Télécharger

Commentaires

Transcription

Télécharger
JANVIER 2012
Groupement de Réflexion et d’Action pour l’AnimaL
LES CHEVAUX DU GRAAL
Le GRAAL et les équidés… C’est une
longue histoire, parfois triste, parfois merveilleuse, où chaque personne responsable
apporte amour, volonté et savoir-faire.
Marie-Françoise Lheureux nous en conte
deux d’entre elles…
DEISTER II, superbe hongre fougueux de 19
ans ! Le GRAAL a ouvert ses portes à Deister
en juin 2011 pour une retraite très méritée.
Flashback : Deister a gagné toutes les courses à
Chantilly et ailleurs et a rapporté beaucoup de
trophées et d’argent à ses propriétaires.
A 5 ans, Deister est "reconverti" en cheval de
laboratoire et devient la mascotte de tous les
étudiants à l’École Nationale Vétérinaire
d’Alfort (ENVA). Il prête sa puissante musculature à tous les travaux pratiques de la section
équine. Quatorze ans plus tard, à l’occasion des
journées portes ouvertes de l’ENVA, Deister est
toujours à l’honneur, il trotte sur le fameux tapis roulant et cabot dans l’âme ne veut pas terminer son show. Il se redresse, regarde la foule
et trotte encore !!
Tous les étudiants, émus, lui rendent hommage
et, tels des rois mages, lui apportent de petits
présents parmi lesquels son gâteau à la carotte
préféré ! Signe d’amitié et signe d’au revoir car
ils savent tous que Diester a achevé son parcours à l’école et qu’il va les quitter dans les
jours qui viennent. Quelques jours plus tard en
effet, Deister est accueilli par le GRAAL en
Bourgogne. Il y attend de gentils maîtres
prêts à l’adopter pour lui assurer une belle
retraite. Si vous avez cette envie et de l’espace, contactez le GRAAL !
KIWI et BICHETTE
Ils ont pris la
suite de Ramses,
Belle, Sulky,…
chevaux de traîneau de Megève
accueillis par le
GRAAL régulièrement
depuis
plusieurs années.
Comme
leurs
prédécesseurs,
Kiwi et Bichette
ne pouvaient plus
travailler à la cadence voulue et sont devenus
auprès de GRAAL d’excellents chevaux de ballade familiale.
Gros plan sur BICHETTE : cette
jument de 12 ans passe aujourd’hui sa retraite auprès d’un
âne dans un Institut Médicalisé
pour enfants handicapés en Bourgogne. La direction de l’établissement a vivement remercié le
GRAAL qui a permis à de nombreux enfants de profiter d’une
présence animale amicale dont on
connaît tous les bienfaits.
Marie-Françoise LHEUREUX
Présidente du GRAAL
G.R.A.A.L
Groupement de Réflexion et
d’Action pour l’AnimaL
Association Loi 1901
E
ditorial
Présidente
Marie-Françoise LHEUREUX
Vices-Présidents
Christophe BARBERO
Véronique Mary GUINT
Secrétaire Générale
Viviane TYTELMAN
Trésorière
Jacqueline JUDLIN
Administrateurs
Anne BOURGEOIS
Cédric SUEUR
Cyril WEGLARZ
Délégué GRAAL en Suisse :
Steve JEANNERET
Le Bulletin du GRAAL
Directeur de Publication :
Marie-Françoise Lheureux
Rédacteur en chef :
Viviane Tytelman
Editeur: Association GRAAL.
Dépôt légal : à parution.
Impression : DB Print Belgium/DouriezBataille, Bruxelles.
Le bulletin est distribué aux
membres du GRAAL
Adhésions au GRAAL :
Par mail : [email protected]
Par courrier, règlement par chèque adressé
à :GRAAL, 5 rue Chanzy
94220 Charenton le Pont
Par Paypal : http://www.graal-defenseanimale.org
Actif : 25 € - Couple : 35 €
- de 18 ans : 10 €
Vous recevrez un reçu fiscal contre enveloppe
timbrée à votre adresse.
[ vous pourrez ainsi bénéficier d’une réduction
d’impôt s’élevant à 66 % des sommes versées,
dans la limite de 20% du revenu imposable ]
Comme le soulignait Marie-Françoise Lheureux, notre présidente, la
souffrance animale n’a jamais cessé d’exister, et prend chaque jour des traits
insoupçonnés. Le service Enquêtes du GRAAL est sollicité très souvent pour
des cas de maltraitances voire d’acte de cruauté. Il nous faut alors être réactifs
et efficaces parfois dans l’urgence.
Sans cesse, nos enquêteurs se trouvent confrontés à des histoires mêlant
souvent misère animale et détresse humaine. Notre efficacité vient du fait que
nous sommes toujours allés au bout des enquêtes dans l’intérêt de l’animal.
Notre conseil juridique, à qui je tiens à rendre hommage ici, nous guide dans
les relations avec la Justice. Depuis l’été 2011, nous nous trouvons dans des
situations où il nous faut agir avec encore plus de psychologie et de
diplomatie. Nous nous devons parfois même trouver les bons textes de Loi
afin d’aider des gendarmeries ou des commissariats où nous n’avons pas
toujours des interlocuteurs aimant les animaux.
