Le Cha`mot - Troupes de Marine

Commentaires

Transcription

Le Cha`mot - Troupes de Marine
Le Cha’mot
Août-Septembre 2013
L’édito du Chef de Corps
Après un mois d’août relativement calme, c’est sur les chapeaux de roue que le régiment a fait sa rentrée de
septembre avec la poursuite de l’instruction, une mission Vigipirate, un CENZUB, un CNEC et un CENTAC
régimentaire.
Pendant cette période, le régiment a également rayonné par la grande qualité de certaines prestations de
représentation grâce à des marsouins impliqués et exemplaires. Cela doit continuer. Ainsi, afin de renforcer
cet état d’esprit des « marsouins de Leclerc », les traditions seront remises au goût du jour avec notamment
l’instauration d’un vendredi-traditions une fois par mois, permettant ainsi de redéfinir l’identité du RMT,
régiment des troupes de marine et de la 2ème Brigade Blindée.
Nous nous préparons aussi pour la fin du mois d’octobre au retour des Cobras des EAU et au départ des
Scorpions pour la Nouvelle Calédonie, mais surtout à l’exercice Serment de Koufra du mois de novembre qui
est l’objectif majeur du RMT pour cette fin d’année, tant en termes de travail interarmes que de rayonnement
en terre d’Alsace.
Directeur de la publication : le chef de corps
Rédacteur en chef : l’OSA
Rédacteur : l’Officier communication
L’ops
LES COBRAS AU CENZDEAU
Du dimanche 4 au jeudi 15 août 2013, le sous groupement VBCI de la 13ème DBLE a fait face à un des rendez-vous
majeurs de son mandat aux E.A.U. : Le stage au CENZDEAU (Centre d’entrainement en zone désertique aux EAU).
Ce stage fut le point d’orgue d’une adaptation aux conditions extrêmes rencontrées dès l’arrivée sur le théâtre deux
mois auparavant.
Un leitmotiv durant ces 2 semaines: Développer ses connaissances théoriques lors des diverses instructions, accroître
la fluidité des réactions lors des drills et restituer le tout lors de synthèses finales tant nocturne que diurne.
Un mot d’ordre : Connaître ses limites face à la chaleur accablante pour mieux se dépasser.
Les 2 sections de la 1ère Cie du RMT concernées ont ainsi pu élargir leur éventail opérationnel dans les domaines :
-
De l’effraction (chaude et froide) et du franchissement appréciant ainsi la plus-value que constitue le génie
en zone urbaine.
-
Du déplacement en espace clos et du combat en zone urbaine au niveau trinôme, groupe puis section
(Pénétrer/ S’emparer de/ Défendre).
-
Du combat de nuit : la discrétion et la maîtrise des optiques et des techniques de tir qu’il implique.
-
Des techniques d’actions immédiates au niveau du groupe (Relève de blessé- Tube avant et arrière) qui
inculquent l’importance de la réactivité.
-
Des mesures de lutte contre les IED dont la nécessité est plus que jamais d’actualité.
-
Sans oublier : les pistes individuelles et collectives permettant le dépassement de soi ainsi que la
systématisation du rehearsal qui constitue un élément clé de la coordination niveau section et compagnie.
Reste à souligner pour reconnaitre à ce stage tout son mérite, la qualité des infrastructures (pas moins de quatre zones
d’entrainement urbain), l’utilisation des VBCI, l’expérience et la qualité des instructeurs (originaire du CENZUB
pour la plupart) ainsi que le réalisme des synthèses finales (grâce notamment au STCAL).
La cérémonie de remise de l’insigne « Entrainement désert », a permis à tous les marsouins présents d’éponger, non
sans en une pointe de fierté, leurs dernières gouttes de sueur.
Sergent Feutcheu / Bleu1 / 1ère compagnie / RMT
L’ops
SOUS LE SOLEIL BRULANT… DE FUJAIRAH
Du 18 au 21 août 2013, un détachement de la 13ème
Demi-brigade de Légion Etrangère a reçu pour mission
de réaliser un DIO au profit du 43ème BAT MECA
émirien.
Cette mission qui s’inscrit pleinement dans le contrat
opérationnel du régiment avait pour objectif de
rafraîchir les étapes du processus décisionnel du
SGTIA en vue de la rotation au CENTAC en septembre
prochain de nos camarades émiriens.
Au programme donc, et après de rapides présentations
théoriques sur les différents acteurs du SGTIA
(infanterie, peloton et appuis). Débute le travail de drill
sur caisse à sable avec les différents chefs tactiques
émiriens présents accompagnés par leurs homologues
de la 13 avec notamment des cadres de la 1ère compagnie
du RMT et de la 2ème batterie du 1er RAMa .
La mission reçue, le CDU mène rapidement sa MEDO
et débute son dialogue interarmes avec application.
Assistés par leurs correspondants de la 13, les
différents chefs tactiques dérouleront au cours de ces
quelques jours, les missions principales en offensive
et en défensive. Chaque phase se concluant par un
debriefing à chaud dans une ambiance détendue mais
studieuse. Chacun à son niveau, apprenant de la phase
tactique effectuée et tirant des enseignements précieux
en vue de l’échéance de septembre.
