l`hebdomadaire communiste des pyrénées

Commentaires

Transcription

l`hebdomadaire communiste des pyrénées
Le Travailleur Catalan
1,80 C - N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
L ’ H E B D O M A D A I R E C O M M U N I S T E D E S P Y R É N É E S - O R I E N T A L E S ★ POUR DES LENDEMAINS QUI CHANGENT
Ce n’est
qu’un début,
continuons le combat !
2
élections européennes
Au sommaire
2
Front de gauche, les
premiers fruits de l’unité
4
En bref
dans le département
5
RESF : les menaces
d’expulsion
s’intensifient
6
L’association de
défense de
l’environnement et
du cadre de vie de
Saint-André porte plainte
7
Elections municipales
de Perpignan,
l’engagement
des communistes
8
9
La CGT 66 en congrès
10
11
13
Les colères d’Hypnos
14
Number One,
un film de la réalisatrice
Zakia Tahiri
15
16
Le carrefour des artistes
Entretien avec
Philippe Galano, un
des « quatre » ASF
toujours en justice
Deux spécificités françaises
La France présente deux spécificités : la percée inédite des listes portées par
Daniel Cohn-Bendit et la crédibilité de la démarche du Front de gauche.
La percée verte
La réussite des listes Europe Ecologie en France ne semble
pas avoir d’équivalent dans les autres pays d’Europe. La
preuve en est que dans le nouveau Parlement européen, le
groupe écologiste gagne huit sièges (51 contre 43), ce qui
correspond exactement à l’apport des huit élus supplémentaires des listes menées par Daniel Cohn-Bendit (14 contre
6). Il faudra analyser soigneusement cette spécificité française qui ne s’explique pas seulement par la fausse concurrence artificiellement montée par les médias entre Bayrou et
Cohn-Bendit. L’écologie « ni droite ni gauche » prônée par
ce dernier est tellement conciliable avec l’Europe libérale et
le système capitaliste, qu’elle n’a pu que faciliter le captage
des voix d’un partie des électeurs du Modem légitimement
inquiets du devenir de la planète. De ce point de vue, on ne
peut négliger l’impact de la programmation de « Home », le
film de Yann Arthus-Bertrand, à la télévision à quelques
jours du scrutin. Il est tout aussi vraisemblable que nombre
d’électeurs socialistes déçus par le PS et particulièrement
préoccupés par les questions environnementales ont trouvé
refuge dans le vote écologique, oubliant un peu vite, la campagne acharnée que Daniel Cohn-Bendit mena en 2005, en
compagnie de François Bayrou, en faveur du « oui ».
Les dico-lériques
L’USAP championne
de France
Printemps
des solidarités à
l’Institut Jean Vigo
Elevage du Mas Sisqueilles
Lieu dit La Salut - Pia (66) Tel: 06 14 78 08 95
Vente chiots toutes races - VAC -TAT - Garanties
[email protected]
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Le Front de gauche
récolte les fruits de l’unité
Avec un résultat de 6,05 %, le Front de gauche - coalition du PCF,
du Parti de gauche et de la Gauche unitaire, composée d’ex-militants
du NPA -, fait mieux que les listes emmenées, en 2004, par le PCF
(5,88 %). Ce front obtient 5 députés européens (4 en métropole, 1
dans les DOM). Le Front de gauche, boudé par les médias, récolte
ainsi les fruits d’une campagne de terrain axée sur les alternatives à
l’Europe libérale incarnée par le traité de Lisbonne. La « prime à
l’unité » lui revient finalement, alors que le NPA d’Olivier
Besancenot, qui a refusé de rejoindre ce front unitaire, échoue
(4,98%) à s’imposer en leader de la gauche alternative.
« La démarche des listes du Front de gauche démontre qu’il y a une
place pour une gauche déterminée qui, dans le prolongement du
mouvement social, œuvre à rendre meilleure la vie de nos concitoyens », a commenté le Parti communiste. Quoi qu’il en soit, le principal enseignement de ce scrutin reste le niveau terriblement élevé
de l’abstention. Avec seulement 43 % de participation dans toute
l’Union, les Européens ont ostensiblement tourné le dos à une
Europe qui se bâtit sans eux et, trop souvent, contre eux.
RH
Déclaration des acteurs
du Front de gauche des P-O
« Les résultats de ce scrutin démontrent
une progression significative dans notre
département. Ils mettent en évidence
que si le Front de gauche avait pu s’élargir notamment au NPA et à LO, il aurait
sans doute obtenu un résultat proche de
celui qu’obtient Cohn-Bendit avec l’aide
des médias et de Sarkozy. La gauche est
majoritaire dans le département, la
région, le pays. Malheureusement le PS
qui est le premier parti de la gauche malgré le sévère revers électoral qu’il vient
de subir, n’est porteur d’aucune volonté
d’ouvrir une alternative au capitalisme
qui fait tant de ravages dans les populations françaises et européennes.
Cette situation engendre division, renoncement et fatalité. Le Front de gauche
qui avec le PCF, le Parti de gauche,
Gauche unitaire (issue du NPA) et
Initiatives citoyennes a osé ce rassemblement, recueille un encouragement
important vecteur d’espoir pour le mouvement social et pour les Françaises et
les Français qui veulent changer de politique en France et en Europe. Cette expérience doit se poursuivre et rassembler
plus largement encore, afin que demain il
y ait dans ce pays une gauche capable de
s’unir et de créer un front populaire
majoritaire autour d’un projet de
construction d’une société alternative au
capitalisme. Nous donnons rendez-vous
à toutes celles et ceux qui ne veulent pas
se résigner à la manifestation du 13 juin
prochain à Perpignan ainsi que les 3 et 4
juillet au Bocal du Tech pour la Fête du
Travailleur Catalan.
Nicolas Garcia et Henri Vilaro
Front de gauche
Jean-Luc Mélenchon
siégera à Strasbourg
Sur les 10 sièges que la circonscription
Sud-Ouest avait à désigner, l’UMP s’arroge, avec un score de 26,89 %, quatre
postes de députés sur la liste conduite
par Dominique Baudis. En recul ici
comme partout, le PS emmené par
Kader Arif, obtient 17,71 % et deux sièges. Il est talonné par la liste Europe
Ecologie de José Bové (15,82 %, deux
sièges). Avec un pourcentage de
8,60%, le Modem obtient un siège.
Jean-Luc Mélenchon, tête de liste du
Front de gauche (8,15 %), est élu. Il
obtient son meilleur score en
Languedoc-Roussillon (9,14 %). Il totalise 8,47 % en Midi-Pyrénées et 7,47%
en Aquitaine. La liste du NPA conduite
par Myriam Martin est devancée de
trois points et ne recueille que 5,61 %
des voix.
élections européennes l’édito
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Premières analyses
Les résultats de ces élections sont marqués dans toute
l’Europe par trois traits saillants : abstention massive,
succès de la droite et déroute de la social-démocratie.
3
de Sébastien Pouilly
Crédibilité
Il
y a un fait têtu, qui nous revient en pleine
figure, une de ces questions que l’on ne peut
Abstention massive
éviter de se poser. Et si le Front de gauche
Le phénomène n’épargne aucun pays
européen. En France, elle atteint un
record historique avec 59,36 %. Quelles
en sont les raisons ? Il est beaucoup
question de l’indifférence des Français à
l’égard de l’Europe, alors qu’en mai
2005, la participation au référendum sur
le traité constitutionnel européen avait
été de 70 %. Certes, cette fois, la situation était beaucoup plus complexe et
aurait mérité que les médias en décryptent les tenants et aboutissants. Tout au
contraire, ils se sont ingéniés à brouiller
les repères, dissimuler les enjeux et refuser le débat. Il faut reconnaître qu’ils ont
été particulièrement aidés par les deux
protagonistes de l’alternance. D’un côté
l’UMP, qui s’est targuée du « bilan
exceptionnel » de Nicolas Sarkozy au
cours de sa présidence de l’Union européenne et s’est camouflé derrière le slogan de «l’Europe solidaire et protectrice». De l’autre, le PS, qui a voulu faire
de cette élection un vote sanction contre
Sarkozy pour éviter de révéler à quel
point il était atteint par la contamination
libérale. D’autres raisons sont suggérées
par des premiers sondages : il y aurait eu
la conviction que cette élection ne changerait pas grand-chose à la vie quotidienne des plus démunis. On trouve
aussi, une abstention plus « motivée »
qui s’apparente à un refus de participer
à une partie qui apparaît jouée
d’avance. On relève aussi le mécontentement sur la manière dont vont les cho-
s’était étendu au NPA ? Le score (12 %
ensemble, même si la politique n’est pas une
science mathématique), le nombre de sièges
et aussi le rapport de forces au sein de la gauche auraient été non seulement renforcés,
mais le paysage politique aurait été changé.
ses en France, la défiance à l’égard des
partis, et bien sur la crainte de l’actuelle
construction européenne.
La droite gagnante
Dans ce contexte de faible participation, c’est la droite qui partout en
Europe est en tête : Allemagne, Italie
Allemagne, Espagne, République tchèque, Pologne et bien sûr la France. A
noter aussi, ce qui se passe au sein de
la droite européenne prend une tournure plus populiste, comme en
Hongrie, Slovaquie, voire même d’extrême-droite comme en Autriche,
Danemark, Finlande, Pays-Bas. En
France, l’UMP qui avait prévu le coup
depuis longtemps, a réussi à capter une
bonne part de l’électorat frontiste en
mettant le paquet sur le sécuritaire. Elle
se taille la part du lion avec 28,8 %
contre 16,6 % en 2004. Il n’a pas fallu
attendre longtemps pour apprendre
que ce « succès » est présenté comme
UMP : Dominique Baudis, Christine de
Veyrac, Alain Lamassoure, MarieThérèse Sanchez-Schmid
PS : Kader Arif, Françoise Castex
Les 10 sièges pourvus
Sud-Ouest
Languedoc-Roussillon
Nombre % Inscrits % Votants
6 200 941
Abstentions
3 439 350
Votants
2 761 591
Exprimés
tes communes Front de gauche avaient été
portées ensemble par le PCF, le Parti de gau-
La social-démocratie
en déroute
che, Gauche unitaire et le NPA, il est probable
Elle paye le prix de son ralliement au
libéralisme. A force de prôner la moralisation et la régulation du capitalisme,
les électeurs n’ont plus rien compris et
préféré la version originale défendue
par la droite à la simple copie. En
France, le PS dégringole de 28,9 % aux
élections européennes de 2004 à
16,5%. Ce résultat confirme le divorce
entre les attentes du peuple de gauche
et ses orientations actuelles. L’appel au
PS de Jean-Luc Mélenchon à se ressaisir « en rompant avec les politiques
libérales » sera-t-il entendu ? Il est bien
trop tôt pour le dire.
Roger Hillel
5 pour le Front de gauche et 0 pour le NPA. De
que ce front aurait obtenu 12 élus au lieu des
Modem : Robert Rochefort
Europe Ecologie : José Bové,
Catherine Greze
Front de gauche : Jean-Luc Mélenchon
Pyrénées-orientales
Nombre % Inscrits % Votants
Inscrits
1 861 449
55,46
Abstentions
1 082 062
44,54
Votants
779 387
136 280
2,20
4,93 Blancs ou nuls
2 625 311
42,34
Blancs ou nuls
Dans chacune des circonscriptions, si des lis-
quoi être en position d’offrir une réelle alternative à gauche !
Les résultats du Front de gauche montrent
bien qu’il est dans une construction crédible. Il
récolte les premiers fruits de l’unité. Tout cela
ne peut qu’inciter les acteurs du Front de gauche à poursuivre la politique de la main tendue
vis-à-vis du NPA, et au-delà, à toutes les forces politiques et associatives antilibérales.
Circonscription
Sud-Ouest
Inscrits
un plébiscite de la politique de Nicolas
Sarkozy et « commande d’aller plus loin
dans les réformes ». La suite risque
d’être bien sombre.
95,07 Exprimés
Espoir à gauche, donc. Il y a bien une place
pour une gauche déterminée qui, dans le prolongement du mouvement social, s’attaque
aux vraies causes de la mal vie, l’exploitation
Nombre % Inscrits % Votants
capitaliste, sans pour autant s’enfermer dans
Inscrits
323 047
58,13
Abstentions
195 328
60,46
41,87
Votants
127 719
39,54
35 578
1,91
5 775
1,79
4,52
743 809
39,96
4,56 Blancs ou nuls
95,44 Exprimés
121 944
37,75
95,48
encore et toujours à la construction de fronts
une « magnifique » solitude.
Le Front de gauche montre la voie : travailler
Liste conduite par
Voix % Exp. Sièges
Liste conduite par
Voix % Exp.
Liste conduite par
Voix % Exp.
politiques unitaires porteurs de propositions et
M. Louis ALIOT (LFN)
155 800
M. Louis ALIOT (LFN)
63 176
M. Louis ALIOT (LFN)
12 243 10,04
M. Dominique BAUDIS (LMAJ)
705 845 26,89
4
M. Dominique BAUDIS (LMAJ)
202 705 27,25
M. Dominique BAUDIS (LMAJ)
34 111 27,97
de projets alternatifs. Faire gagner la gauche
M. Kader ARIF (LSOC)
464 982 17,71
116 290 15,63
M. Kader ARIF (LSOC)
17 735 14,54
8,49
2
M. Kader ARIF (LSOC)
8,60
1
M. Robert ROCHEFORT (LCMD)
415 312 15,82
2
M. José BOVE (LVEC)
1
M. Jean-Luc MELENCHON (LCOP) 67 990
9,14
M. Jean-Luc MELENCHON (LCOP) 10 873
8,92
43 006
5,78
Mme Myriam MARTIN (LEXG)
6 662
5,46
M. Robert ROCHEFORT (LCMD) 225 767
M. José BOVE (LVEC)
5,93
M. Jean-Luc MELENCHON (LCOP) 213 926
8,15
Mme Myriam MARTIN (LEXG)
5,61
147 318
Mme Myriam MARTIN (LEXG)
51 041
6,86
116 450 15,66
M. Robert ROCHEFORT (LCMD)
M. José BOVE (LVEC)
7 951
6,52
18 592 15,25
unie, répondre aux attentes sociales et démocratiques du peuple.