Mais quand nous avons la chance d’être aidés par ces mêmes "forces de
l’ordre", nous arrivons à réaliser des sauvetages importants, ce qui nous donne
du courage pour les suivants.
Les enquêteurs me tiennent toujours informée et nous décidons ensemble des
démarches à effectuer. Tout notre travail est mis en commun de façon à ce que
nous soyons tous, au sein du conseil d’administration, au courant des
événements. Nous formons une équipe efficace….
Le GRAAL est de plus en plus reconnu et sollicité dans nos régions. Ce matin
encore, je devais gérer un problème dans le Var. Sur Paris et sa région les
enquêtes et les retraits d’urgence se multiplient grâce à la compétence de
Suzanne Frantz. De par ma situation au cœur de la Bourgogne, je me vois
davantage sollicitée pour des animaux tels les chevaux.
Le GRAAL a d’ailleurs, lors de son dernier sauvetage, grâce à notre hébergeur
d’équidés, M. Fréderic Troué, donné une nouvelle vie à Laïka, jument
camarguaise dont vous trouverez les photos dans les pages suivantes. Elle a
souffert le martyre. Nous avons également ici en Bourgogne un réseau d’amis
des chevaux qui nous permet de sauver des chevaux de course. Je remercie en
particulier Isabelle pour ses conseils avisés et son aide. Les retraits d’animaux
que nous effectuons sont toujours en accord avec la Loi et sous couvert de
celle-ci. Cependant il nous arrive heureusement de faire entendre raison à
certains propriétaires.
Nous avons donc également un rôle "éducatif", et parfois cela porte ses fruits.
Un grand remerciement à M. Olivier Bomo, policier municipal à Brienon sur
Armançon qui est un grand ami des animaux et qui nous a aidé avec efficacité.
Vous trouverez dans ce magazine, différents petits rapports sur nos actions
avec la Justice.
Je tiens également à remercier Marie-Françoise pour la confiance qu’elle nous
porte dans nos dépôts de plaintes lorsqu’ils sont faits en urgence…. Elle nous
soutient toujours… C’est une grande satisfaction.
Siège social :
G.R.A.A.L
5 rue Chanzy 94220 Charenton-le-Pont
Mail : [email protected]éfenseanimale.org
Permanence : 06 78 13 28 27
Veronique MARY GUINT
Vice-Présidente
Responsable du Service Enquêtes
Suivi de réhabilitation des
macaques de Java
à Tonga Terre
d’Accueil
Parc zoologique de
Saint-Martin La Plaine
Depuis maintenant presque trois ans, neuf femelles macaques de Java (Macaca fascicularis), rejointes en mai
2011 par deux autres congénères, profitent d’une retraite
bien méritée à Tonga Terre d’Accueil, annexe de
l’espace zoologique de Saint Martin La Plaine, entre
Lyon et Saint-Etienne.
Ces singes avaient été intégrés dans des protocoles de recherches médicales permettant, entre autres, à mieux comprendre la biologie du virus immuno-déficient (VIH) responsable du SIDA. Afin de mieux observer les primates et
suivre le protocole expérimental, chaque individu était élevé seul dans une cage sur caillebottis avec plateau. Les
douze macaques vivent aujourd’hui dans deux groupes distincts, les deux derniers singes (Wallace et Torcol, des
mâles) n’étant pas avec le grand groupe de neuf femelles
macaques.
Cette réhabilitation à la vie en groupe, malgré le fait que
les macaques crabiers soient une espèce sociale, était nouveau pour ces différents sujets et replacer deux singes solitaires ensemble n’est pas une tâche facile, le stress induit
et le risque d’agression, voir de blessures graves, étant très
importants. Toutefois, cette resocialisation a été ici très rapide et aucune agression n’a été sévère. Xavier Charlot,
l’animalier et soigneur de ces primates, ainsi que Pierre
Thivillon, président de l’association Tonga et directeur du
parc zoologique, ont judicieusement "profité" des différents changements d’enclos pour mettre les singes ensemble, le stress environnant permettant d’augmenter significativement la cohésion sociale entre les différents
congénères. Une maison chauffée de 18m² ainsi qu’une
volière extérieure de 80m² avec le sol en écorces de pin et
avec des structures de bois et des cordages sont mises à
disposition du groupe de femelles. Wallace et Torcol, nos
deux mâles, sont quant à eux en processus de resocialisation avec d’autres singes de la même espèce dans un enclos composés de six compartiments séparés par un grillage à travers lequel les singes peuvent se voir et interagir
et permettant de transférer les macaques de compartiment
en compartiment et effaçant alors toute trace
d’appartenance à un compartiment.
