Janvier / Février - Centre Hospitalier de la Dracénie

Commentaires

Transcription

Janvier / Février - Centre Hospitalier de la Dracénie
CHD
ACTUALITES
Janvier / Février 2015
N° 298
Journal interne du centre hospitalier de la Dracénie
HÔPITAL EN TENSION
Le CHD connaît maintenant
depuis plusieurs semaines des difficultés pour hospitaliser dans ses
services de médecine et de chirurgie
tous les patients qu’il doit accueillir,
à la faveur des épidémies qui se succèdent en cette saison (gastro-entérite, grippe …), et à l’instar des autres
centres hospitaliers de la région.
L’ ARS PACA a activé une cellule de crise et sensibilisé les établissements au bon usage du dispositif
« Hôpital en tension », afin de permettre au système de santé dans son
ensemble, et au service public hospitalier en particulier, de faire face
à cette situation dans les meilleures
conditions possibles.
Ce contexte de tension, habituel à ce moment de l’année dans les
centres hospitaliers comme le nôtre,
appelle de ma part un certain nombre
d’observations :
1 - L’afflux de patients aux urgences doit mobiliser l’ensemble de
l’établissement, car les solutions immédiates ne peuvent venir que de
cette mobilisation générale et parce
que c’est toute l’institution qui est
dépositaire de la mission de service
public, et redevable de sa meilleure
exécution possible.
Concrètement, cela signifie
que le fonctionnement de l’hôpital
doit passer en mode dégradé : hospitalisation dans des services qui ne
correspondent pas à la pathologie,
déprogrammation des entrées qui
peuvent être différées, accélération
des sorties, activation de
quelques capacités supplémentaires…
2 - La situation présente
du CHD est tendue, mais elle
n’a pas atteint la saturation
critique qu’ont connue des
établissements
environnants, grâce notamment à
quelques actions prises en
2014 : l’activation de 3 lits
supplémentaires en Médecine 4, la création de l’unité
post-urgence Médecine 3,
par transformation de 12 lits
de cardiologie, l’ouverture
de l’hôpital de jour de Médecine, l’activation de 10 lits de chirurgie, malgré
la progression forte de la chirurgie
ambulatoire…
L’établissement aurait pu
être encore mieux préparé si toutes
les mesures envisagées avaient été
menées à bien, comme par exemple
le transfert de toutes les chimiothérapies pour tumeur à l’hôpital de jour
du 3ème étage...
3 - La problématique de l’aval,
à savoir la saturation des établissements de soins de suite et réadaptation (SSR), devrait trouver à l’avenir
une solution structurelle en Dracénie
puisque les responsables du groupe
Clinéa viennent de nous informer de
la réouverture, en avril, de l’établissement de Callas (45 lits de SSR polyvalents et 40 lits de SSR spécialisés pour
personnes âgées polypathologiques),
après 2 ans et demi de travaux de ré-
novation et de modernisation, puis, en
juillet, de l’ouverture de l’extension du
Bessillon, à Chabran, apportant une
capacité supplémentaire de 46 lits.
4 - La politique de réduction des
capacités d’hospitalisation complète,
telle qu’elle est promue fortement
aujourd’hui par les pouvoirs publics
comme conséquence du développement des modes ambulatoires
de prise en charge et facteur d’économies globales pour le système de
santé, doit être conduite de façon
mesurée et sélective, en ciblant les
établissements qui ne présentent pas
de bons indicateurs de taux d’occupation et de durée moyenne de séjours,
et en prenant sérieusement en considération, dans les modèles de projection, l’impact du vieillissement de la
population.
Jean-Christophe ROUSSEAU
Directeur du CHD
CEREMONIE DES VŒUX 2015
Dans son discours d’ouverture
de la traditionnelle cérémonie des vœux
qui s’est déroulée le 23 janvier dernier,
M. ROUSSEAU, Directeur du CHD, après
avoir remercié les autorités civiles et
militaires dracénoises de leur présence,
parmi lesquelles, M. CAZELLES, SousPréfet, M. PISELLI, Vice Président du
Conseil Général du Var, M. AUDIBERTTROIN, Président de la C.A.D et Député
du Var, Mme PRÉMOSELLI, 1ère Adjointe
au Maire, représentant M. STRAMBIO,
Maire de DRAGUIGNAN et Président du
Conseil de Surveillance, les représentants des principales administrations,
services publics, établissements, associations et clubs services du territoire VarEst, et le personnel de l’établissement, a
enchaîné sur un bilan 2014 très positif,
après une année 2013 en demi-teinte.