Un repas traditionnel a clôturé cet échange qui aura
permis aux Marsouins et Bighors de la 13 d’approfondir
encore davantage leurs liens avec les forces armées
émiriennes ainsi que de préparer au mieux le bataillon
à sa rotation au CENTAC.
Capitaine Debongnie
MISSINT
VIGIPIRATE
La section de l’adjudant Morel de la 3ème compagnie a rempli une mission VIGIPIRATE dans les villes de Montpellier
et de Nice du 03 au 18 septembre 2013.
Chaque équipe était constituée d’un chef de patrouille et de deux sentinelles. A Montpellier, elles ont tour à tour
patrouillé sur trois sites : la gare St Roch, le Polygone et la place de la comédie ainsi que l’aéroport Montpellier
Méditerranée. Sur les cinq équipes, trois étaient de patrouille, une d’astreinte en mesure de renforcer sur l’un des
sites et une de repos. Cette dernière pouvait profiter de la ville et faire du sport. Lors de nos patrouilles, nous étions
amenés à travailler avec différentes forces de l’ordre comme la gendarmerie, la police ou la douane, avec lesquels
nous avons entretenu de bonnes relations professionnelles. La population a été globalement favorable à notre action
malgré quelques problèmes mineurs (provocations verbales, personnes alcoolisées) rapidement contrôlés et réglés.
Les scorpions sont rentrés au quartier satisfaits de leur mission dans le sud.
Sergent Babin Beck.
MISSINT
LA 2 SECURISE LES JEUX DE LA FRANCOPHONIE
C’est dans un contexte international particulièrement chargé, qu’un détachement de vingt marsouins du RMT, a été engagé
pour une mission VIGIPIRATE dédiée à la sécurité des Jeux de la Francophonie se déroulant à Nice du 06 au 16 septembre
2013.
En effet, notre présence est venue renforcer un dispositif de sécurité pour protéger les trente cinq chefs de gouvernements et
ministres dont les présidents Alassane Ouattara (Côte d’Ivoire), Macky Sall (Sénégal), Michel Sleimane (Liban), invités par
notre président François Hollande, lors de l’ouverture de ces jeux le samedi 7 septembre dernier.
Les jeux de la Francophonie en quelques mots. C’est une compétition populaire de très grande envergure qui a lieu tous
les quatre ans dans un pays francophone différent à chaque représentation. Cette année les jeux ont été accueillis dans la
très touristique ville de Nice. Il y avait cinquante six pays représentés et trois mille participants venus du monde entier
drainant près de 200.000 personnes. L’événement a mêlé compétitions sportives, concours culturels et activités autour du
développement durable. Le tout a été placé sous le signe de la «solidarité» et a consisté à promouvoir, à travers une langue,
la langue française, des valeurs que nous partageons tous.
Cette mission unique sur notre territoire est l’occasion pour « les démons » de montrer, une nouvelle fois, leurs qualités,
leur savoir-faire et leur polyvalence. Le rythme est soutenu pour tout le personnel du détachement. Les trinômes patrouillent
quotidiennement, du matin 07h15 jusqu’à 01h30 le soir.
Répartis selon un planning défini par notre contrôle tactique (TACON), nous recevons nos consignes sur place du délégué
militaire départemental des Alpes Maritimes (DMD 06). Ces consignes nous donnent, entre autres, les zones de grands
passages de la ville de Nice sur lesquels nous devons être très vigilants.
Dans un premier temps notre présence a surpris. Les trinômes ont étés régulièrement abordés par les citoyens et commerçants
qui, se sentant protégés, ont manifesté leur satisfaction envers nos soldats. Les sujets les plus souvent évoqués lors des
contacts, relataient des événements d’actualité. Une réponse adéquate a permis aux équipes de préserver leur droit de réserve.
En patrouille autonome durant leur déplacement et en contact direct avec la vie grouillante de la rue, nous avons pu apprécier
les particularités de cette ville renommée.
Enfin, cette mission ne serait pas ce qu’elle est sans parler des moments de repos. La ville de Nice est très accueillante.
Hébergé dans le vieux Nice, nos quelques temps libres nous permettent de profiter rapidement d’une mer à 25°c ou d’accéder
directement au quartier le plus animé de la ville. C’est l’occasion pour nous de se détendre et de récupérer nos forces en vue
des prochaines patrouilles.
C’est donc par un comportement irréprochable, associé à une tenue peu courante à Nice que le succès de l’opération a été
obtenu. L’image perçue comme dissuasive par la population est le fruit d’un équilibre entre courtoisie, sérénité et fermeté.
Cette attitude nous a permis d’obtenir, par notre crédibilité, la confiance de nos concitoyens et d’offrir une image positive de
nos forces armées.
Sergent Bonnet, RMT 2ème compagnie, SOA renfort VIGIPIRATE Francophonie
La prépa ops
LES DRAGONS EVOLUENT EN TERRAIN LIBRE
La 4ème compagnie a été engagée dans une manœuvre en terrain libre sur Blodelsheim – sa ville marraine – du 23
au 25 juillet dans le cadre de la préparation opérationnelle décentralisée.