Tous les singes observés sont en parfaite santé et ne présentent aucun comportement stéréotypé. Au contraire, de
nombreux comportements sociaux affiliatifs ont été observés (toilettage, présentations et vocalisations) et peu de
comportements agressifs ont été notés, suggérant une hiérarchie de dominance et un réseau social bien établis. De
© Cédric Sueur
plus l’environnement des animaux est relativement riche
de par les nombreux enrichissements physiques ou alimentaires qui sont proposés aux animaux. La nourriture est très
diverse (patates chaudes pour réchauffer les mains ou boulettes de criquets, par exemple) et présentée dans différents
apparatus (graines dans les copeaux de pin ou dans les
trous des poutres, tubes et balles contenant la nourriture,
marre d’eau pour tremper les aliments, etc.).
Cette réhabilitation est l’aboutissement d’un long processus de communication entre le Graal, les différents laboratoires ayant cédé les animaux et l’association Tonga en relation avec l’espace zoologique de Saint Martin La Plaine.
L’association Tonga a pour but, comme le Graal, de replacer les animaux qui viennent de la Recherche expérimentale ou des saisies. Ce nom, Tonga, vient du premier animal que l’association a réhabilité, un hippopotame venant
d’un cirque et saisi après condamnation du cirque pour
maltraitance. Pierre Thivillon, fondateur de l’espace zoologique de Saint-Martin La Plaine a voulu que l’expérience
magnifique du parc zoologique serve à ces animaux venant
des laboratoires de recherches et a donc été l’instigateur de
cette association Tonga. Trois bâtiments ont été construits
pour accueillir les animaux et d’autres seront construits.
Mais ceci ne pourra se faire sans l’aide de chacun de nous.
Ce fut un plaisir d’observer ces singes qui ont servi à
l’humanité profiter d’une retraite bien méritée, entre les
mains expérimentées de Xavier Charlot et de Pierre Thivillon. Chaque groupe attend maintenant d’être accueilli par
une autre structure afin de leur donner encore un meilleur
environnement et afin que d’autres animaux de laboratoire
puissent être réhabilités par le Graal et Tonga Terre
d’Accueil.
Cédric SUEUR et Marie PELE
Des Jours &
Chaque jour, les enquêtrices du GRAAL doivent faire
face à des situations extrêmement pénibles et à tout un
éventail de souffrances animales révoltantes pour lesquelles il s’agit d’agir dans l’urgence, avec compétence
et autorité. Nous tenons ici à mettre en lumière l’action
de ces femmes courageuses et profondément humaines.
Véronique Mary Guint, notre vice-présidente, est la responsable de cette équipe de choc. Suzanne Frantz est son
fidèle bras droit. Mais il y a aussi : Marie Christine Agus
(Nantes), Marie-Josée Masson (Bourgogne), Brigitte
Marras (Ile de France), Marie Annick Faure (Gers), Patricia Bonnemaison (Loire Atlantique) et Annick Lasne
(Bourgogne).
Comment
devient-on enquêtrice ? La réponse
est
simple : en aimant les animaux !
Ainsi,
Suzanne Frantz ,
qui nous vient de
Berlin, et qui vit
en France depuis
1985 : "Je suis
impliquée dans
la cause animale depuis mon
plus jeune âge car je n'ai jamais pu supporter l'injustice,
encore moins la souffrance et la violence que certains infligent à des êtres innocents. La défense animale a pris
ainsi une part importante de ma vie privée, parallèlement
à ma carrière d’assistante de direction. J’ai bien sûr, plusieurs chiens à la maison, des rescapés d’histoires bien
tristes… J’avoue qu’il ne m’est pas toujours facile de gérer toutes les facettes de cet engagement, car le spectacle
de la maltraitance est quotidien pour un enquêteur. Mais
chaque vie sauvée et le regard d'un chien que j’ai pu extraire des griffes de son tortionnaire, me donne la force de
continuer. J'ai décidé de rejoindre le GRAAL et je ne le
regrette pas. Le GRAAL est l'une des rares associations de
défense animale qui accompagne sérieusement ses enquêteurs sur le plan juridique (le GRAAL a la chance d'être
conseillé par une avocate très motivée) et logistique (conseils à tout moment, assistance pour trouver des placements aux animaux sauvés, ...).
Un enquêteur de terrain peut être appelé par la police, par
des voisins témoins de mauvais traitements sur un animal
dans leur environnement ou tout simplement avoir
l’attention attirée par un chien trop maigre dans la rue ou
dont le propriétaire affiche une attitude anormale.
Il s’agit alors, soit de surveiller cette personne, faire une
enquête, intervenir avec la police, porter plainte au nom du
GRAAL, assurer le placement de l’animal soustrait…
DEPUIS L’ETE 2011,
LE GRAAL EST INTERVENU DANS
Brienon sur Armançon
Un husky trouvé mort de faim dans un local à poubelles.
Durant une semaine, l’animal a hurlé sa détresse sans
boire ni manger, dans le noir total, sans que quiconque intervienne. Une plainte a été déposée en gendarmerie et
une enquête est en cours. Le propriétaire a brusquement
déménagé. Il s’agit maintenant de le retrouver
Molinons
Un pauvre chien paralysé, mangé vivant par les asticots, a
été retiré de ses maîtres par nos soins en urgence et conduit chez un vétérinaire…. A notre grande tristesse, il
était déjà trop tard. Plainte déposée.
Brienon sur Armançon
18 moutons retrouvés morts et en état de décomposition
dans leur pré, leur propriétaire était parti en croisière….
