Plate-forme « POUR UN DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE »

Commentaires

Transcription

Plate-forme « POUR UN DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE »
Plate-forme « POUR UN DROIT AU LOGEMENT OPPOSABLE »
L’Etat est le garant du droit au logement. Sa mise en œuvre nécessite la solidarité de tous.
Le logement, une urgence et un droit :
Rendre le droit au logement opposable
Un Constat alarmant
L’urgence est là. La France compte plus de 3 millions
de personnes sans logement, ou mal logées. Près de
86.000 sont sans domicile fixe, 780.000 vivent dans
un habitat précaire, 610.000 en situation de
surpeuplement, 100.000 sont dans des campings. A
Paris, en 2005, 3 incendies de bâtiments vétustes, ont
fait plus de 50 morts. 1,3 million de ménages
attendent un logement social.
Les prix de l’immobilier, et des loyers atteignent des
niveaux records, incompatibles avec les ressources de
beaucoup. Le nombre des expulsions locatives ne
cesse d’augmenter.
Le manque de logements accessibles à tous est l’un
des problèmes majeurs de notre société.
Il faut un immense effort de production de logements,
en priorité de logements sociaux intégrés au cœur des
communes et des agglomérations.
Les politiques qui se succèdent disent vouloir rattraper
le retard, mais elles ne répondent pas aux besoins des
ménages mal logés, ou sans logements.
Face à cette situation, les inquiétudes grandissent.
Le droit au logement opposable, une
obligation de résultat
Habiter un logement digne est un droit fondamental et
chacun doit pouvoir le faire reconnaître, comme pour
l’éducation et l’accès aux soins.
Le droit au logement doit être effectif pour tous et donc
être rendu « opposable ».
Depuis 2002, le HAUT COMITE POUR LE LOGEMENT DES
PERSONNES D EFAVORISEES a largement montré le bienfondé du droit au logement opposable et décrit les
étapes de sa mise en œuvre.
En 2004, le CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL s’est
prononcé pour qu’une loi en ce sens, soit adoptée :
L’État est le garant du droit au logement.
Il peut déléguer sa mise en œuvre à des collectivités
territoriales :
•
Une évaluation permanente et publique, des
besoins quantitatifs et qualitatifs en logements, au
niveau national, régional et local, est menée. Elle
fixe les objectifs à atteindre pour satisfaire ces
besoins.
•
L’État garantit la réalisation de ces objectifs par la
loi, le financement et son impulsion.
•
L’État et les collectivités territoriales délégataires
ont l’obligation de réaliser ces objectifs par tous
les moyens appropriés, dans un délai donné.
•
Un recours à deux niveaux est créé, ouvert à
toute personne en situation de mal logement :
1. Un recours amiable, auprès d’une commission
locale indépendante que chacun peut saisir,
directement, à tout moment. Elle est chargée
d’examiner la situation du demandeur et de lui
trouver, en liaison avec le ou les responsables
désignés du logement et dans un délai approprié,
une solution de logement adaptée à ses besoins.
2. Un recours juridictionnel, devant le tribunal
administratif, qui peut obliger, sous astreinte, la
ou les collectivités responsables à fournir un
logement au demandeur.
L’État pourra être appelé dans la cause, si cette
ou ces collectivités considèrent qu’il ne lui (leur)
a pas donné les moyens nécessaires à remplir
sa (leur) mission.
Une réalisation progressive en 5 ans
La mise en oeuvre du droit au logement opposable
nécessite un plan :
•
s’échelonnant sur plusieurs années,
•
mobilisant l’ensemble des acteurs du logement.
•
décrivant les mesures appropriées
•
et donnant la priorité aux catégories sociales
vulnérables, premières victimes du déficit de
logements.
Un enjeu majeur des prochaines échéances
électorales
Un tel plan a un coût, mais le mal logement a aussi un
coût humain, économique et social encore plus élevé.
Rendre le droit au logement opposable, c’est
contribuer à la santé, l’éducation, l’emploi, l’activité
économique et la citoyenneté.
Parce que le logement est au cœur de la cohésion sociale,
il doit être un enjeu majeur des échéances électorales de 2007 et 2008.
Le 25 novembre 2006
Signataires : AIDES ; AMICALE DU NID ; ASSOCIATION COLLECTIF LIBERTE EGALITE FRATERNITE ENSEMBLE UNIS ; ASSOCIATION
DES FAMILLES VICTIMES DU SATURNISME ; A SSOCIATION E MMAÜS ; ASSOCIATION NATIONALE DES GENS DU VOYAGE CATHOLIQUES ;
ATD QUART MONDE ; ATTAC FRANCE ; COMMUNAUTE MISSION DE FRANCE ; CONFEDERATION GENERALE DU LOGEMENT ; D ROIT
AU LOGEMENT ; DROITS DEVANT ; FAMILLES DE FRANCE (PAYS DE LAGNY) ; FEDERATION DES ASSOCIATIONS DE PROMOTION ET
D’I NSERTION PAR LE LOGEMENT ; FEDERATION DE L’E NTRAIDE P ROTESTANTE ; FEDERATION HABITAT ET HUMANISME ; F EDERATION
NATIONALE DES ASSOCIATIONS D’ACCUEIL ET DE REINSERTION SOCIALE ; FEDERATION NATIONALE DES CENTRES PACT ARIM ;
FONDATION ABBE PIERRE ; FORMATION INTERVENTION RECHERCHE SIDA TOXICOMANIES ; FRANCE TERRE D’ASILE ; G RISELIDIS ; LE
SECOURS CATHOLIQUE ; LIGUE DES DROITS DE L’HOMME ; MEDECINS DU MONDE ; MOUVEMENT NATIONAL DU CRI ; RESEAU
SOLIDAIRE ET CITOYEN ; SAFE ; SOLIDARITE MIGRANTS OISE ; SOLIDARITE NOUVELLE POUR LE LOGEMENT (91) ; SYNDICAT DE LA
MAGISTRATURE ; U N LOGEMENT POUR TOUS A BOULOGNE (92) ;
Comité de coordination :
ATD Quart Monde Olivier Nodé-Langlois : 06 82 84 75 65 [email protected]
Droit Au Logement Jean-Baptiste Eyraud : 01 42 78 20 76 [email protected]
FAPIL Jean-Michel David : 01 48 05 05 75 [email protected]
Ligue des Droits de l’Homme Pierre Barge : 01 56 55 51 07 [email protected]
23/01/07