Histoire des musiques éthiopiennes : un siècle de musique

Commentaires

Transcription

Histoire des musiques éthiopiennes : un siècle de musique
1
2
ETHIOPIE
Réseau des Bibliothèques de Vincennes, octobre 2011.
Photos et illustrations : droits réservés.
3

MUSIQUE 
(Tous les documents de la sélection se trouvent à l‟Espace Musique de la Médiathèque)
Musiques traditionnelles
Disques compacts
Anthologies / Compilations :
Aqwaqwam : Eglise chrétienne orthodoxe d'Ethiopie : la
musique et la danse des cieux
(Inédit /Maison des Cultures du Monde, 2005. Terrains)
Chants accompagnés d'instruments et de gestuelle. Chants en langue guèze.
Enregistrés de 2002 à 2003 à Addis Abeba par Anne Damon.
Cote: 013.1 A
Bergers - guerriers de la vallée de l'Omo
(Frémeaux & Associés, 2009)
Enregistrement in situ, par Bastien Lagatta, ethnomusicologue.
Cote: 013.1 A
Ethiopie : musiques vocales et instrumentales
(Ocora, 1994)
Polyphonies de diverses tribus d'Ethiopie. Enregistrements de 1965 à 1971.
Cote: 013.1 A
4
Kirba afaa Xonso : Konso music and songs
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 12)
Le grand musicologue italien Enrico Castelli a consacré cet enregistrement aux Konso,
ethnie de la frontière ethio-soudanaise. Chants liés aux activités agricoles quotidiennes,
chants sacrés, chants rituels mais aussi chants de divertissement : bergers et paysans
jouent des flûtes «hibhara, «maayra», «luutota», les chants sont accompagnés à la lyre
«kihayta». Cloche «tawan», dédiée aux épopées, trompe en corne «turumpa», xylophone
«kawla» et tambour «timpa» viennent compléter le riche instrumentarium Konso.
Enregistré en 2000-2001.
Cote: 013.1 A
Music from Ethiopia
(Topic, 2011)
Différentes facettes de la tradition rurale et tribale éthiopienne glanées par Jean Jenkins
sur les hauts plateaux de l‟Ouest, en Erythrée et parmi les populations nomades du désert
(soit la zone se situant au nord d‟Addis Abeba).
Cote: 013.1 A

The Harp of King David / Alèmu Aga, bèguèna, chant
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 11)
Bien que communément appelée « la harpe du Roi David », la bèguèna n'appartient pas à
la famille des harpes : c'est en fait une très grande lyre à dix cordes, le plus souvent
pincées, parfois grattées avec un plectre. C'est probablement le plus ancien instrument
pratiqué en Ethiopie. Alèmu Aga, l'un des maîtres incontestés de la bèguèna, chante aussi
bien des couplets d'inspiration religieuse que des fabliaux, des récits appartenant à la
tradition populaire, ou ses propres poèmes. Méditative, dévotionnelle ou édifiante pour les
uns, simplement "planante" pour d'autres, la musique de bèguèna est certainement une
expérience extrême pour les oreilles occidentales. Enregistrements 1994.
Cote: 013.1 AGA
5
Akotet / Zerfu Demissie, begena, chant
(Terp, 2008. African series, vol. 12)
C‟est en 2001, dans les rues d‟Addis Abeba, que les membres du groupe néerlandais
post-punk expérimental The Ex entendent pour la première fois le begena, « harpe de
David » à dix cordes, instrument sacré en Ethiopie qui fait vibrer des sons amples en
résonnance, monotones, ancestraux. Au dos de la cassette : la signature de Zerfu
Demissie. Cinq ans plus tard, ils le rencontrent chez lui, où il enregistre Akotet en
quelques jours. Fils d‟une longue tradition de musiciens (son père jouait à la Cour de Haile
Selassie), Zerfu porte à la lumière le « Wax‟n‟Gold », un art poétique issu de l‟Eglise
Orthodoxe, qui renvoie l‟auditeur aux confins d‟une transe sombre et apaisée. Au cœur de
cette obscurité, sa voix laisse transparaitre une fragile humanité et une spiritualité qui
invitent au recueillement. (d’après une chronique de Nadia Aci, in Mondomix). Enr. 2006.
Cote: 013.1 DEM
Azmari Tèssèma Eshèté : centenaire des premiers
enregistrements éthiopiens : 1908-1910 / Tèssèma Eshétè, chant
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 27)
Vie et œuvre de Tèssèma Eshèté, premier chanteur (ou azmari) éthiopien publié sur
disque. 32 chansons historiques enregistrées à Berlin en 1910. Le livret propose une
biographie et le CD2 contient un document PDF avec textes des chansons et nombreux
documents photographiques.
Cote: 013.1 ESH
The Lady with the krar / Asnaqètch Wèrqu, krar
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 16)
Avant d‟être reconnue comme chanteuse et joueuse de «krar» (lyre traditionnelle),
Asnatqèch Wèrqu fut célèbre comme comédienne et danseuse. Puis, inspirée par l‟art des
«azmaris», les ménestrels ambulants éthiopiens, elle a su trouver les accents pour
transfigurer les vicissitudes de la vie en complaintes poignantes ou en ballades
sarcastiques. Par sa faconde, sa subtilité, la force de ses images, la finesse ou l‟énormité
de ses doubles sens, la virtuosité de son jeu à cordes pincées, Asnatqèch Wèrqu est la
dernière grande chanteuse, diseuse, libre-penseuse à perpétuer la tradition de la «joute
poétique». Enregistrements 1974 & 1976.
Cote: 013.1 WER
6
DVD
Polyphonies Ethiopiennes : chants Dokos-chants Hararis /
un film de Samson Giorgis et Guillaume Terver
(L‟Harmattan Vidéo, 2001)
Du Soudan à la Somalie, plus d‟une centaine d‟ethnies représentant une population de 22
millions d‟individus pratiquent le chant polyphonique. Mais peu le font avec autant de
grâce et de beauté que les communautés Harari et Doko d‟Ethiopie, comme l‟atteste ce
film qui suit plusieurs femmes Hararis et une famille d‟agriculteurs Dokos.
Cote : 013.1 GIO
Staring into the sun / un film d’Olivia Wyatt
(Sublime Frequencies, 2011)
Lors de son périple de 2009 en Abyssinie, la cinéaste et photographe Olivia Wyatt a
rencontré plus de treize tribus distinctes. Le film qui, de la Vallée Omo jusqu'aux hauts
plateaux, documente cet environnement extraordinaire et ses habitants (cérémonies
nuptiales, exorcismes, ensembles polyphoniques) est accompagné d'un livre de 136
pages et d'un disque de 'field recordings'. Documentaire aussi réaliste que poétique sur
une tradition fascinante capturée par l'objectif insidieux et toujours pertinent du label
Sublime Frequencies.
Cote: 013.1 WYA
Alemu Aga
7
Musiques modernes
Disques compacts
Anthologies / Compilations :
L'Age d'or de la musique éthiopienne moderne : 1969-1975
(Buda Musique, 1996. Ethiopiques, vol. 1)
1969-1978 : L'essentiel de la production discographique éthiopienne a été publié en
seulement une décade. En tout et pour tout, moins de 500 disques 45 tours simples et une
trentaine d'albums 33 tours. Amha Eshèté, créateur du label Amha Records, fut
l'instigateur de cette trop brève aventure et l'un des principaux artisans du mouvement
moderniste qui agita la scène éthiopienne durant la fin du règne du Négus Haylè Sellasié.
En six ans (1969-1975), il publia 250 titres environ. Dès ses premiers enregistrements,
avec un goût très sûr, Amha Eshèté fit appel aux meilleurs des musiciens indépendants ou
en rupture de ban : Girma Bèyènè, Mulatu Astatqè, Tesfa Maryam Kidané, Muluqèn
Mèllèssè, Mahmoud Ahmed, Sèyfu Yohannès, Gètatchèw Kassa, Tilayé Gèbrè, …
Cote: 013.7 A
L'Age d'or de la musique éthiopienne moderne : 1969-1975
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 3)
Huit morceaux de ces Ethiopiques 3 sont accompagnés par des formations issues de la
police. En effet, jusqu'à la fin des années 60, il n'existait pas d'orchestre moderne
indépendant. La vie musicale était dominée par les orchestres institutionnels de la Garde
Impériale, de la Police, de l'Armée, de la ville d'Addis, de l'Agher Feqer Mahber ou du
Théâtre Haylé Sellasie. Chacune de ces institutions développait plusieurs sections
musicales fermement démilitarisées, voire résolument modernes. Toutes rivalisaient pour
imposer les succès de l'année. Avec M. Ahmed, A. Eshète, Hirut Bèqèlè, T. Gèssèssè,
Tadèlè Bèqèlè, Teéfèri Fèllèqè, Muluqèn Mèllèssè, le Police Orchestra, l'Ibex Band, …
Cote: 013.7 A
8
L'Age d'or de la musique éthiopienne moderne, 1969-1975
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 24)
Comme les volumes 1 et 3, cet album présente une sélection de morceaux choisis parmi
les plus convaincants du catalogue historique Amha Records. En bonus, deux morceaux
de Mulatu Astatké alors qu'il était sous influence de la scène caraïbe et latino du swinging
London naissant, au début des années 60. Avec : Seyfou Yohannes, Seyoum Gèbrèyès &
Alèm-Girma Band, Ayaléw Mesfin, Gétatchèw Kassa, Tamrat Molla & Venus Band,
Wubshèt Fisseha & Exception Five Band, Samuel Bèlay, Mulatu Astatqé, The Ashantis.
