FOOD AND SEED SECURITY IN WESTERN KENYA: AN

Transcription

FOOD AND SEED SECURITY IN WESTERN KENYA: AN
STUDENT ARTICLE No 3
FOOD AND SEED SECURITY IN WESTERN KENYA: AN
ACHIEVABLE GOAL OR A MIRAGE?*
Peterson Wambugu
*Peterson W. Wambugu, Graduate student, Master of Philosophy in Seed Science and
Technology, Department of Crop Science and Seed Technology, Moi University,
P.O. Box 1125 ELDORET, Email: [email protected]
African Journal of Food Agriculture and Nutritional Development (AJFAND): Volume 5 No 1 2005
INTRODUCTION
Over the last decade, food security has been given a lot of emphasis by the government of
Kenya. However, despite all these efforts by the government, research bodies and NonGovernmental Organizations, the attainment of food security in most parts of the country
remains an unachieved goal. Seed, among other inputs, remains an important vehicle
towards achieving this goal as it determines agricultural productivity to a great extent.
Seed security refers to the access to high quality seed at a reasonable price and at the
right time. This paper outlines some of the practical experiences I have had in Western
Kenya concerning food and seed security.
CONSTRAINTS TO FOOD AND SEED SECURITY
Currently, an estimated 80% of the farmers are engaged in on-farm seed production
where they sow their own farm saved seeds [1]. These are mainly obtained from the local
landraces/varieties. On-farm seed production refers to the collective efforts by
communities who save and store part of their harvest for future planting. It also includes
exchange with neighbours and purchase from the local grain market. While a lot of
emphasis and research has been done on improved varieties, their impact on agricultural
productivity has been minimal especially in the marginal areas. As a result, farmers have
resorted to using own seed rather than buying certified seed from seed companies.
However, due to poor attention, lack of technical know-how and failure to follow seed
quality standards, the quality of on-farm produced and saved seeds is usually poor. This
leads to a decline in yields. This constraint was addressed in great detail in a research
project funded by the Rockefeller Foundation. In this study, it was found that the
production system in western Kenya was characterized by poor soil fertility, high striga
infestation, late harvesting, use of local varieties and poor storage conditions [1]. This
combination of constraints leads to production of poor quality seeds thereby making both
seed and food security elusive.
It is estimated that only 56% of the farmers use fertilizers in their farms and this has
adverse effects on the yields. This scenario further complicates the problem of striga
infestation since the build up of striga increases with declining levels of nitrogen in the
soil. Striga is a noxious weed that causes yield losses of 81-100% and it is estimated that
80,000ha of land planted with maize are infested with it in Kenya causing about $10
million in losses each year [2]. Seeds produced under these conditions of low soil fertility
have poor seed vigour and are of low germination capacity. Farmers also delay harvesting
their crop so that complete drying takes place in the field. This leads to attack by insects
in the field such as Great Grain Borer and weevils and the infestation is subsequently
carried over to the store. In addition, while the crop is still drying in the field, it is
subjected to unfavourable environmental conditions such as high temperatures and
rainfall leading to weathering. This leads to a decline in seed vigour and viability. It may
also lead to a build up and spread of seed borne diseases thereby affecting the
pathological quality of seed.
1
African Journal of Food Agriculture and Nutritional Development (AJFAND): Volume 5 No 1 2005
The problem of insect damage is made worse by the fact that seeds are stored under poor
conditions. Insect damage as high as 72% was observed under the farmers’ traditional
seed storage methods which included smoking and treatment with cow dung ash.
Furthermore, the seeds are stored in open places where there is fluctuation of storage
conditions. Poor storage conditions have been reported to cause up to 10% loss in seed
quality in the tropics mainly through loss of viability.
Based on the above facts and observations, it is clear that both food and seed security are
real challenges that are facing farmers in Western Kenya. As a result, the attainment of
self sufficiency in domestic food production remains a yet-to-be achieved target in
Kenya. The country is, therefore, a regular importer of grain and a recipient of food aid
especially in times of drought. This situation is clearly neither desirable nor sustainable
and, therefore, needs to be addressed.
