11e Bibliographie du Groupe Laser de la SFD

Commentaires

Transcription

11e Bibliographie du Groupe Laser de la SFD
11e Bibliographie du Groupe Laser de la SFD
I Rousseau, AM Collet Vilette, P Darbon, A Kolbe, M Naouri
INDICATIONS DERMATOLOGUES
1) Utilisation de la radiofréquence fractionnée avec micro aiguille pour le traitement
de l’acné inflammatoire chez 18 patients coréens.
Use of fractionated microneedle radiofrequency for the treatment of inflammatory acne
vulgaris in 18 Korean patients.
Dermatologic surgery : Official publication for American Society for Dermatologic Surgery [et al.]
Mar 2012 ; vol 38 ; issue 3 ; pg 400-5 ; issn 1076-0512 (ISSNLinking)
Lee, Sang Ju ; Goo, Ja Woong ; Shin, Jaeyong ; Chung, Won Soon ; Kang, Jin Moon ; Kim, Young
Koo ; Cho, Sung Bin ;
Quatre facteurs contribuent à l’acné :
- Production excessive de sébum.
- Propionibactérium acnés.
- Inflammation folliculaire et périfolliculaire.
- Hyperkératinisation des orifices folliculaires.
De multiples traitements à base de lumière ou de laser sont utilisés, surtout pour les cicatrices,
mais aussi dans les acnés inflammatoires : IPL, lasers non ablatifs et les RF non ablatives qui
pourraient agir par réduction de l’activité de la glande sébacée et réorganisation du derme par
stimulation thermique
Une de nos études avait déjà montré une amélioration avec un CO2 fractionné sur des lésions
acnéiques suppuratives
Ici nous allons démontrer l’efficacité d’une RFF avec micro aiguilles (RFFM) sur des acnés
évolutives à l’aide de :
- Analyse rétrospective avec photos.
- Suites post traitement
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Méthode
18 patients (15h, 3f) âge moyen 24, FSkin type IV
Acné modérée à sévère
2 sessions de RFFM à 1 mois (Scarlet, Viol, Seoul)
Savonnage, alcool 70, anesthésie topique, une heure avant
Les paramètres :
- Profondeur pénétration 3mm, intensité 7, pulse RF 100-500-100ms
- 2 passages partout et un de plus sur les lésions plus sévères
- Prophylaxie anti herpétique si antécédents
Les suites :
- Hydratant non comédogène à volonté, écran total
- Pas d’exposition solaire, pas d’AB ni de rétinoïdes
- Photos avant et 2 mois après le dernier traitement
Les scores d’amélioration étaient notés de 0 (pire) à 4 (amélioration presque totale sur :
amélioration des cicatrices, des pores dilatés, de l’aspect et la texture de la peau).
Les effets secondaires : saignements, suintements, dyschromie, desquamations, croutes,
érythème sont notés chaque fois.
Résultats
- Sur les lésions inflammatoires Moyenne 2,6
Grade 4 : 2/18 Grade 3 : 8/18 Grade 2 : 6/18 Grade 1 : 2/18
- Sur la sévérité des lésions Moyenne 2,4
Grade 4 : 1/18 Grade 3 : 8/18 Grade 2: 7/18 Grade 1 : 2/18
- Sur l’aspect de la peau Moyenne 2,6
Grade 4 : 2/18 Grade 3 : 8/18 Grade 2 : 7/18 Grade 1 : 1/18
Les quelques effets secondaires : douleurs lors du traitement, érythème, œdème, suintement,
croutes se sont améliorés en 5 jours
Discussion
Les systèmes à base de RF sont utilisés pour le traitement des rides, cicatrices atrophiques,
hypertrophiques et chéloïdes, rosacée, lésions vasculaires et acné inflammatoire.
L’eau, la mélanine, le collagène et la microvascularisation dermique absorbent l’énergie de la RF,
créant un effet de chauffe volumétrique dermique puis la sécrétion des médiateurs cellulaires et
des facteurs de croissance, qui vont entrainer une cicatrisation.
Ruiz-Esparza et Gomez ont eu un bon résultat avec la RF non ablative chez 80% d’acnéiques
sévères, ils suggèrent que la RF pourrait inhiber l’activité sébacée et stimuler le remodelage
dermique.
Hantash and co ont démontré les premiers les effets d’une RFFM.
Ici le résultat peut venir de l’effet de chauffe volumétrique dermique ainsi que de la
néocollagènése induite par les micro aiguilles qui n’étaient pas isolées dans cette étude pouvant
être la cause des effets secondaires épidermiques, mais aussi de l’amélioration de la texture ; lors
d’une précédente étude elles étaient isolées à leur extrémité proximale afin de protéger l’épiderme
Les RFF semblent donner un volume de chauffe plus important que les lasers ablatifs et non
ablatifs.
Les microaiguilles stimuleraient la migration et la prolifération des kératinocytes et des fibroblastes
à l’aide de facteurs de croissance.
De plus le rapprochement des trous induit la régénération et le réalignement des mottes de
collagène épais et irrégulier en les cassant, de là une amélioration de la structure de la peau et
des cicatrices.
En Corée il y a plus de 5 RFFM qui sont utilisées et le marché croit rapidement.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Conclusion
La RFFM est utilisée dans les acnés inflammatoires, délivrant l’énergie thérapeutique de façon
plus sure, plus efficace et avec moins d’effets secondaires que les RF non ablatives et les lasers
fractionnés ablatifs.
- Important volume de chauffe avec induction de néocollagène par les aiguilles.
- Inhibition de l’activité sébacée.
- Remodelage dermique.
Commentaire
Cette technique a l’air intéressante.
A comparer avec les RFF sans aiguilles.
A suivre un peu plus longtemps pour pleinement évaluer les résultats.
2) Traitement de Becker naevus par laser fractionné ablatif:
Une étude pilote randomisée.
J-AM-ACAD-DERMATOL_2011_65_6_1173-1179
Arne A. Meesters, MSc, Bas S. Wind, MD, Marije W. Kroon, MD, Albert Wolkerstorfer, MD, PhD, J.
P. Wietze van der Veen, MD, PhD, Ludmila Nieuweboer-Krobotov, MD, Allard C. van der Wal, MD,
PhD, Jan D. Bos, MD, PhD, and Johan F. Beek, MD, PhD Amsterdam, The Netherlands
Le nævus de Becker est une pathologie acquise caractérisée par une hyperpigmentation en
plaque unilatérale qui peut devenir un peu verruqueuse et/ou pileuse, pour laquelle aucun
traitement définitif n’est prouvé. Les hommes sont 5 fois plus atteints que les femmes et la
fréquence est estimée entre 0,25 et 2, 5 %. Le laser Q-switched ND Yag ou l’Alexandrite long
pulse ont été utilisés.