Un bilan 2014 très positif
Bien qu’un certain nombre
de fragilités structurelles ou conjoncturelles demeurent, notamment l’âge
élevé du corps médical dans un contexte
de crise démographique pour beaucoup de spécialités, la reprise de l’activité est un premier motif de satisfaction.
Elle a été forte en médecine, chirurgie
et obstétrique. 1129 naissances ont
été constatées en 2014, l’objectif de
1200 naissances devrait être atteint en
2015, avec la qualité des prestations
proposées par l’équipe soignante de
ce service entièrement rénové depuis
avril 2014, disposant d’une salle d’accouchement physiologique répondant
à une vraie demande de la patientèle.
Il a poursuivi en soulignant
la progression de la chirurgie ambulatoire passant de 32% en 2013, à 36%
en 2014, fruit de la mobilisation institutionnelle à la hauteur de l’enjeu constitué par ce mode de prise en charge
plébiscité par les patients et fortement
promu par les pouvoirs publics. Les
séances de chimiothérapie antitumorale sont également en forte progression de plus 30% (environ 5000 séances
en 2014, soit 20 patients par jour ouvré). De façon transversale, l’activité de
consultation externe programmée est
en hausse d’environ 10% cette année.
M. ROUSSEAU s’est félicité du
fruit des efforts conjugués des équipes et
de leur dynamisme, notamment de pédiatrie dont le service rénové vient d’être
inauguré, encore une fois de gynécologie
avec l’apport de l’ouverture d’un cabinet
de consultation en centre-ville, du nouvel
équilibre de la cardiologie dotée de l’URFCA répondant parfaitement à sa mission,
du laboratoire de biologie médicale, fort
de ses excellents résultats en matière
d’accréditation, qui a développé son offre
pour les patients reçus en ambulatoire.
Le seul moyen d’assurer l’équilibre budgétaire étant l’entretien d’une
dynamique d’activité, le Directeur
constate que celle enregistrée en 2014
a permis de redresser les comptes après
le déficit connu de 2013. Il tempère ses
propos, en précisant qu’en 2015 les efforts devront être soutenus, d’autant
que le contexte national est encore plus
contraint avec notamment le pacte de
responsabilité et de solidarité qui vise
10 milliards d’euros d’économies dans
le secteur de la santé, pour les 3 prochaines années. Il n’a pas manqué, ensuite, de remercier tous les personnels
et les directions fonctionnelles pour l’application rigoureuse de cette politique.
Des investissements majeurs
M. ROUSSEAU a enchaîné en
détaillant les opérations d’investissement réalisées en 2014. La rénovation
des étages 2-3-4 a été achevée, après 3
ans de chantier. La pédiatrie-néonatalogie, la maternité, la gastro-entérologie
ont pris possession de leurs nouveaux
services, les services de l’aile sud ont
vu leurs chambres restructurées et un
nouvel hôpital de jour de médecine de 8
places a été créé au 4ème étage. Cette
opération a représenté un investissement de 10 millions d’euros, entièrement auto-financé. Par ailleurs, il se réjouit de l’acquisition d’un PACS (système
de diffusion interne et externe et de
stockage sous forme numérisée de l’imagerie médicale produite), d’un automate
pour permettre pour tous les services la
préparation, à la pharmacie, d’une dispensation nominative et tracée des comprimés, du renouvellement du dispositif
de GTC (Gestion Technique Centralisée).
Sans oublier les actions qui témoignent
de la diversité et de la richesse du bilan
2014, comme la convention signée avec
la Communauté d’Agglomération Dracénoise (CAD) pour le prêt de livres par
la Médiathèque, au profit du service de
Pédiatrie et de l’Etablissement pour
Personnes Agées (EPA) du Malmont, la
montée en charge du programme «Gym
Après cancer» en partenariat avec la
ville de Draguignan, la rencontre inoubliable avec Mme Marguerite BARANKITSÉ Présidente de Maison Shalom et
de l’hôpital Réma au BURUNDI avec qui
le CHD coopère depuis quelques années,
notamment en 2014 en matière de biologie médicale, ou encore le démarrage
d’une activité d’Art-thérapie au sein du
programme d’éducation thérapeutique
en faveur des enfants asthmatiques.