INADEQUACY OF RESEARCH IN ADDRESSING FOOD SECURITY
PROBLEMS
The problem outlined above can partly be attributed to poorly defined research agendas
and objectives and poor policies. While research has been done for decades, it does not
seem to have an impact on the lives of small-scale farmers who contribute about 80% of
the total agricultural production in this country. There has been considerable repetition,
duplication, lack of creativity, originality and development of sustainable technologies
which are economically viable for the small-scale farmers. For example, while it is a well
known fact that fertilizer application increases crop yields, a lot of research continues to
be done on this well known and generally accepted area. It is undisputable to say that
farmers know very well that improving the nutrient status of their soils will undoubtedly
improve productivity. However, due to economic hardships, majority of the farmers are
not in a position to do this. This problem can best be tackled by addressing the economic
constraint, for example, through credit facilities and schemes.
CONCLUSION AND WAY FORWARD
In conclusion, the problems presented in this paper call for a multidisciplinary approach
in pursuit of a long lasting solution. Contributions from NGOS, micro-finance bodies,
extension agents, farmers and researchers of diverse backgrounds (seed scientists, soil
scientists, nutritionists, social scientists, agronomists) will all go a long way in addressing
this ever threatening problem of food insecurity. Unless this is done, food security
remains a mirage, a non-achievable goal and wishful thinking amongst majority of
farmers.
2
African Journal of Food Agriculture and Nutritional Development (AJFAND): Volume 5 No 1 2005
FRENCH
SECURITE ALIMENTAIRE ET SECURITE DES SEMENCES DANS LA
PROVINCE OUEST DU KENYA: un but réalisable ou un mirage ?
INTRODUCTION
Depuis les dix dernières années, le gouvernement Kénian a donné beaucoup d’importance
à la sécurité alimentaire. Pourtant, malgré tous les efforts du gouvernement, des corps de
recherches et des organisations non gouvernementale, la sécurité alimentaire reste dans la
plupart du pays une mission non accomplie. Étant donné qu’elles déterminent la
productivité agricole, les semences restent entre autres, un véhicule important pour
atteindre ce but. La sécurité semencière fait référence à un accès à une haute qualité de
semences, à un prix raisonnable et au bon moment. Ce papier décrit certaines des
expériences pratiques que j’ai eu dans la province ouest du Kenya en ce qui concerne la
sécurité alimentaire et semencière.
LES CONTRAINTES POUR UNE SECURITE ALIMENTAIRE ET
SEMENCIERE
On estime aujourd’hui que 80% des agriculteurs sont engagés dans la production de
semences à la ferme (« on farm »)(Wambugu et al., 2003). Les semences utilisées
proviennent principalement de variété locale. La production de semence à la ferme fait
référence aux efforts collectifs de communautés qui sauvegardent et stockent une partie
de leur récolte pour de futures plantations. Cela inclus aussi des échanges entre voisins et
l’acquisition d’un marche de semences local. Alors que beaucoup d’importance et de
recherches ce sont concentrées à améliorer les variétés de semences, leurs impacts sur la
productivité agricole à été minimal surtout dans des zones marginales comme la province
ouest du Kenya. Les agriculteurs ont donc eu recourt à l’utilisation de leurs propres
semences plutôt que d’acheter des semences certifiées par des compagnies de semences.
Cependant, la qualité de ces semences est souvent faible à cause du peu d’attention, du
manque de savoir faire technique et de l’incapacité à suivre les normes de qualité
standard. Ceci mène au déclin de la production. Ce problème à été souligné de façon très
précis dans un projet de recherche mis au point par la fondation Rockfeller. Cette étude
montre que le système de production dans la province ouest du Kenya était caractérisé
par un sol peu fertile, un taux élevé d’infestation par striga, une récolte tardive, une
utilisation de variété locale et de mauvaises conditions de stockage (Wambugu et al.,
2003). Cette combinaison de différentes contraintes a mené à une mauvaise qualité de
production de semences qui a entraîné une sécurité alimentaire et une sécurité des
semences très faible.