Cote: 013.7 A
Asguèbba !
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 18)
«Asguèbba !» est une apostrophe courante des «Azmaris» des cabarets d‟Addis Abeba
pour inviter à entrer dans la danse, comparable au «Va dentro» des Latinos. Les Azmaris
sont ces chansonniers, ces ménestrels, rois et reines des chaudes nuits éthiopiennes,
avec leurs rythmes effrénés, leurs lamentos poignants, leurs paroles au double sens où
voisinent les allusions sexuelles et les critiques drôlatiques du pouvoir. Fronde, libertinage,
«entertainment» et blues... Les chants sont accompagnés au «mèssenqo» (vielle
monocorde), au «krar» (lyre populaire), au tambour «kebero», à l‟accordéon. Ces
enregistrements constituent la suite du volume 2 de la collection Ethiopiques, intitulé
Tètchawèt ! («amuse-toi!»). Enregistrements de 2001 et 2003.
Avec : Asnaqè Guèbrèyès, Zèwditou Yohannes, Taddèssè Andargué, Guènnèt Masrèsha,
Eténèsh Wassié, Essoubalèw Adougna, Tèdjé Tèsfahoun, Lyèrusalém Doubalè.
Cote: 013.7 A
Ethiopian groove : the golden seventies
(Blue Silver)
Cote: 013.7 A
9
Ethiopian groove : the golden seventies
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 13)
Réédition augmentée, améliorée et remasterisée de la légendaire anthologie du groove
abyssinien parue dans les années 90. Cette sélection est un écho significatif de la haute
époque musicale éthiopienne et rassemble les derniers témoignages, les derniers
brandons sonores de la sarabande avant l‟éteignoir brutal de la dictature. 1966-1978 :
cette quasi-décade est sans conteste l‟âge d‟or de la musique éthiopienne moderne, avec
ses cuivres «swing» et tonitruants, ses vocalistes historiques, adaptant la tradition aux
mirifiques instruments venus d‟ailleurs. Ouverture sur le monde et enracinement dans les
cultures locales. Enregistrements 1973, 1976 et 1977.
Avec : Alemayehu Eshete & Shèbèlé's Band, Hirut Bèqèlè & Police Orchestra, Seyoum
Gèbrèyès & Wallias Band, Tamrat Fèrèndji & Sensation Band, Bzunèsh Bèqèlè & Dahlak
Band, Muluqèn Mèllèssè & Dahlak Band ; Wallias Band, Ayalèw Mèsfin & Black Lion
Band, Bzunèsh Bèqèlè, Ashiné & Gété Nèsh Kebrèt & Army Band.
Cote: 013.7 A
Ethio jazz & musique instrumentale, 1969-1974
(Buda Musique, 1996. Ethiopiques, vol. 4)
Dans le paysage musical éthiopien, Mulatu Astaqé (ou Astake) est une personnalité
totalement à part. Depuis trente ans, il est une sorte d'incontournable commandeur dont la
statue virtuelle pèse de toute son ombre sur la scène éthiopienne. La vraie singularité de
ce musicien, arrangeur, compositeur, innovateur, métisseur et organisateur réside
foncièrement dans son action pour la musique instrumentale en un pays où tradition et
culture musicales y sont étrangères.
Cote: 013.7 A
10
Europe meets Ethiopia : jump to Addis
(Buda Musique, 2001. Ethiopiques, vol. 15)
Étonnante association de musiciens éthiopiens, français et néerlandais, Jump to Addis
nous livre une réjouissante rencontre entre la tradition abyssinienne, le jazz revisité, le
rock déjanté. Les voix et les krars (lyres populaires) des azmaris urbains côtoient guitare,
saxophone et batterie des musiciens européens. Audacieux mélange...
Avec : Yèzinna Négash, Guènnèt Masrèsha, Guètè Anlay, chant, …
Cote: 013.7 A
Festival des musiques d'Ethiopie 2010
(Alliance Française d'Addis-Abeba/Total Ethiopia)
Avec : Nubian Ark, ETH, Ethio Color, uKanDanZ, Maga Bo, Mehari Brothers.
Cote: 013.7 A
Ililta ! : new ethiopian dance music
(Terp, 2009. African series, vol. 15)
Le public intéressé est maintenant familier avec l‟incroyable et riche musique éthiopienne
de l‟âge d‟or des années 70, remarquablement documentée dans la série Ethiopiques.
La période des grands orchestres s‟est achevée avec la dictature militaire du « Derg » qui
va durer de 1975 à 1991. A la suite, la scène musicale a été plongée dans une certaine
confusion. Beaucoup de grands musiciens ont été contraints à l‟exil ou sont décédés. Les
cuivres ont pratiquement disparu et ont été remplacés par des claviers bon marché.
D‟atroces productions pop surproduites ont envahi le marché.
Mais ces dernières années, quelque chose de nouveau a émergé. De jeunes producteurs
ont commencé à combiner des rythmes traditionnels avec des rythmiques dance
puissantes. Le résultat est très original et très dansant. Les « gurage », « wollo »,
« gondar », « oromo » et autres rythmes traditionnels fonctionnent à merveille pour cette
nouvelle dance music que la jeunesse éthiopienne adore. On peut l‟entendre non
seulement dans les quartiers branchés comme Bole, mais aussi dans tout Addis et
d‟autres zones urbaines éthiopiennes. Cette musique explose depuis les restaurants, les
taxis, les cafés, les épiceries et le grand marché d‟Addis, le Mercato.
Ce disque est une compilation de cette nouvelle dance music éthiopienne, enregistrée par
une nouvelle génération de chanteurs tout au long de la dernière décennie.
Avec : Chalachew Ashenafi, Asfaw Tsegé, Zuuryash Abeye, Tesfay Wube, Etenesh
Girma, Mohammed Jimmy Mohammed, Habtu Demse. Enregistrements 1997-2007.
Cote: 013.7 A
11
1969-1974, swinging Addis
(Buda Musique, 2000. Ethiopiques, vol. 8)
Années 60 ou sixties. Il y eut un Swinging Addis comme il y eut un Swinging London : en
Ethiopie, comme en Europe ou aux USA, irruption bruyante et colorée, inédite, des
premières générations nées après-guerre. Véritable révolution culturelle plus que simple
conflit de générations. Avec la musique comme dénominateur commun. Le parti pris de
ces Ethiopiques est de rassembler tout ce qu‟il y a de plus soul, R„n‟B, voire twist dans la
production discographique des sixties éthiopiennes. La quintessence des formes les plus
outrancièrement cosmopolites, et pourtant tellement ancrées dans la soul locale …
Avec : Cirma Bèyènè, Mahmoud Ahmed, Ayalèw Mèsfin, Alemayehu Eshete, Bahta
Gèbrè-Heywèt, Lèmma Dèmissèw, Tèsfa-Maryam Kidané, Samuel Bèlay, Gétatchèw
Kassa.
Cote: 013.7 A
1971-1975, modern roots
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 25)
Le "swinging Addis" des années 1960 et du début des années 1970 (avant la glaciation
militaro-stalinienne du Derg) fut une époque d'intense expérimentation. Le répertoire
traditionnel n'y a pas échappé. Les plus grandes voix modernes comme traditionnelles,
qu'elles soient oromo ou amhara, s'y sont mises avec une ferveur créatrice dont ce
volume rend compte. C'est ainsi qu'outre les instruments traditionnels tels que la flûte
washint, la lyre krar et le monocorde messenqo, on trouve de nombreux instruments
acoustiques fèrendj (étrangers) tels que le piano, l'accordéon ou la mandoline.
Avec : Abbèbè Tèssèmma, Tlahoun Gèssèssè, Fréw Haylou, Abbèbè Haylè-Michael,
Gèmètchu Itana, Essatu Tèssèmma, Haylé Wèrqu, Abaynèh Dèdjèné, Seifu Yohannes, …
Cote: 013.7 A
12
Tètchawèt ! : Azmaris urbains des années 90
(Buda Musique, 1996. Ethiopiques, vol. 2)
A l'origine ménestrels vagabonds sillonnant le vieux pays abyssin, nombreux sont les
azmaris qui se sont sédentarisés depuis la création d'Addis Abeba il y a un peu plus d'un
siècle. Les plus malins ont vite compris qu'ils avaient intérêt à se mettre à leur compte, à
encaisser les profits sur les boissons et ne plus se contenter d'aléatoires pourboires en
chantant de bar en bar. Ils se sont approprié la ville en contribuant à l'émergence d'un
genre musical spécifique d'Addis, appelé « bolel », métissage de tradition azmari
(louanges et causticité à la demande, selon la générosité) et de culture urbaine moderne.