Une première pierre a été posée dimanche.
4
Secours populaire
dans le département
Guerre d’Algérie
Grand déballage
Dans la boutique du Secours populaire à
Perpignan, 53 avenue Leclerc (face à la
gare routière), vous trouverez un grand
choix de vêtements (jeans, ensembles,
chemisiers, pantalons, tee shirts) des
chaussures de toutes saisons et de toutes
tailles, des chaussettes, le tout en état
neuf à petits prix. Vendredi 12 juin de 14 à
19 heures et samedi 13 juin de 9 à 19 heures.
Secours populaire, 1 rue Courteline –
Perpignan. Tél 04 68 34 03 75
Les Francas
Formations BAFA
Vous voulez devenir animateur d’accueils
collectifs de mineurs. Les Francas du
Languedoc-Roussillon vous proposent les
sessions de formation suivantes :
Formation générale d’animateur BAFA
(avoir 17 ans révolus) : du 22 au 26 juin
et du 29 juin au 2 juillet 2009 à Perpignan
(66) en externat. Du 25 juin au 2 juillet
2009 à Elne (66) en internat. Du 25 juin
au 3 juillet 2009 à Montpellier (34) en
demi pension. Du 25 juin au 3 juillet 2009
à St Jean-de-Valriscle (30) en demi pension.
Formation d’approfondissement BAFA
(avoir effectué le stage de formation générale et le stage pratique) : du 25 juin au
1er juillet 2009 à Pouzols (34) en internat.
Camping, jeux de pleine nature : du 25 au
30 juin 2009 à Elne (66) en internat.
Approfondissement Tous Ages : du 2 au 8
juillet 2009 à Nîmes (30) en demi pension.
Approfondissement Tous Ages : du 4 au 9
juillet 2009 à Trebes (11) en internat.
Grands jeux, jouer avec l’eau : du 24 au
30 août 2009 à Montpellier (34) en demi
pension.
Approfondissement Tous Ages : du 24 au
29 août 2009 dans les PyrénéesOrientales en internat.
Les Francas, 3 avenue de Belfort –
Perpignan. Tél. : 04 68 54 60 44 [email protected]
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
« Mémoires de guerre et de paix»
Projection - débat. Mardi 16 juin 19h10 à Perpignan au cinéma le Castillet
« Mémoires de guerre et de paix» (52 minutes). 3e volet de la série documentaire
de Mehdi Lallaoui « En finir avec la guerre… »
Le 8 janvier 2004, quatre anciens soldats
du contingent créent l’Association des
Anciens Appelés en Algérie contre la
Guerre. Comme des centaines de milliers
de jeunes Français, ils ont participé à cette
sale guerre. Plusieurs dizaines d’années
plus tard, ce passé leur revient en boomerang. Un passé qui ne passe pas et qu’ils
veulent transmettre pour nous aider à comprendre.
« À cet époque-là, nous les gars du contingent nous ne disions rien et n’avons pas eu
le courage de hurler notre désaccord au
monde. Aujourd’hui, nous avons décidé de
refuser la retraite du combattant et d’en
reverser le montant à des populations souffrant de la guerre ou à des organismes
œuvrant pour la paix. Ce que nous avons
vu et vécu en Algérie, l’inutilité de ce
conflit, la conscience de l’horreur de la
guerre, le désir de transmettre cette
mémoire aux jeunes générations, nous
poussent dans cette démarche. »
« Nous venions de nos campagnes pour
une mission que nous pensions noble, mais
la réalité était tout autre On opposait aux
Mehdi Lallaoui
atrocités de nos adversaires, nos propres
atrocités. Tout ce que l’on nous a fait faire
était couvert par l’impunité, le droit et la
justice étaient dans notre camp. Nous, on
pouvait y aller. C’est parce qu’on peut
devenir le contraire de tout ce qu’on nous
a appris à l’école, qu’il nous faut essayer de
transmettre. Nous avons vécu avec cette
honte, il faut nous libérer à présent.»
Qui sont-ils ?
Georges Treilhou. Président de l’association. Né le 8 janvier 1936, au Garric (Tarn).
Parents agriculteurs et paysan lui-même,
père de cinq enfants. 15 mois en Algérie de
1957 à 1958.
Armand Vernhettes. Né le 9 mars 1937 à
Monjoux (Aveyron). Aîné de sept enfants,
parents agriculteurs. BEP agricole, Ecole
des bergers de Roquefort. Agriculteur à
partir de 14 ans. Classe 57. 23 mois en
Algérie (Grande Kabylie).
Rémi Serre. Né le 15 février 1938 dans les
montagnes du sud de l’Aveyron. Fils de
petits paysans, ouvrier agricole jusqu’à l’armée. Père de trois enfants. Retraité
aujourd’hui avec un projet de ferme
mémoire. 30 mois de guerre en Algérie.
Michel Delsaux. Né le 9 mars 1937 à
Frenyes dans le Pas-de-Calais. Éleveur ovin
et maire de Montredon Labessonié (Tarn)
depuis 1989. 14 mois en Algérie.
Depuis 2004, les membres de l’association reversent intégralement chaque
année leur pension d’ancien combattant
(450 euros par semestre) à une œuvre ou
un organisme ayant pour vocation la promotion de la paix, le développement ou la
fraternité.
Tautavel
Grands singes et hommes, histoires de familles !
Dans le cadre de l’année Darwin l’équipe
d’animation du musée propose vendredi
12 juin à 20H30 au Palais des Congrès de
Tautavel, une conférence de Brigitte Senut
du MNHN, « Grands singes & hommes, histoires de familles ! ». Entrée gratuite !
Brigitte Senut a su concilier une carrière
exemplaire dans les plus grandes instances
de la recherche française et une présence
soutenue sur le terrain à la recherche de
fossiles. Sa passion pour l'évolution des
grands singes et de l'homme l’a amenée au
coeur de l'Afrique dans des pays ou la poli-
tique et les guerres civiles n'ont jamais pu
entamer sa volonté et sa ténacité.
Elle se passionne également pour les origines de la bipédie et les différents types de
locomotion des hominidés. Autre action de
Brigitte Senut, elle milite pour la plus
grande diffusion possible du savoir par
l'éducation. Education des étudiants français bien sûr mais aussi éducation sur le
terrain par la construction de Musées en
Afrique ou la création d'expositions pour
les populations locales. Brigitte Senut a
obtenu le Prix Irène Joliot-Curie de la
femme scientifique de l'année 2008.
Rare femme dans un milieu d'hommes elle
a déclaré lors d'une interview (MNHN)
Dans un monde de plus en plus difficile
pourles femmes...
Ils faut qu'elles se battent... qu'elles se battent encore plus... qu'elles se battent de la
bonne manière : travailler, travailler encore
plus et montrer qu'elles sont présentes... »
(Plus d’informations sur
www.hominides.com
Musée de Tautavel – 04 68 29 07 76 –
[email protected] –
Les amis du Travailleur Catalan
Gens du voyage
Dans le cadre du Printemps des Solidarités initié par le
Conseil général des P-O, le MRAP 66 en partenariat avec
« Les Amis du Travailleur Catalan » organise au siège du
Travailleur Catalan, 44 avenue de Prades à Perpignan,
trois journées consacrées aux gens du voyage et à la discrimination.
Expositions
Jusqu’à samedi 13 juin de 10h à 19h : « Gitans d'hier et
d'aujourd'hui » présentée par M. Soler - « Gens du
Voyage » par le MRAP 66 - « Vie quotidienne d'aujourd'hui » présentée par M. Luzy de l'Association
Rencontre Tziganes - Photos de Patrick Castagnas.
L’accès aux expositions est libre les trois jours.
Conférences
Vendredi 12 juin à 18h. « Le droit de vivre selon sa culture » - Table ronde animée par l’Association audoise pour
l'aide matérielle et morale à la population gitane (AMPG)
qui nous présentera les actions menées en partenariat
avec les voyageurs et les gitans Michel Grabie, Eusébia
Munos avec la participation de Bernard Leblon, enseignant chercheur, écrivain…
Samedi 13 juin 14h. « Les gens du voyage victimes de
discriminations. Quelles solutions pour l'avenir ? » Avec
André Luzy, photographe, président de l’Association rencontres tziganes (Aix-en-Provence) et Patrick Lecroq pour
le MRAP 66.
dans le département
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
5
Stèle OAS
Réseau Education Sans Frontière
Cérémonie fasciste interdite
Ils s’appellent Roman, Rachid, Fadoua,
Husseyn, Lamiae, Haïk, Huong…
Les OQTF (obligation de quitter le territoire français) pleuvent sur des
familles et des jeunes majeurs scolarisés. A la préfecture, neuf nouveaux
cas ont été plaidés par une délégation de RESF.
Les organisations qui défendent les
étrangers dénoncent l’acharnement
de l’administration et les fonctionnaires préfectoraux exhibent les textes
qu’ils sont chargés d’appliquer. Les
uns parlent d’humanité et les autres
de règlement. Tel jeune algérien est
venu en France un peu après ses dix
ans. Huit ans après, il est voué à la
reconduite à la frontière. Si c’est un
enfant d’une autre nationalité, il faudra qu’il soit venu en France avant
l’âge de treize ans, sinon il subira le
même sort, lorsqu’il aura atteint l’âge
de sa majorité. Telle famille qui a fui
l’Arménie où les couples arménienazéri ne sont pas tolérés, se verra
déboutée de sa demande d’asile politique, car le gouvernement français ne
reconnaît pas l’existence de cette
situation. Du coup, le tribunal administratif va notifier l’expulsion du couple et des ses enfants. Par chance, le
juge d’application des peines refusera
leur reconduite en Arménie suspectant qu’ils y seraient effectivement
menacés. De toute façon, pour
l’OFPRA (Office français de protection
des réfugiés et apatrides), de moins
en moins enclin à accorder la qualité
de réfugié, le diagnostic est toujours
le même : les faits évoqués ne sont
pas avérés. Conséquence, une famille
A la sortie de la délégation, selon le cas évoqué, la consternation succède aux applaudissements.
qui a fui le Daguestan (République de
la fédération de Russie) où sévissent
des conflits inter communautaires, se
voit appliquer une OQTF alors qu’elle
court des risques sérieux dans son
pays d’origine. Ce sont ainsi neuf dossiers concernant quatre familles et
quatre jeunes majeurs scolarisés qui
ont été présentés au secrétaire général de la préfecture par une délégation
de RESF. A l’extérieur, de nombreux
militants se sont rassemblés. Entre
leur colère et la défense pied à pied
mais polie des dossiers dans la salle
de négociation de la préfecture, il y a
connivence. Le représentant de la préfecture cède sur trois dossiers, réserve
sa réponse sur trois autres, ne cache
pas son scepticisme que sur les trois
derniers. A la sortie de la délégation,
selon le cas évoqué, la consternation
succède aux applaudissements.
Personne ne se fait d’illusion, surtout
aux lendemains des élections européennes, la France terre d’accueil, ce
n’est pas pour demain. RESF n’a pas
fini d’en appeler à la mobilisation.
RH
Les organisations anticolonialistes du département
regroupées dans le collectif «Pour un centre de documentation à Perpignan sur l’histoire franco-algérienne»
avaient lancé un appel à manifester le dimanche 7 juin
pour s’opposer au traditionnel hommage pro OAS
organisé par les fascistes de l’ADIMAD (amicale pour
la défense des intérêts moraux et matériels des
anciens détenus et exilés politiques de l’Algérie française) devant la stèle érigée à l’intérieur du cimetière
nord de Perpignan. Cet appel, relayé nationalement par
Jean-François Gavoury, président de l'Association
nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l'OAS et la Ligue des Droits de l’Homme, a
atteint son but. Le préfet a dû prendre un arrêté d’interdiction de « toute manifestation et de tout rassemblement » aux abords du cimetière. De son côté, le
président de la délégation spéciale mise en place à
Perpignan a fait fermer le cimetière. Finalement, la
cérémonie nationale prévue par l’ADIMAD s’est déroulée, le lendemain, quasi clandestinement devant un
quarteron de nostalgiques de l’Algérie française.
RH
Région
« Déguste les fruits de ta
région, dans ton lycée ! »
70e anniversaire de la Retirada
« En février 1939 la Cerdagne se souvient »
Palais des Rois de Majorque, jusqu’au dimanche 28 juin 2009, création et
conception Frédérique Berlic, tous les jours de 10 heures à 18 heures.
En février 1939, 60 000 républicains
arrivent en Cerdagne française.
Femmes, enfants, vieillards et hommes invalides franchissent tout
d’abord la frontière, suivis des troupes républicaines. Ils vivront des
jours et des nuits terribles dans les
champs de Cerdagne où rien n’est
prêt pour accueillir les défenseurs de
la République contre le fascisme
émergeant.
La guerre civile espagnole, premier
conflit médiatisé du XXe siècle a été
couvert par de nombreux journalistes
nationaux et internationaux de l’époque, photographes ou cameramen.
De nombreuses photos de qualité
ont été prises à cette occasion. Le
but de l’exposition était de retrouver
ces clichés disséminés dans le monde
entier. Le travail consistait également
en la recherche de clichés pris par les
Cerdans eux-mêmes.
En plus des photographies et dessins,
Frédérique Berlic a collecté les récits
de réfugiés et souvenirs d'habitants ;
interviews poignants des derniers
témoins de cet épisode marquant de
l'histoire contemporaine de la
Cerdagne.
Information : 04 68 34 48 29
La Région Languedoc-Roussillon a lancé cette vaste
opération de sensibilisation dans le but de contribuer à
l’amélioration de la santé des jeunes et à la valorisation
des produits régionaux de la marque Sud de France.
Cette démarche pédagogique s’inscrivait dans le cadre
du plan national nutrition santé (PNNS). C’est ainsi
que le 4 juin, 90 lycées publics et 50 000 élèves demipensionnaires et internes ont bénéficié de l’opération
de distribution des fruits et légumes et ce, dans chaque service de restauration des lycées publics. Dans
les Pyrénées-Orientales, Nicole Sabiols, conseillère
régionale, et Aurélie Pascal, secrétaire générale départementale des Jeunes agriculteurs des PyrénéesOrientales ont lancé l’opération à l’EREA Joan Miro
(Perpignan). 120 demi-pensionnaires et internes ont
pu apprécier cerises, abricots, pêches, ils ont posé de
nombreuses questions sur les méthodes de culture
liées à l’agriculture bio et d’autres comme l’agriculture
raisonnée. Le message d’Aurélie Pascal est bien
passé… les fruits aussi, la plupart d’entre eux ont fortement apprécié cette initiative.
