Débuter avec Fedora 8

Commentaires

Transcription

Débuter avec Fedora 8
Doc.fedora-fr.org
Débuter avec Fedora 8
L’équipe de rédacteurs du wiki
Fedora
Cette création est mise à disposition selon le Contrat Paternité-Pas d’Utilisation
Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France disponible en
ligne
http://creativecommons.org/licenses/by-nc-sa/2.0/fr/
ou par courrier postal à Creative Commons, 171 Second Street, Suite 300, San Francisco,
California 94105, USA.
Version compilée le 7 janvier 2008 avec les donnée du wiki du 7 janvier 2008.
Table des matières
1 Introduction
9
2 Télécharger Fedora
2.1 1ère étape : Live CD ou DVD ? . . . . . .
2.1.1 Live CD . . . . . . . . . . . . . . .
2.1.2 DVD . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2 2ème étape : Bien choisir son architecture
2.2.1 i386 . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.2.2 X86_64 . . . . . . . . . . . . . . .
2.2.3 ppc . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2.3 3ème étape : Télécharger Fedora . . . . . .
2.4 4ème étape : Vérification des images ISO .
2.5 5ème étape : Gravure du DVD ou du CD .
2.5.1 Depuis linux . . . . . . . . . . . . .
2.5.2 Depuis Windows . . . . . . . . . .
2.6 Et après ? . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
11
11
11
11
11
11
12
12
12
12
13
13
13
13
3 Installation de Fedora
3.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.2 Fedora ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3 Installation de Fedora . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.1 Vérification du disque . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.2 Paramétrage des langues . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.3 Choix du partitionnement . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.4 Installation de GRUB . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.5 Configuration réseau . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.6 Choix du mot de passe root . . . . . . . . . . . . . . .
3.3.7 Installation des programmes . . . . . . . . . . . . . . .
3.4 Configuration au premier démarrage . . . . . . . . . . . . . .
3.4.1 Grub . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4.2 Page d’accueil de l’assistant de première configuration .
3.4.3 Configuration du pare-feu . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4.4 configuration de SELinux . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4.5 Réglage de la date et de l’heure . . . . . . . . . . . . .
3.4.6 Hardware profile . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.4.7 Création des utilisateurs . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.5 Après l’installation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.5.1 Les outils d’administrations . . . . . . . . . . . . . . .
3.6 Lectures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.7 Aides/commentaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
14
14
14
14
14
16
16
18
19
19
20
21
21
22
22
22
23
24
24
25
26
26
26
4 GRUB, le gestionnaire de démarrage
4.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2 Préalables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2.1 Le lancement d’un système, de type « PC » . . . . . . . . . . . .
27
27
27
27
3
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Contenu disponible sous licence Creative Commons
4.3
4.4
4.5
4.2.2 Les fonctions de GRUB . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.2.3 La logique de fonctionnement de GRUB . . . . . . . . .
4.2.4 Les futures évolutions de GRUB (GRUB 2) . . . . . . .
4.2.5 GRUB et LVM (pour les experts) . . . . . . . . . . . . .
Paramétrage de GRUB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.3.1 À l’installation : cas général . . . . . . . . . . . . . . . .
4.3.2 Lancement en mode menu . . . . . . . . . . . . . . . . .
Utilisation avancée de GRUB . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.1 Paramétrer le clavier en AZERTY . . . . . . . . . . . . .
4.4.2 Mode interactif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4.4.3 Mode ligne de commandes : au lancement de GRUB . . .
4.4.4 Mode ligne de commandes : sous Linux . . . . . . . . . .
4.4.5 Utilisation avancée du mode ligne de commandes . . . .
4.4.6 grub-install . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
État des commandes et codes d’erreur . . . . . . . . . . . . . .
4.5.1 Commandes réservées au menu . . . . . . . . . . . . . .
4.5.2 Commandes utilisables en menu ou ligne de commandes
4.5.3 État des erreurs signalées par GRUB . . . . . . . . . . .
4.5.4 Quelques moyens de corriger les erreurs . . . . . . . . . .
5 Installation/suppression de logiciels : YUM
5.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5.2 Utilisation d’un proxy . . . . . . . . . . . .
5.3 Configuration de YUM . . . . . . . . . . . .
5.3.1 Pour tous : les dépôts obligatoires . .
5.3.2 Pour tous . . . . . . . . . . . . . . .
5.3.3 Pour les habitués . . . . . . . . . . .
5.3.4 Pour les experts . . . . . . . . . . . .
5.4 Utilisation de YUM . . . . . . . . . . . . . .
5.5 Extensions pour YUM . . . . . . . . . . . .
5.6 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6 Installer les pilotes nvidia
6.1 Prérequis . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.2 Installation des pilotes pour Fedora 6/7/8
6.2.1 Pour les GeForce séries 5 et au delà
6.2.2 Pour les GeForce séries 2 à 4 . . .
6.2.3 Pour les cartes plus anciennes . . .
6.3 Redémarrer le serveur X . . . . . . . . . .
6.4 Fonctionnalités du pilote . . . . . . . . . .
6.4.1 nVidia et XEN . . . . . . . . . . .
6.4.2 nVidia et XVMC . . . . . . . . . .
6.4.3 nVidia et SeLinux . . . . . . . . . .
6.4.4 nVidia et DGA . . . . . . . . . . .
6.5 Problèmes Connus . . . . . . . . . . . . .
6.5.1 Informations Générales . . . . . . .
6.5.2 Problèmes avec Compiz . . . . . .
4
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
. . .
. . .
. .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
28
28
30
30
30
30
32
40
40
41
42
42
42
47
47
47
47
49
49
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
52
52
52
52
53
53
53
53
53
55
55
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
56
56
56
56
56
56
57
57
57
57
57
58
58
58
58
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Contenu disponible sous licence Creative Commons
6.6
6.5.3 Problème d’écran blanc . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Liens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
58
58
7 Installer les pilotes AMD (ATI)
59
8 Quel pilote choisir ?
60
9
Fedora 8 : Installation des pilotes du dépôt Livna (version 8.42.3 et
+)
61
10 Fedora 7 : Installation des pilotes du dépôt Livna (version 8.42.3 et
+)
62
11 Vérification
63
12 « Fedora core 6 » : Installation des pilotes du dépôt Livna
64
13 Mises à jour
68
14 En cas de problèmes et autres. . .
69
15 Bureau 3D
15.1 Un peu de vocabulaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.1.1 Environnement graphique . . . . . . . . . . . . .
15.1.2 GPU (Graphics Processor Unit) . . . . . . . . . .
15.1.3 Pilote . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.1.4 OpenGL (Open Graphics Library) . . . . . . . . .
15.1.5 DRI (Direct Rendering Infrastructure) . . . . . .
15.1.6 Mesa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.2 Historique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.3 Qu’est-ce qu’un gestionnaire de fenêtres composite ? . . .
15.3.1 AIGLX (Accelerated Indirect Rendering GL X) .
15.3.2 XGL : la méthode "directe" . . . . . . . . . . . .
15.3.3 Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.4 Revue des différents gestionnaires de fenêtres composites
15.4.1 Compiz Fusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.4.2 Compiz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.4.3 Beryl . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.4.4 Metacity . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.4.5 Kwin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.5 Revue des différents décorateurs de fenêtres . . . . . . .
15.6 Et Fedora dans tout ça ? . . . . . . . . . . . . . . . . . .
15.7 En conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
70
70
70
70
70
70
71
71
71
72
73
73
73
74
74
74
74
74
75
75
75
75
16 Wifi : installation générale
16.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.2 Relation entre la marque et le chipset . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
77
77
77
5
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Contenu disponible sous licence Creative Commons
16.2.1 Une méthode plus efficace consiste à utiliser sous Linux ces commandes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.2.2 Edition du fichier .inf ou propriété de la dll du driver windows .
16.2.3 Recherche dans une base de données . . . . . . . . . . . . . . .
16.2.4 Listes des modèles pour lesquelles l’utilisation de ndiswrapper est
conseillée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.2.5 Certains modèles fonctionnent avec un kernel recompilé 16stk et
NDISwrapper . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.2.6 Listes de modèles connus pour être incompatible avec Linux et
NDISwrapper . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
16.3 Relation entre chipset et module/driver . . . . . . . . . . . . . . . . . .
17 Wifi : configuration générale
17.1 Introduction . . . . . . . . . . . . . . .
17.2 Interface : gestion des alias . . . . . . .
17.3 Options du module . . . . . . . . . . .
17.4 Chargement au démarrage . . . . . . .
17.5 Scripts réseaux . . . . . . . . . . . . .
17.6 Utilisation du chiffrement WPA . . . .
17.6.1 Redémarrage du service réseau .
17.7 Utiliser system-config-network . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
18 Lire et écrire sur les partitions NTFS avec ntfs-3g
18.1 Préalables : Ntfs-3g et la portée de ce tutoriel . . . . . . . . . . .
18.1.1 Ntfs-3g . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.1.2 La portée de ce tutoriel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.2 Installation du module . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.2.1 Préalable : droits et environnement root . . . . . . . . . .
18.2.2 Repérer les partitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.2.3 Créer un point de montage dans l’arborescence des fichiers
18.2.4 Installer les logiciels Ad Hoc . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.2.5 Paramétrer le montage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.2.6 Monter les partitions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.3 Difficultés et compléments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.3.1 Difficultés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.3.2 Compléments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.4 Questions fréquentes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
18.4.1 Message d’erreur : « unable to mount the volume XXXX »
18.4.2 Montage d’un disque dur externe USB . . . . . . . . . . .
18.4.3 Mount is denied because ntfs logfile is unclean . . . . . .
19 Lecture des fichiers multimédia
19.1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.2 Préalable : installation des lecteurs multimedia
19.2.1 Amarok . . . . . . . . . . . . . . . . .
19.2.2 Audacious . . . . . . . . . . . . . . . .
19.2.3 GStreamer . . . . . . . . . . . . . . . .
6
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
77
78
78
78
79
79
79
.
.
.
.
.
.
.
.
81
81
81
81
82
82
82
82
82
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
83
83
83
83
83
83
84
84
85
85
86
86
86
88
88
88
89
89
.
.
.
.
.
90
90
90
90
91
91
Contenu disponible sous licence Creative Commons
19.2.4 VLC . . . . . . . . . . . . . . .
19.2.5 Mplayer . . . . . . . . . . . . .
19.2.6 Xine . . . . . . . . . . . . . . .
19.3 Installation des codecs Win32/Win64
19.4 Codecs AMR (3gpp) . . . . . . . . . .
19.5 Recompilation de ffmpeg . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
91
92
92
93
95
95
20 Sélection de logiciels
20.1 Présentation . . . . . . . . . . . . . . . .
20.1.1 Objectifs de cette liste . . . . . .
20.1.2 Quelques conventions . . . . . . .
20.2 Applications pour Internet . . . . . . . .
20.2.1 Navigateurs . . . . . . . . . . . .
20.2.2 Clients de messagerie (mail) . . .
20.2.3 Clients de messagerie instantanée
20.2.4 Clients IRC . . . . . . . . . . . .
20.2.5 Clients de VoIP . . . . . . . . . .
20.2.6 Aggrégateurs de flux . . . . . . .
20.2.7 Lecteurs de News, grabbeurs . . .
20.2.8 Clients FTP . . . . . . . . . . . .
20.2.9 P2P : Peer To Peer . . . . . . . .
20.3 Bureau et Productivité . . . . . . . . . .
20.3.1 Traitements de textes . . . . . . .
20.3.2 Tableurs . . . . . . . . . . . . . .
20.3.3 Présentations . . . . . . . . . . .
20.3.4 Gestion de base de données . . .
20.3.5 Publication . . . . . . . . . . . .
20.4 Multimédia . . . . . . . . . . . . . . . .
20.4.1 Audio . . . . . . . . . . . . . . .
20.4.2 Vidéo . . . . . . . . . . . . . . .
20.4.3 Rip audio . . . . . . . . . . . . .
20.4.4 Rip vidéo . . . . . . . . . . . . .
20.4.5 Graphisme . . . . . . . . . . . . .
20.5 Utilitaires . . . . . . . . . . . . . . . . .
20.5.1 Gestionnaires de fichiers . . . . .
20.5.2 Gravure . . . . . . . . . . . . . .
20.5.3 Partitionnement . . . . . . . . . .
20.5.4 Divers . . . . . . . . . . . . . . .
20.6 Gestion personnelle . . . . . . . . . . . .
20.6.1 Finances . . . . . . . . . . . . . .
20.6.2 Gestion de contacts . . . . . . . .
20.7 Jeux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
20.8 C.A.O. - D.A.O. . . . . . . . . . . . . . .
20.8.1 Mécanique . . . . . . . . . . . . .
20.8.2 Électrique-Électronique . . . . . .
20.9 Autres ressources . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
97
97
97
97
97
97
98
98
99
100
100
100
101
101
102
102
102
102
103
103
103
103
104
104
104
105
105
105
106
106
106
107
107
107
107
107
107
108
108
7
Contenu disponible sous licence Creative Commons
21 Foire aux questions
21.1 Prise en main . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.1.1 Installation de programmes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2 Commandes utiles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.1 Option --help . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.2 man . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.3 Créer une image ISO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.2.4 Monter une image ISO . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.3 Divers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.3.1 su et su –, quelle différence ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.3.2 Ajouter un script au lancement d’une session utilisateur . . . . .
21.3.3 Ajouter un script au lancement d’une session utilisateur (tous les
utilisateurs) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.3.4 Variables d’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.3.5 cd - ou pushd ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.4 Archives sous Linux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.4.1 gzip . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.4.2 bzip2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.4.3 tar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.4.4 tar gzippé (tar.gz ou tgz) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.4.5 tar bzippé (tar.bz2) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.4.6 zip . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.5 Bureau 3D . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
21.6 Wi-FI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
8
109
109
109
109
109
109
110
110
110
110
111
111
112
112
113
113
113
113
114
114
114
115
115
Contenu disponible sous licence Creative Commons
1
Introduction
La mouture actuelle de Fedora porte le nom de « WereWolf » (Loup-Garou), n’ayez
crainte, cette version est là pour vous sécuriser et vous apporter toute la stabilité dont
vous rêvez. Le maître mot de cette nouvelle version est incontestablement :
simplicité
Après 5 mois de développement intense afin de vous apporter toutes les nouvelles
technologies, voici une nouvelle version qui sera pour vous, comme pour nous, une
évolution majeure. Concernant les nouveautés :
Codec Buddy (aka codeina) :
Fedora par défaut n’installe pas de codecs protégés par des droits (patent software)
ou des brevets. Le soucis est que les utilisateurs doivent par eux même les installer,
ce qui n’est pas toujours simple. Voila pourquoi Codec Buddy a été créé, cet outil va
vous aider à installer, quand cela sera nécessaire, le module afin d’écouter vos MP3,
visualiser vos films. . ., sans que cela ne devienne le parcours du combattant.
PulseAudio :
Fedora 8 intègre désormais par défaut la dernière génération du serveur son. Le but
de celui-ci est d’offrir aux audiophiles une amélioration du support des faibles latences
et cette technologie vous ouvre la voie à de nouvelles fonctionnalités comme diminuer
automatiquement le volume des notifications sonores pendant que vous regardez un
film.
System-config-firewall :
Cette nouvelle interface est beaucoup plus accessible aux nouveaux utilisateurs et
elle se veut intuitive grâce au système étape par étape.
System-config-selinux :
Désormais, la gestion de SELinux est dissociée du pare-feu dans une nouvelle interface
plus conviviale.
System-config-printer :
Le système de gestion de vos imprimantes fait aussi peau neuve, lors de l’installation,
celui-ci fera automatiquement la création de la file d’attente d’impression, finie cette
étape où beaucoup d’utilisateurs se sont cassé les dents.
Java Support avec IcedTea :
Système Java totalement libre développé par les équipes de Red Hat, cette version est
utilisable pour les architectures 32 et 64 bits. IcedTea inclut également en exclusivité un
greffon web basé sur le code de gcjwebplugin avec un nouveau gestionnaire de sécurité.
NetworkManager 0.7 :
Complètement réécrit afin de satisfaire aux exigences des réseaux filaires et wifi,
assurant une plus grande rapidité de connexion, une meilleure intégration grâce à l’API
Dbus et au WPA pour le wifi.
9
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Support des ordinateurs portables plus étendu :
Grâce au retour d’informations du logiciel « Smolt », les équipes de développement
ont mis l’accent sur une meilleure gestion de la mise en veille en mémoire (Suspend to
Ram), de la mise en veille sur disque dur (Suspend to Disk) et des touches multimédia.
Gestion des paquetages :
Pirut (gestionnaire de paquetage) a subi une mise à jour suite aux demandes des
utilisateurs, il est possible maintenant de saisir directement les dépôts de logiciels, ceci
va simplifier amplement cette tâche aux nouveaux utilisateurs.
Thème Fedora 8 :
A chaque sortie de Fedora un nouveau thème fait son apparition, les boutons et les
boites de dialogues ont eux aussi subit un changement pour rester en harmonie avec
Fedora 8, ce projet se nomme « Nodoka ». Le fond d’écran quant à lui porte le doux
nom d’« Infinity », vous allez dire « Et oui encore un fond d’écran ! », mais avec une
nouveauté majeure, la teinte de votre fond d’écran variera progressivement au cours de
la journée, allant d’un bleu énergique le matin à un violet doux et apaisant le soir.
Virtualisation :
La virtualisation est une partie importante que de plus en plus de personnes utilisent,
celle-ci n’est pas en reste. L’accent a été mis sur la sécurité, en effet maintenant grâce à
l’intégration d’une nouvelle bibliothèque il est possible de chiffrer au format SSH/TLS
afin de garantir vos accès. Les autres points sont les modifications apportées à l’interface
graphique de virt-manager, plus claire et supportant les dernières fonctionnalités
FEL (Fedora Electronic Lab) :
Ce nouveau produit est une version de Fedora créée par le groupe "embedded"
(Embarqué). Ce projet a pour but d’intégrer un maximum d’applications de qualité
professionnelle autour de la thématique électronique pour fournir un live-cd destiné aux
Universités.
10
Contenu disponible sous licence Creative Commons
2
Télécharger Fedora
Par : GuillaumeKulakowski
Avec l’aimable contribution de : Pascal Parois
2.1
2.1.1
1ère étape : Live CD ou DVD ?
Live CD
Le live CD[1] vous permet de tester Fedora sans aucune installation, de la façon la
plus simple possible. Vous placez le CD dans votre lecteur, vous amorcez votre système
dessus et vous pouvez tester Fedora sans risques - comme s’il y en avait ;-).
Convaincu ? Alors, un simple clic sur le bureau de Fedora, et vous pouvez l’installer.
Le live CD de Fedora est disponible sous les deux environnements de bureau
GNOME[2] et KDE[3].
Information :
L’environnement de bureau par défaut sous Fedora est GNOME.
2.1.2
DVD
Le DVD vous permet d’installer Fedora avec un large choix de paquets dont :
– GNOME[2]
– KDE[3]
– XFCE[4]
– Plusieurs suite bureautiques (OpenOffice.org[5], GNOME office[6], KOffice[7], . . .)
– ...
2.2
2ème étape : Bien choisir son architecture
Fedora est disponible sous plusieurs architectures. Ce chapitre vous aidera à choisir
la bonne.
En cas de doute. . .
Si vous doutez de l’architecture que vous devez utiliser, sachez que si vous n’utilisez pas de Mac,
la version i386 fonctionnera à tous les coups. Elle conviendra également pour les MacIntel.
2.2.1
i386
Architecture Intel x86. Convient pour tous les processeurs Intel[8] 32 bits et
compatibles, dont les processeurs AMD[9] 32 bits et les Mac Intel[10] (les Mac d’après
juin 2005).
Listes non exhaustive des processeurs :
– Intel (sauf Core 2 Duo, Centrino Core 2 Duo, ou Xeon)
– AMD (sauf 64 ou x2 dual-core)
– VIA C4
– Apple MacBook Pro
11
Contenu disponible sous licence Creative Commons
2.2.2
X86_64
Architecture 64 bits. Convient pour tous les processeurs AMD64[9] et compatibles,
dont les Intel64[8].
Listes non exhaustive des processeurs :
– Intel Core 2 Duo
– Centrino Core 2 Duo
– Xeon
– AMD Athlon64/x2
– Sempron64/x2
– Duron64
2.2.3
ppc
Architecture PowerPC. Convient aux Mac[10] d’avant juin 2005.
Listes non exhaustive des machines :
– Apple Macintosh G3, G4, G5
– PowerBook
2.3
3ème étape : Télécharger Fedora
La dernière version stable de Fedora est Fedora 8 nom de code Werewolf, sortie le
08 novembre 2007.
La prochaine version de Fedora, Fedora 9, devrait sortir le 1 mai 2008.
Information :
La solution recommandée pour télécharger l’image ISO dont vous aurez besoin est BitTorrent[11],
vous trouverez les fichiers torrents disponibles sur le tracker du Projet Fedora : http://torrent.
fedoraproject.org
L’autre solution consiste à utiliser l’un des miroirs disponibles :
– Live CD GNOME : i386[12] | x86-64[13].
– Live CD KDE : i386[14] | x86-64[15].
– DVD Fedora 8 : i386[16] | x86-64[17] | ppc[18].
Information :
Les anciennes versions, les versions de développement ainsi que la liste liste complète des
miroirs est disponible sur la page "Miroirs publics actifs de Fedora[19] ".
2.4
4ème étape : Vérification des images ISO
Après avoir téléchargé les images ISO, il est nécessaire de vérifier l’intégrité de
celles-ci. Cette vérification s’effectue grâce à la commande sha1sum depuis un terminal
(SHA-1[20] – Secure Hash Algorithm – est une fonction de hachage cryptographique
conçue par la National Security Agency des États-Unis). En comparant la valeur
12
Contenu disponible sous licence Creative Commons
retournée par la commande et celle fournie par Fedora (dans le fichier SHA1SUM, situé
dans le même répertoire que les images ISO sur le serveur FTP).
Placez les images ISO et le fichier SHA1SUM dans le même répertoire puis lancez :
$ cd <chemin-vers-le-répertoire-contenant-les-images>
$ sha1sum -c SHA1SUM
Remarques
Il est inutile de vérifier les images ISO téléchargé depuis bittorent, le client bittorrent s’en charge
automatiquement. Pour vérifier l’intégrité des images depuis windows, utilisez l’éxecutable
sha1sum.exe[21]
2.5
2.5.1
5ème étape : Gravure du DVD ou du CD
Depuis linux
– Avec l’environement KDE, un double clic sur l’iso vous ouvre k3b. Il faut préalablement installer k3b ;
– Avec l’environement gnome, un clic droit sur le fichier iso, puis choisir « Graver ».
2.5.2
Depuis Windows
– Avec Nero, lors du lancement de Nero express, vous avez une entrée « Graver
un fichier image ». Depuis Nero Burning ROM, Choisir l’entrée « Fichier >
Graver une image » ;
– Avec Roxio Easy CD & DVD Creator 6, Lancez Creator Classic, Dans le
menu choisir : « Fichier > Graver un disque depuis une image », puis lancez la
gravure.
2.6
Et après ?
– Guide d’installation de Fedora en images
– YUM : Configuration du gestionnaire de paquets
13
Contenu disponible sous licence Creative Commons
3
Installation de Fedora
Par : Pierre-Yves Chibon, Pascal Parois
3.1
Introduction
Ce tutoriel s’adresse aux personnes désireuses d’installer Fedora, un système d’exploitation open source. Il présentera l’installation depuis le DVD ou le live CD. Des
méthodes d’installations alternatives et sont décrites également dans ce wiki :
– Installation depuis le réseau : netinstall. La configuration du serveur est décrite
ici : Configuration d’un serveur pour lancer des installations par PXE boot ,
– Installation depuis le réseau à partir d’un média local : Netinstall de Fedora ,
– Installation depuis votre disque dur : Installation sans média.
3.2
Fedora ?
Fedora est un système d’exploitation basé sur Linux qui utilise les technologies issues
du monde libre les plus récentes. Fedora est gratuit pour tout le monde, tant pour son
utilisation que sa modification ou sa redistribution. Fedora est conçu par de nombreuses
personnes réparties sur toute la planète et regroupées en une communauté : le projet
Fedora (http://fedoraproject.org). Le projet Fedora est ouvert et tout le monde
peut y contribuer.
Si vous n’avez pas votre CD ou DVD sous la main, il est temps de le télécharger.
Pour vous aider à choisir la version qui conviendra à votre ordinateur, voir la page
Télécharger Fedora. Si vous voulez utiliser Fedora conjointement avec windows, La
lecture de cette page peut-être utile : Double boot Windows XP - Fedora
Remarques
Vous pouvez vérifier si votre matériel est supporté sur l’une des pages suivantes :
– Ordinateurs Portables[22]
– Ordinateurs de bureau[23]
Un tutoriel existe pour vous aidez à choisir votre version et où télécharger le DVD d’installation :
Télécharger_Fedora
3.3
3.3.1
Installation de Fedora
Vérification du disque
La première image que vous obtenez lorsque votre ordinateur démarre sur votre
CD/DVD est la suivante (choisissez bien l’option pour booter sur le lecteur optique, cf
la documentation de la carte mère) :
14
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Plusieurs possibilités s’offrent alors à vous :
– Installer ou mettre à jour Fedora mode graphique ;
– Installer ou mettre à jour Fedora en mode texte ;
– Dépanner une installation éxistente ;
– Booter depuis le disque dur.
Remarques
Pour régler certains problèmes d’affichage lors de l’installation ou passer outre la détection
automatique du matériel, plusieurs options sont possibles, qui s’appliquent à Anaconda,
l’installateur de Fedora. Pour pouvoir les entrer, il suffit d’appuyer sur la touche [TAB] de
votre clavier, ce qui affichera une ligne du type : > vmlinuz initrd.img juste en dessous du
menu. Il faut la compléter (ne rien supprimer).
– Linux vesa pour utiliser les pilotes Vesa si vous avez des problèmes d’affichage ;
– Linux 1024*768 pour configurer la résolution de votre écran si elle est mal détectée ;
– linux noapic APIC = Advanced Programmable Interrupt Controller ;
– linux acpi=off ACPI = Advanced Configuration and Power Interface (si vous avez un
problème sur la gestion de l’énergie) ;
– linux clocksource=acpi_pm Utilisé si l’installation se bloque à /sbin/loader ;
– linux pci=nomsi Utilisé pour la reconnaissance de certain disques en SATA.
Ces options sont revus en détail ici[24] et la (en)[25]
Il faut distinguer les options prises par Anaconda à l’installation (le paragraphe sus-cité) et
les options générales que le noyau accepte à son lancement, qui sont décrites dans ‹ kernelparameters.txt ›, du paquetage kernel-doc. Le chemin est ‹ usr/share/doc/kernel-doc-X.Y.Z/Documentation/kernel-parameters.txt ›.
La suite de ce tutoriel considérera une installation en mode graphique.
