Le Chateau de La Hautiere, pres Nantes

Commentaires

Transcription

Le Chateau de La Hautiere, pres Nantes
n
t
•;G Q toX --t-u\
• t LE GHATEAU
p
iJ4
IJJ
T
PRÈS NANTES.
NOTE HISTORIQUE
(Extrait de la Revite de Bretagne et de Vendée)
M. le commandant Nicojazo4e BarrnontvientdepubIierdans Je
Bulletin 1 de ..la.Sociésé archéologique dc Nanies', une étude sur les
$sijjneurs et l&ehôicau dela B ietière.Nousaviqns, depuis Iong
temps, recueilliquelques matériaux sur 1 )e même sujet;;noussai
sissons au vol l'occasion qui se présente de lcur-fairevoir !jr,
no n . point pourtracer l'histoire de ce modeste castel a i s. s im ple ment ' Peur cprnplétcrle, travail dc notre-honorable coIlèguè..ous
.regrçtousde.n'avair.pas eueonnaissancede.cettenotice,ayapt.son
insertion au&nl. lctin,, car nopsjatriqpsdegrandcoeur.faj(abandon
de nos minvei.renseignements;\M.deBarmopL La Hauticre ou Haultiere, comme on I ecriait 'iutrefois, situee
apx•portes Je Nan.Les-,.str:les carriêresdejfùfrjé[ait pn,e,terre
forL.irnportantedeia .pare ;ssc-dcchantenay
':Au nord .du ,monastôce, sur le plateau, dit M. J.-!. LeGa,dre,
.ktpi Uapace ;des Garennes, aujourd'hui silloiinée..deiçarrjères.
C'est a son couchanL71ue I on soit la ires-ancienne maison sezgneu
de la Hantiète, apparreiiant ii I famille Carré de Lusançar,
P. trimestre 1869, P. CI.
-
Document
Dii I ii il Iii illi II il liii M D
0000005517999
• •-
-
t-
2 -LE CHÂTEAU DE LA IJAUTÉRE.
autrefois unique propriétaire de tout le canton. Il est parlé de la
llautii're dans les plus vieilles chroniques, telles que celles de Nantes
et de Saint-Brieuc, qui y placent le lieu de la retraite d'Alain
Barbe-Torte, dans son combat, en 987, eonre les Normands. La
tradition populaire nous apprend que, au terris passé, on tirait ta
quintaine dans l'avenue du château, laquelle est maintenant sans
arbres et sans verdure
- Une observation en passant. Nous sommes parfaitement d'accord
avec M. Le Cadre quand il dit que la Hautiére était « une très-ancienne maison seigneuriale. » Mais nous ne croyons pas que ces(
d'elle dontiJ est question dans nos chroniques. La rencontre d'Alain
Barbe-Toi-le et des Normands cul lieu sur la rive droite tIc l'Erdre,
dans la prairie de Nian ou d'Anion qui s'étendait de la Loire au
pont de FEcluse. Les collines de la Hautière, qui dominaient cette
vallée de mémorable souvenir, n'étaient pas les hauteurs occupées
par le château dont il s'agit, et qui étaient éloignées de plus d'une
lieue du champ de bataille, mais l'espace compris de nos jours
entre le Marchix, le boulevard Delorme et la place G&aslin.
Le texte que nous venons de citer est d'ailleurs en contradiction
avec les phrases suivantes précédemment écrites par le même auteur dans un article intitulé : Eclaircissement •d'îtn point devenu
douleu%'v dans les annales bretonnes: « Ceux-ci diffèrent encore entre eux sur un point particulier:
le lieu de la retraite momentanée du vainqueur. Plusieurs ne
parlent que d'une hauteur ou colline; quelques-uns nomment le
Coteau de la Iiautière, en Chanteuai; et, selon nous, le plus grand
nombre donne ii penser que ce pourrait bien être Sainte-Marie,
près de la place de Bretagne, etc...
» .. Il n'est pas à croire que le preux Main se soit enfui au loin,
par le bas sentier de la Fosse, vers la Hautiére.... D'ailleurs, pour
se rendre ainsi ii l'Hermitage, il lui aurait fallu traverser péniblement les marais, alors dangereux, de la Cliésine... Si, par un partage proportionnel, nous rapportons au milieu de ces deux époques