Tètchawèt ! sorte de carte postale sonore d'Addis Abeba années 90, ne prétend rendre
compte de toute la vie musicale éthiopienne aujourd'hui ; et tous les artistes enregistrés ne
sont pas issus nécessairement de famille d'azmaris. Avec : Misrak Mammo & Tchista
Band, Mèllèssè Bongèr & Tchista Band, Tigist Assèfa, Adanèh Tèka, Maléfya Tèka, …
Cote: 013.7 A
Tezeta : Ethiopian blues & ballads
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 10)
Vague à l‟âme, spleen, nostalgie, mélancolie, cafard ou idées noires, mal d‟amour ou mal
du pays, c‟est tout l‟inventaire des langueurs et des souvenirs noués qu‟exprime la
chanson Tezeta, une sorte d‟hymne souverain et bluesy de l‟Ethiopie. Etymologiquement,
le mot lui-même signifie souvenir, nostalgie et plus d‟un Ethiopien a intitulé ses mémoires
« Tezeta ». Avec : Fréw Haylou, Muluqèn Mèllèssè, Alèmayèhu Eshèté, Tèsfa-Maryam
Kidané, Sèyfou Yohannès, Mulatu Astatqé, Mahmoud Ahmed, Menelik Wèsnatchèw,
Gétatchèw Kassa. Enregistrements 1970-1974.
Cote: 013.7 A
Tigrigna music : Tigray - Eritrea 1970-1975
(Buda Musique, 1999. Ethiopiques, vol. 5)
Musique "tigrigna" signifie musique du Tigray et de l'Erythrée. Ces deux territoires ont en
commun la langue qu'on y parle majoritairement, le tigrigna. Musique dominante au Tigray
et en Érythrée, la musique tigrigna ne ressemble en rien, rythmiquement ou
mélodiquement, à "la" musique éthiopienne, par delà la communauté de gamme
pentatonique. Pourtant, les instruments et pratiques musicales traditionnels sont
analogues, quand bien même certaines appellations peuvent varier. Hormis le Tigréen
Bèzuayènè Zègèyè, la plupart des artistes de cet album sont d'origine érythréenne :
Tsèhaytu Bèraki, Tèwèodè Rèdda, Tebèreh "Doris Day" Tèsfa-Hunegn, …
Cote: 013.7 A
13
The Very best of Ethiopiques : hypnotic grooves from the
legendary series
(Union Square, 2007)
Cote: 013.7 A

Zion roots / Abyssinia Infinite
(Network, 2003)
Cote: 013.7 ABY
Tewesta “Remembrance” / Addis Acoustic Project
(World Village/Harmonia Mundi, 2011)
Pour son premier album sous le label World Village, l'ensemble Addis Acoustic Project sous la direction du guitariste et arrangeur Girum Mezmur - met les grands succès
instrumentaux de la pop éthiopienne des années 1950 et 1960 au goût du jour. S'inspirant
des styles d'Afrique orientale, jazz et latino, l'AAP crée un mélange sonore enivrant que
Mondomix.com qualifie de "groove subtil aux angles soigneusement arrondis".
Cote: 013.7 ADD
Alèmyé / Mahmoud Ahmed, chant
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 19)
Authentique légende en Ethiopie, Mahmoud Ahmed a posé les bases d‟une musique
définitivement originale dans sa façon de synthétiser les influences les plus diverses en un
langage à la fois typique et universel. De sa voix lancinante, âpre et veloutée, qui s‟élève
en spirales hallucinées, Mahmoud Ahmed invente un monde aux frontières incertaines,
mélange improbable de tourneries rythmiques afro-orientales, de mélopées mystérieuses
aux ornementations raffinées, de mélodies aux surprenantes inflexions indiennes ; le tout
zébré de sonorités électriques et pulsé de grooves torrides et chaloupés, zappant du
swing au funk, en passant par d‟étranges incursions du côté du reggae. Un bazar
jubilatoire ! Enregistré en 1974.
Cote: 013.7 AHM
14
Almaz / Mahmoud Ahmed, chant
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 6)
Tout ce que l'on sait de Mahmoud Ahmed (et de la musique éthiopienne en général) s'est
longtemps limité au disque culte Erè mèla mèla enregistré en 1975 mais publié pour la
première fois en Europe en 1986. Premier album publié par Mahmoud Ahmed, Almaz
("Almaz men eda nèw"), enregistré deux ans avant Erè mèla mèla apporte aujourd'hui
quelques nouveaux arguments musicaux sur le talent d'un des plus grands artistes
éthiopiens de ces trente-cinq dernières années. Enregistrements 1973.
Cote: 013.7 AHM
Erè mèla mèla / Mahmoud Ahmed, chant
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 7)
Erè mèla mèla est bien le premier disque de musique éthiopienne moderne jamais paru
sous nos latitudes (Crammed Discs, Bruxelles 1986). Il reparaît aujourd'hui dans la
collection Ethiopiques, remastérisé et augmenté. Ce volume 7 présente l'intégralité des
enregistrements de Mahmoud Ahmed publiés en 75 par Kaifa Records, soit le LP KF20 +
2 titres parus sur un autre 45t, et les deux morceaux additionnels qui figuraient sur la
première édition Crammed, deux chefs d'œuvre extraits d'un album publié en 1978 sur le
propre label de Mahmoud. C'est par cet enregistrement - bientôt devenu culte - que
l'Ethiopie fit irruption dans ce qu'on commençait alors à appeler la sono mondiale ; entrée
tonitruante si l'on en croit l'accueil fait par les médias un peu partout dans le monde. Erè
mèla mèla est l'un des derniers joyaux de "l'âge d'or" de la musique éthiopienne moderne.
Cote: 013.7 AHM
Mahmoud Ahmed & Imperial Bodyguard Band / Mahmoud
Ahmed, chant
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 26)
L‟ordre chronologique des enregistrements a été conservé dans la succession des
morceaux de ces Éthiopiques 26. Il y a plus d‟un chef d‟œuvre absolu parmi ces galettes,
non seulement par la grâce vocale de Mahmoud Ahmed, mais aussi à cause de
l‟incroyable sophistication des arrangements, une des conséquences les plus abouties et
éclatantes de l‟émulation entre les grands orchestres institutionnels de cette époque,
comme cette version de “Tezeta”, peut-être la plus colorée jamais enregistrée par
Mahmoud, et qui n‟est pas sans rappeler les brass bands sépulcraux et allègres qui
escortent les funérailles à La Nouvelle-Orléans…
Enregistrements 1972-1974.
Cote: 013.7 AHM
15
Live in Paris / Mahmoud Ahmed, chant
(CNR, 1997)
Cote: 013.7 AHM
Soul of Addis / Mahmoud Ahmed, chant
(Stern's/Earthworks, 1997)
Cote: 013.7 AHM
Mahmoud Ahmed
Akalé Wubé / Akalé Wubé
(Clapson, 2010)
Depuis leur redécouverte au milieu des années 2000, les grooves ensorcelants de l‟éthiojazz ont fait se dresser comme des cobras nombre de musiciens à travers le monde.
Tombés sous le charme et la puissance de ces mélodies intemporelles forgées à des
milliers de kilomètres, les Parisiens d‟Akalé Wubé ont eux aussi succombé à la tentation
d‟Addis Abeba. Baptisé du nom d‟un titre du saxophoniste Gétatchèw Mèkurya, calquant
leur pochette sur celle d‟un album de la vocaliste Hirut Bekele, empruntant des thèmes
mystico-jazz de Mulatu Astatké ou revisitant les syncopes funk d‟Alémayèhu Eshèté, le
quintet s‟approprie le genre en y instillant ses propres compositions et influences. Et évite
avec facilité l‟écueil de la pâle copie, sans trahir l‟esprit de cette musique faite de
métissage et de rencontres. Fermez les yeux, le Danakil est juste là. A deux stations de
métro. (d’après une chronique de Franck Cochon, in Mondomix)
Cote: 013.7 AKA
16
Inspiration information / Mulatu Astatke & The Heliocentrics
(Strut, 2009)
Cet album célèbre la rencontre entre le grand vibraphoniste multi-instrumentiste éthiopien
Mulatu Astatke, père de l‟Ethio-jazz, et le groupe The Heliocentrics, artistes du label
Stones Throw qui produit entre autres des musiciens hip-hop de qualité. Avec Mulatu
Astatke, ils nous offrent un abstract hip-hop très haut de gamme, un jazz coltranien aux
finesses éthiopiennes et aux rythmiques telluriques parfois drum‟n‟bass. Ni l‟intensité, ni la
qualité ne faiblissent une seconde. Cette troisième pression des sessions Inspiration
Information est indispensable à toutes les bonnes discothèques ! (d’après une chronique
d’Arnaud Cabanne, in Mondomix)
Cote: 013.7 AST
Mulatu steps ahead / Mulatu Astatke, composition,
arrangements, vibraphone
(Strut, 2010)
Depuis sa fructueuse association discographique avec The Heliocentrics pour un
Inspiration Information Vol. 3 (Strut) qui lui a valu le prix du meilleur album aux trophées
Afro-Caribéens en 2009, plus rien n‟arrête Mulatu Astatke. Embrayant sur une tournée de
salles combles et un best-of, New York-Addis-London, simple mise en bouche destinée à
replacer son œuvre, il revient pour un album sous son seul et unique nom. Enfin. Ouvert
par la somptueuse inspiration mystico-méditative " Radcliffe ", Mulatu Steps Ahead n‟est
que le reflet de l‟idylle que Mulatu Astatke vit depuis quarante ans. Une histoire d‟amour
entre un génial compositeur éthiopien et sa création, complexe assemblage musical qu‟il
nomme éthio-jazz, un édifice bâti à la force de ses maillets de vibraphone. Quatre
décennies durant lesquelles le démiurge d‟Addis-Abeba n‟aura eu de cesse de parcourir le
monde à la recherche des nouvelles inspirations qui enrichiront et embelliront sa musique,
fusionnant des courants qu‟on aurait juré incompatibles, développant une incomparable
science de l‟arrangement. Des plaines verdoyantes au Danakil, des rues brûlantes aux
salles obscures, des clubs de jazz new-yorkais aux bouges latinos enfumés, la musique
de Mulatu est un passeport où toutes les pages sont martelées de tampons et de visas.
