p01ok_Mise en page 1

Commentaires

Transcription

p01ok_Mise en page 1
p20-21Gestion acteur (uffi)_Mise en page 1 02/02/11 17:33 Page21
CAFPI investit le Maroc
CAFPI a investi le marché marocain il y deux
ans en ouvrant une première agence à
Casablanca.
Fort de ses résultats, le leader du marché
français des courtiers en prêts immobiliers
en a inaugurée une autre à Marrakech en
mai 2010. D’autres devraient suivre
progressivement : «Le choix du
positionnement de nos agences répond à notre
volonté de couvrir les différentes régions du
pays. Nous voulons devenir un acteur clé du
financement immobilier au Maroc », souligne
Philippe Taboret directeur général adjoint.
Le courtier cible les
Marocains installés
au pays, les
expatriés et les
résidents
étrangers.
L’activité de
Cafpi Maroc
témoigne d’un
potentiel important :
en l’espace de deux ans, son
volume de production de crédits immobiliers a
été multiplié par six, passant de 40 à
247 MDhs (de plus de 3,5 M€ à
environ 22 M€).
Même chose pour le nombre de dossiers
déposés :
28 en 2008
170 en 2009
les 200 devraient être dépassés en 2010.
En moyenne, 70% des dossiers déposés sont
concrétisés ; 44% sont inférieurs à 1 MDhs
(89 000 euros).
Le montant moyen de l’emprunt s’établit,
quant à lui, à 1,4 MDhs (125 000 euros), un
peu moins pour les étrangers non résidents
(1,2 MDhs, soit 107 000 euros).
Les emprunteurs qui passent par
l’intermédiaire de Cafpi achètent
essentiellement dans les sites touristiques
marocains :
Marrakech 27%
Agadir 9%
Fès et Tanger 6%
Rabat 3%,
Essaouira 2%
mais c’est surtout Casablanca qui fait le
gros du marché. `
« En proposant des offres de prêts adaptées
aux acquéreurs, en leur offrant tous les
conseils dont ils ont besoin dans les domaines
de l’assurance, des garanties, de la fiscalité,
en assurant un suivi personnalisé, Cafpi fait
gagner du temps à l’emprunteur, au
professionnel de l’immobilier et au banquier »
se félicite Philippe Taboret. •
PR
Rivoli Finance cultive la performance absolue
Une approche quantitative, objective et dépassionnée des marchés
qui a fait ses preuves depuis 2001.
Premier bilan avecVincent Gleyze,
co-fondateur et directeur général de cette société de gestion originale qui a multiplié par deux ses encours gérés l’an dernier :
500 M€ au 31 décembre 2010.
Ce n’est qu’il y a deux ans que Rivoli Finance se décidait à proposer sa gamme de fonds, pourtant créée il y a une dizaine
d’années, aux CGPI .
Un timing idéal dans la mesure où l’approche spécifique développée
par l’équipe s’adapte à toutes les situations de marché.
Quel est le bilan de vos deux premières années de présence auprès des conseillers en gestion
de patrimoine indépendants ?
Il est très positif. Nous entretenons des relations privilégiées avec plusieurs plateformes, ce qui
nous amène à nous déplacer sur l’ensemble du territoire pour présenter notre approche. L’an
passé, nous avons ainsi pu organiser une quinzaine de rencontres avec la profession. Les retours
sont très bons : les CGP nous réservent traditionnellement un accueil empreint de curiosité. Il est
vrai que la gestion quantitative reste encore mal connue.
La pédagogie est donc de mise ?
Plus que jamais dans le contexte actuel ! Dès le départ, nous nous étions d’ailleurs fixé comme
objectif d’adresser un message clair et d’adopter une parfaite transparence sur nos processus de
gestion. Le message est passé. Nos interlocuteurs ont parfaitement saisi l’intérêt de détenir en
portefeuille ces fonds qui s’avèrent complémentaires à l’offre de gestion traditionnelle.
Quels sont vos projets pour 2011 ?
Nous avons initié un recrutement pour intensifier notre présence auprès des CGP qui
représentent actuellement environ 15% de notre clientèle. Nous avons également procédé à de
nouveaux référencements, notamment auprès de Cardif, AXA Thema, UAF Patrimoine, Cie
1818 et Generali Patrimoine. De nouvelles rencontres sont prévues. Nous continuons donc sur
notre lancée en restant très présents sur le terrain.
Votre gamme comprend actuellement quatre fonds
Quel est celui qui, jusqu’alors, a suscité le plus d’intérêt ?
Il s’agit indéniablement de Rivoli Equity Fund. Investi sur les marchés d’actions européens, il
reçoit un accueil favorable dans la mesure où il dispose d’un historique de performances très
positif et où les stratégies mises en œuvre sont aisément explicables. Il constitue une première
étape évidente de diversification dans un portefeuille traditionnel. La crise récente a d’ailleurs
conforté la pertinence de notre approche car nos fonds, dont la liquidité est quotidienne, n’ont
dans l’ensemble pas trop subi la volatilité des marchés tout en étant très correctement classés
dans leurs catégories respectives.
Qu’en est-il de votre fonds obligataire, Rivoli Long Short Bond ?
Il s’agit d’un fonds d’obligations internationales à performance absolue. Le processus quantitatif
mis en place permet de tirer parti des différents mouvements de taux et des déformations de
courbes de taux.
Il présente un grand intérêt pour les mois à venir car il peut jouer la baisse des marchés
obligataires tout en accompagnant les mouvements anticipés sur la courbe des taux. Ici encore, il
s’agit d’un complément pertinent à un portefeuille obligataire classique. Il est vrai que son
fonctionnement est moins facile à appréhender mais il constitue un excellent véhicule
d’investissement pour le long terme.
Notez que pour le court terme nous proposons aussi Rivoli Conservative Fund, un fonds
monétaire dynamique dont la partie dynamique est composée des autres fonds de la gamme,
parmi lesquels on compte ceux évoqués plus haut mais aussi notre fonds mixte international
flexible, Rivoli Capital. •
www.aspatrimonial.com
février-mars 2011 • 21