GIOTRIF - Oncomip

Commentaires

Transcription

GIOTRIF - Oncomip
GIOTRIF
Afatinib‐ GIOTRIF® ®
:
1 comprimé de 40 mg :
En continu 1 fois par jour
en dehors des repas
(1 heure avant ou 3 heures après)
Thérapies ciblées anticancéreuses : Inhibiteur tyrosine kinase pan‐Erb (EGFR, HER2, ErbB3, Erb4) Ces effets sont fréquents mais non systématiques, d’intensité inconstante et variables en fonction des personnes. Cette liste n'est pas exhaustive, nous vous proposons de rester en contact avec l'oncologue référent de la pathologie de votre patient. Effets indésirables Conduite à tenir et traitement. Diarrhée :  Education du patient et surveillance
étroite particulièrement pendant les premières 6 semaines. (dans l’étude pivot la  Traitement (prise en charge proactive): fréquence de la diarrhée a  LOPERAMIDE : à débuter dès la première selle liquide avec une dose d’attaque de 4mg* (2cp), été de 95% tous stades et puis 1cp/4h, jusqu’à ce que les selles liquides cessent pendant 12h** 14% en Grade ≥ 3, avec  veiller à une bonne hydratation (au moins 2 litres par jour) seulement 3 sorties d’étude  si déshydratation : une réhydratation hydro‐électrolytique par voie IV peut être nécessaire. pour diarrhées sur 229  Conseils diététiques en cas de diarrhée (pas de régime systématique)*: patients) Privilégier un régime à base de riz, de biscottes, bananes, compote de pommes (BRAT diet)* Eviter : lactose/caféine, graisses, aliments épicées ou frits*  En cas de diarrhée Grade 2 de + de 48 heures ou ≥ Grade 3: arrêt temporaire du Giotrif jusqu’à retrouver un grade ≤1, puis reprise à dose réduite (reprise à 30 mg, puis à 20 mg si nécessaire, donc diminution par paliers de 10mg).**.  Rarement une hospitalisation est nécessaire:  Si diarrhée grade 3 ou 4, ou déshydratation avec décompensation hémodynamique 

Toxicité cutanée : rash, acné, prurit, etc. Conseils :  Limiter les expositions au soleil (dans l’étude pivot la  Protection solaire (vêtements protecteurs / crème écran solaire avec indice >30 ***) en cas fréquence du rash/acné a d’exposition été de 95% tous grades et  Utilisation d’un savon doux et hydratation de la peau (crèmes émollientes type ammonium 16% % en Grade ≥ 3, sans lactate 12%)*** aucune sortie d’étude pour  Orienter le patient vers un dermatologue spécialisé dans les ES des ITK anti EGFR en cas de grade rash/acné sur 229 patients) 2 intolérable ou grade 3 Eruption acnéiforme :  Crèmes aux stéroïdes topiques, ou antibiotiques à usage topique (clindamycine ou érythromycine 1‐2%)***  Antibiothérapie par voie orale (doxycycline, minocycline 100mg b.i.d)*** Prurit  Stéroïdes topiques si prurit localisé*** 
Antihistaminiques +/‐ corticoïdes +/‐ agoniste GABA***  Grade 2 intolérable/prolongé > 7jours ou ≥ grade 3 : arrêt temporaire du Giotrif® jusqu’à retrouver un grade ≤1, puis reprise à dose réduite**.  apparition de bulles, vésicules ou exfoliations sévères (suggérant un S. de Stevens‐Johnson) ‐> arrêt du traitement. Toxicité muqueuse : Prévention de la mucite ***: (stomatite, mucite) (dans l’étude pivot la fréquence de la toxicité muqueuse a été de 72% tous grades et 8,7% en Grade ≥ 3) brossage régulier (2‐3x/j) avec une brosse à dents souple et dentifrice fluorée (non mentholé). bains de bouche 3 à 4 fois par jour au Bicarbonate de sodium 1,4%, en évitant les antiseptiques et antifongiques éviter les aliments trop chauds, trop froids, trop épicés, blessants, acides**** Traitement : Applications locales de corticoïdes**** ou XYLOCAINE visqueuse Antalgiques par voie générale, éventuellement de palier 3 (privilégier la libération immédiate). Antifongiques locaux ou généraux en cas de mycose surajoutée. Paronychie, fissures au niveau des doigts: Fissures douloureuses de la pulpe des doigts :
・ pommades grasses (ex : RETINOL® AVIBON® CICAPLAST®) sous pansement occlusif de type COOMFEEL®.
(dans l’étude pivot la Paronychies*** : fréquence de la paronychie ・ antibiotiques/antiseptiques en topique local a été de 57, % tous grades et ・ nitrate d’argent en application hebdomadaire en cas de bourgeon 11% en Grade ≥ 3) ・ stéroïdes topiques puissants ・ avulsion unguéale avec traitement antibiotique systématique pour grade ≥3 Grade 3 : arrêt temporaire du Giotrif jusqu’à retrouver un grade ≤1, puis reprise à dose réduite***. 
Afatinib‐ GIOTRIF® Thérapies ciblées anticancéreuses : Inhibiteur tyrosine kinase pan‐Erb (EGFR, HER2, ErbB3, Erb4) GIOTRIF
®
:
1 comprimé de 40 mg :
En continu 1 fois par jour
en dehors des repas
(1 heure avant ou 3 heures après)
Effets indésirables Interactions médicamenteuses
Conduite à tenir et traitement. 


