I. LA PHYSIOPATHOLOGIE DES

Commentaires

Transcription

I. LA PHYSIOPATHOLOGIE DES
DEPARTEMENT DES SCIENCES FONCTIONNELLES
PHYSIOPATHOLOGIE
Rue Tudor Vladimirescu, 14
300173 Timisoara,
Tel/Fax: +40 256 493085
Année universitaire 2014-2015
UNITE 6
PHYSIOPATHOLOGIE DE L'APPAREIL DIGESTIF (III)
Plan du cours:
I. LA PHYSIOPATHOLOGIE DES MALADIES DU FOIE
1. Le métabolisme des pigments biliaires - court rappel physiologique
2. Les ictères (jaunisse)
3. La cirrhose
4. L'hypertension portale
5. Le syndrome hépatorénal
II. LA PHYSIOPATHOLOGIE DES MALADIES DE LA VESICULE BILIAIRE
1. La lithiase biliaire
III. LA PHYSIOPATHOLOGIE DES MALADIES DU PANCREAS EXOCRINE
1. La pancréatite aiguë
2. La pancréatite chronique
I. LA PHYSIOPATHOLOGIE DES MALADIES DU FOIE
1. Le métabolisme des pigments biliaires - court rappel physiologique
La bilirubine non conjuguéee (indirecte) - BN (BI):
- Est le produit du catabolisme des composés de l'hémine de la manière suivante:
 80 à 85% de la production journalière de bilirubine est dérivé d'hémoglobine libéré par la
hémolyse physiologique des érythrocytes sénescents
 15 à 20% de la production journalière de bilirubine est dérivé de:
i) l'érythropoïèse ineffective (de l'hémoglobine libérée par l’hémolyse dès les précurseurs
anormales de la série rouge au niveau médullaire) et
ii) le catabolisme des autres composés de l'hémine (myoglobine, cytochromes) l'hème de rotation
- La BN a quatre isomères:
 isomère naturel est insoluble dans l'eau (à cause des liaisons intramoléculaires du hydrogène)
 3 autres isomères sont photo-isomères (ils se forment lors de l’exposition au rayonnement UV)
sont solubles dans l'eau et peuvent être éliminés par la voie urinaire.
- BN (BI) circule dans le plasma liées à l’albumine.
- Ne peut pas être excrété dans l'urine (exception: la situation quand la conversion d’isomère naturel
hydrophobe en photo-isomère est favorisée par l'exposition à la lumière bleue)
- La bilirubine est un produit toxique et pour peuvent être éliminé de l'organisme est métabolisée dans les
hépatocytes est convertie dans un produit hydrosoluble dans un processus en 3 étapes:
 La captation: survient au pôle sinusoïdal dès hépatocytes et impliquerait l’intervention dès les
cytoplasmiques protéines anioniques appelés lissant-innés Y et Z
 La conjugaison: est mise en œuvre dans le réticulum endoplasmique de l'hépatocyte sous
l'action de deux enzymes:
i) la glucuronyltransférase (enzyme qui transfère l'acide glucuronique sur la bilirubine formation de
la bilirubine-mono-glucuronide) et
ii) la trans-glucuronidase avec la formation de bilirubine-diglucuronide; la bilirubine conjuguéee est un
mélange de diglucuronide (85%) et mono-glucuronide (15%)
1
 L'excrétion biliaire: survient au pôle biliaire du l'hépatocyte, ou la bilirubine conjuguéee est
excrétée dans la bile par un processus actif consommateur d'énergie et qui est le plus affecté dans les lésions
hépatocellulaires. Prévenir cette étape conduit à une diminution de l'excrétion BN (BD) dans la bile et
régurgitation de ça dans le sang des capillaires sinusoïdaux.
