10.02.2015 L`histoire du coucou

Commentaires

Transcription

10.02.2015 L`histoire du coucou
Les premiers coucous
Les premiers coucous de la Forêt-Noire
Au 19ème siècle, on pouvait trouver le mécanisme du
L'origine de l'horloge à coucou n'est pas établie avec
On ignore jusqu'à aujourd'hui qui commença à
coucou aussi bien dans les horloges à cadran peint
certitude. C'est en 1629 que Philipp Hainhofer, un
construire des horloges à coucou en Forêt-Noire. Les
que dans les horloges à cadre avant que la pendule à
gentilhomme originaire de la ville d'Augsbourg,
deux premiers historiens de l'horlogerie de la Forêt-
guérite n'ait évincé du marché, en quelques années
évoqua pour la première fois une horloge à coucou,
Noire se contredisent déjà sur ce point. Markus
seulement, toutes les autres formes de coucou.
pendant un voyage à Dresde. Elle appartenait au
Fidelis Jäck affirmait en 1810 que Franz Anton
prince-électeur Auguste de Saxe. En 1650, Athanasius
Ketterer, de la localité de Schönwald, fut le premier à
Kircher décrivit dans son manuel de musique " Musur-
construire des coucous au début des années 1730.
gia Universalis " un orgue mécanique avec des
Franz Steyrer quant à lui rapporte dans son "Histoire
automates à figures dont une figure de coucou
de l'horlogerie de la Forêt-Noire" (1796), que Michael
mécanique. Ce coucou bougeait son bec, les ailes et la
Dilger, à Neukirch, et Matthäus Hummel commen-
queue tandis que l'on entendait en même temps le
cèrent à construire des coucous en 1742.
chant du coucou, généré par deux tuyaux d'orgue avec
une tierce mineure ou majeure. En 1669, Domenico
Martinelli proposait dans son livre " Horologi
Elementari " d'utiliser le chant du coucou pour
annoncer les heures. C'est depuis cette date au plus
tard que l'on connaît le mécanisme du coucou.
Mécanisme de coucou
(Kircher : Musurgia
Universalis, 1650)
En haut : Horloge à cadre avec coucou, cadran peint
par J.B. Laule, 1860 (Inv. 07-0068). L'illustration
montre un atelier d'horlogerie.
A gauche : L'un des plus anciens coucous, Forêt-Noire
vers 1760-1780 (Inv. 03-2002)
L'invention de la pendule à guérite
Vers 1860, la pendule à guérite se démarqua nettement
En septembre 1850, Robert Gerwig, le directeur de l'école
de sa forme très graphique et plutôt austère d'origine. En
d'horlogerie du Grand-duché de Bade, à Furtwangen,
1862, Johann Baptist Beha, d'Eisenbach, proposa pour la
lança un concours de design contemporain d'horloges.
première fois des coucous richement décorés avec des
Le modèle qui entraîna le plus de conséquences fut
aiguilles en ivoire sculpté ainsi que des poids sous forme
présenté par Friedrich Eisenlohr qui, comme architecte,
de pommes de pin. Depuis lors, la pendule à guérite
était responsable des constructions de la Société des
remporte, avec ses plantes et ses animaux sculptés en
chemins de fer du Bade-Wurtemberg. Eisenlohr dota la
trois dimensions, un succès qui ne s'est jamais démenti,
façade d'une guérite de garde-barrière d'un cadran. C'est
comme souvenir de Forêt-Noire. Aujourd'hui encore, le
ainsi que naquit l'archétype de l'horloge à coucou,
tourisme de cette région, riche en sombres forêts et en
toujours très appréciée comme souvenir de nos jours.
chalets, utilise délibérément le coucou dans sa publicité
Le coucou à guérite de gardebarrière. Le design du siècle,
conçu à Furtwangen
comme " symbole " de la Forêt-Noire.
La première pendule à guérite. Dessin de Friedrich
Eisenlohr, 1850/51.
Pendule à guérite selon le dessin de Eisenlohr; Kreuzer,
Glatz & Co. Furtwangen vers 1853/54. Inv. 2003-081
Coucou avec scènes de chasse, appelé objet de
chasse. Forêt-Noire vers 1900 (Inv. 2006-015)