MD
6
Toulouges
Lectures publiques et rencontre des jeunes comédiens
Vendredi 19 juin, deux événements culturels, en entrée libre, vous sont proposés à
Toulouges.
De 18h00 à 19h00, dans le cadre privilégié du
Parc de Clairfont, vous pourrez assister à des
lectures publiques organisées par « Lire et
faire lire 66 ». Cette association permet aux
retraités bénévoles de transmettre aux enfants
le plaisir de la lecture. Ce vendredi, une vingtaine de bénévoles, ayant fait un stage avec la
conteuse et comédienne Francine Vidal, vont
vous faire vivre une parenthèse champêtre
atypique, à la fois enrichissante et dépaysante. En effet, les promeneurs, guidés dans
le parc par un trio féminin des plus dynamiques (« Le Trio Roue Libre »), vont assister,
au gré de leurs déambulations, à diverses lectures publiques. Il faut également souligner la
présence, sur chaque lieu de lecture, des élèves de l'Antenne Musicale des Aspres du
Conservatoire National de Région Perpignan
Méditerranée. Tous ces passionnés se réunissent pour offrir au public une occasion idéale
de se ressourcer, en fin d'après-midi, dans un
environnement enchanteur.
De 20h30 à 21h30, place au théâtre, dans la
salle El Mil·lenari, avec « la Compagnie Les
Trigonelles », qui vous propose trois spectacles de ses ateliers. Dans un premier temps,
l'atelier 7/11 ans et l'atelier ado vont jouer des
extraits de pièces de Suzanne Lebeau et autres
auteurs contemporains ainsi qu'un travail d'improvisation à partir d'une écriture collective.
Ensuite, vous aurez le plaisir de découvrir l'atelier collège de Toulouges qui monte sur scène
pour vous proposer leurs improvisations sur le
travail du clown. Enfin, l'atelier lycée de Céret
présente une pièce écrite par leur soins :
«Parlons-nous dans les bois …». Ce sont des
petites réflexions de lycéens sur le monde
comme il va. Avec beaucoup d'humour, ces
jeunes artistes nous renvoient à notre difficile
travail d’humanité et traite de surcroît de cette
vigilance qu’il faut pour garder le goût du
«vivre ensemble».
Ces deux événements de qualité nous montrent que la culture, à Toulouges, peut s'exprimer partout, par tous et surtout pour tous !
Mairie de Toulouges : 04 68 56 51 11
www.toulouges.fr
Lire et faire lire 66 : 04 68 92 55 94
www.liretfairelire.org
La compagnie Les Trigonelles : 04 68 35 64
50 http://trigonelles.free.fr
dans le département
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Environnement
« Nos villages ne sont pas
les poubelles du département »
L’association de défense de l’environnement et du cadre de vie (ADEECV) de
Saint-André, après avoir demandé la fermeture de la plateforme de compostage,
sa dépollution, porte plainte.
Vendredi 29 mai, la communauté des
communes Albères Côte Vermeille, son
président Pierre Aylagas, le directeur
général du SYDETOM 66 Guy Lloret et son
équipe ont rencontré les habitants de
Palau, en présence de leur maire sur le
thème « la prise en charge et traitement
des déchets ménagers ». Un exposé de
plus d’une heure sur la valorisation des
différents centres gérés par le SYDETOM :
usine d’incinération de Calce, de centre de
tri, de plateformes de stockage, de station
d’épuration, de traitement des boues tandis que dans l’assistance, une certaine
tension palpable montait. D’évidence les
gens n’étaient pas venus pour cela mais
pour discuter de la station de compostage
de Saint-André empiétant sur le domaine
de Palau. Et c’est par la voix de son président, Michel Tasqué, que l’association de
défense de l’environnement, ADEEVC, a
dénoncé « l’incohérence de la gestion du
process et la lenteur des décisions malgré
les constats d’huissiers, les pétitions, réunions publiques. » Mais aussi «l’extension
illégale de la plateforme de Saint-André
sur un terrain de Palau de 3000 m2» (car
non conforme au plan d’urbanisme relatif à l’occupation des sols), extension qui
aurait vu « l’enfouissement de 6 000 tonnes de compost en trois semaines » a
affirmé un ancien employé. Difficile de s’y
retrouver sans un rappel des faits.
La plateforme de compostage, son extension
En juin 2005, ouverture du site de compostage de Saint-André, à côté de la station d’épuration. Un exploitant est retenu
après étude du cahier des charges, le
contrat est signé. De juin 2005 à décembre 2008, 25 111 tonnes de boue de station d’épuration de provenances diverses
ont été stockées au centre de compostage
de Saint-André, selon les chiffres du
La plateforme de compostage avec le pic du Néoulos au fond.
SYDETOM, avec pour conséquences
«odeurs nauséabondes, prolifération de
mouches, pollution de l’air, des sols, ruissellement des lixiviats (nom donné au jus)
dans la rivière.» Pétitions, mécontentements des riverains, diagnostic olfactif du
centre de compostage en mars 2008,
courrier du maire de Saint-André auprès
de la préfecture en juillet, aboutissent un
arrêté préfectoral en date du 22 août
2008 contraignant l’exploitant, la SARL
Compost Environnement, à faire effectuer
une nouvelle évaluation des concentrations d’odeurs à la source, un prélèvement
de la nappe superficiellement et ce dans
un délai d’un mois (!). En janvier 2009,
réunion publique à Saint-André, création
de l’association de défense en février,
dont l’objectif est « d’exiger auprès des
services compétents la fermeture définitive du site avec dépollution à charge de
l’exploitant. »
Alors, où en est-on ? L’exploitant a…
doublé sa capacité de stockage en étendant la plate-forme sur la commune de
Palau, en toute illégalité semble-t-il
puisqu’il s’agit d’une zone agricole : 3
000 m2 supplémentaires. Le préfet, après
enquête, en se substituant au pouvoir de
police du maire de Palau, a demandé
(courrier du 20 mars 2009) à l’exploitant
« de cesser tout apport et de retirer les
dépôts stockés sur la partie litigieuse dans
un délai de huit jours. »
A ce jour, le mécontentement est toujours
là, et pour l’ADEEVC «nous avons atteint
la limite de l’acceptable et du supportable» et une plainte a été déposée le 12
mai à la gendarmerie pour diverses infractions au code de l’environnement. Lors
de la réunion de la communauté des communes, il a été annoncé différentes
actions : information auprès du ministère
(courriers de MM Fillon et Borloo), une
enquête de gendarmerie avec dépôt de
plainte de la communauté des communes, et plainte de particuliers, la commune
de Saint-André a fait nommer un expert
judiciaire auprès du tribunal. La colère
gronde, les choses doivent avancer… A
suivre.
Michèle Devaux
L’eau est rare, le saviez-vous ?
Les philatélistes du Riberal ont sensibilisé les enfants en
collaboration avec Eden 66 et ses nombreux partenaires.
Après avoir lancé un concours de dessin
auprès des jeunes scolaires du département, le jury a retenu un dessin très parlant pour le timbre : le monde d’aujourd’hui où nous avons encore de l’eau
et celui de 3020 où l’on nous montre une
planète aride.
C’est avec un support philatélique et cartophile qui présentait 90% d’eau salée,
10% d’eau douce 1% d’eau potable, que
pendant 2 jours, les élèves, leurs accompagnateurs et leurs enseignants ont participé à ces journées départementales de
l’environnement. Le but cette année était
de faire prendre conscience que l’eau est
un trésor « l’or bleu », que nous devons la
préserver, éviter de la gaspiller, de la polluer et surtout la partager.
Beaucoup de ces jeunes deviendront « les
policiers de l’eau » auprès des adultes, car
l’eau, c’est la vie.
perpignan
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
7
Elections municipales des 21 et 28 juin
Les communistes s’engagent avec la liste
de gauche conduite par Jacqueline Amiel-Donat
« Un grand espoir de changement
existe dans la ville de Perpignan,
et nombre d’habitants souhaitent
qu’on ne rate pas cette occasion
historique! Pendant 50 ans on a
oublié la population, ses besoins
et ses attentes. 50 ans d’une politique qui a conduit notre ville à un
dépérissement économique et
social dramatique. C’est vers la
gauche que se tournent
aujourd’hui nos concitoyens,
parce que c’est la gauche qui peut
porter une politique plus juste,
plus sociale, plus proche des gens
et de leurs problèmes quotidiens.
C’est pourquoi nous participons à
la liste conduite par Jacqueline
Amiel Donat et qui rassemble le
PS, le PCF, le PRG, le MRC, ainsi
que le CDC et beaucoup de représentants de la société civile. Cette
liste réalise l’union de la majorité
des organisations de gauche, à
l’exception de ceux qui prennent
ainsi le risque de la division.
La dynamique du changement est du côté de la
liste de gauche
Qui pourrait accorder le moindre
crédit à un Jean-Paul Alduy,
investi par l’UMP, et qui se représente entouré de l’essentiel de
De g. à dr. : Michel Martinez, Michel Marc, Nicole Gaspon, Alain Coudert, René
Legendre, Monique Hernandez, Michel Franquesa, Françoise Fiter, Aurélie Palau,
Jérôme Guichard. Et également (hors photo), Nicole Rey et Martine Grisenti.
ses anciens adjoints, tout en se
revendiquant du changement ? Il
faut oser le faire !
Personne n’imagine non plus que
le changement puisse venir de la
deuxième liste de droite, qui
comprend d’ailleurs quelques
figures du système alduyste, et
pas davantage bien sûr du Front
national qui continue dans ses
discours de haine.
Seule la gauche dans la diversité
de ses composantes peut représenter le renouveau de notre ville
et être à la hauteur du défi et de
l’enjeu d’aujourd’hui pour
Perpignan. C’est pourquoi les
communistes sont présents sur
cette liste.
Une volonté politique
pour un projet
sans compromissions
La liste « centriste » se positionne de façon très claire
comme la liste officiellement
soutenue par François Bayrou. Il
faut le dire sans détour : il n’y a
pas de perspectives dans ce
genre de combinaison avec la
droite.
Les postures politiciennes de
Bayrou ne l’empêchent nullement d’être un homme de
droite, un partisan convaincu du
libéralisme économique. S’allier
avec le Modem serait s’exposer
dans l’avenir, à toutes sortes de
contradictions et de déconvenues.
Quand on gouverne avec la
droite, on est condamné à faire
une politique de droite!
Il n’est pas vrai que la gestion
municipale n’est ni de gauche ni
de droite ! Il y a des choix à
faire!
Dans une ville comme
Perpignan, une ville de plus de
100 000 habitants, une ville si
durement touchée par la crise,
où les besoins de la population
sont si importants, il serait illusoire de penser qu’on puisse
mener une politique sociale, une
politique démocratique en intégrant le Modem dans une municipalité de gauche.
Les communistes appellent les
habitants de notre ville à refuser
ce genre de compromis qui ne
peut aboutir qu’à la paralysie, à
Le billet d’humeur de Jean-Marie Philibert
L’USAP a une âme ! Une âme ?
Dans le flot de calicots qui ont fleuri et
qui ont accompagné notre équipe fétiche dans les étapes finales de son parcours une expression revient comme un
leitmotiv. Ce club qui enflamme tout un
peuple, ce club qui renverse les montagnes, ce club qui a une histoire mémorable, ce club qui réunit les jeunes, les
vieux, les riches, les pauvres, les gens de
la ville et de la campagne, ce club qui
sent la saucisse et la botifare, ce club fait
de soleil et de sang... ce club « a une
âme ! »
Maca Boun Deu !
C’est le cas de le dire ! Une âme ? Le
poids de notre culture judéo-chrétienne
est tel que c’est là le type d’expression
qui passe comme une lettre à la poste.
Que l’on soit sensible ou pas à l’existence des âmes !
L’âme de l’USAP : une métaphore, sans
doute, une hyperbole aussi. Mais l’âme
de l’USAP ce n’est pas que de la rhétorique : c’est le choc des corps, la violence
des placages, l’invention des attaques, la
cohésion du groupe, la solidité des
mêlées, la variété du jeu, le défi lancé à
l’adversaire, le courage dans la défense,
la maîtrise de ses colères… et quelques
distributions gratuites de châtaignes …
quand il le faut. Pour rappeler à tout
hasard que pour avoir une âme on n’en
est pas moins homme, avec ses faiblesses et ses péchés, que ce n’est pas bien
de taper, mais que c’est humain.
Il est intéressant de voir que l’expression que nous avons choisie nous
conduit tout bonnement à évoquer ce
qu’il peut y avoir de profondément
humain dans ce club, dans le comportement de l’équipe, des joueurs, et de
tous ceux qui les entourent de leur
affection. Il est très humain, il est
nécessairement humain de se reconnaître d’une terre, d’une culture, d’une langue, d’une histoire qui nous sont propres et que nous sommes prêts à partager. Cela déborde largement des com-
pétences des joueurs, de leurs dirigeants. Mais l’humanité aurait-elle
donc nécessairement besoin de l’âme
pour être ce qu’elle est ? Et l’on
retrouve le poids de quelques siècles
de christianisme pour nous faire dire
et penser ce que peut-être nous
n’avons pas envie de dire ou de
croire : que le surnaturel, la providence, la vie éternelle et tout le toutim sont des évidences in-con-tourna-bles ! La preuve par l’USAP !
Revenons donc sur terre. Rendons
donc à l’USAP tout le mérite de son
succès, félicitons tous les acteurs
de cette épopée, les plus humbles,
comme les plus prestigieux et à la
référence ambiguë à l’âme, préférons la référence au peuple. Au
peuple qui exprime sa joie
aujourd’hui. Mais cela ne lui fait
pas oublier ses colères, ses revendications, ses aspirations, ses exigences.
Crédit photo USAP
l’inaction et à la confusion.
