Surmonter les obstacles à l`apprentissage au Sri Lanka - CAF-FCA

Commentaires

Transcription

Surmonter les obstacles à l`apprentissage au Sri Lanka - CAF-FCA
numéro 7 • automne 2012
Surmonter les obstacles à l’apprentissage au Sri Lanka
K J Koralage, directeur de la Formation, Régie de la formation professionnelle du Sri Lanka 1 et
Dhammika Hewapathirana, président, Régie de la formation professionnelle du Sri Lanka
Cet article présente un aperçu du système d’éducation et de formation
techniques et professionnelles (EFTP) du Sri Lanka. Une description de
l’économie du pays et de ses réalités culturelles et sociales établit le contexte qui
nous permet de comprendre les défis menottant le potentiel du système d’EFTP.
Cet article décrit des éléments clés de l’élaboration et de l’amélioration du
système d’EFTP. Il se termine par une analyse d’une initiative lancée en 2005
pour améliorer le système d’EFTP du Sri Lanka afin de former des travailleurs
plus qualifiés pour aider le pays à répondre à ses besoins sur le plan de la
population active.
Le contexte sri lankais
Pays insulaire situé au large de l’extrémité sud de l’Inde dans l’océan Indien, le Sri Lanka avait
une population estimée à 20 653 000 d’habitants en 2010 2. Le produit intérieur brut (PIB) par
habitant du pays a enregistré des gains robustes au cours des dernières années. Après une
croissance lente en 2009 (3,5 %), les taux de croissance du PIB ont été particulièrement solides
en 2010 et 2011, à 8 et 8,2 % respectivement 3. Les principales industries qui sont les
locomotives de l’économie du pays sont le caoutchouc, le thé, les autres produits agricoles, les
textiles et le secteur des services, y compris les services bancaires et l’assurance 4.
Le Sri Lanka affiche un taux d’alphabétisation de 91,4 % 5, soit un des plus élevés en Asie du
Sud 6. En dépit de cette réalisation, le nombre d’étudiants sri lankais inscrits au niveau des
études tertiaires est très faible. En 2009, à peine 3,6 % des 20 à 24 ans fréquentaient une
1
La Régie de la formation professionnelle du Sri Lanka est le principal fournisseur gouvernemental d’EFTP au Sri
Lanka.
2
Statistical Data Sheet Sri Lanka 2011. Service du recensement et de la statistique, ministère des Finances et de la
Planification. Voir : http://www.statistics.gov.lk/DataSheet/dataenglish.pdf.
3
Sri Lanka, Socio-Economic Data, 2011. Banque centrale du Sri Lanka, juin 2011, vol XXXIV. Voir page 5 :
http://www.cbsl.gov.lk/pics_n_docs/10_pub/_docs/statistics/other/Socio_Econ_ Data_2011_e.pdf ET Sri Lanka.
Economy. Central Intelligence Agency. The World Factbook. Voir : https://www.cia.gov/library/publications/the-worldfactbook/geos/ce.html.
4
Sri Lanka, World Factbook, ibid.
5
Données socioéconomiques 2011, juin 2011, p. 5.
6
Ibid, p.18.
www.caf-fca.org
1
numéro 7 • automne 2012
université et une autre tranche de 3,6 % du même groupe d’âge suivait des cours d’EFTP. Le
taux moyen d’inscription au niveau tertiaire dans d’autres pays à revenu faible et moyen s’établit
à environ 23 % 7. Par ailleurs, le taux de chômage chez les personnes instruites varie de 13 à
17 %, ce qui est étonnamment plus élevé que la moyenne nationale de 8,5 % 8.
Le défi réside en partie dans le fait que même si 200 000 étudiants en moyenne sont
admissibles à l’université chaque année, il n’y a que 20 000 places disponibles. D’autres places
sont disponibles dans le secteur EFTP, mais il n’est pas très populaire dans le pays à cause de
son image médiocre. Des changements récents ont toutefois eu un effet positif. En 2005, le
pays a établi le système de titre national de qualification (NVQ) et à la fin de juin 2010, la
Commission de l’enseignement tertiaire et professionnel (TVEC) avait délivré plus de 28 000
certificats 9.