Malgré les contraintes inhérentes à une manœuvre en terrain civil – nous étions notamment limités dans l’emploi
de munitions d’exercice par exemple – nous avons pu travailler certains fondamentaux du niveau de la section en
vue de notre préparation et montée en puissance pour le Tchad.
Lors de cet exercice, la compagnie était articulée en trois sections à trois groupes, soit au total une dizaine de
VBCI.
Après une installation en fin de journée au nord de la ville de Blodelsheim, dans sa « zone industrielle », nous
avons pu aborder la traditionnelle phase de nuit, prélude aux actions du lendemain. La compagnie s’est ainsi
préparée à débuter aux aurores le mercredi.
Depuis le PC co-localisé avec le TC1, articulé au centre du dispositif, le CDU coordonne les efforts. La section
VERT 1 commence par une RESEVAC en plein centre du village sous les yeux des villageois curieux de nous
voir manœuvrer sous leurs fenêtres en VBCI. Pendant ce temps, alors que VERT 3 assure la sureté rapprochée du
PC compagnie, VERT 4 s’engage dans une escorte de convoi à travers les ruelles. Le gabarit des VBCI combinés
avec l’étroitesse des rues obligent à travailler à la fois étude de l’itinéraire, variantement et rupture de contact, le
plastron étant particulièrement mobile et réactif.
La dernière phase a eu lieu le jeudi et s’est déroulée dans l’enceinte du régiment. La compagnie devait s’emparer
de la zone E (HM 25) en partant du nord de la piste. Le groupe de plastron était joué par la CCL. Après une
progression le long de la piste, le CDU organise l’assaut sur les bâtiments tenus. Le résultat se solde par une
indéniable victoire de la 4, malgré les protestations de la FORAD.
Au final, nous avons pu progresser dans la maîtrise des savoir faire techniques et tactiques, et surtout dans des
zones de manœuvre originales, le maire nous ayant laissé beaucoup de liberté quant à notre zone d’action.
Lieutenant Mercier, chef de section Vert 1
La prépa ops
LA SRR PREPRARE LA NOUVELLE CALEDONIE
La section de reconnaissance régimentaire commandée par l’adjudant BAS a effectuée sa préparation au camp
de Bitche en vue d’un déploiement en Nouvelle Calédonie début novembre.
Du 19 au 30 août 2013, les 4 patrouilles ont pu renouer avec le combat SRR, 00 et en localité lors d’exercices
section, mais aussi entretenir leurs savoir-faire pendant les tirs ISTC, 12,7mm, AANF1, FLG… . Ce fut
également l’occasion pour les jeunes marsouins fraichement sortis des classes de découvrir et de se familiariser
avec les missions et le combat SRR.
Logée en tente modulaires sous une météo capricieuse et sans réels moyens logistiques, la SRR a cependant
réalisé un bivouac dans “l’esprit TDM“, donnant ainsi une bonne image du régiment aux artilleurs du 40ème RA
et aux sapeurs du 13ème RG également présents. En effet, cette préparation réunissait les 3 sections formant la
future relève de la compagnie d’appui basée à Plum. Deux journées de sport collectif organisées sous forme de
tournois ont permis aux hommes de la COM APPUI de faire connaissance.
Plusieurs heures en amphithéâtre traitant aussi bien de l’environnement, de l’histoire ou de la population Kanak
ont permis à la relève de mieux appréhender la mission et de s’y préparer.
La préparation se terminant par un raid de 3 jours à base de marches et d’ateliers, la SRR s’est particulièrement
distinguée lors des ateliers, démontrant ainsi que les savoir-faire tactiques comme le Pick and Run mais aussi les
techniques en armement, transmission, secourisme… étaient connus par l’ensemble de la section.
Finissant le raid à la citadelle de Bitche, la COM APPUI au complet a réalisé une photo de groupe avant le
départ pour “le caillou“ comme l’appellent les Kanaks ; puis s’est réunie une dernière fois le soir même lors du
pot clôturant la sortie terrain.
Sergent Rivat, chef de patrouille ACCP
La prépa ops
Les scorpions du TCHAD cassent la baraque
Un CENZUB1 à « dominante » cavalerie
Le détachement du Régiment de Marche du TCHAD, composé des sections Jaune 3 et Vert 3, est arrivé à Sissonne le lundi 16
octobre 2013 en début d’après-midi. Après une rapide installation, le ton a été donné à nos scorpions le soir même lors d’une
présentation en amphithéâtre dispensée par la cellule instruction du CENZUB; en effet il s’agit d’une rotation à laquelle les
marsouins de la 3 ne sont pas habitués : un CENZUB à dominante cavalerie.
Le GTIA (groupement tactique interarmes), aux ordres du capitaine Schoebelen (12ème RC), est composé pour le sous
groupement tactique interarmes (SGTIA)1 de deux sections de marsouins du TCHAD, de deux pelotons du 12ème RC, d’une
section du 13ème RG, ainsi que d’une section AUF1 ou DAA (Détachement d’Artillerie d’Assaut). Accompagnent également le
SGTIA 1, un OCF (Officier de Coordination des Feux), un OA (Observateur Artillerie) et un FAC ( Forward Air Control). Le
SGTIA 2 est quand à lui, composé d’unités d’infanterie britannique renforcées d’un groupe de génie britannique également.
