Introduction

Commentaires

Transcription

Introduction
Ecole nationale supérieure
des sciences de l’information
et des bibliothèques
Université
Claude-Bernard
Lyon I
DESS Ingénierie Documentaire
Rapport de recherche bibliographique
Utilisation thérapeutique et
détournée des psychostimulants chez
l’homme. Cas particulier de la
Ritaline® : effets secondaires chez
l’enfant et usage récréatif.
Corinne CHARROIN
sous la direction de Madame Anne Bérod, Directeur de Recherche
au CNRS
INSERM U512, laboratoire de neuropharmacologie, Faculté de Pharmacie,
Université Claude Bernard Lyon I
Année 2000-2001
Table des matières
INTRODUCTION ......................................................................... 5
MÉTHODOLOGIE ......................................................................... 6
1. Le sujet proposé
6
2. Démarrer la recherche
7
3. Les mots clés utilisés
8
4. Les CDRoms
9
4.1.
4.2.
4.3.
4.4.
4.5.
Embase................................................................................... 9
4.1.1. Recherche .................................................................... 9
4.1.2. Analyse ...................................................................... 10
Biosis 10
4.2.1. Recherche ................................................................... 10
4.2.2. Analyse ...................................................................... 11
Medline .................................................................................. 11
4.3.1. Recherche ................................................................... 11
4.3.2. Analyse ...................................................................... 12
Pascal.................................................................................... 12
4.4.1. Recherche ................................................................... 12
4.4.2. Analyse ...................................................................... 13
Docthèse ................................................................................ 14
4.5.1. Recherche ................................................................... 14
4.5.2. Analyse ...................................................................... 14
5. A partir du site officiel de la Faculté de Pharmacie de Lyon.
5.1.
5.2.
5.3.
Présentation ........................................................................... 14
Recherche .............................................................................. 15
5.2.1. Les bases de données gratuites sur Internet ...................... 15
5.2.2. Caducée.net ................................................................ 15
5.2.3. Site du CHU de Rouen ................................................... 17
5.2.4. Health On the Net......................................................... 18
5.2.5. Toxibase ..................................................................... 19
5.2.6. Uncover...................................................................... 19
5.2.7. BIAM.......................................................................... 19
Analyse.................................................................................. 19
6. Le Centre de Pharmacovigilance de Lyon
6.1.
6.2.
6.3.
20
Présentation ........................................................................... 20
Recherche .............................................................................. 20
Analyse.................................................................................. 20
7. Toxibase
7.1.
7.2.
14
21
Présentation ........................................................................... 21
Recherche .............................................................................. 21
7.2.1. Sur la base de données bibliographiques Toxibase ............... 21
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
7.3.
7.2.2. Les sites Internet ......................................................... 21
Analyse.................................................................................. 24
8. Entretien avec le Docteur Revol
24
9. Le serveur Dialog
25
9.1.
9.2.
9.3.
Choix des bases de données ....................................................... 25
Recherche .............................................................................. 26
Analyse.................................................................................. 27
10. Internet
27
10.1. Recherche .............................................................................. 27
10.1.1. Google...................................................................... 27
10.1.2. Copernic 2000 ............................................................ 28
10.1.3. MetaCrawler .............................................................. 29
10.1.4. Yahoo ....................................................................... 29
10.2. Analyse.................................................................................. 29
11. Estimation du temps global de travail
30
SYNTHÈSE ............................................................................... 31
1. L’enfant hyperactif
1.1.
1.2.
1.3.
1.4.
Historique............................................................................... 31
Diagnostic .............................................................................. 31
Facteurs étiologiques ................................................................ 32
Traitement.............................................................................. 33
2. La Ritaline®
2.1.
2.2.
2.3.
33
Présentation ........................................................................... 33
Pharmacologie et indications ...................................................... 34
Les effets secondaires ............................................................... 35
3. Amphétamines et toxicomanie
3.1.
3.2.
3.3.
31
37
Historique............................................................................... 37
Dépendance et toxicomanie........................................................ 38
Usage détourné de méthylphénidate ............................................ 39
4. Le méthylphénidate en France
43
CONCLUSION ........................................................................... 44
BIBLIOGRAPHIE ...................................................................... 45
1. ARTICLES DE PERIODIQUES
45
2. HISTORIQUE DOCUMENTS LES PLUS ANCIENS
54
3. ACTE DE CONGRES
55
4. MONOGRAPHIES
56
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
2
5. RAPPORTS SCIENTIFIQUES
56
6. REVUE COMPLETE
56
7. THESE
56
8. RESSOURCES INTERNET
57
ANNEXES ................................................................................. 58
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
3
Utilisation thérapeutique et détournée des psychostimulants
chez l’homme. Cas particulier de la Ritaline® : effets
secondaires chez l’enfant et usage récréatif.
Corinne CHARROIN
Résumé
Depuis l’Antiquité on sait que les médicaments sont aussi des poisons. Les
psychostimulants, par leur action sur le système nerveux central, présentent de réels
dangers, mais leur utilisation thérapeutique se révèle intéressante dans le cas des
Troubles de l’Hyperactivité avec Déficit d’Attention. Le diagnostic doit être très
précisément posé et le traitement par la Ritaline® ajusté avec soin, afin de limiter
les risques.
Descripteurs : Ritaline – méthylphénidate – effets secondaires – usage détourné –
utilisation récréative – enfant – toxicomanie.
Medical use and abuse of psychostimulants in human.
Particular case of Ritalin®: side effects in children and
recreational abuse.
Abstract
Since Antiquity, medicines have also been known as poisons. Psychostimulants,
through their action on the central nervous system, show real dangers, but their
therapeutic use has proved interesting in a case such as attention-deficit
hyperactivity disorder. The diagnosis has to be made as accurately as possible and
the treatment with Ritalin® carefully adjusted, in order to minimize the risks.
Keywords : Ritalin – methylphenidate – side effects – adverse effects – abuse –
drug abuse – misuse – children.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
4
Introduction
Les troubles hyperkinétiques de l’enfant ont été individualisés à la fin du XIX
siècle, époque à laquelle l’école française de psychiatrie décrit l’instabilité
psychomotrice de l’enfant avec déficit de l’attention, et son association fréquente à
des troubles des conduites. Ces manifestations pathologiques ont ensuite été
rapprochées d’un trouble de l’organisation de la personnalité : cela a été à l’origine
de l’une des divergences importantes entre les psychiatres français et leurs
collègues d’Amérique du Nord, qui estiment depuis longtemps que l’hyperactivité
constitue une entité clinique, voire neurobiologique (minimal brain dysfunction ou
dysfonctionnement cérébral minime) dont le pronostic est sévère, et qui nécessite
une évaluation ainsi qu’un traitement. En France, cette entité reste mal connue et
mal acceptée, en raison peut-être de l’influence du courant psychanalytique.
En France, la Ritaline®, dont la dénomination commune internationale (DCI) est
méthylphénidate, stimulant du système nerveux central, a obtenu un visa en 1959 et
une Autorisation de Mise sur le Marché (AMM) en 1975 pour le traitement des
« psychasthénies et troubles du comportement de nature hyperkinétique chez
l’enfant ». Cette même AMM a été retirée officiellement en 1986, et des
autorisations d’importation accordées entre 1986 et 1994. En juin 1994 de nouvelles
dispositions législatives et réglementaires ont vu le jour, et les laboratoires CibaGeigy, détenteurs de l’AMM se sont vus accorder une nouvelle AMM le 31 juillet
1995, assortie de dispositions rigoureuses de prescription et de délivrance, dans le
but de garantir le bon usage du médicament.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
5
Méthodologie
1.
Le sujet proposé
Madame Anne Bérod, chercheur à l’Unité INSERM U512, travaille sur l’action des
psychostimulants chez l’animal à la fois au plan comportemental et biochimique.
Dans ce cadre de travail, elle m’a proposé, une étude sur le métylphénidate, plus
connu sous le nom de la spécialité Ritaline®. La commercialisation de ce produit
étant assez récente en France (1996), Mme Bérod possédait peu de littérature à son
propos, mais était intéressée par cette molécule qui fait partie des amphétamines, et
pose ainsi les problèmes liés à l’usage des psychostimulants chez l’homme.
Le méthylphénidate est un médicament utilisé pour le traitement de l’hyperactivité
chez les enfants principalement, aussi appelée troubles hyperkinétiques, instabilité
psychomotrice, syndrome d’hyperactivité avec déficit d’attention, mais qui peut être
prescrit dans d’autres indications. C’est dans le cadre de cette indication principale
que Mme Bérod souhaitait que porte le travail. Nous nous sommes rapidement
aperçues que le sujet semblait bien couvert, ce qui nous a permis d’affiner notre
démarche.
Mme Bérod a donc désiré que la recherche porte sur les effets secondaires du
méthylphénidate chez l’enfant et son potentiel à être détourné de son usage
thérapeutique vers un usage dit récréatif par les adolescents et jeunes adultes, ce qui
est fréquemment le cas des dérivés amphétaminiques.
Dans la suite de cet exposé, j’utiliserai les abréviations suivantes :
MHP pour méthylphénidate,
THADA pour Troubles d’Hyperactivité avec Déficit d’Attention,
qui sont couramment utilisées par les auteurs et médecins spécialistes.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
6
2.
Démarrer la recherche
Pour commencer ce travail, j’ai utilisé différents ouvrages.
VERRY C., DIDIER B.
La recherche d’information biomédicale sur Internet.[On-line].
Site de l’ADBS – Institut Pasteur – Paris.[Mise à jour 22.09.00]
Available from Internet :
<URL : http://www.pasteur.fr/infosci/biblio/adbs.html>
Pour la rédaction des références bibliographiques :
BURLAT J.M., PRUDHOMME B.
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES – Rédaction et lecture. 5 ème éd. [On-line].
Villeurbanne (Fr): Inst. Nat. Sci. Appl., Doc’INSA, Sep. 1997 [Visité le
13/12/2000] Available from Internet :
<URL : http://csidoc.insa-lyon.fr/docs/refbibli.html>
Pour me familiariser avec la pathologie et la molécule :
Dictionnaire VIDAL 2000.
RITALINE MG COMPRIME . [On-line]. Paris : Editions du VIDAL, 2000 [Visité le
08/12/2000]
Available from Internet : <URL : http://www.vidalpro.net/>
A partir du Vidal, j’ai eu l’adresse électronique du Laboratoire Novartis qui
commercialise la Ritaline®, à qui j’ai envoyé un courrier pour demander de la
documentation sur le produit, et qui me l’a procurée.
E-mail : [email protected]
DOROSZ PH. – Guide pratique des médicaments. 20 ème édition.
Paris : Maloine, 2000, 1778 p.
MARTINDALE – The complete drug reference. 32ème édition.
London : Pharmaceutical Press, 1999, 2315 p.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
7
3.
Les mots clés utilisés
Les articles scientifiques étant principalement écrits en anglais, je me suis limitée à
l’anglais et au français pour mes différentes interrogations.
L’intitulé du sujet comprend deux groupes de mots clés.
méthylphénidate
methylphenidate
Ritaline
Ritalin
EFFETS SECONDAIRES
effets secondaires
adverse effects
effets indésirables
side effects
adverse events
side events
enfant
child
children
USAGE DETOURNE
usage abusif
abuse
misuse
usage détourné
medication abuse
drogue illicite
drug abuse
utilisation récréative
recreational abuse
usage récréatif
toxicomanie
toxicomania
adolescent
young
teen-ager
Certaines expressions ont pu s’avérer utiles :
drogues d’abus
diversion of prescribed drug
prescription drug abuse
Les thesauri et index des bases de données telles que Medline, Biosis et Pascal ont
été utilisés pour la détermination précise de ces mots clés et utilisés
préférentiellement lors de l’interrogation de celles-ci. Les noms de la pathologie,
comme hyperactivité, ont délibérément été mis de côté, car apportant beaucoup trop
de réponses, non interprétables dans le cadre de ce travail.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
8
4.
Les CDRoms
Les recherches sur CDRoms ont été effectuées à la Bibliothèque Universitaire de la
faculté de Pharmacie de l’Université Claude Bernard Lyon I. L’autorisation de mise
sur le marché (AMM) en France datant de 1995, j’ai fait les interrogations sur une
période allant de 1995 à 2001.
L’interrogation comportera toujours deux parties, effets secondaires d’une part,
usage détourné d’autre part.
4.1.
Embase
4.1.1.
Recherche
D’abord bibliographie imprimée depuis 1947 sous le nom d’Excerpta Medica, cette
base de données informatisée depuis 1974 regroupe aujourd’hui plus de 3300
journaux médicaux et est produite par Elsevier. Elle est également accessible en
ligne.
Les résumés d’auteurs sont en anglais.
L’indexation se fait par mots clés du thesaurus EMTREE.
Equations de recherche
1
"METHYLPHENIDATE"/ adverse-drug-reaction ,
side-effect
2
"METHYLPHENIDATE"/ inhalational-drugadministration , intravenous-drugadministration , intranasal-drugadministation
3
"METHYLPHENIDATE"/ all subheadings
4
"ABUSE"/ all subheadings
Résultats
243
390
0
6
TOXICOMANI
0
8
#3 and #7
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
16
1633
#3 and #4
"DRUG-DEPENDENCE"/ all subheadings
pertinents
1
5
7
Résultats
5321
62
15
9
4.1.2.
Analyse
Dans cette base de données on s’aperçoit qu’il ne faut pas être trop restrictif dans
une première interrogation, mais plutôt recouper dans un deuxième temps des
informations larges.
On peut s’étonner que l’étape 2 ne donne qu’un seul résultat, alors que les voies
d’administration citées sont celles utilisées lors de l’abus de substances
psychotropes, et que toxicomanie ne donne aucun résultat. La première
interrogation apporte beaucoup de bruit, car les effets secondaires peuvent
concerner d’autres indications du MHP que celle du THADA, les articles proposés
peuvent citer le MHP dans une étude comparative sur les psychostimulants ou
s’intéresser à l’aspect biochimique de la molécule, ce qui n’est pas le choix de ce
travail.
4.2.
Biosis
4.2.1.
Recherche
Cette base de données provient de la bibliographie imprimée des Biological
Abstracts et est produite par Biosciences aux Etats-Unis. Elle comporte plusieurs
milliers de revues et couvre les domaines de la biologie humaine, végétale et
animale.
Elle utilise les mots clés d’un lexique pour indexer ses documents.
Equation de recherche
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
METHYLPHENIDATE
METHYLPHENIDATEMETHYLPHENIDATE-ANALOGS
METHYLPHENIDATE-ANALOGUES
METHYLPHENIDATE-CONDITIONED
METHYLPHENIDATE-D3
METHYLPHENIDATE-HYDROCHLORIDE
METHYLPHENIDATE-INDUCED
METHYLPHENIDATE-INDUCED-CRAVING
METHYLPHENIDATE-INJECTED
METHYLPHENIDATE-MAINTENANCE-THERAPY
#1 or #2 or #3 or #4 or #5 or #6 or
#7 or #8 or #9 or #10 or #11
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
Résultat
287
140
2
1
1
1
5
14
1
1
1
287
10
On s’aperçoit que les mots composés, fréquemment utilisés en anglais, et séparés
par un tiret, découlent d’un terme principal qui les regroupe tous. On tiendra
compte de la particularité du lexique de cette base pour la suite de l’interrogation..