De plus cela préfigurerait des
arrangements nationaux bien
plus dangereux encore, au
moment où tout montre que sortir de la crise passera par l’invention de solutions nouvelles,
en rupture avec les dogmes du
capitalisme financier qui ont fait
tant de dégâts.
Au premier tour, pas une voix ne
doit manquer ! »
Les rendez-vous
de la campagne
Vendredi 12 juin : annexe
mairie St Assiscle à 19h30
Lundi 15 juin : théâtre de
l’école Jean Alio à 19h30 en
présence de Jean-Pierre
Chevènement
Mercredi 17 juin : au Boca
Boca à 18h, en présence de
Lyne Cohen-Solal, auteur du
recours contre Jean Tibéri pour
les faux électeurs de la mairie
du 5e art. de Paris
Jeudi 18 juin : annexe mairie
Barande (horaire à confirmer)
8 social
Thierry Labelle, actuel secrétaire général passera la main : « Il faut changer les hommes, savoir
s’arrêter en ayant le souci du renouvellement ; trois mandats, cela suffit. » C’est le cheminot Pierre
Louis Place (en médaillon) qui est pressenti pour le remplacer, « dans la continuité de l’action de la
CGT, avec un collectif de femmes et d’hommes. A la CGT, il n’y a pas de cumul des mandats. »
Syndicalisme
C’est une règle à la CGT,
les unions
départementales (UD)
tiennent leur congrès tous
les trois ans, avant le
congrès confédéral
(national) qui cette fois se
déroulera du 7 au 11
décembre prochains à
Nantes.
Dans les P-O, l’UD CGT66
verra se réunir jeudi 18 et
vendredi 19 juin environ
250 délégués représentant
90 % des syndicats CGT
du département.
65e congrès de l’Union
départementale CGT 66
Dans la pratique, les travaux se dérouleront au Palais des Rois de Majorque à
Perpignan. Sera ainsi validé le bilan
d’activité des trois années écoulées (le
dernier congrès s’était tenu à Argelèssur-Mer en juin 2006). A l’époque, de
nombreux objectifs avaient été mis en
avant autour de cinq thématiques :
revendicatif, vie syndicale, formation,
politique financière, secteur juridique.
Côté revendicatif, plusieurs avancées
seront étudiées. C’est le cas notamment
de la mise en place officielle en avril
2007 de la Commission paritaire départementale interprofessionnelle de l’artisanat (CPDIA). Projet porté par la CGT
dès juin 2006, cet accord permet de
développer le dialogue social dans une
branche réputée difficile de par la petitesse des structures artisanales. 30 000
salariés sont concernés.
Comme pour la CPDIA, dès 2007 et à
l’initiative de l’UD CGT 66, quatre organisations professionnelles (CGPME,
UPA, UPE, FDSEA) et quatre organisations syndicales de salariés (CGT, CFDT,
CFE/CGC, FO) ont décidé de créer, à la
suite d’un accord validé en juillet 2007,
la Commission paritaire départementale
du travail saisonnier (CPDTS). Plusieurs
projets sont portés par la CGT dans
cette instance : la maison des saisonniers, le logement, la formation professionnelle, la protection sociale.
Concernant les services publics, ces trois
dernières années ont vu se mener des
luttes importantes notamment dans
l’énergie, les transports, l’Education
nationale, les Impôts - Trésor,
Equipement, La Poste… Il y a eu aussi
les élections prud’homales de décembre
2008 où la CGT a conforté sa place de
première
organisation
syndicale
(41,19% des suffrages dans les P-O).
Les orientations pour les
trois années à venir
Débattu pendant trois mois par la base,
le document a été adopté à l’unanimité
par la direction sortante. Les propositions sont construites autour de cinq
thèmes et de deux axes de la vie syndicale. Ainsi sera proposée la mise en
place d’un collectif « Service à la personne », secteur d’emplois traité de
«véritable maquis conventionnel qui
crée des inégalités, des injustices,
notamment par l’attitude du secteur
marchand» par la CGT. Concernant le
secteur « commerce », l’objectif affiché
est de construire une réelle dynamique
de branche départementale dans un
secteur où les salariés « sont soumis à
une réalité sociale désastreuse (temps
partiel, bas salaires, droits sociaux à
minima…). »
Les services publics pourraient se voir
doter au sein de l’organisation syndicale d’un « schéma départemental »
pour donner du sens au lien entre leurs
missions et les effectifs nécessaires.
Avec en filigrane, la volonté clairement
affichée de défendre ces services
publics.
Face à la précarisation du travail (un
emploi sur quatre dans les P-O est touché par la saisonnalité) des outils renforcés seront mis en place par la CGT.
Des convergences seront établies avec
les intérimaires, les saisonniers, les privés d’emploi qui vivent la même précarité.
Enfin, les actions en direction du secteur
de l’artisanat seront amplifiées, notamment en partant du CPDIA dont la CGT
assume la vice-présidence.
Quant aux axes de la vie syndicale, les
congressistes auront à répondre à cinq
questions : quelle politique financière
départementale ? Quelle formation syndicale ? Quels besoins pour le secteur
«Droit, liberté, action juridique» ?
Quelle communication pour une CGT
moderne et attractive ? Quelles organisations de l’UD et des territoires pour
structurer l’activité proposée ?
Deux jours de réflexion et d’échanges
en perspectives pour la première organisation syndicale du département.
Sébastien Pouilly
Clôture du congrès avec un repas festif,
fraternel et musical - 19h30 au CCAS de
Sainte-Marie.
Tous les adhérents et amis de la CGT y
sont invités (18 euros/personne ; réservation au 04 68 34 33 71 jusqu’à mardi
16 juin midi).
social
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
9
ASF
La chasse au syndicaliste
est ouverte
Après 6 ans de procédure, la traque judiciaire des 4 des ASF continue. Pour
faire le point sur ce sinistre feuilleton, nous avons rencontré Philippe Galano
l’un des syndicalistes poursuivis. Interview.
Dimanche matin 10 heures. La ville se
réveille doucement au milieu des reliefs de
la fête de l’USAP. Conversations à sens
unique, commentaires rugbystiques avisés
et dithyrambiques. C’est pareil tous les 54
ans. Philippe Galano arrive souriant et élégant comme à son habitude. Il a les yeux
malicieux de celui qui en a vu de toutes les
couleurs mais qui ne s’en laisse pas compter. Élu communiste, responsable politique,
syndicaliste, les occasions d’en prendre
plein la gueule n’ont pas manqué, mais le
cuir de ce militant hors pair s’est tanné au
fil des ans. Quand même, les dernières
attaques redoublent de violence et c’est
pour nous en parler que le TC l’a invité à
cette terrasse de café en ce dimanche
d’élections. Un café peut-être ? Non, il
m’accompagne d’une mousse bien fraîche.
On boit à la vie, à la victoire, celle de la
pelouse (mince ! Il est treiziste) et celle des
urnes, voilà, c’est fait, l’entretien peut commencer.
Le Travailleur Catalan : Mardi dernier (2
juin) tu étais à Montpellier pour le
nième épisode juridique de la chasse au
syndicaliste qu’ASF (Autoroutes du Sud
de la France) a entamé voici déjà 6 ans.
Comment cette histoire a-t-elle
commencé ?
Philippe Galano : C’est le 22 mai 2OO3
que « l’affaire » commence, mais il faut
la replacer dans le contexte du combat
quotidien mené bien avant cette date
contre la privatisation de l’entreprise
ASF et des relations extrêmement
conflictuelles entre les salariés et leur
direction. Le 22 mai, c’est la date d’une
manifestation
interprofessionnelle,
contre la décentralisation et le projet de
réforme des retraites, avec en particulier
une action sur l’autoroute à laquelle participaient 4 salariés des ASF, Etienne
Martinville secrétaire du CHSCT, Gérard
Gauby élu délégué du personnel, JeanClaude Guy syndicaliste CGT et moimême membre de la direction fédérale
de la CGT Transports et délégué syndical
central. La direction des ASF a profité de
cette action pour entamer une procédure
de licenciement à notre encontre. Cette
procédure, dans le contexte des luttes
sociales entamées mi-avril, a provoqué
un mouvement de protestation d’ampleur pour aboutir le 3 juin à l’envahissement de l’entreprise. La direction avec
l’appui de l’Etat a profité de cette action
pour éliminer la CGT de l’entreprise en
criminalisant son action.
TC : Quels sont les chefs d’accusation ?
que, un certain François Fillon.
PG : Enlèvement, recel de documents volés
et menaces de violences.
TC : Comment s’est passé cet appel à
Montpellier ?
TC : C’est lourd. Quelles sont les peines
requises ?
PG : Très difficile. On entend des choses
très dures. On nous a traité de voyous.
L’avocat des ASF a déclaré, sans soulever la
moindre objection de la part du juge, que
nous étions un groupuscule dans l’antichambre du terrorisme ! On ne peut que
s’inquiéter de la montée de la criminalisation de l’action syndicale et qui vise à la
transformer en action terroriste. C’est très
grave.
PG : On est parti de 1 mois de prison avec
sursis et un euro symbolique de dommages et intérêts et après appel du parquet
on en est à 9 mois de prison avec sursis, 5
ans de mise à l’épreuve et 25000 à 30000
euros d’amende !
« L’avocat des ASF a
déclaré, sans soulever la
moindre objection de la
part du juge, que nous
étions un groupuscule
dans l’antichambre du
terrorisme ! »
TC : 6 ans plus tard, après un premier
jugement à Narbonne l’affaire revient
en appel. Quel est ton état d’esprit,
comment as-tu traversé ces 6 ans ?
PG : On ne s’attendait pas du tout à ce que
l’on peut voir aujourd’hui de la multiplication de ce genre de poursuites. On a vécu
un enfer. Pas moins d’une trentaine de
visites d’huissier à la maison, convocations
multiples à la gendarmerie pour interrogatoire de 3 ou 4 heures chacun, trois juges
d’instruction différents… C’est choquant
pour un syndicaliste qui pensait qu’il y
avait la direction d’un côté, les syndicalistes de l’autre et la négociation au milieu.
J’ai traversé cette épreuve grâce au soutien
des camarades de la CGT et du PCF, et
cela, je tiens à le dire. Tout ça dure depuis
6 ans et coûte beaucoup d’argent, plus de
80 000 euros de frais de procédure ! Et
puis la gravité des accusations, tu la prends
en pleine face, ce n’est pas rien.
TC : Le jugement est mis en délibéré, on
a une idée de la date du jugement ?
PG : Le 9 septembre.
TC : Cette histoire, qu’a-t-elle changé
dans ta vie ?
PG : Les grands équilibres sont bouleversés. On arrive dans une impasse avec un
pouvoir féodal dans l’entreprise… J’ai pu
gérer ce conflit avec calme et dans une
perspective réaliste parce que je savais que
cela durerait. Je savais que ma « carrière »
dans les ASF était terminée. La mobilisation autour de moi m’a changé. Elle a permis qu’on sorte le meilleur de cette histoire
en termes d’expérience sur l’organisation
syndicale des luttes.
TC : Bon, ça, c’est une réponse syndicale
et politique, mais l’homme, lui, qu’est ce
qu’il en pense ?
PG : Il a eu des moments difficiles, notamment de division syndicale. Mais ça m’a
appris qu’il faut aller plus loin dans les luttes, dépasser le cadre. Cette expérience
m’a permis de passer au-delà de l’épreuve,
de me décentrer. Et ils ne m’ont pas
atteint. Ça s’est positif pour moi.
TC : Criminalisation des luttes,
poursuites systématiques des
particuliers qui relayent des slogans
subversifs, accusations de terrorisme : tu
penses qu’on peut faire du syndicalisme
ou même militer politiquement de la
même manière qu’autrefois ?
PG : Je pense qu’il ne faut pas tomber dans
le piège qui nous est tendu. Il faut éviter à
tout prix la radicalisation. Le syndicalisme
doit évoluer, mais le seul moyen de lutte
c’est la grève et la contestation sociale.
L’union démontrée lors des dernières journées d’action doit être le socle des luttes.
TC : Pour autant, et même avec cette
union, cette mobilisation ne se traduit
pas nécessairement par un
renversement politique et notamment
électoral de l’opinion. Comment
l’expliques-tu ?
PG : Si l’unité syndicale se fait sur les manifestations, il n’en est pas de même sur les
perspectives. Certains pensent revendications conjoncturelles d’autres voient plus
loin et en termes de perspectives. Il y a
également un décalage entre la politique
et les mouvements revendicatifs et la gauche a du mal à traduire ce mécontentement en propositions politiques claires. On
le voit sur les européennes où tout le
monde est d’accord à gauche sur la nécessité de remettre en cause le libéralisme
mais partent quand même en ordre dispersé aux élections. Les salariés ne voient
pas l’union à gauche face au MEDEF et à
la droite. Il n’y a pas adhésion.
TC : Merci Philippe et rendez-vous en
septembre pour la décision du tribunal.
Propos recueillis par Robert Barrero
TC : C’est un acharnement ?
PG : C’est une stratégie en tout cas. Une
volonté de mettre à genoux financièrement et mentalement les militants syndicaux de la part de ces grandes entreprises qui sont en connexion directe,
notamment pour les ASF, avec le MEDEF
et le gouvernement, et plus précisément
le ministre des Affaires sociales de l’épo-
Mardi 2 juin, un important cortège se rendait au tribunal de Montpellier en soutien aux syndicalistes criminalisés.
10
actu
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Mouvement de la Paix
Loi de programmation
militaire 2009-2014
Les colères d’Hypnos
« Home »
Bien sûr, le film réalisé par Yann ArthusBertrand sur l’état de notre planète est
magnifique. Bien sûr, sa production, libre de
droits, constitue, du point de vue de la
citoyenneté un exemple. Et pourtant, ce film
ne devrait pas exister.
Il est de « Home » comme des restos du
cœur. Leur seule nécessité est la marque de
l’insulte que l’homme a le don terrible de luimême adresser à son intelligence, à sa générosité, à sa capacité créatrice. « Home » fait
partie de ces cris d’alarme nécessaires parce
que l’homme contemporain, ce monstre d’orgueil technologique, de fierté financière et de
puissance économique, a tout simplement
perdu le sens de l’humanité.