Bilirubine conjuguéee (directe) - BC (BD):
- Est soluble dans l'eau et peut être excrété par l'urine
- Est hydrolysée dans l'intestin par l'action des glucuronidases bactériennes et convertie en urobilinogène
(UBG)
La métabolisation intestinal de l’UBG:
- Normalement, 80-85% de l’UBG est éliminé par les fèces sous la forme oxydée de stercobiline (le
pigment qui colore les fèces)
- Pathologique, existe des conditions associées à:
 la diminution de l'excrétion de UBG et décoloration des fèces si:
-  excrétion de BC dans l'intestin de l'ictère mécanique et celui hépatocellulaire
- suppression de la flore intestinale, ex. par les antibiotiques lourds résorbables
 l’élimination accrue de UBG et hypercoloration (pleiochromie) des selles pour:
- hyperproduction de bilirubine et respectivement, UBG dans l’ictère hémolytique
- La 10-15% restant du UBG est résorbée par la circulation portale, est captée par les hépatocytes et
réexcrétée dans la bile dans la circuit entéro-hépatique des pigments biliaires ; une petite partie du UBG
réabsorbé escape dans la circulation systémique et est excrété au niveau urinaire en réalisant
l‘urobilinogenurie physiologique (2-4 mg / jour).
- Pathologique, il existe les conditions associées à une:
 diminution de l’urobilinogenurie par la:
-  de l’excrétion de BC dans l'intestin daans l'ictère mécanique et celui hépatocellulaire
- Suppression de la flore intestinale, ex. par les antibiotiques lourds résorbables
 augmentation de l’urobilinogenurie dans:
- Hyperproduction de bilirubine et respectivement, UBG dans l’ictère hémolytique
- L’ictère hépatocellulaire
2. Les ictères
Définition: la coloration jaune de la conjunctive et des téguments et de la peau due a l’augmentation de la
bilirubinémie plus de 4 mg/dl (40 microMol/L).
Classification:
I. Ictère par  prédominante de la bilirubine non conjuguéee (BN)
A. Ictère par l’hyperproduction de BN
• L’ictère hémolytique:
Cause = hyperproduction de BN secondaire d’une hémolyse pathologique:
 intravasculaire (anémie hémolytique, les accidents transfusionnels, empoisonnement aux
champignons)
 extravasculaire (hématome résorption)
- La surproduction de BN dépasse la capacité de métabolisation hépatique  l'hyperbilirubinémie non conjuguéee
- Parce que BN n'est pas excrétée urinaire, la bilirubinurie est absente.
- A niveaux hépatique augmente la production de la BC qui est excrété par la bile dans l'intestin 
hyperproduction intestinale de l’Ubg avec 2 conséquences:
2
•  de l’élimination d’Ubg par les matières fécales  pleiochromie des selles
•  de l’absorption intestinale du Ubg  urobilinogenurie augmenté.
L’ictère nucléaire (kern-ictère, Kern = nucléé, Allem.):
- Type particulier d’ictère hémolytique qui se produit chez les nouveau-nés avec une hémolyse
pathologique = érythroblastose fœtale secondaire à l’incompatibilité Rh mère-fœtus
- La surproduction de la bilirubine (par l'hémolyse pathologique) est associée à une déficit de
captation et conjugaison de la BN par les hépatocytes en raison de la fonction hépatique immature
- L'enfant est né avec l'hyperbilirubinémie non conjuguéee qui va pénétrer la barrière hématoencéphalique si est plus de 20 mg/dl et va se depositer dans les noyaux basales riches en lipides 
encéphalopathie et des dommages neurologiques irréversibles
- La thérapie consiste d'exposition du n.n. au lumière bleu pour convertir l’isomère naturel
hydrophobe de la BN dans son photo-isomère soluble qui peut être excrété.
B. Ictère par l’altération du captation BN
• Le syndrome de Gilbert est une affection bénigne fréquente (3-10% dès la population) dans laquelle
existe un défaut de la captation BN par déficience génétique (primaire) de ligandine et/ou de la
conjugaison par la diminution de l'activité glucuronyltransférase.
Hyperbilirubinémie est principalement non conjuguéee et apparaisse dans les épisodes déclenchés
par une maladie intercurrente, l'exercice, le stress.