Le but de cette étude de 11 patients a été d’évaluer le traitement du NB par laser fractionné. Les
patients ont été traités après photoprotection et sans traitement dépigmentant préalable.
2 zones carrées de 3x3cm ont été randomisées pour un traitement dépigmentant de type trio de
Kligmann associé au laser fractionné ablatif ou au topique dépigmentant seul. 3 séances à 6
semaines d’intervalle puis 4 semaines d’intervalle, avec topique appliqué dès la 2e semaine.
La séance de laser (Fraxel Repair) consistait en 4 passages avec 45% de surface couverte pour
phototypes de 1 à 3 et 35% pour phototypes 4.
L’évaluation était clinique mais aussi objective (spectroscopie de réflexion et index de mélanine)
ainsin qu’hitologique (biopsie de 2mm à 3 mois ).
A 3 et 6 mois les résultats ont été jugés modérés, les mesures objectives restant inchangées. Les
auteurs ont eu 3 cas de PPI dont 2 plus longs à disparaître. Les auteurs jugent que le petit nombre
de patients les séances en période de printemps et l’utilisation de topique dépigmentant ont pu
interférer avec les résultats.
Ils rappellent que 4 études ont utilisé d’autres lasers :
- Erbium Yag,et Q-switched : 50% de disparition à 2 ans (Erbium YAG)
- Neodymium : YAG plus de repigmentation dans le suivi
- Laser Alexandrite long pulse avec un cas de cicatrisation hypertrophique
Les auteurs suggèrent d’utiliser des paramètres plus conservateurs et de traiter en période moins
ensoleillée. Ils pensent ainsi améliorer le résultat qui est déjà modérément positif chez certains
patients.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
3) Nævus de Ota sur peau foncée une entité rare mais traitable
Lasers in Surgery and Medicine 43:960–964 (2011)
Thierry Fusade, MD, Séverine Lafaye, MD, and Hans-Joachim Laubach, MD Plateforme Laser,
23, rue Saint Petersbourg, Paris, France
Les nævi de Ota sont fréquemment traités par lasers Q switched sur peaux asiatiques et à
fortiori caucasiennes. Les auteurs rapportent leur expérience personnelle de 4 nævi de Ota traités
par QSwitched NDYag entre 199 et 2009.
Un cas était de localisation bilatérale, l’autre chez un enfant (nécessitant une Anesthésie générale).
Des fluences de 4,1 à 9,5J/cm2 ont été utilisées avec un diamètre de 2 mm. Les séances
habituellement espacées de 3 mois.
L’amélioration esthétique a été évaluée par 2 observateurs indépendants sur photographies. Les
effets secondaires ont été : suffusion sanguine au point d’impact, eryhème, œdème et croutes sur
le site de traitement, avec disparition en 7 jours.
Un patient a développé une hypopigmentation définitive en goutte résiduelle sur quelques petites
zones : le patient a néanmoins trouvé le traitement satisfaisant.
Les effets secondaires sont similaires à ceux décrits pour des phototypes plus clairs. Dans une
série de Chan sur peaux asiatiques 15 % des patients ont développé une hypopigmentation
irréversible. Des PPI voire des cicatrices ont été notées (resp 3% et 4,8%). Il est suggéré de
pratiquer une bonne photoprotection et de ne pas refroidir la zone avant ou après.
Une alternative thérapeutique pourrait être l’utilisation de lasers de photothermolyse fractionnée,
les études comparatives ne sont pas disponibles.
Les auteurs encouragent les praticiens utilisant ce type de laser à le proposer en exposant les
risques / bénéfices aux phototypes 5.
4) Laser Q-switched ND:YAG dans naevus of Ota: une série de 25 cas.
Department of Dermatology, Venereology and Leprosy, Katihar Medical College, Katihar,
Bihar, India
Sharma S, Jha AK, Mallik SK, Indian J of Dermatol 2011
Cette étude a concerné 25 patients de phototype IV et V atteints de naevus de Ota traités part
Q Switched ND Yag sur une période de 1 an avec 8 sessions en moyenne. Le résultat a été évalué
après une période de 6 mois.
Plus de 70% d’amélioration a été trouvée chez 15 patients (60%). Huit patients (32%) ont eu un
résultat modéré and Deux patients (8%) ont eu des résultats modestes. Malheureusement les
effets secondaires ou les complications n’ont pas été décrits dans cet article qui cependant
confirme l’utilisation fréquente du Q-switched ND/ Yag dans le traitement des nævi de Ota sur
phototypes foncés
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
5) Réduction de l’épaisseur de lambeau cutané par laser Fractionné ablatif à propos
d’un cas.
Department of Dermatology, New York University School of Medicine, New York, New York
Lori A. Brightman, MD, Jeremy A. Brauer, MD, Robert Anolik, MD, Elliot T. Weiss, MD, Julie Karen,
MD, Anne Chapas, MD, Elizabeth Hale, MD, Leonard Bernstein, MD, Roy G. Geronemus, MD
Laser & Skin Surgery Center of New York, Eye and Ear Infirmary, New York, The Ronald O.
Perelman
Lasers in Surgery and Medicine 43:873–874 (2011)
Le Lambeau frontal interne paramédian permet de réparer un large défect cutané nasal.
Cependant même s’il est soigneusement dégraissé in peut prendre une apparence épaissie /plans
adjacents et être esthétiquement mal toléré. A part la reprise chirurgicale les options
thérapeutiques comportent des corticoïdes ou du 5 FU intralésionnels, la dermabrasion et les
lasers de resurfacing ablatifs ou non.
Un patient de 82 ans atteint de CBC récurrent de la paroi nasale gauche a développé dans les
suites opératoires une hypertrophie persistante de son lambeau. Les options classiques de
traitement ayant été récusés chez lui, une traitement par laser Fractionné CO2 Fraxel Repair a été
décidé sous AL : 50 % densité, 70 Joules par tir et 4 passage non chevauchant. Les suites ont été
simples et le patient a été suivi pendant 2 ans avec une nette régression de son hypertrophie. Les
auteurs le recommandent donc dans cette indication.