Aussi à l‟aise pour tresser des cordes que dompter un groove radical afin qu‟une kora s‟y
ébatte en toute quiétude (écoutez donc " Mulatu‟s Mood ! "), capable d‟ordonner un
cortège de cuivres comme d‟hypnotiser un piano, Mulatu multiplie les clins d‟œil à ses
propres œuvres tout en allant de l‟avant, laissant dans son sillon des mélodies
envoûtantes. Efficace en électrique comme en acoustique, le Négus nous confie neuf
titres multidirectionnels promis à des écoutes répétées et prolongées. (d’après une
chronique de Franck Cochon, in Mondomix)
Cote: 013.7 AST
17
New York - Addis - London : the story of ethio jazz 19651975 / Mulatu Astatke
(Strut, 2009)
Cote: 013.7 AST
Timeless / Mulatu Astatke
(Timeless, 2010)
Enregistré en concert le 1 fevrier 2009 au Theatre Luckmann de Los Angeles.
+ DVD concert.
Cote: 013.7 AST
Kabu / Aster Aweke, chant
(Terra, 1991)
Cote: 013.7 AWE
Aster / Aster Aweke, chant
(Columbia, 1990)
Cote: 013.7 AWE
18
Flamingoh / Debo Band
(CRC, 2011)
Avec un profond respect pour les sons vintage de la pop éthiopienne des années 70 et
leur propre approche, ce collectif de onze membres basé à Boston offre un spectacle
effarant avec des cors fulgurants, des voix roucoulantes et un groove funk qui n'est pas
sans rappeler la série Ethiopiques.
Cote: 013.7 DEB
A town called Addis / Dub Colossus
(Real World, 2008)
Avec A Town called Addis c'est l'Ethiopie, berceau de l'Humanité, terre mythique des
rastafariens, qui est à l'honneur. Le disque est en effet le fruit de la rencontre entre Nick
Page, alias Dubulah ou Dub Colossus, guitariste et compositeur britannique formé auprès
de Michael Riley (Steel Pulse), et plusieurs chanteurs traditionnels azmaris de la capitale
éthiopienne. Au fil de ses onze vastes plages, se succèdent ainsi les ambiances dominées
par des variations instrumentales grisantes et des incursions de chants populaires. Nick
Page fait sienne l'histoire musicale de son pays d'accueil. Entouré des chanteuses
Sintayehu Zenebe et Teremag Weretaw, du saxophoniste Feleke Hailu et du pianiste
Samuel Yirga, il reprend à son compte la voie épurée des sonorités mystiques des hauts
plateaux érythréens, les accommodant d‟influences dub électroniques et reggae. En
résultent de grands moments de recueillement, de poésie et d'envol, où les lyres (krar),
luths (macinko) et autres doubles tambours traditionnels (kebero) le disputent à la
solennité d'un piano classique éthio-jazz ou d'un riddim importé tout droit de Kingston.
(d’après une chronique du webzine Des Oreilles dans Babylone)
Cote: 013.7 DUB
19
Addis through the looking glass / Dub Colossus
(Real World, 2011)
La musique de Dub Colossus est sophistiquée, ensoleillée ; elle est basée sur des
rythmes éthiopiens mais qui sont mélangés avec de l‟électro bien assimilée, du post-folk,
du rock raffiné, du jazz de science-fiction, du blues venu du delta … du Nil. Au milieu d‟un
répertoire original très attrayant porté par un casting cosmopolite, les amateurs
remarqueront notamment une version de « Satta Massagana », un classique reggae des
Abyssinians.
Cote: 013.7 DUB
Dub Colossus
Live in Addis / Either/Orchestra
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 20)
Big band de jazz basé à Boston, Either/Orchestra se consacre au répertoire éthiopien
depuis plusieurs années et a réalisé son rêve: un concert à Addis Abeba avec des invités
éthiopiens prestigieux, dont Mulatu Astatqè et Gétatchèw Mekurya. Cet enregistrement
rend bien compte de l‟énergie et de l‟émotion qui ont présidé à cette rencontre. Les
arrangements particulièrement réussis et remarquablement interprétés par ces musiciens
aventureux ne sont pas sans évoquer ceux de Gil Evans pour le Sketches of Spain de
Miles Davis. Invités : Mulatu Astatqé, Gétatchèw Mekurya, Bahta Gèbrè-Heywèt, Tsèdènia
Gèbrè-Marqos, Michael Bèlaynèh. Enregistré le 21 janvier 2004 lors du troisième
Ethiopian Music Festival.
Cote: 013.7 EIT
20
Alèmayèhu Eshèté / Alèmayèhu Eshèté, chant
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 9)
Les titres d'Alèmayèhu Eshètè déjà présentés dans Ethiopiques 3 et 8 ont donné un
avant-goût de ce styliste d'exception de la pop éthiopienne, remarquable dans les rocks
frénétiques comme dans les ballades déchirantes. Ses fureurs américanophiles ont valu
au chanteur le surnom mérité de James Brown ou d'Elvis Ethiopien. Avec son jeu de
scène millésimé, la glotte acrobatique et la banane avantageuse, Alèmayèhu, frimeur à la
jeunesse inoxydable, incarne les mythologies explosives des années 60.
Cote: 013.7 ESH
More vintage / Alèmayèhu Eshèté, chant
(Buda Musique, 2007. Ethiopiques, vol. 22)
Alèmayèhu Eshèté est l‟une des grandes voix de l‟Ethiopie moderne haute époque, les
swinging sixties qui, dans ce pays, se sont prolongées jusqu‟à la chute de l‟empereur
Hailè-Sellassié Ier, en 1974. Au même titre que Tlahoun Gèssèssè, Bzunèsh Bèqèlè ou
Mahmoud Ahmed, Alèmayèhu fait figure d‟étoile de premier plan au sein de la
constellation qui a illuminé les nuits chaudes de la capitale éthiopienne, Addis Abèba.
Avec Girma Bèyènè, compositeur, arrangeur, pianiste. Enregistrements 1972-1974.
Cote: 013.7 ESH
Tlahoun Gèssèssè / Tlahoun Gèssèssè, chant
(Buda Musique, 2003. Ethiopiques, vol. 17)
Tlahoun Gèssèssè, pour le public éthiopien, c‟est LA VOIX personnifiée. Plus encore que
Mahmoud Ahmed, Alèmayèhu Eshèté ou Mulatu Astatqé, c‟est l‟icône absolue et
insurpassable de tout un pays. La puissance phénoménale et innée de ses talents vocaux
est au service de titres modernistes qui donnent une idée du groove qui a dominé la scène
éthiopienne dans les années 70. Les arrangements, brillants et novateurs, sont de Mulatu
Astatqé, l‟accompagnement est assuré par le Bodyguard Band ou l‟Army Band. Une fois
encore, cet immense artiste démontre qu‟il faut reconsidérer l‟histoire générale des
musiques modernes d‟Afrique à la lumière du gisement éthiopien. Enr. 1970-1975.
Cote: 013.7 GES
Gigi / Gigi, chant
(Palm Pictures, 2001)
Produit Par Bill Laswell. Avec : Herbie Hancock, Wayne Shorter, Pharoah Sanders, …
Cote: 013.7 GIG
21
Addis Abeda / Imperial Tiger Orchestra
(Mental Groove, 2009)
Le premier album de la formation Suisse est composé de standards de l'ethio-jazz
réinterprétés avec brio. Mais, loin d'être un hommage calqué sur les maîtres du genre,
Imperial Tiger Orchestra insuffle à cette musique une grande originalité en ajoutant ses
propres ingrédients au caractère hypnotique des originaux.
Cote: 013.7 IMP
Mercato / Imperial Tiger Orchestra
(Mental Groove, 2011)
Après le succès de Addis-Abeba sorti en 2009, voici le nouvel album des Suisses, fins
connaisseurs et performeurs de la musique groove éthiopienne. Composé de membres
d'horizons très divers (free jazz, noise expérimental, musique contemporaine, pop bizarre),
supervisé par l'expert de la musique éthiopienne Jeroen Visser, cet opus est une
réinterprétation envoûtante de l'âge d'or de ce style musical, filtré à travers les influences
éclectiques d'ITO. Avec la participation de Bethelem Dagnachew, chant.