Nous sommes intervenus conjointement avec La DDSV et
police…. Plainte déposée..
Migennes
Les occupants d’une voiture bleue lance un chat par la fenêtre… Un membre du GRAAL se trouvant à proximité,
relève le numéro de plaque et récupère le chat. Plainte déposée.
Migennes
Un labrador mort de faim seul dans un appartement. Son
propriétaire, installé chez une compagne, passait devant
son appartement chaque jour pour aller travailler, sans
avoir un geste pour son pauvre animal. Plainte déposée.
Bagneaux
Un groenendael, appartenant à une femme maître-chien,
vivait enfermé dans une cage de transport. Il a été retiré
par nos soins avec la DDSV. Plainte déposée.
Arces
Une jument chez des marginaux, extrêmement maigre, se
faisait battre pour avancer. Elle devait se nourrir d’herbe
du bord des routes, n’ayant pas de pré à sa disposition.
Les sabots de l’animal étaient si longs qu’ils étaient piqués dans le paturon (comme un ongle incarné). Elle a été
retirée par nos soins et mis en hébergement. Le Dr Meillerat effectue toutes les opérations nécessaires. Merci à M.
Carollo, Marechal ferrant, pour son aide, et son humanité.
Val de Marne
Le GRAAL a réussi à sauver un dogue argentin qui risquait de devenir chien de combats dans une cité. Placé en
pension il est à adopter. C'est un amour sur pattes, un gros
nounours qui ne demande qu'une chose : un bon foyer et
qu'on s'occupe de lui.
Essone
Tima, une adorable femelle boxer, devenue indésirable
car ses maîtres attendent un heureux événement, n’avait
plus droit aux sorties, aux soins, à leur amour. Très
maigre, il était temps que le GRAAL intervienne. Placée
en pension, elle attend de gentils maîtres.
De s Vi es …
Essonne
Un plaignant nous a signalé des nuisances sonores créées
par une jeune braque, détenue dans un chenil improvisé
par un chasseur. L'enquête a été menée et face à des conditions de vie lamentable, une plainte déposée. Or, le parquet a classé la plainte sans suite car la taille du chenil est
dans les normes et les lois françaises n'interdisent pas des
colliers anti-aboiements électriques (que le propriétaire
avait mis à la chienne suite aux plaintes des voisins,
même à un chiot !) La chienne vit toujours dans les
mêmes conditions, la loi étant du côté du tortionnaire.
Etampes
Une clinique vétérinaire a demandé une enquête du
GRAAL sur un jeune couple dont plusieurs chats lui
avaient été amenés, victimes d’"accidents". Six des chats
sont décédés des suites de traumatismes crâniens. Le dernier a été saisi par le GRAAL. Il avait un an et avait perdu
la vue à causes des coups qui lui ont été infligés. Ce chat a
été adopté et coule des jours heureux en compagnie
de deux chattes qui lui font oublier qu'il ne voit pas. Une
plainte a été déposée, et grâce à notre avocate et à sa plaidoirie, le tortionnaire a obtenu deux mois de prison avec
sursis, 2500 € de dommages et intérêts payables à l'association qui s'est constitué partie civile, et -le plus important- interdiction définitive de détenir un animal. Un rat et
un hamster ont été saisis au domicile du couple.
Yonne
Le GRAAL a reçu un appel au secours pour placer 7
chiens qui vivaient dans des conditions lamentables, enfermés dans une maison dont le jardin et la clôture du terrain avaient été détruits au bulldozer par un membre de la
famille, repris de justice, qui menaçait un "bain de sang
des chiens" dès qu'il reviendrait. Nous avions 3 jours pour
sortir les chiens de là. Mission accomplie, un refuge et
une pension dans l'Yonne nous ont dépannés, deux taxis
animaliers ont été organisés pour cette mission "commando". Deux chiens sont décédés, atteints de maladie incurable (cancer du pancréas pour l'un), les autres ont été
adoptés sauf un qui est toujours au refuge.
Essonne
Un commissariat a contacté le GRAAL pour ouvrir une
enquête suite à la demande d’une clinique vétérinaire où
une chienne doberman, abusée et gravement blessée par
son propriétaire, a été admise d’urgence. Les faits se sont
passés dans la rue : Le maître, fortement alcoolisé, l'a tabassait à coups de pied et coups de poing, ensuite il s'est
jeté sur elle pour l’étrangler et pour la mordre à plusieurs
reprises à la tête et à l'arrière-train. L'auteur des actes a été
transféré dans un hôpital pour dégrisement, et relâché ensuite. La chienne a été transférée dans une clinique vétérinaire qui l’a soignée d’urgence. La chienne est désormais
hors danger, elle présente des blessures sur tout le corps,
et notamment à l’œil. Un examen gynécologique nous apprendra si elle a été abusée sexuellement. La chienne a été
placée en Famille d’accueil jusqu’au jugement du propriétaire. Une plainte a été déposée, le GRAAL se constitue
partie civile, avec demande de saisie définitive de
l’animal et d’interdiction irrévocable de détenir un animal
pour le tortionnaire. Cette affaire est loin d’être résolue et
la chienne loin d’être sauvée…
Véronique
Mary
Guint, est VicePrésidente
du
GRAAL, en charge
du Département des
Enquêtes.