Treatment of classic porokeratosis of Mibelli with Q-switched ruby laser
Les auteurs ont traité une porokératose de Mibelli isolée par laser Rubis Q-Switched en 2 séances
avec les paramètres suivants : Laser RubiStar Asclepion, 30ns, 5mm de diamètre de spot, 3,6-10
j/cm², 1hz, 2 séances. Le résultat a satisfait la patiente et l'évaluateur, malgré une
hypopigmentation séquellaire ; et s'est maintenu au-delà du 6e mois après traitement.
Commentaire : peu de traitement sont disponibles dans la porokératose de Mibelli. Le laser
Qswitched pourrait être une option. L'hypopigmentation séquellaire pourrait être évitée par
l'utilisation de lasers avec une affinité moins importante pour la mélanine (alexandrite plutôt que
rubis?)
6) Traitement du nævus de Becker avec un laser ablatif fractionné : une étude pilote
aléatoire contrôlée.
Ablative fractional laser therapy as treatment for Becker nevus: a randomized controlled
pilot study.
Journal of the American Academy of Dermatology ; Dec 2011 ; vol 65 ; issue 6 ; pg 1173-9 ; issn
0190-9622 (ISSNLinking)
Meesters, Arne A ; Wind, Bas S ; Kroon,
Tache hyperpigmentée acquise unilatérale parfois verruqueuse et souvent recouverte de poils
atteignant 0,25 à 2,5% de population 5 fois plus fréquent chez les individus masculins, de
pathogénie inconnue( sensibilité aux androgènes ?) le naevus de Becker n’a pas encore trouvé
son traitement optimal, parfois pire avec les IPL ou Qswitch Rubis, mieux avec les laser erbium
YAG et long pulse Alexandrite.
Le laser fractionné non ablatif a été envisagé puis le fractionné ablatif but de cette étude
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Méthode
11 patients, plus de 18 ans, FSkin II à V
2 zones test de 3X3 cm à l’aveugle
- Une avec laser fractionné ablatif + crème dépigmentante trio de Kligman
- Une autre avec crème seule
Suivi à 3 et 6 mois
3 sessions, 6 semaines après la première ; 4 semaines après la seconde, avec le Fraxel re :pair
4 passages pour une couverture de 45% pour les FSkin II et 35% pour les types III à V : 2 dans
une direction et deux perpendiculairement avec énergie de 10mj par microspot
Crème anesthésiante 2 h avant
Etaient notés par le patient :
- effets secondaires et leur durée : modérés
- amélioration de la pigmentation
- douleur et satisfaction
Prise de photos
Spectroscopie et spectrophotométrie pour mesurer l’index mélanique
Histologie : à 3 mois avec punch de 2 mm
Résultats
- 10 patients allèrent au bout
- A 3 et 6 mois évaluation patient : 3,8 et 5
- Satisfaction : 5,1 et 5,9 sur score de 1 à 10
- Evaluation du dermatologue « aveugle » : amélioration significative
- 3 patients développèrent une HPI : visage, axillaire et taille
- Tous les autres : amélioration de 50 à 58% à 3 et 6 mois
- Pas de différence histologique
Discussion
Le laser CO2 ablatif est modérément efficace.
Le retour des patients est plutôt négatif.
Limitations de cette étude :
- petit nombre de patient
- traitement au printemps
- paramètres laser faibles
- usage combiné avec crème dépigmentante
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
INDICATIONS ESTHETIQUES
1) Non-Invasive Cryolipolysis for Body Contouring in Chinese – A First Commercial
Experience
Samantha Y.Shek, MBBS, Nicola P.Y Chan, MRCP and Henry H. Chan MD, PhD, FRCP
Etude post commercialisation portant sur l'utilisation de la cryolipolyse Zeltic en condition réelle.
21 patients ont été inclus divisés en 2 groupes, l'un ayant une séance, l'autre 2 espacées de 3
mois. Chose intéressante, les patients devaient payer leur traitement. Une amélioration
significative était constatée sur l'ensemble des sites traités par les mesures de bourrelet. 81% des
patients constataient une différence facilement identifiable dont 57% ont trouvé que le résultat était
à la hauteur ou au-delà de leur espérance tandis que 43% jugeaient qu'il était en deçà.
L'amélioration était visible en moyenne à partir de la 4e semaine. Les effets secondaires étaient
limités à type de rougeurs, ecchymoses et engourdissement. Une amélioration significative mais
limitée était constatée après le 2e traitement uniquement pour la zone abdominale.
Commentaire : Cette étude confirme la fiabilité de la cryolipolyse et la grande satisfaction des
patients après traitement, comparativement aux autres techniques médicale ou chirurgicale de
destruction graisseuse ; y compris en condition réelle, lorsque les patients paient leur traitement.
Elle confirme également que la majorité voir la totalité de l'effet sera constaté après 1 seul
traitement. A noter qu'il s'agit encore 1 fois d'une étude réalisée avec l'appareil Zeltic. Les appareils
concurrents, récemment apparus sur le marché, n'ont toujours pas à leur disposition d'étude
d'efficacité et de sécurité...
2) Evaluation de l’efficacité clinique d’un traitement de radiofréquence fractionnée
avec microaiguilles pour les cicatrices d’acné et les pores dilatés du visage.
Evaluation of the Clinical Efficacy of Fractional Radiofrequency Microneedle Treatment in
Acne Scars and Large Facial Pores.
Dermatologic surgery : official publication for American Society for Dermatologic Surgery [et al.]
Apr 9, 2012 ; vol ; issue ; issn 1076-0512 (ISSNLinking)
Cho, Soo Ick ; Chung, Bo Young ; Choi, Min
Méthodes
30 patients avec moyenne à modérée acné faciale avec pores dilatés
12h 18f 16 à 45 ans
- 2 sessions à 1 mois avec Intracell (Jeisys, Seoul, Corée)
- 49 micro aiguilles / 1cm2
- Double passage pas de refroidissement
- Seul la pointe de l’aiguille est conductible 0,3mm
- L’énergie est émise dans le derme 0,2 sec après l’insertion de l’aiguille, sa durée d’émission
variable selon la puissance désirée.
- Les microaiguilles mesurent 0,5.0,8.1,5.ou 2mm de long
- Pour cette étude : 1,5mm et 500 W
- Nettoyage, alcool 70° EMLA
Classification des cicatrices d’acné par 2 MD :
- Maculaires : érythémateuse, hyper ou hypo pigmentées
- Moyennes : hyper ou atrophiques non visibles à 50cms
- Modérées : visibles à 50cms, mais pouvant être étirées
- Sévères
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Photos, pores dilatés : de 0 à 5 (très sévère), rugosité, TEWL (perte eau transépidermique),
densité dermique, mesure du sébum.