Les scorpions ont rapidement compris que le maître-mot de cette rotation CENZUB serait le dialogue interarmes; en cela le
travail fourni par l’ensemble des unités de la 2ème BB a été productif. Cette première semaine a été l’occasion, à tous les niveaux
et pour tous grades confondus, d’échanger sur les différents matériels des unités composant le SGTIA 1 (VBCI, LECLERC,
155 AUF1, matériels d’effraction du génie…etc.). Nous pouvons affirmer que cette première semaine de « synchronisation
interarmes » fut une réussite en ce que le légendaire intellect du marsouin a largement intégré les notions de base d’un combat
interarmes en zone urbaine ; de même la hauteur d’esprit du cavalier, non-moins légendaire, a su être également « adaptée »
au profit d’un dialogue interarmes et d’actions de combat en zone urbaine de meilleure qualité.
La dominante cavalerie dominée par les Scorpions de Jaune 3
La deuxième semaine de la rotation a été l’occasion de restituer l’ensemble des acquis interarmes de la première semaine. Les
scorpions du TCHAD, aux ordres du lieutenant ZISS se sont illustrés d’entrée de jeu en faisant montre d’une agressivité peu
commune face à leur ennemi de toujours au CENZUB : la FORAD2. Ces derniers connaissent le terrain parfaitement. Ils ont
visiblement été ébranlés et agréablement surpris par la réactivité de nos marsouins. Même si des erreurs et imperfections ont
été relevées tous les jours à tous les niveaux, notre objectif est resté inchangé : progresser dans le but d’exceller.
Débarqué d’assaut, coup de main blindé, appui sous blindage, escorte de convoi dans le cadre du maintien de l’ordre, ou
encore gestion des flux de civils circulant sur un check point ; les scorpions de J3 n’ont pas eu le temps de s’ennuyer, de jour
comme de nuit.
Même si nous sommes repartis les paupières lourdes du manque de repos, c’est avec la satisfaction d’avoir progressé dans
un domaine particulièrement complexe et plus d’actualité que jamais, que nous avons retrouvé notre chère 3ème compagnie
à Meyenheim ; avec sur toutes les lèvres à l’intention de la FORAD encore tremblante : PIQUE ET TUE ! Les scorpions du
Tchad reviendront !
Sergent Borg, 3ème compagnie, 3ème section
Centre d’entrainement en zone urbaine - 2 Force adverse
1
La prépa ops
LE RMT AU CENTAC
En pays Fushia, face aux milices Jasmin, pendant
4 jours et 4 nuits, les marsouins des 2ème et 4ème
compagnies de combat du RMT et leurs renforts
ont enchainé franchissements sur travures, prises
de contrôle de villages, assauts nocturnes, défense
d’usure, freinage et interdictions face à une FORAD
(force ennemie du CENTAC) bien rodée.
La compagnie de commandement et de logistique du
RMT avait également déployé son train de combat
n°2 (TC2) pour réaliser les missions de soutien
(dépannages, ravitaillement, aide au franchissement,
etc.) réelles et virtuelles.
Le but de cet exercice au CENTAC étant le travail
en interarmes, le groupement tactique interarmes
(GTIA) à dominante infanterie était renforcé par
d’autres unités de la 2ème Brigade Blindée : un peloton
de char du 12ème régiment de cuirassiers d’Olivet ;
deux sections, deux EGRAP (engin du génie rapide
de protection), un EBG (engin blindé du génie) et un
SPRAT (système de pose rapide de travures) du 13ème
régiment du génie de Valdahon ; des observateurs
d’artillerie du 40ème régiment d’artillerie de Suippes ;
ainsi qu’un peloton de circulation routière du 121ème
régiment du train de Montlhéry et des Gazelles du
3ème régiment d’hélicoptères de combat d’Etain.
La formation
C’est quoi un «marsouin» ?
Telle était la question que les jeunes de la section du lieutenant Gagnot se posaient lors de leur
semaine d’incorporation au régiment de marche du Tchad.
Etre marsouin ne se définit pas, c’est un état d’esprit qui vient avec le temps. Pour le découvrir,
changement de décor pour le contingent de juin 2013 du RMT. Direction le CFIM de Valdahon
afin de permettre à l’encadrement de disposer des meilleurs outils possibles pour dispenser une
instruction de qualité. De plus, la région Franche-Comté offre un vaste terrain de jeu vallonné pour
permettre à ces jeunes issus de régions et de milieux différents de s’affirmer au travers des valeurs
qui animent chaque «marsouin de LECLERC».
L’exemplarité au quotidien
C’est par un travail de fond et une remise en question permanente que les cadres de la section ont
réussi à transmettre tous les outils nécessaires pour permettre aux jeunes recrues d’évoluer et de
durer au sein de notre belle institution. Les jeunes engagés ont en effet bien reçu le message. C’est
au cours de la journée du 7 août, lors de l’obtention du module Bravo ISTC, qu’ils l’ont prouvé, en
repartant du stand de tir avec, sans surprise, 100 % de réussite. Ils ont eu l’occasion de le montrer à
nouveau lors du rallye technique au camp de Valdahon.
