JOURNEE REGIONALE URAPEI RHONE

Commentaires

Transcription

JOURNEE REGIONALE URAPEI RHONE
JOURNEE REGIONALE URAPEI RHONE-ALPES
Samedi 12 avril 2014 à l’Espace Albert CAMUS – Le Chambon Feugerolles
DE LA PRISE EN CHARGE…A L’ACCOMPAGNEMENT DES PERSONNES HANDICAPEES VIELLISSANTES.
Le thème central de la journée portait sur le défi que pose désormais aux associations et aux autorités de
tutelle l’avancée en âge des personnes déficientes intellectuelles : la projection d’un film d’une grande qualité
pédagogique a résumé l’essentiel du rapport sur cette problématique qui a ensuite été commenté et détaillé
par M. Patrick GOHET , Inspecteur Général des Affaires Sociales.
De ce rapport il faut retenir que les personnes handicapées ont gagné environ 34 ans de vie mais que malgré
cela leur vieillissement est plus précoce que celui de la population ordinaire, qu’il aggrave le handicap initial et
que souvent il engendre de nouveaux handicaps. L’ARS et les Conseils généraux sont conscients de ces
difficultés nouvelles qu’il faut affronter de toute urgence et qui demandent des adaptations importantes de
l’offre médico-sociale, les EPHAD ne pouvant en aucun cas être l’unique solution proposée. Des hébergements
adaptés grâce à la domotique, des familles d’accueil avec passage régulier d’un éducateur, des formules
d’hébergement réunissant parents et personnes handicapées sont autant de formules expérimentées et qui
donnent satisfaction.
Les besoins sont énormes et urgents à satisfaire. Pour cela il faut définir une stratégie claire qui fixe les
objectifs et mesure les moyens globaux tout en mettant en place une prévention et des repérages des
fragilités des personnes. Les institutions doivent intégrer des programmes d’accompagnement, les aidants
familiaux qui vieillissent eux aussi ne doivent pas être oubliés.
La réussite exige que les professionnels soient formés et recyclés, sur site et par équipes, pour être amenés à
conduire le changement. Les dispositifs qui régissent les rapports entre parents et adultes handicapés doivent
être simplifiés et clarifiés afin qu’une vraie coopération se mette en place. Les outils d’évaluation doivent être
adaptés et mettre en relief, à côté des incapacités réelles les potentialités de la personne.
Il faut en finir avec des ministères séparés, l’un pour les personnes âgées, l’autre pour les personnes
handicapées : c’est une politique globale qui est désormais nécessaire.
Il est temps désormais de passer de la « prise en charge » à la « prise en compte » qui ne voit pas la personne
handicapée comme un poids mais au contraire comme un être humain, un sujet avec ses spécificités et ses
potentialités, il ne faut plus parler du « monde du handicap », expression qui tend à « ghetto-iser », mais « du
monde dans lequel nous vivons tous » ; il faut enfin que tout se fasse en étroite collaboration avec la personne
handicapée dont les souhaits doivent être respectés : tel est le message du second intervenant, M.CHOSSY,
membre honoraire du Parlement.
Certes le contexte actuel est difficile et des craintes naturelles apparaissent pour ce qui existe et plus encore
pour ceux qui n’ont pas de solution. Seule une politique publique peut offrir garantie et pérennité. Les vraies
priorités doivent être reconnues et les associations, plus que jamais, doivent redevenir des groupes de
pression conquérants.
La solution qui rendra notre société SOLIDAIRE doit associer étroitement les associations gestionnaires et les
pouvoirs publics.
En fin de séance l’assemblée a formulé des vœux de prompt rétablissement pour Christel PRADO, Présidente
de l’UNAPEI, qui, souffrante, n’a pu être présente à cette journée.
Nicole GAY

Documents pareils