Cette
Franco-Americaine a
vécu
aux
USA
(Georgie), durant son
enfance. Un jour elle n’avait que 3 ans
- ses parents l’amènent dans un refuge
pour
choisir
un
chien. Déjà sensible
malgré son jeune
âge, elle se tourne
vers celui qui est le plus mal en point et couvert de gale.
L’amitié de ce chien l’a accompagnée toute son enfance et
une partie de son adolescence, jusqu’à ses 17 ans. "Mon
Sony Boy était un beauceron un peu "mâtiné coin de rue",
qui ne me quittait pas, dormait dans ma chambre et m’a
sauvé d’un incendie. C’est avec lui que j’ai appris à courir. C’est tout contre lui que j’allais me blottir quand
j’avais un chagrin. Il était épileptique et c’est ça qui l’a
emporté. Je ne l’ai jamais remplacé dans mon cœur, mais
j’ai fait un peu de place pour mes autres compagnons rescapés, aveugles ou malformés, dont personne ne voulait.
Cet amour des animaux m’a donné l’envie de m’investir
dans la cause animale. Lorsque j’ai entendu parler du
GRAAL, j’ai su que c’était avec cette équipe que je voulais
travailler. Et j’ai bien fait".
Suzanne-Mary dirige les enquêtes, dépose les plaintes et
gère les relations avec les administrations (Police, Justice
et DDSV). Installée en Bourgogne où elle bénéficie
d’espace et d’un joli moulin, elle a ouvert sa porte à beaucoup d’animaux malheureux : 12 chiens, 3 poneys, 2
chèvres, 1 mouton, 2 cochons, 7 oies, 1 lapin, des canards,
des poules, des chats perdus… une vraie arche de Noé où
tous ces petits déshérités vivent heureux, tous ensemble,
avec beaucoup d’amour et sans risque ! "J’espère les
rendre aussi heureux que je le suis moi-même, grâce à
eux", nous confie-t-elle dans un grand sourire.
ADOPTEZ-NOUS !
Urgent : Luna
et Marius cherchent, si possible ensemble, un foyer
où ils puissent
enfin trouver
chaleur et gentillesse. Chiens
de garde dans
une société de
l’Essonne qui
ferme ses portes, ils sont vaccinés, pucés et castré pour le mâle Marius.
Des croisés bergers allemands, adorables et pots de colle !
CONTACT : 06 22 84 03 90
Les aventures d’une chienne Beagle…
Luna
L
una est arrivée, avec deux autres chiennes, au refuge
SPA de Besançon mi-avril 2011. Cette chienne beagle
de 4 ans, réhabilitée par le GRAAL, est issue de
l’ENVA de Maisons-Alfort où Karine Reynaud est responsable du programme d’expérimentation.
Le soir même, les chiennes découvraient sans appréhension
la "fameuse" herbe de nos grands parcs, les "fameux" escaliers, et approché d’autres chiens… Aucune angoisse chez
ces chiennes ultra manipulées en laboratoire, n’ayant connu
que confinement, vie en box, cage à l’intérieur de bâtiments
et peu de liberté… Notre situation bruyante en pleine zone
commerciale, n’a pas eu l’air de les affecter non plus.
Laurèle, Luna et Tagada, trouvèrent des
maîtres. Notre fameuse Luna fut adoptée par
Valentine, une bénévole assidue du refuge qui
possèdait déjà deux chiens. Son acclimatation
n’en fut que meilleure. Il semble, en effet, que
ce soit un paramètre très important quant à la
réussite de l’insertion. Avec sa maîtresse, Luna
a immédiatement développé une relation exclusive et s’est mise avec entrain à partager quotidiennement avec elle de nombreuses activités
sportives en plein air. Valentine pu rapidement
détacher Luna en forêt et observer avec plaisir
l’évolution de ses comportements instinctifs, la
voir de plus en plus "ressembler à un vrai
chien": suivre des traces olfactives, jouer avec
des objets, courir, rencontrer d’autres espèces,
se rouler dans les crottes de renard et toutes les choses
qu’aiment faire les "chiens classiques" !
Pendant ses vacances en Espagne, Valentine familiarise Luna à la natation en mer ou à des balades en body-board. Un
jour, tôt le matin, sur la plage déserte, un jogger, mal inspiré,
décide de courir droit sur la chienne, qui se trouve au bord de
l’eau sans laisse, aux côtés de sa maîtresse. Prise de panique,
Luna décampe, toujours suivie du fameux jogger… et de Valentine. Hélas, la chienne prend une telle avance, qu’après
une journée de course-poursuite (Valentine est triathlète !),
une vraie insolation et une nuit de recherches, Valentine doit
se rendre à l’évidence : elle n’y arrivera pas toute seule. Il lui
faut du renfort, un plan et du matériel.