Avant de poursuivre l’installation, le système vous demande si vous voulez vérifier
l’intégrité de vos/votre CD/DVD. Il est fortement recommandé d’effectuer cette vérification, cela vous évitera la mauvaise surprise de fichiers illisibles lors de l’installation
par exemple.
15
Contenu disponible sous licence Creative Commons
3.3.2
Paramétrage des langues
Après la vérification de l’intégrité de votre support, le système vous demande de
choisir votre langue puis la disposition de votre clavier.
Pour un clavier « azerty » français vous avez le choix entre le Latin 1 et le Latin 9,
ce deuxième vous donnant plus de caractère pour la langue française (notamment le
signe €), il est donc fortement conseillé de le choisir.
Si vous avez un clavier avec une disposition différente (belge, luxembourgeoise,
québecoise, etc), merci de nous donner la meilleure disposition par un message sur le
forum.
3.3.3
Choix du partitionnement
Remarques
Suite à un changement dans la gestion des disques dur, depuis fedora 7, tous les disques sont
vus sous la forme sdx, il n’y a plus de distinction entre les disque ide (hdx) et SATA (sdx).
Après avoir choisi votre configuration linguistique vous pouvez choisir la manière
dont Fedora est installée sur votre disque dur. Les 3 paragraphes suivants permettront
de vous guider suivant votre système actuel et votre niveau.
16
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Remarque
Si votre disque dur est en SATA et n’apparait pas dans les écrans de configuration du
partitionnement, alors essayez la commande suivante à l’invite : linux pci=nomsi
C’est votre première installation et votre premier contact avec un système
GNU/Linux
Il est alors conseillé aux débutants de laisser le partitionnement par défaut (2ème ou
3ème option en fonction de vos possibilités). Le partitionnement par défaut va adopter
la structure suivante :
– ‹ /boot › : partition sur laquelle sont installées les informations nécessaires au
démarrage,
– ‹ / › : partition sur laquelle est installée le système,
– ‹ SWAP › : partition dont le système se sert pour décharger la mémoire (RAM)
lorsqu’elle atteint un certain niveau.
Remarques
Le ‹ / › et le ‹ SWAP › faisant partie d’une unique entité appelée LVM (Logical Volume
Manager). Il est fortement conseillé de changer le nom par défaut de cette LVM. En effet, si
vous conserviez le nom par défaut, il vous serait très difficile par la suite de monter ce LVM
sur une autre installation de Fedora. Notez que la modification du nom du LVM n’est possible
que depuis l’installation en mode graphique.
Si vous avez déjà un système d’exploitation sur votre ordinateur
Si vous avez un autre système d’exploitation présent sur votre ordinateur et que
vous désirez le conserver, il est nécessaire que vous prépariez le partitionnement. La
meilleure solution est de partitionner depuis un logiciel de partitionnement (Gparted[26]
- logiciel libre et gratuit -, partition magic - logiciel non libre et payant) pour créer
un espace non partitionné, dans lequel seront créées et formatées les partitions lors de
l’installation de Fedora. La dernière version du live cd de Gparted (juin 2007) gère les
partitions NTFS de Windows Vista.
Si vous êtes un utilisateur avancé
Dans ce cas vous pouvez choisir un partitionnement personnalisé, où vous pouvez
choisir les partitions que vous souhaitez créer/formater/supprimer.
17
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Exemple de partitionnement communément admis :
– ‹ /boot › partition sur laquelle va se lancer Fedora (utile en cas de multiboot et ne
prends que très peu place). Optez pour une taille d’environs 100Mo,
– ‹ / › partition sur laquelle s’installe le système. Variez la taille de cette partition
en fonction de votre disque dur mais sachez qu’une installation complète du
DVD/CD prendra environ 9 Go,
– ‹ SWAP › correspond à la partition SWAP, historiquement elle était fixée à deux
fois la valeur de la RAM de l’ordinateur. Aujourd’hui il est admis que même s’il
vaut mieux une SWAP supérieure à la RAM présente dans l’ordinateur, il n’est
plus nécessaire de mettre une valeur aussi élevée,
– ‹ /home › Partition sur laquelle sont conservées les données de l’ensemble des
utilisateurs. Faire une partition ‹ /home › séparée permet de simplifier la transition
des données utilisateurs, notamment lors des changements de version de Fedora.
Remarques
L’utilisation que vous prévoyez pour votre ordinateur définira le choix de la taille des différentes
partitions. Par exemple, si vous préparez un serveur web, les fichiers seront stockés dans le
répertoire ‹ /var/www/ ›, les bases de données MySql dans ‹ /var/lib ›, vous pourrez donc
dans ce cas choisir d’attribuer beaucoup d’espace disque à ‹ / › ou encore créer une partition
spécifique pour ‹ /var ›. Dans le cas d’une utilisation bureautique, une taille confortable de la
partition ‹ /home › sera à préférer.
3.3.4
Installation de GRUB
Vous devez choisir l’emplacement d’installation de GRUB (Grant Unified Boot
loader). GRUB est ce qu’on appelle un chargeur de démarrage, en d’autres termes un
programme qui permet de choisir et de lancer un système d’exploitation. Si vous n’avez
qu’un seul disque, a priori, les options par défauts conviennent. Si vous avez plusieurs
disques, faites attention au disque sur lequel GRUB va s’installer. Pour de plus amples
informations sur GRUB, consultez l’article GRUB : Les bases pour Fedora.
18
Contenu disponible sous licence Creative Commons
3.3.5
Configuration réseau
Vous pourrez y saisir les caractéristiques de votre réseau pour que Fedora se connecte
à internet. Vous n’avez rien à faire si le PC est branché directement au modem en
ethernet. Si vous possédez plusieurs ordinateurs en réseau, il est peut être nécessaire de
spécifier les paramètres manuellement. La connexion de votre ordinateur au modem en
USB est déconseillée, des pilotes non présents sur le DVD peuvent être requis.
L’écran suivant vous permet de choisir le fuseau horaire de votre lieu de résidence
de manière à régler l’horloge de votre système d’exploitation.
3.3.6
Choix du mot de passe root
L’utilisateur root est un « super utilisateur » qui sert à administrer le système, son
usage doit être réservé à des cas bien particuliers car cet utilisateur possède les pleins
pouvoirs sur l’ensemble de votre système.
19
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Qualité du mot de passe root
Ce mot de passe est très important, choisissez-le bien, tant d’un point de vue de la sécurité
que pour vous en souvenir facilement. Les mots de passe aléatoires, composés de lettres en
majuscules et minuscules ainsi que de chiffres sont à privilégier au nom de vos enfants ou leur
date de naissance.
3.3.7
Installation des programmes
Lors de l’installation, Fedora vous propose trois catégories de programmes que vous
pouvez sélectionner en fonction de l’usage que vous aller avoir de votre ordinateur. Vous
pouvez aussi décider d’augmenter le nombre de programmes disponible en ajoutant des
dépôts externes.
Si vous en avez un usage plus particulier ou que vous désirez installer des programmes
spécifiques vous avez la possibilité de les choisir en personnalisant l’installation. Fedora
va maintenant copier les fichiers sur votre disque dur, puis vous demandera de redémarrer
votre ordinateur après vous avoir invité à retirer votre DVD.
20
Contenu disponible sous licence Creative Commons
3.4
3.4.1
Configuration au premier démarrage
Grub
Lors du démarrage de Fedora, GRUB commence par se lancer :
Vous avez 5 secondes (temps par défaut) pour appuyer sur une touche si vous ne
souhaitez pas démarrer sur Fedora. Dans ce cas vous arrivez sur cet écran :
Remarques
Le clavier est en « qwerty » à ce moment. Pour taper « a », utilisez la touche [q] ([c] et [e]
restent inchangés).
Pour en savoir plus sur GRUB, référez-vous à l’article GRUB : Les bases pour Fedora.
21
Contenu disponible sous licence Creative Commons
3.4.2
Page d’accueil de l’assistant de première configuration
Lors du premier démarrage un certain nombre de paramètres sont à configurer.
3.4.3
Configuration du pare-feu
Après l’acceptation de la licence, le système vous demande de configurer le Parefeu[27]. Il est conseillé de laisser le pare-feu activé. En revanche les options à cocher sont
fonction de l’utilisation de votre ordinateur. Pour un poste de travail, aucune ouverture
de port n’est nécessaire.
3.4.4
configuration de SELinux
Ensuite, vous arrivez sur l’écran de configuration de SELinux[28] (Security Enhanced
Linux), logiciel de sécurité de Fedora. Ce n’est pas un pare-feu, SELinux s’occupe de
22
Contenu disponible sous licence Creative Commons
vérifier les autorisations des applications et contrôle leur exécution dans un environnement sécurisé. Par défaut il est recommandé de laisser SELinux en mode Strict (ou
enforced en anglais).
Trois niveaux vous sont proposés :
– Strict,
– Permissif (ce mode n’est utile qu’à des fins de debogage),
– Désactivé.
3.4.5
Réglage de la date et de l’heure
Il vous faut ensuite régler votre horloge :
23
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Remarques
Windows stocke l’heure dans le BIOS au format local (GMT+1 pour la France). Veillez donc
bien à ce que Linux utilise ce même format pour éviter des changements d’heure à chaque
changement de système d’exploitation. Il est également possible d’activer la mise à l’heure
depuis un serveur NTP pour corriger l’heure automatiquement.
3.4.6
Hardware profile
Cette étape permet d’envoyer la configuration matérielle aux développeurs, sachant
qu’aucune donnée nominative n’est envoyée. Ce profil est renvoyé tous les mois pour
suivre les modifications du matériel. Cette base de données permet aux développeurs de
repérer le matériel populaire pour y consacrer plus d’efforts. L’utilisateur peut également
s’en servir pour vérifier que son matériel est compatible. Les statistiques sont disponibles
à cette page : http://smolt.fedoraproject.org/stats
3.4.7
Création des utilisateurs
Puis vous devez créer votre premier utilisateur (nom d’utilisateur et mot de passe) :
24
Contenu disponible sous licence Creative Commons
L’installation de Fedora est terminée, vous pouvez maintenant vous identifier et
commencer à profiter de Fedora :-)
3.5
Après l’installation
Une fois votre installation terminée, il est conseillé de lire ces quelques pages :
– FAQ_Fedora-Fr, la FAQ de fedora-fr,
– Liste de logiciels, pour vous aider si vous migrer depuis Windows ou tout simplement pour rechercher un logiciel,
– YUM : Configuration du gestionnaire de paquets, Yum permet l’installation, la
suppression et la mise à jour de vos programmes ainsi que du système d’exploitation,
– Pirut (en)[29] fait la même chose que Yum mais avec une belle interface graphique,
– Wifi,
– Les services sous Fedora Core.
25
Contenu disponible sous licence Creative Commons
3.5.1
Les outils d’administrations
Il y a de nombreux outils sympatiques pour la configuration de votre ordinateur qui
ne sont pas installés par défaut. Leurs noms sont de la forme ‹ system-config-* ›. Pour
les installer, il suffit d’utiliser yum (une introduction a son utilisation est donnée dans
le lien juste au dessus) ou « Ajout/suppression de programmes » (Pirut) dans le menu
« Applications ».
3.6
Lectures
– Guide d’installation[30] en plusieurs langues, mais pas de français
– Quelques livres dédiés à Fedora[31]
3.7
Aides/commentaires
En cas de problème avec le tutoriel, si certains points ne sont pas clair ou si vous
désirez d’autres informations n’hésitez pas à venir sur ici[32] le forum.
26
Contenu disponible sous licence Creative Commons
4
GRUB, le gestionnaire de démarrage
Par : HerveRiboulot
Avec l’aimable contribution de : Kiki, Yodo, Marcet, Remi Collet, Mat, Maxime Carron
4.1
Introduction
GRUB (GRand Unified Bootloader) fait l’objet de nombreuses questions. Ce
tutoriel propose une présentation générale et quelques élements pour permettre une
personnalisation rapide du lancement de Fedora ou d’autres systèmes. Il s’appuie très
largement sur les documents de référence suivants :
– édition anglaise (V 0.97) du manuel Grub [241], également traduit en français[242]
(V 0.92), projet GNU. Un historique du projet y figure ;
– « Linux en concentré », éditions O’Reilly, par Ellen Siever, Stephen Figgins et
Aaron Weber, traduction française 2003, correspondant à la 4ème édition orginale
(en anglais) ;
– « Grub -Howto » de Thierry Laronde[243] ;
– Il vient en complément du tutoriel Dual boot Windows XP - Fedora ;
– Le site de référence du projet est : http://www.gnu.org/software/grub ;
– On citera par ailleurs le tutorial Grub de la communauté Ubuntu : http://doc.
ubuntu-fr.org/grub. Attention cependant, le tutoriel présente des commandes
propres à Debian (update-grub) et qui ne sont pas reprises dans Fedora (updategrub interprète des directives qui sont directement portées dans le fichier de
configuration et simplement préfixées d’un caractère ’#’ ; pour Fedora, ce ’#’
préfixe un commentaire ;
– En l’état, il existe deux versions de Grub : une version « legacy » (historique)
correspondant aux versions 0.9X et une version Grub 2, en développement, portée
par GNU. Le présent document traite de la version Grub legacy.
Conventions d’écriture :
Les parties en caractères italiques sont des compléments qui peuvent être ignorés en première
lecture.
4.2
4.2.1
Préalables
Le lancement d’un système, de type « PC »
Le tutoriel concernant le dual boot a décrit le lancement d’un système.
Le lancement d’un système obéit à une séquence générale simple :
– la mise sous tension de l’ordinateur active le BIOS qui assure un ensemble de
contrôles (mémoire, périphériques . . .) et prépare ainsi l’environnement matériel ;
– le BIOS active alors une courte séquence de codes, dite MBR (Master Boot
Record), logée sur 512 octets en un endroit précis et normalisé du premier disque
actif ;
– le MBR amorce alors un lanceur (boot loader dans la terminologie courante),
NTLDR pour Windows XP, grub ou lilo pour Linux. Par défaut, Grub est utilisé
par Fedora (lilo pour être installé en substitution à grub) ;
27
Contenu disponible sous licence Creative Commons
– le lanceur crée un environnement minimal (initialisation clavier, écran, périphériques dont disque(s) et lecteur de disquettes, mémoire . . .) pour afficher la liste
des systèmes d’exploitation, parmi lesquels l’utilisateur choisit celui qu’il lancera" ;
– le système d’exploitation est alors lancé (pour Linux, initrd se met en oeuvre et
les modules sont chargés pour permettre l’initialisation de l’environnement logiciel
et matériel).
4.2.2
Les fonctions de GRUB
GRUB est un lanceur (bootloader en anglais) qui, après activation par le BIOS, va
amorcer un système d’exploitation.
GRUB peut lancer différents systèmes d’exploitation (Gnu/Linux, Gnu/Hurd,
FreeBSD, NetBSD, OpenBSD, OS2, famille des systèmes Windows . . .).
L’amorce est toutefois différenciée selon les systèmes : GRUB lance ainsi directement
les systèmes ouverts (Linux, Hurd . . .), mais pour les systèmes propriétaires, il active le
lanceur de ces systèmes, selon la logique dite du « chainloading ».
GRUB présente les fonctions générales suivantes :
– prise en charge des architectures i386 « type PC » ;
– démarrage depuis une variété de supports : disquette, disque dur reconnu par le
BIOS, en s’affranchissant de nombreux problèmes de représentation des disques
, réseau. GRUB supporte le mode Logical Block Address (LBA) qui permet
de s’affranchir des limites inhérentes au BIOS (les disques de grandes tailles ne
peuvent être gérés directement par le BIOS) ;
– lancement de divers noyaux (Linux, . . .), support de plusieurs formats d’exécutables
(notamment pour le chainloading) et support de plusieurs formats de fichiers
(ext2fs, ext3fs, dos fat16, dosfat32, . . .) et modules ;
– deux modes principaux de fonctionnement : le mode menu et le mode ligne de
commandes. Le mode menu fournit une interface utilisateur pour le choix du
système à lancer (avec lecture d’un fichier de configuration qui fixe les commandes
de démarrage), et permet par ailleurs d’accéder au mode ligne de commandes et
à une variante du mode menu : le mode interactif.
Modes Menu et Ligne de commande
En mode menu, l’utilisateur exerce ses choix en pointant une ligne à l’aide des flèches de
déplacement et en validant par la touche entrée ; en mode ligne de commandes, l’utilisateur
doit saisir les commandes expressément.
4.2.3
La logique de fonctionnement de GRUB
GRUB est chargé par le MBR. Il s’initialise sous la forme d’un noyau, qui se loge en
mémoire et réalise la détection des éléments majeurs de l’environnement de la machine :
mémoire, disques, clavier, écran, ligne série et réseau éventuellement.
Pour réaliser le démarrage d’un noyau ou d’un gestionnaire d’amorçage tiers, GRUB
utilise des fichiers exécutables appelés ‹ stage1 ›, ‹ stage1_5 › et ‹ stage2 ›.
– ‹ Stage1 › correspond à un fichier qui peut se loger soit dans le MBR, soit dans le
secteur de démarrage d’une partition, ou d’un du disque. Les choix par défaut
28
Contenu disponible sous licence Creative Commons
de Fedora conduisent à utiliser Grub : le MBR correspond alors au Stage1 de
Grub ;
– ‹ Stage1_5 › est lancé par Stage 1 et prend en charge une gestion minimale de
fichiers. Différents systèmes de fichiers sont supportés qui correspondent chacun à
une version spécifique de ‹ Stage1_5 › : ‹ reiserfs_stage1_5 ›, ‹ vstafs_stage1_5 ›,
‹ e2fs_stage1_5 ›, ‹ iso9660_stage1_5 ›, ‹ xfs_stage1_5 ›, ‹ fat_stage1_5 ›, ‹ jfs_stage1_5 ›, ‹ ffs_stage1_5 ›, ‹ minix_stage1_5 ›, ‹ ufs2_stage1_5 ›. ‹ Stage1_5 ›, à
son tour, lance ‹ Stage2 ›.
Quelques précisions
Les espaces de stockage des informations (disques durs, disquettes . . .) font l’objet
d’un formatage : ils sont ainsi préparés pour recevoir des données, selon une organisation
physique spécifique.
Un système de fichiers :
– décrit l’organisation logique des données (regroupement en fichiers soit des ensembles structurés de données, possédant des propriétés communes telles qu’un
nom, des dates d’événement – création, dernière modification. . .– des acteurs d’appartenance – utilisateur, groupe. . .– des modalités d’accès – lecture, écriture. . .–
organisation des fichiers, en arborescence par exemple) ;
– assure la correspondance entre l’organisation logique et l’organisation physique
pour permettre l’écriture de fichiers sur un support physique et la lecture de ces
fichiers depuis ce support.
‹ Stage1_5 › prend en charge a minima différents systèmes de fichiers et permet ainsi
à ‹ Stage2 › :
– de lire des fichiers de configuration (‹ grub.conf › par exemple) pour afficher un
menu ;
– de lire les noyaux des systèmes à lancer et leurs paramètres utiles pour les charger
en mémoire et engager leur lancement.
Le support des formats ext2fs, ext3fs ou Reiserfs offre ainsi à Grub la possibilité
d’accéder directement aux fichiers permettant le lancement des systèmes. Grub peut
ainsi lire les fichiers « noyaux » et « paramètres » dans des partitions Linux. Ces fichiers
peuvent être directement manipulés en utilisant leurs noms (voir 2.2.2).
– ‹ Stage2 › est le noyau de Grub ; il permet d’afficher un menu, de sélectionner
un choix ou d’afficher une ligne de commandes. Les paramètres d’initialisation et
de gestion du menu sont fixés par le fichier grub.conf (voir plus bas). ‹ Stage2 ›
lance le système choisi.
L’amorçage est réalisé comme suit (on simplifiera en ne retenant que Linux et les
systèmes Windows) :
– la séquence Stage1 → Stage1_5 → Stage2 est déroulée. En Stage2, le noyau Grub
est chargé ;
– lancement du mode menu ou ligne de commandes. En mode menu (ou interactif),
les commandes sont lues dans un fichier spécifique. En mode ligne de commandes,
elles sont saisies par l’utilisateur au sein d’un shell minimal (le shell prend les
commandes saisies ligne à ligne et les soumet au noyau pour action). Il est
possible, en mode menu, de modifier les commandes présentées par le fichier de
configuration, avant de les faire exécuter. Ce mode est dit « interactif » ;
– Linux (ou Gnu/Hurd, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD) ou OS2 (ou Windows ou
29
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Solaris) ;
– cas de Linux (ou Gnu/Hurd, FreeBSD, NetBSD, OpenBSD) :
– identification par Grub de la partition sur laquelle le noyau (kernel) est
stocké (directive root → voir plus loin) ;
– accès au système de fichiers et lecture des fichiers nécessaires au lancement :
chargement du noyau (commande kernel) et chargement éventuel de modules
(commande module) ;
– cas d’OS2, systèmes Windows ou Solaris :
– identification de la partition racine (commande rootnoverify) ;
– activation de cette partition (commande makeactive) ;
– lancement du gestionnaire d’amorçage (commande chainloader).
4.2.4
Les futures évolutions de GRUB (GRUB 2)
GRUB 2, réécriture complète de GRUB, se propose les objectifs suivants[244] :
– un noyau plus développé (qui intègre les fonctions de ‹ Stage1_5 ›) et pouvant
prendre en charge un plus large variétés de modules pour mieux s’adapter à
l’environnement matériel (exemple : prise en charge de clés USB. . .) ;
– une meilleure gestion de la mémoire ;
– un cadre de développement plus orienté objet pour mieux séparer les éléments
concernant la gestion des systèmes de fichiers, les périphériques, les drivers, les
commandes, les chargeurs de fichiers. . .et favoriser le travail coopératif ;
– un meilleur support d’internationalisation ;
– une recherche de la plus grande portabilité et interopérabilité (pour aider d’autres
projets).
4.2.5
GRUB et LVM (pour les experts)
Le Howto LVM (traduit en français[245]), indique : « Note : La partition de démarrage
‹ /boot › n’est pas incluse dans le LV car les chargeurs de démarrage ne gèrent pas encore
les volumes LVM. Il est possible que le démarrage sur une partition LVM fonctionne,
mais vous risquez de vous retrouvez avec un système non amorçable ».
A ce jour, Fedora à l’installation, tout en initialisant LVM2 par défaut, ne créent
pas de PV (Physical Volume) pour ‹ /boot ›.
4.3
4.3.1
Paramétrage de GRUB
À l’installation : cas général
On supposera que lors de l’installation, Grub a été choisi comme lanceur. Le fichier
‹ Stage1 › pourra dès lors avoir été installé sur le secteur du MBR (512 octets), ou sur
n’importe quelle partition.
Le démarrage sera pleinement automatisé si le choix du MBR a été retenu. Seul ce
cas sera décrit.
L’installation de Fedora aboutit au déploiement des éléments cruciaux du démarrage
de Grub sur la partition ‹ /boot ›. Ces éléments sont constitués de :
30
Contenu disponible sous licence Creative Commons
dans /boot
Le (les) noyaux Linux installé(s) et son environnement (un exemple) :
config-2.6.10-1.770_FC3 (des paramètres de système)
System.map-2.6.10-1.770_FC3 (l’image du système)
initrd-2.6.10-1.770_FC3.img (initrd qui lance l’ensemble des modules)
vmlinuz-2.6.10-1.770_FC3 (le noyau proprement dit)
dans /boot/grub
stage1 (voir plus haut → l’amorceur de Grub)
device.map (l’image des périphériques dont grub aura besoin)
reiserfs_stage1_5 (Stage 1_5 système de fichiers reiserfs)
vstafs_stage1_5(Stage 1_5 système de fichiers vstafs)
e2fs_stage1_5 (Stage 1_5 système de fichiers e2fs)
iso9660_stage1_5
xfs_stage1_5
fat_stage1_5
jfs_stage1_5
ffs_stage1_5
minix_stage1_5
ufs2_stage1_5
stage2
splash.xpm.gz (l’image qui sera affichée au menu grub, en version gunzippée; grub
sait dézziper)
grub.conf (le fichier de commandes et de paramètres de Grub, qui est exécuté en mode
menu ou interactif)
menu.lst (un lien vers grub.conf)
Le fichier ‹ device.map › décrit les périphériques reconnus par Grub ; il met en correspondance les lecteurs disques et disquettes reconnus par le BIOS et les périphériques
pris en charge par Grub, selon les conventions de nommage de Grub (voir 2.2.1).
Exemple :
# this device map was generated by anaconda
(fd0) /dev/fd0
(hd0) /dev/hda
(hd1) /dev/hdb
On pourra confronter le contenu de ce fichier avec le résultat de la commande ‹ fdisk ›
(à passer dans une console avec les droits root) et ainsi vérifier que tous les disques durs
sont correctement reconnus et pris en charge :
# /sbin/fdisk -l
31
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Disque /dev/hda: 20.4 Go, 20416757760 octets
16 têtes, 63 secteurs/piste, 39560 cylindres
Unités = cylindres de 1008 * 512 = 516096 octets
Périphérique Boot Start
End Blocks Id System
/dev/hda1 *
2
22 10584 be Amorce Solaris
/dev/hda2
23 39560 19927152 bf Inconnu
Disque /dev/hdb: 20.0 Go, 20020396032 octets
255 têtes, 63 secteurs/piste, 2434 cylindres
Unités = cylindres de 16065 * 512 = 8225280 octets
Périphérique Boot Start
End Blocks Id System
/dev/hdb1 *
1
13 104391 83 Linux
/dev/hdb2
14 2434 19446682+ 83 Linux
Dans le cas d’espèce, le système comporte deux disques IDE (hda et hdb), supportant
des partitions Solaris (hda) et Linux (hdb). hdb comprend deux partitions (dev/hdb1 et
dev/hdb2). La commande ‹ mount › permet d’identifier le point de montage de ‹ /boot › :
# mount
...
/dev/hdb1 on /boot type ext3 (rw)
‹ /boot › est monté sur la partition hdb1.
On constate ainsi que toutes les partitions ont été correctement identifiées par Grub.
Le fichier ‹ grub.conf › a été constitué à partir de l’analyse réalisée l’installateur
de Fedora : anaconda. Il porte donc, si la reconnaissance a pu être menée à bien, les
paramètres généraux de tout dual boot.
4.3.2
Lancement en mode menu
Les conventions de nommage des disques et disquettes
Grub, comme indiqué précédemment, ne distingue pas l’IDE du SCSI (ou SATA),
et identifie les disques selon la séquence présentée par le BIOS (plus précisément : Grub
s’appuie sur les interruptions du BIOS et ne peut donc pas identifier séparément IDE et
SCSI). Grub dispose de sa propre convention de nommage reposant sur les principes
suivants :
– Grub identifie les disques et lecteurs de disquettes selon l’ordre de présentation
par le BIOS ;
– il leur affecte un numéro dans une séquence commençant par 0 ;
– le premier disque dur /dev/hda ou /dev/sda est ainsi désigné comme (hd0),
le second disque dur, comme (hd1) et ainsi de suite. Le premier lecteur de
disquettes est identifié comme (fd0). L’utilisation des parenthèses est réservée
à la désignation des unités de données ((hd0), (fd0)) ou partitions (voir plus
32
Contenu disponible sous licence Creative Commons
bas) ; les commandes ne sont jamais entourées de parenthèses.