opposées la moitié de, la puissance décroissante de la Chésine,
Lycdc.armorivain
:
tome VI, P.
4.
Mid
LE CHATEAU 0E LA IIALTIÉBE. 3
nous la trouverons encore assez forte au X e siècle, pour avoir dû
mettre obstacle â la retraite de la petite armée d'Alain, sur le pla- tenu de la Hautière, lieu qui , par sa position relative, se trouvait,
pour cette troupe déjà fatiguée, au delà d'une rivière ou au moins
(le marais difficiles à franchir...'» Quoi qu'il eu soit, nous nous croyons suffisamment autorisé,
par cette dissertation ,... â préférer l'opinion qui place le champ (le
bataillé d'Alain Barbe-Torte dans- la plaine où Se trouve maintenant le quartier Sainte-Catherine, et àinduire de cette position, selon nous mieux indiquée, que la retraite instantaiiée du libérateur breton a dû se faire naturellement sur la hauteur la pins voisine celle que couronnent aujourd'hui la rue Contrescarpe et la
place Bretagne '.
de
Les seigneurs
la Hautière avaient pour voisins, du côté de Chantenay, les sires du Fofzteny. L'antique et vaste manoir de ce
soin, bâti sur le roc, est toujours solide malgré le fardeau des ans,
et vient d'être restauré avec intelligence par son propriétaire. Son
pont-levis est pour jamais abaissé sur ses- douves desséchées, sa
chapelle détruite, ses armoiries effacées; de ses qiiaireaventies il
n'en reste plus qu'une, (le sa magnifique forêt plùs de traces. Malgré ces mutilations et ces ravages du temps et des hommes, celle
vieille demeure a grand air encore, et nous nous rappelons toujours
avec plaisir le parc et le manoir-ois se sont écoulés les jours heureux
de notre enfance.
Les seigneurs de la Hautière et du Fonteny, au lieu de vivre eu
bonne amitié, étaient continuellement en querelle, nous ne savons
pour quel motif. L'histoire de leurs batailles fait souvent le sujet
des causeries pendant les longues veillées d'hiver. Nous avons bien
des fois entendu raconter ces batailles par les vieux de la fe?me,
dans leur naïf et pittoresqué langage. Ces chers voisins étaient
d'humeur fort belliqueuse, et ils se livraient entre eux des sièges
en règle avec le ban et l'arrière-ban de leurs gens et de leurs vassaux. Ils se saluaient A coups de canon, et les traces de ces aimables
visites existent encore, sur les murailles du Fonten y . Dansle grand
Lyced arinoricaiu, toise y.
—4 --
'4
LE CHATEAU DE LA JTÂUTIÈRI.
:làtirneI!L ;faisant :face à -l'avenue., près1a porte cochère, Ton-peut
soir des: botllQLs,, dont l'p!i de:grQ$clibre,fOrteIUefliincrUStéS
,dnlo .pierreet rçligicusernerrt cpnsrxés -lotis dos diverses1réparations...
II nous reste maintenant ù donnerrlarlisle des seigneurs de ria
Molière
4479, de-Bellouan,;ilbP,0'Perçine Lespervier, puis 'Marie.du
Pé, épouse de •Claud.e du UouIt; ---4535 à 4539, .Claude du
bulle.; —4554, julien Jarnigan-;—j5G3;.r3ieanùeChrestien-;
A587, 11tierr.e Charette ;;-4608;Marcel bgaud tu iRagault,tconIrôleurgénérat pur le roi enila:prévôtérde Nantes, échevin :en
,il
1,6111
en 4,61[aux États LerwsàRedDn:-avecl6uichard,1de
Bouteville, échevin, et Guiho de Tregonnet, procureursyndic
164Q,-Pi erre; deKermeno vend-la Matière àlRené:Foucaud, maUre
des comps; - 107$. ..François Bonnier i Sr Jde 'la ChapelleCoquerie; —4:102; Salomon Bonnier; - :41121 ,,de Carné.
,
'Telle est la pauvre moisson que nous avons.recueillie au profit du
•château 'de la Bautière.
CHARLES Boucowrç.
:fl
Nantes, tnrp; Vincent Forest et Cintre Grimaud, place du CQruuierce,4.
t -
-

Documents pareils