Equations de recherche
1
METHYLPHENIDATE
2
#1 and ((SIDE EFFECT OR ADVERSE-EFFECT)
OR (SIDE EVENT OR ADVERSE-EVENT))
Résultats
pertinents
287
22
6
3
3
4
5
7
6
8
RECREATIONAL-DRUG-TOXICITY
RECREATIONAL-DRUG-USE
RECREATIONAL-DRUG-USER
#3 or #4 or #5 or #6
RECREATIONAL-DRUGS
#1 and #7
1
5
2
3
11
0
9
10
11
12
DRUG-ABUSERS
DRUG-ABUSING
#9 or #10
#1 and #11
8
27
33
0
13
14
DRUG-ABUSE
#1 and #13
15
16
17
ADDICTION
ADDICT
#1 and (#15 or #16)
4.2.2.
Résultats
504
3
2705
286
12
2
3
Analyse
On s’aperçoit que l’interrogation sur Biosis n’est pas très satisfaisante. Le lexique
donne des mots clés qui seraient tout à fait appropriés à ma recherche, mais le type
d’articles qu’elle propose ne correspond pas à ce que je cherche. Le MHP est un
sujet bien couvert, mais pas forcément sur le THADA comme nous l’avons vu pour
la base de données précédente.
4.3.
4.3.1.
Medline
Recherche
Cette base regroupe plus de 3400 revues, indexées dans l’Index Medicus par la
National Library of Medicine (NLM), et est l’une des plus connue dans le domaine
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
11
de la littérature médicale. La couverture est mondiale mais la plupart des références
sont de source anglophone.
Sur Internet, Medline offre un accès libre et gratuit, sur lequel je reviendrai
ultérieurement.
Medline possède un thesaurus, le MeSH (Medical Subject Headings), liste de
descripteurs contrôlés et hiérarchisés, ce qui donne un vocabulaire très structuré,
que j’ai bien entendu utilisé.
Equations de recherche
Résultats
1
"METHYLPHENIDATE"/ adverse-effects
111
2
"SUBSTANCE-RELATED-DISORDERS"/ all
subheadings
10720
3
"METHYLPHENIDATE"/ all subheadings
574
4
#2 and #3
4.3.2.
27
Résultats
pertinents
17
12
Analyse
Le thesaurus de Medline propose pour “abuse” l’expression “substance- relateddisorders”qui m’a paru la plus appropriée parmi celles proposées, rien ne se
rapprochant davantage d “abuse” ou de “misuse”. On s’aperçoit qu’avec cette
expression, la pertinence des résultats est assez bonne, avec un pourcentage de bruit
de 50% environ.
La première étape appelle la même réflexion que lors de l’interrogation des deux
précédentes bases de données, mais je rappelle que l’interrogation avec les termes
d’hyperactivité, déficit d’attention, comme mots clés anglais et français apportent
un nombre de réponses extrêmement important, avec beaucoup de bruit, et
difficilement
interprétables
dans
le
cadre
d’un
travail
comme
celui
demandé. L’intérêt de ne pas faire l’interrogation sur effets secondaires + THADA,
permet de comparer ces effets dans les différentes pathologies qui relèvent d’une
prescription de MHP, de voir leurs similitudes et ce qui semble le plus préoccupant
selon les dosages prescrits et les indications.
4.4.
Pascal
4.4.1.
Recherche
La base de données Pascal est produite par l’INIST (Institut National de
l’Information Scientifique et Technique), dépendant du CNRS. Elle possède au
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
12
moins 10 000 revues couvrant les domaines de la médecine, de la biologie, de la
technologie et des sciences.
L’indexation se fait à partir de mots clés en français, en anglais et en espagnol,
regroupés dans un lexique. Pour ma recherche, j’ai utilisé les préfixes DXF
(descripteurs français), DXA (descripteurs anglais), avec les termes du lexique et le
mode expert.
Résultats
Equations de recherche
Résultats
1
methylphenidate et effets secondaires
9
2
methylphenidate et side effects
0
3
methylphenidate et usage abusif
0
4
methylphenidate et abus
2
1
5
methylphenidate et drogue illicite
12
4
4.4.2.
pertinents
4
Analyse
L’interrogation a porté sur les années 1999 et 1997. Ce n’est pas un choix délibéré,
mais le résultat d’un concours de circonstances. La base de données Pascal est
répartie sur plusieurs CDRoms, qu’il faut charger successivement pour s’assurer de
couvrir une seule année : ainsi l’année 1999 est répartie sur 3 CDRoms, l’un pour
les mois de janvier à mai, un autre pour les mois de juin à septembre et un troisième
pour la fin de l’année. L’interrogation n’est donc pas aisée et la recherche
fastidieuse. De plus, le jour où j’ai interrogé Pascal, plusieurs CDRoms n’étaient
pas accessibles, et il m’a semblé peu judicieux de faire une interrogation sur
quelques mois d’une année seulement. Au vu des résultats médiocres de mes
interrogations et des difficultés rencontrées, je n’ai pas poussé cette investigation
au-delà, et j’ai décidé d’interroger Pascal ultérieurement, sachant que j’avais accès
à cette base de données par l’intermédiaire du serveur Dialog.
Il apparaît néanmoins que la base Pascal ne répond que moyennement à ma
recherche, notamment avec les mots clés anglais, et l’aspect toxicomanie, plus
psychologique, semble peu couvert.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
13
4.5.
Docthèse
4.5.1.
Recherche
Cette base recense les thèses de doctorat françaises toutes disciplines confondues,
depuis 1972. C’est le Ministère de l’Enseignement Supérieur qui en a la charge, et
elle est éditée par le Centre National du Catalogue Collectif National.
La recherche a été faite uniquement sur le champ TX qui s’intéresse aux
descripteurs,
résumé
et
titre.
J’ai
uniquement
interrogé
avec
« METHYLPHENIDATE » et ai obtenu 4 réponses dont une très intéressante pour
mon étude.
4.5.2.
Analyse
Une thèse est toujours intéressante dans une recherche d’informations, parfois très
pointue, selon la profondeur du travail réalisé. Il s’est trouvé que la thèse retenue
correspondait exactement à mon étude, usage détourné de médicaments et cas
particulier de la Ritaline®. De plus, il s’agit d’une thèse de doctorat en Pharmacie,
un point commun supplémentaire ; j’ai donc demandé cette thèse au prêt interuniversitaire, pour un coût de 30F.
Les autres travaux relevaient de la biochimie de la molécule ou de l’étude du
THADA.
5.
A partir du site officiel de la Faculté de
Pharmacie de Lyon.
5.1.
Présentation
http://www.univ-lyon1.fr/ispb
Ce site, élaboré par Monsieur Pascal Bador et régulièrement mis à jour, nous a été
présenté lors du module de recherche documentaire spécialisé dans les domaines
médicaux et scientifiques. Il est très complet et recoupe les informations que j’avais
pu retirer de ma première approche de l’Internet à travers le document de recherche
d’information biomédicale sur Internet de l’ADBS. J’ai donc beaucoup utilisé ce
site, particulièrement intéressant dans le cadre de ma recherche sur une molécule.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
14
5.2.
Recherche
J’ai ainsi eu accès à de nombreuses bases de données gratuites.
J’ai beaucoup axé ma recherche sur l’usage détourné du MHP, les bases de données
consultées ayant souvent un intérêt particulier dans le domaine de l’abus et de la
toxicomanie.
La recherche sur les effets secondaires apporte beaucoup de bruit, ces effets étant
forcément cités, dés qu’on parle de MHP, mais non détaillés dans le sens de mon
travail. J’ai néanmoins trouvé les documents les plus intéressants à ce sujet, à partir
de ces bases des données.
5.2.1.
Canbase
Les bases de données gratuites sur Internet
Canadian Centre on Substance Abuse - interface en Français
http://www.ccsa.ca/canbsrch.htm
Cette base donne des titres d’ouvrages publiés au Canada sur les toxicomanies.
Avec une recherche sur « methylphenidate », j’ai obtenu un article intéressant.
Project Cork about alcoholism and substance abuse
http://dciswww.dartmouth.edu:50080/?&&&36&s
Dartmouth College USA - interface en Anglais.
Sur une telle base, consacrée à l’abus de substance, il était évident que mon
interrogation n’allait m’apporter que des réponses à ce sujet.
Dix réponses m’ont été données par l’interrogation « methylphenidate », dont six
pertinentes.
Substance Abuse Information Database
http://www.notes.dol.gov/said.nsf/SAID+Search?OpenForm
Base américaine du U.S. Department of Labor - interface en Anglais.
Cette base donne une littérature sur l'abus de drogues et médicaments, mais malgré
son nom, je n’ai obtenu aucune réponse intéressante avec toujours la même
interrogation.
5.2.2.
Caducée.net
http://www.caducee.net
Caducée est un moteur de recherche sur l’actualité en médecine avec une revue de
presse hebdomadaire et des dossiers thématiques.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
15
Avec le mot clé « ritaline », j’ai obtenu neuf réponses réparties comme suit :
deux documents dans l’annuaire des sites, une dépêche, trois documents dans les
revues de presse, et deux dossiers thématiques qui se sont révélés les mêmes que
ceux de l’annuaire des sites. Sur l’ensemble des réponses, quatre ont été retenues.
Les deux dossiers m’ont été très utiles car très complets sur l’hyperactivité chez
l’enfant. Avec les différents liens proposés, j’ai eu accès à des sites et à des
documents très intéressants et fournis sur les effets secondaires. Mes premières
recherches sur le potentiel addictif ont également commencé sur ces sites. Ce sont
souvent des sites d’associations qui tiennent le rôle de groupes de discussion en
santé sur l’hyperactivité et la Ritaline®. Il m’a semblé intéressant d’avoir ce point
de vue, non officiel, peut-être plus proche de la réalité quotidienne de ceux qui
vivent avec les malades, et l’occasion d’aborder des questions inhabituelles.
Scarlett
http://web.wanadoo.be/scarlett
Scarlett est un site belge personnel consacré à l'hyperactivité et troubles associés.
Le site présente des renseignements et des témoignages, se veut aussi un forum et
possède des liens vers d’autres sites.
Hypsos Hyperactivité SOS
http://www.hypsos.ch
Cette association, basée à Genève, veut faire connaître le THADA dans un but de
meilleure connaissance de la maladie, de sa prise en charge et de ses traitements.
L’excellent dossier qu’elle présente, mis à jour en mai 2000, m’a beaucoup servi,
ainsi que les liens qu’elle propose dont :
•
http://www.geocities.com/HotSprings/4512/fthada.html
Site qui propose un livret d’information réalisé par l’Académie Américaine de
Psychiatrie infanto-juvénile et des informations pratiques.
Une interrogation sur « methylphenidate » a donné un article très intéressant sur
le potentiel d’addiction.
Une interrogation sur « methylphenidate + addict » a donné le même résultat.
•
http://planete.qc.ca/sante/elaine/
Ce site canadien présente un guide pour parents d’enfants hyperactifs, ainsi que
références et documentation avec résumés d'articles scientifiques.
J’ai trouvé 2 articles intéressants.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
16
•
http://adapt-scol-franco.educ.infinit.net/themes/hyda/hyda.htm
Site canadien francophone de l'équipe d'Adaptation Scolaire et Sociale de langue
française, placée sous la responsabilité d’un psychologue.
J’ai obtenu un titre de monographie intéressante.
•
http://www.psychomedia.qc.ca/qfr55.htm
Sur ce site, également canadien, j’ai trouvé une monographie présentant les critères
du DMS-IV, base du diagnostic du THADA.
•
http://www.hrdp.qc.ca/sqnd/clin_hyperactivite.htm
Je n’ai retenu ce site que pour son intérêt original dans le cadre de mon travail. Il
s’agit du site d’une clinique spécialisée pour enfants hyperactifs, située à Montréal,
et dépendant de l’hôpital Rivière-des-Prairies. Son objectif est l’amélioration de
l’ajustement réciproque des jeunes à leurs milieux. La première étape étant une
amélioration rapide des relations du jeune avec son milieu familial.
L’existence d’un tel lieu montre l’impact de cette pathologie en Amérique du Nord,
et on appréhendera mieux peut-être la différence de perception du THADA entre les
deux continents, la littérature à son sujet et la polémique autour du MHP.
Clinique spécialisée pour enfants hyperactifs
5835, boulevard Léger
Bureau 310
Montréal-Nord (Québec) H1G 6E1
5.2.3.
Site du CHU de Rouen
Ce site présente un annuaire des sites francophones spécialisés dans le domaine de
la santé et est très régulièrement tenu à jour. J’ai utilisé l’entrée par le CISMeF, qui
est le Catalogue et Index des Sites Médicaux Francophones du CHU de Rouen.
CISMeF
http://www.chu-rouen.fr/cismef/accueil.html
On peut consulter cette liste de sites grâce à un classement thématique, en
particulier par spécialités médicales ou bien par un classement alphabétique.
CISMeF organise l’information en utilisant le thesaurus MeSH de Medline.
J’ai
effectué
une
« methylphenidate »
recherche
avancée
dans
Doc’CISMeF
avec
dans les mots clés mesh, qui m’a donné trois
enregistrements en réponse, triés par date, dont un surtout est intéressant :
Hyperactivité et Ritaline® : le pour et le contre
http://www.hc-sc.gccapb-dgps/therapeut/zfiles/french/publicat/adhd survey f.html
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
17
L’interrogation avec MHP associé à effets indésirables ne donne aucun résultat.
Abus et usage détourné n’apparaissent pas dans les qualificatifs d’interrogation.
J’ai alors poussé la recherche sur PubMed.
PubMed
http://www.ncbi.nlm.nih.gov/entrez/query.fcgi?db=PubMed
PubMed est un service d’interrogation de la NLM, qui donne accès à plus de 11
millions de références à partir de Medline. PubMed possède de plus des liens vers
des sites donnant accès à des articles en plein texte et d’autres ressources associées.
Ce service utilise le MeSH et offre une grande facilité de consultation.
J’ai utilisé l’équation de recherche suivante :
("methylphenidate"[All Fields] AND (misuse[All Fields] OR
("substance-related disorders"[MeSH Terms] OR abuse[Text Word])))
AND notpubref[sb])
J’ai obtenu 261 résultats dont 28 intéressants et une vingtaine d’autres articles
traitant du sujet, mais antérieurs à 1990, ayant un intérêt sur l’historique de l’abus
de MHP, dès les années 70, où apparaît le phénomène. Ces articles font l’objet d’un
chapitre particulier dans la bibliographie.
5.2.4.
Health On the Net
http://www.hon.ch/
La fondation « Health On the Net » est un organisme sans but lucratif créé en 1995
et basé à Genève. Il se consacre au développement de l’information médicale et de
santé au moyen des nouvelles technologies.
HON utilise la hiérarchie du MeSH et propose aussi un accès à PubMed.
La
recherche
a
été
effectuée
à
partir
de
« all
other
topics »
avec
« methylphenidate »: j’ai obtenu 24 résultats dont 2 ont été sélectionnés, le
premier me paraissant très révélateur de l’ampleur du phénomène de détournement
de prescription.
Il s’agit de :
Factline on Hon -Medical Use of Ritalin (methylphenidate)
http://www.drugs.indiana.edu/pubs/factline/ritalin.html
MEDLINEplus: Methylphenidate (Systemic)
http://www.nlm.nih.gov
Les sites.com n’ont pas été retenus.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
18
5.2.5.