Luna est dorénavant tellement paniquée qu’elle n’obéit plus
qu’à un principe : "ne pas être attrapée". Ces cas de panique
et de "résolution" monomaniaque chez un chien, nous la
connaissons que trop bien dans un refuge-fourrière... Après
des jours de recherches, plusieurs centaines d’affiches placardées, les services compétents sur les dents, et avec l’aide
de maîtres de chiens empathiques et de randonneurs, Luna
reste introuvable et "incapturable". Valentine arrive alors au
terme de son séjour et doit reprendre le travail. La mort dans
l’âme, elle rentre à Besançon tout en ne désespérant pas de
retrouver sa chienne. Car sur place, un véritable réseau se fédère. Une association, l’ASOKA (spécialisée dans les chiens
perdus), multiplie ses actions. En vain ! Et pourtant Luna est
aperçue de temps en temps dans une zone où ne survivent
que des cactus et des vipères… D’après ses traces, elle
semble se nourrir dans les poubelles, les gamelles extérieures
des chats et boire dans les piscines. Certains parviennent à la
photographier. Elle est visiblement en bonne santé.
Une équipe de quatre personnes constituée, du matériel de
recherche rassemblé, des centaines d’affiches réimprimées et
surtout de nouveaux congés obtenus, Valentine repart en Espagne. Certains traquent Luna du côté de la piscine où elle se
désaltère. D’autres patrouillent avec la Guardia Civile, posent des affiches et repèrent ses habitudes. L’équipe découvre que Luna sait maintenant attraper, tuer
et manger des lapins ! Elle traverse une ville de
douze mille habitants, tous les jours, et en évite
les dangers. La traque de Luna est si populaire,
qu’une procession est organisée ! Mais le temps
passe et il faut à nouveau rentrer en France.
Sur place, la chasse continue et finalement,
c’est avec un piège bricolé qu’on a réussi à attraper Luna qui se laisse mettre en laisse et manipuler sans agressivité. Durant ces 39 jours,
Luna s’est rendue quotidiennement sur la plage
où elle avait perdu sa maîtresse, restant dans un
périmètre d’environ cinq kilomètres. Une belle
réussite de survie pour une chienne peu encline
à utiliser ses instincts… Le check-up fait par un
vétérinaire après sa capture montre que Luna a
pris un kilo avec son régime lapins et poubelles ! Son retour
à Besançon fut un grand moment d’émotion pour tous, les
deux autres chiens compris. Puis, Luna se coucha dans son
panier comme si elle ne l’avait jamais quitté…
Depuis, Luna et Valentine refont du canoë, bivouaquent, et
peu à peu, recommencent les balades en forêt sans laisse.
Luna a même vécu un déménagement sans en être perturbée.
Comme les autres adoptants de ces beaglettes, Valentine se
réjouit de la voir s’épanouir. Luna semble maintenant plus
"têtue", et plus "affirmée", prenant plus d’initiatives. Elle est
aussi moins inhibée par la présence d’étrangers.
Au mois d’août, c’est Laurèle, qui
fuit lors d’un barbecue en forêt
près de Besançon. Valentine et
Luna se précipitèrent sur place
pour prêter main-forte aux maîtres
qui n’arrivaient pas à attraper leur
chienne. Voyant Luna, Laurèle
vint vers elle et pu être récupérée
après "seulement" 12 h de fugue.
Quel que soit leur âge et leur passé, les capacités de résilience des
chiens que nous hébergeons à la
SPA me fascinent. Je dois dire que
les "aventures" de ces petites
chiennes sont touchantes, inattendues et remarquables.
L’étiquette "labo" colle malheureusement de manière préjudiciable à ces animaux réhabilités.
Pourquoi ? J’en arrive à me dire
que le plus grand service à rendre à
nos animaux de refuge, serait de
faire tabula rasa ou de ne rien
connaître de leur passé, leur faire
confiance et oublier les stéréotypes
comportementaux qu’on a tendance à leur attribuer. Plus je vis
l’éthologie canine et moins j’ai de
certitudes et me sens humble, remettant en question mes références. Etre positif, faire confiance
au chien, plutôt qu’à ses connaissances, qui sont autant éphémères
qu’en permanente évolution.
BALL TRAP SANGLANT
© Luis Casiano / Biosphoto
Le Nouvel Observateur a dénoncé dernièrement une
pratique infâme : le ball-trap avec des oiseaux vivants,
ou "tiros de codornices". ! Cela se passe en Espagne –
pays des plus représentatifs dans la torture des animaux – dans des enceintes de tir avec stands et lanceurs. Ces derniers qui ressemblent à ceux servant au
ball-trap normal, présentent un mécanisme qui permet
de lancer non pas les plateaux en terre cuite habituels,
mais un tube en PVC de 30 cm de long dans lequel on
glisse des cailles vivantes ! Cette soi-disant "discipline" serait une tradition reconnue qui se pratique
dans les fêtes de village. Il existe une fédération nationale, des championnats, dont un des plus grands a lieu
à Madrid. Revues de chasse et émissions de télévision
s’en font les échos... Mode d’emploi : la caille est insérée dans le tube, le lanceur la maintient, soit par la tête,
soit par les pattes, la machine est armée et l’oiseau
propulsé sert de cible aux tireurs. Les trois quarts des
cailles meurent par la violence du lancer, les autres
tournoient en l’air, ne parviennent pas à voler, toute
étourdies qu’elles sont. À la fin de la séance, le sol est
jonché de plumes et de cadavres à côté desquels les
cailles qui ne sont que blessées agonisent sans que personne ne songent à soulager leur souffrance...