C. Ictère par l’altération de la conjugaison BN
• Le syndrome Crigler-Najjar est caractérisé par le déficit primaire de la conjugaison en raison d'une
déficience génétique de glucuronyl-transférase. On décrit deux types:
- Type I (forme sévère, létale) est caractérisée par l'absence totale de glucuronyl- transférase
avec une hyperbilirubinémie significative (20-40 mg/dl) présente dans n.n. et l'absence de réponse à
l'induction enzymatique par le phénobarbital  mort par ictère nucléaire dans la deuxième année de vie
en l'absence de transplant hépatique
- Type II (forme modéré, non-létale) est caractérisée par le déficit modéré de glucuronyle
transférase avec l'hyperbilirubinémie modérée, un bon pronostic et la réponse favorable à l'induction
enzymatique par le phénobarbital
• Ictère néonatal est caractérisé par un déficit secondaire de la conjugaison hépatique déterminé
par:
i) l'immaturité des systèmes enzymatiques hépatiques en association avec
ii) hyperproduction de la bilirubine par une hémolyse physiologique.
C’est un ictère physiologique transitoire avec le début à 48 heures après la naissance et qui disparaît en 710 jours chez le n.n. au terme et dans 21 jours chez les prématurés avec l'augmentation de BN ≤ 12 mg/dl.
La maturation de la glucuronyltransférase peut être induite par des médicaments (phénobarbital).
II. Ictère par  prédominante de la bilirubine conjuguéee (BC)
A. Ictère par déficit primaire de la fonction d'excrétion
• Le syndrome de Dubin-Johnson est caractérisé par:
- déficit primaire de l'excrétion de la BC, secondaire a la mutation d’une protéine (appelée
MDR2 - Multidrug Resistance Protein 2) des canalicules biliaires avec le rôle de transport pour la BC (et
les anions organiques) dans la bile, qui est associé à:
- hyperbilirubinémie conjuguéee asymptomatique chronique (jaunisse chronique)
- la présence de dépôts granulaires de pigment noir dans les hépatocytes
• Le syndrome de Rotor est caractérisé par:
- déficit primaire d’excrétion
- hyper bilirubinémie conjuguéee asymptomatique chronique (jaunisse chronique)
3
B. Ictère par déficit secondaire de la fonction d'excrétion
• Ictère hépatocellulaire (la cholestase intrahépatique)
- Causes: la destruction des hépatocytes dans les hépatites et la cirrhose du foie
- Caractéristiques:  capacité d’excrétion de BC dans les canalicules biliaires qui est
responsable de la:
1. Régurgitation de la BC dans le sang avec :
 hyperbilirubinémie mixte prédominant conjuguée
 bilirubinurie
2. Diminution variable de la quantité de la BC au niveau de l'intestin  la production intestinale de
Ubg baisse ou non en fonction de la gravité des lésions hépatocellulaires avec :
 des selles normalement colorées / décolorées
- bien que l'absorption intestinale de Ubg est réduite en raison de la diminution de sa production,
la présence des lésions hépatocellulaires va  la capacité d'absorption hépatique de UBG et donc, une plus
grande quantité de UBG arrivera dans l'urine avec:
 hyper-urobilinogenurie
3. Présence des marqueurs enzymatiques du syndrome d’hépatocytolyse :  transaminases
(ASAT, ALAT ) , ornitin-carbamyle transferase (OCT ), lactique dehydrogenase (LDH)
• Ictère mécanique (la cholestase extrahépatique)
Causes: lithiase biliaire, cancer de la tête du pancréas, des sténoses du cholédoque canal, le carcinome des
voies biliaire (rare)
L’obstruction des voies biliaires a deux conséquences:
 La régurgitation de la bile dans les capillaires sinusoïdaux avec:
 Hyperbilirubinémie prédominant conjuguée
 Bilirubinurie
 La présence de marqueurs enzymatiques du syndrome de cholestase:  de la phosphatase
alcaline, 5'-nucléotidase
  Cholestérol et des sels biliaires (les sels biliaires sont déposés dans la peau et sont
responsables de l'apparition d'un prurit)
 La réduction de l'excrétion de la bile dans l'intestin avec:
  production de l’Ubg des selles décolorés et l’absence d’urobilinogenurie
 l’absence de sels biliaires dans l'intestin est responsable pour la malabsorption des
lipides avec stéatorrhée et celle des vitamines liposolubles avec une carence en vitamine K,
la prolongation du temps de prothrombine et le risque des hémorragies.
