Compagnie Adesso e Sempre

Commentaires

Transcription

Compagnie Adesso e Sempre
Projet de médiation culturelle
Les Témoins
Un projet à étapes d’octobre 2010 à octobre 2012
dirigé par Julien Bouffier - Compagnie Adesso e sempre
La Compagnie est subventionnée par le Ministère de la Culture / DRAC Languedoc-Roussillon
au titre des compagnies conventionnées, la Région Languedoc-Roussillon et la Ville de Montpellier.
La Compagnie est en résidence au Théâtre Jean Vilar de la Ville de Montpellier depuis 2010
et en compagnonnage avec le Théâtre Jean Vilar de la Ville de Vitry-sur-Seine depuis 2009.
1
07/06/2012
PROJET ARTISTIQUE
La compagnie Adesso e sempre en résidence au théâtre Jean Vilar à Montpellier
travaille depuis trois années, par étapes, sur la création d’un spectacle, Les Témoins,
qui sera présenté les 4, 5, 9, 10 et 11 octobre 2012.
Depuis trois ans, nous cherchons comment le théâtre peut rendre compte de
l'actualité du monde. Le travail de la compagnie a toujours tenté d'être un reflet de la
société dans laquelle elle évolue mais avec ce projet nous voulons faire du théâtre
un média pour raconter le monde, une forme de théâtre qu'on pourrait nommer
"documentaire". Piscator déjà, dans Un théâtre politique, écrivait que "le théâtre
demeurait sans cesse en retard sur le journal, qu'il n'était pas assez actuel, qu'il
restait une forme d'art figé, déterminé à l'avance". Comment réussir cette équation
compliquée pour cette pratique artistique dont l'essence même est la distance qu'il
entretient avec le réel. Le théâtre représente le monde, il ne sera jamais le monde.
Comment peut-il le montrer, le dire aussi directement que l'image filmée, qui, bien
qu'elle soit elle-même une représentation puisqu'elle choisit ce qu'elle montre par
son cadrage, nous parvient plus directement? Comment les corps des acteurs
peuvent-ils donner à voir la chair du monde, ses blessures, ses injustices, ses joies,
son courage?
Les murs du théâtre pouvant être aussi étroits que les feuilles d’un journal ou qu’un
écran d’un téléviseur, nous désirons sortir du cadre de la salle de spectacle pour
réinterroger la représentation et son mode de préparation. Que les répétitions ne
commencent pas dans le théâtre mais dans le monde réel pour tenter de le traduire à
partir de tous les matériaux accumulés. Ne pas être à côté mais avec : une
déclinaison du "vivre ensemble", fabriquer ensemble.
Nous avons ainsi répété dans des lycées, des entreprises, dans l’espace public.
Nous avons rencontré de nombreux journalistes, photoreporters. Nous avons voyagé
et collecté des paroles de nombreux témoins ordinaires ou extraordinaires.
Leurs paroles sont la matière de ce spectacle.
La saison dernière, nous avions montré MANIFESTEment qui était l’ébauche de ce
projet et qui se concentrait sur le rapport de la compagnie au monde. Aujourd’hui,
vous assisterez à la vision du monde d’une photoreporter, une enseignante, un
cheminot, une femme d’affaire, un blogueur : tous, témoins du monde à leur façon.
Nous suivrons le parcours de ces individus dans un monde interconnecté. La
différence de ces points de vues, ressentis comme des vérités, sur une même
actualité nous éclaire sur la complexité que nous avons, chacun, à appréhender le
fonctionnement de notre société.
Et alors que nous raconte cette actualité des trois dernières années ?
Nos témoins reviennent toujours sur les mêmes sujets : démocratie, liberté,
République, intérêt général, reconnaissance. C’est de cela dont nous parlons.
Notre monde est usé et cherche de nouveaux repères mais il est surtout en pleine
mutation, gorgé de vie. Nous voulons communiquer cet espoir vivace du changement
imprimé par la jeunesse dans le monde arabe.
Les spectateurs sont partagés en trois groupes et n’assistent pas au même
spectacle. Ils n’ont qu’un seul point de vue de cette histoire de l’actualité. Mais
2
07/06/2012
rassurez-vous, notre monde est aussi interconnecté. Nous avons des nouvelles de
ce qui se passe à côté de nous par le son ou l’image. Trois configurations différentes
où le public est installé soit dans des serres (une noire, une blanche), soit en
déambulation dans l’espace public, muni de casques.