Cote: 013.7 IMP
Moa Anbessa / Getatchew Mekuria, saxophone, The Ex &
guests
(Terp, 2006)
Moa Anbessa réunit le légendaire souffleur éthiopien Gétachèw Mèkuria et The Ex,
fameux quartet d‟improvisateurs néerlandais d‟obédience punk, qui n‟a pas hésité à
tourner dans des pays comme l‟Ethiopie, a priori aussi éloignés de leur esthétique que de
leurs préoccupations. C‟est à cette occasion qu‟ils ont rencontré le colossal saxophoniste,
surnommé à juste titre par Francis Falceto "The Negus of Ethiopian Sax". Sur les
enregistrements du volume de la collection Ethiopiques qui lui était entièrement consacré et qui rééditait des enregistrements de 1972 - Gétachew faisait preuve d‟un phrasé
étonnement moderne, à la limite d‟un free-jazz né prématurément dans la corne de
l‟Afrique plutôt que sur la côte est des États-Unis. Il faut dire que ce souffleur avait fait
sienne "la jactance époumonée et homérique" du shellèla, genre vocal purement guerrier
improvisé avant chaque assaut et très populaire aujourd‟hui encore dans son pays. C‟est
avec la même verve qu'à plus de 70 ans, il retrouve les Néerlandais et leurs invités pour
un opus qui s‟ouvre sur une énergique mise en jambe, et se poursuit en toute liberté sur
d‟étranges rivages où l‟exubérante nonchalance éthiopienne relie acrobaties post-punk et
free-funk restructuré. Un véritable joyau enregistré sur scène et en studio.
(d’après une chronique de Squaaly, in Mondomix)
Cote: 013.7 MEK
22
Negus of Ethiopian sax / Gétatchèw Mèkurya, saxophone
(Buda Musique, 2003. Ethiopiques, vol. 14)
Gétatchèw Mèkurya, vétéran culte de la saxophonie éthiopienne, est l'inventeur d'un style
musical très singulier. Il existe parmi les nombreuses formes chantées d'Ethiopie un genre
purement guerrier, épique, déclamatoire, hurleur, égosillé appelé "shellela" ; ce fracas
vociférant, strictement vocal, était improvisé avant chaque combat : Gétatchèw Mèkurya a
eu la riche idée de le transposer pour son instrument, et nous voilà confrontés à une forme
musicale audacieuse, impétueuse, enragée. Sans vouloir se cantonner à des clichés, le
« shellela saxophone » a des airs de free jazz avant la lettre : Gétatchèw se souvient
s'être essayé à ces exaltations sonores dès 1952-1953, mais il ignore toujours tout
d'Ornette Coleman ou Albert Ayler ! Tous les titres de ce CD ont été publiés chez Philips
Ethiopie en 1972 hormis le dernier morceau, un document rare de la fin des années 1950.
Cote: 013.7 MEK
Dire Dawa / Minyeshu, chant
(Me And My Other Records, 2008)
Dire Dawa, tout le monde descend ! Parce qu‟elle y a vu le jour, Minyeshu donne le nom
de cette ville, escale obligatoire du train Addis-Djibouti, à son dernier opus. Tour de Babel
de sons et de mélodies, l'album s‟accorde au rythme de l‟histoire et des traditions
éthiopiennes. La voix de Minyeshu regorge de soleil et trahit une incontrôlable envie de
danser. (d’après une chronique de Gayle Welburn, in Mondomix)
Cote: 013.7 MIN
Takkabel ! / Mohammed Jimmy Mohammed, chant
(Terp, 2006)
Le fan-club des musiques éthiopiennes ne cesse de s‟élargir depuis que Francis Falceto a
amoureusement édité - sur Buda Musique - quantité d‟archives discographiques qui ont
enthousiasmé amateurs de world, de rock et de jazz. Dont Terrie Ex, guitariste du groupe
noisy-punk hollandais The Ex, tombé raide dingue de quelques ténors d‟Abyssinie qu‟il a
accueillis sur Terp, son label. Mohammed „Jimmy‟ Mohammed, chanteur aveugle à la
serpentine voix sauvage, est l‟un d‟eux, hélas maintenant envolé vers l‟autre monde. Sous
son blues déchiré, fermente dans l‟album Takkabel le tempo obsédant du krar, la harpe à
six cordes de son ami de toujours, Mesele Asmamaw ; tandis que se déploie, métallique et
terrienne, la batterie frénétique d‟un autre Batave, Han Bennink - qui a joué avec Sonny
Rollins, Dexter Gordon et toute l‟avant-garde des improvisateurs européens. Egalement
présent, le saxophoniste géant (à tous les sens du terme) Getachew Mekurya.
(d’après une chronique d’Eliane Azoulay, in Telerama)
Cote: 013.7 MOH
23
Tezeta / Orchestra Ethiopia
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 23)
L‟histoire d‟Orchestra Ethiopia (1963-1975) est singulière et passionnante à plus d‟un titre
: alors que la musique moderne atteint des sommets d‟excellence et de popularité, c‟est à
ce moment même que la musique traditionnelle, à travers l‟improbable entreprise
d‟Orchestra Ethiopia, retrouve une légitimité que l‟air du temps tendait à lui dénier. Entre
coup d‟État (décembre 1960) et révolution (1974), l‟Éthiopie conjugue sans s‟en rendre
compte fin de règne et “âge d‟or” de sa musique. Les grands orchestres de musique
moderne, on le sait, étaient tous sans exception sous le contrôle de l‟Empereur HaylèSellassié. Au contraire, l‟initiative d‟Orchestra Ethiopia revient à la clairvoyance et à
l‟enthousiasme d‟étrangers momentanément installés en Éthiopie : tout d‟abord le
musicien, compositeur et musicologue égyptien Halim El-Dabh, relayé ensuite par les
Peace Corps Volunteers américains John Coe et Charles Sutton. Ce n‟est qu‟en 1966 que
l‟Orchestra trouvera son mentor définitif et éthiopien en la personne de Tesfaye Lemma.
En se proposant de renouveler la mise en valeur du patrimoine traditionnel éthiopien,
Orchestra Ethiopia marchait de fait sur les plates-bandes du Théâtre Haylè-Sellassié Ier et
surtout de l‟Agher Feqer Mahber, le Théâtre Patriotique. A n‟en pas douter, cette
concurrence était perçue comme dangereuse par les institutions officielles qui avaient en
charge la défense et l‟illustration de l‟héritage traditionnel. Polémiques, vexations et
attaques xénophobes n‟ont d‟ailleurs pas manqué d‟accompagner l‟irrésistible ascension
de l‟Orchestra. Ces consternantes attaques indiquent assez de quelles passions
contradictoires ce groupe, indépendant malgré lui, était l‟objet. Cela est d‟autant plus
attristant qu‟Orchestra Ethiopia était autre chose et plus qu‟un ensemble folklorique,
contribuant notamment à un important travail de collectage, en particulier dans les
provinces méridionales, si riches et si peu explorées musicalement jusque-là parce que
généralement méprisées.
Bien que Tesfaye Lemma ait publié de nombreux disques avec son ensemble, la sélection
ici retenue pour cette redécouverte est essentiellement composée d‟inédits. Tous
témoignent autant de l‟ouverture d‟esprit que de la créativité qui inspirait les animateurs
comme les artistes d‟Orchestra Ethiopia. Il reste encore de nombreux documents à publier
ou à republier. Ce que l‟on appelle tradition n‟est en rien un corpus figé pour l‟éternité. Ce
n‟est que le dernier état, le dernier reflet en date - de mémoire d‟homme - d‟une culture en
mouvement qui n‟a jamais cessé de faire évoluer ou d‟engloutir de précédents états de
cette culture. L‟expérience Orchestra Ethiopia et ses aléas illustrent parfaitement ce
mouvement. (Francis Falceto)
Contient une plage multimedia avec le récit de Charles Sutton, et une documentation
photographique en PDF.
Cote: 013.7 ORC
24
Piano solo : Ethiopia song / Emahoy Tsegue-Maryam
Guebrou, composition, piano
(Buda Musique. Ethiopiques, vol. 21)
Pianiste émérite, compositrice remarquable, Emahoy Tsegué-Maryam Guèbrou,
désormais religieuse chrétienne à Jérusalem, a enregistré ses propres oeuvres pour piano
solo, imprégnées de culture éthiopienne et riches d‟une poésie toute personnelle qui
rappellera aux amateurs la «India Song» de Carlos d‟Alessio. Rareté, curiosité certes,
mais également richesse des mélodies et charme de l‟interprétation.
Cote: 013.7 TSE
Belo Belo / Eténèsh Wassié, chant & Mathieu Sourisseau,
basse
(Buda Musique, 2010)
Une complicité immédiate et évidente est apparue entre Eténèsh Wassié et Mathieu
Sourisseau, partenaires dans le projet éthio-expérience mené avec le Tigre des platanes.
De cette rencontre est née une forme musicale intimiste où voix et basse acoustique
trouvent leur propre espace, en totale liberté, et nous emmènent dans des sphères
jusqu'ici inconnues… Le répertoire éthiopien est revisité par des mélodies pop ou rock
voire punk, qui révèlent par leur décalage l'essence de cette musique.
Cote: 013.7 WAS
Zèraf ! / Eténèsh Wassié, chant & Le Tigre (des platanes)
(CRC/Buda Musique, 2007. Ethiosonic)
Depuis ses débuts, Le Tigre (des platanes) a été porté sur le voyage, à l‟image de
l‟insecte dont il tire son nom, importé par accident d‟Amérique du Nord au début des
années 70 et qui dévore les arbres à petit feu. La musique de ce quartet toulousain
acoustique et vénéneux met le doigt sur les notions de métissage, d‟importation, de
brassage culturel, de réappropriation, le tout dans un désordre hautement revendiqué.
