Juliette + Roméo_Presse

Commentaires

Transcription

Juliette + Roméo_Presse
15
16
Juliette + Roméo = AESD
Scopitone & Cie
Revue de presse
29 avril 2014
Voici encore [après « (Super) Hamlet »] un Shakespeare passé à la Moulinette de
la polyvalence des formes, de la réduction de texte et de l’insolence. Le tout pour
le jeune public. Quoique…
Dès le programme, c’est l’inversion du titre qui à la fois nous indique de quoi il retourne
et attire bizarrement notre attention. Ainsi que l’énigmatique A.E.S.D. dont nous
trouverons la signification sur le site (pas des plus commodes pour le jeune spectateur
qui n’a pas forcément d’ordinateur sous le coude) : Amour éternel sans divorce. Avatar
contemporain de « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Nous sommes
prévenus, le spectacle sera centré sur les amants de Vérone, leur amour T.G.V. et leur fin
tragique.
Sur un plateau occupé d’une longue table de banquet recouverte d’une nappe blanche
trône un tourne-disque. Celui-ci nous fera entendre durant tout le spectacle des
microsillons avec grésillements d’époque transmettant diverses musiques évoquant
aussi bien les mariages princiers que les soirées yé-yé ou encore les mélodies
sentimentales devenues universelles. Entre en scène une femme en tenue de soirée, une
flûte de champagne à la main. Telle la reine d’Angleterre, elle salue le public, le gratifie
de baisers lointains… et parle anglais ! Shakespeare oblige. Puis, voilà Roméo, plus
conforme à l’adolescent français à l’élégance douteuse et aux muscles représentatifs
quoiqu’un peu enrobés, plutôt brut de décoffrage.
Pendant une longue scène que nous appellerons d’exposition, nous assisterons
interloqués à des essais infructueux de baisers (la table est trop longue) et surtout à une
succession de suicides que la suite nous situera à Vérone, par poupées interposées. Nous
ne sommes certes pas au XVIe siècle, et c’est avec le couteau à pain qu’on met fin à ses
jours…
Le ton est donné. Le coup de foudre est chose extraordinaire qui réunit des êtres si
dissemblables que tout cela ne peut que fort mal finir. Entrent en scène les
marionnettes, poupées de plastique genre Barbie qui vont mimer les rêves qui
complètent ces dissemblances : lui parle français, rêve de bolides rouges ; elle de
carrosse rose. Et tandis que son dromadaire à lui annonce le goût des grands espaces,
elle, délicieusement anglaise et raffinée, peigne la chevelure de son joli poney.
Évidemment, il a encore des airs d’ado mal dégrossi tandis qu’on sent déjà chez elle la
ménagère tatillonne. Moments désopilants… entrecoupés de passages éminemment
poétiques (le rossignol et l’alouette…), coups de chapeau à Shakespeare dans le texte, à
tout seigneur tout honneur. Et même çà et là, quelques instants graves et émouvants.
Humoristique mise en abyme
Si Roméo et Juliette est réduit à une comédie sentimentale qui finit mal – ce qui serait un
peu léger si l’on s’en tenait là – et si le ressort principal du spectacle est le comique en
tout genre (notamment grâce au talent de clown de Cédric Hingouët et à celui
d’Emma Lloyd qui semble le Laurel de son Hardy, tant ils jouent tous les deux sur les
contrastes), la conception de ce Juliette + Roméo est diaboliquement intelligente et
efficace. Bien malin qui pourrait dire, par exemple, le rôle des comédiens-manipulateurs.
Plutôt comédiens, plutôt conteurs ou plutôt manipulateurs ? Qui sont Roméo et Juliette ?
les poupées ou les êtres en chair et en os ?
Juliette + Roméo est construit en abyme, l’un explique et complète l’autre, et la dextérité
dont ils font preuve dans le passage de l’un à l’autre a quelque chose de vertigineux.
Ajoutons une petite pincée de grand-guignol (nous sommes à Lyon, quand même, au
pays des Zonzons) avec jeu très extraverti et complicité permanente avec le public,
quelques clins d’œil à la prestidigitation (la scène du tombeau, il faut bien le reconnaître,
s’y prête tout à fait) et nous sommes devant une petite heure d’humour british mâtiné de
franche rigolade. Shakespeare passe à la trappe, mais qu’importe ! Ne boudons pas notre
plaisir.
Trina Mounier
À coup sûr, votre progéniture devine ce qui se cache derrière ce mystérieux acronyme,
« AESD » : Amour Eternel Sans Divorce. Une sentence réservée, on vous le donne en mille, à
Roméo et Juliette. Ici donc, une adaptation décalée de Shakespeare, entre West Side
S
Story et
Grease, où rien n’est oublié : coup de foudre, scène du balcon, nuit de noces et exil, le tout
exécuté avec brio par deux comédiens et une multitude de petites marionnettes et jouets –
comme la flopée de Barbie et Ken qui jouent les familles Capulet
Capulet et Montaigu – tout droit sortis
d’un magique bric-à-brac.
Sous le regard de la metteure en scène Agnès Limbos notamment, reine belge du théâtre
d’objets, la compagnie Scopitone crée un spectacle décapant de la fameuse tragédie des amants
de Vérone.