3. La cirrhose hepatique
Définition: altération irréversible de la cytoarchitecture du foie, caractérisée par:
1. Lésions diffuses du parenchyme hépatique avec la nécrose/apoptose des hépatocytes et
dysfonctionnement hépatocellulaire progressif
2. Fibrose et régénération nodulaire du parenchyme hépatique
3. Altération de la vascularisation hépatique avec hypertension portale
Étiologie:
 L'alcoolisme chronique !!!
 Les hépatites virales aiguë graves et celles chroniques (type B, C, B + D)
 L’obstruction biliaire chronique (qui conduit à la cirrhose biliaire) qui est :
- Primitive, cholangite sclérosante (maladie auto-immune)
- Secondaire à la lithiase biliaires
 Les maladies cardiaques (IC droite, péricardite constrictive) qui conduisent à la cirrhose cardiaque
4
Pathogenèse:
1. La nécrose des hépatocytes sous l'action des facteurs toxiques (alcool), virales, immunologiques par:
- Une modification du métabolisme énergétique des hépatocytes avec de carence de ATP
- Augmentation de stress oxydatif avec la peroxydation des lipides membranaires
2. La fibrose hépatique
Consiste en:
 Augmentation de la production et le stockage du collagène de type I et III dans les espaces Disse
avec la formation de septes fibreuses qui subissent un remodelage dynamique
 La proliferation des composants de la matrice extracellulaire
3. La régénération nodulaire
Consiste en:
• Formation des nodules parenchymateuses a partir des hépatocytes normales qui prolifèrent - les
nodules avec la taille aillant de  3 mm (micronodules) à les plus de 3 mm (macronodules)
L’altération de la cytoarchitecture hépatique aboutit a:
i) la mauvaise irrigation dès les hépatocytes sains et installation de dysfonctionnement
hépatocellulaire
ii) l’altération de la vascularisation hépatique avec l’installation d’hypertension portale
! Obs.: La présence d’une transformation nodulaire du parenchyme hépatique mais SANS fibrose
NE PERMET PAS l’affirmation du diagnostic de cirrhose hépatique.
Les manifestations cliniques:
1. Du dysfonctionnement hépatocellulaire progressif:
- générique, non spécifique: asthénie, la fatigue, la perte de poids
- Gastro-intestinaux: nausées / vomissements, ictère, hépatomégalie
- Extrahépatiques:
 érythème palmaire, angiomes, coagulopathie
 atrophie testiculaire et gynécomastie chez les hommes
 troubles menstruel chez les femmes
 atrophie musculaire
 œdème périphérique
2. De l'hypertension portale:
- Circulation collatérale porto-cave
- Splénomégalie
- Ascite
- Encéphalopathie hépatique
4. L'hypertension portale
Définition: augmentation de la pression de la veine porte plus de 12 mmHg
Causes: l’HT portale peut être déterminé par:
1. Augmentation du flux sanguin (très rare, parce que l'augmentation du flux dans la veine porte
entraîne une diminution compensatoire du flux de l'artère hépatique pour maintenir une pression
normale de perfusion dans les capillaires sinusoïdes)
2. Augmentation de la résistance à l'écoulement dans la circulation portale = la cause principale de
l’HT portale à la suite d'un obstacle situé au niveau:
- Présinusoïdale: thrombose ou compression de la veine porte, splénomégalie massive avec
l'augmentation du flux sanguin dans la veine splénique
- Sinusoïdale: l’altération de la vascularisation hépatique dans la cirrhose = la principale cause
d'obstacle intra-hépatique !