Toxibase
http://www.drogues.gouv.fr
Site gouvernemental français sur les drogues et la toxicomanie, produit par la
Mission Interministérielle de Lutte contre la Drogue et la Toxicomanie (MILDT)
qui préside le site, Toxibase (Réseau national d’information et de documentation),
l’Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies (OFDT) et Drogues Info
Services (DIS).
Toxibase se trouve à Lyon ; je n’ai donc pas interrogé la base en ligne, car je me
suis rendue sur place où j‘ai fait mes recherches. Un paragraphe ultérieur est
entièrement consacré à cette visite.
5.2.6.
Uncover
http://uncweb.carl.org/
Uncover appartient à la société The Uncover Company, et sa base des données est
alimentée par des bibliothèques du Colorado et couvre les domaines des sciences et
techniques et biomédicaux. L’interrogation peut se faire par sujet, en recherchant
les mots dans le titre et le résumé ou par auteur.
Ma recherche a été faite sur les mots du titre et du résumé. L’équation de recherche
utilisée est : « Methylphenidate AND (abuse OR misuse) »
6 réponses intéressantes sur 7 ont été obtenues de cette façon.
5.2.7.
BIAM
http://www2.biam2.org/acceuil.html
Banque d’information informatisée sur le médicament. Dernière mise à jour le
01/12/2000. J’ai obtenu toute une documentation sur la Ritaline®.
5.3.
Analyse
L’ensemble du travail réalisé sur Internet à travers le site de la faculté de Pharmacie
est intéressant pour la quantité de bases de données parcourues. La qualité des
résultats est difficilement comparable car les sources sont trop différentes, certaines
très sûres, d’autres mouvantes. Au fil des interrogations, les résultats sont arrivés à
se recouper,
entre des sources très officielles et d’autres qui le paraissaient
beaucoup moins, preuve que la recherche ne s’égarait pas.
Parcourir ainsi
Internet me semble intéressant dans le cadre d’une activité
régulière, qui amène à se constituer un ensemble de sites utiles et vérifiés.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
19
6.
Le Centre de Pharmacovigilance de Lyon
6.1.
Présentation
Chaque grande région française possède un tel centre, qui regroupe toutes les
informations concernant les médicaments et les risques liés à leur usage. A Lyon,
le Centre de Pharmacovigilance se trouve dans l’enceinte de l’hôpital Edouard
Herriot, et partage ses locaux avec le Centre Anti Poison.
Chaque Centre effectue ponctuellement des enquêtes de pharmacovigilance de sa
propre initiative, sur un produit qui a suscité l’intérêt et/ou l’inquiétude des
médecins du Centre : ces enquêtes sont souvent confidentielles et circulent entre les
différents centres.
Le Centre de Lyon possède un fonds important d’articles sur les médicaments,
classés par dénomination commune internationale (DCI), par effets secondaires
indésirables et par classe thérapeutique.
6.2.
Recherche
Ma recherche a été motivée par les relations de Mesdames Anne Bérod et Hélène
Scarna avec le Centre de Pharmacovigilance, et l’intérêt que porte le Docteur
Brigitte Bellemin, médecin du Centre, aux médicaments susceptibles d’être
détournés de leur usage thérapeutique, les amphétamines en particulier.
J’ai utilisé cette documentation, non informatisée, en faisant porter ma recherche
sur :
•
le méthylphénidate
•
les effets neurologiques
•
les amphétamines
•
les anorexigènes
A travers ces quatre entrées, j’ai récupéré des articles intéressants pour mon travail,
sur les deux aspects qui m’intéressaient.
6.3.
Analyse
Le Centre de Pharmacovigilance se trouve exactement dans l’axe de mon travail sur
le MHP. J’ai donc particulièrement apprécié d’y avoir accès. J’ai trouvé peu
d’articles sur ma recherche, mais tous étaient pertinents. Cela s’explique par le fait
que le MHP n’est commercialisé en France que depuis 1996, et n’a pas encore pu
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
20
faire l’objet d’usage illicite, le produit étant prescrit de façon très prudente et les
utilisateurs, de jeunes enfants.
Il est à signaler que le MHP a fait l’objet d’une enquête confidentielle initiée par le
Centre de Pharmacovigilance de Reims en février 1998, ce qui montre que l’usage
de cette molécule peut inquiéter.
7.
Toxibase
7.1.
Présentation
Toxibase un organisme émanant de la Mission Interministérielle de Lutte contre la
Drogue et la Toxicomanie, dont le but est de recenser toute l’information à propos
des produits toxicomanogènes, de l’arrivée de nouveaux produits toxiques sur les
marchés de la drogue, des conduites associées à leur consommation et fait un gros
travail dans le sens de l’information et de la prévention des conduites à risques,
comme le montre le petit livre paru en juillet 2000 [DROG00].
7.2.
Recherche
7.2.1.
Sur la base de données bibliographiques
Toxibase
J’ai eu accès à la base de données de Toxibase, grâce à Madame Marie-Noëlle
Surrel, que je remercie vivement pour son accueil et le temps qu’elle m’a consacré.
La recherche s’est faite sur le logiciel DipMaker de Toxibase, avec l’équation
suivante :
« methylphenidate or ritalin* »
19 réponses ont été obtenues et 8 retenues, les articles lus sur place.
7.2.2.
Les sites Internet
J’ai sélectionné avec Marie-Noëlle Surrel, parmi leur important répertoire, les sites
Internet qui pouvaient m’être utiles dans le cadre de l’usage détourné.
Ils sont présentés ici par ordre alphabétique.
ASITEST
http://idf.ext.jussieu.fr/fwidal/
Centre de Documentation Toxicologique-Hôpital Fernand Widal, Paris.
Site crée en 1997, interface en français.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
21
Seule la base de données bibliographiques d’ ASITEST est accessible sur ce site et
est mise à jour régulièrement depuis 1987. Domaine : toxicité de milliers de
produits chimiques. Menu multicritère.
Recherche sur :
« methylphenidate ou ritalin* »
28 réponses dont 4 pertinentes.
ARF
http:// www.arf.org
Addiction Research Foundation, rattachée au CAMH (Center for Addiction and
Mental Health).
Base de données canadienne intéressante pour ses informations sur les dépendances,
la santé mentale et ses liens vers le CAMH (Center for Addiction and Mental
Health), mais pas dans le cadre de ma recherche.
BDSP
http://www.bdsp.tm.fr
Banque de Données Santé Publique. Son domaine est donc la santé publique et sa
mise à jour est mensuelle. Il existe un échange coopératif entre Toxibase et la
BDSP, ce qui m’a permis d’avoir accès aux articles retenus.
Recherche sur :
« methylphenidate ou ritalin* »
19 réponses dont 7 pertinentes.
CCSA
http://www.ccsa.ca
Canadian Center on Substance Abuse, ou, en français, CCLAT, Centre Canadien de
Lutte contre l’Alcoolisme et les Toxicomanies.
Ce site renvoie, entre autre, sur la base de données bibliographiques nationale
Canbase, citée plus haut, et donne accès à de très nombreux documents en texte
intégral.
CONSEIL DE L’EUROPE http://www.coe.int
En matière de politique européenne, le Groupe Pompidou du Conseil de l’Europe
travaille sur la lutte contre le trafic et l’usage des stupéfiants, et ce site présente de
nombreux liens avec toutes les bases de données nationales et internationales sur
le champ des dépendances.
DROGUES.GOUV
http://www.drogues.gouv.fr
Auquel participe Toxibase.
MEDISITE
http://www.medisite.fr
« Portail santé » gratuit et indépendant, français, dans les domaines des drogues
illicites et de la santé publique.
J’y ai trouvé des pages intéressantes sur les toxicomanies.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
22
OICS
http://www.incb.org
Organe International de Contrôle des Stupéfiants (ou INCB, International Narcotics
Control Board), organe indépendant et quasi-judiciaire, chargé de l’application des
conventions des Nations Unies sur les drogues.
J’ai obtenu sur ce site, des éclaircissements sur des textes de loi que j’avais vu
figurer dans certains articles à propos du MHP.
La base de données de l’OCIS donne notamment la liste des substances placées sous
contrôle international, réparties en trois listes de couleurs différentes, selon leur
appartenance. Le MHP apparaît sur la liste verte des substances psychotropes.
CESAR BOARD
http://www.cesar.umd.edu/
CESAR, Center for Substance Abuse Research, Université de Maryland, USA.
Ce site donne des informations sur l’abus de drogue, de nombreux documents de
synthèse sur des produits et des liens vers des sources de recherche.
EMCDDA
http://www.emcdda.org
European Monitoring Center for Drugs and Drug Addiction
(ou OEDT,
Observatoire Européen des Drogues et des Toxicomanies) est un des services
décentralisés, au Portugal, de la Communauté Européenne.
LINDESMITH CENTER
http://www.lindesmith.org
The Lindesmith Center (TLC) est un institut de recherche fondé en 1994, sur la
politique en matière de toxicomanie. C’est un lieu d’échanges et de documentation,
à l’initiative de divers programmes de réduction des risques en Europe Centrale, en
Europe de l’Est, en Australie, pays peu étudiés jusqu’à présent.
PREVLINE
http://www.health.org
National Clearinghouse for Alcohol and Drug Information, est un service américain
du Substance Abuse and Mental Health Service Administration.
Ce site donne accès à 13 bases de données américaines sur l’abus d’alcool, de tabac
et de drogues.
Avec une recherche sur « methylphenidate or ritalin* », j’ai retenu les sites
suivants :
http://www.abcnews.go.com/sections/living/DailyNews/ritalin0505.html
présente une étude intéressante intitulée « Recreational Ritalin ».
http://www.breggin.com/dearelease.html
présente une revue de la DEA (Drug Enforcement Administration) du département
de justice américain.
http://www.usdoj.gov/dea/concern/ritalin.html
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
23
http://www.fda.gov/fdac/features/1997/597/adhd.html
présente une étude de la FDA (Food and Drug Administration), avec un chapitre
destiné aux jeunes patients souffrant de THADA, les incitant à se prendre en charge
pour gérer au mieux leurs difficultés.
7.3.
Analyse
L’intérêt principal de ma visite à Toxibase résidait dans la recherche spécifique de
résultats sur le MHP utilisé pour un usage récréatif. S’il existait de la littérature à ce
sujet, Toxibase était forcément bien placé pour la détenir. Le pourcentage de bruit
sur les résultats de ma recherche est ainsi très faible.
J’ai
beaucoup appris sur les amphétamines en général, les organismes
internationaux réglementant et surveillant la circulation et le trafic des drogues
illicites, le MHP et son utilisation dans les traitements de la dépendance à la
cocaïne.
Les sites Internet ont tous été visités, et méritent d’être connus lorsqu’on s’intéresse
aux toxicomanies et à l’usage détourné des médicaments. Ils en parlent tous et ont
l’avantage d’être régulièrement tenus à jour. Ils renvoient régulièrement sur des
documents édités par des organismes aussi sérieux que la FDA (Food and Drug
Administration), la DEA (Drug Enforcement Administration), le NIDA (National
Institute of Drug Abuse).
C’est aussi ici que j’ai recueilli les références les plus anciennes sur l’usage
détourné du MHP.
8.
Entretien avec le Docteur Revol
Le Docteur Olivier Revol est le chef de service du Service de Psychopathologie de
l’Enfant et de l’Adolescent, à l’hôpital neurologique de Lyon. Il est connu pour être
l’un des spécialistes français des troubles de l’hyperactivité et des troubles des
apprentissages. C’est à ce titre que je lui ai demandé un entretien, pour avoir un
reflet de ce qui se fait dans la pratique. Sortir de la littérature et comparer avec la
réalité apportent un éclairage nouveau, intéressant dans le cas du MHP, produit
assez neuf en France, dont la plus grande partie des études viennent d’Outre
Atlantique.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
24
Le Docteur Revol, pour se spécialiser, a fait un DEA de neuropsychologie au
Canada où il a pu apprécier l’emploi de la Ritaline® dans le THADA. En tant que
médecin hospitalier, il en est un prescripteur.
9.
Le serveur Dialog
Le serveur Dialog, basé en Californie, existe depuis 1972, et donne accès à plus de
450 bases de données.
9.1.
Choix des bases de données
C’est par l’intermédiaire du DIALINDEX que j’ai choisi les bases de données à
interroger, en utilisant la catégorie ALLMEDPH, qui regroupe un grand nombre de
bases à caractère médical et scientifique. J’ai choisi d’interroger sept bases :
certaines que je n’avais pas explorées par ailleurs, que je voulais interroger d’une
part, et qui présentaient de nombreux résultats d’autre part, d’autres, telles que
Medline, Biosis et Embase que je voulais explorer sur un laps de temps plus étendu
que lors de ma recherche sur CDRoms.
En interrogant par :
S (methylphenidate OR ritalin ?)/DE,TI
J’ai sélectionné les bases suivantes : Current Contents Search (File 440), PsycINFO
(File 11), Pascal (File 144), Scisearch (File 34), Biosis (File 5), Embase (File 73) et
Medline (File 155). Cela me permettait de faire remonter ma recherche au début des
années 1990. Comme limite, j’ai pris la période 1990-2001, et l’interrogation a
porté sur les descripteurs et mots du titre (/DE,TI), où l’on retrouve les deux parties,
effets secondaires d’une part, usage détourné d’autre part.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
25
9.2.
Set
Recherche
Equations de recherche
Résultats
S(METHYLPHENIDATE OR
RITALIN?)/DE,TI
S((EFFET? ? (1W) SECONDAIRE? ?) OR
(EFFET? ?(1W)INDESIRABLE? ?))/DE,TI
13484
286497
S4
S((ADVERSE (1W) EFFECT? ? ?) OR
(SIDE (1W) EFFECT? ?) OR
(ADVERSE (1W) EVENT? ?) OR
(SIDE (1W) EVENT? ?))DE,TI
S S2 OR S3
S5
S S1 AND S4
1036
S6
S5 AND PY=1990:2001
895
S7
S ((CHILD? OR ENFANT? ?) OR YOUNG
OR (ADOLESCENT? OR
TEENAGER??)/DE,TI
2968968
S8
S S6 AND S7
375
S9
RD (unique items)
289
S10
S (DRUG? ? (N) ABUSE) OR
(MEDICATION? ? (W) ABUSE))/DE,TI
64613
S1
S2
S3
S11 S((UTILISATION? ?(1W RECREATIVE? ?)
Résultats
Bruit
pertinents
(%)
50
82%
69
52%
29491
314336
25178
OR (USAGE? ? (1W) RECREATIF? ?) OR
(USAGE? ? (1W) DETOURNE? ?) OR
(DROGUE? ? (1W) ILLICITE? ?) OR
(TOXICOMANI?))/DE,TI
S12
S S10 OR S11
84070
S13
S S1 and S12
357
S14
S S13 AND PY=1990:2001
181
S15
S S14 NOT S9
180
S16
RD (unique items)
143
J’ai visualisé mes résultats des étapes S9 et S16 en format 9.
J’ai obtenu le montant du coût de ma recherche par la commande « cost » :
$2.20
$14.30
$17.02
TELNET
Estimated cost this search
Estimated total session cost
9.361 DialUnits
soit environ 35$ pour 40 minutes de connection.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
26
9.3.