Une séance de tir dure une demi-heure. Le juge vient
ensuite comptabiliser les cailles tandis que les tireurs
passent d’un stand à l’autre pour changer d’angle de
tir. Les oiseaux restent jusqu’à la fin de l’après-midi à
convulser au sol. Quand donc l’Espagne atteindra-telle un vrai niveau de civilisation, bannissant de ses
traditions le martyre de cailles, taureaux, chèvres,
chats, chiens… qui chaque jour meurent dans des souffrances qui mettent en joie une foule de tortionnaires ?
LE GRAAL AVEC LE CRAC
samedi 11 février 2012 à 15 h
à Paris devant l’Assemblée Nationale
© les photos de l’article : Vincent Pfeiffer
Vincent PFEIFFER
Comportementaliste
Formateur à Vox Animae
Directeur SPA de Besançon
Le CRAC Europe et les 177 organisations du collectif "NON A LA
HONTE FRANCAISE !" vous invitent à participer à une grande
manifestation nationale. A quelques semaines de l’élection présidentielle et à 3 mois des élections législatives, nNous souhaitons rappeler à nos gouvernants que le peuple est souverain, et que ce peuple
s’est prononcé à plus de 80 % contre les spectacles de torture que
sont les corridas !
Alors que cette pratique barbare recule dans le monde (Equateur,
Mexique, et même en Espagne avec la Catalogne), nos responsables
politiques se déshonorent en la déclarant cette année "patrimoine
immatériel français", et refusent un débat à l’Assemblée Nationale
suite aux propositions de loi de deux députées qui demandent
l’abrogation de l’ignoble dérogation de 1951 qui tolère la corrida.
ACTIONS
GRAAL
EN COURS
Le GRAAL apporte son
aide à l’association “Respect Animal” afin de trouver des lieux d’accueil pour
une harde de 40 daims issue d’un élevage illégal en
Isère. Les autorités ont pris
un arrêté préfectoral pour
retirer les daims sans
qu’un lieu d’accueil n’ait
été trouvé. À défaut, ils
iraient dans une ferme à
viande… Notre avocate, Me
Emmanuelle Varenne, suit
l’affaire ainsi que la Fondation Bardot qui est prête
à financer les transports à
effectuer. Aux toutes dernières nouvelles, un merveilleux lieu d’accueil aurait été trouvé ! Suite au
prochain numéro !

En octobre,
15 oiseaux
Diamant
mandarins
(Taeniopygia guttata)
ont été réhabilités au Parc
Zoologique de l’Orangerie
à Strasbourg, grâce au partenariat entre le GRAAL
et la SFECA (Société Française d’Etude du Comportement Animal). Ces oiseaux grégaires étaient
étudiés au DEPE (Département d’Ecologie, Physiologie et Ethologie de
l’Institut Hubert Curien)
afin de comprendre quels
facteurs environnementaux
affectent le vieillissement.
Au zoo de l’Orangerie, une
grande volière, dans laquelle évoluaient déjà des
perruches, a été mise à disposition des mandarins. La
proximité du parc avec le
département de recherche
permet aux scientifiques de
s’assurer de leur bien-être.
Le Graal et la SFECA suivent les animaux réhabilités. Le DEPE a déjà démontré son éthique dans ce
domaine, tel avec des canards colverts, des oies ou
encore un python.
POISSONS EN BARQUETTES !
Un nouveau packaging
destiné aux poissons
d’aquarium se répand
dans les grandes surfaces. Le GRAAL a voulu
en savoir plus et a demandé l’avis du Pr MarieClaude Bomsel du Muséum National d’Histoire Naturelle.
Graal : Que pensez-vous de cette
"nouveauté" qui consiste à vendre des
poissons d’aquarium vivants dans de
petites barquettes en plastique ?
M.C. Bomsel : Comment peut-on imaginer de conditionner un être vivant
ainsi !
Graal : La société qui produit ces barquettes explique que c’est un mieux par
rapport au sac en plastique dans lequel
on emportait jusqu’à présent son poisson rouge.
M.C. Bomsel : A part un souci de logistique et de marketing, je n’y vois
pas une vraie réflexion allant dans le
sens d’un respect quelconque de
l’animal…
Graal : Expliquez-nous de quoi il
s’agit ?
M.C. B. : Plusieurs espèces de poissons destinés à l’aquariophilie sont
maintenant présentées dans des barquettes translucides et hermétiques,
remplies d’une eau "calmante", à base
de clous de girofle et d’un mélange gazeux riche en oxygène. Elles sont pratiques pour êtres disposées dans les
rayons puisqu’elles sont empilables. Le
poisson y reste confiné une huitaine de
jours (date de péremption affichée),
sans manger, sans espace, sans filtration, sans chauffage et, surtout, exposé
à la lumière crue des néons !