Avant les soins et semaines 2, 4, 6 et 8.
A 12 semaines chaque patient remplit un questionnaire : très satisfait, satisfait, pareil, pas satisfait,
vraiment pas satisfait, avec questions sur la douleur ressentie et les effets secondaires : douleur
persistante, érythème, folliculite, œdème, hyper ou hypo pigmentation.
Résultats
8 semaines après deux sessions :
Cicatrices
- Amélioration : 22 patients, dont 1 de deux grades et 21 d’un grade
- Pas de changement : 7
- Aggravation : 1
Pores dilatés
- Amélioration : 21
- Pas de changement : 7
- Aggravation : 2
- Surface cutanée adoucie à 8ème sem
- TEWL pas de changement
- Densité dermique augmente à 8 sem
- Pores diminuent chez 22, pas de change chez 7, augmentés chez 1
- La mesure du sébum ne change pas après le traitement
12 semaines après : 12 très satisfaits, 14 satisfaits, 3 pareils, 1 non satisfait
Douleur : 2 sévère, 4 modérée, 18 moyenne, 6 non
Erythème après : 8 jours en moyenne
Folliculite : 2
Les pores dilatés : associés avec séborrhée élevée, vieillissement, génétique, UV, déficit en vit A
Vieillissement avec changements dans l’épaisseur du derme et la matrice dermique qui est
désorientée, avec le collagène et l’élastine, en augmentant les métalloprotéinases.
Il a été suggéré que la large taille des pores est plus associée avec le taux de sébum que l’âge ou
le sexe.
Discussion
Amélioration de plus de 70%
Le collagène dénaturé des zones traitées par la FRM maintenu au niveau du derme réticulaire audelà de 28 jours, bien qu’un nouveau tissu remplace partiellement les zones traitées.
Les gènes impliqués dans le remodelage dermique comme la tropoélastine et le procollagène
augmentent progressivement jusqu’au 28ème jour.
Pas de différence avec le TEWL montre que le traitement ne modifie pas beaucoup la barrière
épidermique.
L’amélioration de la taille des pores n’est pas corrélée à une diminution du sébum mais à un
remodelage du derme.
Finalement les effets secondaires étaient peu nombreux et transitoires, sauf la douleur qui était
parfois difficile à supporter.
Commentaires
Ce traitement a l’air efficace pour ces pores dilatés qui sont une demande fréquente chez
nous aussi. Je ne sais pas pourquoi un refroidissement de la peau n’a pas été pratiqué.
A essayer.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Commentaire : Est-ce que tous les systèmes de resurfacing fractionné sont égaux vis à vis
de l’induction d’une fibrose ?
Commentary: are all fractional resurfacing devices equal with regard to induction of fibrosis?
Dermatologic surgery : official publication for American Society for Dermatologic Surgery [et al.]
Mar 2012 ; vol 38 ; issue 3 ; pg 443-4 ; issn 1076-0512 (ISSNLinking)
Metelitsa, Andrei I ; Green, Jeremy B ;
Beaucoup d’indications cliniques sont concernées par les lasers fractionnés ablatifs et non ablatifs
dont les cicatrices et le photorajeunissement.
Certains disent qu’une série de traitements non ablatifs donne les mêmes résultats qu’un seul
ablatif alors que d’autres préfèrent l’ablatif ; la différence entre les deux modes fait que des
différences dans la cicatrisation sont attendues.
Wind et co
Etude de la réponse histologique vis à vis de la fibrose, 3 mois après.
- Série de LNA sur érythème dyschromique persistant et HPI
- Série de LA sur nævi de Becker
Fibrose uniquement après LA.
Le nævus de Becker est différent histologiquement : derme épais avec des paquets de muscle
lisse et des mastocytes, dont l’association avec la fibrose, bien connue, en augmente peut être la
réponse après laser
La question que cette étude soulève est : est-ce que la fibrose observée est le signe d’une
efficacité clinique différente ?
D’autres études seront nécessaires, avec objectivation de la fibrose immunohistochimique et
moléculaire
3) CosmeceutiQoL: a tool for assessing dermo-cosmetic products' impact on quality
of life.
Journal of cosmetic and laser therapy : official publication of the European Society for
Laser Dermatology Feb 2012 ; vol 14 ; issue 1 ; pg 18-23 ; issn 1476-4172 (ISSNLinking)
Taieb, Charles ; Rahhali, Nora ; Moingeon, Valentin ; Perez-Cullell, Nuria ; Sibaud, Vincent ;
L’usage des cosmétiques n’est pas récent, mais le terme de dermo cosmétiques est récent,
inventé par Pierre Fabre il y a une trentaine d’années : cosmétiques et produits d’hygiène en
accord avec les bonnes pratiques pharmaceutiques.
On a parlé aussi ces dernières années de qualité de vie et inventé des techniques pour la mesurer
car la santé est » un état de complet bien-être physique, mental et social et pas seulement
l’absence de maladie ou d’infirmité ».
Les dermatologues se sont intéressés à évaluer la qualité de vie et de nombreux questionnaires
existent ; il y en a trois types :
- Génériques
- Génériques dermatologiques comme le dermatology life quality index (DLQI) ou le dermatology
specific quality of life ( DSQL)
- Dermatologiques spécifiques comme le CADI pour l’acné etc
Un score important correspond à une meilleure qualité de vie pour les génériques, mais pour les
spécifiques c’est le contraire.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Bien que la dermato cosmétique évolue il n’existait pas de questionnaire, d’où la création de
CosmeceutiQol, afin d’évaluer l’impact de la DC sur la qualité de vie et de pouvoir être utilisé
rapidement et facilement par le patient ou le professionnel de santé.
Le CQol ,12 questions relatives à la peau, a été testé par un groupe de 1002 femmes françaises
agées de 25 ans et plus.
Corrélation directe avec l’âge :
- 25-44 : 35,91
- 45-64 : 40,26
- Au-dessus de 65 : 42,1
La qualité de vie diminue aussi avec l’hypersensibilité de la peau, les coups de soleil durant
l’enfance, l’intensité des signes de vieillissement, la présence de taches pigmentées sur le visage
ou d’une peau déshydratée, des rides, une peau relâchée.