Analyse
Les résultas obtenus sont très décevants dans le cas de la recherche sur les effets
secondaires. On s’aperçoit vite que les termes recherchés, aussi bien en anglais
qu’en français, apparaissent très souvent dès que l’on interroge sur le MHP. La
moindre étude sur la Ritaline® signale les effets secondaires, en décrit un plus
particulièrement ou les compare avec ceux d’un autre produit utilisé pour le
traitement du THADA. Apparaissent aussi les effets secondaires du MHP dans
d’autres indications que le THADA, ce qui donne beaucoup de bruit dans le cas
d’une interrogation sur une dizaine d’années, et toutes les études comparatives de
stratégie de traitement,
de mise au point de protocole en vue d’ajuster et
d’optimiser le traitement du THADA. La base de données qui, de loin, donne le plus
de bruit est Embase, sans doute du fait du nombre important de revues qu’elle
indexe et des domaines couverts. Une interrogation croisée avec effets secondaires
et THADA n’aurait guère modifié les résultats à mon avis car, pour avoir regarder
tous les titres des articles, je sais que la plupart traitent d’emblée de ce sujet.
La recherche sur l’usage détourné est par contre intéressante, avec un pourcentage
de bruit de près de 50%, et des articles retenus fondamentaux.
10.
Internet
10.1.
Recherche
10.1.1.
Google
http://www.google.com
Google est un moteur de recherche qui utilise le tri par popularité pour rechercher
les pages qu’il signale.
Equations de recherche
Résultats
Methylphenidate “side effect” children
1070
Methylphenidate “adverse effect” children
241
Methylphenidate abuse
4719
Methylphenidate “drug abuse” teenager
134
Methylphenidate
misuse teenager
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
Résultats
pertinents
63
27
Les résultats sur Google ne sont pas de bonne qualité en ce qui concerne mon
travail. L’interrogation n’offre pas assez de possibilités et les résultats sont
hétéroclites, soit trop nombreux, soit non significatifs. Par exemple, « misuse »
entraîne ici des réponses sur le mésusage des mots, des sons, en relation avec les
difficultés d’apprentissage liées au THADA, ou même le mésusage des
antibiotiques... Cela est du, à mon avis, aux termes mêmes de ma recherche, qui
favorisent une multiplicité de liens vers des pages personnelles, familiales,
associatives, peu intéressantes pour moi. Cette multiplicité signe l’importance du
THADA et de son traitement dans la société nord-américaine.
Google est un excellent moteur de recherche par ailleurs, mais pas dans le cadre de
mon travail.
10.1.2.
Copernic 2000
http://copernic.com
Copernic 2000 est un métamoteur québécois et donne des résultats intéressants, triés
par pertinence.
La recherche a été effectuée par Voilà, Google, EuroSeek, HotBot, Snap, Lycos
France, Fast Search, Spray.
•
Avec l’équation « methylphenidate usage detourne », j’ai
obtenu une bonne réponse :
http://www.reseauproteus.net/signaler/1998012000.htm
•
Avec l’équation « ritalin drogue illicite », j’ai obtenu 15
réponses, dont 4 pertinentes :
http://www.reseauproteus.net/signaler/200010600.htm
http://www.usinfo.state.gov/journals/itgic/0697/ijgf/gj-5.htm
http://www.hc-sc.gc.ca/hppb/alcool-autresdrogues/pubf/drogues/narcotiques.htm
http://www.incb.org/f/ar/1995/chp2.htm
Beaucoup de résultats ont un aspect juridique ou émanent de rapports de police.
•
Avec l’équation « methylphenidate effets secondaires »,
j’ai obtenu 58 résultats, dont 6 sont pertinents, notamment :
http://www.coridys.asso.fr/pages/base_doc/revol/hyperkyne.html
http://www.john-libbey-eurotext.fr/articles/mtp/3/3/168-71/index.html
http://www.hyperactif.org/pages/nutrition/ritaline.com
Le groupe Santé Canada apparaît souvent.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
28
Ces liens donnent des informations intéressantes sur le MHP, de sources sûres et
mises à jour. D’autres avaient été explorés par ailleurs et n’apparaissent pas ici.
10.1.3.
MetaCrawler
http://metacrawler.com
Le métamoteur MetaCrawler permet d’interroger en une seule fois plusieurs index.
Les résultats sont triés par pertinence et les doublons éliminés.
La recherche a été effectuée par AltaVista, DirectHit, Google, Infoseek.
Une interrogation par « ritaline » a donné 39 résultats, dont une quinzaine
peuvent être retenus. Je ne les cite pas ici, car tous recoupent des résultats déjà
obtenus lors d’interrogations ultérieures sur d’autres sites, comme celui de la
faculté de Pharmacie de Lyon.
10.1.4.
Yahoo
http://www.yahoo.com
Yahoo est un annuaire de recherche généraliste. A ce titre, il ne présente pas grand
intérêt pour ma recherche, et je l’ai consulté en dernier.
Résultats
Equations de recherche
Résultats
Methylphenidate and abuse
30
3
90%
Methylphenidate et abus
14
7 dont 5
connus
50%
Methylphenidate et « effets
secondaires »
17
doublons
pertinents
Bruit
Les résultats obtenus sont de qualité très inégale.
Home>Health>Pharmacy>Drugs & Medications>Types>Stimulants>Amphetamines
En anglais, les résultats pointent largement vers des sites qui s’intéressent aux
addictions de tous ordres et s’adressent à des jeunes gens dans un but préventif.
Accueil>Santé>Maladies & Pathologies>Dépendances & Désintoxication.
En français, les résultats ont été fournis par Google, et l’emploi de « et » fausse les
réponses. De plus il y a des doublons entre les 2 interrogations.
10.2.
Analyse
Les résultats obtenus par les annuaires et moteurs de recherche sont très inégaux.
Certains seront tout à fait utilisables comme ceux fournis par Copernic, d’autres,
très grand public, fournissent une information de type médiatique, mais non
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
29
scientifique. Ils n’en restent pas moins intéressants à consulter dans le cadre de
recherche de témoignages, de revues de presse sur un sujet.
11.
Estimation du temps global de travail
Sur CDRoms
7 heures
Sur Internet, via le site de l’ispb
10 heures
Au Centre de Pharmacovigilance
3 heures
A Toxibase
6 heures
Entretien avec le Dr Revol
30 mn
Sur le serveur Dialog
1 heure
Sur Internet
6 heures
Localisation des documents grâce à Myriade, et 4 heures
recherche à la BU Santé du domaine Rockefeller
Analyse des documents, mise en forme des 60 heures
informations recueillies et rédaction
Pour la totalité du travail, une centaine d’heures ont été nécessaires,
approximativement.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
30
Synthèse
1.
L’enfant hyperactif
L’instabilité psychomotrice de l’enfant est décrite depuis le début du siècle, en
particulier par les auteurs anglo-saxons. La définition actuelle, proposée par le
DSM-IV, regroupe l’ensemble de la symptomatologie sous de terme de trouble :
déficit de l’attention/hyperactivité. Le tableau clinique est maintenant bien défini et
repose sur des critères extrêmement précis, et il apparaît fondamental de
diagnostiquer de façon précoce ce trouble, du fait de son retentissement important
sur la scolarité, le développement cognitif et la vie sociale de l’enfant.
1.1.
Historique
Dés 1901, Demoor apparente l’hyperactivité à une véritable « chorée mentale », et
dés
lors
deux
conceptions
s’opposent.
L’une,
francophone,
rattache
la
symptomatologie à une perturbation de l’affectivité, l’autre, anglophone, considère
l’hyperactivité comme secondaire à une atteinte organique.
En 1937, Bradley décrit pour la première fois une amélioration indiscutable de
l’hyperactivité
psychostimulant,
présentée
par
accentuant
30
ainsi
enfants
instables
l’hypothèse
après
d’un
un
traitement
dysfonctionnement
neurobiologique.
De ce fait, le syndrome hyperkinétique n’apparaît pas dans la classification
française des troubles psychiatriques, mais on le retrouve dans la Classification
Internationale des Maladies (CIM 10), et surtout dans la Classification anglosaxonne DSM-IV (voir annexes), qui fait référence en matière de recherche. On
considère que 3 à 5 % de la population pré pubère serait concernée par ce
syndrome, avec une nette prédominance masculine ( 4 à 9 garçons pour 1 fille), que
l’on ne peut réellement expliquer, et ces taux seraient en constante augmentation.
1.2.
Diagnostic
Il est facile dans la forme typique du THADA : il s’agit d’un enfant d’âge scolaire
qui présente des symptômes excessifs par rapport à son âge, son quotient
intellectuel et les situations dans lesquelles il se trouve. L’ensemble des symptômes
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
31
doit être retrouvé de façon similaire dans toutes les situations que rencontre le jeune
patient : domicile, école, situation sociale…, et est recherchée l’association de trois
symptômes : hyperactivité motrice, trouble de l’attention et impulsivité.
Il est fait état d’enfants en perpétuel mouvement, incapables de tenir en place, de
rester assis à une table de travail ou lors d’un repas, ne pouvant jouer seuls, une
incapacité à se concentrer, une distractivité constante entraînant une grande
difficulté à terminer ce qui est entrepris et aussi, impatience, brusquerie, reflet d’un
besoin impétueux de l’enfant d’accomplir un acte, sans réfléchir aux conséquences,
avec une grande difficulté à se conformer aux ordres. Sur le plan émotionnel, ces
enfants passent du rire aux larmes et ne tolèrent pas les frustrations, ce qui entraîne
des réactions d’agressivité et une insensibilité, tant aux punitions qu’aux
récompenses [REVO01].
Du fait de ce tableau clinique, les enfants hyperactifs sont souvent exclus par leur
famille, par les autres enfants, mal tolérés par les enseignants. Le retentissement
scolaire est rapidement perceptible, et l’enfant va développer une mauvaise estime
de lui-même, responsable, dans les cas les plus graves, d’un tableau dépressif
sévère.
Il existe également certaines formes atypiques, difficiles à diagnostiquer, dont seule
l’évolution permet d’affirmer l’existence d’un authentique THADA ou d’un simple
tempérament excessif. Il faut également différencier le THADA d’une instabilité
secondaire à des conditions environnementales défavorables, à certains traitements
médicamenteux (anti-épileptiques, corticoïdes), ou comme conséquence d’un retard
mental, d’un autisme et/ou de troubles envahissants du développement, ou enfin de
troubles sévères des apprentissages (dyslexie, dysphasie) [ANAE99].
1.3.
Facteurs étiologiques
L’étiologie du trouble déficitaire de l’attention n’a pas été encore totalement
expliquée. De nombreuses hypothèses ont été envisagées :
- existence d’une atteinte neurologique périnatale,
- existence d’une vulnérabilité génétique,
- anomalies neurobiologiques.
Cette dernière hypothèse est confirmée par les techniques d’imagerie dynamique,
qui montrent une diminution du débit sanguin cérébral au niveau des aires
préfrontales et du striatum, et également une diminution du métabolisme du glucose
au niveau des aires frontales [VOLK99b]. Le Docteur Revol parle d’immaturité du
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
32
cortex préfrontal, qui terminerait sa maturité à la puberté. Le cortex préfrontal est
impliqué dans la focalisation de l’attention.
L’existence de facteurs socio-économiques défavorables et de perturbations
familiales dans l’entourage de l’enfant, ne peuvent être passés sous silence.
De fait, il est raisonnable d’imaginer que ce symptôme n’est que la voie finale
commune d’une vulnérabilité biologique et de différents facteurs plus ou moins
intriqués. Cette multiplicité étiologique rend compte de la complexité du tableau, et
de la nécessité d’une approche thérapeutique pluridisciplinaire, plurimodale disent
les médecins.
1.4.
Traitement
Le traitement associera une aide psychologique, éducative, rééducative et
médicamenteuse. Dans ce travail, je n’aborderai que le traitement médicamenteux
par la Ritaline®, qui occupe une place de choix dans l’éventail des
psychostimulants utilisés dans le traitement du THADA.
2.
La Ritaline®
Elle est commercialisée sous forme de méthylphénidate (DCI) chlorhydrate par
Novartis Pharma S.A. L’AMM date du 31/07/1995 et appartient aux Laboratoires
Ciba-Geigy, sa commercialisation date du 23/09/1996.
2.1.
Présentation
Le MHP, stimulant du système nerveux central, appartient à la classe des
amphétamines, et est soumis à des conditions de délivrance très strictes. Il relève en
France de deux réglementations distinctes : liste des stupéfiants, médicaments à
délivrance maximale de 28 jours non renouvelables, et Prescription Initiale
Hospitalière (PIH), réservée aux médecins hospitaliers spécialistes en neurologie,
psychiatrie ou pédiatrie, d’une validité d’un an, avec renouvellement possible par
tout médecin. L’AMM le réserve aux enfants de plus de 6 ans, la délivrance
autorisée pour 28 jours, sur présentation du carnet à souches, accompagné de la PIH
ou de la prescription d’un autre médecin, accompagnée elle-même d’une PIH datant
de moins d’un an. Seront obligatoirement mentionnés l’identification du
prescripteur, du malade, la date, le nom de la spécialité, la posologie, ainsi que la
durée du traitement en toutes lettres. Le prescripteur doit apposer sa signature à la
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
33
fin de sa prescription, en veillant à ne pas laisser d ‘espace entre celle-ci et la
dernière ligne de sa prescription. L’ordonnance devra être présentée au pharmacien
dans un délai de 24 heures pour l’obtention de la totalité du traitement ; au-delà ce
dernier fera le décompte, de façon à ne délivrer que la quantité nécessaire pour la
durée restant à couvrir. Le chevauchement de prescriptions de stupéfiants est
interdit, sauf mention expresse portée sur la prescription, justifiant d’une
modification en cours de traitement [GALI99].
2.2.
Pharmacologie et indications
Personne à l’heure actuelle ne peut donner le mode d’action exact du MHP. Les
hypothèses convergent toutefois vers une augmentation la concentration des
monoamines (dopamine et noradrénaline) dans la fente synaptique, et on suppose
que l’effet est du à l’activation de la formation réticulée du tronc cérébral, ainsi que
du cortex. Les études les plus récentes [VOLK01] montrent que le MHP agit sur les
transporteurs de la dopamine, ce qui augmente la concentration en dopamine
extracellulaire. La dopamine intervient dans la régulation de l’émotivité, le contrôle
de la motricité, la mémoire de travail et la focalisation de l’attention.
Le MHP présente deux indications principales : THADA chez l’enfant de plus de 6
ans, sans limite supérieure d’âge, et narcolepsie après échec du traitement de ce
trouble par le modafinil, psychostimulant non amphétaminique, chez l’adulte et
l’enfant de plus de 6 ans également. Il est généralement bien toléré, donné à une
posologie progressive de 0,5 à 1 mg/kg/jour, prescrit au moment des repas,
généralement matin et midi. En pratique ce traitement est réservé aux jours d’école,
interrompu les week-ends et vacances scolaires, ce qui constitue une fenêtre
thérapeutique. On s’étonnera toujours de la prescription d’un psychostimulant
pour calmer des enfants agités.
Novartis suggère de nombreuses autres indications du MHP [NOVA00], telles que :
démence sénile, maladie d’Alzheimer, dépressions dans certaines conditons de
contre-indications à certains produits, suite de transplantation d’organes, cancers et
douleurs
secondaires
à des cancers, chocs post-anesthésiques, syncopes,
traumatismes crâniens.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
34
2.3.