Car, pour l’homme, la terre est bien plus
qu’un simple toit. Elle est son premier organe
vital. Pour chacune et chacun d’entre nous,
où que nous ayons bien pu naître, la terre est
notre mère nourricière. Voici pourquoi notre
respect envers elle s’impose. Tout simplement parce que sans elle, l’homme ne saurait
exister.
Malgré cette évidence, il faut un film comme
« Home ». Comme il est pourtant évident
qu’un pays comme la France a les moyens de
nourrir sa population. Comme il est évident
aussi, à plus large échelle, que le monde a le
potentiel nécessaire pour nourrir l’ensemble
de la population du globe.
Encore faut-il avoir le courage d’oser définir
avec lucidité et précision le mal qui ronge la
planète. La pollution, le réchauffement climatique et tous les autres maux environnementaux trouvent leur origine non pas dans le
progrès technologique mais dans son utilisation effrénée au nom de cette course millénaire à la puissance, à la domination écono-
mique de l’autre.
Ainsi, le progrès technologique ne cesse
d’être l’otage de la guerre la plus longue de
toute l’histoire de l’humanité: la guerre économique dont l’arme de destruction massive
porte le nom de capitalisme.
Mettre fin aux maux environnementaux qui
rongent la planète, la font mourir à petit feu
n’ira pas sans une remise en cause globale
de ce système brutal, injuste, meurtrier et suicidaire à la fois, issu de notre état de nature,
qu’est le capitalisme.
Pour réguler le climat, l’effet de serre et
autres cancers terrestres, il est d’abord
nécessaire de changer notre vision de l’économie globale et de ses objectifs. En clair,
l’urgence nous impose non pas de fonder un
mouvement anticapitaliste mais plutôt de
fonder les bases d’une société post-capitaliste.
Bien sûr, certains ne vont pas manquer de
crier à l’utopie. D’autres de hurler aux loups
staliniens. Belle hypocrisie en réalité que ces
vociférations venues des rangs de ceux qui
n’ont que les mots argent et puissance à la
bouche.
Tel est pourtant l’enjeu auquel nous sommes
aujourd’hui confrontés. Si les contours de
cette société post-capitaliste restent à définir,
à imaginer, nous savons déjà qu’ils marqueront le début d’un ère nouvelle. Celle d’une
écologie économique.
Ce travail là, ce chantier immense vaut à lui
seul bien plus que tous les lauriers que les
hypocrites de tout poil, ceux qui refusent
d’accepter que le capitalisme est le premier
pollueur de la planète, ne manqueront pas
d’adresser à « Home » et à son réalisateur.
Une pétition initiée par le Mouvement de la Paix,
sous forme électronique et en version papier.
On peut trouver la pétition sur le http://www.mvtpaix.org
Si certains pouvaient douter encore
qu’Internet apporte à l’expression
citoyenne des ressources incomparables, cette pétition qu’on trouve sur
le site national du Mouvement de la
Paix serait de nature à les convaincre. Entrez l’adresse suivante
http://www.mvtpaix.org, vous y
trouverez le texte ci-dessous, qui,
dès que vous y aurez souscrit, parviendra automatiquement aux députés de notre département, revêtu de
votre signature. Est-ce la fin de la
pétition en papier ? certes non, car la
collecte des signatures reste un
moyen précieux pour créer le débat.
Les militants de Mvtpaix 66 en
savent quelque chose : ils viennent
de recueillir plus de cent signatures
sous ce texte, en participant samedi
6 et dimanche 7 à la fête d’Ida y
Vuelta.
Madame, monsieur
le parlementaire
La loi de programmation militaire
2009-2014 sera soumise au vote des
parlementaires à partir du 8 juin.
Cette loi qui est de fait déjà en application dans le budget 2009, avant
même d'avoir été votée, programme
les dépenses militaires pour les cinq
prochaines années: nouvelles bombes atomiques, sous-marins et
avions d'attaque, nouveaux moyens
de projection pour les « opérations
extérieures » comme la guerre
d'Afghanistan, privatisations des
industries d'état pour favoriser le
commerce des armes...
Au total, c'est plus de 185 milliards
d'euros que le gouvernement se propose d'investir dans la guerre et la
prolifération de nouvelles armes ! Ce
n'est pas admissible !
A l'heure où le gouvernement
affirme que les caisses de l'Etat sont
vides pour répondre aux difficultés
de la grande majorité de la population, il trouve de l'argent pour financer une véritable économie de
guerre. La course aux armements,
l'accumulation des armes, notamment nucléaires, loin d'apporter la
paix et la sécurité rendent le monde
plus dangereux et plus invivable.
Elles détournent des moyens gigantesques.
Une véritable sécurité durable se
construira sur la satisfaction des
besoins vitaux. Pour cela il faut
consacrer ces moyens à l'éducation,
la santé, l'emploi, l'aide au développement, la culture, la protection de
l'environnement... C'est une nouvelle politique de sécurité qu'il faut
mettre en œuvre autour de l'ONU,
pour activer les traités de désarmement, la résolution et la prévention
des conflits dans le respect du droit
international et généraliser la
décroissance des budgets militaires!
C'est pourquoi madame, monsieur le
parlementaire, je vous demande de
voter NON à la loi de programmation
militaire 2009-2014. Je vous prie
d’agréer l’expression de mes salutations distinguées.
Mvtpaix 66
actu 11
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Sinople
Nom masculin (latin sinopis, terre rouge, de Sinôpê,
Sinope (Hérald.) La couleur verte, représentée en
gravure par des traits obliques allant de la gauche
vers la droite.
Daniel Cohn-Bendit est
un visionnaire. En
1968 déjà il voit son
avenir. Il déclarait
voici quelques
années: « Je me souviens avoir pensé
alors que les jeunes
libertaires finissent en
vieux libéraux. » Ce
grand chouchou des
médias a bien compris que
pour faire passer l’idée d’un
fédéralisme atlantiste, il fallait
absolument monter dans le train de
l’écologie politique. Dany le rouge passe au vert ! Au vert
? Un vert sinople alors. Il nous fait aujourd’hui la démonstration que le libéralisme est soluble dans l’écologie, et ce
précipité chimique nous donnera un résidu sinople. C’est
une idée marketing géniale que ce triumvirat
CBD/Joly/Bové ! On dirait un cocktail sans alcool. Une
larme de révolution de salon, un trait de justice inaltérable
et une rasade d’alter ruralité. Mais l’autre soir, face à
Bayrou, on a vu les Bouvart et Pécuchet de la politique.
Concours d’invectives, vieillies casseroles, rengaines
usées, ces deux spécialistes du cirque médiatique nous
ont brouillé l’écoute. Pourtant ils sont d’accord sur l’essentiel : l’économie libérale. L’autre soir on aurait pu croire
qu’ils n’étaient pas d’accord. Enfumage. Du pain béni pour
les médias et pour Arlette Chabot la
Bernadette Soubirous du PAF. Débats ?
Des bas, des très très bas.
Les Dico-lériques
De Robert Barrero
Addiction
Nom féminin (mot anglais) État de dépendance vis-àvis d'une drogue.
Si par hasard il vous vient l’idée saugrenue de vous inscrire
sur Facebook, méfiez-vous des dangers vous guettent.
L’addiction d’abord. On peut difficilement se passer de ce
réseau social lorsqu’on y goutte. La liquéfaction du cerveau
ensuite si vous n’y prenez pas garde. En effet vous répondrez
rapidement à des quiz débiles écrits par des lobotomisés de
frais, vous enverrez des bisous avec la bouche à de parfaits
inconnus, vous déclarerez au monde entier que vous allez
vous coucher pour faire de beaux rêves et vous saurez tout
sur le petit dernier d’une famille vivant à 800 kilomètres et à
qui vous ne donneriez même pas l’heure dans la vie réelle.
Mais le pire et pour finir, c’est que vous vous ferez censurer,
voire éliminer si vous êtes trop critique vis-à-vis du pouvoir.
Ah vous pouvez publier des pages xénophobes, homophobes, voire légèrement pédophiles, vous ne serez pas trop
inquiétés. Mais critiquez Berluskozy un peu trop bruyamment
et on vous montre la sortie. C’est ce qui est arrivé à nombre
de potes Facebookiens un peu trop subversifs. Et c’est ce qui
arrivera peut-être à votre serviteur. Pour autant Facebook est
un remarquable vecteur d’information, une formidable plateforme de débat et l’on doit s’en emparer. Et merde aux fanatiques du grand ciseau de la censure.
Sémantique
Nom féminin (bas latin semanticus, du
grec sêmantikos, qui signifie) Étude du
sens des unités linguistiques et de leurs
combinaisons. Étude scientifique du
sens des mots (la forme et la variation
des mots étant la morphologie, la
relation entre les mots de l’énoncé
étant la syntaxe). Aspect de la logique qui traite de l'interprétation et
de la signification des systèmes
formels.
À propos de censure, il devient de
plus en plus difficile de faire preuve
ST LAURENT
DE LA SALANQUE
de mauvais esprit dans ce pays. Et Dieu sait si le mauvais esprit est indispensable à la liberté de l’esprit.
Voici que Nadine Morano poursuit en justice une pauvre femme de 49 ans pour avoir laissé un commentaire sur Dalymotion d’une violence époustouflante. En
effet la dame avait écrit : « hou la menteuse ! »
Terrible hein ? La plainte porte sur « injures publiques
envers un membre du ministère ». C'est l'article 29 de
la loi sur la presse du 29 juillet 1881 qui définit l'injure
comme « toute expression outrageante, terme de
mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait » (contrairement à la « diffamation » qui allègue un fait - source Rue89). Après les poursuites pour
avoir crié trop fort « Sarkozy je te vois » après les intimidations sur les porteurs de pancartes avec « casse
toi pauv’ con » il va falloir numéroter nos abattis. Ne
serait-ce pas là un glissement sémantique ? Une
extension progressive de l’insulte ? Sommes-nous
entrés dans l’ère de l’indicible ? Faisons un test.
Promenons-nous dans la rue avec une pancarte portant ce seul mot : « Sarkozy ». Si nous sentons sur
notre tête d’infâme provocateur néoterroriste la
contondance brutale d’une trique, si je juge zélateur
ponctue d’un coup de maillet vengeur l’amende qui
nous sera infligée, alors c’est sûr, c’est arrivé. Le mot
Sarkozy à lui seul sera devenu un gros mot.
A C H AT S O R
14 avenue de l’Aviation
06.29.15.75.62
04.68.57.70.06
RACHAT OR
LE PERTHUS
(selon qualité)
De 5 € à 25 €
LE GRAMME
Bijoux même cassés, débris, or dentaire, pièces or (même étrangères),
lingots, argents… Bijoux - Ménagère Pièces 5, 10, 50 frs + étrangères Argent industriels
PAIEMENT COMPTANT
ESPECES
SELON LOI EN VIGUEUR
PAIEMENT SECURISE
GARANTIES BANCAIRES
86 avenue de France
04.68.54.32.93
06.61.54.40.50
DISCRETION ASSUREE - PARTAGE D’HERITAGE
DEVIS GRATUIT POUR TOUS TRAVAUX - FABRICATION ET REPARATION
PRADES
Estimation gratuite - Possibilité expertises & rachat à domicile
11 rue des Marchands
06.16.85.51.55
04.68.97.01.76
NOUVEAU REPARATION MINUTE - NETTOYAGE MINUTE
CONSEIL
GRATUIT
Fondé 1980
BODHER
DES PROFESSIONELS
A VOTRE SERVICE
PERPIGNAN
31 rue Foch
04.68.34.15.77
06.15.41.84.37
16 rue Pierre Rameil
04.68.08.45.61
06.14.47.55.84
34 avenue Joffre
04.68.64.90.63
06.98.94.81.68
42 rue des Augustins
04.68.92.50.67
06.69.68.69.47
33 av gal de Gaulle
(av. de la Gare)
06.29.63.90.47
12 en bref
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Livre
Secours populaire - Elne
Bric à Brac
Le Secours Populaire organise le
mercredi 17 juin 2009, de 14h à
18h dans ses locaux, 13, rue du
Salita (près du collège), une
grande braderie au profit des
enfants « Oubliés des vacances ».
Vêtements, bibelots, meubles,
électroménager, etc. seront proposés à des prix très modiques
afin de financer une journée de
vacances au mois d’Août, à des
enfants issus de familles aux revenus modestes.
Savoirs et saveurs des Pyrénées catalanes
Consacré à l’élevage, le premier ouvrage de
la collection « Savoirs et saveurs des
Pyrénées catalanes » ne se contente pas
d’être un beau livre. Il constitue aussi une
mine d’informations sur les pratiques agricoles et culinaires locales, leur histoire et, au
delà, l’identité des Pyrénées catalanes. Fruit
des actions engagées par le Parc naturel
régional sur la valorisation des produits du
terroir, le soutien au pastoralisme ainsi que la
collecte et la valorisation de la mémoire
orale, cet ouvrage publié en partenariat avec
les Nouvelles Editions Loubatières (Toulouse)
est aussi le résultat d’une mission ethnologique confiée au docteur en anthropologie
sociale et historique Maryse Carraretto qui
s’est déroulée sur sept mois pour explorer le
quotidien et l’histoire de quarante éleveurs
ou anciens éleveurs du territoire. C’est le
photographe cerdan, Paul Delgado, fils de
boucher-charcutier, qui a produit les 200
images illustrant le livre en évitant toute
mise en scène. Les missions ethnographiques
et photographiques ont été financées à hau-
teur de 50% par le programme européen de
développement rural Leader+. Tiré à 2500
exemplaires, le livre sera commercialisé sur le
territoire du Parc ainsi que dans les librairies
des Pyrénées-Orientales et des principales
villes de l’hexagone. D’ores et déjà en préparation, le prochain tome de la collection sera
consacré aux fruits et légumes.
« Savoirs et saveurs des Pyrénées catalanes
L’élevage », Nouvelles éditions Loubatières et
Parc naturel régional des Pyrénées catalanes, 164
pages, 29€ .
annonces légales - annonces légales
COMMUNE DE CABESTANY
AVIS DE MARCHÉ
Mise en conformité des installations
électriques du camp de la Germanor.
Nom et adresse officiels de l'organisme acheteur : Ville de Cabestany.