Chaque jeune se doit de garder à l’esprit que de par son allure, sa fierté et ses compétences, il doit
devenir et rester un ambassadeur des Troupes de Marine.
La cohésion
Inscrite dans la culture coloniale, c’est dans l’adversité et sous la pluie que ces jeunes venus de
tous horizons ont fait preuve de cette vertu. En effet, c’est tout particulièrement aux cours de leurs
diverses marches - qu’elles soient pour l’obtention du béret pourvu de l’ancre d’or, de l’insigne de
la deuxième Brigade Blindée, ou encore pour le simple plaisir de découvrir les chemins de FrancheComté en portant un sac - que chaque jeune a fait preuve de son engagement physique et moral pour
aboutir à la réussite pleine et entière de la section.
L’avenir
C’est avec enthousiasme et détermination que le marsouin Nissle, major de son contingent, ainsi que
l’ensemble de la section du lieutenant Gagnot, s’apprête à attaquer la formation de spécialité initiale
qui a pour but de rendre opérationnels ces jeunes « Démons » en herbe. En effet, à l’issue de leurs 6
mois de formation, ils rejoindront les rangs de la 2ème compagnie du RMT.
Caporal Sedent.
La formation
Remise des képis aux jeunes de
la section du lieutenant Gagnot le
vendredi 13 septembre. Pour leur
entrée dans la famille des troupes
de marine, ils ont pu découvrir
les jeux de Bazeilles qui avaient
lieu ce jour là.
Fin des classes pour les marsouins
de la section de l’adjudant Devos
avec la présentation au drapeau
du régiment et la remise des
fourragères le vendredi 20
septembre.
La vie des compagnies
INSTRUCTION
LA SAED AIDE AU FRANCHISSEMENT
Le 29 août dernier, la Section d’Aide à l’Engagement
Débarqué a effectué une séance de franchissement
vertical dans les Vosges sur les sites du vieux et du
nouveau Gueberschwihr.
A l’aise sur les parois de grès répandues dans la
région, les équipiers ont pu affiner leurs techniques
de grimpe et de rappel, sous l’égide de leur chef de
section. Après plusieurs séances sur la tour d’audace
de Meyenheim, ils ont notamment eu l’occasion de se
confronter au vide en effectuant un rappel pendulaire
d’une cinquantaine de mètres de hauteur. (1er étage de
la Tour Eiffel)
Cette séance, qui s’inscrit dans une continuité de
travail dans le domaine des techniques commandos,
témoigne des capacités particulières de la section. La
présence de cadres formés par le CNEC à différents
échelons lui assure en outre une grande autonomie et
technicité en la matière.
En termes opérationnels et dans le cadre de son emploi
d’aide à l’engagement au profit des autres unités du
régiment, la SAED peut faciliter le franchissement
de coupures en assurant sécurité et sûreté aux
unités appuyées, leur permettant de s’affranchir des
contraintes du terrain. Ce type de services s’apparente
au travail des GCP chez les parachutistes pour la mise
à terre de sticks ou des GCM chez les alpins pour le
passage de sommets et cols difficiles.
A ce titre, la section réaffirme sa disponibilité aux
commandants d’unité ou chefs de section souhaitant
faire franchir leurs éléments de jour ou de nuit dans le
cadre d’une manœuvre tactique globale.
Lieutenant Moucot
Chef de la SAED
La vie des compagnies
ENTRAINEMENT
Le mercredi 28 août, la compagnie de commandement et de logistique déployait son TC2 en
marguerite nord du quartier Dio pour un exercice interne.
Alors que dans la phase de jour, seuls les marsouins armant le TC2 jouaient leurs missions
de soutien, la phase de nuit regroupait la compagnie au complet pour réaliser les dernières
missions et assurer la défense du site face aux requêtes d’une population défavorable et aux
attaques de miliciens.
Cherchez le camion!
Recevoir
Ordonner
Conduire
La vie des compagnies
TRADITION
Bazeilles 2013
Cette année, comme chaque année depuis 1986, les Troupes de Marine se sont rassemblées à Fréjus pour
commémorer les combats de Bazeilles. Ce 143ème anniversaire était également consacré au bicentenaire
des combats de Lutzen et de Hanau au cours desquels nos camarades bigors se sont distingués. C’était
également l’occasion de présenter les lieutenants et sergents nouvellement affectés dans l’arme à l’ensemble
des emblèmes rassemblés pour l’occasion.
La garde au drapeau du Régiment de Marche du Tchad, armée par la 2ème compagnie et commandée par le
lieutenant Durand, était bien sûr de la partie. Arrivés le jeudi 29, nous avons directement été mis dans le
bain avec une présentation nous expliquant comment allait se dérouler la prise d’armes, effet majeur de
cette commémoration, puis la première répétition a commencé. La prise d’armes était ambitieuse : les 20
emblèmes devaient arriver de part et d’autres de la place d’arme du 21ème RIMa pour se mettre en place,
puis effectuer un bond de 64 pas en avant, au rythme du « Fanion de la Coloniale » ; puis le chef d’Étatmajor de l’armée de Terre ainsi que le père de l’Arme devaient procéder à des remises de décorations,
notamment la nomination de l’Adjudant-chef Gence, de la Compagnie d’Eclairage et d’Appui, au rang de
chevalier de l’Ordre National du Mérite. Ensuite, les lieutenants et sergents arrivaient pour la lecture des
combats de Bazeilles. Enfin, après avoir quitté la place d’armes, les troupes devaient défiler devant les
autorités et le public ; le tout par 30 degrés. Les entraînements s’annonçaient fastidieux.