Le CQol donne un score qui augmente en corrélation directe avec l’intensité des signes de
vieillissement
J’ai fait la demande afin d’en avoir un exemplaire
Les questions qui suivent
portent sur votre peau et sur ce
que vous ressentez aujourd’hui
et aujourd’hui seulement. Pour
chaque question, cochez la
réponse X qui correspond le
mieux à votre perception :
Aujourd’hui ma peau est
douce au toucher
Oui
absolument
Aujourd’hui, j’ai des ridules
(dues à la déshydratation)
Aujourd’hui, ma peau est
résistante, et résiste aux
agressions de la pollution
Aujourd’hui ma peau est
fraîche
Aujourd’hui ma peau est
tonique
Aujourd’hui ma peau est
lumineuse
Aujourd’hui ma peau est
éclatante, rayonnante
Aujourd’hui ma peau est
hydratée
Aujourd’hui ma peau est
lissée
Aujourd’hui ma peau est
défatiguée
Aujourd’hui ma peau est
tonique, pleine de vitalité
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Oui
Oui un peu
Non pas vraiment
Non
PDT
1) Facteurs de Douleur pendant la PDT une étude descriptive de 301 Patients
JEADV 2011,25, 1275-1281
IM Miller, JS Nielsen, S Lophaven, GBE Jemec
Danemark
Près de 90 % des patients éprouvent de la douleur lors des séances de PDT, d’une intensité
selon les séries de 3-5 allant parfois à 7,5 sur une échelle de 10. Ceci peut causer des arrêts de
traitement.
Etude rétrospective sur la base de données de l’hôpital Roskilde au Danemark.
Les protocoles de PDT au Metvixia° ou au Photocure° sont standards.
Sur 983 séances 583 (56,26 %) n’ont pas nécessité de traitement particulier, 344 (34,99%) ont été
suffisamment améliorés par pulvérisation d’eau fraiche et dans 86 séances (8,75%) les patients
ont dû être traités (bloc nerveux, pause entre les séances).
Une association significative a été notée entre douleur et taille et aussi localisation.
Une différence significative a été notée entre des lésions de taille <1cm ou > 5 cm 2. Plus la lésion
est large plus souvent elle nécessite d’être prise en charge pour la douleur.
En termes de localisation anatomique la douleur été aussi plus importante sur le scalp et les
extrémités que sur le torse nécessitant plus de prise en charge et une prise ne charge plus
puissante.
Enfin les séances de PDT des Kératoses actiniques nécessitent plus de prise en charge de la
douleur que les séances concernant des CBC.
D’autres études confirment la relation taille /prise e charge de la douleur. Des études ne
traitants que de CBC n’ont pas trouvé cette relation.
Le rôle de la localisation ou de la plus grande sensibilité des Kératoses actiniques n’est pas trouvé
dans certaines autres études.
On ne connaît pas le mécanisme exact de la douleur dans la PDT mais elle est souvent décrite
comme neurogène. Les traitements habituels sont l’application de froid, les anesthésies locales à
type de bloc. Les topiques anethésiques, les analgésiques per os ne semblent pas actifs.
Ces données corroborent mon expérience personnelle.
2) Est ce que la thérapie photodynamique est une solution pour les chéloïdes ?
Is photodynamic therapy a solution for keloid?
Giornale italiano di dermatologia e venereologia : organo ufficiale, Società italiana di dermatologia
e sifilografia ; Dec 2011 ; vol 146 ; issue 6 ; pg 463-72 ; issn 0026-4741 00264741 (ISSNLinking)
La PDT est surtout utilisée pour le traitement des lésions pré cancéreuses, Bowen et EAO baso
superficiels. La fibrose de la sclérodermie répond bien aussi.
Peu d’atteinte des tissus sains, bonne cicatrisation, peu d’effets systémiques et bons résultats
esthétiques en font un traitement valable.
Les chéloïdes sont la conséquence d’un processus anormal de cicatrisation avec hypertrophie
fibreuse s’étendant au-delà de la lésion primitive.
Les traitements en sont nombreux mais récidive voire exacerbation en sont la règle
Premier cas de traitement par PDT d’une chéloïde sous mentonnière de 1,8 X 0,6 cms chez une
iranienne phototype IV/V évoluant depuis 4 ans et déjà traitée par patches de silicone, injections
de stéroïdes et excision.
- 5 sessions de MAL-PDT sur 5 mois
- La chéloïde s’est aplatie, est devenue plus souple.
- Suivi de 2 ans.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Il est curieux que la PDT, plutôt vue comme un traitement de surface se montre efficace sur des
lésions situées profondément dans le derme.
L’histologie des chéloïdes montre des fibres denses de collagène, d’orientation désorganisée, ainsi
qu’une matrice extra cellulaire abondante en glycosaminoglycanes, avec une activité fibroblastique
excessive et abondante.
Au niveau d’une cicatrice normale il y a un mécanisme de feed back négatif, avec interactions
entre les cellules, les facteurs de croissance et la matrice extracellulaire.
Au niveau des chéloïdes il y a defect avec production incontrôlée.
Collagène 20 fois plus, fibronectine 4 fois.
Les fibroblastes de la chéloïde surexpriment des facteurs de croissance TGFbeta1, TGFbeta2,
PDGFalfa et ont aussi un grand nombre de récepteurs de facteurs de croissance.
Les chéloïdes sont composées de fibres désorganisées de collagène type I et III et le ratio I/III est
de 17 (3 fois la normale).
PDT
Absorption ALA ou MAL puis exposition à 633nm, en présence d’oxygène, génération de ROS,
surtout singlet 02 puissant oxydant, changements vasculaires.
PDT surtout effective sur la mitochondrie, parce que le temps de vie de 02 singlet est très court de
100ns à 250ns et cela limite la distance de diffusion à 45nm.
ALA et MAL s’accumulent plus dans les tissus bien perfusés, avec grande activité métabolique et
une membrane à l’intégrité défaillante.
Le traitement est superficiel à cause de la pénétration limitée de ALA ou MAL et de la lumière
rouge, mais peut traiter un EOA jusque 3mm.
Morphées
Karrer and co ont traité 5 patients avec ALA PDT une ou deux fois par semaine pdt 3 à 6
mois avec bons résultats.
Bien que les pathogénies soient différentes, il y a en commun des anomalies fibroblastiques.
- Tosa : 14 patients une fois par mois/ 3 mois : 50% disparition complète
- Campbell : cicatrices hypertrophiques améliorées
Mécanismes potentiels
- Apoptose des fibroblastes, il y a une diminution de l’expression des gènes relatifs à l’apoptose
dans les fibroblastes des chéloïdes.
- Production de IFN alpha et gamma et TNF beta est déprimée.
- Mais IL6,IFN beta, et TNF alfa est augmentée.