5
- Postsinusoïdale: la thrombose des veines supra-hépatiques (syndrome de Budd-Chiari) ou de la
veine cave, péricardite constrictive, insuffisance cardiaque droite
Les manifestations de l’HT porte sont 4 (I  IV):
I. La circulation collatérale (les ‘shunts’) porto-cave
- A comme but le drainage du sang de la circulation porte dans le système veineux cave, en contournant
l’obstacle hépatique
- Les anastomoses qui résultent des différentes branches du système porte sont responsables pour
l’apparition des:
 varices œsophagiennes
 hémorroïdes
 la circulation périombilicale en "tête de la méduse"
II. La splénomégalie
- Est le résultat de la congestion chronique, de la fibrose et de la sidérose splénique
- Si elle est massive, est associée à un hypersplénisme =  de l’activité de saisie et de la destruction des
thrombocytes  thrombocytopénie (rare, pancytopénie)
III. L’ascite
Définition: accumulation excessive de liquide riche en protéines (plus de 3g/dl, en particulier
l'albumine) dans la cavité péritonéale (devient cliniquement évidente en casse d’accumulation de ≥ 500
ml liquide)
Pathogenèse:
1. Le mécanisme local a le rôle central dans la pathogenèse.
 L’augmentation du débit hépatique de lymphe est le mécanisme principal pour la production
d'ascite à cause de l’augmentation de la pression hydrostatique dans les capillaires sinusoïdes.
L’augmentation du flux hépatique de lymphe dépasse la capacité de drainage du canal thoracique
(maximum 800-1000 ml/jour), et peut conduire à une patient cirrhotique à 20 l/jour. L'excès de lymphe
(riche en protéine) à travers la capsule hépatique dans la cavité péritonéale  ascite.
2. Les mécanismes systémiques contribuent à l'aggravation de la formation de liquide d'ascite:
 Hypoalbuminémie
- Il n’est essentiel dans la production d'ascites (pas d’un niveau d'albumine à partir duquel commence la
formation d'ascite), mais peut aggraver l'ascite préexistante
L’hypoalbuminemie est le résultat des facteurs suivants:
 Perte d'albumine de l’espace intravasculaire dans le fluide d'ascite
 Hémodilution secondaire a la rétention hydro-saline
  Synthèse hépatique d'albumine dans les lésions avancées du foie
 La vasodilatation splanchnique vient de s’installer compensatoire dans l’HT porte pour réduire la
pression dans l'artère hépatique et conduit à circulation hyper-dynamique (augmentation de la FC et
DC). Avec le temps, l’aggravation de la vasodilatation conduit à une diminution de la perfusion
tissulaire avec l'activation des mécanismes compensatoires:
- La rétention hydro-saline, qui est déclenché par  du volume artériel effectif (par
vasodilatation) avec  perfusion rénale responsable de 
 l'activation du système RAA  hyperaldostéronisme (contribuer à cette croissance et la  de
dégradation hépatique de l’hormone dans lésions hépatiques)   réabsorption distale de Na
 La sécrétion d'ADH   réabsorption distale de H2O
6
IV. L'encéphalopathie hépatique (EH)
Définition: syndrome neuropsychiatrique causé par:
• la détérioration sévère de la fonction des hépatocytes dans les hépatites fulminantes avec
l'insuffisance hépatique
• la présence de shunts porto-cave dans la cirrhose du foie.
Dans les deux cas les produits toxiques de l'intestin s'échappent dans la circulation systémique et
s'accumulent dans le système nerveux central ou exercent des effets toxique.
Pathogenèse:
Les toxines impliquées dans la pathogenèse de l'encéphalopathie hépatique (EH) sont:
1. L’ammoniac
Source: L'ammoniac provient de la:
 décomposition intestinale de l'urée sous l'action d’une uréease bactérienne
 désamination bactérienne des aminés-acides dès protéines alimentaires ou sanguine (en cas de
saignements gastro-intestinaux)
Métabolisme:
- Normalement, la détoxification de l'ammoniac est effectuée au niveau:
 du foie: par la transformation de l’NH3 à l'urée (le cycle ureogénétique)
 des muscles du squelette et du système nerveux central (SNC): en fixant l’NH3 sur l'acide cétose-glutarique avec la formation de la glutamine
 des reins: NH3 est éliminé par le ammonie-genèse rénale
- Dans l'encéphalopathie hépatique la détoxification de l’NH3 ne se fait plus au niveau du foie, des
muscles et du rein. Par conséquent, il incombe exclusivement au SNC cette fonction qui a des effets néfastes
sur le métabolisme neuronal conduisant à  des niveaux d'énergie cellulaire ( ATP) dans la cellule
nerveuse.
