Le Capitaine CROCHET

Commentaires

Transcription

Le Capitaine CROCHET
[ Souviens -toi, petit garçon… ]
Dyvimm
2005
V. Annexes
A. Lettre du Capitaine Crochet
Aux Enfant de l’Île du Pays Imaginaire,
Vous avez remporté une bataille mais pas la Guerre !! Je sais maintenant
que le trésor de l’Île est toujours ici et je finirais bien par le découvrir, dussé-je
y perdre ma deuxième main ! Puisque les habitants de l’Île le protègent tant, il
doit être au-delà de mes espérances !
Mais ne croyez pas vous en sortir si facilement ! Mes hommes et moi
n’auront de lâche de vous traquer et de vous poursuivre un à un jusqu’au
dernier ! Ce stupide Crocodile m’a mangé la main, mais je n’oublierais jamais
que c’est l’un d’entre vous qui me l’a tranché et cela vous me le paierez TRES
CHER !!!
Je vous déclare ici une guerre À MORT !!
Votre, Très Agréablement Détesté, pire cauchemar,
Le Capitaine CROCHET
Scénario sans règle
Page 33 sur 71
[ Souviens -toi, petit garçon… ]
Dyvimm
2005
B. Portrait de la maman
Pour mon fils, tendrement
Scénario sans règle
Page 34 sur 71
[ Souviens -toi, petit garçon… ]
Dyvimm
2005
C. Lettre de Camélia à Richard
Mon tendre Richard,
Quand tu liras cette lettre, ne tarde surtout pas. Mon état se dégrade de
jour en jour et ma grossesse est un calvaire que j’ai de plus en plus de mal à
supporter. Je me réjouissais de cet enfant que je porte, mais c’est un cadeau
duquel je pourrais mourir. C’est le seul présent que m’aura fait Paul avant de
partir. Personne ne l’a revu depuis qu’il a quitté le port et j’ai beau demander,
nul n’a croisé son bateau. J’ai peur qu’il se soit échoué avec son équipage.
Je sais à quel point la situation est difficile pour toi. Paul était ton ami
et il m’a avoué les sentiments que tu portes à mon sujet. Moi-même j’ai essayé
de rester aveugle à ce que mon cœur hurle, mais je ne peux à présent plus
fermer les yeux. J’adorais le côté romanesque, virile et marin de Paul mais c’est
bien toi que j’aime, ta douceur, ta présence, ton calme et ta générosité. S’il te
plaît, ne m’abandonne pas. Même si l’enfant que je porte en moi n’est pas de
toi, ne lui en veux pas. Si tu ne peux supporter l’idée de faire de moi ta femme,
prends pitié de ce petit et s’il devait m’advenir quoique ce soit, prends soin de
lui et protège-le comme ton propre enfant.
Quoique tu décides, sache que je t’aime et que je t’attends. S’il
m’arrivait quoique ce soit, je te remets ici un portrait de moi à donner à mon
fils, qu’il sache qui était sa mère.
Je t’aime et t’aimerais toujours,
Camélia
Scénario sans règle
Page 35 sur 71

Documents pareils