Une aventure sensible, ludique, où la position de spectateurs est requalifiée à tous
moments. Un moment de partage et d’échange de nos sensations.
Trois manières d’appréhender cette histoire :
La serre blanche
Le public assiste, installée dans une grande serre blanche recouverte d’images
vidéo, à la vie d’une compagnie théâtrale écartelée entre son travail et son rapport
au monde, entre intimité et vie professionnelle, entre réel et fiction.
L’espace déambulatoire
Nous regardons, ici l’actualité par les yeux du monde du travail. Munis de casques
audio, les spectateurs, conduits par les acteurs, déambulent autour des deux autres
serres. Nourris par les entretiens que nous avons menés avec différents corps de
métiers, nous interrogeons le sens que nous donnons au travail.
La serre noire
Les « No Life » sont ces jeunes gens qui passent leur vie sur leur ordinateur, perdus
dans les mondes virtuels des jeux en réseau et qui ont plus d’amis sur Facebook que
dans le monde réel. Quel est leur rapport à l’actualité ? Comment regardent-t-ils
notre société ?
Assis dans l’obscurité d’une serre noire, le public pourra participer à ce monde virtuel
qu’ils construisent en direct devant nous. Quelles sont les règles de ce monde virtuel,
pas si éloigné du nôtre ? Comment ces deux mondes se rencontrent-ils ? Comment
les bruits du monde interviennent dans ce monde soi disant protégé.
Le projet de médiation culturelle s’inscrit dans cette dernière étape de la serre noire
qui a pour ambition de construire une œuvre partagée avec un jeune public de
proximité résidant dans le quartier de la Paillade-Mosson, lieu d’implantation du
théâtre Jean Vilar.
La compagnie Adesso e sempre sera en résidence dans le quartier de la PailladeMosson sur différents lieux d’accueil (voir ci-après).
3
07/06/2012
CONTEXTE DE LA MEDIATION
La particularité du projet Les Témoins est de concevoir un processus artistique qui se
nourrit de l’action culturelle elle-même au travers de rencontres et d’échanges avec
le public. Notre ambition est d’aller au-delà d’une simple démarche de
démocratisation culturelle facilitant l’accès au théâtre.
Nous savons, grâce à notre expérience de l’action culturelle, qu’il faut développer de
patientes et diverses stratégies de médiation comme, par exemple, de placer
l’expression du public et les pratiques artistiques au cœur des projets.
Cette démarche ambitieuse ouvre la porte de ce que d’aucun appelle « la
démocratisation de l’expressivité » ou « la médiation par l’expression » (cf. Jean
Caune), ce qui permet au public participant de prendre la parole selon sa propre
histoire, ses propres expériences, son propre regard, etc.
Au-delà de la médiation culturelle, de notre place de créateur d’un objet artistique, le
projet Les témoins nous permet de nourrir notre propre processus de création grâce
aux matériaux recueillis auprès du public participant.
Il s’agit là, finalement, de proposer à un public, un espace d’expression et de
pratiques, véritable espace démocratique qui permet une confrontation et un
échange entre plusieurs approches culturelles.
Une ambition qui participe, nous le souhaitons, d’un processus de démocratie
culturelle, pour le moins qui se réfère à l’article 5 de la Déclaration universelle de
l’Unesco du 2 novembre 2001 : « Toute personne doit pouvoir participer à la vie
culturelle de son choix et exercer ses propres pratiques culturelles dans les limites
qu’impose le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales ».
OBJECTIFS DE LA MEDIATION
- créer les conditions d’une rencontre avec la création et une démarche artistique
- créer un espace d’ouverture et d’expression permettant de confronter et d’exprimer
des points de vue singuliers
- éveiller un regard critique sur les médias de l’information en appréhendant plusieurs
maillons de la « chaîne médiatique » : du statut de lecteur de l’information, de critique
à celui d’acteur, d’enquêteur puis de spectateur d’un spectacle auquel il aura
contribué
- sensibiliser aux différentes esthétiques artistiques
- initier à la découverte et la fréquentation des lieux de création et de diffusion
- assurer un égal accès à l’art et à la culture
- permettre un temps de restitution ou de validation du travail réalisé
- découvrir et participer au processus de création
4
07/06/2012
MISE EN ŒUVRE
Le projet se déroulera lors de la résidence de la compagnie Adesso e sempre dans
un quartier ou dans un établissement scolaire.