En 2001 Le Tigre découvre les Ethiopiques et inclut dans son répertoire éclectique
quelques morceaux choisis qu‟il interprète à sa façon. Lors d‟un voyage à Addis Abeba,
leur envie de jouer et de se confronter à des musiciens éthiopiens les mène à rencontrer
Eténèsh Wassié, chanteuse à la voix éraillée, petite sœur abyssine de Piaf et Billie
Holiday. Ce défi va se jouer sur la base des magnifiques standards éthiopiens : explorer
en toute réciprocité les territoires nouveaux qui s‟offrent aux cinq musiciens, un monde fait
de la vraie somme de leurs personnalités.
Cote: 013.7 WAS
25
Addis Kan / Badume's Band
(Innacor, 2007)
Après plusieurs années de reprises fidèles, des scènes avec Mahmoud Ahmed, des
concerts au festival d‟Addis Abeba, l‟aval des aînés musiciens, l‟ensemble Breton a décidé
de proposer une relecture plus personnelle de la période. Dans son album Addis Kan, au
titre en forme de clin d‟œil au kan ha diskan, le chant de Centre Bretagne, Badume‟s Band
a travaillé les arrangements des morceaux d‟origine en en conservant les mélodies
chantées. La voix entêtante d‟Eric Menneteau, le clavier de Franck Lemasle, la section de
cuivres jazzy ou carrément funky et la rythmique ravageuse refont vivre la chaleur des
nuits d‟Addis, en y faisant souffler un délicieux vent de fraîcheur. (d’après une chronique
d’Eglantine Chabasseur, in Mondomix)
Contient également un reportage vidéo "Badume's in Addis Abeba".
Cote: 1 BAD 71
Tezeta / Woima Collective
(Kindred Spirits, 2010)
À l‟instar de l‟Imperial Tiger Orchestra, les Allemands de Woima Collective font partie des
groupes occidentaux ravivant la ferveur qui faisait chalouper Addis-Abeba durant les
années 60 et 70. Johannes Schleiermacher, initiateur du projet et saxophoniste des Poets
Of Rhythm, a pu bénéficier de conseils avisés. En effet, c‟est Mulatu Astatke qui lui a
enseigné les bases à partir desquelles il a pu développer une relecture originale de l‟ethiojazz. Tezeta ne manquera pas de rassasier les amateurs les plus exigeants en matière de
grooves intergalactiques.
Cote: 280 WOI
Alèmayèhu Eshèté
26
DVD
Ethiogroove / Mahmoud Ahmed and Either/Orchestra ; un film
de Anaïs Prosaïc
(CRC/Strictly Confidential/Buda Musique, 2007. Ethiosonic)
Ethiogroove recrée l‟atmosphère de la première rencontre entre Mahmoud Ahmed, la star
d‟Addis Abeba, et le big band de Boston Either/Orchestra, célèbres pour leur
arrangements de nombre de standards éthiopiens. Le DVD propose répétitions,
interviews, et le magnifique concert donné au festival Banlieues Bleues en mars 2006.
Anaïs Prosaïc a intelligemment capté les subtilités de cette rencontre, et au-delà nous
fournit des informations sur l‟histoire de la musique éthiopienne. Le film est un hommage à
ce que musiciens jazz, blues ou rock doivent à l‟Afrique.
Cote: 013.7 AHM
11 (ethio-punk) songs / Gétatchèw Mèkurya & The Ex ; un
film de Stéphane Jourdain
(La Huit/Banlieues Bleues/Cityzen TV/CRC/Buda Musique, 2007. Ethiosonic)
La rencontre de The Ex, le mythique combo punk-rock hollandais et de Gétatchèw
Mékurya, le légendaire saxophoniste éthiopien a donné lieu, hormis le disque paru chez
Terp Records, à plusieurs concerts, dont la soirée de clôture du festival Banlieues Bleues
2006, devant un public plus qu‟enthousiaste. Ce film de Stéphane Jourdain est bâti sur
des allers et retours entre la concentration du studio et l‟énergie de la scène. Les
compositions sont quasiment toutes tirées du répertoire traditionnel éthiopien et si The Ex
ne parlent pas amharique et Gétatchèw ne comprend que quelques de mots d‟anglais, la
communication se passe ailleurs, dans l‟appréhension sensible des solutions musicales,
l‟énergie de l‟interprétation et l‟immédiateté du plaisir de jouer ensemble.
Bonus : interview de Terrie Ex
Note : la collection éthioSonic propose de découvrir le groove éthiopien d‟aujourd‟hui, sous
toutes ses formes et d‟où qu‟il vienne…
Cote: 013.7 MEK
27
Mohammed Jimmy Mohammed Trio & Han Bennink /
Mohammed Jimmy Mohammed Trio & Han Bennink, batterie ; un film de
Stéphane Jourdain
(La Huit/Buda Musique, 2006. Ethiosonic)
Ce film de Stéphane Jourdain, tourné à l‟occasion du mémorable concert de clôture du
festival Banlieues Bleues en avril 2006, est un hommage au grand chanteur éthiopien
Mohammed Jimmy Mohammed décédé en décembre 2006. Hormis l‟enregistrement du
concert du trio avec Han Bennink, le mythique batteur venu du free jazz, ce DVD de 80
minutes présente de nombreux bonus, dont des entretiens avec Mohammed qui parle de
sa cécité, de sa foi et de son art.
Mohammed Jimmy Mohammed, voix ; Mèssèlè Asmamaw, krar (lyre) et voix ; Asnaqè
Guèbrèyès, kebero (percussion) et voix ; Han Bennink : batterie.
Cote: 013.7 MOH
Yézémèd Yébaèd : la tournée éthiopienne du Tigre des
Platanes et Eténesh Wassié / un film de Leila Morouche.
Ethio-expérience : live au Musée du Quai Branly, concert filmé le 24 mars
2009 / Le Tigre des Platanes & Eténèsh Wassié, chant
(La Huit/Buda Musique, 2010)
DVD 1 : Yézémèd Yébaèd (« De la famille et d’ailleurs ») : Ce film écrit en images l‟ode
du Tigre (des platanes) et d‟Eténèsh Wassié à la musique éthiopienne des années 60-70.
L‟improbable rencontre entre le Tigre - méchants improvisateurs et retourneurs de sons et d‟Eténèsh - grande voix d‟Addis Abeba - crée une passerelle entre un passé musical
prolifique et un présent curieux et novateur. Quelles sont les figures qui ont contribué à
l‟émergence du groove éthiopien ? Pourquoi ces ondes résonnent-elles toujours dans les
corps ? Dans les pas du Tigre et d‟Eténèsh, un périple musical nous conduit au cœur de
l‟Ethiopie et de sa musique terriblement actuelle.
DVD 2 : Ethio-Expérience, live au musée du Quai Branly (Paris), concert filmé le 24
mars 2009. Petit insecte assez minable importé par accident d‟Amérique du Nord au
début des années 70, le tigre des platanes s‟avère être un redoutable parasite qui mine
par l‟écorce les majestueux alignements bordant nos boulevards et nos routes nationales.
Invité sur scène, il se transforme en un quartet vénéneux qui mine et recycle à sa façon,
plutôt impertinente, des musiques increvables. Eténèsh Wassié, chanteuse traditionnelle
azmari, trace avec eux un sillon déroutant et captivant.
Cote: 013.7 WAS

28

LIVRES - TEXTES LUS - VIDEOS 
Littérature - adultes
Une saison en Abyssinie / Elisabeth Bélorgey
(Corps 16, 2002. Littera)
Livre en gros caractères.
Résumé : Elevée par ses tantes en Grèce, Marie-Eugénie retrouve ses parents en
Ethiopie. Là, elle épouse London, qui, à l'entrée des Italiens dans la capitale, doit s'exiler à
Djibouti à cause de son amitié pour Négus, alors que sa femme et son fils rentrent en
Grèce.
Cote : GC RA BEL Médiathèque, Bibliothèque Sud
Du fond des temps / Bernard Mathieu
(Gallimard, 2009. Série Noire)
Résumé : Hélène quitte la France pour s'installer en Ethiopie, le pays d'origine de son
mari anthropologue, Hailou. Pendant le voyage, un Américain charge Hailou de faire la
paix entre les Surma et les Nyangatom, deux peuples semi-nomades du sud du pays.
Cette mission est en fait un prétexte pour lui fournir secrètement des informations
géostratégiques sur cette région riche en pétrole et en minéraux.
Cote : P MAT Médiathèque
Les Belles choses que porte le ciel / Dinaw Mengestu ;
trad. de l'américain par Anne Wicke
(Albin Michel, 2007. Terres d'Amérique)
Résumé : A 36 ans, Sepha Stephanos s‟est fait une raison : sa vie n'est pas celle dont il
avait rêvée. Il a fui l'Ethiopie et tient une épicerie minable à Washington. Ses seuls amis
sont deux Africains dont il partage la nostalgie pour le continent, et il se passionne pour la
littérature. Mais l'arrivée d'une jeune femme blanche et de sa fillette métisse vont
bouleverser cet équilibre précaire.