Correspondant : M. le maire, place des
droits de l'homme, 66330 Cabestany, tél. :
04-68-66-36-00, télécopieur :
04-68-66-36-25.
Objet du marché : mise en conformité
des installations électriques du camp de la
Germanor.
Lieu d'exécution : camp de la Germanor,
66330 Cabestany.
Durée du marché ou délai d'exécution :
30 jours à compter de la notification du
marché.
Date prévisionnelle de commencement
des travaux : 1er juillet 2009.
Modalités essentielles de financement
et de paiement et/ou références aux
textes qui les réglementent : ressources
propres.
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Critères d'attribution :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères
énoncés ci-dessous avec leur pondération.
- valeur technique de l'offre, notée sur 20 :
40 %;
- prix, noté sur 20 : 35 %;
- délai, noté sur 20 : 25 %
Type de procédure : procédure adaptée.
Date limite de réception des offres : 22
juin 2009, à 17 heures.
Délai minimum de validité des offres :
90 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre technique peuvent
être obtenus : Mairie de Cabestany.
Correspondant : M. Didier Carnelutti,
Responsable du service Bâtiment,
Propreté urbaine, place des Droits de
l'homme, 66330 Cabestany,
tél. : 04-68-66-36-23,
télécopieur : 04-68-66-43-33.
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif peuvent
être obtenus : Mairie de Cabestany.
Correspondant : direction générale des
services, Marchés publics, place des droits
de l'homme, 66330 Cabestany,
tél. : 04-68-66-36-68,
télécopieur : 04-68-66-36-25.
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus : Mairie de
Cabestany.
Correspondant : direction générale des
services, Marchés publics, place des droits
de l'homme, 66330 Cabestany,
tél. : 04-68-66-36-68,
télécopieur : 04-68-66-36-25,
adresse internet :
http://www.cabestany.com.
Date d’envoi du présent avis le 05 juin
2009.
COMMUNE DE CABESTANY
AVIS DE MARCHÉ
Création d'une plateforme élévatrice
pour personnes à mobilité réduite au
Centre Culturel de Cabestany.
Nom et adresse officiels de l'organisme acheteur : Ville de Cabestany.
Correspondant : M. le maire, place des
Droits de l'homme, 66330 Cabestany, tél. :
04-68-66-36-00, télécopieur : 04-68-6636-25.
Objet du marché : création d'une plateforme élévatrice pour personnes à mobilité
réduite au Centre Culturel de Cabestany.
Lieu d'exécution : centre Culturel, 66330
OFFICE
FUNÉRAIRE
Cabestany.
Possibilité de présenter une offre pour plusieurs lots.
Durée du marché ou délai d'exécution :
3 mois à compter de la notification du
marché.
Date prévisionnelle de commencement
des travaux : 15 juillet 2009.
Modalités essentielles de financement
et de paiement et/ou références aux
textes qui les réglementent : ressources
propres.
Unité monétaire utilisée, l'euro.
Critères d'attribution :
Offre économiquement la plus avantageuse appréciée en fonction des critères
énoncés ci-dessous avec leur pondération.
- délai d'exécution, noté sur 10 : 40 %;
- prix, noté sur 10 : 35 %;
- valeur technique, notée sur 10 : 25 %.
Type de procédure : procédure adaptée.
Date limite de réception des offres : 29
juin 2009, à 18 heures.
Délai minimum de validité des offres :
120 jours à compter de la date limite de
réception des offres.
Adresse auprès de laquelle des renseignements complémentaires peuvent
être obtenus : Cabinet d'architecture
Botella.
Correspondant : M. Roger Botella,
Architecte, 2, rue Léon Dieudé, 66000
Perpignan,
tél. : 04-68-35-79-72,
télécopieur : 04-68-35-79-73.
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre technique peuvent
être obtenus : Mairie de Cabestany.
Correspondant : M. Didier Carnelutti,
Responsable du service Bâtiment,
Propreté urbaine, place des Droits de
l'homme, 66330 Cabestany,
tél. : 04-68-66-36-23,
ET
Crématorium Régional
Prévoyance Obsèques
Testament Crématiste
Organisation d’obsèques
Cimetière St Michel 66 140 Canet en
Roussillon
Renseignement et devis 04 68 73 50 50 ou
www.pompes.funebres.fr
télécopieur : 04-68-66-43-33.
Adresse auprès de laquelle des renseignements d'ordre administratif peuvent
être obtenus : Mairie de Cabestany.
Correspondant : direction générale des
services, Marchés publics, place des droits
de l'homme, 66330 Cabestany,
tél. : 04-68-66-36-68,
télécopieur : 04-68-66-36-25.
Adresse auprès de laquelle les documents peuvent être obtenus :
Hélio Clemenceau, 44, boulevard
Clemenceau, 66000 Perpignan, tél. : 0468-51-87-20.
Renseignements relatifs aux lots :
Lot n°1 : Démolitions -Gros-œuvreCarrelage
Lot n°2 : Menuiseries bois – platelage
Lot n°3 : Chauffage -travaux en reprises
sur existants
Lot n°4 : Electricité
Lot n°5 : Monte charge handicapés
Lot n°6 : Peinture - faux plafonds
Date d’envoi du présent avis le 05 juin
2009.
EURL PAUL ESPEL
SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE
A ASSOCIE UNIQUE
AU CAPITAL DE 60000 EUROS
PORTE A 77000 EUROS
SIEGE SOCIAL : 37 boulevard Kennedy
66100 PERPIGNAN
RCS PERPIGNAN B 403 057 979
AUGMENTATION
DE CAPITAL
Par décision du 09 juin 2009, l'associé
unique a décidé d’augmenter le capital
social d’une somme de dix-sept mille
euros (17000 €) pour le porter de
soixante mille euros (60000 €) à
soixante-dix-sept mille euros (77000 €)
par élévation de la valeur nominale des
parts sociales. La valeur de la part sociale
est désormais fixée à cent cinquante quatre euros (154 €). Cette augmentation a
été réalisée par compensation avec des
créances liquides et exigibles sur la
société.
L’article II-G des statuts a été modifié en
conséquence.
Le dépôt légal sera effectué au Greffe du
Tribunal de Commerce de Perpignan.
Pour avis, la gérance.
En date du 9 Juin 2009, il a été constitué
sous la dénomination sociale EURL
DEFIMODE une société à responsabilité
limitée présentant les caractéristiques
suivantes :
Siège social : 8 Rue de l'Argenterie
66000 PERPIGNAN
Durée : 99 ans à compter de l’immatriculation au registre du commerce et de
sociétés
Objet social : Commerce de détail de prêt
à porter, accessoires, maroquinerie, parfumerie.
Le capital social s’élève à la somme de
1500 Euros, il est divisé en 100 parts
sociales de 15 € chacune, entièrement
souscrites, libérées et attribuées en totalité
à l'associé unique.
Gérance : Mme Marie-Xavière Masforné
demeurant à 9 Rue des Lièvres 66240 St
Estève est désignée en qualité de gérante.
La société sera immatriculée au registre
du commerce et de sociétés de Perpignan.
Pour avis et mention,
Mme Marie-Xavière MASFORNE
Gérante
Pompes Funèbres
Conseillers Funéraires du Roussillon
Y. GUIZARD Père & Fils & H. CARBONELL
8, Place Gambetta - 66000 Perpignan - Tél. 04 68 51 30 20
Site Internet : http://www.pompes.funebres.fr
Chambres Funéraires :
ZI. La Mirande
57, av. aérodrome
Crématorium
66240 Saint-Estève
66000 Perpignan
66140 Canet-en-Roussillon
Tél. 04 68 51 30 20
Tél. 04 68 51 30 20
Tél. 04 68 73 50 50
sports 13
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Le coin du XV
de Jean-Pierre Ventura
Finale au Stade de France
U.S.A.P : 22 Clermont : 13
Ils l'ont fait, le « Planxot » au Castillet !
Bravo et merci à tous !
Crédit photo USAP
Au Stade de France, l'U.S.A.P bat Clermont
22 à 13 (mi-temps : 6-10). Arbitre : M. J.P
Matheu. Spectateurs : 79 205.
Pour l'U.S.A.P : 1 essai Marty (45e), 1 transformation Porical (45e), 4 pénalités Porical
(39, 49, 60, 63e), 1 drop Hume (16e).
Pour Clermont : 1 essai Nalaga (10e), 1 transformation James (10e), 2 pénalités James
(19, 55e).
Dans un Stade de France en ébullition, 54
ans après, l'U.S.A.P décroche son septième
Bouclier de Brennus de son histoire (1914,
1921, 1925, 1938, 1944, 1955, 2009).
Premier de la saison régulière avec seulement cinq défaites, les moins sanctionnés
du championnat, une équipe sans cesse
renouvelée à chaque rencontre suite à de
nombreuses blessures (surtout en n°10),
sauf pour la demie et la finale, les Catalans
ont « cassé » la spirale des deux Stades
(Français, Toulousain) et Biarritz qui
régnaient depuis quinze ans en championnat. Dès le début, les Clermontois imposaient un rythme, ce qui a débouché sur
une grosse domination, occupant le camp
des sang et or durant les dix premières
minutes. Les Auvergnats allaient finalement être récompensés par un essai de
Nalaga sur une passe au pied de James,
transformé par ce dernier (0-7, 11e). Un
peu secoué mais avec une énorme défense,
les hommes de Brunel réagissaient et sur la
première incursion dans le camp des
Clermontois, Hume réduisait la marque en
claquant un drop (3-7, 16e). Profitant
d'une pénalité, les Jaunards reprenaient
une marge au tableau d'affichage (3-10,
19e), et dans les tribunes avec des drapeaux jaune et bleu qui flottaient dans une
ambiance folle. A la dernière minute avant
la pause, les Perpignanais bénéficiaient
d'une pénalité très importante 40 mètres
en coin, qui était transformé sans trembler
par Porical (6-10, 44e). L'arbitre sifflait la
mi-temps et les deux équipes rentraient au
vestiaire.
L'U.S.A.P démarrait la seconde période
tambour battant et trouvait la faille par
Marty suite à une belle action emmenée
par Porical pour aller marquer près des
poteaux, essai transformé (13-10, 46e).
Pour la première fois de la rencontre, les
Catalans passaient devant, ajoutant même
trois points supplémentaires, suite à une
pénalité qui semblait assommer les
Auvergnats (16-10, 50e). Mettant quelques minutes à retrouver leurs esprits, les
hommes de Cotter bénéficient d'une pénalité réussie par James (16-13, 55e) qui
relançait le suspense. Baby des 55 mètres
avait l'occasion d'égaliser, mais la tentative
échouait. Profitant de l'indiscipline
Clermontoise, « l'artilleur » catalan
«enquillait» deux énormes pénalités splendides, 52 et 55 mètres (19-13, 62e), puis
(22-13, 64e). A l'abri d'un essai transformé, avec l'appui des supporters qui
jusqu'à la fin de la rencontre ne lâcheront
plus leurs protégés dans un Stade de
France bouillonnant, prêt à exploser de
joie, où les couleurs sang et or avaient déjà
pris le dessus, bizarrement Clermont bénéficiant d'une pénalité bien placée à la 68e
l'ont joué à la main. Manque de lucidité ?
Au coup de sifflet final, les Catalans pouvaient laisser éclater leur joie, le «Planxot»,
après 54 ans de disette revient au pied du
Castillet, où tout un peuple attendait les
dignes héritiers des champions de 1955.
Remercions les 47 joueurs qui tout au long
de la saison ont porté cette identité catalane dans les stades de France et européens, forgée par un trio d'entraîneurs
Brunel - Goutta - Azéma, tout le staff, l'encadrement. Une pensée pour Dan Carter,
qui malgré sa blessure aura apporté sa très
grande expérience. Coup de chapeau aux
supporters clermontois qui vu la défaite de
leur équipe, ont eu une tenue exemplaire,
applaudissant et effectuant une haie
d'honneur aux supporters catalans, c'est
cela le sport.
La saison prochaine en H.Cup, l'U.S.A.P
aura dans sa poule le Munster (Irl),
Northampton (Ang), Trévise (Ita). La compétition débutera le week-end des 9, 10,
11 octobre, avec pourquoi pas, U.S.A.P Munster à Barcelone au Stade de Monjuic.
Allez l'U.S.A.P !
Le point de vue du XIII
Le Barcarès, Ille et SaintEstève en cadets, Pia en
minimes titrés
La saison touche à sa fin, hormis pour des
coupes et le Roussillon a tiré son épingle du
jeu. En fédérale et après une saison parfaite,
Le Barcarès a nettement battu Villefranched’Albi 46 à 20. En cadet 2e division, Ille bat
largement l’ASC 22 à 12. En 5e division,
Saint-Estève, après une partie très indécise, a
coiffé Lescure 32 à 30. Enfin, en minimes,
Pia, battu en finale de la coupe s’est racheté
en championnat devant un Lezignan dont la
formation des jeunes porte ses fruits. 19 à 14
avec en exergue les demis Fages et ses 3
essais et Franck qui les transforme tous, avec
aussi un drop. Cette année-là, notre département s’est illustré.
Rugby-League
Pour les places qualificatives dans les 8 premiers, la lutte sera intense et chaque match
plus qu’important.
Prochaine journée : Saint Helens Castelford ; Hull KR - Harlequins ; Celtic Wigan ; Wakefield - Hull FC ; Leeds Huddersfield ; Warrington - Bradford
de Robert Escaro
nières attaques après 4 tenus qui échouaient
à un cheveu. Toute la largeur du terrain était
utilisée et Moog s’infiltrait, passait au bon
moment le ballon à Crooker qui décalait
Stacul, pour l’essai sur le drapeau de coin et
comme la corne a retenti, le 32 à 30 soulevait
un délire dans le stade. Honnêtement, les
gens n’y croyaient pas. Après ce 12 à 10 aux
citrons pour les Anglais, les Dragons se montrèrent plus incisifs avec un jeu de qualité.