• Public ciblé
Jeunes à partir de 16 ans.
• Equipe artistique Adesso e sempre
L’équipe sera constituée de Julien Bouffier (Directeur artistique), Laurent Rojol
(vidéaste) et un vidéaste d’une association.
• Contenu des ateliers
1- Elaborer un Journal Théâtral (JT)
Dans un premier temps, nous désirons aborder avec le groupe de jeunes, tout un
travail sur l’analyse des médias d’informations et leur manière de raconter le monde.
Comment le jugent-ils ? Se sentent-ils concernés par l’information ? S’informent-ils ?
Nous allons mettre en place des outils de dialogue (Blogue, réseaux sociaux) qui
nous permettront d’échanger.
Nous les questionnerons sur ce qu’ils jugent être l’actualité à un moment précis.
Nous leur demanderons alors de constituer un corpus, venant de différents supports
médiatiques (journaux papiers, radio, télévision, internet) sur le sujet d’actualité que
nous aurons choisi ensemble.
Contenu des modules d’élaboration du Journal Théâtral en vidéo :
 La une du jour : analyse des supports médiatiques
 Evénement du jour : hiérarchisation de l’actualité
 Débat sur une question d’actualité
 Vidéomathon : boîte à questions
 Héros du jour : portrait du parcours d’une personne singulière
 Elaboration d’un vidéoreportage
Le Journal Théâtral sera diffusé sur l’espace public à la fin de la première résidence.
2- Découvrir et participer au processus de création théâtrale de la pièce Les
Témoins.
La compagnie peut proposer, avec cette action culturelle, une représentation d’une
étape de travail de la pièce Les témoins.
5
07/06/2012
• Calendrier et lieux
L’action à destination des jeunes se déroulera en trois étapes :
- une phase de rencontres et de sensibilisation des jeunes au projet
- une résidence sur le quartier ou dans un établissement scolaire pour
élaborer un Journal Théâtral
- une résidence sur le lieu de l’installation du décor et de répétitions du
spectacle, Les Témoins, pour participer au processus de création.
Des actions « tous publics » sont également au programme : découverte du
processus de création lors des répétitions de la pièce.
• Autorisations
-
autorisation d’exploitation d’image et de son d’un auteur
autorisation d’exploitation d’image et de son d’une personne prise en photo ou
en vidéo
autorisation de tournage et de projection vidéo sur l’espace public
• Communication
-
Flyers d’information
Internet : facebook
Presse
BILAN - EVALUATION
Bilan global de l’action sous forme d’interview.
6
07/06/2012
JULIEN BOUFFIER
Directeur artistique
Julien Bouffier dirige la compagnie Adesso e Sempre depuis sa création en 1991 en
Languedoc-Roussillon.
Comédien et metteur en scène, il a été formé par Jean-Michel Winling, Philippe Girard,
Redjep Mitrovitsa et Yves Steinmetz.
Depuis 91, il a monté Angèle Box de Durringer, Squatt de Jean-Pierre Milovanoff, Suerte
de Claude Lucas, Narcisse Autobiographie - commandée à Bernard Pingaud, Joseph
Danan, Jean-Marc Lanteri, Hernani de Victor Hugo, La nuit je mens inspirée de l’oeuvre de
Sophie Calle, Le début de l'A. de Pascal Rambert, Nos Nuits Américaines, diptyque sur la
désillusion du rêve américain : 1ère partie l'Echange de Paul Claudel, 2ème partie
Remember the Misfits, Perlino Comment de Fabrice Melquiot, les Yeux Rouges de
Dominique Féret.
En dehors des plateaux de théâtre, il crée des performances (Voices de J.Y. Picq, Ma
chambre d'incertitude...), réalise des objets vidéo (Vraiment, la Sékence du
Spektateur...), travaille son art en entreprise (projet Mémoire / public EDFGDF...).
En 1997, il se consacre à Suerte de Claude Lucas qui obtient le prix de la jeune création au
Festival d’Alès. C'est ce spectacle "peep-show" qui le distinguera au-delà de la région
Languedoc-Roussillon. L'état reconnaît son travail et signe une convention avec la
compagnie, qui est accueillie dans le même temps par la Scène Nationale de Sète jusqu'en
04.