Après les répétitions, le concert de la Musique Principale des Troupes de Marine dans les arènes de Fréjus,
les retrouvailles avec les camarades de promotions et les collègues de séjour, l’échange avec les Anciens,
et les sorties à la plage (uniquement pour entretenir le teint halé que se doit d’arborer tout colo qui se
respecte), le jour J arriva.
Après une très belle cérémonie, la famille coloniale se retrouva autour du traditionnel repas de Bazeilles.
Après avoir bien mangé, bien chanté et bien bu (avec modération !), le détachement repartit vers sa
garnison alsacienne de Meyenheim, fier de l’honneur qui lui avait été fait de représenter son régiment
pour un évènement si symbolique.
Sergent-chef Begue
La vie régimentaire
INSTRUCTION
CLOSE COMBAT ATTACK
Les 21 et 22 août, le 1er RHC de Phalsbourg intervenait au profit du
RMT dans le cadre d’une instruction sur la procédure actualisée d’appuifeu par hélicoptères (CCA).
Epaulée par une équipe d’observateurs du détachement CAESAR,
les cadres de la 1ère compagnie projetée aux EAU ont eux aussi mis
en pratique leurs connaissances en CCA avec la participation de deux
AH64-D Apache Longbow locaux.
Cet exercice a également eu comme plus-value de faire travailler les
cadres en anglais!
La vie régimentaire
TRADITION
Libération de Paris
Le régiment de marche du Tchad a participé le 25 août 2013 à la cérémonie de commémoration du 69ème anniversaire de la
libération de Paris.
Le chef du corps, le drapeau et sa garde et une section d’honneur du régiment assuraient la partie militaire de la cérémonie
place de l’Hôtel de Ville avec le 501ème régiment de chars de combat, la brigade des sapeurs pompiers de Paris et la préfecture
de police, chacune de ces unités ayant joué un rôle dans la libération de la ville. La commémoration s’est poursuivie avec
un volet d’hommage à la Résistance et s’est terminée par le baptême de la place de l’Hôtel de Ville en « Esplanade de la
Libération ».
La veille, le chef de corps ainsi qu’une délégation du RMT participaient aux hommages sur la stèle du lieutenant Carage ayant
contribué à la libération de la ville de Massy au sein du 3ème bataillon du RMT et à l’inauguration de 3 bornes de la voie de
la 2ème D.B.
La vie régimentaire
Bazeilles au régiment
Le régiment de marche du Tchad a fêté Bazeilles au quartier Dio
de Meyenheim le samedi 14 septembre. Cette journée régimentaire
rassemblait non seulement les marsouins du RMT mais aussi leurs
familles autour de la fête des troupes de marine afin de marquer l’esprit
de famille des TDM et de souhaiter la bienvenue aux nouveaux arrivants
affectés au régiment.
Au cours de la prise d’armes, l’adjudant-chef Berthou et l’adjudant-chef
Makiello ont reçu la Médaille Militaire.
La cérémonie fut également l’occasion de présenter pour la première fois
au régiment rassemblé son drapeau nouvellement décoré de la Croix de
la Valeur Militaire.
L’Adjudant-chef Gence,
porte drapeau.
Nos deux médaillés militaire.
L’Adjudant-chef Berthou
L’Adjudant-chef Makiello
La vie régimentaire
La 2ème compagnie remporte les jeux de Bazeilles.
Démontage-remontage de la roue de secours et conduite
assistée en aveugle.
Brancardage du CDU (jeu toujours risqué pour ce dernier!) sur
le PO.
Le classique tiré de corde avec une épreuve de précision (lancé
de grenades) pour la sélection des participants.
Cette année ce sont les Démons qui ont été les plus rapides et
les plus agiles, ils remportent la coupe.
La vie régimentaire
Le caporal-chef de première classe Caullet a été élu
président des EVAT du RMT le jeudi 5 septembre
avec 265 voix sur 522 votants. Il succède au CC1
Wade.
Le roi est mort, vive le roi!
A l’honneur
Ils ont dignement représenté le RMT
Le sergent Alexandre Bomba de la 3ème compagnie du RMT a
reçu une lettre de félicitation du GCA Ribayrol, gouverneur
militaire de Metz.
«Désigné avec deux militaires du rang pour assurer la garde
au palais du général gouverneur militaire de Metz du 27
juin au 4 juillet 2013, a assuré son service avec un grand
professionnalisme.
Disponible, alliant sens du service et réactivité, a su
d’emblée répondre à toutes les sollicitations. Servi par un
style de commandement adapté, a mené son équipe avec
enthousiasme et exemplarité.
S’investissant sans compter et avec abnégation durant cette
semaine, tout en continuant à assumer les charges liées à sa
fonction de chef de poste, a su faire preuve d’un sens inné de
l’organisation et de l’anticipation.