Cote : RA MEN Médiathèque, Bibliothèque Sud, Bibliothèque Est
29
Ce qu’on peut lire dans l’air / Dinaw Mengestu ; trad. de
l'américain par Michèle Albaret-Maatsch
(Albin Michel, 2011. Terres d'Amérique)
Résumé : Au début des années 1980, Yosef et Mariam, un jeune couple que la révolution
éthiopienne a séparé pendant trois ans, se rejoignent enfin aux Etats-Unis. Trente ans
plus tard, leur fils Jona revient sur leurs pas pour reconstituer son histoire familiale.
Cote : RA MEN Médiathèque
L'Esclave du batteur d'or / Henry de Monfreid
(B. Grasset, 1995. Lectures et aventures ; 8)
Résumé : Cette histoire d'amour entre deux jeunes Somalis nous entraîne des hauts
plateaux d'Ethiopie aux pays du golfe Persique.
Cote : RA MON Médiathèque, Bibliothèque Ouest
L'Abyssin : relation des extraordinaires voyages de JeanBaptiste Poncet, ambassadeur du Négus auprès de Sa Majesté Louis
XIV / Jean-Christophe Rufin
(Gallimard, 1997. Blanche)
Prix Méditerranée 1997, prix Goncourt du premier roman 1997.
Résumé : A l'origine de ce roman, un fait historique : Louis XIV est entré en relations avec
le plus ténébreux, le plus mythique des grands souverains de l'Orient, le Négus d'Ethiopie.
L'Abyssin est le récit de cette fabuleuse ambassade.
Cote : RA RUF Médiathèque, Bibliothèque Sud, Bibliothèque Est, Bibliothèque
Ouest
30
Sauver Ispahan / Jean-Christophe Rufin
(Gallimard, 1998. Blanche)
Résumé : Vingt ans ont passé depuis l'Abyssin... Ispahan, la capitale de la Perse, est au
sommet de sa splendeur Jean-Baptiste Poncet, apothicaire, y vit avec sa femme Alix et
ses enfants. Mais un mystérieux inconnu va troubler la vie paisible de Jean-Baptiste,
tandis qu'Ispahan est assiégée par les guerriers afghans.
Cote : RA RUF Médiathèque, Bibliothèque Sud, Bibliothèque Ouest
Les Causes perdues / Jean-Christophe Rufin
(Gallimard, 1999)
Prix Interallié 1999.
Résumé : 1985. La famine en Ethiopie. De nombreux "humanitaires" sont envoyés pour
porter secours aux populations...
Cote : RA RUF Médiathèque, Bibliothèque Sud, Bibliothèque Est, Bib. Ouest
Les Causes perdues / Jean-Christophe Rufin
(Feryane, 2000)
Prix Interallié 1999.
Livre en gros caractères.
Résumé : 1985. La famine en Ethiopie. De nombreux "humanitaires" sont envoyés pour
porter secours aux populations...
Cote : GC RA RUF Médiathèque
Documentaires - adultes
Ethiopie, la ferveur et la foi / Elisabeth Foch, Paola Viesi
(Imprimerie nationale, 2010)
Résumé : Regards croisés sur la tradition des pèlerinages dans deux sanctuaires
éthiopiens majeurs : le complexe chrétien d'églises troglodytes de Lalibela et le sanctuaire
méridional de Sheik Hussein, mausolée où les pèlerins musulmans commémorent le
sacrifice d'Abraham.
Cote : 203 FOC Médiathèque
31
La Porte des larmes : retour vers l'Abyssinie / Jean-Claude
Guillebaud, Raymond Depardon
(Seuil, 1996)
Résumé : Depuis 20 ans, les auteurs ont effectué de nombreux voyages en Ethiopie.
Dans ce livre, ils nous font approcher une civilisation et des peuples à l'orée de leur
nouvelle histoire.
Cote : 770 DEP Médiathèque
Le Sage d'Abyssinie / traité de Zara Yaqob (extraits)
(Alternatives, 1997. Pollen).
Résumé : Ecrit en 1667, le "Traité de Zara Yaqob" livre la vie et l'enquête philosophique
d'un libre penseur. Homonyme de l'empereur d'Ethiopie du XVe siècle, ce Zara Yaqob du
XVIIe siècle est un personnage contradictoire, à la fois mystique et rationaliste. Sa liberté
d'esprit, sa recherche obstinée d'une vérité inaccessible, font de sa vie une aventure
mouvementée et profondément humaine.
Cote : 896.3 TRA Médiathèque
Ethiopie / Dominique Auzias, Jean-Paul Labourdette
(Nouvelles éditions de l‟Université, 2010. Petit futé - Country guide)
Résumé : Ce guide fournit des renseignements pratiques et des informations culturelles et
touristiques pour préparer son voyage et organiser son séjour.
Cote : 916.3 ETH Médiathèque
Histoire de l'Ethiopie : d'Axoum à la révolution / Berhanou
Abebe
(Maisonneuve et Larose, 1998)
Résumé : Du royaume d'Axoum (Ier-IXe siècles) à la révolution des années 70. Formé en
France, où il fut répétiteur d'amharique à l'Ecole nationale des langues orientales, l'auteur
enseigne aujourd'hui l'histoire à l'université d'Addis-Abeba.
Cote : 963 ABE Médiathèque
32
Aethiopia : pays, histoire, populations, croyance, art et
artisanat / textes réunis par Xavier Van der Stappen
(Gordon & Breach, 1996)
Cote : 963 AET Médiathèque
Ethiopie : au fabuleux pays du prêtre
Cantamessa ; avec la collaboration de Marc Aubert
(Olizane, 2010. Guides Olizane. Découverte)
Jean /
Luigi
Résumé : Ce guide présente l'histoire de l'Ethiopie, aux origines de l'humanité dans la
vallée du Rift, ses vestiges culturels avec les ruines du royaume axoumite, les peintures
rupestres de Lalibela, les grands espaces et la nature sauvage présents dans les vallées
du Nil Bleu et de l'Omo ainsi que dans les parcs nationaux. Avec de nouveaux itinéraires
et destinations, notamment dans le pays des Arars.
Cote : 963 CAN Médiathèque
Ethiopie-Yémen : Terres d’aventures, terres d’écriture / François
Claerhout
(Ville de Mérignac, 2011)
Résumé : Cet ouvrage a été édité à l'occasion de l'exposition "Ethiopie - Yémen. Terres
d'aventures. Terres d'écriture", Médiathèque municipale de Mérignac du 6 janvier au 19
février 2011. Commissaire de l'exposition : François Claerhout.
Cote : 963 CLA Médiathèque
Relation de mon voyage d’Ethiopie, 1698-1701 : un médecin
français à la cour de Gondar sous Louis XIV. La véritable histoire de
l’Abyssin / Jacques-Charles Poncet
(La Lanterne Magique, 2010)
Résumé : Récit du voyage du médecin JC Poncet, mandaté par Louis XIV pour aller
soigner le roi d‟Ethiopie. Il offre la première description du royaume Fundj de Sennar et le
premier témoignage d‟un Occidental sur la situation en Ethiopie après l‟expulsion des
jésuites et la fondation de Gondar.
Cote : 963 PON Médiathèque
33
Textes lus - adultes
L'Abyssin : relation des extraordinaires voyages de JeanBaptiste Poncet, ambassadeur du Négus auprès de Sa Majesté Louis
XIV / Jean-Christophe Rufin
(Paris : Gallimard, 2004. Ecoutez lire) Texte abrégé. 5 disques compacts.
Cote : CA RUF Médiathèque
Vidéos - adultes
Arts du mythe : volume 4 / une collection de Ludovic Segarra
(Arte, Musée du Quai Branly, 2008) 1 DVD, 5 x 26 mn
Résumé : Cinq films consacrés aux "arts premiers" présentant une œuvre, le mythe
auquel elle est liée, son usage, son histoire. Contient "Rouleau magique éthiopien".
Cote : 709.011 ART Médiathèque
Ethiopie - Djibouti / un film de Bernard d'Abrigeon
(France 2, 1997. Des trains pas comme les autres) 1 DVD, 90 mn
Résumé : La liaison ferroviaire qui conduit d'Addis-Abeba à Djibouti fut construite au
début du siècle dernier par des Français. Le train s'ébranle par Dire-Daoua, puis les
fortifications d'Harrar où plane le fantôme de Rimbaud, et Axum, où l'Arche d'Alliance
reposerait sous la cathédrale.
Cote : 916.3 ETH Médiathèque
Tezkar, un pacte de mémoire en Ethiopie / un film de Makeda Ketcham
(Morgane/La Sept-Arte/CNC, 1999. Images de la culture) 1 DVD, 54 mn
Résumé : En cinq voyages et six chapitres, Makeda Ketcham, arrière-petite-fille du
missionnaire suisse Johannes Mayer et de Sarah Négussié, issue de la noblesse
guerrière de Maqdala, remonte le fil de ses origines éthiopiennes. Accompagnant sa quête
des sons de la harpe beguena et de poèmes historiques chantés, elle renouvelle le
traditionnel "pacte de mémoire" qui consiste à se rappeler ses ancêtres sur sept
générations. Ses recherches généalogiques croisent l'épopée fondatrice de l'Ethiopie
moderne : l'histoire de l‟empereur Tewodros et de sa fin tragique. En retrouvant les
descendants de son oncle Yosef, Makeda Ketcham entre dans la communauté au cours
du "Tezkar", la cérémonie traditionnelle du souvenir.