En 2002, il crée avec trois autres compagnies : La Camionetta, Patrice Barthes Cie (danse)
et Anabase (théâtre) un collectif de compagnies - Changement de Propriétaire (CDP) - qui
investit un lieu industriel à Montpellier.
Depuis septembre 2006, il est en résidence avec sa compagnie au Théâtre des Treize
Vents, Centre Dramatique National de Montpellier Languedoc-Roussillon pour trois ans.
A l’automne 2007, il crée au CDN la première partie de "Les Vivants et les Morts" (saison
1) de Gérard Mordillat.
A l’automne 2008, il crée au CDN la deuxième partie de "Les Vivants et les Morts"
(saison 2) de Gérard Mordillat.
En mars/avril 2009, il crée la première édition du festival HYBRIDES à Montpellier,
conjointement avec le Théâtre des Treize Vents, CDN de Montpellier-LR, la Chartreuse
CNES à Villeneuve les Avignon, Kawenga, le Théâtre de l'Université Paul Valéry, le
Trioletto/CROUS de Montpellier, l'École Supérieure d'Art Dramatique de Montpellier
Agglomération, le Frac Languedoc-Roussillon, le Rockstore, le Diagonal, la Chapelle, la
Fnac de Montpellier.
La deuxième édition du Festival Hybrides s’est déroulée du 27 mars au 2 avril 2010 dans 16
lieux de la ville de Montpellier et son agglomération, devant le succès de cet événement, la
3ème édition est confirmée avec le renouvellement de l’engagement des lieux partenaires.
Elle a eu lieu du 26 mars au 2 avril 2011.
En octobre 2009, il crée Hiroshima mon amour de Marguerite Duras au Théâtre des Treize
vents, CDN de Montpellier L-R. La création se jouera ensuite au Festival off d’Avignon à La
Manufacture à l’été 2010 puis part en tournée au Moyen-Orient en 2010 et 2011.
Depuis janvier 2011, la compagnie Adesso e Sempre est en résidence au théâtre Jean Vilar
- Montpellier.
En janvier 2011, il crée Costa Le Rouge, d’après le texte de Sylvain Levey dans 5 théâtres
du Val-de-Marne.
En mars 2011 il crée MANIFESTEment à Montpellier (festival Hybrides3) le premier épisode
d’une trilogie Les Témoins.
La quatrième édition du festival HYBRIDES s’est déroulée du 24 au 31 mars 2012.
La création de la pièce Les Témoins aura lieu les 4,5,9,10,11 octobre 2012 au Théâtre Jean
Vilar à Montpellier.
7
07/06/2012
CV ARTISTIQUE DE LAURENT ROJOL
Vidéaste, création vidéo
Laurent Rojol se passionne dés l’adolescence pour l’image en mouvement et les effets
visuels. D’abord en super 8, puis très vite en vidéo qu’il pratique de façon frénétique et plutôt
éclectique pendant plusieurs années.
Puis viens une période « découverte du réel » où, entre des occupations professionnelles
diverses et temporaires, il effectue de longs périples, notamment en Asie et au MoyenOrient, lui révélant une vraie passion pour les peuples, l’histoire, l’architecture… le monde !
S’ensuit une formation puis une incursion professionnelle de trois ans dans la
communication et le multimédia qui lui permet de maîtriser les subtilités de l’interactivité et
d'Internet, sans oublier la fréquentation enrichissante d’infographistes.
En 2001, il retourne finalement à ses premiers amours par le biais du théâtre et sa rencontre
avec le metteur en scène Julien Bouffier. Au sein de la compagnie Adesso e Sempre, il crée
les vidéos de tous ses spectacles (Le début de l’A, L’échange, Remember the Misfits,
Perlino Comment, ForgetMarilyn, Les vivants et les morts, Hiroshima mon Amour,
Costa Lerouge, Les Témoins).
Il travaille également avec des metteurs en scène (Claire Engel, C. Darrigade), des
chorégraphes (Hélène Cathala, Fabrice Ramalingom), des musiciens (Dimoné, J.C.
Sirven…) et plus récemment avec Jean-Claude Fall pour les créations Le Roi Lear et
Richard III de W. Shakespeare.
8
07/06/2012
Contact médiateur : Sergio Diaz au 06 18 29 74 45
[email protected]
Compagnie Adesso e Sempre - 42 rue Adam de Craponne 34000 Montpellier
Licences d’entrepreneurs de spectacles : 2-1006332, 3-1023591
9
07/06/2012

Documents pareils