Grub n’identifie pas les lecteurs de CD comme tels (pas de device (cdX)). Il
existe cependant une méthode de démarrage de Grub depuis un CD bootable
(voir : making a GRUB bootable CD Rom).
– Grub désigne les partitions des disques selon une logique identique : la première
partition du premier disque est ainsi désignée comme (hd0,0), la seconde comme
(hd0,1). Le nommage a ici recours aux parenthèses.
– GRUB s’appuie sur la convention décrite précédemment pour désigner les fichiers.
Un fichier est ainsi nommé à partir de la désignation de son périphérique de
support et de son chemin absolu. Ainsi, si ‹ /boot › est monté sur ‹ /dev/hda1 ›
(hd0,0), et que le fichier se nomme ‹ /boot/grub/grub.conf ›, le nommage pour
GRUB sera : ‹ (hd0,0)/boot/grub/grub.conf ›. On rapelera qu’il ne peut y avoir de
partition sur une disquette.
Remarques
Une autre notation est possible, dite « par liste des blocs ». On désigne le périphérique, la
partition concernée et les différents blocs de stockage du fichier, sur cette partition selon la
convention : bloc de départ + nombre de blocs, bloc de départ + nombre de bloc. . .(autant de
séquences que de blocs contigus différents). La taille des blocs est fonction du formatage du
support de stockage. Le Grub -Howto donne un exemple :
– utilisation du nom du fichier, ‹ vmlinuz › est implanté sur la première partition du second
disque dur : ‹ (hd1,0)/vmlinuz ›
– utilisation de la notation par blocs, le fichier ‹ vmlinuz › (qui n’est pas nommé) est stocké sur
la première partition du second disque dur, dans deux groupes de blocs ; le premier comprend
96 blocs et commence au bloc 1322144 et le second présente 1227 blocs et commence au
bloc 1322248 : (hd1,0)1322144 +96,1322248 +1227.
La notation « par liste de blocs » est utilisée dans le cadre du chainloading (voir plus bas).
Le fichier grub.conf
Le fichier porte l’ensemble des paramètres et commandes que Grub va exécuter
pour amorcer un système, à partir du menu.
Un exemple servira à introduire les principaux paramètres :
# Note that you do not have to rerun grub after making changes to this file
# NOTICE: You do not have a /boot partition. This means that
# all kernel and initrd paths are relative to /, eg.
# root (hd0,1)
# kernel /boot/vmlinuz-version ro root=/dev/sda2
# initrd /boot/initrd-version.img
#boot=/dev/sda
default=1
timeout=5
splashimage=(hd1,0)/grub/splash.xpm.gz
hiddenmenu
title Windows
rootnoverify (hd0,0)
makeactive
chainloader +1
33
Contenu disponible sous licence Creative Commons
title Fedora Core (2.6.10-1.770_FC3)
root (hd1,0)
kernel /vmlinuz-2.6.10-1.770_FC3 ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 acpi=off quiet
initrd /initrd-2.6.10-1.770_FC3.img
Les lignes commençant par « # » ne sont pas interprétées ; elles servent ainsi de
commentaires.
default=0
Les choix dans le menu correspondent à des systèmes pouvant être lancés. Chaque
choix, correspondant à une section dans le fichier ‹ grub.conf ›, commence par une ligne
title. Dans l’exemple, deux entrées sont décrites : Windows et Linux.
Les entrées sont présentées dans le fichier ‹ grub.conf › dans un ordre d’apparition
libre (il n’y a donc pas de préséance entre systèmes !). La première entrée, dans l’ordre
séquentiel de présentation du fichier, est identifiée comme 0, la seconde comme 1 et
ainsi de suite. La variable default indique l’entrée qui doit être activée par défaut. Ici,
il s’agit de Fedora Core (2.6.10-1.770_FC3).
Directive fallback
La directive fallback peut être introduite en complément de default. Elle désigne l’entrée qui
sera activée si l’entrée désignée par défaut ne peut pas être lancée. Exemple : fallback=1
timeout=5
Une temporisation est activée lors du lancement du menu. Au-delà du délai indiqué
en secondes et si aucune touche n’est pressée, le système désigné par défaut est amorcé
automatiquement.
splashimage=(hd0,1)/grub/splash.xpm.gz
Une image peut être utilisée en fond d’écran. Le fichier se présente en un format
spécifique (xpm soit X pixmap, gzippé, selon une palette de 14 couleurs en résolution
640*480. Le chemin est indiqué selon le format interne à Grub. Un tutorial s’attache
aux images de fond de Grub (création, modification) : GRUB : Modifier l’image de fond
(splashscreen). Voir par ailleurs http://ruslug.rutgers.edu/~mcgrof/grub-images
/
34
Contenu disponible sous licence Creative Commons
hiddenmenu
La présence de cette commande conduit Grub à masquer le menu complet (ensemble
des entrées décrites dans le ‹ grub.conf ›) ; seule l’entrée correspondant au système à
lancer par défaut est ainsi présentée pendant la durée de la temporisation.
title XXXX
Exemple : title Fedora Core (2.6.10-1.770_FC3)
La directive title ouvre une section qui décrit une entrée présentée dans le menu et
au-delà, déroule les instructions pour l’amorçage d’un système. La section commence
par title et s’achève au début d’une autre section ou à la fin du fichier.
Le texte figurant au regard de la directive est le texte qui sera affiché dans le menu,
il n’est pas interprété comme une commande.
La section comprend toutes les commandes utiles pour l’amorçage d’un système et
d’un seul.
root (hd1,0)
root désigne le système de fichiers qui doit être utilisé par Stage2 pour l’accès au
noyau à lancer et aux paramètres utiles.
La racine, pour l’entrée décrite (ici Fedora Core ( 2.6.10-1.770_FC3)) se trouve
en /dev/hdb1 (voir l’exemple pris).
kernel /vmlinuz-2.6.10-1.770_FC3 ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 acpi=off quiet
kernel désigne le noyau qui doit être lancé (on voit d’ailleurs ici que Grub sait
directement lancer un noyau Linux). La suite de la ligne désigne le noyau lui-même, à
partir du point de référence donné par la directive root et les paramètres de lancement.
Le point de référence, dans l’exemple, est donc /dev/hdb1, partition qui supporte
‹ /boot ›. Le noyau sera donc recherché dans ‹ /boot ›. Son nom est vmlinuz-2.6.101.770_FC3.
Les éléments qui suivent sont les paramètres de lancement du noyau (ro root=/dev/VolGroup00/Lo
le disque est monté en LVM et on positionne / ; on notera la clause acpi=off qui évite
le support ACPI).
Clauses rhgb ou acpi=on
les clauses rhgb ou acpi=on peuvent soulever quelques problèmes et notamment des blocages
au démarrage. On pourra supprimer la clause rhgb sans difficulté : en ce cas, l’habillage
graphique des différents messages qui apparaissent au lancement cèdera la place au froid
affichage sur fond d’écran noir. . .De même, on pourra supprimer le support acpi par la clause
acpi=off en cas de problème dans la gestion avancée de l’énergie.
35
Contenu disponible sous licence Creative Commons
initrd /initrd-2.6.10-1.770_FC3.img
Le fichier initrd est lié au noyau sélectionné. Il est désigné à partir du point de
référence donné par la directive root. Comme précédemment, il s’agira de /dev/hdb1.
initrd, pour les puristes, définit le disque virtuel initial (à partir duquel seront montées
les différentes partitions et systèmes de fichiers).
title Windows
La section sera désignée comme Windows.
rootnoverify (hd0,0)
rootnoverify fonctionne comme root mais ne tente pas de monter la partition
désignée, cette commande est utilisée pour traiter des partitions que GRUB ne sait pas
lire (voir les remarques concernant Stage 1_5).
makeactive
makeactive désigne le point de référence pour Grub, qui sera alors une partition
active du disque racine. Cette commande ne doit être utilisée que pour les partitions
primaires (sur lesquelles Windows s’installe !).
chainloader +1
chainloader charge un fichier comme «chargeur secondaire. »Dans le cas de Windows, il va ainsi lancer le chargeur de Windows. Le +1 signifie que chainloader va
lire des blocs, à partir de 0. Chainloader pointe sur une partition active d’un disque
primaire, à l’adresse 0. Depuis cette adresse, il va lire le premier bloc qui suit (ce que
signifie le paramère "+1"). Il va ainsi y lire le chargeur Windows (voir les remarques
concernant la notation en listes de blocs).
Un autre exemple illustrera le mécanisme de chainloader, qui s’applique au-delà de
Windows :
title Solaris
rootnoverify (hd0,0)
makeactive
chainloader +1
Lancement d’un système Solaris, implanté sur /dev/hda (le lanceur est sur /dev/hda1).
36
Contenu disponible sous licence Creative Commons
# fdisk -l
Disque /dev/hda: 20.4
Go, 20416757760 octets
16 têtes, 63 secteurs/piste, 39560 cylindres
Unités = cylindres de 1008 * 512 = 516096 octets
Périphérique Boot Start
End Blocks Id System
/dev/hda1 *
2
22 10584 be Amorce Solaris
La partition 1 ne se termine pas sur une frontière de cylindre.
/dev/hda2
23 39560 19927152 bf Inconnu
Augmenter la résolution des consoles tty
Par : JohanCwiklinski
Comme vous avez dû le remarquer, les consoles tty (auxquelles il est possible
d’accéder en combinant les touches [Ctrl] +[Alt] +[F*]) n’ont pas la même résolution
que votre écran.
Si vous souhaitez ne pas démarrer le serveur graphique, les consoles en basse résolution
deviennent vraiment gênantes.
Heureusement, on peut remédier à cela en ajoutant le paramètre vga=xxx dans le
fichier grub.conf.
Par exemple :
title Fedora Core (2.6.18-1.2849.fc6)
root (hd0,2)
kernel /vmlinuz-2.6.18-1.2849.fc6 ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 rhgb quiet
vga=791
initrd /initrd-2.6.18-1.2849.fc6.img
Une fois la machine redémarrée, un Tux (un manchot, la mascotte de Linux) est
visible un bref instant en haut à gauche (le nombre de Tux dépend de votre processeur :
1 Tux pour un monoprocesseur, 2 tux pour un double coeur,etc. . .).
Vous pouvez ensuite apprécier le changement de résolution de la console.
Voici un tableau résumant les valeurs qu’il est possible de mettre après vga= en
fonction de votre matériel :
Nombre de couleurs
37
640x480
800x600
1024x768
1280x1024
1600x1200
256
769
771
773
775
776
32 768
784
787
790
793
797
65 536
785
788
791
794
798
16,8M
786
789
792
795
799
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Note : Les écrans 16/9 ou widescreens ont des résolutions en xvga, on ne peut donc
pas avoir de résolutions identiques en vga (ci-dessus). Utilisez une résolution inférieure
(Exemple : 1024*768 pour un écran en 1280*800)
<noinclude>
</noinclude>
Commandes complémentaires du fichier grub.conf
password = wqsqsqsqs
Le fichier de configuration peut comprendre des paramètres de sécurité pour :
– bloquer le passage en mode interactif (qui permettrait de modifier certaines lignes
de commande du fichier ‹ grub.conf › qui s’exécute. Grub permet, depuis le menu,
de modifier la configuration de lancement des systèmes et de lancer des commandes
pendant son exécution) ;
– et/ou conditionner le lancement d’un ou plusieurs systèmes à la production d’un
mot de passe.
Plusieurs schémas sont possibles, selon le but recherché :
– contrôler le passage en mode interactif : la commande ‹ password › force
la vérification d’un mot de passe. Si elle est positionnée avant les sections correspondant aux différentes entrées du menu, GRUB sollicitera un mot de passe
pour passer en mode édition (éditer une ligne du menu) ou ligne de commande. A
défaut de saisie du mot de passe correct, le menu sera utilisé sans possibilité de
modification ;
– contrôler le lancement d’un système : si la commande ‹ password › est positionnée dans une section, le système décrit dans cette dernière ne pourra être lancé
si le mot de passe n’a pas été correctement vérifié. Un mot de passe spécifique
par entrée est possible.
La mise en oeuvre de password est simple :
– On définira et cryptera le mot de passe avec la commande (en root) :
# /sbin/grub-md5-crypt
Le programme demande le mot de passe puis l’édite au format crypté ; exemple :
$1$BUx8n0$Q5dvNcFdkI7PW/BmD./pI0.
– On copiera le mot de passe crypté obtenu dans ‹ /boot/grub/grub.conf › après
l’option password –md5, selon la logique retenue (voir plus haut). L’exemple qui
suit décrit la protection de l’entrée Fedora Core (2.6.10-1.766_FC3smp) :
title Fedora Core (2.6.10-1.766_FC3smp)
password --md5 $1$BUx8n0$Q5dvNcFdkI7PW/BmD./pI0
root (hd0,6)
kernel /boot/vmlinuz-2.6.10-1.766_FC3smp ro root=LABEL=/1 rhgb quiet
initrd /boot/initrd-2.6.10-1.766_FC3smp.img
38
Contenu disponible sous licence Creative Commons
On notera que le mot de passe mentionné est distinct des différents mots de passe
gérés par les systèmes qui seront lancés. Il est propre à Grub et son usage se restreint
au menu de Grub.
Spécificités de certaines entrées Windows dans grub.conf
map
Pour son lancement, Windows suppose une installation sur le premier disque actif.
En certaines circonstances, Windows a pu être installé sur un autre disque. Le lancement
du système n’est donc pas directement possible par la technique du chainloader.
La solution consiste à organiser une permutation « symbolique » du point de vue de
Grub :
title Windows
map (hd1) (hd0) (à ajouter)
map (hd0) (hd1) (à ajouter)
rootnoverify (hd1,0)
makeactive
chainloader +1
Windows, de facto installé sur le disque 2 (hd1), sera vu de Grub comme étant
installé sur le disque 1 (hd0) et le démarrage de chainloader pourra alors être assuré.
Rien n’aura cependant été modifié quant à la description des unités de stockage et
l’artifice reste à l’usage exclusif de Windows. . .
unhide / hide
Plusieurs partitions primaires de type FAT, VFAT ou NTFS peuvent être présentes
sur un même disque. Pour démarrer Windows sans équivoque, les commandes hide
et unhide permettent de masquer les partitions à l’exception de celle depuis laquelle
l’amorce sera réalisée.
hide masque une partition et unhide révèle une partition. La combinaison permet
de ne présenter que la partition ad hoc. Exemple (on masque la première partition) :
title Windows
unhide (hd0,0)
hide (hd0,1)
rootnoverify (hd0,0)
makeactive
chainloader +1
Un autre exemple commenté est livré dans la FAQ portant sur le Dual boot Windows
XP - Fedora, section 4.2 (boot à 3 systèmes d’exploitation : deux versions de Windows
et Linux).
39
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Certains utilisateurs peuvent souhaiter lancer Windows par défaut. Cependant, la
mise à jour des noyaux Fedora conduit à déplacer le rang de l’entrée Windows et le
choix par défaut, porté par la clause default est ainsi modifié (exemple : default=2
pointe sur la 3ème entrée qui correspond à Windows. En cas de mise à jour d’un noyau
Fedora, une nouvelle entrée sera insérée en première position et dès lors, l’index de
l’entrée correspondant à Windows ne sera plus 2 mais 3).
La clause savedefault permet de préserver le rang d’une entrée quelles que soient
les mises à jour de noyaux intervenues :
title
Windows Vista/Longhorn (loader)
rootnoverify (hd0,1)
savedefault
makeactive
chainloader +1
4.4
Utilisation avancée de GRUB
Le menu est lancé. Il est alors possible de passer en mode interactif ou en mode
ligne de commandes :
– mode interactif : les commandes lues dans le fichier ‹ /boot/grub/grub.conf ›
sont lues au travers du menu et peuvent être modifiées, sans impact toutefois sur
le fichier d’origine ;
– mode ligne de commandes : GRUB propose une ligne pour saisir les commandes qui seront alors exécutées après appui sur la touche [Entrée].
Les deux modes sont activés par appui sur une touche ad hoc :
– touche [c] : ligne de commandes (on retourne au menu par la touche [Échap]) ;
– touche [e] : mode interactif ; les lignes du fichier de configuration sont appelées
(utilisation des [flèches de navigation]) et peuvent être modifiées.
Claviers et modes
Les claviers en mode ligne de commandes ou interactif ne sont pas toujours initialisés en
« azerty ». Le « qwerty » a ses charmes ! La touche [a], comme « append » permet de modifier
les paramètres de lancement du noyau, pour l’entrée mise en surbrillance. Cette option peut
être très utile pour résoudre quelques problèmes de blocage (voir les remarques concernant
rhgb et acpi). Toutefois, le clavier n’étant pas initialisé en français au moment de l’activation
de GRUB, il faut presser la touche [q] (qui correspond à la touche [a] pour le clavier anglais).
4.4.1
Paramétrer le clavier en AZERTY
Pour paramétrer le clavier, dans l’environnement du shell Grub, en clavier français,
on ajoutera dans le fichier /boot/grub/grub.conf les éléments suivants :
# Emulation d’un clavier azerty_FR
setkey less backquote
setkey greater tilde
40
Contenu disponible sous licence Creative Commons
setkey ampersand 1
setkey 1 exclam
setkey tilde 2
setkey 2 at
setkey doublequote 3
setkey 3 numbersign
setkey quote 4
setkey 4 dollar
setkey parenleft 5
setkey 5 percent
setkey minus 6
setkey 6 caret
setkey backquote 7
setkey 7 ampersand
setkey underscore 8
setkey 8 asterisk
setkey backslash 9
setkey 9 parenleft
setkey at 0
setkey 0 parenright
setkey parenright minus
setkey numbersign underscore
# no change for equal
# no change for plus
setkey a q
setkey A Q
setkey z w
setkey Z W
setkey caret bracketleft
# no equivalent for diaresis => we keep the US braceleft
setkey dollar bracketright
# no equivalent for pound => we keep the US braceright
setkey q a
setkey Q A
setkey m semicolon
setkey M colon
setkey bracketleft quote
setkey percent doublequote
setkey asterisk backslash
setkey bracketright bar
setkey w z
setkey W Z
setkey comma m
setkey question M
setkey semicolon comma
setkey period less
setkey colon period
setkey slash greater
setkey exclam slash
setkey bar question
4.4.2
Mode interactif
Les lignes sont sélectionnées à l’aide des touches de navigation.
41
Contenu disponible sous licence Creative Commons
L’appui sur la touche [Échap] annule tous les changements et permet un retour au
menu.
L’appui sur la touche [Entrée] valide les modifications opérées pour la ligne concernée, sans les inscrire toutefois dans le fichier ‹ /boot/grub/grub.conf ›.
Il est aussi possible d’ajouter des lignes :
– appui sur la touche [o] : insertion après la ligne pointée ;
– appui sur la touche [O] : insertion avant la ligne pointée.
4.4.3
Mode ligne de commandes : au lancement de GRUB
La ligne de commandes intègre un éditeur minimal[246], permettant de naviguer
au sein de la ligne saisie, de supprimer, ajouter, remplacer des caractères, appeler
l’historique des commandes passées.
Les commandes qui peuvent être passées par la ligne de commandes sont rappelées
dans 3.3. Certaines commandes sont réservées au menu (‹ grub.conf ›).
La ligne de commandes permet de lancer un système, de conduire des tests ou plus
directement, d’installer GRUB, notamment en modifiant le MBR.
On signalera une fonction très utile, liée à l’utilisation de la touche [Tab] : à l’instar
du bash qui présente des mécanismes de complétion de commandes, si le curseur se
trouve dans ou avant le premier mot de la ligne, la touche [Tab] affichera une liste
des commandes disponibles, et si le curseur se trouve après le premier mot, [Tab]
complétera avec les noms de disques, de partitions et de fichiers selon le contexte.
Un exemple d’utilisation est donné dans la FAQ portant sur le Dual boot Windows
XP - Fedora (4.1- astuces de GRUB).
[Échap] permet de quitter la ligne de commandes.
4.4.4
Mode ligne de commandes : sous Linux
Il est possible d’utiliser sous Linux une « émulation de GRUB » pour tester des
commandes ou installer modifier GRUB. Cette émulation s’appuie sur l’équivalent de
Stage 2 (pour les puristes : l’émulation consiste à faire traiter les appels système non
pas directement par le BIOS mais par le noyau Linux).
Elle est activée par ‹ /sbin/grub ›. La commande ‹ help › permet d’accéder à une
aide en ligne (exemple : grub> help kernel). On quitte par la commande ‹ quit ›.
4.4.5
Utilisation avancée du mode ligne de commandes
Le mode « ligne de commandes » permet d’installer, de tester ou de modifier l’environnement Grub. L’aide est accessible à tout moment dans le shell Grub par la
commande help (help seul provoque l’édition de toutes les commandes possibles et help
commande donne la description sommaire de la commande mentionnée :
grub> help setup
help setup
setup: setup [--prefix=DIR] [--stage2=STAGE2_FILE] [--force-lba] INSTALL_DEVICE
[IMAGE_DEVICE]
Set up the installation of GRUB automatically. This command uses
the more flexible command "install" in the backend and installs
42
Contenu disponible sous licence Creative Commons
GRUB into the device INSTALL_DEVICE. If IMAGE_DEVICE is
specified, then find the GRUB images in the device IMAGE_DEVICE,
otherwise use the current "root device", which can be set by the
command "root". If you know that your BIOS should support LBA but
GRUB doesn’t work in LBA mode, specify the option ‘--force-lba’.
If you install GRUB under the grub shell and you cannot unmount
the partition where GRUB images reside, specify the option
‘--stage2’ to tell GRUB the file name under your OS.
Utilisation de root
La syntaxe est : root [DEVICE [HDBIAS]]
DEVICE : hdX [HDBIAS] : partition pour le DEVICE
root (hd0,0)
Root détermine la référence absolue pour toutes les commandes qui seront passées.
La partition désignée sera par ailleurs montée (Grub utilisera les images Stage1_5 pour
supporter le système de fichiers porté par la partition).
Utilisation de setup
La syntaxe est : setup [--force-lba] [--stage2=os_stage2_file] [--prefix=dir]
install_device [image_device]
install_device : localisation où stage1 sera implanté (il peut s’agir du MBR ou
d’une partition ; s’il s’agit du MBR, on amorce Grub directement).
image_device (non obligatoire) : contient les images Grub (qui sont généralement
dans /boot/grub/, en l’occurrence les fichiers permettant le support, par Grub, de
différents types de fichiers) setup (hd0) (hd0,0) réalise l’installation de stage1 sur le
secteur MBR, à partir d’une image qui est stockée sur (hd0,0) soit la première partition
du premier disque (correspond à /dev/sda1).
setup (hd0,0) (hd0,0) réalise l’installation de stage1 non pas sur le secteur MBR
mais sur la première partition du premier disque.
Utiliser root et setup pour certaines installations
problèmes Grub à l’installation
A l’installation, il peut arriver qu’Anaconda -l’installeur- soit confronté à des situations qui se
caractérisent par une différence entre l’ordre des partitions tels qu’il ressort de la commande
fdisk et l’ordre des partitions perçu par Grub. Grub ne se lance alors pas correctement et une
erreur 17 est affichée. Pour remédier à la difficulté, on lancera le mode commandes de Grub,
on explorera les partitions à l’aide de find voire de root -par tâtonnement- et on réinitialisera
La partition support de /boot est identifiée en Partition num : 7, Filesystem type unknown,
partition type 0x82 ou type 0x83.
On citera une astuce de Remi Collet, pour régler certains problèmes de démarrage
de Grub liés au nommage des unités de stockage :
43
Contenu disponible sous licence Creative Commons
L’un des problèmes avec GRUB est lié au nommage des disques différent
de celui utilisé par Linux : (hd0,1) pour /dev/hda2 . . .
Une solution très simple pour identifier les partitions est l’utilisation de la
commande ‹ find › en mode ligne de commandes (ou en mode « émulation »).
Par exemple, pour installer Grub on peut utiliser les commandes suivantes (plus précises que ‹ grub-install ›, semble-t-il) :
# grub
GNU GRUB version 0.95 (640K lower / 3072K upper memory)
[ Minimal BASH-like line editing is supported. For the first word, TAB
lists possible command completions. Anywhere else TAB lists the possible
completions of a device/filename.]
grub> find /boot/grub/stage1
(hd0,1)
(hd0,4)
grub> root (hd0,1)
Filesystem type is ext2fs, partition type 0x83
grub> setup (hd0)
Checking if "/boot/grub/stage1" exists...yes
Checking if "/boot/grub/stage2" exists...yes
Checking if "/boot/grub/e2fs_stage1_5" exists...yes
Running "embed /boot/grub/e2fs_stage1_5 (hd0)"...16 sectors are embedded.
succeeded
Running "install /boot/grub/stage1 (hd0) (hd0)1+16 p (hd0,1)/boot/grub/stage2
/boot/grub/grub.conf"...succeeded
Done.
grub> quit
– Phase 1 : ‹ find › : permet d’identifier les partitions contenant le
fichier cherché. Dans le cas traité on remarquera que la machine
utilisée dispose de 2 installations de Linux (c’était avant que je fasse
un ‹ /boot › commun).
– Phase 2 : root : désigne la partition référence pour rechercher
les images de Grub (stage1, stage1_5, stage2). Ces images seront
recherchées, selon l’exemple, en (hd0,1)/boot/grub ou (hd0,1)/grub.
– Phase 3 : setup : installation dans le MBR du stage1.
Remi Collet
44
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Utiliser root et setup pour faire cohabiter plusieurs distributions
plusieurs distributions
Il est possible de faire cohabiter sans difficulté plusieurs distributions Linux en permettant
à chacune de réaliser ses mises à jour, sans contraindre systématiquement à une adaptation
du menu Grub. Un exemple illustre le problème : Fedora ou Ubuntu modifient les noms des
noyaux à chaque mise à jour et si Ubuntu est lancé depuis le Grub de Fedora, il faudra, à
chaque mise à jour, modifier le nom du noyau et de l’initrd dans /boot/grub/grub.conf de la
partition Fedora.
Les éléments du schéma :
– le MBR n’est pas modifié et pointe sur la partition ‹ /boot/grub › de la distribution
X (exemple : Fedora) ;
– un stage1 est installé sur la partition supportant ‹ /boot/grub › de la distribution
X ; il pointe sur ‹ /boot/grub › de cette partition ;
– un stage1 est installé sur la partition supportant ‹ /boot/grub › de la distribution Y
(exemple : Ubuntu) ; il pointe sur ‹ /boot/grub › de cette partition (dans l’exemple,
‹ /boot/grub/menu.lst ›) ;
– les fichiers ‹ /boot/grub/grub.conf › (ou ‹ /boot/grub/menu.lst ›) des deux distributions ont été modifiés pour inclure une entrée pointant sur stage1 résidant sur la
partition ‹ /boot › de l’autre distribution.