Les effets secondaires
Ils sont nombreux [FAUR00], mais la Ritaline® reste le traitement de choix du
THADA, d’autres psychostimulants utilisés dans cette indication présentant des
effets secondaires plus importants encore. Ce sont :
Effets secondaires
Manifestations
nervosité, insomnie, diminution de l’appétit, céphalées,
Fréquents
somnolence, vertiges, dyskinésies
retard staturo-pondéral
troubles de l’humeur, anxiété
flou visuel et difficultés d’accommodation
Rares
augmentation des transaminases et hépatites parfois sévères,
euphorie, agitation, hyper sudation
hyperactivité, convulsions (15 cas graves et 3 décès), crampes,
mouvements choréo-athétosiques, tics
accès maniaque, névrose obsessionnelle ((TOC), 1 cas après 8
Très rares
jours de traitement chez un enfant de 8 ans, réversible
progressivement en 2 à 3 mois)
tremblements
toxicomanie
psychose toxique avec parfois hallucinations visuelles et
Exceptionnels
tactiles, fibroses pulmonaires
état dépressif avec idées suicidaires (17 TS connues et 7décés)
2 décollements de rétine cités et 1 glaucome
douleurs abdominales, nausées, vomissements, sécheresse de
la bouche
tachycardie, palpitations, arythmies, élévation de la tension
artérielle, angor
Occasionnels
éruptions cutanées, prurit, urticaire, fièvre, arthralgies, atteinte
des phanères, alopécie, purpura thrombopénique, dermatite
exfoliatrice et érythème polymorphe,
leucopénie, thrombopénie, anémie
augmentation des catécholamines urinaires
A confirmer
comportement obsessionnel, troubles du comportement
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
35
En tout, 12 à 17 % des enfants disent souffrir de ces effets secondaires [EFRO98].
Le retard staturo-pondéral est de loin le plus visible de ces effets, mais réversible à
l’arrêt du traitement, comme tous les autres effets secondaires [SCHE96]. La
survenue de nausées et vomissements peut être liée à ce retard, mais sans certitude
[KRAM00]. De même, l’effet anorexigène des amphétamines doit être évoqué, avec
les risques cardiaques ayant entraîné l’arrêt de leur commercialisation dans le
traitement de l’obésité [VALV97]. Une artérite cérébrale après une prise chronique
de MHP est signalée, compliquée d’infarctus cérébral [DALL94]. L’atteinte
hépatique peut être sévère. On notera que les troubles obsessionnels compulsifs
induits par le MHP sont rarement décrits et mentionnés [GUEG00]. L’auteur cite
également un cas de convulsions apparues après 10 mois de traitement, pour devenir
invalidantes 14 mois plus tard. De tels délais, ainsi que les fluctuations
symptomatologiques au cours du temps, et selon les contextes, risquent de retarder
le diagnostic étiologique de ces effets. La survenue concomitante de tics moteurs est
alors un signe d’orientation en faveur d’une origine iatrogène.
Il faut dès lors noter la différence de conception entre l’Europe et la France en
particulier, et l’Amérique du Nord, dans le traitement du THADA. En France les
doses de MHP seront inférieures à celles données Outre-Atlantique, et les médecins
français ne verront pas apparaître d’effets secondaires massifs. Ils seront alors notés
par eux comme peu nombreux et inconstants, généralement dose-dépendants. Le
plus gênant sera le retard staturo-pondéral, réversible à l’arrêt du traitement, et qui
apparaît principalement lors de prescriptions prolongées sans fenêtre thérapeutique,
selon le Docteur Revol. Pour lui, les tics et l’épilepsie sont des contre-indications
majeures. Les tics ne sont pas toujours réversibles à l’arrêt du traitement,
(s’aggravent à 33%, apparaissent à 20% [LAW99]) et l’épilepsie, même très bien
compensée, reste une contre-indication stricte, même si certaines études montrent
une amélioration nette du THADA chez des enfants épileptiques [FINC97]. Le
MHP montre aussi son efficacité chez les enfants autistes et hyperactifs, mais qui
sont particulièrement sensibles à ses effets secondaires [HAND00].
Aux Etats-Unis, le nombre d’enfants traités avec le MHP a été multiplié par 3 en 20
ans, et cette tendance se poursuit, afin, selon les prescripteurs et/ou les parents,
d’améliorer leurs résultats scolaires et de garantir leur avenir. Or il apparaît que le
MHP améliore à court terme le comportement et les relations avec les autres, et que
les effets à long terme sont encore inconnus. Le potentiel d’effets secondaires
psychotiques éventuels doit être clairement pris en compte lors de prescription de
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
36
stimulants à des enfants [CHER99]. Le risque d’apparition de conduites anti
sociales et de toxicomanies, imputables aux amphétamines en général, existe
réellement.
3.
Amphétamines et toxicomanie
La consommation de substances illicites regroupe 30 millions d’usagers dans le
monde, et place les stimulants et psychostimulants au deuxième rang des substances
consommées, avec une nette augmentation depuis la fin des années 80, en
particulier chez les jeunes, pour qui ces substances ont une forte valeur
socioculturelle dans les pays dits « développés ». Pratiques festives, recherche de
performances, recherche de sensations physiques ou intellectuelles sont au centre de
l’utilisation massive d’amphétamines en dehors d’une indication thérapeutique, et
peu nombreux sont ceux qui imaginent que leur usage peut être dommageable pour
la santé.
L’usage d’amphétamines n’est pourtant pas récent, comme le montre l’utilisation à
grande échelle de ces produits durant la seconde guerre mondiale, dans d’autres
conflits ou dans la société japonaise d’après guerre.
3.1.
Historique
L’ancêtre commun de toutes les amphétamines est l’alcaloïde du ma-huang, une
plante utilisée depuis plusieurs millénaires en Chine. Dès 1931, elle sert de support
pour la synthèse de la benzédrine, première d’une longue série d’amphétamines.
D’emblée, les médecins prescrivent ces substances comme produit de substitution
de la cocaïne, en raison d’effets voisins, mais aussi en traitement de l’asthme, de la
narcolepsie, de l’obésité et d’autres indications rhino-pharyngées.
Utilisées massivement pendant la seconde guerre mondiale pour améliorer les
performances des soldats, ceux-ci trouvent légitime d’en poursuivre l’utilisation une
fois démobilisés. Il faut dire que ces produits sont peu onéreux et faciles à obtenir :
en France, ils sont en vente libre jusqu’en 1955, et inscrits sur la liste des
stupéfiants depuis l’arrêté du 2 octobre 1967.
Il existe
une réglementation internationale découlant de trois conventions
principales, signées entre plusieurs états, dans le but de surveiller les circuits des
substances psychotropes à l’échelle mondiale, dont l’ONU est chargée de
l’application [GALI99].
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
37
- La convention unique sur les stupéfiants du 30 mars 1961, ne s’intéresse qu’aux
stupéfiants d’origine naturelle dérivés du pavot, de la coca et du cannabis ou
d’origine synthétique. Elle se présente sous forme de 4 tableaux.
- La convention de Vienne sur les substances psychotropes du 21 juin 1971, qui
regroupe les substances en fonction de leur intérêt thérapeutique et de leur potentiel
d’abus. La classification est la suivante :
Tableaux I : substances hallucinogènes (sans intérêt médical).
Tableaux II : amphétamines (Dextroamphétamine, MHP…).
Tableaux III : dépresseurs majeurs du SNC.
Tableaux IV : dépresseurs du SNC.
- La convention des Nations Unies de 1998, permet la lutte contre le trafic illicite de
stupéfiants et de substances psychotropes.
3.2.
Dépendance et toxicomanie
Selon la définition de l’OMS donnée en 1981, la dépendance est un syndrome pour
lequel la consommation d’un produit devient une exigence supérieure à celle
d’autres comportements qui avaient auparavant une plus grande importance
[TASS98]. Il faut distinguer la dépendance physique, qui correspond à une réaction
de l’organisme à l’absence d’un produit, de la dépendance psychique, qui à trait aux
troubles de l’humeur. La première disparaît après quelques jours d’abstinence, la
seconde peut subsister des années après l’arrêt de la consommation. Le mot anglosaxon addiction (à l’origine issu d’un terme juridique de vieux français, signifiant
devenir esclave pour rembourser ses dettes), est maintenant passé dans notre
langage et décrit bien ce phénomène. Dans sa forme extrême, l’état de dépendance
se caractérise par un besoin impétueux du produit, qui pousse l’individu à sa
recherche compulsive (de même, l’usage du mot « craving », encore anglo-saxon, et
très significatif de cette attitude). Les amphétamines et la cocaïne entraînent une
dépendance psychique importante. Leurs propriétés pharmacologiques sont proches
[LLAN99].
Il existe trois sortes de toxicomanies médicamenteuses [MEDI00] :
La toxicomanie médicamenteuse chez les pharmacodépendants : l’usage de
médicaments vise la recherche de sensations nouvelles, les associations de produits
se font au hasard.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
38
La toxicomanie médicamenteuse avérée : les associations de médicaments sont
fréquentes, la vie de l'usager est centrée sur sa consommation. Les motivations sont
difficiles à cerner : recherche de l'oubli, du sommeil, du soulagement de l'anxiété…
La toxicomanie médicamenteuse méconnue : à l’origine sur prescription médicale,
une escalade médicamenteuse s’installe. L’usager fait des mélanges et dans cette
conduite, il est difficile de faire la part de la dépendance physique, psychique, de la
crainte du symptôme et du désir de médicament.
3.3.
Usage détourné de méthylphénidate
La consommation mondiale de MHP est passée de moins de 3 tonnes en 1990 à plus
de 8,5 tonnes en 1994, les Etats-Unis représentant 90 % de la production et de la
consommation totales de cette substance [ORGA96]. Son potentiel toxicomanogène
est réel.
Les premiers cas d’abus de Ritaline® sont notés dès 1971 [WILL71] aux EtatsUnis. L’étude qui suit ne parle donc que de l’Amérique du Nord, aucune étude
française n’a été rencontrée sur MHP et toxicomanie.
Il faut distinguer deux sortes d’abus : l’utilisation récréative, festive, étudiante, et
l’utilisation-addiction avec augmentation forte des doses et réelle conduite anti
sociale. Des doses élevées de MHP provoquent les mêmes symptômes que l’abus
d’autres
amphétamines,
comme
perte
de
l’appétit,
tremblements,
fièvre,
convulsions, maux de tête, paranoïa, hallucinations et délire, sensation de
fourmillement sous la peau, tics, accélération du rythme cardiaque d’où
hypertension artérielle avec risque d’hémorragies (cerveau, poumons) et troubles du
rythme [FACT98]. Il y a accélération du rythme respiratoire mais dilatation des
bronches. Au plan psychique, on retrouve une limitation de la sensation de fatigue,
réduction du sommeil, et augmentation temporaire de la vigilance, ainsi qu’une
anorexie.
Le MHP devient une drogue récréative très populaire parmi les adolescents et
jeunes adultes [PREV00]. Le MHP donne une impression d’euphorie, notamment
quand il est introduit de façon rapide dans la circulation sanguine. Deux méthodes
sont utilisées : soit dissoudre le comprimé dans de l’eau, le chauffer et l’injecter,
soit le pulvériser et inhaler la poudre. Il est utilisé pour contrebalancer les effets
dépressifs de l’alcool et la fatigue lors des soirées. Les étudiants l’utilisent au cours
des études pour rester éveillés et travailler, et cela fait partie d’une sorte de
phénomène culturel universitaire, qui commence à inquiéter les responsables
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
39
d’établissements [MUSS98]. L’une des raisons pour lesquelles cette population est
séduite par la Ritaline® est sa disponibilité. La prescription de ce produit est
courante, même à des enfants très jeunes, les infirmières scolaires sont amenées à
dispenser le médicament aux écoliers. Dans ces conditions ce produit est considéré
comme banal, et la facilité avec laquelle les jeunes peuvent se le procurer, les incite
à en abuser. De telles informations se trouvent aussi sur Internet [WEIN00].
En mars 1996, Ciba Geigy a initié une campagne de sensibilisation auprès des
médecins, sur les risques d’abus et de dépendance du MHP, incitant le corps
médical a plus de précautions lors des diagnostics de THADA. Plusieurs auteurs
font état de diagnostics mal posés ou trop rapidement posés, et de trop faciles
prescriptions de MHP, à l’origine du mésusage [GOLD98, BIRD99]. Il apparaît
également que les critères de diagnostic diffèrent selon les populations d’enfants
américains [LEFE99], où l’on retrouvera 2 fois plus de THADA diagnostiqués chez
les garçons blancs que chez les garçons noirs. Sans doute cette population est plus
médicalisée et les parents plus dans la recherche de performances pour leurs
enfants. En conséquence, on retrouvera chez les adolescents blancs davantage de
détournement du MHP que dans la même population noire [MARS00]. Dès 1997
[FARL97], la FDA attire l’attention du public sur le fait de ne pas assimiler toute
difficulté de concentration, distractivité à un THADA. Elle insiste sur la nécessité
d’un diagnostic fait par un spécialiste, incluant l’interrogatoire des parents, et des
enseignants de l’enfant depuis la petite enfance. Cette étude fait apparaître
l’importance d’englober dans le traitement la cellule familiale dans son ensemble,
ainsi que la nécessité d’une thérapie comportementale, ce qui existe dans la pratique
française. La décision de prescrire des stimulants doit être bien pesée, le ratio
bénéfices/risques mesuré en fonction des effets secondaires qui peuvent apparaître
et des risques de dépendance qui existent, même lorsque le MHP est pris
sérieusement selon la prescription médicale.
Le rôle des parents dans une demande de prescription peut s’expliquer quand on
imagine la souffrance quotidienne de vivre avec un enfant difficile. Elle étonnera
davantage quand elle provient d’enseignants qui ne supportent pas les enfants
turbulents, incitent les parents à demander une prescription de Ritaline®, et
n’acceptent en classe que les enfants traités [CHAR00]. Une association de parents
très influente (Chadd = Children and Adults with Attention Deficit Disorder)
encourage vivement l’utilisation de MHP et a reçu de grosses contributions
financières du principal fabricant de ce produit aux Etats-Unis [ORGA96].
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
40
On retrouve souvent l’utilisation détournée du MHP dans l’entourage de l’enfant
traité. Dans des familles dont l’un des parents présente des antécédents d’abus
d’alcool ou d’amphétamines, ce parent peut utiliser les comprimés de MHP par voie
intra veineuse. Cette déviance est démontrée depuis de nombreuses années, comme
le prouve l’étude de Fulton [FULT88]. Il arrive également que les jeunes patients
revendent leurs comprimés de MHP et sollicitent plusieurs médecins pour obtenir
des prescriptions répétées. Il apparaît aussi que le THADA est plus fréquent dans
des familles ayant un passé psychiatrique avec alcoolisme, usage de drogues et
conduites anti sociales. Dans ces conditions, la prudence s’impose d’autant plus lors
de la prescription de psychostimulants [AANO99]. Certains auteurs montrent d’un
autre côté, que l’on rencontrera davantage d’adultes usagers de drogues quand ces
personnes ont eu un THADA traité dans l’enfance [LEVI95a, DURS97]. A
l’inverse, une étude montre que le ratio bénéfices/risques est très bas, et qu’à l’âge
adulte cette population ne diffère pas, quant à l’abus de
substances, de la
population non traitée [ZAME99]…Cela rend bien compte de la polémique autour
du MHP, entre les partisans du traitement des enfants, même très jeunes, et les
détracteurs de ce produit, ainsi que de la méconnaissance de son action. Se profile
aussi ici la différence entre la France et l’Amérique du Nord.