Cote : 916.3 ETH Médiathèque
34
Le Roi ne meurt jamais / un film de Pierre Lamarque, auteur
Elise Demeulenaere
(Little Big Men, 2007. BPI) 1 DVD, 73 mn
Résumé : En février 2005, après avoir vécu de nombreuses années dans la capitale, à
Addis-Abéba, Gezagn Kala est de retour dans le Sud de l'Ethiopie. Il doit succéder à son
père défunt, le "poqualla", pour faire régner la justice et la paix entre les communautés, ce
qui n'est pas chose aisée ! Les Konso pourront prêter allégeance au nouveau "suzerain"
qui tentera, comme son père l'avait déjà - difficilement - fait avant lui, de protéger leur
identité culturelle des valeurs allogènes déstabilisatrices.
Cote : 963 LAM Médiathèque
Ethiopie, après tant d'orages / un film de J.M. Meurice et J.L. Saporito
(France 3/Point du Jour, 1995) 1 vidéo VHS, 60 mn
Résumé : L'Éthiopie est le seul pays africain à avoir résisté à tout processus de
colonisation et maintenu son indépendance en dépit des conflits qui ont jalonné son
histoire depuis cent ans. Cette dimension par trop méconnue de l'histoire éthiopienne fait
l'objet de ce numéro d'Histoire d'Actualité qui retrace les évènements précédant l‟espoir de
démocratisation : chronologie des structures politiques, des conflits communautaires et
religieux dont le point culminant fut la guerre civile et l'indépendance de l‟Erythrée.
Cote : 963 MEU Médiathèque
Opération Moïse / un film de Radu Mihaileanu
(Elzévir Films, 2007) 1 DVD, 95 mn
Résumé : A partir de 1977 et jusqu'en 1985, Israël et les Etats-Unis réussissent à
emmener des milliers de Juifs éthiopiens (Falashas) en Terre sainte. En pleine période de
famine, ces gens sont sauvés, leur statut de juifs, longtemps controversé, leur étant enfin
reconnu. Cette opération clandestine s'appela : opération Moïse.
Cote : 963 MIH Médiathèque
Retour en Ethiopie / un film de Bernard Simon
(Arc-en-ciel productions, 2009) 1 DVD, 60 mn
Résumé : Quatre adolescents adoptés par des familles françaises décident d'aller à la
découverte de leurs racines éthiopiennes. Ensemble, ces anciennes victimes de la guerre
et de la famine vont partager les différentes étapes d'un retour aux sources, parfois
joyeuses, d'autres fois douloureuses.
Cote : 963 SIM Médiathèque
35
Livres - jeunesse
Nakua, la petite fille à plateau / Alain Chenevière
(Hachette Jeunesse, 1995)
Les aventures de Nakua, petite fille éthiopienne. Un dossier accompagne ce récit,
présentant l'environnement de Nakua : la Vallée de l'Omo, un site fabuleux où l'on
découvrit les plus vieilles traces de l'humanité.
Cote : J 916.3 ETH Médiathèque, Bibliothèque Est
Les enfants de la vallée de l'Omo / photographies Hans
Silvester ; texte Martine Laffon
(De La Martinière Jeunesse, 2009)
Ce documentaire photographique évoque les coutumes, l'habitat, le mode de nourriture et
les rituels des peuples de l'Omo, installés sur les bords des affluents du fleuve Omo, à la
frontière de l'Ethiopie, du Kenya et du Soudan.
Cote : J 916 LAF Médiathèque
Au coeur de l'Afrique / Bernard Nantet ; illustrations de JeanPierre Joblin, Florence Guiraud et Nathalie Locoste
(Milan, 2004. Les Encyclopes)
Pour découvrir l'Afrique Noire : berceau de l'humanité, terre d'échanges, mosaïque de
cultures et de pays, histoire et tragédies, vie quotidienne, …
Cote : J 916 NAN Médiathèque, Bibliothèque Ouest
Zig et Puce en Ethiopie, volume 16 / Alain Saint-Ogan
(Glénat, 1999)
Cote : J BD ZIG Médiathèque, Bibliothèque Ouest, Bibliothèque Sud
36
Un Cheval de liberté / Pierre Davy ; illustrations de Raphaël
Gauthey
(Nathan, 2005)
A Addis-Abeba, capitale de l'Éthiopie, vit Charlotte, fille du conseiller de l'ambassade de
France. Elle est fortement attachée à son cheval gris pommelé, Bourboulhou. En 1982, la
guerre civile éclate. Tout le monde doit fuir le pays. Pour la jeune fille, il est impensable de
partir sans son cheval.
Cote : R DAV Médiathèque, Bibliothèque Ouest
Trois contes sauvages / contes réunis et adaptés par
Isabelle Lafonta ; illustrations de Pauline Roy
(Flies France, 2005)
Ces récits racontent l'aventure du lion qui voulut chasser avec une plume (Ethiopie),
l'histoire de la maman crocodile en quête d'une nounou pour ses bébés (Philippines) et la
légende de l'ours frileux qui déroba un jour l'été (Canada). Chaque histoire est suivie d'un
intermède ludique présenté sous la forme d'une comptine, d'un jeu ou d'une devinette.
Cote : C-A ANI Médiathèque
La Petite fille à pois et à rayures / Emanuela Nava ; trad. de
l'italien par Mona de Pracontal
(L‟Ecole des Loisirs, 2002)
Llaria a onze ans, ses parents italiens sont médecins et installés en Afrique pour étudier la
médecine des plantes. Zega a treize ans et est éthiopienne. Elles vivent toutes les deux à
Addis-Abeda, dans un pays ravagé par trente ans de guerre. Un conte traité avec humour
sur les rites initiatiques, la vie et les traditions africaines.
Cote : C AFR Médiathèque, Bibliothèque Sud
37
Les Six frères : et autres contes de l'Afrique de l'Est / paroles
d'Yves Pinguilly ; images de Florence Koenig
(Oskar jeunesse, 2008)
Recueil de contes traditionnels de l'Afrique orientale : pays de Pount, Abyssinie, vallée du
Nil Bleu, région de la mer Rouge, …
Cote : C AFR Médiathèque
Contes à jouer du chapeau / Praline Gay-Para ; illustrations
de Anne Hemstege
(Syros Jeunesse, 2009)
Un recueil de contes provenant aussi bien d'Egypte que d'Ethiopie ou du Japon.
Cote : C GAY Médiathèque
Contes curieux des quatre coins du monde / choisis, traduits et
racontés par Praline Gay-Para
(Actes Sud, 2007. Babel)
Contes issus de la tradition orale qui prônent la tolérance ou qui s'amusent de la
supériorité de la ruse sur le pouvoir. Turquie, Punjab, Haïti, Somalie, Tanzanie, Soudan,
Iraq, Ethiopie, Liberia, Chili, Birmanie, Mexique, Palestine ...
Cote : C GAY Médiathèque
Le Prince courageux : et autres contes d'Ethiopie / Praline
Gay-Para ; illustrations de Sophie Dutertre
(Syros, 2003)
Recueil de trois contes traditionnels éthiopiens : « L'histoire du conteur » : un roi propose
une récompense à celui de son royaume qui racontera une histoire qu'il ne connaît pas.
« Le prince courageux » : un roi qui se désole du caractère peureux de son fils l'emmène à
la chasse ... « Qui est le roi ? » : un chasseur arrive dans une ville où tout le monde fait la
même chose ...
Cote : C GAY Médiathèque
38

Sélection de sites Internet 
Musiques modernes, à lire
"Un siècle de musique moderne en Ethiopie", une étude de Francis Falceto (Cahiers
d'Etudes Africaines, 2001)
Entretien avec Francis Falceto, musicographe, spécialiste des musiques éthiopiennes
(Les Nouvelles d'Addis, 2001)
Entretien avec Francis Falceto autour d'Ethiopiques, vol.15, « Jump to Addis » : le jazz
européen a-t-il rencontré les standards éthiopiens ? (Les Nouvelles d'Addis, 2003)
Groupies d'Ethiopie - enquête (Libération, février 2011)
La collection Ethiopiques du label Buda Musique
La collection Ethiosonic et autres Ethio-expériences du label Buda Musique
Le label Terp Records (en anglais)
Mulatu Astatké, swing from Abessinia (portait, Perfect Sound Forever online music
magazine, 2010) - en anglais
Musiques modernes, à lire et écouter
Portrait d‟une époque, volonté de conservation: genèse d‟un groove irrésistible
Ethiopiques: partie 2, entretiens avec Francis Falceto (podcast Radio Cabaret Diapsora,
octobre 2010)
Musiques traditionnelles et modernes, à lire
Entretien avec Anne Bolay, chercheuse, spécialiste des troubadours éthiopiens, les «
azmari » (Les Nouvelles d'Addis, 2000)
Musiques traditionnelles et modernes, à regarder, écouter et lire (en anglais)
Mitmitta Musika, music shop in Addis Abeba
Musiques traditionnelles, à regarder et lire
Photothèque du site de la Médiathèque de la Cité de la Musique : instruments traditionnels
éthiopiens (tapez Ethiopie dans le moteur de recherche)

Culture et vie culturelle
Alliance éthio-française d'Addis Abeba
Toi qui viens d'Ethiopie
Généralités
Ethiopie - article Wikipédia
39

Documents pareils