- Via keratinocytes paracrines.
L’échange d’informations entre les kératinocytes et les cellules dermiques règle le développement
de la peau.
Les fibroblastes de chéloïde mis en culture avec des kératinocytes de chéloïde prolifèrent plus vite
que fibroblastes normaux avec keratinocytes normaux.
Les kératinocytes pourraient avoir une responsabilité dans les chéloïdes, ils sont une grande
source de cytokines IL1,IL6, TGF alpha et beta, qui peuvent traverser la membrane et influer sur
les fibroblastes par un mécanisme paracrine.
TGF béta
TGF beta 1et 2 : formation de cicatrice
TGF beta 3 : réduction de cicatrice et fibrose
Quand la blessure est cicatrisée, l’activité de TGFbeta s’arrête
Dans les chéloïdes, il est hyperproduit, et les fibroblastes ont un grand nombre de récepteurs
Les traitements avec ALA réduisent le TGFbeta1 mRNA de moitié
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
PDGF
Stimule la production de collagène par les muscles lisses.
Les récepteurs : 4 à 5 fois plus PDT peut l’altérer.
IL10
Citokines antiinflammatoire, dont la surexpression module la réponse inflammatoire.
Smith et co ont identifié 177 gènes montrant des expressions différentes entre les fibroblastes
normaux et chéloïdiens. La PDT peut altérer leur expression.
Synthèse du collagène
PDT génère des ROS diminuant la production de collagène type 1.
L’élévation des HSP47 chaperon du collagène, favorisant le développement de la triple hélice, est
associée avec une augmentation de la synthèse de collagène.
HPS est hyperproduit dans les chéloïdes.
Après PDT pour traitement de KA les collagènes I et III sont en augmentation.
Cela peut sembler curieux que la PDT diminue la synthèse de collagène dans les chéloïdes ! en
fait la PDT remodèle l’arrangement du collagène et supprime les sites récepteurs des facteurs qui
favorisent sa synthèse.
Des signaux envoyés par les kératinocytes sont aussi inhibiteurs.
Dégradation du collagène.
Dépendante des MMP zinc et calcium dépendantes, MPP-1 qui dégradent les collagène I,II,III,IX et
XI, MMP-3 dégradent protéoglycans , fibronectine et collagène III,IV et V.
MMP-2 et 9 dégradent collagène I,V,VII et XI
La PDT induit aussi un cross linking du collagène qui peut inhiber la prolifération du collagène
dans les chéloïdes. Rôle probable de la baisse de Décorine protéoglycane, dans l’organisation
irrégulière du collagène des chéloïdes, améliorée par PDT.
PDT sur chéloïdes
- Age de la cicatrice pas trop vieille, sinon mauvaise oxygénation et pénétration de la lumière
difficile.
- Longueur d’onde : avec 630-635 nm la lumière peut pénétrer jusque 6mm, mais il pourrait être
préférable d’enlever une partie de la cicatrice avant (à confirmer)
La mélanine qui a un spectre d’absorption de l’UV au visible réduit la pénétration de la lumière
chez les personnes de peau noire où malheureusement il y a beaucoup de chéloïdes, la solution
pourrait être de réaliser la PDT juste après la résection de la cicatrice.
Photosensibiliseurs
ALA et MAL qui sont métabolisés en porphyrines
ALA est hydrophyle et son methyl esther MAL plus lipophyle pénètre plus profondément dans la
peau et serait plus sélective pour les tissus lésionnels.
Recherches en cours pour améliorer la pénétration de ALA ou MAL ou application par
d’autres méthodes : liposomes ou microaiguilles.
Conclusion
Pas de récidive à 2 ans pour le cas de cette étude.
Plus de cas seraient nécessaires mais cette méthode apporte une amélioration là où beaucoup
d’autres ont échoué.
- Apoptose des fibroblastes
- Modulation des facteurs de croissance et de l’expression des cytokines
- Réduction de la synthèse du collagène et dégénérescence de l’existant
Commentaire
Passionnante et instructive communication. Ça donne envie d’essayer
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
HOME DEVICES ET LED
1) Clinical efficacy of home-use blue-light therapy for mild-to moderate acne.
Journal of cosmetic and laser therapy : official publication of the European Society for Laser
Dermatology ; Dec 2011 ; vol 13 ; issue 6 ; pg 308-14 ; issn 1476-4172 (ISSNLinking)
Gold, Michael H ; Sensing, Whitney ; Biron, Julie A
Récemment la résistance du Pacnes a augmenté significativement et les traitements à base de
lumière sont devenus une alternative intéressante.
La lésion acnéique commence avec un follicule bouché par la prolifération des kératinocytes,
ces comédons se transformant rapidement en lésions inflammatoires avec une puissante réponse
immune contre la colonisation par le Pacnes, bactérie anaérobie produisant des porphyrines,
absorbant la lumière dans les UV et le visible ; la bactérie exposée à une bonne longueur d’onde
est détruite par une réaction photodynamique.
Ce qui explique l’amélioration de l’acné pendant l’été.
La lumière bleue photo excite la coproporphyrine III qui a un spectre d’absorption à 415 nm,
conduit à production d’O et la destruction de la bactérie.
Méthodes
Etude prospective avec le Tanda Zap( Pharos-Syneron-Candela) 414 nm LED.
30 patients avec acné moyenne à modérée.
2 lésions similaires de chaque côté traitées avec un vrai ou un faux Tanda pendant 2 min, matin et
soir 2 jours jusque 10 jours.
Discussion
Bien qu’il y eu amélioration avec le placebo, les zones traitées avec le vrai ont été améliorées plus
rapidement (2 jours) et de façon plus significative.
Il existe plusieurs tailles pour ces home devices bleus.
Le Dr Gold est un consultant de la société Pharos.
2) LED Light-emitting diode.
Current problems in dermatology ; 2011 ; vol 42 ; issue ; pg 173-80 ; issn 1421-5721 (ISSNLinking)
Gold, Michael H
Bien que la place exacte des LED soit encore à trouver, la LED thérapie est faite pour durer.
En 2002 MacDaniel et co démontrèrent qu’en utilisant différents lasers à différentes longueurs
d’onde :
- On pouvait moduler et réguler l’activité des fibroblastes ; la synthèse du collagène était
accompagnée d’une égale diminution de MMP-1 ou collagénase.
- Des fluences considérées comme trop basses pouvaient pourtant stimuler la synthèse de
collagène : photomodulation, les LED de 590nm ayant le meilleur effet et très important nécessité
d’une activité pulsée, une activité continue étant inefficace sur le fibroblaste.