Les enjeux et chantiers
de 2015
Il a poursuivi en dévoilant
les objectifs 2015: réussir le projet de
coopération inter-hospitalière avec le
centre hospitalier intercommunal de
Fréjus-Saint-Raphaël et le Pôle de Santé
de GASSIN, dans le cadre de la Communauté Hospitalière de Territoire (CHT) qui
vient d’être créée, bien préparer la prochaine certification par l’Haute Autorité
en Santé (HAS) avec la mobilisation des
équipes de soins, continuer l’informatisation du dossier patient, démarrer de
nouveaux chantiers architecturaux, dont
celui de l’EPA commencé depuis peu,
pour plus de trois ans. Une opération
co-financée, par l’Agence Régionale de
Santé PACA (3.2 MЄ), la Caisse Nationale
de Solidarité et d’Autonomie (1.4 MЄ), le
Conseil Général du Var (0.5 MЄ). Le chantier relatif à l’unité territoriale de soins
d’accompagnement du Var-Est, intégrant
une unité de soins palliatifs de 10 lits qui
sera située au-dessus du service de Réanimation. Tous ces projets devront être
menés à bien, alors que des évolutions
importantes quant à la composition des
instances dont la CME, avec un nouveau
président et le renouvellement de la
chefferie des pôles sont attendues.
Hommage au Docteur DIQUELOU
Pour conclure, M. ROUSSEAU
a remercié tous les professionnels médicaux et non médicaux pour leur investissement et plus particulièrement
le Docteur DIQUELOU qui va prononcer
son dernier discours en qualité de président de la CME. Il lui a rendu un vibrant
hommage, en soulignant tout le plaisir
qu’il a eu, pendant 4 ans, à travailler
avec lui, en louant sa clairvoyance et la
solidité de ses engagements. Plus largement, survolant les évolutions à venir,
tant juridiques qu’organisationnelles, le
Directeur s’est interrogé sur la place, le
rôle et les missions de l’hôpital dans l’organisation future du système de santé.
La stratégie nationale de santé,
portée par le gouvernement, entend remettre l’hôpital à sa juste place, celle du
recours. Il a laissé l’auditoire méditer sur
des propos issus du rapport 2014 du Ministère de la Santé, relatif à la réforme
du modèle de financement des établissements de santé, laissant entrevoir les
contours de l’hôpital de demain : «L’ambition de la réforme porte sur l’accélération de la transformation structurelle
de l’offre de soins (…) en engageant l’ensemble des acteurs hospitaliers dans le
virage ambulatoire de leurs activités. Car
l’activité hospitalière avec hébergement
doit devenir l’exception, qu’il s’agisse de
la chirurgie ou de la médecine». Pour
2015, le vœu formé par M. ROUSSEAU
est de relever ce défi, avec le concours
de tous les acteurs, pour faire progresser
le CHD et lui permettre de jouer tout son
rôle sur le territoire.
Discours du Docteur DIQUELOU
Le Docteur DIQUELOU, visiblement très ému, en préambule, a tenu
à dresser le bilan de sa présidence de
la commission médicale. En premier
lieu, il a rendu hommage aux directeurs
avec lesquels il a eu la joie de travailler
durant sa carrière, citant Guy VALLET,
Marie-Christine ESCRIVA, Laurent DONADILLE et ces dernières années, JeanChristophe ROUSSEAU avec lequel un
binôme solide a été forgé, basé sur le
respect mutuel et une véritable loyauté.