Quelques mots sur l’arbitrage de M. Ganson,
qui suscita quelques réactions avec notamment des hors-jeu répétitifs et la cravate dangereuse sur Bird avec seulement un avertissement. Les joueurs ont fait preuve d’une parfaite cohésion, d’un mental nécessaire pour
arracher cette victoire. Derrière le très présent, citons ensuite Bosc qui, quelque soit
son poste, est parfait, Crooker, un centre inédit mais à la défense intraitable, Moog, Bayle
et bien entendu Stacul. Dimanche, pas de
déplacement à Salford avec le match de
l’équipe de France mais on va préparer sereinement le voyage à Monjjuich du 20 juin.
Samedi à Paris
France - Angleterre
Cette confrontation annuelle a, dans l’ensemble, été favorable aux Anglais et les scores le
démontrent. Outre-manche, on s’en aperçoit
Incroyable
avec les Dragons et Toulouse en League-One
Lorsqu’à la 64e minute, les locaux mènent 28 de la richesse de leur rugby. Depuis quelques
à 12 et qu’à 3 minutes de la fin, les Anglais
saisons, et compte tenu de notre championsont aux commandes 30 à 28 après un essai nat qui végète, les Dragons forment l’ossature
de l’arrière Weeb sur une percée du demi de
de l’équipe avec 11 joueurs ; ajoutons 4 titumêlée Mc Guire, un véritable poison, imaginez laires de Toulouse, 1 de l’ASC, 1 de Pia et 1
la même déconfite des supporters qui
de Limoux. De plus, 3 jeunes joueurs en forvoyaient la qualification s’envoler et certains
mation à l’UTC feront le voyage parisien. À
quittèrent la tribune. Vraiment, l’émotion était partir de là, les Français auront une tâche très
forte. Pour revenir à cette fin de partie, après très difficile et une victoire paraît improbable,
l’engagement des locaux, Leeds perdait le bal- nous le pensons. Ce match sera diffusé sur
lon et les Dragons en profitèrent pour les der- TV Orange à 21h.
Course
Le cross du centre pénitentiaire de Perpignan 20e édition
20e édition de cette course pédestre atypique au sein d’un établissement pénitentiaire.
La course à pied nécessite rigueur, hygiène,
régularité, volonté et surtout un engagement
dans l’effort, des éléments que certains
détenus découvrent en s’entraînant pour
participer aux 10 kms de la prison de
Perpignan.
S’il n’y a pas de constance pour se préparer
dans les sports d’endurance, le jour de
l’épreuve risque d’être pénible à vivre. C’est
pour cela que plus d’une vingtaine de détenus se sont préparés pour effectuer les 10
Kms dans l’enceinte de la prison en compagnie de sportifs venant de l’extérieur et
d’athlètes de haut niveau tels que Rosa
Murcia Gangloff (détentrice du record de
France de 10 kms sur piste).
La présence également d’une athlète mal
voyante qui a parcouru les 10 kms avec son
guide, une façon de partager l’effort et de
stimuler les détenus qui ont du mal à courir.
L’on pourrait se poser la question de l’utilité
de proposer à des prisonniers de pratiquer
la course à pied ? La surpopulation carcérale
notamment à Perpignan doit trouver des
réponses éducatives permettant aux détenus
qui n’en sont pas moins des hommes d’extérioriser leur trop plein, la course à pied en
fait partie. Ce n’est pas toujours une partie
de plaisir de courir en rond quelques soit les
conditions, mais c’est une nécessité qui permet à tous ces personnes qui cohabitent
dans les prisons de relâcher et d’évacuer la
pression, un palliatif à la prise de médicaments.
Cette année 2009, pour la 20e édition,
comme une marque de reconnaissance, les
médaillés(es) de la jeunesse et sports de
l’Aude et des Pyrénées-Orientales étaient les
principaux partenaires de l’épreuve. Une édition qui va rester dans les mémoires avec la
délivrance de diplômes aux bénévoles par
les responsables médaillés jeunesse et
sports, ainsi que le partage d’un repas
convivial partagé entre organisateurs, coureurs et la surprise de dernière minute.
MM
culture
Hebdomadaire édité par la
Fédération des Pyrénées-Orientales
du Parti Communiste Français
Rédaction - Administration
Maison communiste
44 av. de Prades - 66000 Perpignan
Tél. 04 68 67 00 88 - Fax 04 68 67 56 14
Courriel : [email protected]
Commission Paritaire N° 0409 I 84 621
N° ISSN 1279-2039
Gérant : Rémi Cathala
Directeur de publication : Sébastien Pouilly
Rédaction :
Robert Barrero, Michèle Devaux, Annette Dieguez, France
Egido, Robert Escaro, Philippe Galano, Nicolas Garcia,
Nicole Gaspon, Paul Hallenaut, Roger Hillel, Yvette Lucas,
Jacques Majester, Sébastien Pouilly, Raymonde Pumareda,
Nicole Santasusana, Jean-Pierre Ventura
Photo :
Robert Barrero (http://www.barrero.fr),
Jean Quillio ([email protected]),
Marie Perrin
Correction : Pierre Régnaud
Mise en page : Jean-Claude Assalit
Impression : Imprimerie Salvador
Webmaster : Christian Dieguez
Abonnement : Tél : 04 68 67 00 88
Régie publicitaire : Richard Siméon
Le Travailleur Catalan - Inter Perpignan Publicité
44 av. de Prades - 66000 Perpignan
Tél. 04 68 67 00 88 - Fax 04 68 67 56 14
Courriel : [email protected]
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Un film de Zakia Tahiri
Number One
Aziz dirige une usine de confection qui
emploie une cinquantaine d’ouvrières
qu’il terrorise, tout comme il terrorise sa
femme, sa fille… Un jour, sa femme
découvre que son mari peut être aussi un
gentleman, lorsqu’il doit faire bonne
figure devant une cliente étrangère… Elle
décide de lui jeter un sort, pour que cet
instant de bonheur ne finisse jamais….
Aziz devient féministe… Malgré lui.
L’originalité de ce long-métrage marocain
ne tient pas du genre, celui de la comédie,
mais plutôt de faire porter la contestation
des femmes par le désarroi d’un homme
qui jamais ne doute de sa supériorité.
Qu’il y ait Moudawana ou pas.
Ce choix délibéré de masculiniser une
revendication bien féminine peut s’avérer
à double tranchant.
Le plus aiguisé d’abord, histoire de commencer par le rire. Le personnage central
de cette trame, Aziz le patron, magnifiquement interprété par Aziz Saadallah, s’em-
mêle les pinceaux, pris qu’il est entre
machisme atavique et quelques timides
velléités de s’en affranchir.
Zakia Tahiri, à qui on doit Origine contrôlée sorti en 2001 et qui a remporté plusieurs prix, a traduit cette tourmente par
de courtes scènes où le comique de situation rend davantage incongrue la condition de ces femmes mariées et répudiées
selon le bon vouloir des hommes…
jusqu’à la Moudawana qui remet de l’ordre dans les relations sociales et abolit la
suprématie masculine.
Mais c’est justement sur cette hiérarchie
en faveur des hommes, et c’est là l’autre
tranchant, que se termine ce film. Les
ouvrières, pour suspendre leur mouvement de grève, n’ont d’yeux que pour Si
Aziz en qui elles voient leur Number One
sans lequel il ne saurait être question de
travail, de dignité, de respect… Serait-ce
la Moudawana prise à contre-pied ? C’est
à chacun d’en décider.
Après le rire, croisons les doigts pour Zakia
Tahiri… et pour Ahmed Bouchaala son
complice (lui- même est réalisateur), son
époux et producteur de Number One.
Avec le soutien de l’association « Coup de
soleil », le jeudi 18 juin à 20 h au cinéma
CGR de Rivesaltes, projection du film en
présence de la réalisatrice Zakia Tahiri.
Amis d’Alain Marinaro
Un quatuor en pleine harmonie
C’est un quatuor de charme, jeunes musiciens de moins de trente ans et déjà
bardés de diplômes et de prix, qui a enthousiasmé la semaine dernière les
publics de Toulouges et de Banyuls.
✄Bulletin d’abonnement
Nom:
Prénom:
Adresse:
Je souhaite recevoir
à mon adresse pendant :
Grâce à eux, dans une formation assez
rare pour les quatuors puisque le piano y
rejoint les cordes, on a pu découvrir deux
superbes pièces de musique instrumentale. Tout d’abord le 1er Quatuor pour
piano et cordes de Mozart, qui inaugurait
ce type de formation instrumentale. Une
pièce en trois mouvements dont
l’Andante central préfigure le romantisme
à venir. Dans cette pièce déjà la qualité
des interprètes s’impose et parmi eux le
jeu brillant de la violoniste Mi-Sa Yang
dont la fougue séduit les auditeurs.
La seconde œuvre, le premier quatuor en
sol mineur d’un Brahms encore très jeune,
permet aux quatre interprètes de s’exprimer à jeu égal. Tous les instruments et
leurs interprètes y sont tour à tour et
ensemble mis en valeur et l’homogénéité
du groupe est remarquable. A aucun
moment cette œuvre fort longue ne laisse
l’attention se distraire. A un début qui
reflète la tristesse de Brahms après la disparition des son maître et ami Schumann,
succèdent un allegro passionné et romantique, puis un nocturne chantant en forme
de lied. Le final, d’inspiration tsigane,
entraîne les interprètes dans un jeu aussi
riche qu’époustouflant emporté dans une
rapidité et une intensité exacerbées. Une
fois de plus, pari gagné, le concert a procuré à tous un beau moment de bonheur.
YL
Samedi 13 juin à 18h, premier concert
des Amis à Argelès-sur-mer, à la Galerie
Marianne : récital en duo, flûte et harpe,
avec Claire Sala et Martine Flaissier. Pot
convivial à la fin du concert! Entrée gratuite et libre.
Réservation des places aux deuxièmes
soirées-concours internationales de
piano et Fête du Piano à Collioure 26 - 28
juin. (voir présentation TC n° 3319) :
Location téléphonique au 04 68 87 47 23
ou par mail à <mailto:[email protected]>
[email protected] Les chèques de paiement devront être envoyés dans les 15
jours qui suivront la location à l'adresse
suivante : M. Bertrand Gautheron –
Hauts de Céret, 20 allée de Font Grosse –
66400 Céret. Les billets accompagnés
d'un ticket de parking seront adressés
par voie postale ou par mail.
Cielo
« Le tandem en folie »
Vendredi 12 juin à 17h30 à la salle des fêtes d'Osséja
3 mois (19 €)
J e rè gle:
6 mois (36 €)
Par chèque
à l’ordre du
Travailleur Catalan
1 an (70 €)
Par prélèvement
automatique
(18 €/trimestre)
Service abonnements: Tel 04 68 67 00 88
44 av de Prades - 66000 Perpignan
« Le tandem en folie » est un spectacle
d'humour visuel, clown et de mime, du
burlesque façon années 30, et qui met en
scène trois femmes de sensibilités différentes qui décident de partir à la plage
avec un tandem… de deux places.
Thème abordé : la différence, l'obésité, le
regard de l'autre... avec beaucoup d'humour !
Ce spectacle s'adresse à un public de
tout âge et également aux personnes ne
comprenant pas le français ou les malentendants.
12 € normal 9 € réduit
Tel 04 68 05 33 78
Web : cielo.fr
culture
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
15
Le Carrefour des Artistes
par Paul Hallenaut
Frédéric Montera
Médiathèque Ludovic Massé. 2, rue du Commerce à
Céret. Du 13 juin au 18 juillet.
Frédéric Montera est un photographe animalier qui parcourt le monde depuis des années pour constituer une
magnifique galerie de clichés. Il aborde les thèmes les
plus variés : nature, voyages, glamour, portrait…
Vernissage le samedi 13 juin à 11h
Paul Degryse
Galerie Chamanart. 11, rue Pierre Cartelet - Perpignan.
Jusqu’au 30 juin.
Paul Degryse, adepte du chamanisme, écrivain et photographe présente une vingtaine de clichés grand format intitulés « Visages et Mystères dans la forêt profonde ». Auteur de deux livres : « Le Dit du Chamane »
et « Chamane, le chemin des immortels » (Ed. Dervy),
il accompagne ses photos de poèmes qu’il compose.
Vernissage le vendredi 12 juin à 18h30. Il animera également une conférence sur le thème « Chamanisme et
réalisme spirituel » qu’il donnera à la galerie SaintGermain, 2, rue des Artisans à Saint-Estève, le samedi
13 juin à 15h. Entrée 8 euros.
Jacques Fulcara
Médiathèque Le Boulou. Jusqu’au 24 juin.
3 séries de 7 photographies, soit 21 œuvres exposées
pour la première fois sous le titre d’expo « Llaguts »
qui sont ces barques catalanes, et, par extension, tous
ces bateaux qui ont échappé au temps et qui vivent sur
les plages du monde… Le bateau, symbole de liberté
et d’évasion, vu par l’objectif de Jacques Fulcara, prend
d’autres allures…
Philippe Ravailhe
Galerie du Tenyidor. 10, rue de la Prud’homie Collioure. Jusqu’au 23 août.
Cette exposition intitulée « Circonspection » met en
scène des personnages très colorés, genre BD, au graphisme très contemporain. Avec un humour noir et
auto-dérision, ils expriment leur angoisse devant l’évolution d’un monde en devenir qu’ils ne comprennent
plus ou… pas encore. Ouvert tous les jours, sauf le
jeudi, de 15h à 19h. Vernissage le dimanche 14 Juin à
11h30.
Renaud Doyen
Restaurant Le Sud. 12, rue Louis Bausil - Perpignan.
Jusqu’au 24 juin.
Renaud Doyen a passé près de 6 mois au Sahara
Occidental en contact étroit avec les nomades. Il en a
rapporté une série de photos aux couleurs intenses et
lumineuses sur leurs activités quotidiennes et leur
mode de vie. Visible le soir, du mercredi au samedi.
Médiathèque
15, rue Emile Zola - Perpignan. Jusqu’au 27 juin
Exposition d’œuvres sur papier de Jill Booty réunies
sous le titre « Mountains on the Hypotenuse : Works
on paper and five Magic Mountains ». À voir également
à la Médiathèque, en avant-première, «Exhibopera»,
version abrégée d’une comédie d’idées pour cinq chanteurs et piano, sous la direction de Tom Young. Texte
Robin Chapman - Musique Tom Young - Tableaux Jill
Booty. Inauguration le samedi 20 juin à 16h.
