Fiche sur histoire du lycée

Commentaires

Transcription

Fiche sur histoire du lycée
www.victor-duruy.org
33, boulevard des Invalides
75007 Paris
Métro : Saint-François-Xavier
Le collège & lycée
Victor Duruy
Le lycée et le collège Victor
ictor Duruy ont fêté
fêté leur centième anniversaire le 8 octobre 2012. Ils scolarisent près de 2000
élèves de la 6° aux CPGE littéraires, habitant très majoritairement les 7° et 15° arrondissements.
> Une institution religieuse
L’établissement est installé dans les anciens
ositif d’une entrée à
tardive, il reprend le dispositif
bâtiments de l’externat tenu par les
l sœurs du
deux portails que l’on retrouve dans les hôtels
Sacré
ré Cœur. Elles avaient acheté en 1820
du quartier du début du XIX° siècle (rue de
l’important ensemble de l’hôtel de Biron,
Bellechasse, Barbet de Jouy, Chanaleilles,
Chanaleilles etc.) dû à
l’actuel musée Rodin, prolongé par un
la réduction de la taille dess cours d’honneur
« potager » qui s’étendait
étendait alors jusqu’à la rue
sous la pression foncière ne permettant
permetta plus
de Babylone et dont subsiste toujours un
aux équipages de faire un demi-tour.
demi
bâtiment, la « ferme » qui abrite le CDI du
Cette institution connait une grand vogue dans
collège.
les milieux aristocratiquess et, en 1872, le
canonisé et dont
En 1857, Sophie Barrat (depuis canonisée
bâtiment existant est prolongé par de
les reliques sont conservéess à l‘église voisine SaintSaint
nouvelles constructions d’inspiration romanoromano
François-Xavier depuis 2009) fait construire un
byzantine dont une vaste chapelle
premier bâtiment pour abriter une institution
(curieusement orientée au Nord) qui abrite
de jeunes filles. C’est celui qui entoure la cour
actuellement le CDI et des salles de réunion
d’honneur. D’une architecture néo-classique
néo
(dont une installée dans son ancien
ancie chevet).
> Une colonie d’artistes
En 1904, les congrégations sont expulsées et, en
s’y installent également et, évidemment, Rodin
1908, l’Etat affecte les bâtiments vides dont il
qui occupe l’ancien hôtel Biron.
ne savait trop que faire à une colonie d’artistes.
d’
En 1910, la décision est prise de
d conserver ce
Celle-ci sera un des creusets de la nouvelle
dernier mais de prolonger
rolonger la rue de
d Bourgogne
culture moderne qui s’élabore : Matisse y
jusqu’à celle de Babylone
lone et l’avenue
l’
de
installe son « académie » et y peint « la Danse »
Tourville jusqu’à la nouvelle rue prolongée.
(probablement dans les actuels bureaux de
Bâtiments et parc devaient disparaitre au profit
l’intendance). Isadora Duncan,
n, Rilke, Cocteau
d’un lotissement dense et cossu alors en vogue
dans le quartier (rue de Villersexel, cité Vaneau,
laïc de filles dans un arrondissement resté
avenue Coquelin, Lesueur, etc) : ce fut d’ailleurs
royaliste et ultramontain.
au même moment le sort d’une autre
La greffe réussit et, dès les années 1920,
institution d’éducation célèbre, le « couvent
l‘établissement compte près de 2000 élèves,
des oiseaux » (à Duroc). Une vive campagne
chiffre qu’il ne quittera plus.
d’opinion est lancée pour sauver le parc : l’Etat
Chose très inhabituelle sous la III° République,
renonce et décide d’affecter les bâtiments (sauf
lui fut donné le nom d’un ministre du Second
l’hôtel Biron laissé à Rodin) à un quatrième lycée
Empire, Victor Duruy (1811-1894), en charge
parisien de jeunes filles. Celui-ci ouvre le 8
de l’Instruction publique en 1863, qui ouvrit
octobre 1912 sous la direction de mademoiselle
l’enseignement secondaire aux filles mais
Allégret, tante du cinéaste. Sa mission est un
quitta ses fonctions en 1869, déçu par le refus
vrai défi : rendre légitime un lycée public et
de Napoléon III d’instaurer un enseignement
primaire gratuit et obligatoire.
> Un lycée de jeunes filles
L’histoire tragique du XX° siècle marque le
Solesmes et déportée à Auschwitz où elle est
lycée à deux reprises. En septembre 1914,
assassinée le 14 ou le 15 février 1944. Ce 15
alors que les armées allemandes sont à moins
février également, Madeleine Michelis,
de 30 kilomètres de Paris, le général Gallieni
résistante qui fut professeure en 1941-1942 au
décide d’installer son état-major dans le lycée
lycée, est torturée à mort dans un hôtel
réquisitionné plutôt qu’aux Invalides
réquisitionné du boulevard du Montparnasse
considérés comme trop perméables aux
(un lycée d’Amiens et une école de Neuilly portent
indiscrétions. Il y reste durant un an et y
son nom).
conçoit la victoire de la Marne (dans les salles
Aux lendemains de la guerre, les classes
actuellement occupées par les CPGE). Les élèves
primaires disparaissent et, en 1971, le lycée
retrouvent leurs classes à la rentrée 1915 et
devient mixte. Au début des années 1950, une
peuvent venir en métro depuis l’ouverture de
première rénovation entraîne la disparition du
la station Saint-François-Xavier, le 30 décembre
décor intérieur du XIX° siècle (à l’exception de la
1923. Durant la seconde guerre mondiale, le
salle dite « de la chapelle »). Une seconde
lycée échappe à la réquisition mais élèves et
rénovation conduite de 1986 à 1996 voit la
professeurs subissent les persécutions nazies,
reconstruction du collège dans un style qui
en particulier antisémites. Marguerite Aron,
souleva l’émotion du voisinage (tout le secteur
professeure retraitée qui refusait le port de
est protégé). La cité scolaire possède le plus
l’étoile jaune, est arrêtée à l’abbaye de
grand parc des lycées parisiens.
Le site du lycée et du collège www.victor-duruy.org
L’actualité du lycée et du collège sur twitter @VictorDuruy

Documents pareils