
1
Lu sur www.ece.fr début juin 2014.
Florent, un jeune et déjà grand musicien en fauteuil au Japon
Il s’appelle Florent Charreyre. Il a 28 ans. Il est paraplégique … et malgré son
handicap, il est un brillant joueur de hautbois, formé à Paris mais faisant carrière au
Japon. Il fait ainsi partie du grand orchestre philharmonique de Kyoto. Un
documentaire de 52 minutes, diffusé en juin sur la chaîne Public Sénat, a permis de
découvrir ce jeune homme incroyable et son magnifique parcours.
Grotte Chauvet et ateliers de Tomioka au patrimoine mondial de l'Humanité
Avec notamment le Chemin des Incas au Pérou ou encore le village de Battir, au sud
de Jérusalem., la grotte Chauvet en France et les ateliers de Tomioka au Japon font
partie des sites dernièrement inscrits au patrimoine mondial de l'Humanité.
Lu sur http://videos.tf1.fr/infos/2014/patrimoine-mondial-grotte-chauvet-incas-israelet-japon-8439507.html le 22/6/14.
L’anime japonaise en simulcast en France
Néologisme anglais de « simultaneous broadcast », soit « diffusion instantanée »,
simulcast désigne les programmes télévisés que les chaînes nationales proposent en
même temps (ou avec seulement quelques heures de décalage) que leurs
homologues étrangères. Depuis peu, en France, J-One diffuse ainsi des mangas
nippons animés (Fairy Tail, Naruto, One Piece) une journée après leur passage sur
les chaînes japonaises, sous-titrage officiel à l’appui. Editée par MTV France et
dédiée à la culture populaire japonaise (plus largement à la musique et aux
programmes venus d'Asie, J-One est présente sur CanalSat et Numericable depuis
octobre 2013,
Lu sur le monde.fr le 2/7/14.
Des classes sans hétérogénéité ? Inimaginable au Japon, contrairement
France
Le système éducatif nippon est souvent présenté comme particulièrement performant.
Pour autant, Nathalie Mons, présidente du Cnesco, une structure indépendante
chargée d'évaluer le système français, refuse de parler de « modèle japonais ». Lors
2
d’un colloque, elle a néanmoins souligné que « la façon dont les Japonais gèrent
l'hétérogénéité avec cette idée récurrente que l'école doit représenter la société dans
son ensemble et être un lieu où il y a tout le monde » peut être intéressante pour
l’Hexagone.
Le bœuf Wagyu bientôt sur les étals parisiens
Le persillé nippon pourrait bien éclipser le saumon des tables parisiennes à Noël
prochain. Le Japon a, en effet, obtenu le droit d’exporter son bœuf en Europe… et
une démonstration organisée dans la capitale française par le Jetro (organisme du
commerce extérieur japonais) a convaincu plus d’un de son intérêt gustatif et
gastronomique. A Paris,cC'est le boucher Olivier Metzger de Boulogne-Billancourt
qui devrait être le premier à distribuer cette viande (prix : environ 300 €/kg pour le
filet) à la texture moelle et à l’arôme sucré qui lui est propre. Viande à ne pas
confondre avec le "bœuf de Kobe", qui n’en constitue qu’une variante locale.
Lu sur http://www.paris-bistro.com le 10/7/14.
Bientôt un rugbyman français au Japon ?
Frédéric Michalak sera-t-il le premier joueur de rugby français à évoluer au Japon.
C’est ce que croit savoir le site Internet Japonrugby.net, selon lequel, le demi
d’ouverture international souhaiterait terminer sa carrière à l’étranger à l’issue du
Mondial de 2015 et découvrir la Top League japonaise.
Lu sur www.rugby-transferts.com le 14/7/14.
Chez Lili, versions nippone et française
La version française de Chez Lili sortira en septembre prochain aux éditions Les
Fourmis rouges
Lu sur www.liliscratchy.blogspot.fr le 14/7/14.