Peintres dans la cité
Pour la 3ème année consécutive, l’association «Les
Amis de Villefranche de Conflent» a l’immense plaisir
d’inviter les peintres entre ses murs. Toutes les techniques picturales seront acceptées. Se munir de tables,
chaises et parasols dans la mesure du possible.
L’exposition aura lieu sur les places et dans les rues du
village. Elle commencera à 10h du matin et finira à
19h. Mise en place à 9h. Rendez vous Salle Jauffret.
Un repas sera servi à midi. Une inscription de 5 euros
sera demandée aux exposants + 5 euros par personne
pour le repas de midi. Un apéritif sera offert à 19h30.
Date limite d’inscription 20 juin 2009.
Centre d’art contemporain
3, av. de Grande Bretagne - Perpignan. Jusqu’au 21 juin
Rafael Armengol, l’un des acteurs les plus caractéristiques des arts plastiques valenciens, nous propose d’accéder à des chefs-d’œuvre de l’art classique (Vénus
endormie de Georgione, Amour profane du Titien,
Laocoon, œuvre de 3 artistes rhodiens…) à l’aide de
codes nouveaux. Ces derniers, qui n’affaiblissent en rien
l’original, nous aide à la « concrétion » via des techniques et des formations coloristes. (sorte de mire,
décompositions chromatiques, fonds décalés…) qui
rehaussent les parties essentielles de l’œuvre primitive… Claudia Busching, qui vit et travaille à Berlin peint
sur des fonds composés de couches de papier usé. Elle
les utilise comme des peaux dans des compositions
architectoniques en employant surtout le blanc et noir
parfois métissés de bleu ou de jaune. Christoph Tennert
présente d’ailleurs le travail de Claudia Busching en mettant en exergue la magie d’ « un spectre polyphonique
entre le blanc des neiges du mois de mars et le noir de
la suie ».
La Retirada en février 1939
La Cerdagne se souvient. Palais des Rois de Majorque Perpignan. Jusqu’au 28 juin
Création et conception de Frédérique Berlic. Photos et
textes évoquent l’exode espagnol vers la Cerdagne
sous la poussée franquiste. On y voit les conditions
dramatiques de cet exode, froid, famine, misère,
accentuées par l’accueil de la France qui considère ces
réfugiés, indésirables : ils sont signalés par les franquistes comme « extrémistes »… Ils vivront des jours
et des nuits terribles dans les champs de Cerdagne…
En plus des photographies et dessins, Frédérique Berlic
a collecté les récits de réfugiés et souvenirs d’habitants
; interviews poignantes des derniers témoins de cet
épisode marquant de l’histoire contemporaine de
Cerdagne. Ouvert tous les jours de 10h à 18h.
Exposition
Travail en abstraction de Carmen Giner-Roig
L’association de peinture et de dessin « L’Alizarine » expose les travaux de
ses adhérents au Musée du Mas Carbasse à Saint-Estève du 13 au 21 juin,
de 15h à 19h. Entrée libre.
Maternité suisse d’Elne
Ouverture de la saison d’été
Samedi 13 juin
17h30 - Présentation de « Un
souffle de vie »
Spectacle librement inspiré de la vie
d’Elizabeth Eidenbenz, écrit et réalisé par les enfants de l’atelier
«Lectures buissonnières» de la
médiathèque municipale dirigée par
Karim Arrim et Rose Marie Mattiani.
18h30 - Vernissage de l’exposition « Enfants d’Elne, une
Maternité suisse en France 1939
- 1944 »
Exposition du 13 juin au 9 juillet,
réalisée avec le soutien de la ville
de Genève, de la ville d’Elne, de
l’association Enfants d’Elne, du
Musée International de la CroixRouge et du Croissant-Rouge.
21h30 - Senorita Isabel
Spectacle musical et vidéo in situ
par le groupe Kanele. Spectacle puisant l’inspiration à la source de la
vie et de l’œuvre d’Elisabeth
Eidenbenz, cette réunion fera vibrer
pour quelques instants uniques
faits d’images, de chants et de danses, la façade de la Maternité.
Création vidéo : Olivier Moulaï.
Création lumière et son : Philippe
Malis, DB Light. Création et compositions musicales : Olivier Martinez
« Kanele », groupe Kanele.
Chorégraphies : Floriane Bèges
Dimanche 14 juin
11h - Accueil et rencontre avec
des petites filles baptisées « Elna »
et leur famille dans le jardin de la
Maternité.
12h - Réception officielle du
Maire en présence d’une délégation
du Parlement de Catalogne et du
Mémorial démocratique de la
Généralitat de Catalogne.
12h30 - Visite de l’Exposition
13h - Pose de la plaque commémorative de Geopau
15h - Lâcher de ballons
Sylvaine Candille - Directrice du
Pôle Culture Mairie d’Elne
04 68 37 38 39 [email protected]
12 et 13 juin à 20 h au théâtre
municipal de Perpignan
Cali nu
Après Arles-sur-Tech (le 10) et
Vernet-les-Bains (le 11), le
chanteur-icône d’ici poursuit
sa mini tournée. Petits lieux,
version acoustique, une plus
grande intimité avec le
public.
A coup sûr, les amateurs
seront nombreux. En 1ère
partie, Tcheky Karyo et « Le
Chat de Schrodinger »
16 culture
N°3320 - Semaine du 12 au 18 juin 2009
Amis du Cinéma
Institut Jean Vigo
Le bossu de la morgue
Mardi 16 juin - 19h - salle Marcel Oms. Clôture de la saison des
Amis du Cinéma avec Le bossu de la morgue de Javier Aguirre,
Espagne, 1973, 1h20, avec Paul Naschy
Gotho, bossu, travaille à la morgue, il assiste les carabins dans les
autopsies. Il est amoureux de Lise qui, hélas!, souffre d'un mal incurable et meurt. Pour lui éviter l'autopsie, il s'empare du cadavre de la
jeune fille après avoir tué les brancardiers qui le transportaient et va
le cacher dans un souterrain. Un médecin fou, Orla, lui fait croire qu'il
peut ressusciter Lise. Gotho le fournit d'abord en cadavres puis, Orla
ayant créé une monstrueuse créature artificielle qu'il faut nourrir avec
des êtres vivants, en jeunes filles...
L'acteur Paul Naschy est, au même
titre que Jess Franco, une figure
incontournable du cinéma bis espagnol, et sa plus prolifique vedette. Le
corpulent Naschy (de son vrai nom
Jacinto Molina), scénariste et producteur de la plupart de ses films,
réalisateur de quatorze d'entre eux,
exprima son amour des monstres
du répertoire avec des remakes
hauts en couleur des classiques de
la Universal de la Hammer. Tel un
Lon Chaney de la Costa del Sol, ce
spécialiste des maquillages et des
déguisements devint tour à tour vampire, momie, yéti, Mister Hyde,
Jack l'Éventreur, inquisiteur, exorciste, général romain, Petiot, Gilles
de Rais... Mais c'est sa création de Waldemar Daninsky, l'infortuné
loup-garou héros d'une série de 8 films, qui demeure son plus
fameux titre de gloire. Le Bossu de la morgue est un de ses meilleurs
films, complètement déchaîné dans cette bande macabre et sanguinolente qui baigne du début à la fin dans une atmosphère nécrophile
non exempte de poésie. Le film est un des plus beaux exemples de
l’âge d’or du fantastique ibérique du début des années 70.
Rens./tarifs : 04 68 34 09 39 – site : www.inst-jeanvigo.eu
Le printemps des solidarités
Vendredi 12 juin - salle Marcel Oms
Dans le cadre du Printemps des solidarités du
Conseil général des Pyrénées-Orientales et en partenariat avec la section Perpignan de la Ligue des
Droits de l'Homme, l’Institut Jean Vigo présente à
17h : Histoire des droits de l'Homme, (2008 - 1h20).
Entrée libre
22 courts métrages par des réalisateurs, des artistes
et des écrivains dont Hany Abu-Assad, Sergei
Bodrov, Khaled Hosseini, Jia Zhang-ke, Gabriel
Garcia Marquez, Toni Morrison, José Saramago,
Abderrahmane
Sissako,
Apichatpong
Weerasethakul...
Vingt-deux réalisateurs et artistes mondialement
connus ont uni leurs forces et réalisé des courts
métrages de trois minutes chacun, inspirés par les six
thèmes de la Déclaration universelle des droits de
l'homme : culture, développement, dignité et justice,
environnement, genre et participation. Conçu et produit par ART for The World, ONG vouée à l'art et à la
culture contemporaine, les participants ont été sélectionnés pour leurs fortes qualités artistiques et le
grand intérêt qu'ils portent à la promotion des droits
de l'homme.
19h Vivre me tue de Jean-Pierre Sinapi, France,
2002, 1h26, avec: Sami Bouajila, Jalil Lespert, Sylvie
Testud...
Adapté du roman autobiographique de Paul Smaïl,
Vivre me tue raconte les difficultés rencontrées par
deux frères d'origine marocaine, Paul et Daniel, pour
trouver leur place dans la société. Ils ont grandi à
Paris, dans le XVIIIe arrondissement. L'aîné, avec son
DEA de littérature gagne sa vie en livrant des pizzas
et enchaîne les entretiens d'embauche sans succès.
Le second rêve de devenir un nouveau
Schwarzenegger et se dope à mort...
Film convaincant par sa manière d'affronter les clichés sans chercher à les écarter, mais en leur réinsufflant de l'émotion. Comme toujours, Sami Bouajila
est excellent, et Jalil Lespert compose avec une
grande intelligence un personnage complexe.
Entrée 3€ pour les non adhérents à l’Institut Jean
Vigo
Projections salle Marcel Oms, Arsenal, 1 rue Jean
Vielledent, Perpignan
Renseignements/tarifs : 04 68 34 09 39 – site :
www.inst-jeanvigo.eu
Canétoiles - Ciné-Club de Canet en Roussillon
Compte rendu de l’assemblée générale de fin de saison
L’assemblée générale de fin de saison
2008-2009 (et de fin de décennie) s’est
tenue le 16 mai, de 10h à midi, à l’écoute
du Port de Canet-Plage en présence dans
la salle de plusieurs conseillers municipaux
et à la tribune, de Mme Gisèle Gayraud,
adjointe au maire, chargée de la culture
qui a remercié et félicite le ciné-club de sa
collaboration fructueuse depuis 10 ans à la
vie culturelle de Canet, l’assurant du soutien entier du conseil municipal. Après les
remerciements d’usage à tous ceux qui
font vivre Canétoiles (la municipalité, le
conseiller général du canton, les 63 sponsors, les 176 adhérents, et, bien sûr, les
membres du bureau et du conseil d’administration, le projectionniste et le responsable du site ), le président Maurice Tourné
dans le 1er point de l’ordre du jour, s’est
réjoui dans un double bilan de l’excellente
santé de l’association ! premier bilan, celui
de la présente saison pour 21 films programmés, 2013 spectateurs payants (dont
1662 adhérents et 361 non adhérents)
pour une moyenne d’environ 96 spectateurs par séance (avec des pics à 145) toujours assidus et passionnés lors des
débats, votant à 98% lors des séances
pour l’étoile d’or (décernée cette année à
« Le Fils de l’Epicier » d’Eric Guirado dont
la venue à Canet est déjà prévue pour
novembre 2009) appréciant les 4
«Dimanche avec» pour la qualité de leur
convivialité, d’ailleurs, sans cesse maintenue.
Second bilan, celui
de la décennie écoulée :
De 1999 à 2009 avec toujours, par saison,
quelque 200 adhérents, 218 films ont été
présentés, projetés et débattus devant
21500 spectateurs payants, le prix de
l’Etoile d’Or a été créé (faisant de
Canétoiles le seul ciné-club français à
décerner un prix annuel), six grands réalisateurs ont accepté de venir à Canet (Cl.
Sautet, J. Deray, E. Scola, M.S. Haroun, T. de
Pelegri et D. Harari) pour des week-ends
d’intense bonheur et un public de vrais
cinéphiles s’est ainsi progressivement créé,
fidélisé aussi les nombreux moments de
convivialité, Canétoiles devenant, au fil des
ans, plus qu’un simple ciné-club, un
cinéma d’art et d’essai et un cinéma ouvert
à tous. Canétoiles, en 10 ans, a pris toute
sa place dans la vie culturelle de Canet…
Il serait, dès lors, dommage que la salle du
Lido devant fermer pour des raisons techniques et de sécurité, la vie de Canétoiles
s’arrêta et là que cette AG, dernière de la
décennie, fût aussi définitivement la dernière.
Après ces comptes rendus adoptés, sous
les applaudissements à l’unanimité, le
compte d’exploitation 2008-2009 présenté par le nouveau trésorier, Patrice
Tourné, reçut quitus du commissaire aux
comptes. Guy de Maleprade, et le budget
prévisionnel, établi pour l’ensemble de la
saison prochaine par le trésorier fut adopté
aussi à l’unanimité.
Dans le 3ème point, quatre membres sortants rééligibles et candidats sont réélus ,
maintenant à l’identique le conseil d’administration et le bureau qui s’adjoint, toute-
fois, un vice-président, André Carpentier.
Le dernier point fut enfin longuement
consacré à l’avenir de Canétoiles, compte
tenu de la fermeture de la salle du Lido et
de l’absence de salle du Cinéma sur la ville
des échanges entre le public et la tribune
(toujours vifs sans être polémiques), il ressort que Canet, sur son territoire, toutes
solutions envisagées, ne peut, pour l’instant, accueillir nulle part les quelque 200
adhérents du Ciné-Club. Sous peine de
délocalisation, il reste quand même encore
4 mois pour trouver une issue à ce problème crucial. En tout état de cause, le CA
de Canétoiles, en préparant dès le mois
prochain calendrier et programmation, se
tiendra prêt à ouvrir une 11ème saison, le
mardi 13 octobre 2009, aux mêmes conditions (nombre de films en séances normales et en « dimanches avec », dates, horaires et tarifs, moments de convivialité) que
les années précédentes. La séance clôturée
à midi, a été suivie, d’un apéritif offert sur
place par la municipalité et d’un repas au
Galion proposé aux adhérents préalablement inscrits.
Vive une nouvelle saison.
Maurice Tourné

Documents pareils