Activation de cytochrome c oxydase de membrane mitochondriale, synthétisée par
protoporphyrine IX qui a un pic d’absorption à 562- 600 nm ; l’absorption de la lumière au niveau
de la membrane de la mitochondrie conduit à une transformation de l’adénosine en adénosine
triphosphate, amenant de l’énergie.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Etude de Weiss et co sur photoréjuvénation
90 patients, 8 séances sur 4 semaines Gentle Waves 590nm
2 pulses/cycle avec 100 cycles/35s ; le pulse 250ms on/100ms off
0,1 J/cm2 2 cms de distance 2040 LED suivi 1 an photos histo
- Amélioration d’1 point sur l’échelle de Fitzpatrick, à 4 mois et persistance à 1 an : texture,
rougeurs, acné et effet anti inflammatoire.
- Diminution de l’érythème post UV si LED quelques heures après exposition.
- Diminution des effets secondaires suite aux lasers, si LED dans les suites.
Les auteurs les utilisent suite à tous leurs traitements par IPL, laser colorant pulsé, lasers
fractionnés ablatifs et non, 35 sec juste après, puis à 48 et 72 h ; avec réduction des suites et
meilleurs résultats.
Les home devices
Les 2 meilleures : Tanda (Pharos Life Corporation) et Omnilux (Photo Therapeutics).
Les home devices pour l’acné utilisent les LED à 490nm pour détruire le PB acné, ces home
devices utilisent les LED rouges pour la photoréjuvénation.
Plusieurs études montrent de bons résultats sur l’acné avec le Tanda bleu et l’Omnilux rouge et
bleu mais pas de suivi au-delà de 2 mois.
Etude avec le Tanda rouge sur l’hydratation et la perte d’eau transépidermique : amélioration du
confort, de l’hydratation, des fines ridules.
Autres LED
- Pour la réduction de la graisse : Zerona (Erchonia Médical)
Jackson et co en 2004 avaient noté une amélioration de la liposuccion avec les LLLT ainsi que du
remodeling corporel (635nm).
L’auteur recommande une lecture sérieuse avant de traiter tout et n’importe quoi avec les LED !!
Certaines choses sont sures et indiscutables (acné, inflammation) d’autres le sont moins.
Commentaires
Les home devices arrivent, les fabricants vont gagner beaucoup plus en vendant une
machine à chaque patient qu’à un médecin une fois tous les 36
2) Etude clinique multicentrique d’un laser fractionné non ablatif utilisable à la
maison pour le traitement des rides.
Multicenter clinical trial of a home-use nonablative fractional laser device for wrinkle
reduction.
Journal of the American Academy of Dermatology Feb 29, 2012 ; vol ; issue ; issn 0190-9622
(ISSNLinking)
Leyden, James ; Stephens, Thomas J ; Herndon, James H ;
Le concept de photothermolyse fractionnée existe depuis 2002 (Manstein and co).
Un laser portable utilisable à la maison fractionné non ablatif a récemment été développé pour le
traitement des rides péri orbitaires basé sur le même principe que les lasers professionnels.
Au cabinet 2 à 5 traitements de 10 à 30% ; le pourcentage de tissu traité doit être suffisant pour
que le résultat total soit bon.
Avec un système utilisable à la maison on peut utiliser des paramètres faibles, avec une densité
de couverture faible mais une utilisation fréquente.
L’objectif est d’évaluer l’efficacité et la sureté de ce système à la maison pour le traitement des
rides péri orbitaires.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Méthodes
2 études dans deux centres
Le PaolaVia système est dans le moyen infrarouge 1410nm et fonctionne avec un scanner,
l’énergie des micropulses est de 8 à 15 mj délivrés en réseau rectangulaire avec un pitch de 0,9 à
2 mm, fenêtre de sortie de 9 à 13 mm, fonctionne avec une batterie rechargeable et délivre un
maximum de scans sur une période pré réglée.
- sécurité pour ne pas surchauffer
- contact sensor
- longueur onde et divergence faisceau éliminent possible dommage oculaire
- Rides classées 3 ou plus avec l’échelle de Fitzpatrick FWS
- Aucun autre traitement dans les 24 derniers mois.
Pilot study
36 patients ( 33 F et 3 H) assignés à groupe A et bas réglages ou B et hauts réglages de 12 à 15
mj , âge moyen 54 ans, FSkin I à IV, FWS de 5,1
Traitement journalier pendant 4 semaines, puis deux fois par semaine pendant 4 semaines
Début par les rides adjacentes à l’œil, puis au sourcil, puis sous les yeux : 6 à 8 scans par œil.
Pivotal study
100 patients ( 92 F et 8H) âge moyen 53 ans, FSkin I à V, FWS de 4,5.
Traitement journalier pendant 4 semaines, puis deux fois par semaine pendant 12 semaines.
Les premiers et troisièmes traitements étaient faits à la clinique, alors que le second était fait à la
maison ainsi que tous les autres.
- Pilot : évaluations à fin semaine 4,8,12,16,20,28.
- Pivotal : 2,4,8,12.
- L’echelle de Ftzpatrick était utilisée (FWS) 0 à 9.
La capacité des patients à utiliser le matériel était vérifiée lors des 1ers et 3ème traitements à la
clinique.
5 photos à chaque contrôle : lumière visible, polarisée croisée et parallèle, fluorescence et
ultraviolet.
Biopsies préauriculaires juste après un traitement, 3 jours puis un mois.
Résultats
Histologie : colonnes de tissu coagulé de 210 à 250 microns de profondeur, et 190 à 240 microns
de large.
A 3 jours la réépithélisation a commencé.
A 1 mois cicatrisation complète.
Clinique
En moyenne 9,5 et 13,1 min pour déballer et lire les instructions
Tous les patients étaient capables de réaliser leur traitement en 3 à 4 minutes
Tous les effets secondaires peu marqués avaient disparu à la fin sauf un peu de rougeurs et de
sécheresse, une dizaine de sujets avaient quitté l’étude
Pilot sem 4 FWS à 4,6 et sem 8 à 4, maintenu à 4,3 au 4ème, 6ème mois
Pivotal sem 4 FWS à 3,7 et sem 8 à 3,5
68% des Pilot trouvaient encore une amélioration 5 mois après l’arrêt des traitements, 87% des
Pivotal après 3 mois
Discussion
2 études cliniques avec un total de 124 sujets ayant réalisé un total de 6000 traitements à la
maison.