– les séquences sont alors décrites comme suit :
– MBR → amorçage de Grub pour la partition de la distribution X (Fedora). Le
menu Grub ’distribution X’ s’affiche ;
– choix de l’entrée pointant sur le stage1 qui réside sur la partition ‹ /boot › de la
distribution Y (Ubuntu) ;
– le stage1 lance Grub pour la partition de la distribution Y (Ubuntu). Le menu
Grub ’distribution Y’ s’affiche ;
– une entrée pointe sur le stage1 qui réside sur la partition ‹ /boot › de la distribution X (Fedora) et permet ainsi de lancer Grub ’distribution X’ si nécessaire.
# fdisk -l
Cas pratique . . .
Device Boot
/dev/sda1
/dev/sda2 *
/dev/sda3
/dev/sda4
/dev/sda5
/dev/sda6
/dev/sda7
/dev/sda8
/dev/sda9
45
Start
End Blocks Id System
1 1274 10233373+ 12 Compaq diagnostics
1275 7363 48909892+ 6 FAT16
7364 13862 52203217+ 7 HPFS/NTFS
13863 38913 201222157+ 5 Extended
13863 13875 104391 83 Linux
13876 14016 1132551 82 Linux swap / Solaris
14017 27844 111073378+ 83 Linux
27845 27857 104359+ 83 Linux
27858 38913 88807288+ 83 Linux
Contenu disponible sous licence Creative Commons
– ‹ /dev/sda1 › : sauvegarde Vista (correspond à (hd0,0)
– ‹ /dev/sda2 › : lanceur de Vista (correspond à (hd0,1) ; on note l’étoile qui
indique que la partition est active ;
– ‹ /dev/sda3 › : partition Ntfs (correspond à (hd0,2) ;
– ‹ /dev/sda5 › : partition ext2 (correspond à (hd0,4) ; partition supportant ‹ /boot › pour Ubuntu ;
– ‹ /dev/sda6 › : partition swap (correspond à (hd0,5) ;
– ‹ /dev/sda7 › : partition ext3 (correspond à (hd0,6) ; partition supportant ‹ / ›
pour Ubuntu ;
– ‹ /dev/sda8 › : partition ext2 (correspond à (hd0,7) ; partition supportant ‹ /boot › pour Fedora ;
– ‹ /dev/sda9 › : partition ext3 (correspond à (hd0,8) ; partition supportant ‹ / ›
pour Fedora.
Le MBR pointe sur (hd0,7). C’est donc le menu Grub de Fedora qui s’affiche.
On installe le dispositif :
# grub> setup (hd0,4)(hd0,4) => on installe stage1, issu de (hd0,4)/boot/grub, sur
(hd0,4),
soit /dev/sda5; ce stage1 pointe sur (hd0,4)/boot/grub.
# grub> setup (hd0,7)(hd0,7) => on installe stage1, issu de (hd0,7)/boot/grub, sur
(hd0,7)
soit /dev/sda7; ce stage1 pointe sur (hd0,7)/boot/grub
On modifie ‹ (hd0,4)/boot/grub/menu.lst › :
title Menu Fedora
root (hd0,7)
chainloader +1
boot
On modifie « symétriquement » ‹ (hd0,7)/boot/grub/grub.conf › :
title
Menu Ubuntu
root
(hd0,4)
chainloader +1
boot
Le tour est joué !
A noter que les entrées concernant Windows ne sont en rien touchées par le dispositif.
Dans les deux fichiers de configuration de Grub, on trouvera :
title
Windows Vista/Longhorn (loader)
root
(hd0,1)
savedefault
makeactive
chainloader +1
46
Contenu disponible sous licence Creative Commons
4.4.6
grub-install
grub-install est mentionné dans la section Documentation concernant le Dual
boot Windows XP - Fedora.
Le programme, dont l’efficacité est parfois contestée, permet d’installer Grub sur
un disque en utilisant l’émulation réalisée sous Fedora de la ligne de commandes Grub
voir 3.2- Mode ligne de commandes. Il suppose les droits root.
La syntaxe est :
/sbin/grub-install périphérique_d’installation
Le périphérique sous Fedora sera désigné selon les règles de nommage de Linux et
non de GRUB.
Exemple :
/sbin/grub-install /dev/hda
‹ grub-install › sera utilisé principalement pour résoudre des difficultés. On notera
une option intéressante : --recheck ; cette option conduit à « Re-vérifier la carte des
périphériques, même si ‹ /boot/grub/device.map › existe déjà. Vous ne devriez utilisez
cette option que lorsque vous ajouter/enlevez des disques de votre ordinateur ».
4.5
4.5.1
État des commandes et codes d’erreur
Commandes réservées au menu
présentées en 2.2.2
default
fallback
hiddenmenu
timeout
title
4.5.2
Commandes utilisables en menu ou ligne de commandes
présentées en 2.2.2
chainloader
hide / unhide
initrd
kernel
makeactive
map
47
Contenu disponible sous licence Creative Commons
md5crypt
password
root
rootnoverify
Non présentées
bootp
color
device
dhcp
ifconfig
pager
partnew
parttype
rarp
serial
setkey
terminal
tftpserver
blocklist
boot
cat
cmp
configfile
debug
displayapm
displaymem
embed
find
fstest
geometry
halt
help
impsprobe
install
ioprobe
lock
module
modulenounzip
pause
reboot
read
savedefault
setup
testload
testvbe
uppermem
vbeprobe
Le « manuel de référence des commandes » est accessible à l’adresse :
– version française (GRUB 0.92)[33]
– version anglaise (GRUB 0.97)[34]
48
Contenu disponible sous licence Creative Commons
4.5.3
État des erreurs signalées par GRUB
– version française (GRUB 0.92)[35]
– version anglaise (GRUB 0.97)[36]
4.5.4
Quelques moyens de corriger les erreurs
Error 17 : Cannot mount selected partition
le menu Grub s’est correctement affiché mais le choix d’un système a conduit à
une erreur. Cette erreur relève du Stage2 ; en d’autres termes, Grub est correctement
installé mais le paramétrage de /boot/grub/grub.conf, pour l’entrée qui a été sollicitée,
n’est pas correct.
L’erreur signifie : "17 : Cannot mount selected partition Cette erreur est retournée
si la partition demandée existe, mais le type du système de fichiers n’est pas reconnu
par GRUB"
La désignation de root (hdX,Y) n’est donc pas correcte. L’erreur vient généralement
d’une différence par la perception de l’ordre des partitions et la solution consiste à
modifier les valeurs portées dans la ligne root (hdX,Y) pour l’entrée défaillante.
Un exemple :
Le choix Fedora ne peut se lancer.
a- configuration des disques :
Disque /dev/sda: 250.0 Go, 250059350016 octets
...
Périphérique Amorce Début
Fin
Blocs Id Système
/dev/sda1 *
1
30400 244187968+ 7 HPFS/NTFS
Disque /dev/sdb: 250.0 Go, 250059350016 octets
...
Périphérique Amorce Début
Fin
Blocs Id Système
/dev/sdb1 *
1
29644 238115398+ 83 Linux
/dev/sdb2
29645
30401
6080602+ 5 Extended
/dev/sdb5
29645
30401
6080571 82 Linux swap / Solaris
b- extrait de /boot/grub/grub.conf :
title Fedora
root (hd1,0) // => (hd1,0) est ici supposé représenter /dev/sdb1
kernel
/vmlinuz-2.6.23.1-42.fc8 root=/dev/sd1 ro
initrd
/initrd-2.6.23.1-42.fc8.img
c- utilisation de Grub en mode ligne de commandes :
grub> find /boot/grub/stage1
(hd1,0)
49
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Le problème est corrigé en remplaçant (hd1,0) par (hd0,0) contre toutes
les indications fournies . . .Grub considère que (hd1,0) correspond à /dev/sdb1 mais
de facto, cette correspondance n’est pas correcte. Il y a divergence entre l’ordre perçu
par Grub et l’ordre géré par le BIOS.
Lancement de Windows : Starting up. . .GRUB loading stage2
Windows ne peut se lancer. Le point a été vu précédemment[247].
L’exemple fourni précédemment est une illustration du problème : Windows semble
bien résider sur la première partition du premier disque actif mais ne se lance pas car
de facto, l’ordre des disques perçu par Grub diffère de l’ordre réel. Le problème a été
corrigé pour Fedora ; la correction, pour Windows, consiste à utiliser la clause map
comme suit :
title Windows
map (hd0) (hd1)
map (hd1) (hd0)
rootnoverify (hd1,0)
chainloader +1
grubloading, please wait error 21
L’erreur a une origine matérielle. Le MBR tente de lire la partition /boot sur un
disque qui ne peut être accédé.
S’il n’y a qu’un seul disque dans le système, on veillera à vérifier les branchements
et la déclaration dans le BIOS.
S’il y a deux disques et si le disque en question est en seconde position, la solution
consiste généralement à brancher celui-ci derrière le premier disque (et non derrière un
équipement de type graveur).
error 15 : File not found
L’erreur signifie :
15 : File not found
Cette erreur est retournée si le fichier n’est pas trouvé, mais le reste est correct
(comme les informations du disque et de la partition).
Elle résulte généralement de configurations disques atypiques. La solution consiste à
forcer une nouvelle reconnaissance des disques par le script grub-install.
Exemple (environnement FC6 ; on notera que les partitions sont encore distinguées
selon la technologie support en hdX ou sdX) :
Disk /dev/hdb: 81.9 GB, 81964302336 bytes
...
Device Boot Start
End Blocks Id System
/dev/hdb1 *
1 9963 80027766 7 HPFS/NTFS
Disk /dev/hdc:
50
10.2 GB, 10248118272 bytes => support de Fedora
Contenu disponible sous licence Creative Commons
...
Device Boot Start
End Blocks Id System
/dev/hdc1 *
1
13 104391 83 Linux
/dev/hdc2
14 1245 9896040 8e Linux LVM
Disk /dev/sda: 251.0 GB, 251000192512 bytes
...
Device Boot Start
End Blocks Id System
/dev/sda1 *
1 30515 245111706 7 HPFS
Extrait de /boot/grub/grub.conf :
title Fedora Core (2.6.18-1.2798.fc6)
root (hd1,0)
kernel /vmlinuz-2.6.18-1.2798.fc6 ro root=/dev/VolGroup00/LogVol00 rhgb quiet
initrd /initrd-2.6.18-1.2798.fc6.img
Extrait de /boot/grub/device.map :
# this device map was generated by anaconda
(hd0) /dev/hdb
Anaconda n’a pas identifié toute la configuration (éléments manquants : /dev/hdc
et /dev/sda).
La solution consiste à lancer à utiliser le Rescue Disk pour lancer le script grubinstall :
chroot /mnt/sysimage
grub-install /dev/hdb --recheck
Grub-install va réinstaller le MBR sur le disque /dev/hdb et forcer une nouvelle
reconnaissance (clause --recheck) de l’environnement ; il mettra ainsi à jour le fichier
device.map.
L’utilisation du live CD est aussi possible. On montera alors la partition /dev/hdb
(sur /mnt) et on enchaînera les commandes précédentes.
51
Contenu disponible sous licence Creative Commons
5
Installation/suppression de logiciels : YUM
Par : RemiCollet
5.1
Introduction
Fedora utilise les fichiers dits « RPM[37] » (RPM Package Manager) qui sont des
archives contenant des programmes pré-compilés prêts à l’emploi. Évidemment, il est
possible comme sur certains systèmes non communautaires de les chercher un par un
sur internet et de les installer manuellement. Mais la gestion des dépendances peut
quelquefois devenir un véritable casse-tête (un logiciel qui en nécessite un autre, et un
autre. . .).
Pour gérer les paquets du système, Fedora utilise YUM[38], un outil permettant de
gérer les installations, les désinstallations et les mises à jour de paquets au format RPM.
Il gére les dépendances en téléchargeant ce qui est nécessaire. Il trouve les paquets sur
différentes sources (sites internet) que l’on appelle des dépôts.
YUM est fourni en standard dans toutes les versions de Fedora. RPM est l’outil
de base permettant d’installer des logiciels préparés au format « RPM ». Yum est d’une
certaine façon une surcouche à rpm facilitant la vie de l’utilisateur. Téléchargement
de paquets depuis des dépots, recherche des dépendances, etc. Yum n’est pas le
seul logiciel permettant ce genre de chose, Smart par exemple est une alternative
à Yum. Contrairement à Smart, Yum s’utilise uniquement en ligne de commande,
c’est pour cela que des interfaces graphiques existent tel que Pirut qui est fournit
par défaut sur Fedora (Pirut est accessible depuis le menu, rubrique « Application >
Ajout/suppression de programmes »). Toutes les opérations de bases sont faisables avec
Pirut : ajouter/modifier des dépots, installer/supprimer un logiciel, mettre à jour, etc.
Mais pas tout. De plus, il est plus facile d’aider quelqu’un directement avec Yum,
copier/coller du texte c’est beaucoup plus facile. C’est pour cela que sur les forums
vous trouverez très souvent l’utilisation de Yum au lieu d’une interface graphique quelle
qu’elle soit.
5.2
Utilisation d’un proxy
Il est possible d’utiliser YUM derrière un proxy. Il suffit d’ajouter les lignes suivantes
dans le fichier ‹ /etc/yum.conf › et de les adapter à votre configuration.
proxy=http://adresse_proxy:port /
proxy_username=votre_identifiant
proxy_password=votre_mot_de_passe
5.3
Configuration de YUM
Yum utilise des dépots, ce sont, comme leur nom l’indique, des dépots qui regroupent
un ensemble de logiciel. Chaque dépot doit être ajouté à la configuration de Yum pour
être utilisé. Pour cela, il faut créer un fichier avec le contenu adéquat pour chaque
52
Contenu disponible sous licence Creative Commons
dépôt dans le dossier ‹ /etc/yum.repos.d › avec un nom de la forme nomdepot.repo.
Généralement, cette opération manuelle est inutile. Un RPM peut s’occuper d’ajouter
le dépot. Les explications, incompatibilités, installation et autres informations au sujets
des dépôts sont disponibles sur les pages wiki dédiés[248] ; certains dépôts sont listés
ci-dessous.
5.3.1
Pour tous : les dépôts obligatoires
– Depot fedora : les RPM fournis avec la distribution
– Dépôt updates-released : les mises à jour officielles
5.3.2
Pour tous
– Dépôt livna : indispensable pour les pilotes matériels et le multimédia
Remarque
Nous avons privilégié le Dépôt livna par rapport au Dépôt rpmforge car il fournit des pilotes
matériels introuvables ailleurs. Ces deux dépôts étant notoirement incompatibles, il est fortement
déconseillé, sauf aux habitués, de mélanger les RPM en provenance de ces deux sources.
5.3.3
–
–
–
–
–
–
5.3.4
Pour les habitués
Dépôt
Dépôt
Dépôt
Dépôt
Dépôt
Dépôt
dag : une partie de rpmforge
dries : une partie de rpmforge
freshrpms : pour le multimédia
jpackage : pour les applications Java
adobe : pour Macromedia Flash Player
rpmforge : recommandé pour sa variété et sa richesse
Pour les experts
–
–
–
–
–
Dépôt atrpms : des RPM scientifiques et bien d’autres
Dépôt kde-redhat : dépôt spécialisé KDE
Dépôt newrpms : un dépôt généraliste
Dépôt remi : dépôt spécialisé Lamp (Linux Apache Mysql PHP)
Dépôt drpixel : quelques paquets non trouvés ailleurs, modules pour certaines
webcams
– Dépôt kwizart : dépôts de test. Les paquets ont pour vocation de finir dans extras.
5.4
Utilisation de YUM
Une fois YUM configuré, je ne peux que vous conseiller de mettre à jour tout votre
système via la commande (toujours en root) :
# yum update
53
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Si c’est la première fois que vous mettez votre système à jour sur une installation
toute fraîche de Fedora, lancez la commande
# yum update yum
Cette commande permet à YUM de se mettre à jour indépendamment des autres
paquets.
Attention toutefois, le haut débit est indispensable pour réaliser les mises à jour du
système car la quantité de paquets à mettre à jour est conséquente !
Pour rechercher un paquet, faites la commande :
# yum list <nom du paquet>
Bien sûr, ceci n’est pas très pratique si l’on ne connaît pas très bien le nom du
paquet. Heureusement pour vous, YUM accepte le caractère joker * (étoile). Ce
caractère joker fonctionne également avec les autres commandes. Remarque : il est
nécessaire d’« échapper » le joker en plaçant le caractère \ devant celui-ci. Exemple :
# yum list kerne\*
YUM vous listera les paquets correspondants à votre recherche installés et ceux
que vous pouvez installer.
Pour installer un paquet :
# yum install <nom du paquet>
Pour supprimer un paquet :
# yum remove <nom du paquet>
Pour une mise à jour sélective :
# yum --exclude=<nom du paquet> update
Ceci est surtout pratique pour mettre à jour votre système sans mettre à jour votre
noyau si avez de modules que vous ne voulez pas réinstaller à chaque fois ou pour une
autre raison :
54
Contenu disponible sous licence Creative Commons
# yum --exclude=kerne\* update
Pour exclure un dépôt temporairement :
# yum --disablerepo=<nom du dépôt> update
Pour inclure un dépôt temporairement :
# yum --enablerepo=<nom du dépôt> update
Ce sont les principales commandes disponibles avec YUM mais il en existe de
nombreuses autres que vous pouvez découvrir en tapant simplement
# man yum
5.5
Extensions pour YUM
Afin d’améliorer les performances ou affiner les réglages de YUM, vous pouvez
utiliser des extensions (plugins).
La plupart des extensions pour yum sont directement disponible à partir du dépôt
extra.
5.6
Conclusion
YUM simplifie bien la vie des utilisateurs, c’est certain. Avec YUM vous disposez
toujours des derniers paquets car celui-ci interroge les dépôts à chaque opération.
La lenteur souvent reprochée aux premières versions de YUM s’est nettement
améliorée avec les dernières versions.
La quasi-totalité des dépôts a d’ailleurs abandonné le format apt-rpm[39] (portage
pour les systèmes utilisant les RPM du logiciel apt-get[40] de Debian).
Il existe quelques interfaces graphiques simplifiant encore l’utilisation de YUM :
– yumex[41]
– kyum[42]
– smartpm[43]
Voir aussi :
– RPM : les bases de la commande
55
Contenu disponible sous licence Creative Commons
6
Installer les pilotes nvidia
Par : NicolasChauvet
6.1
Prérequis
La première étape à suivre est d’ajouter le dépôt livna à YUM.
6.2
Installation des pilotes pour Fedora 6/7/8
Version des pilotes chez Livna
Le Dépôt livna fournit 3 versions du pilote :
– kmod-nvidia (version 169.07[44]) A partir des Quadro FX et GeForce 5x00 et nécéssaire au
delà des GeForce 8x00 (G80)- Support tfp pour les bureaux 3D - présence de l’extension
libwfb.so fournie par Nvidia
– kmod-nvidia-96xx (version 96.43.01[45]) pour les GeForce4 jusqu’au Geforce 7950 inclus Support Beryl pour les bureaux 3D (Compiz à éviter)
– kmod-nvidia-legacy (version 71.86.01[46]) pour les anciennes GeForce2 et jusq’aux GeForce
5950 incluses - Support du serveur DGA (xdtv)
6.2.1
Pour les GeForce séries 5 et au delà
Si ‹ /sbin/lspci › donne NV >= 30 (NV34 dans ce cas) :
– 01 :00.0 VGA compatible controller : nVidia Corporation NV34GL [Quadro FX
500/600 PCI] (rev a1)
$ su –
# yum install kmod-nvidia
6.2.2
Pour les GeForce séries 2 à 4
Si ‹ /sbin/lspci › donne NV < 30 (NV28 dans ce cas) :
– 03 :00.0 VGA compatible controller : nVidia Corporation NV28 [GeForce4 Ti
4200 AGP 8x] (rev a1)
$ su –
# yum install kmod-nvidia-96xx
6.2.3
Pour les cartes plus anciennes
Si vous avez une carte plus ancienne que GeForce 2 et à partir de RIVA TNT. . .
– 01 :00.0 vga compatible controller : nVidia corporation NV5M64 [riva tnt2 model
64/model 64 pro] (rev15)
56
Contenu disponible sous licence Creative Commons
$ su –
# yum install kmod-nvidia-legacy
6.3
Redémarrer le serveur X
Le moyen le plus simple est de réaliser un reboot complet. Si l’installation du pilote nvidia
a impliqué l’installation d’un nouveau kernel plus récent, vous devez choisir ce dernier lors de
l’affichage du menu grub. En effet, le kmod est installé seulement pour le dernier kernel, mais
il est possible d’installer le kmod correspondant à votre précédant kernel manuellement.
Vous devriez voir s’afficher le logo nVIDIA, puis l’écran de login.
6.4
6.4.1
Fonctionnalités du pilote
nVidia et XEN
Actuellement, nVidia ne supporte pas officiellement les variantes xen du kernel. Il
existe néanmoins certains patches qui permettent d’utiliser le pilote avec cette varriante
du noyau. Cela fonctionne uniquement sous Fedora Core 6 avec une version 1.0-9631
du pilote nVidia. Pour cela il faut mettre une version plus ancienne du paquet xorgx11-drv-nvidia-96xx depuis le dépôt livna et installer le kmod-nvidia-xen depuis le dépôt
kwizart
6.4.2
nVidia et XVMC
L’interêt de XVMC[47] est de permettre l’accélération par le GPU du décodage de
certains formats de vidéos. Les spécifications de cette méthode sont libres. Cependant,
seuls les pilotes propriétaires implémentent XVMC. Pour autant, l’implémentation
dans le driver nVidia reste fermée. Mplayer, Xine et MythTV supportent XVMC si
compilé avec cette option. . .La prochaine version de vlc (0.9.0) devrait elle aussi tirer
parti de ces fonctionnalités des GPU nVidia.
6.4.3
nVidia et SeLinux
Le pilote Nvidia est compatible avec Selinux lorsque le dépot livna est utilisé. Si
vous n’avez pas besoin de Selinux, vous pouvez le désactiver, ou le régler en mode
permissif. Ce dernier mode permet de garder l’étiquetage du système sans empécher le
chargement des bibliothèques.
Pour cela, il faut utiliser :
$ su –
# system-config-securitylevel
57
Contenu disponible sous licence Creative Commons
6.4.4
nVidia et DGA
Certains programmes multimédia utilisent un serveur DGA (par example xdtv).
Bien que la tendance soit d’utiliser XV, il peut être nécéssaire d’avoir un support du
serveur DGA directement dans le driver nVidia. Dans ce cas il faudra utiliser le pilote
nvidia-legacy. Celui-ci supporte les cartes les plus anciennes jusqu’au GeForce série 5.
(mais pas au delà !)
6.5
Problèmes Connus
6.5.1
Informations Générales
Lorsque un problème persiste et n’est pas répertorié, vous pouvez faire quelques
vérifications :
– Le kmod-nvidia correspond à votre noyau (‹ rpm -q kmod-nvidia › et ‹ uname -r ›)
– Est ce que la version du kmod-nvidia correspond à la version de xorg-x11-drv-nvidia
– Si vous avez installé Fedora x86_64, les programmes i386 nécessitent l’installation
de xorg-x11-drv-nvidia-libs-32bit
– Est ce qu’il y a des messages d’erreurs lors du chargement du serveur Xorg : ‹ cat
/var/log/Xorg.0.log |grep EE && cat /var/log/Xorg.0.log |grep WW ›
– Est ce que vous avez désactivé le plug & play dans le bios de la carte mère (à
jour) et activé l’irq pour le vga (parfois nécéssaire).
6.5.2
Problèmes avec Compiz
Il est strictement déconseillé d’utiliser compiz avec les driver nVidia d’activé.
Compiz dans Fedora n’est pas compatible avec composite. Pour utiliser les drivers
nVidia avec Beryl, vous devez paramètrer Beryl pour utiliser composite et forcer
nVidia. . .A noter que compiz-fusion ne semble pas affecté à ce jour.
6.5.3
Problème d’écran blanc
Il existe un bug connu d’écran blanc au moment de la connexion graphique au
serveur X. Certains cartes semblent affectés. Ce bug devrait être corrigé dans les
prochaines version des pilotes. . .Une solution pourrait consister à désactiver composite
voire AIGLX.
6.6
Liens
Le pilote installé, vous pouvez maintenant supprimer le logo au démarrage de Fedora
ou encore activer le dual screen.
58
Contenu disponible sous licence Creative Commons
7
Installer les pilotes AMD (ATI)
Avec l’aimable contribution de : RemiCollet et SylvainReault
59
Contenu disponible sous licence Creative Commons
8
Quel pilote choisir ?
Validité des informations
Ces informations sont valables pour les versions 6 à 8 de Fedora, avec parfois quelques
différences qui sont décrites en cas de besoin. Elles ne concernent que le pilote propriétaire
FGLRX/CATALYST d’AMD/ATI ! Pour les pilotes libres la documentation se trouve ici
http://doc.fedora-fr.org/wiki/Carte_graphique_ATI_:_installation_des_pilotes_libres Carte
graphique ATI : installation des pilotes libres
Pour information : La commande "‹ man radeon › " vous donnera la liste des cartes supportées
nativement par votre version de Fedora. Si votre carte n’est pas dans la liste alors il faudra
passer soit par le dépot livna et ses pilotes ATI (les mêmes que sur le site d’ATI mais en mieux
adaptés à Fedora), soit construire vos RPM depuis le fichier du site ATI (déconseillé !).
Le type de processeur graphique supporté va du R3xx au R5xx et jusqu’au R6xx
depuis la version 8.42.3 (du Radeon 9500 → HD2xxx).
La version des pilotes proposée par le dépôt livna est identique à la version officielle,
mais adaptée et pré-compilée pour Fedora.
Le manuel d’aticonfig, la description des problèmes et de leurs solutions,
si disponible, se trouve ici : En cas de problèmes : manuel et solution du
pilote propriétaire.
60
Contenu disponible sous licence Creative Commons
9
Fedora 8 : Installation des pilotes du dépôt Livna
(version 8.42.3 et +)
L’arrivée de la version 8.42.3 marque une modification majeur du pilote FGLRX !
Il arrive que les mises à jour du pilote modifient sans raison votre fichier de configuration
‹ xorg.conf ›.
N’oubliez pas d’en faire une sauvegarde ! ! L’utilisation du panneau de contrôle ATI ne
fonctionne pas pour le moment sur Fedora 8.
Comme d’habitude, il faudra passer par un yum bien réglé, sans oublier le Dépôt
livna.
Passez en root (‹ su – ›) pour réaliser les opérations suivantes.
