La part du diable - Université de Montréal

Commentaires

Transcription

La part du diable - Université de Montréal
Jacques Cardinal est professeur de littérature à l’Université de Montréal.
Il est l’auteur de : Le roman de l’histoire. Politique et transmission du nom
dans Prochain épisode et Trou de mémoire de Hubert Aquin (finaliste au
prix Raymond-Klibansky) ; La Paix des Braves. Une lecture politique des
Anciens Canadiens de Philippe Aubert de Gaspé ; Le livre des fondations.
Incarnation et enquébecquoisement dans Le ciel de Québec de Jacques Ferron
(finaliste au prix Jean-Éthier-Blais), Filiations. Folie, masque et rédemption
dans l’œuvre de Michel Tremblay et Humilité et profanation. Au pied de la
pente douce de Roger Lemelin.
30 $
ISBN 978-2-924186-96-1
www.levesqueediteur.com
Jacques Cardinal
Jacques Cardinal
La part du diable
Le Saint-Élias de Jacques Ferron
essai
La part du diable
Photo : Martine Doyon
La Révolution tranquille a voulu rompre avec une
Église jugée obscurantiste et rétrograde. Or, avec
Le Saint-Élias (1972) — dont l’action se déroule
à Batiscan dans le dernier tiers du xixe siècle —,
Jacques Ferron dessine un portrait moins sombre
de la culture catholique du Canada français. Inspiré
notamment par la légende du diable dupé de la tradition populaire, de même que par celle de Faust,
le docteur Ferron évoque non pas tant le personnage terrifiant associé à une pastorale de la peur,
que celui par lequel s’accomplit parfois la divine
providence. Telle est la part du diable en ce monde
marqué par l’inévitable combat entre le bien et le
mal. Ce dont témoigne à sa façon, dans ce récit, la
naissance d’un enfant adultérin, fruit du péché et
néanmoins bénédiction pour des époux frappés par
la stérilité. L’étude de Jacques Cardinal cherche à
mettre au jour le cadre historique, culturel et théologique à partir duquel Ferron le mécréant a voulu
relire ce passé et proposer ce faisant un autre récit
de la survivance canadienne-française.