En dépit de ces efforts, on attribue en grande partie le clivage qui persiste entre l’éducation et
l’employabilité au manque de connaissances techniques en recherche d’emploi ou lancement
d’une entreprise chez les décrocheurs. 10 De plus en plus, les décideurs et les experts du
marché du travail du pays constatent que les promesses dont la formation et l’éducation
fournies par les établissements d’enseignement technique et professionnel du pays sont
porteuses aident à refermer cet écart. Pour essayer d’attirer les étudiants dans le secteur
technique, toutes sortes d’organismes de formation offrent des programmes d’orientation
professionnelle et de counseling, mais leurs succès sont limités jusqu’à maintenant. C’est
pourquoi le marché du travail local ne réalise pas son potentiel.
Un autre aspect qui façonne le contexte du marché du travail du Sri Lanka réside dans le
nombre de personnes qui cherchent du travail à l’étranger. Plus de 200 000 personnes par
année quittent le pays à la recherche d’un emploi 11. La plupart des personnes qui cherchent du
travail à l’étranger ne sont pas qualifiés et y trouvent un salaire très bas. La formation de ces
travailleurs dans le système d’EFTP du Sri Lanka leur serait très bénéfique, car elle les doterait
de compétences vendables qui leur permettraient d’obtenir un meilleur salaire à l’étranger. Sur
la scène intérieure, si elle disposait d’un effectif plus qualifié pour s’attaquer aux pénuries de
main-d’œuvre du pays 12, l’économie du Sri Lanka en bénéficierait elle aussi.
7
Priyanka Jayawardena, « Expanding Tertiary Education Critical to Sri Lanka’s ‘Knowledge Hub’ Aspirations ».
Talking Economics de l’Institut des études politiques. Mai 2012. Voir :
http://www.ips.lk/talkingeconomics/2012/05/expanding-tertiary-education-is-critical-to-sri-lankas-knowledge-hubaspirations/ .
8
Report and Recommendation of the President to the Board of Directors. Asian Development Bank. Project Number:
35197. Proposed Loan - Democratic Socialist Republic of Sir Lanka: Technical Education Development Project.
Octobre 2005, p. 1.
9
Sector Briefing: Education and Skills Opportunities in Sri Lanka. UK Trade and Investment. Voir page 4 :
https://docs.google.com/viewer?url=http://static.globaltrade.net/files/pdf/20110321130135259.pdf&pli=1&chrome=true
10
Ibid, p. iv.
11
Politique nationale sur la migration de la main-d’œuvre au Sri Lanka. Ministère de la Promotion de l’emploi à
l’étranger et du bien-être, octobre 2008. Voir page 1 :
www.ilo.org/public/english/protection/migrant/download/mpolicy_srilanka_en.pdf.
12
Commission nationale de l’éducation, juin 2009, p. 84.
www.caf-fca.org
2
numéro 7 • automne 2012
Défis à relever dans le système d’EFTP du Sri Lanka 13
L’option qu’offre la formation professionnelle au Sri Lanka est mal reconnue dans la population
générale pour ce qui est des qualifications requises afin d’exercer ces professions et du travail
qu’elles effectuent. Or, même lorsqu’ils connaissent le système d’EFTP, les gens en ont des
idées négatives. En dépit de l’aspect de la formation professionnelle qui a trait à l’employabilité,
les parents préfèrent que leurs enfants cherchent à faire les études les plus poussées possible,
c’est-à-dire au niveau universitaire, qu’il en découle ou non un emploi rémunéré. Tant les
parents que les étudiants considèrent en fait les instituts de formation du secteur de l’EFTP
comme le choix par défaut. C’est pourquoi beaucoup des places de formation disponibles aux
instituts d’EFTP demeurent inoccupées et l’on signale des taux de décrochage relativement
élevés comparativement aux universités et à d’autres instituts de formation spécialisée 14.
D’autres obstacles empêchent le système d’EFTP du Sri Lanka de connaître du succès. Le
manque de ressources financières disponibles à investir dans les programmes d’EFTP et la
disponibilité limitée de formateurs compétents afin de faciliter la formation des étudiants ont une
incidence négative sur la qualité de l’éducation fournie. Les cursus ne préparent pas bien les
étudiants au milieu du travail et les directeurs scolaires n’ont pas les compétences spécialisées
nécessaires pour appuyer comme il se doit les programmes d’EFTP. Les liens médiocres avec
l’industrie nuisent à la capacité des établissements d’offrir des possibilités éclairantes de
formation en cours d’emploi, ce qui limite l’ampleur de la préparation pratique de l’effectif. Aux
établissements mêmes, les outils et le matériel sont de qualité moindre, ce qui désavantage
encore plus les étudiants.