Graal : Ces barquettes sont donc en
libre service ?
M.C.B. : Absolument ! Comme un paquet de beurre ou de biscuits. Tout le
monde peut les manipuler, les secouer,
les laisser tomber… Arrivé chez lui,
l’acheteur peut très bien l’oublier sur le
coin d’une table puisqu’il n’y a plus la
problématique du sac en plastique et la
perception d’urgence à le plonger rapidement dans un aquarium.
Graal : A ce train-là, ils ne doivent pas
tenir le coup bien longtemps.
B.M.C. : Il est important de souligner
que le poisson possède un équipement
sensoriel hors du commun, une excellente vision des formes et des couleurs
et une sensibilité olfactive et gustative
élevée. C’est un "être" très sensible,
puisque, grâce à ce réseau d’informations, il perçoit les modifications de
son milieu. De plus, il n’a pas de paupière et la lumière intense des néons lui
brûle la rétine. Quant aux dessins et
textes imprimés sur la boîte, ils sont
très perturbants pour sa perception des
formes. En somme, il n’appréhende
que très mal son nouvel environnement, ce qui provoque chez lui un état
de peur constante.
Graal : Quant au manque d’espace ?
M.C.B. : Les poissons possèdent sur
les flancs, une "ligne latérale", qui leur
permet de ressentir les vibrations, de
s’orienter, d’assurer un équilibre, un
peu comme l’oreille interne chez nous.
Elles leur donnent la capacité de détecter les modifications de pression du milieu. Or, chaque fois qu’on les secoue,
cette perception est bouleversée : ils se
retrouvent comme sur des montagnes
russes. Un poisson est semblable à un
très sensible micro-ordinateur vivant. Il
capte tout, mais le ressent aussi…
Graal : Le fabriquant dit retirer ces
barquettes de la vente après huit jours
pour refaire une santé au petit occupant en aquarium…
M.C.B. : Après huit jours de ce régime
imposé, vous imaginez bien son état !
A mon humble avis, c’est plutôt destination poubelle que prennent ces poissons quand on les retire des rayons.
Graal : Le fabricant souligne que ce
procédé réduit le stress dû aux manipulations, aquarium, poche-plastique,
re-aquarium…
M.C.B. : Pour moi, il y a tout autant de
manipulations, sinon plus, puisque tout
le monde peut tripoter la barquette ! Le
seul plus, c’est peut-être au point de
vue de l’hygiène de l’eau. La barquette
est propre ; fermée stérilisée, alors que
le sac en plastique peut avoir traîné
dans des endroits douteux. Il n’en reste
pas moins que l’animal baigne dans ses
déjections.
Graal : Que faire alors ?
M.C.B. : Ne pas acheter des poissons
prisonniers de ces barquettes ! De plus,
aucune explication n’est fournie dans
ce système de vente, généralement en
libre-service. Or, un poisson est un être
vivant, je le répète sensible. Pas un accessoire de décoration. Il faut que
l’acheteur connaisse ses besoins, ses
comportements et certaines contraintes
qui doivent entraîner son installation
dans un milieu où il pourra
s’épanouir… et ainsi offrir du plaisir à
son propriétaire.
Nous remercions le Pr Bomsel pour ses
précieux commentaires. Le GRAAL se
range tout à fait à son avis. Le GRAAL
s’investit depuis plusieurs années déjà
dans le traitement des poissons
d’ornement. Ainsi, c’est à son initiative
qu’une action juridique et administrative a été entamée dès 2007, à
l’encontre des fêtes foraines pratiquant
l’attribution de poissons rouges en lots.
Suite à cela, en 2008, une décision de
la Secrétaire Générale de la Ville de
Paris et du Préfet de police, modifiait
l’arrêté du 18 janvier 1984, autorisant
la ville de Paris par dérogation,
d’attribuer en de petits animaux au sein
de ses fêtes foraines. Le GRAAL vous
invite à vous rendre sur :
http://www.petitiononline.com/fishp
ack/petition.html4
ADHERENTS DU GRAAL
En ce début d’année, n’oubliez pas de régler votre cotisation ! C’est grâce à vous que nous pouvons mener
nos actions et soulager la souffrance de tous ces animaux. Ensemble, nous sommes plus forts !
-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Bulletin d’Adhésion
Nom………………………………. Prénom………………… courriel :…………………………….
Adresse…………………………………………………………. CP………………… Ville………………………… Tél ………………….
Vous pouvez adhérer en ligne sur : http://www.graal-defenseanimale.org/adherer.html ou par courrier en découpant cet encart, joindre
votre chèque de : 25 € (adhésion de base), 30 € (adhésion d’un couple), 50 € (Bienfaiteur) ou Don libre (indiquer le montant du don)
Association GRAAL
5, rue Général Chanzy – 94220 Charenton-le-Pont – France
06 78 13 28 27 – [email protected]
Ne jetez pas ce journal. Après l’avoir lu, faites le circuler autour de vous, en le déposant dans la salle d’attente d’un vétérinaire, une boutique bio, un lieu public… En faisant circuler l’information, nous serons plus forts !

Documents pareils