Le même objectif les anime, à savoir
améliorer l’offre de soins des patients. Il
a également rendu hommage aux représentants des tutelles qui l’ont beaucoup
aidé à faire connaître l’établissement et
à en défendre les intérêts, aux hommes
politiques avec lesquels il a travaillé au
développement de l’hôpital, plus particulièrement M. PISELLI qui a présidé
longtemps le Conseil de Surveillance de
l’établissement, M. AUDIBERT-TROIN,
Député de la circonscription qui l’a aidé
à soutenir le projet médical, sans oublié
M. STRAMBIO, nouveau Maire et Président du Conseil de Surveillance, pour
son écoute attentive. Il a remercié aussi
le personnel non médical qu’il a rencontré durant ses fonctions présidentielles,
les chefs de pôle et les chefs de service
à qui il a demandé pardon de les avoir
quelques fois heurtés, malmenés, car attaché à une conviction parfois non partagée. Il a eu, aussi, une pensée pour ses
prédécesseurs à la présidence de la CME,
Serge BOYER, Pierre DELPUI, rappelant
qu’il l’avait récemment honoré lors de
l’inauguration du service de Pédiatrie
qui porte désormais son nom, Christian
ZUMBO, Philippe BROFFÉRIO. Tourné
résolument vers l’avenir, il sait que le relais est pris par les nouvelles générations
médicales. Il a rappelé qu’une des fiertés
du CHD est d’ assurer la prise en charge
de la cancérologie tant chirurgicalement
avec le programme ambulatoire pour
certains cancers gynécologiques et mammaires que les chimiothérapies en hôpital de jour d’oncologie pour le poumon,
le sein, l’urologie ou les cancers digestifs. Il loue la remarquable efficacité du
service des Urgences, avec les médecins
urgentistes assurant, nuit et week-end,
parfois dans des situations très tendues,
la santé de la population en Dracénie. Il
souligne la préoccupation permanente
de l’établissement d’ajuster sa réflexion
sur le système d’hospitalisation en se
lançant dans la promotion de la chirurgie ambulatoire, avec la conviction d’un
accueil favorable de la patientèle. Ce qui
s’est avéré, puisque 36% des patients
sont opérés en ambulatoire. L’objectif de
garantir une offre publique de soins est
rendu plus prégnant par la menace qui
pèse sur l’hôpital public, à savoir, la crise
de la démographie médicale, assortie du
respect des directives européennes en
matière de repos de sécurité pour les
médecins.
La voie de la coopération
La solution pour pallier cette
problématique est la mutualisation et
la concentration des moyens humains
autour des plateaux techniques publics,
autrement dit, la création d’un groupement hospitalier de territoire. L’occasion
de rappeler, avec un brin de nostalgie
dans la voix, qu’avec ses collègues Présidents de CME du CHIFSR et du Pôle
Santé de GASSIN, il y a 4 ans, il avait appelé de tous ses vœux la création d’une
communauté hospitalière de territoire.
Sa grande satisfaction a été d’en voir la
concrétisation, il y a un mois, avec la
signature de la convention constitutive.
Revenant sur la directive européenne
concernant le temps de repos médical
après astreinte, le Docteur DIQUELOU
reconnaît qu’elle est de nature à modifier
substantiellement le paysage des spécialités médicales et de leur mode d’expression. Selon lui, la mise en commun des
moyens humains, médicaux, para-médicaux et administratifs, dans un proche
avenir, paraît territorialement incontournable. La gouvernance commune, née de
la communauté hospitalière de territoire,
précurseur du groupement hospitalier
de territoire, impose le profond respect
de chaque partenaire, à égalité de droits
et de devoirs. C’est à dire, l’application
d’une philosophie du « Vivre ensemble ».
En conclusion, le Président de
la CME se dit confiant dans le personnel
de l’hôpital, dans l’esprit du service public, si souvent et injustement attaqué et
décrié. Il renouvelle ses remerciements
pour la confiance qui lui a été accordée, dont il espère s’être montré digne
et pour les années passées ensemble.
L’auditoire a chaleureusement applaudi
le Docteur Jean-Yves DIQUELOU, lui témoignant ainsi sa reconnaissance pour l’
œuvre qu’il a menée à la tête de la Communauté Médicale d’Etablissement.
Mme Christine PRÉMOSELLI,
1ère Adjointe au Maire de Draguignan,
a eu la difficile tâche de lui succéder et
de prononcer l’allocution de clôture,
en remplacement de Monsieur Richard
STRAMBIO, Maire, Président du Conseil
de Surveillance, et excusé pour l’occasion. Après avoir également rendu hommage au Docteur DIQUELOU, au nom du
Maire Draguignan, elle a souhaité une
pleine réussite à l’établissement dans
les actions entreprises et a assuré le Directeur du soutien et de l’engagement
de l’équipe municipale à ses côtés pour
promouvoir le service public hospitalier
dracénois au sein du territoire Var-Est.
FOCUS SUR L’ENSEIGNANT EN ACTIVITES
PHYSIQUES ADAPTEES (EAPA)
Un nouveau métier est entré au centre hospitalier de
la Dracénie, il s’agit de l’ Enseignant en Activités Physiques
Adaptées (EAPA), proche de celui de kinésithérapeute mais
comportant ses spécificités propres.