La qualité du travail fourni, la conscience professionnelle
dont il a fait preuve au cours de cette semaine ont grandement
contribué au rayonnement du régiment de marche du Tchad
et au bon déroulement de la mission du détachement. A ce
titre, mérite d’être cité en exemple.»
Le sergent Gaël Vedlin de la 2ème compagnie du régiment de
marche du Tchad a reçu un témoignage de satisfaction pour
son comportement exceptionnel lors de l’encadrement d’une
préparation militaire supérieure du 1er au 19 juillet.
« Il s’est particulièrement distingué le 13 juillet lors d’une
sortie terrain sur le camp militaire d’Avon. Alors qu’un autre
chef de groupe de la section souffrait de détresse cardiaque,
il a réussi, par son sang froid et ses gestes idoines, à le
réanimer par trois fois avant l’arrivée des secours.
Le calme absolu dont il a fait preuve, combiné à une maitrise
parfaite des gestes techniques de secourisme, a sans aucun
doute sauvé la vie de son camarade ». (Extrait du témoignage
de satisfaction)
Par son action, le sergent Vedlin a fait honneur au régiment
de marche du Tchad et aux troupes de marine.
A l’honneur
MAJOR CTE - SECTION CLAUDEL
Le marsouin de 1ère classe Wilfried Tehihira a terminé
1er sur 37 au classement avec 16.48 de moyenne.
L’adjudant-chef Gence a été élevé des mains du Père
de l’Arme au rang de Chevalier de l’Ordre National
du Mérite lors des commémorations de Bazeilles à
Fréjus.
COM
Vous pouvez désormais:
visiter le site du RMT : www.regimentdemarchedutchad.blogspot.fr
voir le nouveau clip de présentation du régiment : http://youtu.be/No4FCTu1hwI (ou taper clip RMT)
et suivre l’actualité sur Facebook : www.facebook.com/pages/Régiment-de-marche-du-Tchad
Souscrire à la Carte du Marsouin
Souscrire à la Carte du Marsouin, ce n’est pas seulement
s’abonner à un magazine (l’AOB), c’est bien plus!
Il s’agit en réalité de solidarité entre frères d’armes, une
partie de la somme cotisée allant au fonds de soutien aux
musées TDM et au fonds d’entraide.
Le RMT à travers l’Histoire
LA LIBERATION DE PARIS
Le 21 août 1944, malgré la décision américaine de contourner Paris, le général Leclerc décide d’envoyer un
détachement prendre contact dans la région de Versailles.
Le détachement, commandé par le lieutenant-colonel Guillebon, comprend un escadron de char, une partie de la
2ème compagnie du RMT commandée par le capitaine Perceval (mis à l’honneur cette année par une promotion de
Coëtquidan), un groupe de transmissions, un détachement des spahis avec automitrailleuses et jeeps.
Stoppé dans son élan vers Paris, le détachement entame une série de duels avec l’ennemi qui est partout entre
Rambouillet et Trappes. Eclairés par les spahis, les marsouins du RMT se dirigent vers Voisins-le-Bretonneux
et Guyancourt dont l’ennemi tient solidement le terrain d’aviation avant d’en être chassé. Après ses combats,
le détachement de Guillebon continu sa pression et dégage la route venant d’Orléans laissant le passage pour le
groupement du colonel Billotte.
Le soir du 24 août, le gros du groupement Billotte se trouve stoppé par des positions ennemies plus solides au sud
de la Croix-de-Berny et devant la prison de Fresnes.
Avec un modeste détachement, le capitaine Dronne, qui commande la 9ème compagnie du régiment de marche du
Tchad appelée « la Nueve », s’est glissé à droite de l’axe, à l’est de Fresnes. Il y rencontre quelques résistances,
peu étoffées, peu déterminées, faciles à faire sauter ou à déborder. Il a soudain le sentiment que les portes de Paris
lui sont ouvertes et qu’il peut entrer dans la capitale.
A ce moment, il reçoit l’ordre de se rabattre sur l’axe au sud de la Croix-de-Berny. Pas très content, Dronne
rebrousse chemin et arrive sur le fameux axe, à l’endroit prescrit. Il tombe alors sur le général et, à sa demande, lui
expose qu’il a le sentiment qu’il n’y a pas de résistance sérieuse à l’est de la prison de Fresnes et qu’il est possible
d’entrer immédiatement dans Paris.
Leclerc le prend par le bras et lui dit : « Prenez tout ce que vous avez sous la main et foncez dans Paris ».
Le détachement de Dronne est constitué de sa section de commandement et de deux sections de marsouins sur
half-tracks. Il annexe un peloton de chars moyens du 501ème RCC commandé par le lieutenant Michard ainsi qu’une
section du génie aux ordres de l’adjudant Chancel.
Dronne décide de se fixer l’Hôtel de Ville comme objectif. Il est 21h22, il fait encore jour quand la radio rendcompte au PC du général que le but est atteint.