Commencez par mettre à jour votre système :
# yum update
Installez le paquet du pilote avec yum comme suit : 32bits :
# yum install kmod-fglrx livna-config-display
64bits :
# yum install kmod-fglrx xorg-x11-drv-fglrx-libs-32bits livna-config-display
À la suite de quoi il faut :
– Lancer livna-config-display :
– cocher la case « Allow livna-config-display. . . » ;
– activer « AIGLX » dans le cadre de l’utilisation de l’accélération 3D de votre
environnement graphique (voir dans la documentation la ) ;
– Pour activer la prise en charge de ce pilote soit :
– vous relancez votre ordinateur (Tout Public) ;
– vous utilisez la méthode décrite ci-dessous (Expert) :
– ‹ su – › ;
– ‹ modprobe -k fglrx › ;
– ‹ depmode -a › ;
– ‹ gdm-restart ›.
61
Contenu disponible sous licence Creative Commons
10
Fedora 7 : Installation des pilotes du dépôt
Livna (version 8.42.3 et +)
L’arrivée de la version 8.42.3 marque une modification majeur du pilote FGLRX ! ! Il arrive
que les mises à jour du pilote modifient sans raison votre fichier de configuration ‹ xorg.conf ›.
N’oubliez pas d’en faire une sauvegarde ! !
Comme d’habitude, il faudra passer par un yum bien réglé, sans oublier le Dépôt
livna.
Passez en root (‹ su – ›) pour réaliser les opérations suivantes.
Commencez par mettre à jour votre système :
# yum update
Installez le paquet du pilote avec yum comme suit : 32bits :
# yum install kmod-fglrx livna-config-display
64bits :
# yum install kmod-fglrx xorg-x11-drv-fglrx-libs-32bits livna-config-display
À la suite de quoi il faut :
– Lancer livna-config-display :
– cocher la case « Allow livna-config-display. . . » ;
– activer « AIGLX » dans le cadre de l’utilisation de l’accélération 3D de votre
environnement graphique (voir dans la documentation la catégorie bureau
3D[?] ;
– Pour activé la prise en charge de ce pilote soit vous :
– Relancez votre ordinateur (Tout Public) ;
– Utilisez la methode décrite ci dessous (Expert) :
– ‹ su – › ;
– ‹ modprobe -k fglrx › ;
– ‹ depmode -a › ;
– ‹ gdm-restart ›.
62
Contenu disponible sous licence Creative Commons
11
Vérification
La commande ‹ fglrxinfo › permet de vérifier si le nouveau pilote est bien utilisé, la
réponse doit ressembler à (surtout la ligne vendor) :
display: :0.0 screen: 0
OpenGL vendor string: ATI Technologies Inc.
OpenGL renderer string: RADEON xxxxxxxxxxxxx
OpenGL version string: 2.xxxxxxxxxx release
63
Contenu disponible sous licence Creative Commons
12
« Fedora core 6 » : Installation des pilotes du
dépôt Livna
A compter de début décembre 2007, Fedora Core 6 n’est plus maintenue, aucune
nouvelle mise à jour ne sera distribuée.
Il arrive que les mises à jour du pilote modifient sans raison votre fichier de configuration
‹ xorg.conf ›.
N’oubliez pas d’en faire une sauvegarde ! !
Il se peut que vous soyez victime du bogue qui vous installe la version i586 du noyau au lieu
du i686 !
Avant toute modification, vérifiez cela en suivant la procédure ci-dessous :
– dans un terminal, entrez :
$ uname -a
– si il vous retourne i586, il faut installer la version i686 qui se trouve (dans sa dernière
version ! !) ici par exemple :
ftp://fr2.rpmfind.net/linux/fedora/core/updates/6/i386
– entrez ensuite :
$ su –c "rpm -Uvh /chemin/vers/paquet_du_noyau_i686.rpm"
– relancez votre ordinateur
Il vous suffira de dés-installer l’ancien noyau si tout fonctionne bien.
Comme d’habitude, il faudra passer par un yum bien réglé, sans oublier le Dépôt
livna
Passez en root (‹ su – ›) pour réaliser les opérations suivantes.
Commencez par mettre à jour votre système :
# yum update
Installez le paquet du pilote avec yum comme suit :
# yum install kmod-fglrx xorg-x11-drv-fglrx*
64
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Au sujet de SELinux, vous n’avez pas besoin de le désactiver si vous rajoutez les
commandes suivante dans un terminal en root :
setsebool -P allow_execstack=1
setsebool -P allow_execmod=1
Modifiez votre ‹ /etc/X11/xorg.conf › comme suit :
Exemple d’une section Module qui fonctionne (n’est plus obligatoire, à ajouter en
cas de problème) :
Section "Module"
Load "dbe"
Load "fbdevhw"
Load "glx"
Load "GLcore"
Load "record"
Load "freetype"
Load "type1"
SubSection "extmod"
Option "omit xfree86-dga"
EndSubSection
Load "evdev"
Load "dri"
EndSection
# Utilisé avec FC6 afin de désactiver aiglx
Section "ServerFlags"
Option "AIGLX" "False"
EndSection
Section "Extensions"
Option
"XVideo" "Disable" ###!!!Valable uniquement pour la version précédent la
8.34.8!!!
Ou
Option
"XVideo" "Enable" ###!!!Valable uniquement pour la version à partir de la
8.34.8!!!
Dans tout les cas finir la section par :
Option
"Composite" "Disable"
EndSection
65
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Pour information, voici une configuration d’exemple de la section « device » qui
fonctionne aussi bien avec des cartes PCI-Express qu’AGP (faire une recherche sur
http://fr.wikipedia.org en cas de besoin) :
Section "Device"
# === Backingstore ===
Identifier "aticonfig-Device[0]"
Driver "fglrx"
Option
"backingstore" "true"
# === Accélération Dri ===
Option
"no_accel" "no"
Option
"no_dri" "no"
# === misc DRI settings → disable DRI mtrr mapper, driver has its own code for mtrr
===
Option
"mtrr" "no"
# === OpenGL specific profiles/settings ===
Option
"Capabilities" "0x00000000"
Option
"CapabilitiesEx" "0x00000000"
# === Video Overlay for the Xv extension ===
Option
"VideoOverlay" "on"###Mettre sur off pour les versions précédents la 8.34.8
Option
"OpenGLOverlay" "off"
# === Center Mode (Laptops only) ===
Option
"CenterMode" "off"
# === Pseudo Color Visuals (8-bit visuals) ===
Option
"PseudoColorVisuals" "off"
# === QBS Management ===
Option
"Stereo" "off"
Option
"StereoSyncEnable" "1"
# === FSAA Management ===
Option
"FSAAEnable" "off" ## mettre sur "on" si vous voulez l’anti-crènelage
Option
"FSAAScale" "2"
Option
"FSAADisableGamma" "no"
Option
"FSAACustomizeMSPos" "no"
Option
"FSAAMSPosX0" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosY0" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosX1" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosY1" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosX2" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosY2" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosX3" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosY3" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosX4" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosY4" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosX5" "0.000000"
Option
"FSAAMSPosY5" "0.000000"
# === Misc Options ===
Option
"UseFastTLS" "0"
Option
"BlockSignalsOnLock" "on"
Option
"ForceGenericCPU" "off"
Option
"KernelModuleParm" "locked-userpages=0"
EndSection
Section "DRI"
# Group 0
66
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Mode
0666
EndSection
Il
–
–
–
y a une autre possibilité que de jouer avec les init :
tapez sur [Ctrl] + [Alt] + [F1]
connectez-vous en root
entrez :
# modprobe -k fglrx
– et ensuite :
# modprobe fglrx
# depmod -a
– Relancez les services :
– Si vous avez une version du pilote précédent la 8.34.8 : ‹ # service ati-fglrx
restart › ;
– A partir de la version du pilote 8.34.8 : ‹ # service fglrx restart › ;
– ensuite (n’est plus valable à partir de la version 8.34.8) : ‹ # ati-fglrx-config-display
enable › ;
– relancez enfin l’interface graphique : ‹ # gdm-restart ›.
Vérifiez aussi la présence du fichier ‹ fglrx_dri.so › dans ‹ /usr/lib/dri › et dans ‹ /usr/lib64/dri › ! (n’est plus valable à partir de la 8.34.8).
Des modifications survenues depuis la version 8.35.xx et au delà sont en
cours de tests et ne sont donc pas disponible ici pour le moment, mais les
informations contenues dans cette documentation sont toujours valables.
67
Contenu disponible sous licence Creative Commons
13
Mises à jour
À partir de Fedora Core 5, et grâce à la nouvelle règle de la dénomination des
pilotes, la mise à jour se fera automatiquement, en même temps que le noyau (à
condition qu’elle soit disponible).
68
Contenu disponible sous licence Creative Commons
14
En cas de problèmes et autres. . .
N’hésitez pas à nous en faire part sur ce sujet pour Fedora core 6 : Pilote ATI
Propriétaire à lire avant toutes choses ![?], pour Fedora 7 Pilote ATI Propriétaire à
lire avant toutes choses[?] et pour Fedora 8 Pilote propriétaire AMD/ATI (fglrx)[?] !
En attendant une solution, mettre dans votre ‹ xorg.conf › « vesa » à la place de
« fglrx » ! Ce qui vous permettra d’avoir le mode graphique.
N’hésitez pas à consulter le manuel de la commande aticonfig, ainsi que les problèmes connus et les astuces pour ce pilote sur cette page : Carte graphique ATI :
Astuces, manuel et Solutions
69
Contenu disponible sous licence Creative Commons
15
Bureau 3D
Par : HaikelGuemar
Nous allons voir au cours de cette brève introduction la situation du bureau composite
(ou plus familièrement bureau 3D) sous GNU/Linux et plus spécifiquement sous Fedora.
15.1
Un peu de vocabulaire
15.1.1
Environnement graphique
L’environnement graphique de la plupart des Unix est constitué de 3 couches :
– un serveur X11 : dans le cas de Fedora, c’est Xorg[48].
:Le serveur X11 gère l’affichage et l’interaction avec les périphériques d’affichage (cartes
graphiques, écran) et de saisie (claviers, souris,tablettes graphiques . . .etc). X11 fonctionne en mode client-serveur, ce qui permet notamment de l’utiliser sur le réseau.
– un gestionnaire de fenêtres : par exemple Metacity (GNOME[49]), Kwin (KDE[3]),
WindowMaker[50], E17[51], Compiz[52], Beryl[53], etc . . .
:Le gestionnaire de fenêtres est chargé de dessiner les fenêtres ainsi que de gérer leurs
positionnements en faisant des requêtes au serveur X11.
– un environnement de Bureau : par exemple GNOME[49], KDE[3], XFCE[4] . . .
:Un environnement de bureau offre un ensemble de services que l’on attends d’un bureau
"moderne" comme un explorateur de fichiers, des outils de configuration, un menu ;
etc. . .
:Notez qu’un bureau n’est absolument pas nécessaire pour disposer d’un environnement
graphique complet, on peut très se contenter du serveur X11 et d’un gestionnaire de
fenêtres.
Dans le cas des gestionnaires de fenêtres composites (Compiz, Beryl, Compiz Fusion),
le dessin des bordures des fenêtres est délégué à un processus tiers : le décorateur de
fenêtres.
15.1.2
GPU (Graphics Processor Unit)
Le coeur de votre carte graphique. C’est lui qui se charge des opérations d’affichage
et de manipulation de données graphiques de façon efficace.
15.1.3
Pilote
Un programme permettant l’interaction entre le système d’exploitation et le matériel.
15.1.4
OpenGL (Open Graphics Library)
OpenGL est une API (Application programming interface[54]) graphique 2/3D créé
par SGI (Silicon Graphics, Inc.[55]) et depuis normalisé par l’OpenGL Architecture
Review Board (ARB). OpenGL est l’équivalent de DirectX (pour la partie graphique)
sous MS Windows.
70
Contenu disponible sous licence Creative Commons
L’avantage de OpenGL est qu’il regroupe des primitives graphiques permettant de
générer l’affichage de scènes complexes, le fait que OpenGL soit implémenté matériellement sur la plupart des cartes graphiques du marché (nVidia, ATI, Intel, Matrox etc
. . .) offre un rendu de qualité, rapide.
15.1.5
DRI (Direct Rendering Infrastructure)
C’est un système permettant à Xorg l’accès direct au matériel de façon sûre et
efficace. À l’origine développé par Precision Insight, RedHat, SGI, Tungsten Graphics.
De nombreux pilotes de cartes graphiques font appel à DRI, entre autres : ATI,
Matrox, Intel, 3DFX ..
15.1.6
Mesa
Une implémentation logicielle d’OpenGL.
15.2
Historique
Depuis les années 80, le X Window System plus connu sous le nom de X11 est
le standard de fait pour l’interface graphiques sous Unix. Tout nouveau, tout frais
sorti des laboratoires du MIT, X11 offrait un système novateur multiplateforme et la
transparence réseau.
Entre temps, l’architecture de X11 a vieilli, les contributeurs se font plus rares, le
matériel à évolué, X11 a été conçu a un temps ou la 2D prédominait. Aujourd’hui,
90% des circuits des GPUs sont dédiés à la 3D, sans compter que les fournisseurs de
matériels sont de moins en moins coopératifs.
Récemment, un article[56] a tiré la sonnette d’alarme sur les perspectives d’avenir
catastrophiques de X11.
Alors que les bureaux graphiques concurrents offraient un meilleur support matériel,
une gestion supérieure de la 3D, X11 faisait du sur-place, les projets visant à sortir de
cette ornière peinaient à sortir de l’ombre.
C’est en partie cette situation et le changement de licence de XFree86[57] qui a
poussé la création du fork Xorg[58]. Xorg a décidé de repartir sur une nouvelle base
et de modulariser leur implémentation de X11, de créer de nouveaux modules comme
Composite.
Entre-temps, deux contributeurs majeurs de Xorg, RedHat[59] et Novell[60], menaient
des expérimentations.
Si RedHat préfère travailler en collaboration avec la communauté, Novell embauche
David Reveman, un des développeurs clés de Xorg pour travailler en closed source sur
un bureau composite de façon efficace.
Le travail de RedHat a débouché sur AIGLX[61] et Luminocity (un "fork" composite
de gestionnaire de fenêtre de GNOME : Metacity), le projet fonctionne mais le support
matériel reste très limité et Luminocity avance lentement.
Vous pouvez jeter un coup d’oeil sur le travail de RedHat sur le blog de Seth Nickell[62].
Quant à Novell, début Février 2006, Nat Friedman (co-fondateur avec Miguel De
Icaza de Ximian, racheté par Novell) lors de la présentation de la dernière version de
NLD à Paris révèle le fruit des travaux effectués en interne par Novell. Le résultat
71
Contenu disponible sous licence Creative Commons
éblouit tout simplement l’assistance, les fenêtres molles à la Luminocity, le bureau "en
cube", les effets de transparence, même un Exposé[63] -like.
Les vidéos présentées sont toujours disponibles chez Novell[64].
En un an, David Reveman a rendu XGL utilisable, créé un gestionnaire de fenêtres
composite Compiz[65], même si cela nécessite des pilotes propriétaires et devait émuler
en logiciel certaines fonctions absentes des pilotes actuels comme GLX_Texture_From_Pixmaps.
Dès lors que les sources furent disponibles, de nombreux paquets pour de multiples
distributions GNU/Linux sont apparus. RedHat et le projet Fedora[66] réagissent : ils
accélèrent le développement de AIGLX, collaborent avec Novell pour échanger du code
entre celui-ci et XGL, adapter Compiz à AIGLX et décide de mettre la pression sur les
fabricants de GPU comme nVidia pour fournir des pilotes adaptés.
Désormais, les distributions GNU/Linux mettent le paquet pour fournir un bureau
moderne.
D’autres projets sont aussi apparus comme Beryl[53] un fork de Compiz[52].
Quinnstorm [249] était un contributeur particulièrement actif au développement de
Compiz, proposant de nombreux patchs, ceux-ci n’étant pas toujours acceptés par David
Reveman, on aboutit à 2 branches : celle de Compiz et celle de QuinnStorm devenant
compiz-quinnstorm.
Petit à petit, la branche quinnstorm a commencé à diverger suffisamment pour ne plus
pouvoir être réintégré dans la branche de David Reveman. En effet, compiz-quinnstorm
avait abandonné GConf pour un mécanisme de configuration plus générique csm, ainsi
que de gnome-window-decorator pour cgwd, sans compter la création de nouveaux
plugins, thèmes, etc. . .De plus, les relations entre David Reveman et QuinnStorm étaient
tendues, D.R. privilégiant la qualité du code, la stabilité et la légèreté de Compiz sans
toutefois dénigrer le travail de QuinnStorm.
Au final, le fork est entériné et compiz-quinnstorm devient Beryl.
Un an plus tard, alors que l’écosystème de plugins pour Beryl est extrêmement
riche, le coeur du gestionnaire de fenêtres n’évolue plus. Pour Compiz, c’est l’inverse,
le gestionnaire de fenêtres s’est très nettement amélioré mais reste aussi pauvre en
plugins qu’à ses débuts. Les développeurs des deux projets prennent alors une décision
courageuse en réunissant leurs forces :
– le fork du gestionnaire de fenêtres par Beryl est abandonné pour Compiz.
– Beryl fusionne avec Compiz Extras pour donner Compiz Fusion.
La fusion des deux projets a été annoncé en juin 2007[67] et a été effective avec la sortie
de Compiz 0.5.2 en Août 2007.
note
Il ne faut pas confondre Compiz et Compiz Fusion, Compiz reste le gestionnaire de fenêtres et
Compiz Fusion est une communauté visant à étendre ses fonctionnalités en développant des
plugins.
15.3
Qu’est-ce qu’un gestionnaire de fenêtres composite ?
Xorg 7.x offre une architecture modulaire, notamment avec des modules comme
"composite" permettant de dessiner des effets 3D, ou GLX offrant un accès direct à
72
Contenu disponible sous licence Creative Commons
OpenGL. L’intérêt n’est pas uniquement esthètique mais vise à décharger la CPU des
traitements graphiques vers le GPU, cela permet une meilleure gestion d’énergie et une
plus grande disponibilité de la CPU pour d’autres tâches. Les gestionnaires de fenêtres
s’appuient justement sur Composite mais nécessite un rendu via OpenGL donc "GLX"
mais ce n’est pas suffisant.
Il existe 2 solutions pour permettre le rendu de l’affichage via OpenGL sous Xorg :
– la première consiste à utiliser le fonctionnement classique serveur-client de X11,
les commandes reçues par X11 sont alors transmises à la carte graphique. C’est la
solution "indirecte",
– la seconde consiste à envoyer directement les commandes OpenGL à la carte
graphique. C’est la solution "directe".
Cela correspond aux 2 solutions en "concurrence" pour offrir un rendu OpenGL aux
environnements de bureaux :
15.3.1
AIGLX (Accelerated Indirect Rendering GL X)
Il s’agit de la solution co-développée par X.org, Fedora Project et Red Hat. AIGLX
n’est qu’une simple extension au serveur Xorg dont il fait partie depuis la version 7.1.
L’avantage de AIGLX est que tout ce qui est affiché sur l’écran peut bénéficier du
rendu OpenGL, et la possibilité de faire appel à tous les mécanismes de Xorg notamment
DRI. On peut donc disposer de l’accélération matérielle 3D par les pilotes implémentant
DRI (notamment les pilotes ATI libres) à moindres frais.
L’inconvénient majeur est que cela nécessite la modification des pilotes, notamment
ceux propriétaires. Jusqu’à la sortie des pilotes nVidia 9xxx, il était impossible d’utiliser
AIGLX avec les cartes graphiques nVidia dû à l’absence du support de l’extension
GLX_EXT_TEXTURE_FROM_PIXMAPS.
15.3.2
XGL : la méthode "directe"
XGL correspond à 2 implémentations : xglx et XEGL. XEGL correspond à une
vision à plus long terme de l’avenir de Xorg, il devrait simplifier le développement
de pilotes, supprimer la dépendance de Xorg vis à vis des pilotes et ne plus faire la
distinction entre accélération 2D et 3D.
Pour le moment seule l’implémentation XGLX développée par Dave Reveman
(Novell) est disponible.
XGLX est un mini-serveur X qui nécessite l’exécution en arrière-plan d’un serveur
X11 uniquement avec l’extension GLX.
15.3.3
Conclusion
L’inconvénient est que XGLX n’est pas capable d’utiliser DRI, si on utilise les
pilotes implémentant DRI, le rendu n’est plus accéléré matériellement, sans compter
l’ajout d’une couche supplémentaire. De plus, pour assurer la compatibilité avec le
maximum de cartes graphiques, XGLX émule en logiciel certaines fonctions graphiques à
l’aide de Mesa notamment l’extension GLX_EXT_TEXTURE_FROM_PIXMAPS pour les cartes
graphiques nVidia avant l’arrivée des nouveaux pilotes.
Ainsi faire fonctionner un gestionnaire de fenêtre composite nécessite actuellement
soit AIGLX, soit XGL, soit. . .les drivers nVidia 9xxx !
73
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Les nouveaux pilotes nVidia propriétaires offrent en effet des mécanismes similaires
à AIGLX par le biais de leur propre infrastructure GLX bien qu’il reste possible de
forcer l’utilisation d’AIGLX. . .Ils offrent des performances accrues mais l’inconvénient
est que ce système se limite aux cartes nVidia et repose sur un pilote propriétaire.
À ce jour, les gestionnaires de fenêtres composite se limitent à Compiz, Beryl,
Metacity et Kwin mais peuvent être utilisés avec la plupart des bureaux.
15.4
Revue des différents gestionnaires de fenêtres composites
15.4.1
Compiz Fusion
Compiz Fusion est la résultante de la fusion des projets Beryl et Compiz extras
visant à étendre les fonctionnalités du gestionnaire de fenêtres Compiz. Cela inclut la
création de plugins, de décorateurs de fenêtres, d’outils de configurations etc . . .Ce n’est
donc pas à proprement parler un nouveau gestionnaire de fenêtres.
15.4.2
Compiz
Le gestionnaire de fenêtres développé par Novell (disponible depuis Mars 2006). Il
s’intégre particulièrement bien à GNOME, les raccourcis clavier sont identiques, sa
configuration faisant même appel à GConf. Novell qui dirige le développement reste
particulièrement soucieuse de la qualité du code. Il offrait relativement peu de plugins
comparé à son fork Beryl, ses possibilités de thèmes étaient somme toutes limitées. Cela
n’est plus vrai pour Compiz >= 0.5.2 avec l’arrivée de Compiz Fusion.
15.4.3
Beryl
Un fork communautaire & amical de Compiz.
Moins enraciné dans GNOME, il s’intègre mieux aux autres bureaux comme KDE par
exemple. Il offre une plus grande variété de plugins, d’effets graphiques, il est aussi un
poil plus optimisé. Il dispose d’un véritable gestionnaire de thèmes, Emerald, et d’une
multitude d’utilitaires.
note
Aujourd’hui, le fork du gestionnaire de fenêtres a été abandonné et le projet beryl a fusionné
avec Compiz Extras pour former Compiz Fusion.
15.4.4
Metacity
Depuis GNOME 2.16 (probablement par défaut dans la version 2.18).
Il est possible de compiler Metacity avec l’option --enable-compositor, il offre la
gestion d’effets simples comme la minimisation/maximisation, transparence, explosion
etc. . .
Il repose sur les travaux de Seth Nickell (Red Hat) sur Luminocity, une branche de
travail de Metacity.
74
Contenu disponible sous licence Creative Commons
15.4.5
Kwin
Pas encore disponible.
Les développeurs KDE travaillent d’arrache-pied pour faire de Kwin un véritable
gestionnaire de fenêtres composite, il sera probablement disponible dans KDE 4.
15.5
Revue des différents décorateurs de fenêtres
Compiz et feu Beryl ont la particularité de faire appel à processus séparé pour
dessiner les bordures des fenêtres : le décorateur de fenêtres. Voici les trois principaux :
– GTK Window Decorator : c’est le décorateur par défaut. Il s’intégre très bien au
bureau GNOME et supporte les thèmes de Metacity.
– KDE Window Decorator : décorateur alternatif destiné aux utilisateurs du bureau
KDE.
– Emerald : décorateur issu du projet Beryl (basé sur le code du prédecesseur de
GTK Window Decorator) indépendant de tout bureau. Il offre une gestion des
thèmes très avancée par le biais de moteurs de thèmes et l’utilisation d’effets
graphiques.
15.6
Et Fedora dans tout ça ?
Depuis Fedora Core 6 (Zod), Compiz et AIGLX (Xorg 7.1) font partie du système
de base. Si votre configuration matérielle le permet, il suffit de configurer votre système
pour utiliser AIGLX et de lancer Compizà l’aide de l’utilitaire desktop-effects. Beryl
est quant à lui inclus dans Fedora Extras depuis Fedora Core 6. Fedora 8 (WereWolf)
est la première version à intégrer Compiz Fusion. Au niveau des pilotes, les pilotes libres
Intel supportent pleinement AIGLX, nVidia propose les pilotes 9xxx offrant le support
des gestionnaires de fenêtres composite. Pour les cartes ATI, si le pilote libre Radeon a
toujours supporté AIGLX, ce n’est que très récemment que le pilote propriétaire fglrx
propose cette fonctionnalité.
15.7
En conclusion
Voilà désormais, vous disposez des informations nécessaires pour comprendre de
manière très générale comment fonctionne le bureau 3D sous Fedora.
Pour la configuration de Xorg, et des gestionnaires de fenêtres composite, divers
tutoriels sont à votre disposition.
Il existe aussi d’autres solutions plus confidentielles comme Matisse (gestionnaire de
fenêtres) ou le fabuleux LookingGlass de Sun en Java.
– AIGLX : http://fedoraproject.org/wiki/RenderingProject/aiglx
– XGL : http://en.opensuse.org/Xgl
– Compiz : http://en.opensuse.org/Compiz
– Compiz Fusion : http://compiz-fusion.org
– Compiz Fusion wiki : http://wiki.opencompositing.org
– Compiz Fusion forums : http://forum.compiz-fusion.org
– Beryl Project : http://www.beryl-project.org
– Beryl Project wiki : http://wiki.beryl-project.org
75
Contenu disponible sous licence Creative Commons
– Beryl Project forums : http://forums.beryl-project.org
76
Contenu disponible sous licence Creative Commons
16
Wifi : installation générale
Par : NicolasChauvet
16.1
Introduction
L’installation d’une carte wifi sous Linux consiste à connaître quel chipset est à la
base de votre matériel ; puis de trouver quel pilote permet de contrôler ce chipset. Dans
certains cas, il faudra télécharger des fichiers depuis internet pour finaliser l’installation.
Si vous n’avez pas d’accès internet, il vous faudra alors télécharger tout ce dont vous
aurez besoin depuis un autre poste, puis transférer les fichiers sur le poste linux.
Pour cela, il faut partir de ce que vous connaissez déjà : la marque, le modèle ET la
révision de votre matériel (parfois nécessaire). De la même manière, si il s’agit d’un
ordinateur portable ou intégré, les références des configurations permettent souvent de
retrouver les spécifications matérielles précises.