L’Unité de Réadaptation Fonctionnelle Cardiaque
Ambulatoire (URFCA), adossée au service de Cardiologie, qui
a récemment obtenu le renouvellement de son autorisation
de fonctionnement quinquennal jusqu’en octobre 2020, s’est
dotée depuis la mi-janvier 2015, d’un EAPA en la personne de
Jérôme Digeon qui intervient 5 demi-journées par semaine.
Par ailleurs, l’Etablissement pour Personnes Agées (EPA) du
Malmont bénéficie également des prestations d’un EAPA. Depuis septembre 2014, Faustine MOYNIER est affectée à mi
temps sur l’EHPAD et l’autre mi-temps sur l’USLD.
Que sont les Activités Physiques Adaptées (APA) ?
Les activités physiques adaptées (APA) regroupent l’ensemble
des activités physiques et sportives adaptées aux capacités de
la personne. Elles sont dispensées auprès des personnes (enfants – adultes) en situation de handicap et/ou vieillissantes,
atteintes de maladie chronique ou en difficulté sociale, à des
fins de prévention, de rééducation, de réadaptation, de réhabilitation, de réinsertion, d’éducation et/ou de participation
sociale.
Quel rôle joue l’Enseignant en APA ?
Le professionnel a pour vocation de participer à la conception, la conduite et l’évaluation de programmes de réadaptation et d’intégration par l’activité physique adaptée auprès
de groupes de personnes, relevant des catégories suivantes :
troubles fonctionnels et métaboliques, troubles sensoriels et
moteurs, troubles du comportement et de la personnalité, déficiences intellectuelles, inadaptation sociale, troubles liés au
vieillissement, maladies chroniques ou létales.
Auprès des personnes âgées, la prévention de la
perte d’autonomie est l’objectif premier. En étroite collaboration avec les kinésithérapeutes et sur prescription médicale,
l’EAPA s’emploie au renforcement musculaire, au maintien de
l’équilibre, au travail de réflexion mnésique et praxique.
Quelle est la formation de l’ EAPA ?
Une licence intitulée « Activité Physique Adaptée et Santé »
est requise. Ce diplôme vise les activités suivantes :
- Participer à la conception de projet (identification des besoins des populations concernées par la prévention, la réadaptation et l’intégration….)
- Concevoir et organiser des programmes d’intervention (évaluation des capacités, planification de la prise en charge, les
conditions de gestion et d’administration des programmes…)
- Conduire et évaluer les programmes d’intervention
- Participer au pilotage du projet (présentation du programme
aux pratiquants, à l’institution, communication avec les familles, le public, dans le respect des règles de déontologie et
dans l’intérêt des pratiquants ….)
La plaque commémorative, apposée à l’entrée du service et inaugurée le 14 janvier, retrace les grandes lignes de sa
carrière. En 1972, c’est en qualité de médecin temps partiel
qu’il a commencé à exercer au centre hospitalier. Il a été successivement praticien hospitalier temps partiel jusqu’en 1987,
puis temps plein jusqu’en 1998, date à laquelle il a interrompu
sa carrière pour cause d’invalidité. Le Docteur DELPUI a occupé les fonctions de Chef de Service de Pédiatrie, de 1972 à septembre 1996. Il a été à l’initiative de la création du C.A.M.S.P
et en a assuré la responsabilité de 1989 à 1995. Très actif, le
Docteur DELPUI était également Médecin Chef de circonscrip
Le 14 janvier 2015, le voile a été levé sur la transtion de la P.M.I de Draguignan, de 1972 à 1980.
formation du service de Pédiatrie. En effet, l’inauguration
officielle s’est déroulée en présence de Monsieur Richard
STRAMBIO, Maire de Draguignan et Président du Conseil de Surveillance, de Monsieur Olivier AUDIBERT-TROIN, Député et
Président de la CAD et parmi l’assistance, des Docteurs Sion
SITRUK, Pédiatre et Serge BOYER, Gynécologue-Obstétricien,
tous deux retraités mais toujours très actifs et attachés au
CHD.