Marsouin accueilli par les parisiennes
Le 25 août, très tôt le matin, le groupement Billotte entre par la porte de Gentilly puis, par la Cité universitaire et la
rue Saint-Jacques, gagne la Préfecture où il se place, prêt à intervenir vers les Tuileries. Mais comme le commandant
du Gross Paris refuse de se rendre, le colonel Billotte décide de s’emparer de son QG à l’Hôtel Meurice, rue de Rivoli.
A 14h, un détachement composé d’une section de Sherman et de deux sections des 3ème et 11ème compagnie du RMT
descendent la rue de Rivoli pour attaquer le Meurice, l’hôtel de la Marine et le Crillon, occupés par des services de
l’armée et de la marine. Sur leur gauche, longeant la Seine, quatre chars et une section de la 3ème compagnie du RMT
sont chargés de nettoyer le jardin des Tuileries. Enfin, à droite, trois chars et le reste de la 11ème compagnie du RMT
doivent suivre la rue Saint Honoré pour dégager les arrières du Meurice et la rue Saint-Roch en direction de l’Opéra où
se trouve la Platz-Kommandantur. Une fois capturé, le général Von Choltitz est emmené en jeep jusqu’au Palais-Royal,
puis transféré dans le scout-car du colonel Billotte afin qu’il signe sa reddition et la fasse connaître à ses troupes.
Au cours des combats de la libération de Paris, la 2ème DB déplore 71 tués, 225 blessés et 21 disparus, a perdu 35 chars
légers et moyens et 6 obusiers automoteurs et fait 12 800 prisonniers.
Le général Leclerc à Paris
Prisonnniers Allemands conduits par un officier du RMT
Descente triomphale du général De Gaulle encadré par le RMT
L’Amicale
L’Amicale
Période estivale calme s’il en est … Moultes inaugurations, cérémonies et commémorations, et
plutôt que de longs discours, une actualité résolument « illustrée », en remerciant les participants
et les photographes qui font vivre cette rubrique.
Inauguration de la place des régiments à NoYoN
Ville de garnison de 1894 à 2010, la municipalité a choisi de commémorer le passage de 4 Régiments (8ème RI, 7ème
Cuirassiers, 9ème Cuirassiers et RMT) qui ont tenu garnison à NOYON, en inaugurant sur une large place, dite
"Place des Régiments" (sur laquelle figurait déjà une grande stèle dédiée aux morts du 16ème Dragons - 1914 /1918
et d’Algérie - 1955/1962, 4 stèles mises en valeur par un mât des couleurs.
Ont notamment représenté l’Amicale du RMT et le régiment : ADC CHAMPION, ADC BRAULT, ADC
HENNEQUET, SCH FAYE, MJR TOCA, C. TAILLEZ, C. RENOU.
La plaque du RMT fut financée avec la participation du Régiment de Marche du Tchad et de l’Amicale du RMT.
Visite de la famille NeVoT
Sous l’Ancre d’or en Alsace, en avant avec Audace !
Bazeilles rMT
Cérémonie de Bazeilles à Pont à Mousson
Dans le cadre des cérémonies du Grand Est, organisées cette année par l’Amicale de Pont à Mousson, l’Amicale du
RMT était dignement représentée par messieurs PEZET, FASS, FATH, SELTZ et BOEL (toujours prompt à se
fondre parmi les marsouins) en présence du maire de Pont à Mousson, du Gal LE PORT, du chef de Bataillon
KREMMER, du président SODOYER et de l’l'Harmonie Mussipontaine qui a exécuté aubade et sonneries
réglementaires !
Au passage, félicitations aux marsouins de la 3ème compagnie sous les ordres du Sergent LABRIERE pour leur
prestation.
Sous l’Ancre d’or en Alsace, en avant avec Audace !
Tombola de Bazeilles 2013 - Solidarité TDM
L’Amicale du RMT et des Anciens des troupes de Marine du HautRhin a décidé, en conseil d’administration, puis validé en assemblée
générale ordinaire, de renouveler son soutien à la Fédération nationale
des Troupes de Marine en faisant l’acquisition d’un billet de tombola
pour chaque membre à jour de sa cotisation 2013. Le tirage aura lieu à
Rueil-Malmaison, le 12 novembre prochain
Par ce geste, l’Amicale prend part à la fraternité de l'Arme et affirme
son appartenance à la famille coloniale.
Appel à généreux donateurs !
Sur suggestion du Lcl ANTOINE, membre de notre Amicale actuellement en poste aux USA (et qui garde un œil
bienveillant sur le RMT), le conseil d’administration recherche des généreux donateurs pour faire l’acquisition du
minimum pour être parfaitement identifié lors de diverses manifestations auxquelles l’Amicale est amenée à
participer. A l’images des Marines (the few, the proud), on pourrait facilement reprendre nos couleurs et notre
slogan,et hop, le tour est joué … (sans oublier les jantes qui vont bien)
NB : si les fonds le permettent, une remorque assortie pourra être acquise …
Sous l’Ancre d’or en Alsace, en avant avec Audace !

Documents pareils

Le Cha`mot - Troupes de Marine

Le Cha`mot - Troupes de Marine Le régiment de marche du Tchad a organisé et encadré une préparation militaire découverte du 3 au 7 mars 2014. Ces PMD sont l’occasion pour les jeunes qui se sont portés volontaires auprès de leur ...

Plus en détail