Surmonter les défis dans notre système d’EFTP
On a défini des activités permettant d’améliorer le rendement du système d’EFTP du Sri Lanka.
Les trois principaux éléments à améliorer sont la formation, l’affectation des ressources et les
responsabilités, ainsi que la coordination des efforts des divers intervenants.
Dans le domaine de la formation, il faut mettre à jour les cursus du volet formation en cours
d’emploi des formateurs et doter les centres de formation d’outils et d’équipements modernes.
Les formateurs devraient recevoir, au Sri Lanka et à l’étranger, de la formation qui améliorera
leurs compétences spécialisées et qui garantira qu’ils fournissent à leurs étudiants l’information
et les approches les plus à jour disponibles. Afin de rendre plus attrayant le travail dans les
métiers spécialisés, il est recommandé que les formateurs des établissements reçoivent la
reconnaissance professionnelle et une rémunération appropriée. Des réformes de ces éléments
rendront plus positive l’image du secteur, le rendront plus attrayant comme possibilité
13
14
Report and Recommendation, Project Number : 35197, p. 2.
Commission nationale de l’éducation, juin 2009, p. 77.
www.caf-fca.org
3
numéro 7 • automne 2012
d’éducation viable qui aboutit à la possibilité d’un emploi respectable et bien rémunéré. De plus,
il est crucial de reconnaître la valeur de l’investissement dans les formateurs du système
d’EFTP pour hausser la qualité de la formation fournie et former un effectif qui pourra répondre
aux besoins croissants en travailleurs du Sri Lanka 15.
Afin d’encourager l’activité dans le système d’EFTP, il faudrait offrir des incitations financières à
la fois aux apprenants et aux formateurs. Un financement accru pourrait réduire les taux de
décrochage des établissements d’EFTP en leur permettant d’offrir des expériences
d’apprentissage plus positives, ce que le pays espère faire. Les incitations offertes aux
étudiants de familles pauvres amélioreront leur sentiment de sécurité, ce qui encouragera les
apprenants à demeurer dans le programme.
Afin d’attirer et de garder davantage de participants dans le système d’EFTP et d’améliorer la
perception que la société a du secteur technique, les participants du système devraient
bénéficier des programmes de sécurité sociale et d’assurance. Il est recommandé d’appliquer
régulièrement les procédures appropriées de surveillance et d’évaluation pour assurer que ces
investissements dans le système d’EFTP produisent les résultats escomptés. Des évaluations
périodiques augmenteront les résultats positifs de l’initiative en assurant que le système d’EFTP
continue de fournir une formation de grande qualité. Les critères détaillés de surveillance des
établissements d’EFTP sont disponibles dans un document PDF.
Le troisième aspect à améliorer vise avant tout une meilleure coordination des activités afin
d’améliorer le rendement du système d’EFTP dans l’ensemble. L’établissement et la promotion
de liens entre les organisations de formation et l’industrie afin d’offrir une formation appropriée
aux apprenants constituent un aspect clé à améliorer qui exigera de solides techniques de
coordination entre les intervenants et parmi eux. Les formateurs et les apprenants devraient
bénéficier également du système d’orientation professionnelle et de counseling. Dans les
établissements de formation, une meilleure coordination entre les services améliorera
l’utilisation des ressources disponibles. Aussi sur le plan des ressources, il a été proposé que le
gouvernement réunisse des fonds afin d’appuyer l’acquisition de connaissances spécialisées,
ce qui obligera les divers niveaux et services qui interviennent dans la gestion des ressources
du pays, autant humaines que financières, à coordonner leurs efforts. Enfin, un système plus
coordonné doté de liens de communication efficaces minimiserait les écarts au niveau des
salaires entre les travailleurs de la même profession, ce qui signifierait que l’on cherche à
instaurer une plus grande égalité et de meilleures normes dans le secteur.