LE SERVICE DE
PEDIATRIE FAIT
PEAU NEUVE
Le Docteur Abdelkader BENMAHAMMED, Responsable du service de Pédiatrie, accompagné de Madame Françoise DELCHEVALERIE, Cadre de Santé du service, ont joué les
guides pour présenter au public, venu nombreux, le service
rénové, comprenant 11 lits dont 5 chambres individuelles et
3 chambres doubles, auquel est adossée l’unité de néonatalogie, d’une capacité de 4 lits, complétés par 2 chambres
dites kangourous. Un accès direct avec la maternité a été réalisé, favorisant ainsi le lien mère-enfant, en cas de pathologie
de l’enfant après la naissance. Le côté esthétique du service
n’a pas été négligé conjointement à la fonctionnalité car une
fresque a été peinte sur les murs et les portes des chambres
et des salles de soins, véritable fil conducteur permettant aux
enfants hospitalisés de s’évader dans un monde imaginaire
peuplé d’animaux multicolores, l’espace de quelques instants,
oubliant ainsi le stress de l’hospitalisation.
Cette réalisation a été possible grâce au soutien financier des « Enfants d’abord », association interne au service, créée pour développer ce type d’actions en faveur des
enfants hospitalisés. L’équipe médicale, composée outre le
responsable du service, des Docteurs Sophie SALOMEZ, Laurent BENET, Anton PAUNOV, tous trois pédiatres, dispose désormais, au sein du service, de deux salles d’urgence au lieu
d’une par le passé.
Le Directeur, M. ROUSSEAU, après avoir rappelé que,
durant les travaux de restructuration, le service de Pédiatrie
avait dû migrer au 3ème étage, s’est félicité de la réalisation
architecturale, a remercié l’équipe soignante du service pour
avoir accompagné cette opération, avec professionnalisme et
humanisme envers les patients et leurs familles. Il s’est ensuite
tourné vers Madame Marie-Thérèse DELPUI, accompagnée de
ses enfants et petits-enfants, les ayant conviés à cette manifestation afin d’honorer la mémoire de leur époux, père et grandpère, en la personne du Docteur Pierre DELPUI, Pédiatre, décédé en 2007. Ce médecin a marqué l’hôpital, où il a exercé de
nombreuses années.
En hommage, le nouveau service de Pédiatrie portera
désormais son nom. Monsieur Richard STRAMBIO, Maire et
Président du Conseil de Surveillance, a souligné le sens aigu
du diagnostic du Docteur DELPUI qu’il a eu l’occasion de croiser professionnellement, en sa qualité de kinésithérapeute, et
surtout son sens humain et visionnaire, il faisait partie de ces
médecins anticipant la médecine de demain.
Le Docteur Jean-Yves DIQUELOU, Président de la
CME, très ému au souvenir de l’homme et du médecin qu’il a
côtoyé lorsqu’il était chef de service de Pédiatrie, se souvient
d’un homme respirant le terroir, empreint de la Dracénie et
extrêmement passionné par ses petits patients. C’était également d’un citoyen exemplaire combattant pour ses idées.
C’est auprès de lui qu’il a appris l’humilité.
Tous ces témoignages de sympathie en mémoire du
Docteur Pierre DELPUI ont profondément touché Madame
DELPUI ainsi que les membres de sa famille présents. Nul
doute que les «nistons», comme le Docteur Pierre DELPUI se
plaisait à appeler ses petits patients, apprécieront le très beau
nouveau service de Pédiatrie du CHD.
QUAND L’ART S’ALLIE A LA THERAPIE
Le 11 février 2015, dans une ambiance sympathique,
s’est déroulée la manifestation inaugurale du local d’Art-Thérapie, projet mené à son terme par le Docteur Es Saïd HADDI, Pneumologue Allergologue, dans le cadre du Programme
d’Education Thérapeutique « l’Ecole de l’Asthme », autorisé
par l’ARS-PACA, en janvier 2012.
C’est entouré de l’équipe de l’Ecole de l’Asthme que le
Docteur HADDI a présenté l’Art thérapie à un auditoire qui avait
massivement répondu à son invitation, parmi lequel Richard
STRAMBIO, Maire et Président du Conseil de Surveillance, des
représentants du corps médical et non médical de l’établissement et surtout les enfants suivis dans le cadre du Programme
d’Education Thérapeutique de «l’Ecole de l’Asthme», accompagnés de leurs parents.
par une approche culturelle, et n’ont pas manqué de remercier
le Docteur Haddi d’en avoir été le fervent artisan. Ce dernier,
avant d’inviter le public à visiter le local dédié à l’Art-Thérapie,
a présenté l’exposition des œuvres réalisées par les patients
dans le cadre des séances collectives thérapeutiques qui ont
débuté fin octobre 2014.
