Friendship as a Moderating Factor in the Pathway Between Early

Commentaires

Transcription

Friendship as a Moderating Factor in the Pathway Between Early
Friendship as a Moderating Factor in the Pathway Between Early Harsh Home Environment and
Later Victimization in the Peer Group
Référence:
Schwartz, D., Dodge, K.A., Pettit, G.S., and Bates, J.E. (2000). Friendship as a moderating factor
in the pathway between early harsh home environment and later victimization in the peer group.
Developmental Psychology, 36(5), 646-662.
Mots clés: home environment, stress, abuse, conflict, victimization, aggression, friendship,
longitudinal study.
Objectifs de l’étude:
Cet article regroupe deux études étroitement liées visant le même objectif, mais auprès
d’échantillons différents. Le but de ces études est d’examiner la relation entre l’environnement
familial d’un enfant du préscolaire (T1) et la victimisation/agression (T3; vers la 3e et 4e année du
primaire) et l’effet modérateur de la présence d’amis entre ces deux variables (T2; au début du
primaire).
Méthodologie:
Dans le cadre de la première étude, incluse dans une recherche plus large (Child Development
Project), 389 élèves (198 garçons et 191 filles) et leur mère provenant de trois régions différentes
des États-Unis, y ont participé. L’environnement familial (discipline restrictive, conflit marital,
stress, hostilité de la mère et abus; T1), l’acceptation par les pairs et l’amitié (T2) ainsi que la
victimisation et l’agression (T3) ont été mesurés à l’aide d’entrevues structurées auprès des mères
des participants. Dans la seconde étude faisant également partie d’une recherche plus large (The
Fast Track study), elle a fait appel à 243 élèves (115 garçons et 128 filles) et leur mère provenant
de quatre régions différentes des États-Unis. Des mesures de l’environnement familial (discipline
restrictive, hostilité de la mère et stress; T1), d’acceptation par les pairs et d’amitié (T2) ainsi que
de victimisation/agression (T3) ont été prises, toujours à l’aide d’entrevues structurées.
Résultats et conclusion:
Les résultats de ces deux études indiquent que les enfants vivant dans un environnement familial
punitif, strict et potentiellement violent pendant leurs années préscolaires ont davantage de risque
d’être victimes de violence par les pairs pendant leur primaire. Cette association est d’autant plus
forte pour les enfants n’ayant pas beaucoup d’amis comparativement à ceux en ayant plusieurs.
De plus, aucun effet lié à l’intensité de l’agression ne viendrait modifier cette relation. Toutefois,
certaines inconsistances entre les deux études concernant l’effet du genre des participants et du
stress vécu dans le milieu familial sont à prendre en considération. En résumé, la reproduction de
la première étude lors de la deuxième recherche fournit des bases solides aux conclusions
rapportées et appuie le fait que la présence d’amis autour d’un enfant ayant un milieu familial
difficile pourrait être un facteur de protection de la victimisation par les pairs en milieu scolaire.
Langue: Anglais
Origine: États-Unis
RP/OCPVE