Dans les cas de dépendance médicamenteuse, les risques et les conséquences sur la
santé notifiés par les auteurs sont souvent dramatiques. Quand les comprimés
réduits en poudre sont inhalés ou dissous dans de l’eau et injectés, des éléments
restent insolubles, bloquent la circulation sanguine dans les petits vaisseaux et
provoquent des dégâts considérables, l’issue pouvant être fatale. C’est ainsi que
l’on voit apparaître des corps étrangers cristallisés dans des granulomes après
biopsie pulmonaire, constitués de magnésium et silice suggérant du talc, principal
excipient des comprimés de Ritaline® [RODN91]. Les insuffisances respiratoires,
hypertensions pulmonaires, emphysèmes sont régulièrement cités [SCHM91], ainsi
que les rétinopathies, néovascularisations de l’iris [GEDD95], artérite cérébrale
[SCHT00], réaction apyrogène [WEIN93], hypertension artérielle après injection
intra veineuse de MHP. Il peut se former au point d’injection des abcès susceptibles
de s’infecter ou des ulcères de cellulite [DUKE96]. Le premier cas d’inhalation de
MHP ayant entraîné la mort est signalé en 1999 [MASS99].
Pris oralement, l’effet du MHP se dissipe en quelques heures (d’où la nécessité de 2
prises quotidiennes lors du traitement du THADA). Et si de fortes doses sont
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
41
nécessaires aux toxicomanes, une dose minime intraveineuse peut être fatale chez
une personne sensible.
Le MHP est régulièrement cité dans un contexte qui peut paraître surprenant ;
l’utilisation chez les consommateurs de cocaïne. In vivo, la cocaïne et le MHP
bloquent de la même façon les transporteurs de la dopamine. La distribution de ces
deux molécules dans le cerveau est identique, mais la cocaïne reste le produit
préféré des toxicomanes, les effets secondaires les plus désagréables, à savoir
augmentation de la fréquence cardiaque et de la pression artérielle, persistant plus
longtemps avec le MHP [VOLK99c]. La Ritaline® est d’ailleurs souvent appelée
« la cocaïne du plouc »…En injection intra veineuse, le MHP et la cocaïne ont la
même toxicité, mais les conséquences de l’abus de MHP sont plus souvent fatales.
D’une façon très étonnante, on rencontre des adultes cocaïnomanes, jugés
hyperactifs, et traités au MHP. Ce syndrome paraît fréquent dans cette population et
l’on peut se demander laquelle de ces attitudes est à l’origine de l’autre [GRAB97,
LEVI98b]. Mais le traitement apporte un réel soulagement aux toxicomanes, qui en
conséquence, diminuent leur consommation de cocaïne.
Roache [ROAC00] cite également l’utilisation du MHP comme produit de
substitution, malgré sa toxicité cardiaque, lors des traitements d’abstinence de
cocaïne, mais son efficacité dans ces cas-là reste insuffisante.
A travers plusieurs articles très intéressants [VOLK98, VOLK99c], Volkow montre
une activation, par le MHP, du métabolisme du glucose dans certaines parties du
cerveau, le cortex orbitofrontal droit et le striatum droit, zones concernées par le
« craving » . Or le MHP n’augmenterait le métabolisme du glucose dans ces zones,
que chez les personnes concernées par le « craving », ce qui peut être l’un des
mécanismes sous tendant l’administration compulsive de drogues chez les
personnes dépendantes. De plus des doses répétées de médicaments stimulants
augmentent ce métabolisme, alors que des doses uniques le diminuent. Toute
l’acuité du problème du traitement du THADA par le MHP des toxicomanes et des
populations à risque addictif se pose ici [HALL98].
Je précise à nouveau que ces résultats sont le fait d’études américaines ou
canadiennes, aucun phénomène d’abus n’ayant fait l’objet d’article en France.
Le MHP est utilisé comme produit dopant par les sportifs.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
42
4.
Le méthylphénidate en France
Il me paraît indispensable de situer la position française dans le traitement du
THADA et l’utilisation de la Ritaline, qui diffère fondamentalement de la situation
Nord Américaine.
Les consultations pour hyperactivité se situent généralement à l ‘entrée à l’école
élémentaire, dans la sixième année de l’enfant. L’interrogatoire se fera séparément
avec l’enfant, la mère, le père et l’enseignant. Ils devront répondre de manière très
précise à un même questionnaire pour le père et la mère, à un autre pour
l’enseignant (questionnaires de Conners, voir annexes). L’enfant passera deux jours
dans le service hospitalier pour des examens neuropsychologiques. Ce n’est que
lorsque les réponses aux trois questionnaires concordent avec l’avis de l’équipe
médicale que le diagnostic d’hyperactivité sera posé. La Ritaline® sera donnée à
raison de 5 mg matin et midi les jours d’école, en respectant les fenêtres
thérapeutiques. Le traitement consistera également en une guidance des parents et
de l’enfant, peut-être aussi une psychothérapie et une rééducation. Commencé en
octobre, le traitement médicamenteux sera arrêté en décembre, exceptionnellement
poursuivi pendant trois autres mois. Il n’excèdera jamais six mois. Ce traitement
assez court est suffisant pour qu’apparaissent de nouveaux modes de relations avec
un enfant apaisé.
Le Docteur Revol n’a jamais prescrit de Ritaline® à des adolescents, ni à des
adultes pour un THADA.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
43
Conclusion
L’augmentation dramatique de la fabrication et de la consommation de MHP aux
Etats-Unis est largement attribuée à l’augmentation de prescriptions pour le
traitement de THADA chez les jeunes enfants, sans que l’évaluation des risques à
long terme soit réellement prise en compte. A ce sujet, l’étude de Paternite
[PATE99] sur le devenir des enfants ayant été traités au MHP dans l’enfance est
significative :
10 % présentent des troubles psychotiques, dans le cas d’une utilisation chronique,
38 % présentent des états dépressifs, des problèmes d’addiction, des perturbations
de la personnalité,
63 % ne présentent pas d’effets particuliers,
3 % ont eu des résultats négatifs sur leur scolarité,
et des dosages élevés de MHP peuvent conduire à des tentatives de suicide.
Le ratio bénéfices/risques est à prendre en compte dans toute son importance, les
effets secondaires pouvant être dramatiques et le potentiel toxicomanogène réel.
Il faut se demander quelle est notre part de responsabilité dans cette recherche de
performances, qui pousse parents et professionnels de l’éducation, et parfois de la
santé, à vouloir faire entrer les enfants dans une norme qui optimiserait leur chance
de réussite à l’âge adulte. Cette agitation des enfants ne cache-t-elle pas les lacunes
des cellules familiales actuelles, qui préfèrent passer le relais plutôt que de remettre
en cause un fonctionnement qui leur échappe. Et l’augmentation constante des
consommations de drogues en tout genre, avec leurs conséquences dramatiques sur
la santé, pose des problèmes de société, liés à l’émergence de conduites anti
sociales graves, à des phénomènes d’exclusions qui nécessiteraient des programmes
d’éducation et de prévention fondamentaux.
Mais ce tableau ne doit pas cacher la réalité des troubles d’hyperactivité avec déficit
d’attention, la souffrance des enfants et de ceux qui les entourent, quand la
pathologie rend la vie familiale, sociale, relationnelle insupportable. La Ritaline®
doit alors garder sa place dans le traitement pluridisciplinaire, qui permettra à
l’enfant de sortir de l’exclusion où l’avait placée la maladie et de reprendre
confiance en lui.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
44
BIBLIOGRAPHIE
Le classement utilisé est un classement par type de sources. Il n’était pas judicieux
de séparer les références en effets secondaires d’une part et usage détourné d’autre
part, car certains articles parlent des deux aspects à la fois, et les mécanismes
d’actions de la molécule peuvent également apparaître dans les deux types
d’articles. L’appel se fera par les quatre premières lettres du nom de l’auteur en
majuscules, suivies de l’année de parution de l’article sur deux chiffres. Les appels
de références en italiques concernent les effets secondaires plus spécifiquement. Si
plusieurs articles ont été publiés la même année par le même auteur, ils apparaissent
par ordre chronologique, l’appel étant suivi d’une lettre en minuscule selon
l’alphabet. Si plusieurs articles sont publiés par le même auteur, les années étant
différentes, ils apparaissent de façon chronologique également. Quand il n’y a pas
d’auteur, les lettres utilisées sont les premières lettres du titre de l’article.
Les ressources Internet présentées ici, ne sont que celles citées dans la synthèse.
Toutes les autres se trouvent dans la méthodologie.
Le classement est toujours alphabétique, sauf un chapitre d’articles plus anciens,
intéressants pour Madame Anne Bérod pour son côté historique, qui suit un
classement chronologique.
1.
ARTICLES DE PERIODIQUES
AANO99
AANONSEN N.O. – En norvégien – [Central nervous system stimulants
and their potential of abuse in hyperkinetic disorders] – Tidsskr Nor
Laegeforen, 1999, vol 119, n° 27, pp 4040-4042.
AHMA93
AHMANN P.A., WALTONEN S.J., OLSON K.A, et al – Placebocontrolled evaluation of Ritalin side effects – Pediatrics : (Evanston),
1993, vol 91, n° 6, pp 1101-1106.
ANDR00
ANDRIOLA M.R. – Efficacy and safety of methylphenidate and
pemoline in children with attention deficit hyperacticity disorder –
Current therapeutic research, 2000, vol 61, n° 4, pp 208-215.
BABC00
BABCOCK Q., BYME T. – Student perceptions of methylphenidate
abuse at a public liberal arts college – Journal of American College
Health, 2000, vol 49, n° 3, pp 143-145.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
45
BANG00
BANGE F., MOUREN-SIMEONI M.C. – Hyperactivité et Ritaline®:
le pour et le contre – Médecine thérapeutique / Pédiatrie, 2000, vol 3,
n° 3, pp 168-171.
BARK90
BARKLEY R.A., McMURRAY M.B., EDELBROCK C.S.,
ROBBINS K. – Side effects of methylphenidate in children with
attention deficit hyperactivity disorder : a systemic, placebo-controlled
evaluation - Pediatrics (Evanston), 1990, vol 86, n° 2, pp 184-192.
BARK00
BARKLEY R.A., CONNOR D.F., KWASNIK D. – Challenge to
determining adolescent medication response in an outpatient clinical
setting: Comparing Adderall and methylphenidate for ADHD – Journal
of Attention Disorders, 2000, vol 4, n° 2, pp 102-113.
BIRD99
BIRD H.R., BAUERMEISTER J.J., PAYNE J.D. – Are stimulants
overprescribed? Treatment of ADHD in four U.S. communities – Journal
of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 1999,
vol 38, n° 7, pp 797-804.
BREG99
BREGGIN P.R. – Psychostimulants in the treatment of children
diagnosed with ADHD : PartII - Adverse effects on brain and behavior –
Ethical Human Sciences and Services, 1999, vol 1, n° 3, pp 213-241.
BUKS98
BUKSTEIN O.G., KOLKO D.J. – Effects of methylphenidate on
aggressive urban children with attention deficit hyperactivity disorder –
Journal of Clinical Child Psychology, 1998, vol 27, n° 3, pp 340-351.
CART94
CARTER H.S., WATSON W.A. – IV pentazocine/methylphenidate
abuse – The clinical toxicity of another TS and blues combination –
Journal of Toxicology – Clinical Toxicology, 1994, vol 32, pp 541-547.
CAST00
CASTANEDA R., LEVY R., HARDY M., TRUJILLO M. – Longacting stimulants for the treatment of attention-deficit disorder in cocainedependant adults – Psychiatric services: (Washington, D.C.), 2000,
vol 51, n° 2, pp 169-171.
CHAR00
CHARLES G. –Agitation contre une pilule calmante – L’Express, 2000,
n° 2573, pp 42-43.
CHER99
CHERLAND E., FITZPATRICK R. – Psychotic side effects of
psychostimulants : A 5-year review – Canadian journal of psychiatry,
1999, vol 44, n° 8, pp 811-813.
COOK98
COOK R.C., FRADET G. ENGLISH J.C., et al. – Recurrence of
intravenous talc granulomatosis following single lung transplantation –
Canadian Respiratory Journal, 1988, vol 5, n° 6, pp 511-514.
CRUT99
CRUTCHLEY A., TEMLETT J.A. – Methylphenidate (Ritalin) use
and abuse – South African medical journal, 1999, vol 89, n°10,
pp 1076-1079.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
46
DIAM99
DIAMOND I.R., TANNOCK R., SCHACHAR R.J. – Response to
methylphenidate in children with ADHD and comorbid anxiety – Journal
of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry, 1999,
vol 38, n° 4, pp 402-409.
DURS97
DURST R., REBAUDENGO-ROSCA P. – En hébreu - [Attention
deficit hyperactivity disorder, facilitating alcohol and drug abuse in an
adult] – Harefuah, 1997, vol 132, n° 9, pp 618-622, 680.
EFRO97
EFRON D., JARMAN F., BARKER M. – Side effects of
methylphenidate and dexamphetamine in children with attention deficit
hyperactivity disorder : A double-blind, crossover trial – Pediatrics :
(Evanston), 1997, vol 100, n°4, pp 662-666.
EFRO98
EFRON D., JARMAN F.C., BARKER M.J. – Child and parents
perceptions of stimulant medication treatment in attention deficit disorder
– Journal of pediatrics and child health, 1998, vol 34, n°3, pp 288-292.
ELAN96
ELANGOVAN N., BARBATO M., COOPER T., WINSBERG B. –
Neurohormonal and behavioral response to methylphenidate in cocaine
abstinence – Psychiatry Research, 1996, vol 65, n° 2, pp 65-71.
FINC97
FINCK S., DANION-GRILLAT A., BECACHE E., et al. – Troubles
de l’attention avec hyperactivité et méthylphénidate (Ritaline®) :
l’épilepsie est-elle une contre-indication absolue ou relative ?: cognition
et développement : un nouveau regard sur la psychopathologie de
l’enfant ? – Neuropsychiatrie de l’enfance et de l’adolescence, 1997,
vol 45, n° 10, pp 605-609.
FIRE98
FIRESTONE P., MUSTEN L.M., PISTERMAN S., et al. – Short-time
side effects of stimulant medication are increased in preschool children
with attention-deficit/hyperactivity disorder : a double-blind placebocontrolled study – Journal of Child &Adolescent Psychopharmacology,
1998, vol 8, n° 1, pp 13-25.
FOLE00
FOLEY R., MRVOS R., KRENZELOK E.P. – A profile of
Methylphenidate exposures – Journal of toxicology. Clinical toxicology,
2000, vol 38, n° 8, pp 625-630.
FOLT91
FOLTIN R.W., FISCHMAN M.W. – Assessment of abuse liability of
stimulant drugs in humans – A methodological survey – Drug and
Alcohol Dependance, 1991, vol 28, pp3-48.