L’atelier est animé par des membres de l’équipe de
l’Ecole de l’Asthme dont Mireille OSENDARP, Psychologue,
aidée dans sa tâche par des bénévoles. Le Docteur HADDI a
souligné que ce projet n’aurait pas pu voir le jour sans l’aide
de l’équipe de l’Ecole de l’Asthme et a remercié chacun des
membres, le Docteur Laurent BENET, Pédiatre, Mireille OSENDARP, Psychologue, Edith LEMESLE, Infirmière D.E., Tania HILD,
Kinésithérapeute, Anna BALDO Assistante Sociale, sans oublier, la cheville ouvrière administrative, Pascale MARTINELLI,
Dans son discours, le Docteur HADDI a expliqué qu’il Secrétaire et tous ceux qui ont œuvré indirectement à la réuss’agit d’une pratique de soin qui utilise le processus de création site de ce Programme d’Education Thérapeutique.
artistique à des fins thérapeutiques. C’est un outil qui permet
l’éducation thérapeutique collective afin d’aider les patients à L’aménagement du local d’Art-Thérapie, situé dans un
acquérir de manière indirecte les connaissances dont ils ont ancien garage, dans le bâtiment près de la cellule Qualité, a
besoin pour améliorer leur qualité de vie.
coûté près de 14 000 euros au centre hospitalier de la Dracénie.
Les outils de médiation artistique sont la peinture,
le modelage et le dessin. Les ateliers se déroulent le mercre- Le budget de fonctionnement de l’Art-Thérapie est asdi après-midi, les séances sont groupales. Les groupes sont suré par l’association LEAA (L’Ecole de l’Asthme et des Allergies
constitués de 5 à 8 enfants ou adolescents et chaque partici- du Var-Est) créée par le Docteur HADDI, dans cette optique.
pant s’engage à effectuer de 4 à 5 séances programmées.
Le CHD Actualités souhaite bon vent à l’Art-Thérapie
Monsieur ROUSSEAU et Monsieur STRAMBIO, se sont et à l’équipe de l’Ecole de l’Asthme, afin de conserver le dynafélicités que le centre hospitalier ait diversifié son offre de soins misme qui l’anime et qui fait chaud au coeur.
PLAN LOCAL D’EVALUATION
ET DE PREVENTION
DES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX
En application de l’instruction du 20 novembre 2014, relative à la mise en œuvre dans la fonction publique hospitalière de
l’accord cadre du 22 octobre 2013, relatif à la prévention des risques psycho-sociaux dans les trois fonctions publiques, le centre
hospitalier de la Dracénie doit, d’ici fin 2015, comme tous les établissements de la fonction publique hospitalière, élaborer un plan
local d’évaluation et de prévention des risques psycho-sociaux.
Notre établissement avait, toutefois, déjà engagé depuis plusieurs années un certain nombre d’ actions :
 Création d’une Commission des Risques Psychosociaux (CORIPS), associant Direction, représentants du CHSCT, Médecine du
Travail, médecin, cadres, psychologue du personnel, responsable Qualité
 Elaboration d’une Charte de référence du CHD en matière de harcèlement et de violence au travail
 Recrutement d’une psychologue du personnel
 Permanences d’assistante sociale.
 Formations spécifiques à la prévention des risques psychosociaux.
Pour atteindre l’objectif fixé par les pouvoirs publics, le CHD, en partenariat avec l’Association Nationale pour la Formation
permanente du personnel Hospitalier (ANFH), va être accompagné durant cette année par un consultant extérieur, apportant son
expertise et un soutien méthodologique indispensables. Un Comité de Pilotage, composé des membres de la CORIPS, assurera la
coordination et le suivi de la démarche.
Celle-ci se déroulera en 4 phases suivant le planning prévisionnel ci-dessous :
Durant la phase 1, des groupes de travail seront constitués par thématique et sur la base du volontariat. A partir de leurs
réflexions, des actions d’amélioration seront proposées permettant d’élaborer le plan d’action. Ce plan d’action sera suivi et évalué
au niveau de l’établissement, notamment par le CHSCT, et fera l’objet d’une remontée d’informations au niveau national.