Toutes les étapes, de l’installation du matériel aux subtilités de l’utilisation du wifi,
devraient être traitées dans ce tutoriel. Les problèmes connus et généraux sont évoqués
dans la FAQ. Les problèmes spécifiques à chaque module sont traités à la fin du tutoriel
du module. Merci de regarder ces sections si vous semblez bloqué à une étape. Voici les
différentes étapes :
Marque → Chipset → Module/Driver → Installation → Activation →
Configuration. → Accès au réseau.
16.2
Relation entre la marque et le chipset
Il est délicat de connaître avec certitude sur quel chipset est construit votre carte avant
de l’avoir entre les mains et en ayant Linux à disposition. Une première approximation
consiste à faire une recherche sur un forum ou sur Google en ajoutant Linux au nom et
au modèle de votre matériel wifi. Vous aurez alors des résultats montrant une probable
correspondance entre votre matériel et un nom de chipset.
16.2.1
Une méthode plus efficace consiste à utiliser sous Linux ces commandes
Si vous avez une carte PCI/Pcmcia/Cardbus
Ouvrez un terminal et faites : (exemple de la présence d’un chipset Ralink rt61).
[[email protected] ~]# /sbin/lspci
00:0a.0 Network controller: RaLink RT2561/RT61 802.11g PCI
77
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Si vous avez une clef wifi en USB
Ouvrez un terminal et tapez : (exemple de la présence d’une clef ZyDAS zd1211rw).
[[email protected] ~]# /sbin/lsusb
Bus 001 Device 002:ID Oace : 1211 ZyDAS 802.11b/g USB2 WiFi
Remarque
Vous devez avoir installé le paquet usbutils pour utiliser cette commande. Si la commande
échoue, vous pourrez l’installer par yum ou depuis le cd/dvd d’installation de Fedora.
Si aucune information pertinente ne vous est retournée ; et après avoir lancé une
recherche sur Google ou sur le forum, vous pouvez toujours essayer de voir si un module
gérant le wifi à été reconnue et chargé dans le noyau :
[[email protected] ~]# dmesg
[[email protected] ~]# /sbin/lsmod
16.2.2
Edition du fichier .inf ou propriété de la dll du driver windows
L’édition du fichier .inf du pilote windows peut aussi fournir des informations sur
le chipset utilisé. Vous pouvez éditer ce fichier et voir si vous reconnaissez le nom
d’une marque de chipset. (voir le tableau de la section suivante). Il est possible d’avoir
certaines informations en visualisant les propriétés de la dll du driver windows. . .Si
vous n’arrivez toujours pas à trouver le chipset wifi utilisé ou si le chipset n’a pas de
pilote Linux natif, la méthode NDISwrapper peut être utilisée avec le driver Windows
et donner de bons résultats.
16.2.3
Recherche dans une base de données
Si vous n’avez pas trouvé votre information, vous pouvez faire une recherche dans
cette base de donnée selon trois entrées différentes : à partir de la marque, du type de
connexion (pci, cardbus, usb, etc) ou du chipset.
linux-wless passys[68] (lien donné par eddy33)
16.2.4
Listes des modèles pour lesquelles l’utilisation de ndiswrapper est
conseillée
–
–
–
–
Certaines clef usb pour Livebox. (modèles ?) ;
Les chipsets wifi de marque Marvell ;
Les chipsets wifi de marque SIS ;
Certains chipsets récents peuvent ne pas encore être pris en charge (voir tutoriels
atheros et bcm43xx) ;
– Tout Les chipsets Broadcom et Atheros en usb (pas encore pris en charge par les
drivers linux natifs !).
78
Contenu disponible sous licence Creative Commons
16.2.5
Certains modèles fonctionnent avec un kernel recompilé 16stk et
NDISwrapper
– modèle inventel ur054g (info à vérifier - PrismGT ?).
Voir le tutoriel NDISwrapper.
16.2.6
Listes de modèles connus pour être incompatible avec Linux et
NDISwrapper
liste vide pour l’instant (information en cours de remonté)
ir
es
Relation entre chipset et module/driver
m
en
ta
om
C
Tu
to
ri
el
ré
M
as
t
U er
SB
W
PA
In
té
g
te
ilo
P
M
ar
qu
e
Li
nu
x
16.3
Atheros[69]
madwifi[70]
madwifi
Ndiswrapper
pour l’usb.
Atmel[71]
Atmel-76c503a[72]
TODO
atmel-firmware à
télécharger
Atmel-76_usb[72]
TODO
atmel-firmware à
télécharger
bcm43xx[74]
bcm43xx
Ndiswrapper
pour l’usb.
bcm43xx-mac80211[74]
bcm43xx
mac80211
kernel 2.6.21 Ndiswrapper
pour l’usb.
Cisco/Aironet[75]
airo-linux[76]
forum[77]
Hermes
Orinoco[78]
TODO
Intel[79]
ipw2100[80]
ipw2200
Remplacer
ipw2200
ipw2100
ipw2200/2915[81]
ipw2200
Centrino 2 (sonoma)
ipw2200-ap[82]
TODO
Mode
Master
pour Centrino 2
ipw3945[83]
ipw3945
Daemon binaire non libre - déprécié
iwl3945[84]
iwlwifi
Centrino
(napa)
3
iwl4965[84]
iwlwifi
Centrino
(Santa Rosa)
4
hostap[85]
TODO
wlan-ng[86]
TODO
Broadcom[73]
Prism (intersil)
79
par
Contenu disponible sous licence Creative Commons
re
s
m
en
ta
i
l
om
ri
e
Tu
to
In
té
prism54
prism54usb[88]
prism54
rt2400pci[90]
Ralink
rt2500pci[90]
Ralink
rt2500usb[90]
Ralink
Tester
rt73usb
rt61pci[90]
Ralink
rt61pci-fimware
à télécharger
rt73usb[90]
Ralink
rt73usb-firmware
à télécharger
rtl8187
TODO
Support
sous
Fedora sur les
noyaux ≥ 2.6.21
rtl8180/rtl8185
TODO
Support
sous
Fedora 8 sur
les noyaux ≥
2.6.23.8-63.fc8
acx100/acx111[92]
acx
acx100usb[93]
acx
zd1211rw[95]
zd1211
déprécié
zd1211-mac80211[95]
zd1211
A conseiller en
USB
Realtek[91]
Texas Instruments.
Zydas (Atheros)[94]
Divers
NDISwrapper[96]
Wireless-tools[97]
C
prism54[87]
Ralink[89]
80
gr
é
M
as
t
U er
SB
W
PA
Li
nu
x
ilo
te
P
ar
qu
e
M
PrismGT
A tester : clef LiveBox UR054G
aussi
NDISwrapper Utilisation
du
driver windows
XP
TODO
Communication
pilote/interface/noyau
Contenu disponible sous licence Creative Commons
17
Wifi : configuration générale
Par : NicolasChauvet
17.1
Introduction
17.2
Interface : gestion des alias
Les alias sont définis dans le fichier /etc/modprobe.conf, mais si vous avez installé
un module externe, il peut être aussi défini dans un fichier portant le nom de votre module
et situé dans le répertoire /etc/modprobe.d.Dans le principe vous devez remplacer le
nom du module, il existe parfois des noms d’interfaces privilégiés selon le module (ath0,
wmaster0, wifi0, etc). Pour le cas général :
alias wlan0 Votre_Module (par exemple bcm43xx, remplacer par le nom de votre
module).
17.3
Options du module
Vous pouver ajouter dans le même fichier des options qui seront prises en compte
lors du chargement du module en mémoire. Pour connaître les options disponibles pour
votre module :
/sbin/modinfo Votre_Module
Vous pourrez rentrer les options qui vous intéressent dans le fichier /etc/modprobe.conf
de cette manière :
options Votre_Module Vos_options
Attention, une erreur suffit à compromettre le chargement du module. Pour savoir
quelle est l’erreur :
dmesg |grep tail
Attention aussi à ne pas laisser de fichiers de sauvagarde (dont le nom se termine
par un « ~ », générés par gedit par exemple) dans le répertoire /etc/modprobe.d. Ces
fichiers, avec leurs anciennes options, seront aussi pris en compte. . .
81
Contenu disponible sous licence Creative Commons
17.4
Chargement au démarrage
17.5
Scripts réseaux
Attention ! Pour pouvoir modifier les paramètres de votre interface wifi cliente
avec system-config-network, vous devez créer un script minimal de définition des
paramètres pour celle-ci :
$ su –
# echo -e "DEVICE=wlan0\nTYPE=Wireless" > /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-Votre_interface_wifi_cliente
Par exemple, dans le cas général :
$ su –
# echo -e "DEVICE=wlan0\nTYPE=Wireless" > /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-wlan0
17.6
Utilisation du chiffrement WPA
Voir ici[98]
17.6.1
Redémarrage du service réseau
Relancer uniquement le service réseau permet d’éviter un redémarrage complet de
votre station de travail Linux. Si vous avez voulu changer le module gérant votre chipset
wifi, il est nécessaire de décharger au préalable l’ancien module (par rmmod) :
su –
service network restart
17.7
Utiliser system-config-network
su –
system-config-network
82
Contenu disponible sous licence Creative Commons
18
Lire et écrire sur les partitions NTFS avec ntfs3g
Par : HerveRiboulot
18.1
Préalables : Ntfs-3g et la portée de ce tutoriel
18.1.1
Ntfs-3g
Le site de référence est http://www.ntfs-3g.org.
Le projet se propose de réaliser un pilote NTFS[99] pour Linux, librement disponible
en Open source, supportant la lecture et l’écriture. Il couvre le système de fichiers NTFS
sous Windows XP, Windows Server 2003, Windows 2000 et Windows Vista. L’essentiel
des opérations de manipulation de fichiers définies par les normes POSIX[100] sont
supportées, à l’exception de la gestion des droits de propriété et d’accès.
La couverture est dès lors suffisante pour pouvoir lire et écrire des données dans des
partitions NTFS depuis un système Linux.
La version est stable depuis le février 2007, après 12 années de développements. Le
site précise que les tests de Ntfs-3g ont permis, pour certains utilisateurs, de relever
des fautes matérielles ; Microsoft a par ailleurs corrigé quelques bogues. Une liste de
Questions/Réponses[250] traite des conditions et limites d’usage de Ntfs-3g ; le lecteur
s’y référera pour de plus amples informations.
18.1.2
La portée de ce tutoriel
En l’état, deux solutions sont ouvertes pour accéder à des partitions NTFS depuis
Linux :
– la solution NTFS décrite dans le tutoriel suivant : NTFS : Installation du pilote.
Le pilote référencé ne prend pas en charge l’écriture sur les partitions.
– La présente solution, à base de Ntfs-3g, qui autorise entre autre l’écriture sur
les partitions.
Ntfs-3g est maintenant parvenu à un bon niveau de maturité et son utilisation est
appelée à se diffuser, en substitution à l’ancien module.
18.2
Installation du module
Pré requis
Il est supposé que le Dépôt extras est activé et qu’une connexion Internet est présente et
exploitable.
La démarche est conduite comme suit :
18.2.1
Préalable : droits et environnement root
Toutes les actions décrites ci-après seront réalisées avec les droits et l’environnement
de root (administrateur du système disposant des droits de plus haut niveau).
Le préalable consiste donc à hériter de ces droits et environnement :
83
Contenu disponible sous licence Creative Commons
$ su – (le tiret est important)
$ mot de passe: <saisir le mot de passe root>
#
convention
Par convention, le prompt # (l’invite apparaissant dans une console) signifie que la commande
à passer dans la console requiert les droits et l’environnement de root. Cette convention sera
appliquée tout au long du document. Le prompt $ désigne une connexion en utilisateur non
root.
On quitte l’environnement et les droits root par la commande :
# exit
$
Les droits root sont puissants et certaines commandes sous ces droits peuvent
endommager irrémédiablement le système. A l’issue des manipulations qui seront
réalisées pour monter les partitions Ntfs, il est vivement recommandé de quitter ces
droits comme indiqué précédemment.
18.2.2
Repérer les partitions
En premier lieu, il est nécessaire de repérer les partitions NTFS. Pour cela, ouvrez
une console et entrez la commande suivante dans le but d’explorer les partitions gérées
par le système :
# fdisk -l
Disk /dev/hda: 80.0 GB, 80026361856 bytes
255 heads, 63 sectors/track, 9729 cylinders
Units = cylinders of 16065 * 512 = 8225280 bytes
Device Boot Start
End Blocks Id System
/dev/hda1
1
912 7325608+ 12 Compaq diagnostics
/dev/hda2 *
913 4560 29302560 7 HPFS/NTFS
/dev/hda3
4561 9729 41519992+ f W95 Ext’d (LBA)
/dev/hda5
4561 6156 12819193 7 HPFS/NTFS
/dev/hda6
6157 6169 104391 83 Linux
/dev/hda7
6170 9729 28595668+ 8e Linux LVM
Les partitions NTFS sont désignées par HPFS/NTFS. Dans l’exemple proposé, il
s’agit de ‹ /dev/hda2 › et ‹ /dev/hda5 ›.
18.2.3
84
Créer un point de montage dans l’arborescence des fichiers
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Montage sur ‹ /mnt › et ‹ /media ›
Par convention, il est conseillé de ne pas recourir à ces deux points de montage, leur usage
étant réservé :
– ‹ /mnt › est réservé aux montages temporaires
– ‹ /media › est réservé quant à lui aux périphériques amovibles
Les partitions NTFS vont être "montées" dans la structure de fichiers de votre
système, il faut désigner un point de montage. Par convention, on choisira ‹ /windows ›
(d’autres choix sont possibles, à l’initiative de chaque administrateur).
Créez les points de montage désirés de la façon suivante :
# mkdir -p /windows/C
# mkdir /windows/D
On supposera ainsi que deux partitions NTFS seront montées respectivement en
‹ /windows/C › et ‹ /windows/D ›.
18.2.4
Installer les logiciels Ad Hoc
Le Dépôt extras aura été préalablement initialisé (c’est le cas à l’installation du
système depuis Fedora Core 5). On installera les programmes en utilisant ‹ yum ›.
# yum install fuse ntfs-3g
On vérifiera la prise en compte des logiciels par la commande suivante :
# lsmod | grep fuse
fuse
49493 4
Cette commande liste les modules chargés et en extrait "fuse" ; si elle ne renvoie
rien, fuse n’est pas chargé. Pour charger fuse (si l’installation du rpm n’a pas permis ce
chargement) :
# modprobe fuse
18.2.5
Paramétrer le montage
On modifiera le fichier ‹ /etc/fstab › pour y porter les modalités de montage :
# vi /etc/fstab
85
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Vous pouvez utiliser n’importe quel éditeur de texte en remplacement de la commande
‹ vi ›. Notez qu’un tutoriel sur l’Utilisation de vi est disponible dans la documentation.
Ajoutez les lignes suivantes, qui tiennent compte de l’exemple pris :
/dev/hda2 /windows/C
/dev/hda5 /windows/D
ntfs-3g silent,umask=0002,utf8=true
ntfs-3g silent,umask=0002,utf8=true
Chaque ligne correspond à une partition NTFS à monter. On remplacera ‹ /dev/hdX ›
par la valeur identifiée par ‹ fdisk -l ›.
contenu fstab
Diverses options sont possibles pour le montage des partitions NTFS. L’ensemble est documenté
et les informations sont accessibles par un ‹ man fstab › (dans une console). L’exemple donné
permet la lecture, l’écriture et l’exécution sur les partitions NTFS. On notera l’existence
d’autres options, qui peuvent prsenter un intérêt pour le lecteur :
– umask=0002 root aura les droits de lecture et d’écriture ; un utilisateur autre aura les droits
de lecture uniquement ;
Cette disposition réduit les risques d’altération de fichiers importants de Windows en restreignant les droits d’écriture — dont effacement — à root. Si l’administrateur du système décide
d’ouvrir les droits d’écriture à tous les utilisateurs,à ses risques et périls, il passera le
paramètre suivant : umask=0000 ;
– user qui permet aux simples utilisateurs de réaliser le montage ;
– noauto pour ne pas monter la partition au démarrage mais uniquement à la demande.
18.2.6
Monter les partitions
Le montage est alors assuré comme suit :
# mount -a
On rendra le montage automatique au démarrage du système en installant autofs
et en activant le service dans le menu « Système > Administration > Services » sous
GNOME.
18.3
Difficultés et compléments
18.3.1
Difficultés
On dissociera les difficultés liées à l’utilisation de Ntfs-3g et les difficultés de portée
plus générale, concernant NTFS.
Le premier point est traité par la page support[251] de Ntfs-3g, qui présente un état
des questions/réponses courantes concernant Ntfs-3g. On la consultera en préalable à
toute recherche.
On notera un point concernant le support Ntfs-3g et SELinux[101] : (traduction)
Pourquoi ne puis-je pas monter automatiquement Ntfs en phase d’amorçage ?
L’échec du montage est du à un problème de SELinux.
86
Contenu disponible sous licence Creative Commons
– Une solution est disponible pour RHEL5 et FC6 dans les mises à jour courantes
(paquet selinux-policy-2.4.6-23), quoique cette correction ne soit pas efficace pour
tout le monde pour diverses raisons ;
– Une autre solution (déconseillé) consiste tout simplement à désactiver SELinux :
sur GNOME, « Système > Administration > Niveaux de sécurité > onglet
SELinux » ;
– Une meilleurs solution, consiste à configurer SELinux : ‹ audit2allow -M local <
/var/log/audit/audit.log › ou ‹ audit2allow -M local < /var/log/messages ›. Les
commandes peuvent générer quelques avertissements ou messages d’erreur qui ne
sont généralement pas pertinents et peuvent être ignorés sans risque.
En d’autres termes, le montage automatique de partitions Ntfs par Ntfs-3g en
utilisant ‹ /etc/fstab › et autofs (démon activé par « Système > Administration >
Services » — ‹ system-config-services › en ligne de commande), peut échouer à cause de
SELinux. Le contournement, si une mise à jour de SELinux ne suffit pas, consiste à
placer SELinux en état « permissif » ou « désactivé » : « Système > Administration >
Niveau de sécurité et de parefeu > SELinux > permissif »).
Le second point est traité par le recours aux outils disponibles, compris dans le
paquetage ntfsprogs.
installation du paquetage ntfsprogs
Le paquetage est présent dans le Dépôt extras. On se référera à la documentation Yum pour
installer le paquetage : YUM : Configuration du gestionnaire de paquets.
Ntfsprogs [252] comprend un ensemble d’outils. On citera en particulier :
– ntfsinfo
– ntfsfix
ntfsfix est un utilitaire qui peut directement réparer certaines incohérences dans
la structure des fichiers NTFS. Il n’est pas une adaptation de chkdsk, utilitaire de
Windows et se borne à quelques contrôles et corrections. Il agit sur une partition
non montée.
Sa syntaxe est :
# ntfsfix /dev/{h|s}d{a...}X
par exemple :
# ntfsfix /dev/hda1
Ntfsfix va par ailleurs assurer une mise à blanc du journal NTFS afin de provoquer
le lancement, sous Windows, de chkdsk (à l’amorçage de Windows). La démarche
consiste donc à :
– démonter la partition litigieuse (‹ umount /dev/{h|s}d{a. . .}X ›, par exemple :
‹ umount /dev/hda1 ›)
– lancer ntfsfix (‹ ntfsfix /dev/{h|s}d{a. . .}X ›, par exemple : ‹ ntfsfix /dev/hda1 ›)
87
Contenu disponible sous licence Creative Commons
– démarrer sous Windows pour assurer le lancement de chkdsk
– redémarrer à nouveau sous Windows pour que le drapeau positionné soit éliminé
– démarrer ensuite sous Linux (en ne relançant surtout pas ntfsfix).
La documentation détaillée concernant NTFS et les outils associés dans l’environnement Linux est fournie à l’adresse : http://sourceforge.net/projects/linux-ntfs
18.3.2
Compléments
Xavier Lamien a produit le paquetage ntfs-config [253] qui est maintenant intégré au
Dépôt extras.
On l’installera grâce à la commande suivante :
$ su –c "yum install ntfs-config"
L’utilitaire permet de monter des partitions NTFS en utilisant Ntfs-3g, en lecture
et/ou écriture, que ces partitions soient « internes » ou « externes » (exemple : disque
dur externe en raccordement USB).
La version est encore en évolution (nota : PAM, comme module d’authentification,
vient d’être intégré pour le lancement de Ntfs-Config).
18.4
Questions fréquentes
18.4.1
Message d’erreur : « unable to mount the volume XXXX »
On vérifiera l’installation de fuse et ntfs-3g.
# yum list installed fuse ntfs-3g
Loading "installonlyn" plugin
Installed Packages
fuse.i386
2.6.3-1.fc5
installed
ntfs-3g.i386
2:1.0-1.fc5
installed
On tentera un montage ’manuel’ (exemple) :
# mount -t ntfs-3g /dev/sda1 /media/ntfs
$LogFile indicates unclean shutdown (0, 0)
Failed to mount ’/dev/sda1’: Opération non supportée
Mount is denied because ntfs logfile is unclean. Choose one action:
Boot Windows and shutdown it cleanly, or if you have a removable
device then click the ’Safely Remove Hardware’ icon in the Windows
taskbar notification area before disconnecting it.
Or
Run ’ntfsfix’ on Linux unless you have Vista, then mount ntfs with
the ’force’ option read-write, or with the ’ro’ option read-only.
Or
Mount the ntfs volume with the ’ro’ option in read-only mode.
La solution est indiquée par liho [254].
88
Contenu disponible sous licence Creative Commons
18.4.2
Montage d’un disque dur externe USB
Pour utiliser le driver ntfs-3g et l’automontage avec HAL[255], il faut créer un fichier
.fdi définissant le type de partition en ntfs-3g :
– Créer un dossier ‹ /usr/share/hal/fdi/policy/95userpolicy ›
– Créer un fichier ‹ usb_ntfs.fdi › dans le dossier ainsi créé
– Copier ceci dans ce fichier :
<?xml version="1.0" encoding="ISO-8859-1"?>
<deviceinfo version="0.2">
<device>
<match key="volume.uuid" string="4EE11B4820EAB57D"> # Valeur à modifier selon son
matériel!
<merge key="volume.label" type="string">usb_ntfs</merge>
<merge key="volume.fstype" type="string">ntfs-3g</merge>
</match>
</device>
</deviceinfo>
Bien sur, il faut remplacer la valeur de "volume.uuid" par celle donnée avec ‹ haldevice-manager › pour le volume qui doit être monté. Si hal-device-manager n’est
pas présent, la commande : <md>yum install hal-gnome</cmd> l’installera. Dans haldevice-manager, rechercher son disque usb (colonne de gauche), sélectionner le volume à
monter, et dans la colonne de droite, onglet « avancé », récupérer la clé « volume.uuid ».
Il ne reste plus qu’à copier/coller la valeur de cette clée dans le fichier ‹ usb_ntfs.fdi › à
la place du 4EE11B4820EAB57D.
18.4.3
Mount is denied because ntfs logfile is unclean
On utilisera la clause force pour le montage. Le message http://forums.fedora-fr.
org/viewtopic.php?pid=141207#p141207 décrit les modalités d’utilisation de cette
clause.
Il est préférable cependant de résoudre le problème en amont, selon le cas, soit en
relançant deux fois Windows pour que la vérification de la partition NTFS s’opère
correctement, soit en relançant Windows et en démontant proprement le périphérique
USB.
89
Contenu disponible sous licence Creative Commons
19
Lecture des fichiers multimédia
Par : NicolasChauvet
19.1
Présentation
Le présent tutoriel décrit les modalités de paramétrage de Fedora pour lire des
formats de fichiers multimédia propriétaires, parmi lesquels MP3, WMA, WMV.
Les logiciels utilisés sont :
– mplayer
– Xine
– Gstreamer (Totem ou Kaffeine sont des interfaces graphiques possibles).
La démarche consiste à installer des codecs (codeurs / décodeurs) soit un ensemble
de programmes exécutables prenant en charge, dans le cas présent, le traitement de
flux de données, codées sous des formats particuliers, pour assurer leur transformation
en signaux multimédia (son ou image).
Une précision importante : les codecs win32, livrés sous forme binaire exclusivement,
qui permettent la lecture des formats de fichiers mentionnés, sont des programmes régis
par les copyrights internationaux et leur redistribution doit dès lors se conformer aux
dispositions de ces copyrights.
Pour cette raison, ils ne sont pas intégrés dans la distribution Fedora ou dans le
Dépôt extras et le Dépôt livna, auxquels il sera fait appel.
Le choix du tutoriel consiste, pour des raisons de pleine compatibilité avec Fedora
et de synergie avec le dépôt Extras, à prendre appui sur le Dépôt livna.
Il est rappelé que Livna, pleinement compatible avec Extras, ne doit pas être
utilisé en conjonction avec le Dépôt rpmforge ou l’un des dépôts le composant (Dépôt
dag, Dépôt freshrpms, Dépôt dries, Dépôt newrpms). Les deux familles sont en effet
incompatibles. Quelques explications complémentaires sont apportées par le site de
Dag[256].
De la même façon, on proscrira l’utilisation du Dépôt atrpms, notamment pour sa
politique de nommage qui peut conduire à remplacer des paquetages de Fedora et
créer ainsi d’importantes difficultés[257].
19.2
Préalable : installation des lecteurs multimedia
Xine et Gstreamer sont des moteurs de lecture de fichiers vidéo. Il sont utilisés
par d’autres lecteurs pour décoder certains fichiers Mplayer et VLC utilisent leur
propre moteurs.
19.2.1
Amarok
Amarok est présent dans le Dépôt core (ou le Dépôt updates-released). La procédure
se déroule comme suit :
# yum install amarok
90
Contenu disponible sous licence Creative Commons
– installer le Dépôt livna pour utiliser les codecs non-libres.
– installer amarok-extras-nonfree :
# yum install amarok-extras-nonfree
19.2.2
Audacious
Audacious est présent dans le Dépôt core (ou le Dépôt updates-released). La
procédure se déroule comme suit :
# yum install audacious
– installer le Dépôt livna pour utiliser les codecs non-libres.
– installer tout les audacious-extras-nonfree :
# yum install audacious-plugins-non-free{aac,alac,lame,mms,mp3,tta,wma}
19.2.3
GStreamer
GStreamer est présent dans le Dépôt core (ou le Dépôt updates-released). La
procédure se déroule comme suit :
# yum install totem
Gstreamer, gstreamer-plugins-base, gstreamer-tools et gstreamer-pluginsgood seront installés pour résoudre les dépendances (ils sont requis par GStreamer).
– installer le Dépôt livna
– installer gstreamer-ffmpeg gstreamer-plugins-bad gstreamer-plugins-ugly
(au choix) :
# yum install gstreamer-ffmpeg gstreamer-plugins-bad gstreamer-plugins-ugly
19.2.4
VLC
VLC est disponible depuis le Dépôt livna. Seule la version x86 permet d’utiliser les
codecs win32.
– installer VLC :
91
Contenu disponible sous licence Creative Commons
# yum install vlc
Il est possible d’installer aussi les extensions python.