15
Ibid, p.85.
www.caf-fca.org
4
numéro 7 • automne 2012
Information tirée du projet
En 2005, la Banque asiatique de développement a accordé au Sri Lanka un prêt de 20 millions
de USD pour aider le pays à former davantage de travailleurs qualifiés en concentrant les
efforts sur l’amélioration de l’éducation technique et de la formation professionnelle offertes.
Comme on l’a indiqué ci-dessus, il fallait attirer davantage d’apprenants dans le secteur
technique afin de répondre aux besoins intérieurs et internationaux émergents en travailleurs
qualifiés. Cette initiative a comporté tout un éventail d’interventions. Sur le plan de
l’enseignement, il fallait améliorer la qualité de l’enseignement offert par les établissements en
investissant dans les formateurs, ainsi que dans les outils et l’équipement. L’augmentation des
investissements financiers et l’amélioration de l’image du secteur visent à attirer et garder des
étudiants dans le système. Enfin, en dotant les apprenants de connaissances spécialisées
applicables, en mettant l’industrie à contribution pour qu’elle offre des possibilités de formation
en cours d’emploi et en augmentant la pertinence du cursus, on renforce l’éducation offerte, ce
qui forme des travailleurs qualifiés prêts à faire concurrence sur le marché mondial 16.
Résultats escomptés du projet
Une étude sectorielle devra évaluer le rôle des fournisseurs d’EFTP et leur efficacité lorsqu’il
s’agit de répondre aux exigences du marché du travail. Il faudra à l’avenir procéder à un
examen critique des obstacles du secteur et évaluer les expériences et les résultats de projets
terminés auparavant. Ces constatations jouent un rôle important dans la définition de certains
enjeux clés de la réforme du secteur.
Afin d’améliorer le système actuel d’EFTP, il a été proposé que les intervenants s’entendent sur
une stratégie à moyen terme comportant une feuille de route qui guidera les activités futures.
On a défini certaines interventions immédiates qui consistent notamment à (1) appuyer
l’amélioration du système d’EFTP en partenariat avec l’administration locale et (2) former des
enseignants techniques dans le système d’EFTP. Le projet permettra au pays de s’attaquer aux
obstacles internes du système et de mieux prévoir les besoins du marché du travail.
Le travail aboutira à un concept détaillé et à un protocole d’administration du projet. Ces
documents s’appuieront sur le concept du cadre de surveillance et comporteront des analyses
sociales et économiques, ainsi que des mesures de protection sociale.
16
ADB to help improve technical education and vocational training in Sri Lanka. 22 novembre 2005. Voir :
www.adb.org/news/adb-help-improve-technical-education-and-formation professionnelle-Sri Lanka?ref=countries/Sri
Lanka/news; « Research Studies on Tertiary Education Sector: Identify Benefits and Analyze Issues related to
Partnership Programs between Public TVET Institutions and Private Sector Enterprises ». Commission nationale de
l’éducation, avril 2008. Voir :
http://www.nec.gov.lk/web/images/pdf/research/Technical/Issues_related_to_linkages.pdf .
www.caf-fca.org
5
numéro 7 • automne 2012
Comme on l’a dit ci-dessus, le système d’EFTP du Sri Lanka a des défis à relever à de
nombreux niveaux. Il n’y a pas suffisamment de travailleurs qualifiés pour répondre à la
demande intérieure et encore moins à celle de l’étranger. Le système manque de formateurs
certifiés et qualifiés, la population en a des perceptions négatives et les outils d’enseignement,
le matériel et les cursus sont de faible qualité. Une fois le projet terminé, on continuera de
chercher à accroître l’accès à la formation professionnelle et à en rehausser l’image, à renforcer
la capacité et les qualités de l’enseignement fourni et à affecter des ressources appropriées
pour appuyer les améliorations continues du système. Les résultats souhaités du projet
comprennent un système d’EFTP plus efficient qui pourra mieux répondre aux exigences
actuelles du marché du travail. L’amélioration de la capacité et de la qualité de la formation
fournie par le système d’EFTP fera beaucoup pour appuyer ces efforts, qui garantiront en bout
de ligne que le système d’EFTP est apprécié parce qu’il apporte une contribution importante à
la croissance économique et au développement social du Sri Lanka 17.
_________
Le Journal canadien de l’apprentissage est une
publication du Forum canadien sur l’apprentissage
17
Report and Recommendation, Project Number: 35197, p. iv.
www.caf-fca.org
6

Documents pareils