GARL98
GARLAND E.J. – Intranasal abuse of prescribed methylphenidate –
Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry,
1998, vol 37, n° 6, pp 573-574.
GATL97
GATLEY S.J., VOLKOW N.D., GIFFORD A.N., et al. – Model for
estimating dopamine transporter occupancy and subsequent increases in
synaptic dopamine using positron emission tomography and carbon-11labeled cocaine – Biochemical Pharmacology, 1997, vol 53, pp 43-52.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
47
GATL99
GATLEY S.J., VOLKOW N.D., GIFFORD A.N., et al. – Dopaminetransporter occupancy after intravenous doses of cocaine and
methylphenidate in mice and humans – Psychopharmacologia, 1999,
vol 146, n° 1, pp 93-100.
GEDD95
GEDDE S., REGILLO C.D., VADER J. – Advanced proliferative
retinopathy and iris neovascularization in an intranenous drug abuser –
Ophthalmic surgery, 1995, vol 26, n° 1, pp 85-87.
GHOD99
GHODSE A.H. – Dramatic increase in methylphenidate consumption –
Current Opinion in Psychiatry, 1999, vol 12, n° 3, pp 265-268.
GOLD98
GOLDMAN L.S., GENEL M., BEZMAN R.J., SLANETZ P.J. –
Diagnosis and treatment of attention-deficit/hyperactivity disorder in
children and adolescents. Council on Scientific Affairs – Journal of
American Medical Association, 1998, vol 279, n° 14, pp 1100-1007.
GRAB97
GRABOWSKI J., ROACHE J.D., SCHMITZ J.M., et al. –
Replacement medication for cocaine dependence : Methylphenidate –
Journal of Clinical Psychopharmacology, 1997, vol 17, n° 6,
pp 485-488.
GROS97
GROSS-TSUR V., MANOR O., VAN DERMEERE J., et al. –
Epilepsy and attention deficit hyperactivity disorder : Is methylphenidate
safe and effective? - The Journal of pediatrics, 1997, vol 130, n° 4,
pp 670-674.
GUEG00
GUEGANT G., CROCHETTE A. – Methylphenidate, tics et
compulsions – L’Encéphale, 2000, vol 26, n° 2, pp 45-47.
GUER96
GUERREIRO M.M., MONTENEGRO M.A., PIVA R.T., MOURARIBEIRO M.V. – Disturbio di deficit de atencao : tratamento com
metilfenidato – Arquivos de Neuro-Psiquiatria-Brazil, 1996, vol 54, n° 1,
pp 25-29.
HALL98
HALLER E. – When attention deficit disorder and addictions co-exist :
diagnostic and treatment challenges – Dissertation Abstracts
International : Section B : The Sciences & Engineering, 1988, vol 58,
n° 12-B, p 6809.
HAND00
HANDEN B.L., JOHNSON C.R., LUBETSKY M. – Efficacy of
methylphenidate among children with Autism and symptoms of
attention-deficit Hyperactivity disorder – Journal of autism and
developmental disorders, 2000, vol 30, n° 3, pp 245-255.
HEIS91
HEISHMAN S.J., HENNINGFIELD J.E. - Discriminative stimulus
effects of D-amphetamine, methylphenidate, and diazepam in humans –
Psychopharmacology , 1991, vol 103, n° 4, pp 436-442.
HIGG99
HIGGINS E.S. – A comparative analysis of antidepressants and
stimulants for the treatment of adults with attention-deficit hyperactivity
disorder – Journal of Family Practice, 1999, vol 48, pp 15-20.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
48
HOMS00
HOMSI J., WALSH D., NELSON K.A. - Psychostimulants in
supportive care - Supportive care in cancer, 2000, vol 8, n° 5,
pp 385-397.
IVIS99
IVIS F.J., ADLAF E.M. – Prevalence of methylphenidate use among
adolescents in Ontario – Canadian Journal of Public Health, 1999,
vol 90, n° 5, pp 309-312.
JAFF91
JAFFE S.L. – Intranasal abuse of prescribed methylphenidate by an
alcohol and drug abusing adolescent with ADHD – Journal of the
Americain Academy of Child and Adolescent Psychiatry, 1991, vol 30,
pp 773-775.
JASI00
JASINSKI D.R. – An evaluation of the abuse potential of modafinil
using methylphenidate as a reference – Journal of Psychopharmacology,
2000, vol 14, n° 1, pp 53-60.
KAJI92
KAJIKI A., TSUDA T., YAMAZAKI H., KIDO M. – En japonais –
[Two cases of chronic respiratory failure in intravenous methylphenidate
(Ritaline®) abusers] – Nihon Kyobu Shikkan Gakkai Zasshi,1992, vol 30,
n° 7, pp 1290-1295.
KLOR92
KLORMAN R., BRUMAGHIM J.T., FITZPATRICK P.A.,
BORGSTEDT A.D. – Methylphenidate reduces abnormalities of
stimulus classification in adolescents with attention deficit disorder –
Journal of Abnormal Psychology, 1992, vol 101, n° 1, pp 130-138.
KRAM00
KRAMER J.R., LONEY J., PONTO L.B., et al. – Predictors of adult
height end weight in boys treated with methylphenidate for childhood
behavior problems – Journal of the American Academy of Child and
Adolescent, 2000, vol 39, n° 4, pp 517-524.
KUCZ99
KUCZENSKI R., SEGAL D.S. – Dynamic changes in sensitivity occur
during the acute response to cocaine and methylphenidate Psychopharmacology, 1999, vol 147, pp 96-103
LAW99
LAW S.F., SCHACHAR R.J. – Do typical clinical doses of
methylphenidate cause tics in children treated for attention-deficit
hyperactivity disorder? – Journal of the American Academy of Child and
Adolescent Psychiatry, 1999, vol 38, n° 8, pp 944-951.
LLAN99
LLANA M.E., CRISMON M.L. – Methylphenidate : increased abuse or
appropriate use? – Journal of American Pharmacological Association,
1999, vol 39, n° 4, pp 526-530.
LEFE99
LEFEG.B., DAWSON K.V., MORROW A.L. – The extent of drug
therapy for attention deficit-hyperactivity disorder among children in
public schools – American Journal of Public Health, 1999, vol 89, n° 9,
pp 1359-1364.
LEVI95
LEVIN F.R., KLEBER H.D. – Attention-deficit hyperactivity disorder
and substance abuse : relationships: implications for treatment – Harv.
Rev. Psychiatry, 1995, vol 2, n°5, pp 246-258.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
49
LEVI98
LEVIN F.R., EVANS S.M., McDOWELL D.M., KLEBER H.D. –
Methylphenidate treatment for cocaine abusers with adult attentiondeficit/hyperactivity disorder: A pilot Study – Journal of Clinical
Psychiatry, 1998, vol 59, n° 6, pp 300-305.
LEVY93
LEVY F. – Side effects of stimulant use – Journal of Paediatrics and
Child Health, 1993, vol 29, n° 4, pp 250-254.
MARK99
MARKOWITZ J.S., MORRISON S.D., DE VANE C.L. – Drug
interactions with psychostimulants – International Clinical
Psychopharmacology, 1999, vol 14, n°1, pp 1-18.
MARS00
MARSH L.D., KEY J.D., PAYNE T.P. – Methylphenidate misuse in
substance abusing adolescents – Journal of Child & Adolescent
Substance Abuse, 2000, vol 9, n° 3, pp 1-14.
MARS00
MARSHALL E. – Duke Study Faults Overuse Of Stimulants for
Children – Science, 2000, vol 289, n°5480, p 721.
MASS99
MASSELLO W.,CARPENTER D.A..A fatality due to the intranasal
abuse of methylphenidate (Ritalin®) – Journal of Forensic Sciences,
1999, vol 44, n° 1, pp 220-221.
MULL00
MULLER N.L. – Talcosis associated with IV abuse of oral medications :
CT findings - Am. J. Roentgenol, 2000, vol 174, n° 3, pp 789-793.
MUSS98
MUSSER C.J., AHMANN P.A., THEYE F.W., et al. – Stimulant use
and the potential for abuse in Wisconsin as reported by school
administrators and longitudinally followed children – Journal of
developmental and behavioral pediatrics, 1998, vol 19,n° 3, pp 187-192.
MUST97
MUSTEN L.M., FIRESTONE P., PISTERMAN S., et al. – Effects of
methylphenidate on preschool children with ADHD: Cognitive and
behavioral functions – Journal of the American Academy of Child and
Adolescent Psychiatry, 1997, vol 36, n° 10, pp 1407-1415.
NAKA98
NAKANO H., IWATA Y., KANEGAE H., et al. – En japonais - [Talc
pulmonary granulomatosis caused by intravenous administration of
methylphenidate] – Nihon Kokyuki Gakkai Zasshi, 1998, vol 36, n° 1,
pp 111-115.
NOLA99
NOLAN E.E., GADOW K.D., SPRAFKIN J. – Stimulant medication
withdrawal during long-term therapy in children with comorbid attentiondeficit hyperactivity disorder and chronic multiple tic disorder –
Pediatrics, 1999, vol 103, n° 4 (Part 1), pp 730-737.
OBRI91
O’BRIEN R.J., SCHROEDL B.L. – Talc retinopathy – Optometry and
vision science, 1991, vol 68, n° 1, pp 54-57.
PARR91
PARRAN T.V., JASINSKI D.R. – Intravenous methylphenidate abuse –
Prototype for prescription drug abuse – Archives of International
Medicine, 1991, vol 151, pp 781-783.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
50
PATE99
PATERNITE C.E., LONEY J., SALISBURY H., WHALEY M.A. –
Childhood inattention overactivity, aggression, and stimulant medication
history as predictors of young adult outcomes – Journal of Child &
Adolescent Psychopharmacology, 1999, vol 9, n° 3, pp 169-184.
RAPL97
RAPPLEY M.D. – Safety Issues in the use of Methylphenidate – Drug
Safety, 1997, vol 17, n° 3, pp 143-148.
RENE99
RENERIC J.P., BOUVARD M.P. - La ritaline (méthylphénidate) dans
le traitement de l'hyperactivité de l'enfant et de l'adolescent – Nervure –
Journal de psychiatrie, 1999, vol 12, n° 1, pp 7-13.
ROAC00
ROACHE J.D., GRABOWSKI J., SCHMITZ J.M., et al. –
Laboratory measures of methylphenidate effects in cocaine-dependent
patients receiving treatment - Journal of Clinical Psychopharmacology,
2000, vol 20, pp 61-68.
ROSCA00
ROSCA-REBAUDENGO P., DURST R., DICKMAN M. - Adult
Attention Deficit Hyperactivity Disorder and comorbidity – International
Journal of Psychiatry in Clinical Practice, 2000, vol. 4, n° 1, pp 35-39.
RUSH01
RUSH C.R., BAKER R.W. – Behavioral pharmacological similarities
between methylphenidate and cocaine in coaine abusers – Experimental
& Clinical Psychopharmacology, 2001, vol 91, n° 1, pp 59-73.
SAFE92
SAFER D.J. – Relative cardiovascular safety of psychostimulants used
to treat attention-deficit hyperactivity disorder - Journal of Child &
Adolescent Psychopharmacology, 1992, vol 2, n °4, pp 279-290.
SAFE00
SAFER D.J. – Are stimulants overprescribed for younths with ADHD? –
Ann. Clin. Psychiatry, 2000, vol 12, n° 1, pp 55-62.
SCHA97
SCHACHAR R.J., TANNOCK R., CUNNINGHAM C., CORKUM
P.V. – Behavioral, situational and temporal effects of treatment of ADHD
with methylphenidate – Journal of the American Academy of Child and
Adolescent Psychiatry, 1997, vol 36, n° 6, pp 755-763.
SCHE96
SCHERTZ M., ADESMAN A., ALFIERI N.E., BIENKOWSKI R.S.
– Predictors of weight loss in children with attention deficit hyperactivity
disorder treated with stimulant medication – Pediatrics : (Evanston),
1996, vol 98, n° 4, ( Part 1), pp 763-769
SCHM91
SCHMIDT R.A., GLENNY R.W., GODWIN J.D., et al. –Panglobular
emphysema in young intravenous Ritalin® abusers – American review of
respiratory disease, 1991, vol 143, n° 3, pp 649-656.
SCHT00
SCHTEINSCHNAIDER A., PLAGHOS L.L., GARBUGINO S., et al.
– Cerebral arteritis following methylphenidate use – Journal of Child
Neurology, 2000,vol. 15, n° 4, pp 265-267.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
51
SCHU95
SCHUBINER H., TZELEPIS A., ISAACSON J.H., et al. – The dual
diagnosis of attention-deficit/hyperactivity disorder and substance abuse:
Case reports and literature review – Journal of Clinical Psychiatry, 1995,
vol 56, n° 4, pp 146-150.
SEEM98
SEEMAN P., MADRAS B.K. – Anti-hyperactivity medication :
methylphenidate and amphetamine – Molecular Psychiatry, 1998, vol 3,
pp 386-396.
SHAR99
SHARMA M.C., HO A.C. – Macular fibrosis associated with talc
retinopathy – American Journal of Ophtalmology, 1999, vol 128, n° 4,
pp 517-519.
SMIT98
SMITH B.H., PELHAM W.E., EVANS S., et al. – Dosage effects of
methylphenidate on the social behavior of adolescents diagnosed with
attention deficit hyperactivity disorder – Experimental & Clinical
Psychopharmacology, 1998, vol 6, n° 2, pp 187-204.
SPEN92
SPENCER T., BIEDERMAN J., WRIGHT V., DANON M. – Growth
deficits in children treated with desipramine: A controlled study –
Journal of the American Academy of Child & Adolescent Psychiatry,
1992, vol 31, n° 2, pp 235-243.
SPIE95
SPIER S.A. – Toxicity and abuse of prescribed stimulants –
International Journal of Psychiatry in Medicine, 1995, vol 25, pp 69-79.
STEI99
STEIN M.T. – An adolescent who abruptly stops his medication for
attention-deficit hyperactivity disorder - Journal of developmental and
behavioral pediatrics, 1999, vol 20, n° 2, pp 106-110.
STER94
STERN E.J., FRANK M.S., SCHMUTZ J.F.,et al – Panglobular
pulmonary emphysema caused by IV injection of methylphenidate
(Ritalin) : Findings on chest radiographs and CT scans – American
Journal of Rentgenology, 1994, vol 162, n° 3, pp 555-560.
SWAN98
SWANSON J.H., SEARGEANT J.A., TAYLOR E., et al. – Attentiondeficit hyperactivity disorder and hyperkinetic disorder – The Lancet,
1998, vol 351, pp 429-433.
TASS98
TASSIN J.P – Drogues, dépendance et dopamine – La Recherche, 1998,
n° 306, pp 48-53.
TEIC00
TEICHER M.H., ANDERSON C.M., POLCARI A., et al. –
Functional deficits in basal ganglia of children with attentiondeficit/hyperactivity disorder shown with functional magnetic resonance
imaging relaxometry – Nature Medicine, 2000, vol 6, n° 4, pp 470-473.
VALV97
Valvulopathies cardiaques graves sous anorexigènes – La Revue
Prescrire, 1997, vol 17, n° 178, pp 750-751.