La stratégie de cette étude était de minimiser les effets secondaires afin de permettre un
traitement quotidien pendant plusieurs semaines.
Ceci fut accompli en réduisant le pourcentage de tissu traité par séance (1,5%).
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
Le fait d’avoir très peu de suites a permis de visualiser l’amélioration qui fut rapide durant la
deuxième semaine du traitement journalier.
Bien que l’œdème puisse contribuer à cette amélioration rapide, des études ont montré que la
néocollagènése pouvait débuter 1 à 2 semaines après traitement.
En résumé sécurité, efficacité, bonne tolérance de ce home device fractionné non ablatif à 1410
nm.
Commentaires
Très belle étude, belles photos, on a du souci à se faire !!
FONDAMENTAL
1) Optimal Wavelengths for Vein-Selective Photothermolysis
Iris K. Rubin, MD, William A. Farinelli, BA, Apostolos Doukas, PhD, ans R. Rox Anderson, MD
Article de science expérimentale comparant l'effet de différentes longueurs d'onde sur des
échantillons de sang de saturation en oxygène différente, afin de mimer sang artériel et veineux.
Le but de l'étude était in fine de déterminer une longueur d'onde optimale pour une
photothermolyse sélective des capillaires veineux par rapport aux capillaires artériels ; et de
comparer ces données par rapport aux valeurs pouvant être déduites des courbes d'absorption de
l'oxyHb et de la désoxyHb. La sélectivité désoxyHb/oxyHb était optimale à 694nm (laser rubis) et
significative à 595, 600, 633 (laser à colorant pulsé) et 755 nm (laser alexandrite). A 585 et 590nm,
le ratio était à environ 1 ; à 1064 nm, la sélectivité était plus importante pour l'oxyHb. Comparée
aux valeurs attendues, la concordance était importante exceptée à 633nm où il aurait dû exister un
pic de sélectivité très important pour la désoxyHb. Les auteurs expliquent cette différence par une
probable réoxygénation du sang au cours de l'expérimentation, rendant la saturation en oxygène
plus importante qu'attendue dans les modèles de capillaire veineux.
Commentaire :
Les considérations actuelles dans le traitement des angiomes plan sont de considérer ces derniers
comme des malformations principalement veineuses. Des lasers adaptés au chromophore
désoxyHb plutôt que oxyHb sont ainsi recherchés afin d'optimiser l'effet du traitement. Le passage
de 585 à 595nm pour les traitements par laser à colorant pulsés, et l'utilisation plus récente du
laser alexandrite 755nm, initialement justifiés par une profondeur de pénétration semble en faveur
d'une confirmation empirique de ce phénomène puisque ces 2 longueurs d'onde sont également
plus sélectives de la désoxyHb.
Le fait de cibler le sang veineux pourrait également éviter le phénomène de néovascularisation et
le risque de cicatrice qui, selon les auteurs, sont inhérents à la destruction de capillaires
artériolaires, et pourrait trouver leur justification clinique dans la relative inefficacité et le grand
risque cicatriciel des traitements par laser Nd:Yag isolés. La lecture attentive de l'article semble
montrer le développement par Candela d'un nouveau laser à 633nm, décrit comme expérimental
et dont le résultat « in vitro » ne semble finalement pas à la hauteur de ses compétences
théoriques...
On remarquera également l'attaque en règle des auteurs contre les lasers bilongueurs d'onde
KTP/Yag ou LCP/Yag jugés défavorablement du fait de leur capacité à induire une sélectivité plus
importante pour les capillaires artériolaires plus aptes selon eux que les capillaires veinulaires à
produire de la MetHb, cible du 2e impact par laser.
On retiendra principalement de cet article la tendance à privilégier la cible désoxyHb, probable
base au développement de nouveaux lasers dans le traitement des angiomes plans, ou
justification à l'utilisation possible de lasers déjà existants où cette sélectivité est plus importante,
Alexandrite ou Rubis.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012
2) Selective Photothermolysis to Target Sebaceous Glands :
Theoretical Estimation of Parameters and Premaliminary
Results Using a Free Electron Laser
Fernanda H. Sakamoto, MD, PhP, Apostolos G. Doukas, PhP, William A. Farinelli, BA, Zeina
Tannous, MD, Michelle Shinn, PhP, Steve Benson, PhD, Gwyn P. Williams, PhD, Joseh F. Gubeli III,
MS, H. Frederick Dylla, PhD, and R. Rox Anderson, MD
Étude fondamentale sur la possibilité de réaliser une photothermolyse de la glande sébacée,
dans l'optique d'utiliser le laser comme traitement de l'acné. Utilisation d'un « free electron laser »,
laser surpuissant d'un laboratoire de recherche, permettant d'émettre dans toutes les longueurs
d'onde. Détermination des spectres d'absorption du sebum naturel et artificiel : identiques avec
des pics à 1210, 1728, 1760, 2306 et 2346 nm. Compte tenu de caractéristiques de pénétration,
des fluences nécessaires et de la faisabilité, la longueur d'onde 1720nm était choisie pour la suite
de l'expérience. Détermination des paramètres optimum : plus de 50J/cm² et 100ms de durée de
pulse. Test sur échantillon de peau de lifting et peau de cochon : à 1720 nm, avec une fluence
comprise entre 60 et 80 J/cm², avec une durée d'impulsion comprise entre 100 et 125 ms, avec un
refroidissement superficiel à 2°C, il est démontré une photothermolyse sélective de la glande
sébacée.
Commentaire :
Cette étude ouvre la voie à une action sélective sur la glande sébacée permettant d'espérer
pouvoir disposer dans les années qui viennent d'une nouvelle arme dans le traitement de l'acné.
Des obstacles seront néanmoins à surmonter avant de pouvoir disposer de ce type d'appareil : 1/
qu'ils existent (il n'existe pas encore de dispositif laser émettant à 1720 nm) et disposent des
capacités d'émission et de fluence nécessaire 2/ résoudre le problème d'une bande d'absorption
par rapport à l'eau beaucoup plus étroite pour le chromophore sébum que pour les chromophore
Hb ou mélanine.
Bibliographie Groupe Laser de la SFD – Décembre 2012

Documents pareils

RELISSAGE LASER ET CICATRISATION

RELISSAGE LASER ET CICATRISATION successifs de température tissulaire de 335°C, 341°C, 388°C. les deux premiers pics sont proches, les tissus se sont réhydratés dans l’intervalle, le dernier pic est élevé car les tissus dessiqués ...

Plus en détail