3. Les mercaptans; leur présence dans la haleine des patients atteints de EH est responsable de "foetor
hépatique"
4. Les faux médiateurs (tyramine, octopamine)
- Sont formés par la dégradation bactérienne intestinale des acides aminés aromatiques
- Mécanisme d'action = ils modifient la transmission de l'influx nerveux au niveau des synapses
centrales.
5. D'autres toxines: la méthionine, l'indole, le phénol, le GABA (produite dans l'intestin, est de la
transmission synaptique inhibitrice principale), les benzodiazépines endogènes (leur rôle est reconnu
d’améliorer les symptômes après l’administrer de l’antagonistes des rec. pour benzodiazépines ex. :
flumazénil)
5. Le syndrome hepatorenal
Définition: forme sévère d'insuffisance rénale aiguë (IRA) avec l'apparition soudaine et de mauvais
pronostic qui se produisent chez les patients atteints de cirrhose du foie décompensée.
Pathogenèse
:
• est un trouble fonctionnel caractérisé par une vasoconstriction rénale sévère à un fond de
rein normal, la diminution de la perfusion rénale avec la diminution de la filtration glomérulaire et une
augmentation de la réabsorption tubulaire de Na+ et H2O
• à la base de troubles hémodynamiques rénales se trouve surtout l’activation sympathique
intense.
Diagnostic positif :
- Oligurie progressive et  de la créatinine sérique
- Diminution de sodium urinaire
7
- L'absence de réponse au traitement de hydratation (déplétion volumique n'est pas un mécanisme
important comme c'est le cas de l’IRA pré-rénal)
II. LA PHYSIOPATHOLOGIE DES MALADIES BILIAIRES
La lithiase biliaire
Définition: La précipitation de constituants biliaires dans la vésicule biliaire avec formation des calculs de
cholestérol (75% des cas) ou de la bilirubine (calculs pigmentaires, 25% des cas)
Pathogenèse:
• Des anomalies dans la composition de la bile qui conduisent à son insolubilité
• La stase biliaire (hypo-motilité) avec la concentration et la cristallisation des composants biliaires
• L’inflammation qui détermine l’augmentation de l'absorption de l'eau et des sels biliaires avec la
réduction de la solubilité du cholestérol & la stimulation de la sécrétion de mucus
Complications :
• Les coliques biliaires: le blocage des voies biliaires par les calculs biliaires détermine des
contractions péristaltiques fortes qui produisent la douleur dans l’hypocondre droit avec l’irradiance vers
la région épigastrique et thoracique postérieure, accompagné de vomissements
• La cholécystite aiguë avec risque de perforation: les symptômes énumérés ci-dessus sont
ajoutés de la fièvre avec une hyperleucocytose
• Ictère obstructive
• Pancréatite aiguë
III. LA PHYSIOPATHOLOGIE DES MALADIES PANCRÉATIQUES
A. LA PANCREATITE AIGUË
Définition: inflammation aiguë nécrotique-hémorragique et/ou œdémateux du pancréas et des
tissus péripancréatiques caractérisés par l'autodigestion du pancréas a cause de l'activation locale
des enzymes protéolytiques et lipolytiques endogènes.