VINC90
VINCENT J., VARLEY C.K., LEGER P. – Effects of methylphenidate
on early adolescent growth – American Journal of Psychiatry, 1990, vol
147, n° 4, pp 501-502.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
52
VOLK95
VOLKOW N.D., DING Y.S., FOWLER J.S., et al. – Is
methylphenidate like cocaine? Studies on their pharmacokinetics and
distribution in the human brain – Arch. Gen. Psychiatry, 1995, vol 52,
n°6, pp 456-463.
VOLK97
VOLKOW N.D., WANG G.J., FOWLER J.S., et al. – Effects of
methylphenidate on regional brain glucose metabolism in humans :
Relationship to dopamine Dinf 2 receptors – American Journal of
Psychiatry, 1997, vol 154, n° 1, pp 50-55.
VOLK98
VOLKOW N.D., WANG G.J., FOWLER J.S., et al. – Differences in
regional brain metabolic responses between single and repeated doses of
methylphenidate – Psychiatry Res., 1998, vol 83, n° 1, pp 29-36.
VOLK99a
VOLKOW N.D., FOWLER J.S., WANG G.J. – Imaging studies on the
role of dopamine in cocaine reinforcement and addiction in humans –
Journal of psychopharmacology, 1999, vol 13, n° 4, pp 337-345.
VOLK99b
VOLKOW N.D., WANG G.J., FOWLER J.S., et al. - Association of
methylphenidate-induced craving with changes in right striatoorbitofrontal metabolism in cocaine abusers : implications in addiction –
American Journal of Psychiatry, 1999, vol 156, n° 1, pp 19-26.
VOLK99c
VOLKOW N.D., WANG G.J., FOWLER J.S., et al. –
Methylphenidate and cocaine have a similar in vivo potency to block
dopamine transporters in the human brain – Life Sciences, 1999, vol 65,
n° 1, pp 7-12.
VOLK99d
VOLKOW N.D., WANG G.J., FOWLER J.S., et al. Prediction of
reinforcing responses to psychostimulants in humans by brain dopamine
D-sub-2 receptor levels – American Journal of Psychiatry, 1999, vol 156,
n° 9, pp 1440-1443.
VOLK01
VOLKOW N.D., WANG G.J., FOWLER J.S., et al. – Therapeutic
Doses of Oral Methylphenidate Significantly Increase Extracellular
Dopamine in the Human Brain – The Journal of Neurosciences, 2001,
vol 21, n°2, pp 1-5.
WEIN00
WEINER A.L. – Emerging drugs of abuse in Connecticut – Connecticut
Med., 2000, vol 64, n° 1, pp 19-23.
WEIN93
WEINMAN S.A., D’AGOSTINO J.L. – Pyrogenic reaction after
intravenous injection of pentazocine and methylphenidate – J. Emerg.
Nurs., 1993, vol 19, n° 1, pp 10-2, 16-7.
WU 99
WU X.H., GU H.H. – Molecular cloning of the mouse dopamine
transporter and pharmacological comparison with the human homologue
– Gene, 1999, vol 233, pp163-170.
YUAN97
YUAN J., McCANN U., RICAURTE G. – Methylphenidate and brain
dopamine neurotoxicity Brain Research, 1997, vol 767, n° 1, pp172-175.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
53
YOUN99
YOUNG S.J., LONGSTAFFE S., TENENBEIN M. – Inhalant abuse
and the abuse of other drugs – The american journal of drug and alcohol
abuse, 1999, vol 25, n°2, pp 371-375.
ZAME99
ZAMETKIN A.J., ERNEST M. – Problems in the Management of
Attention-Deficit-Hyperactivity Disorder – The New England Journal of
Medicine, 1999, vol 340, n° 1, pp 40-45.
2.
HISTORIQUE DOCUMENTS LES PLUS
ANCIENS
Classement chronologique
MART71
MARTIN W.R., SLOAN J.W., SAPIRA J.P., JASINSKI D.R. –
Physiologic, subjective and behavioral effects of amphetamine,
methamphetamine, ephedrine, phenmetrazine and methylphenidate in
man – Clin. Pharmacol. Ther 1971, vol 12, pp 245-158.
WILL71
WILLEY R.F. – Abuse of methylphenidate – N. Engl. J. Med., 1971, vol
285, p 464.
SPEN72
SPENSLEY J., ROCKWELL D.A. – Psychosis during methylphenidate
abuse – N. Engl. J. Med., 1972, vol 286, n° 16, pp 880-881.
ELEN76
ELENBAAS R.M., WAECKERIE J.F., McNABNEY W.K. – Abcess
formation as a complication of parenteral methylphenidate abuse –
JACEP, 1976, vol 5, n° 12, pp 977-980.
ABUS77
ABUSIO P.D., PANDARINATH S. – Methylphenidate (Ritalin) abuse
– J. Med. Soc. N.J., 1977, vol 74, n° 12, pp 1061-1062.
WOLF78
WOLF J., FEIN A., FEHRENBACHER L. – Eosinophilic syndrome
with methylphenidate abuse – Ann. Inter. Med., 1978, vol 89, n° 2, pp
224-225.
GUNB79
GUNBY P. – Methylphenidate abuse produces retinopathy – JAMA,
1979, vol 241, n° 6, p 546.
SMIT79
SMITH T.A., KRONICK R.F. – The policy culture of drugs : Ritalin,
methadone, and the control of deviant behavior – Int. J. Addict., 1979, vol
14, n° 7, pp 933-944.
HAGL82
HAGLUND R.M., HOWERTON L.L. – Ritalin : consequences of
abuse in a clinical population – Int. J. Addit., 1982, vol 17, n° 2,
pp 349-356.
BEWL83
BEWLEY T., GHODSE A.H. – Unaceptable face of private practise :
prescription of controlled drugs to addicts – Br. Med. J. (Clin.Res.Ed.),
1983, vol 286, n° 6381, pp 1876-1877.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
54
MEHT84
MEHTA H., MURRAY B., LOLUDICE T.A. – Hepatic dysfunction
due to intravenous abuse of methylphenidate hydrochloride – J. Clin
Gastroenterol., 1984, vol 6, n°2, pp 149-151.
ZEMP84
ZEMPLENYI J., COLMAN M.F. – Deep neck abscesses secondary to
methylphenidate (Ritalin) abuse – Head Neck Surg., 1984, vol 6, n°4,
pp 858-860.
GAWI85
GAWIN F., RIORDAN C., KLEBER H. – Methylphenidate treatment
of cocaine abusers without attention deficit disorder : a negative report –
Am. J. Drug Alcohol Abuse, 1985, vol 11, n° 3-4, pp 193-197.
KEEL85
KEELEY K.A., LICHT A.L. – Gradual vs. abrupt withdrawal of
methylphenidate in two older dependent males – J. Subst. Abuse Treat.,
1985, vol 2, n°2, pp 123-125.
STEC85
STECYK O., LOLUDICE T.A., DEMETER S., JACOBS J. –
Multiple organ failure resulting from intravenous abuse of
methylphenidate hydrochloride – Ann. Emerg. Med., 1985, vol 14, n° 6,
pp 597-599.
SHER87
SHERMAN C.B., HUDSON L.D., PIERSON D.J. – Severe precocious
emphysema in intravenous methylphenidate (Ritalin) abusers – Chest,
1987, vol 92, n° 6, pp 1085-1087.
FULT88
FULTON A.I., YATES W.R. – Family abuse of methylphenidate – Am.
Fam. Physician, 1988, vol 38, n°2, pp 143-145.
LONE88
LONEY J. – Substance abuse in adolescents : diagnostic issues derived
from studies of attention deficit disorder with hyperactivity – NIDA Res.
Monogr., 1988, Vol 77, pp 19-26.
WILL88
WILLIAM J., WILHOITE S., MANOS P., et al – Pulmonary talc
granulomatosis due to intravenous ritalin – J. Tenn. Med. Assoc., 1988,
vol 81, n°9, pp 560-561.
3.
CONS00
ACTE DE CONGRES
CONSEIL DE L’EUROPE ; GROUPE POMPIDOU – Troubles
déficitaires de l’attention / troubles hyperkinétiques : diagnostic et
traitement par les stimulants. Groupe Pompidou. Strasbourg : Ed. du
Conseil de l’Europe, 2000, 127 p.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
55
4.
MONOGRAPHIES
AMAE96
American Psychiatry Association, DMS-IV, Manuel diagnostique et
stastistique des troubles mentaux. Traduction française. Paris : Masson,
1996, 1056 p.
DROG00
Drogues, savoir plus, risquer moins. Vanves : Comité français
d’éducation pour la santé, 2000, 146 p.
DUKE96
DUKES M.N.G. – Meyler’s side effects of drugs. An encyclopedia of
drug adverse reactions and interactions. 13th edition. Amsterdam :
Elsevier, 1996, 1584 p.
VALL94
VALLA J.P., BERGERON L., GAUDET N.– L’épidémiologie de
la santé mentale de l’enfant et de l’adolescent. Paris : Presses
Universitaires de France, 1994, 127 p.
5.
RAPPORTS SCIENTIFIQUES
DALL94
DALLY S., DESCHAMPS D., DJEZZAR S., QUALID J.C. – Effets
somatiques des principaux produits amphétaminiques – Paris : Hôpital
Fernand Widal, 1994, 7 p.
NOVA00
NOVARTIS-PHARMA – Methylphenidate, drugdex drug evaluation –
Ruel Malmaison:Service Information et Documentation Médicales, mise
à jour 06/2000, 49 p.
ORGA96
ORG. INT. CONTRÔLE DES STUPEFIANTS – Rapport de l’organe
international de contrôle des stupéfiants pour 1995 – Vienne,New-York :
Organe International de Contrôle des stupéfiants, Nations unies,1996,68p.
6.
ANAE99
7.
GALI99
REVUE COMPLETE
L’enfant hyperactif - Numéro spécial - Approche Neuropsychologique
des Apprentissages chez l’Enfant, 1999, vol 11, n° 54.
THESE
GALIANO Sandrine. Usage détourné et abus de médicaments : le cas
particulier de la Ritaline® : enquête réalisée auprès de 391 pharmacies
en Isère. Thèse d’exercice de docteur en Pharmacie : Université Joseph
Fourier à Grenoble, 1999, 114 p.
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
56
8.
RESSOURCES INTERNET
BROD99
BRODY J.E. – Diet Change May Avert Need for ritalin [On line].
The New York Times, 2 novembre 1999. Available from Internet
<URL : http://www.hyperactif.org/pages/nutrition/ritaline.html
FACT98
FACTLINE
ON
HON
Non-Medical
Use
of
Ritalin
(methylphenidate) [On line]. [Mise à jour 30/09/98]. Available from
Internet:
<URL :http://www.drugs.indiana.edu/pubs/factline/ritalin.html>
FAUR00
FAURE E. – L’hyperactivité chez l’enfant , 1 ère et 2 ème parties.[On
line]. Genève : Association Hyperactivité-SOS. [Mise à jour mai
2000]. Available from Internet <URL : http://www.hypsos.ch>
FARL97
FARLEY D. Attention Disorder: Overcoming the Deficit Abuse of
Attention
Deficit
Drug
Can
Be
Deadly,
[On
line].
FDA
Consumer.[Mise à jour août 1997]. Available from Internet :
<URL : http://www.usdoj.gov/dea/concern/ritalin.html>
INFO00
Infofax – Ritalin [On line]. Bethesda : National Institute of Drug
Abuse.
[Mise
à
jour
29/03/00].
Available
from
Internet
<URL : http://www.nida.nih.gov/Infofax/ritalin.html>
MEDI00
MEDISITE
[On
line].
Available
from
Internet :
<URL : http://www.medisite.fr >
PREV00
PREVLINE
[On
line].
Available
from
Internet
:
<URL : http://www.health.org>
REVO01
REVOL O., GERARD D., FOURNERET P., et al. – L’enfant
hyperactif : approche thérapeutique ; place du Méthylphénidate
(Ritaline®).[On line]. Hôpital Neurologique de Lyon. [Visité le
23/01/01]. Available from Internet
<URL http://www.coridys.asso.fr/pages/base_doc/revol/hyperkyne.html>
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
57
Annexes
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
58
Critères du DSM IV pour le trouble : déficit de
l’attention/hyperactivité.
A. Présence soit de (1), soit de (2):
(1) six des symptômes suivants d'inattention (ou plus) ont persisté pendant
au moins 6 mois, à un degré qui est inadapté ou ne correspond pas au niveau de
développement de l'enfant:
Inattention
(a) souvent, ne parvient pas à prêter attention aux détails, ou fait des fautes
d'étourderie dans les devoirs scolaires, le travail ou d'autres activités
(b) a souvent du mal à soutenir son attention au travail ou dans les jeux
(c) semble souvent ne pas écouter quand on lui parle personnellement
(d) souvent, ne se conforme pas aux consignes et ne parvient pas à mener à
terme ses devoirs scolaires, ses tâches domestiques ou ses obligations
professionnelles (cela n'est pas dû à un comportement d'opposition, ni à une
incapacité à comprendre les consignes)
(e) a souvent du mal à organiser ses travaux ou ses activités
(f) souvent, évite, a en aversion, ou fait à contre coeur les tâches qui nécessitent
un effort mental soutenu (comme le travail scolaire ou les devoirs à la maison)
(g) perd souvent les objets nécessaires à son travail ou à ses activités (p.ex.,
jouets, cahiers de devoirs, crayons, livres ou outils)
(h) souvent, se laisse facilement distraire par des stimulus externes
(i) a des oublis fréquents dans la vie quotidienne
(2) six des symptômes suivants d'hyperactivité-impulsivité (ou plus) ont
persisté pendant au moins 6 mois, à un degré qui est inadapté et ne correspond pas
au niveau de développement de l’enfant:
Hyperactivité
(a) remue souvent les mains ou les pieds, ou se tortille sur son siège
(b) se lève souvent en classe ou dans d'autres situations où il est supposé rester
assis
(c) souvent, court ou grimpe partout, dans des situations où cela est inapproprié
(chez les adolescents ou les adultes, ce symptômes peut se limiter à un sentiment
subjectif d'impatience motrice)
(d) a souvent du mal à se tenir tranquille dans les jeux ou les activités de loisir
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
I
(e) est souvent "sur la brèche" ou agit souvent comme s'il était "monté sur
ressorts"
(f) parle souvent trop
Impulsivité
(g) laisse souvent échapper la réponse à une question qui n'est pas encore
entièrement posée
(h) a souvent du mal à attendre son tour
(i) interrompt souvent les autres ou impose sa présence (p. ex., fait irruption
dans les conversions ou dans les jeux)
B. Certains des symptômes d'hyperactivité-impulsivité ou d'inattention ayant
provoqué une gêne fonctionnelle étaient présents avant l'âge de 7 ans.
C. Présence d'un certain degré de gêne fonctionnelle liée aux symptômes dans deux,
ou plus de deux types d'environnement différents (p. ex., à l'école - ou au travail- et
à la maison).
D. On doit mettre clairement en évidence une altération cliniquement significative
du fonctionnement social, scolaire ou professionnel.
E. Les symptômes ne surviennent pas exclusivement au cours d'un trouble
envahissant du développement, d'une schizophrénie ou d'un autre trouble
psychotique, et ils ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (p. ex.,
trouble thymique, trouble anxieux, trouble dissociatif ou trouble de la personnalité).
Corinne CHARROIN | DESSID | 2001 | enssib
II

Documents pareils