pas d’interaction avec les enzymes du CYP3A4 association possible avec les anti‐acides (sauf Lansoprazole, qui est un inhibiteur de la PgP ) pas d’influence du tabac sur l’absorption du Giotrif Interactions avec les inducteurs et les inhibiteurs de la PgP :  inducteurs de la PgP (millepertuis, Carbamazépine, Rifampicine, Dexaméthasone, Ritonavir) – ils peuvent diminuer l’exposition plasmatique au Giotrif  inhibiteurs de la PgP (Amiodarone, Claritromycine, Erythromycine, Fluoxetine, Halopéridol, Kétoconazole, Lansoprazole, Méthadone, Paroxétine, Quinidine, Ritonavir) – ils peuvent augmenter l’exposition plasmatique au Giotrif Prendre le traitement par Giotrif à distance des inhibiteurs de la Pgp, avec un intervalle entre les 2 médicaments de :  6h pour les inhibiteurs de la PgP administrés 2x/j  12h pour les inhibiteurs de la PgP administrés 1x/j Interactions avec les substrats de la BCRP (Brest Cancer Resistance Protein) :  Le Giotrif augmente la biodisponibilité des substrats de la BCRP comme la Rosuvastatine et Sulfasalazine Mises en garde et précautions d’emploi**
Aucune adaptation de dose initiale n’est nécessaire chez les patients avec une insuffisance rénale ou hépatique légère ou modérée CAT en cas d’apparition pendant le traitement d’une : Affection pulmonaire interstitielle (API) : rapportée chez 0,7% des patients (sur 3800 patients traités au total)  en cas de suspicion d’API, suspendre le traitement pendant l’exploration, et définitivement en cas d’API confirmée Insuffisance hépatique sévère : rapportée chez moins de 1% de patients  contrôle de la fonction hépatique chez les patients avec une maladie hépatique préexistante  interrompre le traitement en cas d’aggravation de la fonction hépatique Kératite : interrompre le traitement si symptômes aigus, prudence en cas d’antécédent de kératite, éviter les lentilles de contact Toxicité cardiaque : pas d’effet indésirable décrit sur la contractilité cardiaque (FEVG), chez les patients à risque de modification de la FEVG, mesurer la FEVG avant et pendant le traitement (avis cardiologique si modification) Concernant le mode d’administration :  en cas d’oubli de prise, o le patient peut prendre son comprimé dès qu’il s’en rend compte o si la dose suivante est prévue dans les 8 prochaines heures, la dose oubliée ne doit pas être prise  ne pas écraser le comprimé. o Si le patient ne peut pas l’avaler en entier, le dissoudre dans de 100ml d’eau plate. (possibilité d’administration par sonde gastrique) * Yang JC, et al. Diarrhea associated with afatinib: an oral ErbB family blocker. Expert Rev Anticancer Ther. 2013 Jun;13(6):729‐36. **RCP Giotrif *** Lacouture ME, et al. Dermatologic adverse events associated with afatinib: an oral ErbB family blocker. Expert Rev Anticancer Ther. 2013 Jun;13(6):721‐8. ****Sibaud V, et al. Toxicité endobuccale des therapies ciblées anticancéreuses. Annales de Dermato et vénérologie (2014) 141, 354‐363 Ces fiches sont téléchargeables sur le site d’Oncomip www.oncomip.fr