# yum install python-vlc
19.2.5
Mplayer
Mplayer est disponible depuis le Dépôt livna. Il est possible d’utiliser les codecs
win32 et win64
– installer Mplayer
# yum install mplayer mplayer-gui mplayer-fonts
:On acceptera l’installation de toutes les bibliothèques dépendantes.
19.2.6
Xine
Le plugin s’installe comme suit :
– installer Xine (avec les droits root, dans une console) :
# yum install xine xine-lib xine-skins
– installer oXine (avec les droits root, dans une console) :
# yum install oxine
– installer totem-xine (version de totem utilisant le moteur xine au lieu de gstreamer par défault)
# rpm -e totem
# yum install totem-xine
– installer le Dépôt livna pour utiliser les codecs non-libres.
– installer xine-lib-extras-nonfree :
92
Contenu disponible sous licence Creative Commons
# yum install xine-lib-extras-nonfree
19.3
Installation des codecs Win32/Win64
Ces codecs sont utiles lorsque aucune implémentation libre n’est disponibles. Dans
les fait, vous pouvez parfois vous en passer. Il est nécessaire d’installer un programme
prenant en charges les codecs win32/win64 pour en bénéficier. Ces codecs sont pris à la
source (ils sont maintenus par Mplayer). Deux méthodes d’installation sont possibles :
– utiliser des RPMs
– utiliser une archive
La première méthode est recommandée pour les architectures x86 ou x86_64. La
seconde pour les ppc (32bit uniquement).
Remarque :
Les utilisateurs de système 64bit multilibs pourront installer à la fois les codecs en version 32bit
et en version 64bit, tout les codecs 32bit n’étant pas disponibles en 64bit. Mais pour bénéficier
des codecs 32bit il faudra utiliser un lecteur multimédia en 32bit.
Utilisation de RPM
On télécharge le RPM :
– version i386 (sera installé dans /usr/lib/codecs)
# wget http://www.mplayerhq.hu/MPlayer/releases/codecs/mplayer-codecs-20061022-1.
i386.rpm
# wget http://www.mplayerhq.hu/MPlayer/releases/codecs/mplayer-codecs-extra-20061022-1.
i386.rpm
– version x86_64 (sera installé dans /usr/lib64/codecs)
# wget http://www.mplayerhq.hu/MPlayer/releases/codecs/mplayer-codecs-20061022-1.
x86_64.rpm
# wget http://www.mplayerhq.hu/MPlayer/releases/codecs/mplayer-codecs-extra-20061022-1.
x86_64.rpm
On installe les RPMs et sa dépendance :
# yum install compat-libstdc++-33
# rpm -ihv mplayer-codecs*.rpm
93
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Utilisation d’une archive
La démarche se déroule comme suit (dans une console, avec les droits root) :
– on créé un répertoire pour recevoir les codecs :
# mkdir -p /usr/local/lib/codecs/
ou
# mkdir -p /usr/local/lib64/codecs/ (dans le cas 64bit)
– on télécharge l’archive dans le répertoire courant :
# wget
x86 )
# wget
#(pour
# wget
#(pour
http://www.mplayerhq.hu/MPlayer/releases/codecs/all-20071007.tar.bz2 #(pour
http://www.mplayerhq.hu/MPlayer/releases/codecs/all-ppc-20061022.tar.bz2
ppc)
http://www.mplayerhq.hu/MPlayer/releases/codecs/all-alpha-20061028.tar.bz2
alpha)
A vérifier :
Sous un navigateur, à l’adresse http://www.mplayerhq.hu/MPlayer/releases/codecs /, on
vérifiera l’existence d’une archive correspondant à son architecture et on choisira, le cas échéant,
une archive plus récente”
– on décompacte l’archive et on déplace le contenu obtenu dans le répertoire-cible :
# tar xvfj *.tar.bz2
# mv all-20071007/* /usr/local/lib/codecs
– On rend les bibliothèques exécutables dans le répertoire-cible :
# chmod 755 /usr/local/lib/codecs/*
94
Contenu disponible sous licence Creative Commons
19.4
Codecs AMR (3gpp)
Ces codecs sont souvent utilisés pour les téléphones portables. Dans ce cas, le code
est ouvert Open Source mais ils ne sont pas pour autant libres . En particulier la
licence ne permet pas leur redistribution sous quelque forme que ce soit.(pas même sous
le Dépôt livna) Il faudra donc compiler vous-même ces codecs.
Pour des raisons de facilités, il existe une méthode permettant d’avoir une base pour
créer un paquet RPM, sans pour autant intégrer les sources non-redistribuables. . .Ce
sont des RPMs dit no source.
Il est recommandé de mettre en place un environnement de construction[102]
– Compilation des codecs amrnb et amrwb
$
#
#
$
$
$
$
$
$
$
su –
yum groupinstall "Development Tools"
exit
su – builder
wget http://kwizart.free.fr/fedora/nosrc/amrnb-7.0.0.0-1.nosrc.rpm
wget http://kwizart.free.fr/fedora/nosrc/amrwb-7.0.0.2-1.nosrc.rpm
cd $(topdir)/SOURCES
wget -N http://www.3gpp.org/ftp/Specs/archive/26_series/26.204/26204-700.zip
wget -N http://www.3gpp.org/ftp/Specs/archive/26_series/26.104/26104-700.zip
rpmbuild --rebuild amr*.nosrc.rpm
– Installation (en root) des codecs, utilitaires et paquets -devel compilés : (on
supprimes les informations de débogage - les devel seront uniquement nécéssaire
pour la méthode 2).
# rm $(topdir)/RPMS/$(uname -m)/amr*debuginfo*.rpm
# rpm -ivh $(topdir)/RPMS/$(uname -m)/amr{nb,wb}*.rpm
Une fois ces étapes réalisées, vous ne pouvez pas encore lire des fichiers AMR dans
certains lecteurs multimedia. Il faut recompiler ffmpeg pour qu’il les prennent en charge.
19.5
Recompilation de ffmpeg
Voici deux méthodes afin d’obtenir le support des codecs AMR (amrnb et amrwb)
et Dirac directement dans la bibliothèque ffmpeg.
– Méthode 1 : installer ffmpeg-compat pré compilé depuis le Dépôt kwizart.
L’avantage de cette méthode est qu’il n’est pas nécessaire de remplacer un paquet
provenant de livna. ffmpeg et ffmpeg-compat co-existent parfaitement. le problème
étant qu’il sera nécessaire de recompiler tout lecteurs multimédia utilisant ffmpeg pour
décoder l’AMR. Elle convient particulièrement au transcodage des fichiers multimedia.
# yum --enablerepo=kwizart install ffmpeg-compat
95
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Les utilitaires habituels de ffmpeg seront disponibles avec le suffixe -compat. (cf
rpm -ql ffmpeg-compat).
– Méthode 2 : compiler une version de ffmpeg en remplacement de celle du Dépôt
livna.
L’avantage de cette méthode c’est qu’elle ne nécessite pas la recompilation des lecteurs
multimédia. Vous pourrez lire des videos utilisant les codecs AMR ou dirac à partir
du moment ou votre lecteur utilise la bibliothèque ffmpeg du système (c’est le cas
actuellement de vlc). Mais elle est susceptible d’être remplacée si ffmpeg est mis à jours
par livna. Il faudra donc recommencer l’opération.
$ su –
# yum install zlib-devel lame-devel libvorbis-devel libtheora-devel faad2-devel
xvidcore-devel SDL-devel gsm-devel
# yum install imlib2-devel texi2html faac-devel x264-devel libdca-devel dirac-devel
a52dec-devel
# exit
$ su – builder
$ wget http://kwizart.free.fr/fedora/7/SRPMS/ffmpeg-compat-0.4.9-0.39.20070503.
kwizart.fc7.src.rpm
$ rpm -ivh ffmpeg-compat-0.4.9-0.39.20070503.kwizart.fc7.src.rpm
$ sed -i -e ’s|with_suffix 1|with_suffix 0|’ $(topdir)/SPECS/ffmpeg-compat.spec
$ rpmbuild -ba $(topdir)/SPECS/ffmpeg-compat.spec
$ rm $(topdir)/RPMS/$(uname -m)/ffmpeg*debuginfo*.rpm
$ rpm -Uvh $(topdir)/RPMS/$(uname -m)/ffmpeg*.rpm
96
Contenu disponible sous licence Creative Commons
20
Sélection de logiciels
Par : MaximeCarron
Avec l’aimable contribution de : Johan Cwiklinski, Yannick Palanque, Loïc Grenon,
Julien Thébaud
Information :
TEMPORAIRE Patron pour l’insertion d’une nouvelle entrée :
Logiciel|nom=-|licence=OK|détails=-|repo=Premier essai de liste[103]
20.1
Présentation
20.1.1
Objectifs de cette liste
Cette liste essaie de recenser au mieux les logiciels les plus performants et/ou les
plus utilisés dans chaque domaine. Elle ne peut être exhaustive.
Son but principal est de permettre aux débutants de trouver rapidement des équivalents aux logiciels qu’ils ont l’habitude d’utiliser, et à chacun de découvrir de nouvelles
applications.
Enfin c’est l’occasion de mettre en évidence qu’aucun domaine n’est oublié.
20.1.2
Quelques conventions
Licence : faire en fonction de la légende : à voir
Dépôt : Ce champ indique quel dépôt doit être activé pour l’installation/mise à
jour de ce logiciel. Vous trouverez éventuellement un nom de paquet à coté du nom du
dépôt, dans le cas où le paquet ne porte pas le nom du logiciel. Le dépôt et le nom de
paquet sont donnés à titre indicatif, et pour vous simplifier les tâches d’administration.
Dans la mesure où nous ne pouvons pas suivre toutes les évolutions des dépôts, nous ne
pouvons garantir que ces valeurs sont correctes. Néanmoins, nous seront le plus vigilant
possible afin de fournir des informations exactes. Si vous notez une erreur, n’hésitez pas
à prévenir un rédacteur du Wiki //donner un lien vers une recherche vers les redacteurs
wiki. Si le dépôt est core alors le logiciel est disponible par défaut dans fedora, ses mises
à jour seront présentes dans updates.
20.2
Applications pour Internet
20.2.1
Navigateurs
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
97
Epiphany[104]
OK
Navigateur du projet Gnome
fedora
Firefox[105]
OK
Navigateur de la fondation Mozilla (Aide et documentation sur Geckozone[106])
fedora
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Konqueror[107]
OK
Navigateur du projet KDE. C’est aussi un explorateur
de fichiers. (appartient au paquet kdebase)
fedora
Opera[108]
pg
-
SeaMonkey[109]
-
-
Version communautaire de la suite Mozilla (incluant
navigateur, client mail, éditeurs pages web et un client
IRC) née à la suite de l’abandon de ce projet par la
fondation Mozilla
fedora
Console
ELinks[110]
OK
-
-
Links[111]
OK
-
-
Lynx[112]
OK
-
fedora
w3m[113]
OK
Supporte tableaux, cadres, connexions SSL, couleurs et
images (en installant le paquet w3m-img.)
fedora
– Longue liste de navigateurs sur Wikipédia[114]
20.2.2
Clients de messagerie (mail)
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
Evolution[115]
OK
Client mail du projet Gnome, Evolution est aussi un véritable groupware
fedora
KMail[116]
OK
Client mail du projet KDE. Disponible dans le paquet kdepim
fedora
Sylpheed[117]
OK
-
fedora
Claws-mail[118]
OK
-
fedora
Thunderbird[119]
OK
Client mail de la fondation Mozilla
(aide et documentation sur Geckozone[120])
fedora
Console
Mutt[121]
OK
-
-
Pine[122]
OK
-
livna
– Liste de clients mail sur Wikipédia[123]
20.2.3
98
Clients de messagerie instantanée
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
aMSN[124]
OK
Protocole : MSN
fedora
Gabber[125]
OK
Protocole : Jabber (Projet peu actif)
-
PidGin[126]
OK
Protocoles : AIM, ICQ, MSN, Yahoo !,
IRC, Jabber, Gadu-Gadu, SILC, Novell GroupWise Messenger, Lotus Sametime, Zephyr networks
fedora
Gajim[127]
OK
Protocole : Jabber
fedora
GNU Gadu[128]
OK
Protocoles : Gadu-Gadu, Tlen.pl, Jabber
Gossip[129]
OK
Protocole : Jabber
fedora
Kopete[130]
OK
Protocoles : AIM, ICQ, MSN, Yahoo !,
Jabber, IRC, Gadu-Gadu, Novell
GroupWise Messenger. . .(appartient
au paquet kdenetwork)
fedora
-
Licq[131]
-
Protocole : ICQ
fedora
Mercury[132]
-
Protocole : MSN
-
Psi[133]
OK
Protocole : Jabber
fedora
Console
BitlBee[134]
OK
Passerelle permettant d’accéder à plusieurs protocoles de messagerie instantanée par l’intermédiaire d’un client
IRC.
fedora
Centericq[135]
OK
Protocoles : ICQ, Yahoo !, AIM, IRC,
MSN, Gadu-Gadu et Jabber
fedora
GntGaim[136]
OK
finch : Version mode texte de PidGin, fournie avec celui-ci
fedora
– Messagerie Instantannée sur Wikipédia[137]
20.2.4
Clients IRC
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
Konversation[138]
OK
-
fedora
XChat[139]
OK
-
fedora
XChat-gnome[140]
OK
-
fedora
Console
99
Irssi[141]
OK
-
fedora
WeeChat[142]
OK
-
-
Contenu disponible sous licence Creative Commons
– Liste de clients IRC sur Wikipédia[143]
– NOTE : La majorité des clients de messagerie instantannée multiprocoles supporte
IRC
20.2.5
Clients de VoIP
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
Ekiga[144]
OK
-
OpenWengo
OK
SIP, le proto de jabber tres bientot, et compatibilité avec
Skype dans les projets
-
Skype
OK
Protocole fermé, interdit dans l’éducation nationnale
(entre autres)
-
-
OK
-
-
20.2.6
fedora
Aggrégateurs de flux
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
Akgregator[145]
OK
Pour KDE, disponible dans le paquet kdepim
fedora
Firefox[105]
OK
Navigateur de la fondation Mozilla
fedora
Liferea[146]
OK
-
fedora
RSSowl[147]
OK
Client en Java
Thunderbird[119]
OK
-
20.2.7
fedora
Lecteurs de News, grabbeurs
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
100
Klibido[148]
OK
-
fedora
Knode[149]
OK
Pour KDE, Disponible dans le paquet kdepim
fedora
Pan[150]
OK
-
-
Thunderbird[119]
OK
-
fedora
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Console
20.2.8
nget[151]
OK
-
-
slrn[152]
OK
-
-
Clients FTP
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
gFTP[153]
-
-
fedora
kftpgrabber[154]
GPL
Client FTp graphique pour KDE
fedora
kasablanca[155]
GPL
-
fedora
Filezilla[156]
OK
-
fedora
Console
20.2.9
GNU Wget[157]
OK
-
-
LFTP[158]
-
-
-
NcFTP[159]
-
-
-
P2P : Peer To Peer
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
aMule[160]
OK
Client eDonkey, réseau Kad
fedora
Azureus[161]
OK
Client BitTorrent
fedora
Bittornado[162]
OK
Client BitTorrent
-
BitTorrent[163]
OK
Client officiel BitTorrent : bittorrent-gui
fedora
Deluge[164]
OK
Client BitTorrent
fedora
Limewire[165]
OK
Client Gnutella
-
GTK-Gnutella[166]
OK
Client Gnutella
fedora
Museek[167]
OK
Client SoulSeek
fedora
Nicotine+[168]
OK
Client SoulSeek (Fork de Nicotine[169])
drpixel
Transmission[170]
OK
Client BitTorrent
fedora
Console
BitTorrent[163]
101
OK
Client officiel BitTorrent
fedora
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
rtorrent[171]
OK
Client BitTorrent
fedora
MLDonkey[172]
OK
Plusieurs interfaces graphiques disponibles, BitTorrent,
eDonkey, FastTrack, Gnutella, Gnutella2, réseau Kad
fedora
20.3
Bureau et Productivité
20.3.1
Traitements de textes
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Abiword[173]
OK
Traitement de texte du projet GNOME
fedora
OpenOffice.org Writer[5]
OK
Disponible dans le paquet openoffice.org-writer
fedora
koffice[7]
OK
Traitement de texte du projet KDE. Disponible
dans le paquet koffice-suite
fedora
20.3.2
Tableurs
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Gnumeric[174]
OK
Tableur du projet GNOME
fedora
OpenOffice.org Calc[5]
OK
Disponible dans le paquet openoffice.org-calc
fedora
koffice[7]
OK
Tableur du projet KDE. Disponible dans le paquet
koffice-suite
fedora
20.3.3
Présentations
Nom du logiciel
Licence
OpenOffice.org Impress[5]
koffice[7]
102
Détails
Dépôt
OK
Disponible dans le paquet openoffice.org-impress
fedora
OK
Créateur de présentation du projet KDE. Disponible dans le paquet koffice-suite
fedora
Contenu disponible sous licence Creative Commons
20.3.4
Gestion de base de données
Nom du logiciel
Licence
OpenOffice.org Base[5]
koffice[7]
20.3.5
Détails
Dépôt
OK
Disponible dans le paquet openoffice.org-base
fedora
OK
Gestion de base de données du projet KDE. Disponible dans le paquet koffice-suite
fedora
Publication
Nom du logiciel
Scribus[175]
20.4
Multimédia
20.4.1
Audio
Nom du logiciel
Licence
Licence
Détails
Dépôt
OK
-
fedora
Détails
Dépôt
Avancés (gestion de bibliothèque etc.)
Amarok[176]
OK
-
fedora
Banshee[177]
OK
Clone d’Amarok pour Gnome
fedora
BMPx[178]
OK
-
Exaile![179]
OK
Clone d’Amarok pour Gnome
fedora
Listen[180]
OK
Clone d’Amarok pour Gnome
fedora
Music Player Daemon[181]
OK
Serveur de musique. Nécessite un client[182]
pour se connecter
livna
Rhythmbox[183]
OK
-
fedora
freshrpms
Simples
103
Audacious[184]
-
Fork de Beep Media Player[185] (au développement interrompu), lui-même fork d’XMMS
fedora
MOC[186]
OK
En mode texte, gère des listes de lecture, mode
« serveur »
?
MPlayer[187]
OK
En mode texte, léger, lit de nombreux formats
livna
XMMS[188]
OK
Clone de Winamp[189]
fedora
-
OK
-
-
-
OK
-
-
-
OK
-
-
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Nom du logiciel
20.4.2
Licence
Détails
Dépôt
Vidéo
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Lecture
MPlayer[187]
OK
-
livna
Totem[190]
OK
Lecteur vidéo officiel du projet GNOME
Xine[191]
OK
-
livna
Édition
Avidemux[192]
OK
-
livna
Capture
xvidcap[193]
20.4.3
OK
Permet d’effectuer une capture vidéo de votre écran
livna
Rip audio
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Mode graphique
bchunk[194]
OK
Utilitaire pour manipuler les fichiers .bin et .cue
fedora
Grip[195]
OK
CD Ripping/MP3 Encoding
fedora
MAC[196]
-
Sound-Juicer[197]
OK
CD ripper
gNormalize[198]
OK
an encoder/decoder, a ripper, a metadata (tag) editor
Monkey’s Audio Codec utility and library (pour
(dé)compresser les fichiers au format Monkey’s Audio)
fedora
-
Mode texte
MMS Ripper[199]
20.4.4
OK
Capture flux MMS
fedora
Rip vidéo
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Mode texte
104
Contenu disponible sous licence Creative Commons
20.4.5
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
MMS Ripper[199]
OK
Capture flux MMS
extras
DVD::Rip[200]
OK
Copie de DVD
freshrpms
Graphisme
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Lecture
KuickShow[201]
OK
Dispensé par le paquet kdegraphics
fedora
Comix[202]
OK
Comix est un visionneur d’images, spécialisé dans la
lecture des bandes dessinées
fedora
gThumb[203]
OK
-
fedora
Retouche
The GIMP[204]
OK
-
fedora
showFoto[205]
OK
Spécialisé pour la retouche d’images, showFoto fait
partie intégrante de digikam
fedora
Albums et Galeries
Gallery2[206]
OK
Galerie d’images en ligne écrite en PHP. Gallery2 propose de nombreuses extensions disponibles dans le dépôt
par défaut.
fedora
digikam[207]
OK
Gestion d’albums photo pour KDE
fedora
F-Spot[208]
OK
Gestion d’albums photo pour GNOME
fedora
KPhotoAlbum[209]
OK
Gestion d’albums photo pour KDE
fedora
Divers
iGal[210]
OK
Générateur de galeries d’images en ligne
20.5
Utilitaires
20.5.1
Gestionnaires de fichiers
Nom du logiciel
Licence
Détails
-
Dépôt
Graphique
105
GNOME Commander[211]
OK
-
fedora
Konqueror[107]
OK
Gestionnaire de fichiers de KDE
fedora
Krusader[212]
OK
Pour KDE
fedora
Nautilus[213]
OK
Gestionnaire de fichiers de GNOME
fedora
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Nom du logiciel
Licence
Xfe[214]
OK
Détails
Dépôt
-
non
Mode texte
GNU Midnight Commander[215]
20.5.2
OK
-
-
Gravure
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
20.5.3
Brasero[216]
OK
-
fedora
GnomeBaker[217]
OK
-
fedora
K3b[218]
OK
-
fedora
Partitionnement
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
20.5.4
GParted[219]
OK
Utilise GTK+
fedora
QtParted[220]
OK
Utilise Qt
fedora
Divers
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Mode texte
Wakeonlan[221]
106
-
Script Perl pour allumer à distance les
appareils supportant wake-on-LAN
non
Contenu disponible sous licence Creative Commons
20.6
Gestion personnelle
20.6.1
Finances
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Grisbi[222]
GPL
Grisbi est un logiciel de comptabilité personnelle multicomptes, multi-devises, et multi-utilisateurs. Il gère les
tiers, les catégories de recettes et de dépenses, mais aussi
les imputations budgétaires, les exercices et d’autres informations qui le rendent parfaitement adapté à la comptabilité d’une association (hormis celles qui sont tenues
à la comptabilité en partie double)..
fedora
GnuCash[223]
GPL
GnuCash est un gestionnaire de finances personnelles
qui vous permet de suivre l’évolution de vos comptes
bancaires, portefeuilles d’actions, revenus et dépenses.
Aussi rapide et intuitif à utiliser qu’un registre de compte
papier, il est basé sur des principes de comptabilité professionnelle pour assurer l’équilibre des comptes et des
rapports fiables.
fedora
KMyMoney2[224]
GPL
KMyMoney est un logiciel de gestion financière. Affichez
vos bilans, balances, échéances, rapports, etc. Créez votre
compte facilement grâce à une organisation par type et
par catégorie. L’application peut gérer plusieurs comptes.
Vous pouvez créer des catégories, des lieux d’achat (supermarché, magasin de vêtements, etc.), des échéanciers,
suivre vos investissements (les indices du marché peuvent
être mis à jour via Internet), etc.
fedora
HomeBank[225]
GPL
Logiciel de gestion de finances personnelles, il offre de
nombreuses fonctionnalités qui vous permettront d’analyser de façon dynamique vos finances sous forme graphique
par exemple.
Pour l’installer, vous devrez installer le dépôt drpixel
puis entrer la commande : $ su –c ’yum -y install
homebank --enablerepo=drpixel
drpixel
20.6.2
Gestion de contacts
20.7
Jeux
–
– http://www.jeuvinux.net /
– catégories : jeux de pions (go, echecs, reversi) (cf quarry), jeux de cartes, . . .
20.8
C.A.O. - D.A.O.
20.8.1
Mécanique
107
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
ARCAD 3D[226]
-
DAO 2D/3D dédiée à l’architecture
-
BRL-CAD[227]
GPL
conçu par l’armée américaine
-
CYCAS[228]
-
DAO 2D/3D dédiée à l’architecture
-
GraphiteOne[229]
EULA
CAO/DAO 2D/3D dédiée à la mécanique. Basé sur
OpenCascade
-
LeoCAD[230]
-
Assemblage de Lego® en 3D. Permet la création
d’images et de vidéos
-
OpenCascade[231]
LGPL-like
Modélisation 3D, simulation numérique
-
QCad[232]
GPL
Logiciel de dessin en 2D pour la mécanique, l’architecture, . . .
fedora
Salome[233]
LGPL
Pre and Post processing pour la simulation numérique
-
20.8.2
Électrique-Électronique
Nom du logiciel
Licence
Détails
Dépôt
Graphique
gEDA[234]
GPL
suite est destinée au développement en électronique :
capture de schémas, conception de PCB, simulation
fedora
Kicad[235]
GPL
schémas électroniques, conception de PCB
fedora
Qucs[236]
-
Capture de schémas et simulation
fedora
Mode texte
Ngspice[237]
20.9
–
–
–
–
–
108
GPL
Simulation électronique, sortie graphique, fait partie du
projet gEDA
fedora
Autres ressources
http://gnomefiles.org
http://kde-apps.org /
Liste d’équivalences de om-conseil[238]
Liste d’équivalences chez linux-nantes.org[239]
Alternatives libres aux logiciels propriétaires sur Wikipédia[240]
Contenu disponible sous licence Creative Commons
21
Foire aux questions
Par : JohanCwiklinski
21.1
Prise en main
21.1.1
Installation de programmes
L’installation de nouveaux logiciels sous Fedora s’effectue à l’aide du gestionnaire
de paquetages YUM.
Vous pouvez utiliser :
– l’outil yum en ligne de commande
– un des outils graphiques disponibles :
– pirut (disponible par défaut, se nomme « Ajout/Suppression de programmes »
dans les menus)
– yumex
– ...
21.2
Commandes utiles
21.2.1
Option --help
L’option --help vous fourni une aide rapide sur la commande.
La syntaxe de --help généralement la suivante :
{commande} --help
Toutefois, certains programmes n’implémentent pas cette possibilité, dans certains
cas l’option implémentée avec un seul tiret
{commande} -help
La sortie de cette commande liste les options les plus importantes, pour les commandes riches. Pour de plus amples informations, consultez la page de manuel de la
commande.
21.2.2
man
Man vous fournit une page de manuel pour une commande donnée. Sous Fedora, les
pages de manuel dans la langue de Molière sont disponible par défaut, pour le peu que
vous ayez effectué une installation en langue française.
La syntaxe de man est la suivante :
man {commande}
109
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Cela vous ouvrira la page de manuel correspondant à la commande entrée. Utilisez
les flèches haut et bas pour parcourir le manuel, il est souvent une source d’informations
très intéressante sur les possibilités d’une commande !
Si vous souhaitez consulter la manuel avec une meilleure mise en page, deux possibilités s’offrent à vous :
– chercher ’man commande’ sur un moteur de recherche
– entrer ’man :commande’ dans l’url de votre navigateur web. Ce dernier vous
proposera normalement d’ouvrir les url de types ’man :’ avec l’application gnomehelp. Notez que l’utilisation de cette méthode peut ne pas ouvrir le manuel désiré
(man :yum depuis Firefox ouvre la page de manuel de yum.conf par exemple).