On estime que seulement 56% des agriculteurs utilisent des engrais dans leurs fermes et
ceci a des effets nuisibles sur la production. Ce scénario complique encore plus le
problème de l’infestation par striga étant donné que le niveau de striga augmente quand
le niveau d’azote dans le sol diminue. Striga est une mauvaise herbe qui cause des pertes
3
African Journal of Food Agriculture and Nutritional Development (AJFAND): Volume 5 No 1 2005
de production de 81-100% et on estime que 80,000ha de plantation de maïs en sont
infesté au Kenya causant environ 10 millions de dollards de pertes chaque année (Hassan
et al.,1995). Quand la fertilité du sol est faible, les semences produites ont peu de vigueur
et ont une capacité de germination faible. Les agriculteurs retardent aussi leur récolte ce
qui fait que le séchage complet ce fait sur le terrain. Ceci entraîne des attaques par des
insectes comme Great Grain Borer et Weevils sur le terrain et l’infestation est par la suite
entraînée sur le lieu de stockage. De plus, pendant que la récolte continue de sécher sur le
terrain elle est sujette à des conditions environnementales défavorables comme de hautes
températures et des pluies. Ceci à pour conséquence une baisse de vigueur et de viabilité
des semences et peut aussi entraîner l’apparition et la prolifération de maladies, affectant
ainsi la qualité pathologique de la semence.
Le problème des dommages causés par les insectes est empiré par le fait que les
semences sont stockées dans de mauvaises conditions. 72% des dommages causés par les
insectes ont été observé chez les agriculteurs pratiquant des méthodes de stockage
traditionnelles qui comprennent l’enfumage et un traitement avec des cendres de bouse
de vache. De plus, les semences sont stockées à l’air libre où les conditions y sont
variables. De mauvaises conditions de stockage sont responsables jusqu'à 10% de la
perte de la qualité dans les tropiques, le plus souvent par des pertes de viabilité.
En ce basant sur les faits ci-dessus et des observations, il est clair que la sécurité
alimentaire et la sécurité des semences sont toutes deux un véritable challenge auquel
sont confrontés les agriculteurs dans la province ouest du Kenya. Par conséquences,
l’autosuffisance en production alimentaire domestique reste une cible qui n’est toujours
pas atteinte au Kenya. Le pays importe donc fréquemment des céréales et reçoit souvent
de l’aide alimentaire surtout en période de sécheresse. Cette situation n’est clairement
pas souhaitable et doit changer.
INSUFFISANCE DE LA RECHERCHE FACE AUX PROBLEMES DE
SECURITE ALIMENTAIRE
Le problème souligné ci-dessus peut en partie être attribué à des agendas de recherche
peu défini et à une mauvaise politique. Alors que des recherches ont été effectuées depuis
des décennies, elle ne semble pas avoir d’impact sur les petits agriculteurs qui
représentent 80% de la production agricole totale de ce pays. Il y a eu beaucoup de
répétition, de duplication, un manque de créativité et d’originalité ainsi qu’un manque de
technologies durables qui seraient viables pour les petits agriculteurs. Par exemple, alors
qu’il est bien connu que l’utilisation d’engrais augmente la production, de nombreuses
recherches continues dans ce domaine pourtant connu et communément accepté. Il est
indiscutable que les agriculteurs savent bien que l’amélioration de la qualité des sols en
terme de nutriments augmentera indubitablement la productivité.
4
African Journal of Food Agriculture and Nutritional Development (AJFAND): Volume 5 No 1 2005
CONCLUSION ET MARCHE À SUIVRE
En conclusion, le problème présenté dans ce papier fait appel à une approche
pluridisciplinaire pour mettre en place une solution à long terme. Les contributions
d’organisations non-gouvernementales, de corps de micro-financement, des agents du
ministère de l’agriculture chargés de former les agriculteurs sur le terrain, des
agriculteurs et des chercheurs de différents horizons (scientifiques dans le domaine des
semences, dans le domaines des sols, des nutritionniste, des sociologues, des agronomes)
ont un long chemin à parcourir ensemble pour régler le problème menaçant de
l’insécurité alimentaire. Si ceci n’est pas fait, la sécurité alimentaire reste un mirage, un
but non atteint et ne sera jamais réalité pour la majorité des agriculteurs.
REFERENCES
1. Wambugu PW, Mathenge PW, Auma EO and HK van Rheenen, A
Survey of Current Practices of On-farm Maize (Zea mays L.) Seed Production
in Western Kenya. Proceedings of the 6th African Crop Science Conference
Held in Nairobi on 12-17 Oct. 2003. (In Press).
2. Hassan R, Ransom JK and J Ojeim The Spatial Distribution and Farmers,
Strategies to Control Striga in Maize: Survey Results from Kenya. In: Jewell,
D., Waddington, S., Ransom, J. and Pixley (eds). Proceedings of the Fourth
Eastern and Southern Africa Regional Maize Conference. CIMMYT, Harare.
1995 Pp.250-254.
5

Documents pareils