Étiologie:
1. La lithiase biliaire
2. L'abus d'alcool
3. L’hyperlipoproteinemies I et V avec l’augmentation de la concentration des chylomicrons (TG exogène)
4. Autres facteurs:
 Les infections bactériennes/virales, l'ischémie, traumatisme pancréatique pénétrante/nonpénétrante, la chirurgie du pancreas
 L’hypercalcémie (hyperparathyroïdie, hypervitaminose D, la sarcoïdose, myélome multiple)
détermine la précipitation de Ca2+ dans les canaux pancréatiques avec leur obstruction
Pathogenèse: l’activation intra-acineuse des pro-enzymes pancréatique (surtout le trypsinogen en
trypsine) qui a des effets systémiques et locaux.
Les effets systémiques de l'activation des enzymes pancréatiques:
• la libération des cytokines par les cellules inflammatoires (de TNF-α, IL-1, IL-6, IL-8)  le choc
cardiocirculatoire, défaillance multiviscérale
L’effets locaux de l'activation des enzymes pancréatiques:
• La trypsine active aussi la chymotrypsine, l’élastase et la phospholipase
• La chymotrypsine détermine l’œdème et des lésions vasculaires
• L'élastase détermine la digestion de l'élastine dès les parois vasculaires avec saignement la
pancréatite aiguë hémorragique
• La phospholipase A2 transforme la lécithine dans lysolécithine cytotoxique entraînant une
8
nécrose des cellules acinaire et du tissue graisse voisin (stéatose-nécrose) avec la libération de nouvelles
enzymes:
- Local: la lipase pancréatique augmente l’autodigestion pancréatique et péripancréatiques avec
de saignement et le œdème régional
- Dans la circulation systémique: avec vasodilatation, hypotension et choc hypovolémique
• La trypsine et la chymotrypsine sont également responsables d'activation des systèmes
suivantes:
- les kinines et le système du complément  vasodilatation et hyperperméabilisation,
l'œdème, l'inflammation
- la coagulation et la fibrinolyse  thrombose et d'hémorragie
B. LA PANCREATITE CHRONIQUE
Définition: la fibre-sclérose du parenchyme pancréatique en conduisant à l'insuffisance du pancréas
exocrine (diminution de la sécrétion d'enzymes et de bicarbonate - effet tardif, lorsque la masse
pancréatique fonctionnelle tombe en dessous de 10%).
Étiologie:
L'alcoolisme chronique (80% des cases)
Des mécanismes immunologiques (anticorps anti-pancréatique)
 Les maladies métaboliques, endocriniens
 L’hypercalcémie
 L’obstruction chronique des voies excrétrices
 La fibrose kystique
Pathogenèse:
Chez les éthyliques l'alcool détermine:
 l’augmentation de la concentration de protéines dans le suc pancréatique  excès de protéines
précipitées avec du Ca++ avec la formation de calculs biliaires bloquant les canaux pancréatiques
 l’accumulation du suc pancréatique dans les acini qui détermine:
• L’expansion des quelques acins  des kystes
• La destruction des autres et leur remplacement par du tissu fibreux
 une dégénérescence chronique fibro-kystique
Les manifestions:
1. L'insuffisance du pancréas exocrine se produit lorsque  masse du parenchyme fonctionnelle a
l’environ 10% de la normale et conduit à la:
 Carence en lipasemaldigestion et malabsorption des lipides  stéatorrhée
 Déficit des enzymes protéolytiques  maldigestion et malabsorption des protéines avec:
- Azotorrhée ( azote fécale) + creatoree ( excrétion de fibres musculaires non digérés)
-  la synthèse des protéines avec la:
 diminution de la masse musculaire a
 hypo-protéinémie avec hypoalbuminémie et œdème
- Dyspepsie de putréfaction: les protéines subissent à un processus de putréfaction sous l'action
du flore intestinale pH fécal alcaline, des ballonnements et des flatulences
 La diminution du bicarbonate dans le jus intestinale  de l'activité des enzymes intestinale et
pancréatiques (leur pH optimum d’action est alcalin)
 La diminution de l’ absorption de la vitamine B12  anémie mégaloblastique
 Des fois, due à la destruction et à les cellules des îlots se produit l'insuffisance du pancréas
endocrine & diminution de la libération d'insuline   tolérance au glucose / diabète sucré.
9

Documents pareils