Il est à noter que la prévention des risques psychosociaux s’inscrit dans le cadre plus général de la Qualité de Vie au Travail, thématique prioritaire de la Certification V 2014.
Affaires médicales : Ils rejoignent le CHD
Dr Mathieu COMPAIN, service d’anesthésie
Le Dr COMPAIN a effectué son internat dans plusieurs établissements, notamment en région parisienne : Hôpital Antoine-Béclère AP-HP, Hôpital Bicêtre AP-HP, Hôpital Necker Enfants malades, Hôpital européen GeorgesPompidou jusqu’en 2003. Après plusieurs années passées Outre-Mer (Réunion, Nouvelle-Calédonie), il rejoint
la métropole et effectue des remplacements en anesthésie dans divers hôpitaux dont le CHD qu’il rejoint le 2
février 2015 en qualité de praticien clinicien.
Dr Claire GOURC, service de médecine polyvalente
Après un internat en Médecine générale à Nice, dont elle est originaire, le Dr GOURC se spécialise dans les urgences pédiatriques et dermatologie pédiatrique. Elle intègre le service de Médecine polyvalente du CHD pour
son premier poste hospitalier, en qualité d’Assistant spécialiste des hôpitaux le 16 février 2015.
Dr William MENDES, service d’oncologie
Titulaire d’un DIU Cancérologie en Médecine Omnipraticienne et Oncogériatrie ainsi que d’un DU cancérologie
clinique, le Dr MENDES, déjà Praticien hospitalier temps plein dans le service d’oncologie radiothérapie du
centre hospitalier de Troyes, mute au CHD le 5 janvier 2015, établissement qu’il connaît bien pour y avoir travaillé entre 2009 et 2010, notamment en qualité de médecin coordonnateur 3C Var-Est.
Dr Virginie PIANO, service de médecine polyvalente
Originaire de Draguignan, le Dr PIANO, possédant notamment un DESC de médecine de la douleur et de médecine palliative, a démarré sa carrière hospitalière en qualité d’Assistant au CHU de Nice, puis à l’AP-HM depuis
2013. Mise à disposition du CHD depuis le 05 février 2015, à hauteur de 2 jours par semaine, elle va apporter
ses compétences en algologie. Elle exercera son activité à temps plein en cours d’année.
Mouvements de personnel
Arrivées
Départs
Dans la même période, il y a eu 23 départs
2 cadres de santé : Martine GOUVEIA, Jean-Baptiste SOUVILLE,
1 diététicienne : Sylvie PELLETIER,
11 IDE : Sarah ALBERT, Catherine BAFCOP, Christelle BERTOLOTTI, Jaimie DOMALAIN, Coralie PLATON, Cindy PREVOST,
Patricia RINALDI, Elisabeth ROMERA Y VEGA, Dominique ROUSSET, Françoise RUBIO, Gaëlle SLUGA,
1 AEQ : Catherine PLAQUIN,
6 AS : Sandrine BLANCHARD, Emmanuelle BLILITA, Dominique RONZIER, Aurélie ROUTARD, Caroline ROUX, Dolores VALENTE,
2 ASH : Héloise ACCART, Ahlam TACHE.
CHD Actualités remercie ces professionnels de santé qui nous quittent,
de leur engagement et de leur travail au service des patients de notre établissement.
Réalisation : service communication / 2015
Du 15 décembre au 15 février, 26 agents ont pris leurs fonctions
1 technicien de laboratoire : Marie-Jeanne ROUBY,
1 manip. radio : Aurélien LEGRAND,
1 TSH : Sébastien VOULAND,
2 AP : Tiphany GEORGES, Alexia HONORAT,
7 IDE : Jeremy BLOAS, Lucie CABANES, Mélanie KOLODZIEJCZAK, Christophe MERMOZ, Marine VELLUTINI, Fanny VINEE,
Audrey VUILLEMARD,
2 puéricultrices : Myriam KHELIL, Amélie MICHEL,
5 AS : Sandra AROD, Candice BOUVET, Julie FERRAND, Nassima DJILALI, Maribel RAVET,
6 ASH : Jennifer AZEMARD, Félix MANON, Valérie GIULLO, Frédérique PRIZZI, Karine RIVAS, Clémentine THILLEROT,
1 AEQ : Rodney ARAB.

Documents pareils