Un Jardin japonais à Toulouse
Situé à Compans – Cafarelli et classé Jardin Remarquable de France, ce jardin (en
effet magnifique) offre un vrai îlot de zenitude à l’intérieur de la ville rose. Créé en
1981 par Pierre Baudis, il s’étend sur 7 000 m². A l’entrée, des panneaux abrités
dans un pavillon en bois expliquent la symbolique des éléments du jardin japonais et
les nombreux codes à respecter.. L’entrée est gratuite.
3
Jardin Compans Caffarelli - Boulevard Lascrosses - 31000 TOULOUSE - Situation :
Centre Compans Caffarelli – Pierre Baudis - Tél : 05 62 27 48 48.
Cf. http://www.toulouse-tourisme.com/offre/fiche/patrimoine-culturel/jardinjaponais/PCUMID031FS0007F et http://lecoindesvoyageurs.fr/en-france-aussi-unjardin-japonais-a-toulouse
Lu sur http://unpieddanslesnuages.com le 30/7/14.
Un Airbus « spécial sumo »
Difficile et surtout inconfortable le transport aérien pour les sumos vu leur corpulence
et l’étroitesse des places des appareils classiques. Face à ce problème, Airbus
envisage de créer une version ‘Sumo Edition‘ pour son nouvel Airbus A320Neo, à
l’attention du Japon : les dimensions des sièges mais également des toilettes et des
issues de secours devraient y être augmentées
Lu sur www.radiocockpit.fr le 10/8/14.
Ecoute, respect et art du consensus : des attitudes toutes japonaises
« Chez nous, on adore les controverses, alors qu’ici, on fera tout pour que chacun
puisse parler, s’exprimer – mais avec retenue – en ayant raison. Pas de vagues, pas
question non plus de hausser le ton, mais un doux ronronnement qui permet de
dialoguer sans heurts. », écrit l’auteur français d’un blog, exemple, à l’appui. Et de
souligner un « autre point trompeur » : la modestie nippone face à une pratique
donnée (comme jouer du piano) … qui cache en fait un vrai voire exceptionnel
savoir-faire. L’importance qu’accorde les japonais au fait de devancer les souhaits de
l’autre l’a tout autant bluffé.
Lu sur http://motsetimages.wordpress.com le 10/8/14.
Crowfunding pour soutenir un documentaire révélant un Japon à deux vitesses.
En occident, le Japon est souvent considéré comme une société égalitaire. A tort,
comme le montre un reportage sur les SDF à Osaka publié dans le magazine
Socialter. Et de signaler la possibilité de participer au financement du premier
documentaire sur les exclus des mégapoles japonaises :
http://www.kisskissbankbank.com/a-l-ombre-du-soleil-levant
Lu sur Socialter de juillet 2014.
4
Le Grand marché à l’heure japonaise
Le temple du luxe à la française, le Grand Marché et sa Grande épicerie, dans le Vie
arrondissement parisien, hisse les couleurs nippones jusqu’au 18 octobre. Les
espaces mode, beauté, alimentation… s’emplissent de produits importés.
Lu dans M le magazine du Monde le 23/8/14.
Comment adopter un kimono sans avoir l’air déguisé
Boutiques, e-shop et même friperies : les vestes japonaises ont envahi les rayons cet
été. Tentant de passer à l’achat y compris pour l’hiver à venir mais lesquels choisir :
vrais ou copies, à franges ou non, épais ou léger, long ou court ? Et comment porter
au quotidien ces vêtements traditionnels plutôt… volumineux sans avoir l’ai
déguisé !? Faut-il le mixer avec un pantalon, une robe, une jupe ? Que mettre en
dessous (t-shirt, débardeur, pull, chemise… rien) ? Faut-il le laisser ouvert ou le
ceinturer ? Les hommes peuvent-ils, eux aussi, l’arborer ? Réponses sur le blog
d’Isabelle Thomas, styliste personnelle de profession :
http://blogs.lexpress.fr/styles/mode-personnel/2014/08/25/je-peux-encore-lekimono/#xtor=AL-839
Par Séverine Bounhol
5

Documents pareils