Consultez également l’option --help .
21.2.3
Créer une image ISO
dd bs=1024 if=/dev/hda of=truc.iso
21.2.4
Monter une image ISO
Il est parfois (voire souvent) utile de pouvoir accéder au contenu d’un fichier ISO
sans pour autant le graver. Pour cela, il suffit d’utiliser la commande mount :-) La
syntaxe est la suivante :
$ su –c ’mount -t iso9660 fichier.iso /repertoire/du/montage/’
Il faut bien entendu que le répertoire de montage existe. Vous pourrez ensuite
accéder au contenu du fichier ISO via le répertoire de montage. Le démontage s’effectue
comme ceci :
$ su –c ’umount /repertoire/du/montage’
21.3
Divers
21.3.1
su et su –, quelle différence ?
La commande ‹ su › vous permet de vous connecter avec un utilisateur différent
depuis votre session en cours. L’usage général en est :
su utilisateur
Le mot de passe de utilisateur vous sera demandé ; sauf si vous êtes connecté en
tant que root.
110
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Pour vous connecter en tant que root avec la commande ‹ su ›, il n’est pas nécessaire
de spécifier le nom utilisateur, ainsi les commandes ‹ su root › et ‹ su › sont équivalentes.
Et le tiret alors dans cette histoire ? Vous pourrez souvent observer dans la documentation (ou dans les commandes que l’on pourrait vous donner sur les forums ou
sur IRC) l’utilisation de la commande ‹ su – ›. En fait, le - est un raccourci de l’option
--login de la commande ‹ su ›.
Cette option vous permet de vous connecter avec un utilisateur différent en initialisant
les variables d’environnement (telles que le PATH ou le HOME, consultez l’entrée Variables
d’environnement de cette FAQ pour plus de détails).
Par exemple, lorsque vous vous connectez en tant qu’utilisateur, les répertoires
‹ /sbin › et ‹ /usr/sbin › ne font pas partie de votre PATH. Si vous souhaitez lancer une
des commandes placées dans ces chemins (comme alternatives par exemple), il vous
faudra utiliser la syntaxe suivante :
/usr/sbin/alternatives
Lorsque vous passez en root avec la commande ‹ su ›, ce comportement sera identique.
En revanche, si vous utilisez l’option -, les variables d’environnement de root seront
chargées, ces répertoires étant inclus dans son PATH, il ne sera alors plus nécessaire de
spécifier le chemin complet de la commande.
L’une des autres différences principales est que ‹ su › vous laissera dans le répertoire
courant, tandis que ‹ su – › vous placera dans le dossier personnel de l’autre utilisateur.
21.3.2
Ajouter un script au lancement d’une session utilisateur
$ vi ~/bash_profile
Ajouter les lignes :
#!/bin/sh
fortune nom_fortune
Une fois votre script renseigné, il vous suffit de tenter de vous connecter via SSH
par exemple.
21.3.3
Ajouter un script au lancement d’une session utilisateur (tous les
utilisateurs)
$ su –c ’vi /etc/profile.d/script.sh’
$ chmod +x /etc/profile.d/script.sh
111
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Le contenu de ce fichier sera :
#!/bin/sh
fortune nom_fortune
Une fois votre script renseigné, il vous suffit de tenter de vous connecter via SSH
par exemple.
21.3.4
Variables d’environnement
EXPORT
La commande EXPORT vous permet de définir des variables d’environnement. Par
exemple, vous pourrez trouver ce type de commande :
PATH=/bin:/usr/bin:/home/user/bin
EXPORT PATH
Cela a pour effet de définir la variable d’environnement #PATH dans un premier
temps, puis de la rendre disponible dans un second temps. Si vous utilisez la commande
EXPORT dans une console, les variables d’environnement ne seront définies que pour
cette session particulière et ne seront pas enregistrées. Si vous souhaitez définir une
variable d’environnement à l’ouverture de session par exemple, il vous faudra utiliser
l’un des scripts qui se lancent à l’amorçage ou à l’ouverture de session.
SETENV
La commande SETENV n’existe pas sur les systèmes Fedora. Son équivalent est
#EXPORT.
21.3.5
cd - ou pushd ?
La commande ‹ cd - › vous permet de retourner au répertoire précédent. Par exemple,
si vous vous trouvez dans le répertoire ‹ /home/builder/rpmbuild/SPECS ›, vous changerez
de répertoire avec :
$ cd /var/www/html/public/fedora/
Si vous entrez alors
$ cd -
Vous vous retrouverez à nouveau dans le répertoire précédent, donc ‹ /home/builder/rpmbuild/SPECS ›. Une nouvelle fois ‹ cd - ›, vous renverra vers le répertoire précédent,
donc ‹ /var/www/html/public/fedora/ ›.
La commande pushd stocke pour vous les chemins. En conséquence
112
Contenu disponible sous licence Creative Commons
$ pushd /var/www/html/public/fedora/
$ pushd /etc/httpd/conf.d/
Dès lors, si vous utilisez une première fois la commande ‹ popd ›, vous vous retrouverez
dans ‹ /var/www/html/public/fedora/ ›, si vous entrez ‹ popd › à nouveau, vous reviendrez
à ‹ /home/builder/rpmbuild/SPECS › (alors que ‹ cd - › vous aurait emmené de nouveau
vers ‹ /etc/httpd/conf.d/ ›).
21.4
Archives sous Linux
Les commandes suivantes sont données à titre indicatif. Plus d’options sont généralement disponibles pour chacune des instructions citées, référez-vous à la page de
manuel de la commande pour en savoir plus.
21.4.1
gzip
Compression :
$ gzip fichier
Décompression :
$ gzip -d fichier.gz
21.4.2
bzip2
Compression :
$ bzip2 fichier
Décompression :
$ bzip2 -d fichier.bz2
21.4.3
tar
Compression :
113
Contenu disponible sous licence Creative Commons
$ tar cf archive.tar fichiers
Décompression :
$ tar xfv archive.tar
21.4.4
tar gzippé (tar.gz ou tgz)
Compression :
$ tar cfvz archive.tar.gz fichier dossier/
Décompression :
$ tar xzf archive.tar.gz
21.4.5
tar bzippé (tar.bz2)
Compression :
$ tar cjvf archive.tar.bz2 fichier1 fichier2 dossier/
Décompression :
$ tar xjvf archive.tar.bz2
21.4.6
zip
Compression :
$ zip archive.zip fichiers
Décompression :
114
Contenu disponible sous licence Creative Commons
$ unzip archive.zip
21.5
Bureau 3D
Une FAQ sur le bureau 3D est disponible dans la documentation.
21.6
Wi-FI
Une FAQ sur le Wi-Fi est disponible dans la documentation.
115
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Références
[30] http://docs.fedoraproject.org/
install-guide/f7/
[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Live_CD
[2] http://www.gnome.org/
[31] http://doc.fedora-fr.org/Les_guides_sur_
Fedora_Core
[32] http://forums.fedora-fr.org/viewtopic.php?
pid=148717#p148717
[3] http://www.kde.org
[4] http://www.xfce.org/
[33] http://www.linux-france.org/article/sys/
chargeurs/ix86/grub/grub-manual-fr.html#
Index
[5] http://fr.openoffice.org/
[6] http://www.gnome.org/gnome-office/
[34] http://www.gnu.org/software/grub/manual/
html_node/Index.html#Index
[7] http://www.koffice.org/
[8] http://www.intel.com
[35] http://www.linux-france.org/article/sys/
chargeurs/ix86/grub/grub-manual-fr.html#
Depannage
[9] http://www.amd.com
[10] http://www.apple.com/fr/mac/
[11] http://fr.wikipedia.org/wiki/BitTorrent
[12] http://mirrors.fedoraproject.org/
mirrorlist?path=pub/fedora/linux/releases/
8/Live/i686/Fedora-8-Live-i686.iso\
&country=FR\&redirect=1
[36] http://www.gnu.org/software/grub/
manual/html_node/Troubleshooting.html#
Troubleshooting
[37] http://www.rpm.org/
[38] http://linux.duke.edu/projects/yum/
[13] http://mirrors.fedoraproject.org/
mirrorlist?path=pub/fedora/linux/releases/
8/Live/x86_64/Fedora-8-Live-x86_64.iso\
&country=FR\&redirect=1
[39] https://moin.conectiva.com.br/AptRpm
[14] http://mirrors.fedoraproject.org/
mirrorlist?path=pub/fedora/linux/releases/
8/Live/i686/Fedora-8-Live-KDE-i686.iso\
&country=FR\&redirect=1
[42] http://kde-apps.org/content/show.php?
content=22185
[15] http://mirrors.fedoraproject.org/
mirrorlist?path=pub/fedora/linux/releases/
8/Live/x86_64/Fedora-8-Live-KDE-x86_64.iso\
&country=FR\&redirect=1
[40] http://www.apt-get.org/
[41] http://www.yum-extender.org/
[43] http://www.smartpm.org/
[44] http://us.download.nvidia.com/XFree86/
Linux-x86/169.07/README/index.html
[45] http://us.download.nvidia.com/XFree86/
Linux-x86/96.43.01/README/index.html
[16] http://mirrors.fedoraproject.org/
mirrorlist?path=pub/fedora/linux/releases/
8/Fedora/i386/iso/Fedora-8-i386-DVD.iso\
&country=FR\&redirect=1
[46] http://us.download.nvidia.com/XFree86/
Linux-x86/71.86.01/README/readme.txt
[17] http://mirrors.fedoraproject.org/
mirrorlist?path=pub/fedora/linux/releases/
8/Fedora/x86_64/iso/Fedora-8-x86_64-DVD.
iso\&country=FR\&redirect=1
[48] http://x.org/
[18] http://mirrors.fedoraproject.org/
mirrorlist?path=pub/fedora/linux/releases/
8/Fedora/ppc/iso/Fedora-8-ppc-DVD.iso\
&country=FR\&redirect=1
[51] http://www.enlightenment.org/
[19] http://mirrors.fedoraproject.org/
publiclist/
[54] http://fr.wikipedia.org/wiki/Interface_de_
programmation
[20] http://fr.wikipedia.org/wiki/SHA-1
[55] http://fr.wikipedia.org/wiki/SGI
[21] ftp://ftp.gnupg.org/gcrypt/binary/sha1sum.
exe
[56] http://linux.tlk.fr/traitement-graphique
[22] http://doc.fedora-fr.org/Cat%C3%A9gorie:
Ordinateurs_portables
[23] http://doc.fedora-fr.org/Cat%C3%A9gorie:
Ordinateurs_de_Bureau
[47] http://en.wikipedia.org/wiki/X-Video_
Motion_Compensation
[49] http://www.gnome.org
[50] http://www.windowmaker.info/
[52] http://www.go-compiz.org
[53] http://www.beryl-project.org/
[57] http://www.xfree86.org/
[58] http://www.x.org/
[59] http://www.redhat.com
[60] http://www.novell.com/
[24] http://forums.fedora-fr.org/viewtopic.php?
pid=77765#p77765
[61] http://fedoraproject.org/wiki/
RenderingProject/aiglx
[25] http://fedoraproject.org/wiki/
KernelCommonProblems
[62] http://www.gnome.org/~seth/
[26] http://gparted.sourceforge.net/download.php
[27] http://fr.wikipedia.org/wiki/Pare-feu
[28] http://fedoraproject.org/wiki/SELinux
[29] http://fedoraproject.org/wiki/pirut
[63] http://www.apple.com/fr/macosx/features/
expose/
[64] http://www.novell.com/products/desktop/
features/xgl/
[65] http://www.compiz.net/
[66] http://fedoraproject.org
116
Contenu disponible sous licence Creative Commons
[67] http://lists.freedesktop.org/archives/
compiz/2007-June/002401.html
[111] http://artax.karlin.mff.cuni.cz/~mikulas/
links
[68] http://linux-wless.passys.nl/
[112] http://lynx.isc.org
[69] http://www.atheros.com/
[113] http://w3m.sourceforge.net/
[70] http://madwifi.org/
[114] http://fr.wikipedia.org/wiki/Exemples_de_
navigateurs_Web
[71] http://www.atmel.com/
[115] http://www.gnome.org/projects/evolution
[72] http://at76c503a.berlios.de/
[116] http://kmail.kde.org
[73] http://www.broadcom.com/
[117] http://sylpheed.sraoss.jp/en/
[74] http://bcm43xx.berlios.de/
[75] http://www.cisco.com/web/FR/index.html
[118] http://www.claws-mail.org/
[76] http://airo-linux.sourceforge.net/
[119] http://www.mozilla-europe.org/fr/products/
thunderbird/
[77] http://forums.fedora-fr.org/viewtopic.php?
id=16341\&words=
[120] http://www.geckozone.org/rubriques/
7-thunderbird/
[78] http://www.nongnu.org/orinoco/
[121] http://muttfr.org/
[79] http://intel.fr
[122] http://www.washington.edu/pine/
[80] http://ipw2100.sourceforge.net/
[123] http://fr.wikipedia.org/wiki/Client_mail
[81] http://ipw2200.sourceforge.net/
[124] http://amsn.sourceforge.net
[82] http://sourceforge.net/projects/ipw2200-ap
[125] http://gabber.sourceforge.net
[83] http://ipw3945.sourceforge.net/
[126] http://www.pidgin.im/
[84] http://intellinuxwireless.org/
[127] http://www.gajim.org/index.php?lang=fr
[85] http://hostap.epitest.fi/
[128] http://sourceforge.net/projects/ggadu
[86] http://www.linux-wlan.com/linux-wlan/
[129] http://developer.imendio.com/projects/
gossip/
[87] http://prism54.org/
[130] http://kopete.kde.org
[88] http://jbnote.free.fr/prism54usb/
[131] http://licq.sourceforge.net
[89] http://www.ralinktech.com/
[90] http://rt2x00.serialmonkey.com/wiki/index.
php?title=Downloads
[132] http://www.mercury.to
[133] http://psi-im.org
[91] http://www.realtek.com.tw/
[134] http://bitlbee.org/
[92] http://acx100.sourceforge.net/
[135] http://thekonst.net/centericq
[93] http://acx100.erley.org/
[136] http://gaim.sourceforge.net
[94] http://www.atheros.com
[137] http://fr.wikipedia.org/wiki/Messagerie_
instantan%C3%A9e#Logiciels_clients
[95] http://zd1211.ath.cx/
[96] http://ndiswrapper.sourceforge.net/
[97] http://www.hpl.hp.com/personal/Jean_
Tourrilhes/Linux/Tools.html
[138] http://konversation.kde.org/
[139] http://www.xchat.org/
[140] http://xchat-gnome.navi.cx/
[98] http://doc.fedora-fr.org/Configurer_une_
connection_wpa
[141] http://www.irssi.org/
[99] http://fr.wikipedia.org/wiki/NTFS
[143] http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_
clients_IRC
[100] http://fr.wikipedia.org/wiki/POSIX
[101] http://www.ntfs-3g.org/support.html#selinux
[102] http://doc.fedora-fr.org/wiki/RPM_:
_environnement_de_construction
[142] http://weechat.flashtux.org/
[144] http://ekiga.org/
[145] http://akregator.kde.org/index.php
[146] http://liferea.sourceforge.net/
[103] http://falloy.be/~pingoo/eq.html
[147] http://www.rssowl.org/
[104] http://www.gnome.org/projects/epiphany/
[148] http://klibido.sourceforge.net/
[105] http://www.mozilla-europe.org/fr/products/
firefox/
[149] http://knode.sourceforge.net/
[106] http://www.geckozone.org/rubriques/
6-firefox/
[151] http://nget.sourceforge.net/
[107] http://www.konqueror.org/
[154] http://kftp.org/
[109] http://www.mozilla.org/projects/seamonkey
117
[152] http://slrn.sourceforge.net/
[153] http://gftp.seul.org/
[108] http://www.opera.com
[110] http://elinks.or.cz
[150] http://pan.rebelbase.com/features/
[155] http://kasablanca.berlios.de/
[156] http://www.filezilla.fr/
Contenu disponible sous licence Creative Commons
[157] http://www.gnu.org/software/wget/
[206] http://gallery.menalto.com/
[158] http://lftp.yar.ru/
[207] http://www.digikam.org
[159] http://www.ncftp.com/ncftp/
[208] http://f-spot.org/
[160] http://www.amule.org/
[209] http://www.kphotoalbum.org/
[161] http://azureus.sourceforge.net/
[210] http://nanoheat.stanford.edu/epop/igal/
[162] http://bittornado.com/
[211] http://www.nongnu.org/gcmd/
[163] http://www.bittorrent.com/
[212] http://krusader.sourceforge.net/
[164] http://deluge-torrent.org/
[213] http://www.gnome.org/projects/nautilus/
[165] http://www.limewire.com/LimeWire
[214] http://roland65.free.fr/xfe/
[166] http://gtk-gnutella.sourceforge.net/en/
?page=news
[215] http://www.ibiblio.org/mc/
[167] http://www.museek-plus.org/wiki/museeq
[168] http://www.nicotine-plus.org/
[216] http://perso.orange.fr/bonfire/index.htm
[217] http://gnomebaker.sourceforge.net/v2/
[218] http://www.k3b.org/
[169] http://nicotine.thegraveyard.org/
[219] http://gparted.sourceforge.net/
[170] http://transmission.m0k.org/
[220] http://qtparted.sourceforge.net/index.fr.
html
[171] http://libtorrent.rakshasa.no/
[172] http://mldonkey.sourceforge.net/
[173] http://www.abisource.com/
[221] http://gsd.di.uminho.pt/jpo/software/
wakeonlan/
[174] http://www.gnome.org/projects/gnumeric/
[222] http://www.grisbi.org/index.fr.html
[175] http://www.scribus.net/
[223] http://www.gnucash.org/fr/
[176] http://fr.wikipedia.org/wiki/Amarok_
%28logiciel%29
[224] http://kmymoney2.sourceforge.net/
[177] http://banshee-project.org
[226] http://www.arcad.de/LX/index.html
[178] http://bmpx.beep-media-player.org/
[227] http://brlcad.org/
[179] http://www.exaile.org/
[228] http://www.cycas.de/
[180] http://listengnome.free.fr/
[229] http://www.graphiteone-cad.com/en/index.htm
[181] http://www.musicpd.org/
[230] http://leocad.org/linux.htm
[182] http://www.musicpd.org/clients.shtml
[231] http://www.opencascade.org/occ/
[183] http://www.gnome.org/projects/rhythmbox/
[232] http://www.ribbonsoft.com/qcad.html
[184] http://audacious-media-player.org/
[185] http://bmp.beep-media-player.org/
[233] http://www.salome-platform.org/home/
presentation/overview/
[186] http://moc.daper.net/
[234] http://www.geda.seul.org/
[187] http://www.mplayerhq.hu/
[235] http://www.lis.inpg.fr/realise_au_lis/
kicad/
[188] http://www.xmms.org/
[236] http://qucs.sourceforge.net/
[189] http://www.winamp.com
[190] http://www.gnome.org/projects/totem/
[191] http://xinehq.de/
[192] http://fixounet.free.fr/avidemux/
[237] http://ngspice.sourceforge.net/
[238] http://www.om-conseil.com/sections.php?op=
viewarticle\&artid=42
[239] http://www.linux-nantes.org/DOC/
liste-equivalences-logicielles.html
[193] http://xvidcap.sourceforge.net/
[240] http://fr.wikipedia.org/wiki/Alternatives_
propri%C3%A9taires_aux_logiciels_libres
[194] http://he.fi/bchunk/
[195] http://nostatic.org/grip/
[196] http://dag.wieers.com/rpm/packages/mac/
[197] http://www.burtonini.com/blog/computers/
sound-juicer
[198] http://gnormalize.sourceforge.net/
[199] http://planet.fedora-fr.org/?q=mmsrip
[200] http://www.exit1.org/dvdrip/
[241] http://www.gnu.org/software/grub/manual/
html_node/index.html#Top
[242] http://www.linux-france.org/article/sys/
chargeurs/ix86/grub/grub-manual-fr.html
[243] http://www.cri74.org/linux/howto/grub-howto.
html
[244] http://www.gnu.org/software/grub/grub-2.en.
html
[201] http://kuickshow.sourceforge.net/
[202] http://comix.sourceforge.net/download.html
[203] http://gthumb.sourceforge.net
[204] http://www.gimp-fr.org/
[205] http://www.digikam.org/?q=image/tid/24
118
[225] http://homebank.free.fr
[245] http://www.traduc.org/docs/HOWTO/lecture/
LVM-HOWTO.html#commontask
[246] http://www.linux-france.org/article/sys/
chargeurs/ix86/grub/grub-manual-fr.html#
Interface
Contenu disponible sous licence Creative Commons
[247] http://doc.fedora-fr.org/wiki/GRUB_:
_Les_bases_pour_Fedora#Sp.C3.A9cificit.C3.
A9s_de_certaines_entr.C3.A9es_Windows_dans_
grub.conf
[248] http://doc.fedora-fr.org/wiki/Cat%C3%
A9gorie:D%C3%A9p%C3%B4ts
[249] http://www.linux.com/blob.pl?id=
adc547f4bd93b3ff4b940701160d2691
[250] http://www.ntfs-3g.org/support.html#
questions
[251] http://www.ntfs-3g.org/support.html
[252] http://wiki.linux-ntfs.org/doku.php?id=
ntfsprogs
[253] http://blog.fedora-fr.org/smootherfrogz/
post/Ntfs-Config
[254] http://forums.fedora-fr.org/viewtopic.php?
pid=142245#p142245
[255] http://forums.fedora-fr.org/viewtopic.php?
pid=142617#p142617
[256] http://dag.wieers.com/home-made/apt/FAQ.
php#D1
[257] http://fedoraproject.org/wiki/JohnMahowald/
ATrpmsWarning
119
Contenu disponible sous licence Creative Commons
Index
(hd0,0)/boot/grub/grub.conf, 33
(hd0,4)/boot/grub/menu.lst, 46
(hd0,7)/boot/grub/grub.conf, 46
(hd1,0)/vmlinuz, 33
/, 17, 18, 46
/boot, 17, 18, 30, 32, 33, 35, 44–46
/boot/grub, 45
/boot/grub/device.map, 47
/boot/grub/grub.conf, 33, 38, 40, 42, 45
/boot/grub/menu.lst, 45
/dev/hdX, 86
/dev/hda1, 33
/dev/hda2, 84
/dev/hda5, 84
/dev/sda1, 46
/dev/sda2, 46
/dev/sda3, 46
/dev/sda5, 46
/dev/sda6, 46
/dev/sda7, 46
/dev/sda8, 46
/dev/sda9, 46
/etc/X11/xorg.conf, 65
/etc/fstab, 85, 87
/etc/httpd/conf.d/, 113
/etc/yum.conf, 52
/etc/yum.repos.d, 53
/home, 18
/home/builder/rpmbuild/SPECS, 112, 113
/media, 85
/mnt, 85
/sbin, 111
/sbin/grub, 42
/sbin/lspci, 56
/usr/lib/dri, 67
/usr/lib64/dri, 67
/usr/sbin, 111
/usr/share/hal/fdi/policy/95userpolicy, 89
/var, 18
/var/lib, 18
/var/www/, 18
/var/www/html/public/fedora/, 112, 113
/windows, 85
/windows/C, 85
/windows/D, 85
# ati-fglrx-config-display enable , 67
# gdm-restart, 67
# service ati-fglrx restart, 67
# service fglrx restart, 67
Amarok, 90
amarok-extras-nonfree, 91
Audacious, 91
audacious-extras-nonfree, 91
audit2allow -M local < /var/log/audit/audit.log,
87
audit2allow -M local < /var/log/messages,
87
autofs, 87
Beryl, 58
cd -, 112, 113
chkdsk, 87
Compiz, 58
compiz, 58
compiz-fusion, 58
Creator Classic, 13
depmode -a, 61, 62
desktop-effects, 75
device.map, 31
digikam, 105
e2fs_stage1_5, 29
fat_stage1_5, 29
fdisk, 31
fdisk -l, 86
ffs_stage1_5, 29
fglrx_dri.so, 67
fglrxinfo, 63
find, 44
Gallery2, 105
gdm-restart, 61, 62
GNOME, 87
GRUB, 18, 21, 27, 28, 30
120
Grub, 27, 29–36, 38, 39, 42–44, 47
grub, 27
GRUB 2, 30
grub-install, 44, 47
grub.conf, 29, 32, 34, 35, 38, 42
GStreamer, 91
Gstreamer, 90, 91
gstreamer-ffmpeg, 91
gstreamer-plugins-bad, 91
gstreamer-plugins-base, 91
gstreamer-plugins-good, 91
gstreamer-plugins-ugly, 91
gstreamer-tools, 91
hal-device-manager, 89
help, 42
iso9660_stage1_5, 29
jfs_stage1_5, 29
k3b, 13
Kaffeine, 90
kdegraphics, 105
kernel-doc, 15
kernel-parameters.txt, 15
kmod-nvidia, 56, 58
kmod-nvidia-96xx, 56
kmod-nvidia-legacy, 56
kmod-nvidia-xen, 57
lilo, 27
man fstab, 86
man radeon, 60
minix_stage1_5, 29
modprobe -k fglrx, 61, 62
mount, 32
Mplayer, 57, 90, 92, 93
mplayer, 90
MythTV, 57
Nero, 13
Nero Burning ROM, 13
ntfs-config, 88
Ntfsfix, 87
ntfsfix, 87
ntfsfix /dev/hda1, 87
ntfsinfo, 87
121
Ntfsprogs, 87
ntfsprogs, 87
oXine, 92
password, 38
Pirut, 26, 52
pirut, 109
popd, 113
quit, 42
reiserfs_stage1_5, 29
Roxio Easy CD & DVD Creator 6, 13
RPM, 52
rpm -q kmod-nvidia, 58
SELinux, 22, 23, 65, 86, 87
Selinux, 57
selinux-policy-2.4.6-23, 87
showFoto, 105
Smart, 52
Stage1, 28, 30
stage1, 28
Stage1_5, 29, 30
stage1_5, 28
Stage2, 29
stage2, 28
su, 110, 111
su –, 61, 62, 64, 111
su root, 111
SWAP, 17, 18
system-config-*, 26
system-config-services, 87
Totem, 90
totem-xine, 92
ufs2_stage1_5, 29
umount /dev/hda1, 87
uname -r, 58
usb_ntfs.fdi, 89
vi, 86
VLC, 90, 91
vlc, 57
vmlinuz, 33
vstafs_stage1_5, 29
xdtv, 58
Contenu disponible sous licence Creative Commons
xfs_stage1_5, 29
Xine, 57, 90, 92
xine-lib-extras-nonfree, 92
xorg-x11-drv-nvidia, 58
xorg-x11-drv-nvidia-96xx, 57
xorg-x11-drv-nvidia-libs-32bit, 58
xorg.conf, 61, 62, 64, 69
YUM, 52–56
Yum, 52
yum, 26, 85, 109
yumex, 109
122
Contenu disponible sous licence Creative Commons