le_deserteur_complement_blog

Commentaires

Transcription

le_deserteur_complement_blog
Contexte
Contextes militaire et politique
Boris Vian a publié sa chanson en 1954 à la fn de la guerre d'Indochine (1946-1954) alors que la contreofensive française face aux troupes du général Võ Nguyên Giáp conduit à la défaite française de Diên Biên
Phu où 1500 soldats français sont tués. Pierre Mendès France doit ouvrir des négociations qui conduisent
aux accords de Genève, signés le 21 juillet 1954. Le Vietnam, le Laos et le Cambodge deviennent
indépendants. Puis en novembre 1954, la Toussaint rouge marque le début de la guerre d'Algérie (19541962).
Censure
En novembre 1954, la chanson est interdite une première fois de difusion à la radio pour
« antipatriotisme », notamment à cause de son dernier couplet. Paul Faber, conseiller municipal de la Seine,
avait été choqué par le passage à la radio de cette chanson, et avait demandé à ce qu'elle soit censurée en
janvier 1955. En guise de réponse, Boris Vian écrit une lettre mémorable qu'il difuse partout sous forme de
lettre ouverte, sous le nom de « Lettre ouverte à Monsieur Paul Faber » ; mais la radiodifusion et la vente
de ce chant antimilitariste furent interdites, Boris Vian se voyant, de plus, refuser par son éditeur la partition
de la première version de la chanson. L'interdiction fut levée en 1962.
Dans les années 1965-1970, pendant la guerre du Viêt Nam, la chanson a été utilisée pendant des marches
pacifstes et interprétée par Joan Baez et Peter, Paul and Mary. En 1991, elle a également été utilisée
durant des manifestations contre l’intervention occidentale dans la guerre du Golfe. Renaud a adapté la
chanson qu'il a publiée dans « L'Idiot international » le 9 janvier 1991. En conséquence, la chanson pacifste
a été inscrite sur la liste de proscription des radios.
Mais le sujet reste brûlant : une directrice des écoles à Montluçon, Mme Pinon, fut suspendue à vie de
toute direction d’établissement pour l'avoir fait chanter à deux élèves le 8 mai 1999 pour commémorer la
capitulation allemande du 8 mai 1945.
Questions supplémentaires sur la version de Boris Vian
Strophe 1 et 2
1. A qui s’adresse l’interprète ? S’agit-il d’une interpellation révérencieuse, simplement courtoise, ou
davantage familière ? Justifez votre réponse.
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
2. Comment défniriez-vous le ton du texte ?
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
3. Quel choix afche l’interprète ? D’après vous, ce choix est-il pleinement assumé ? Justifez.
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
4. L’interprète cherche à expliquer son refus de faire la guerre. Quelle(s) raison(s) donne-t-il pour expliquer
ce choix ?
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
5. Comment défnir cette démarche consistant à présenter des preuves à l’appui ou à l’encontre d’une
proposition ?
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
6. Le camps ennemi est-il évoqué ? Sous quels termes ?
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
Strophe 3
7. Selon vous, un déserteur avait-il pour habitude de s’exposer, de se montrer ou de se cacher ? Quel(s)
risque(s) encourrait-il ?
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
8. Il considère que son devoir n’est pas de faire la guerre, mais précisément de la refuser, sous quelle forme
: violente ou non-violente ?
________________________________________________________________________________________________
________________________________________________________________________________________________
9. Au fnal, comment décrire la nature du texte, par lequel une personne s’engage activement pour défendre
une cause ?
________________________________________________________________________________________________
Paroles de Déserteur
On fait pousser des chèvres
Feront péter la planete
version de Renaud, 1983
On fabrique des bijoux
Moi, j'aurais l'air malin
On peut pas dire qu'on s'crève
Avec ma bicyclette
L'travail, c'est pas pour nous
Mon pantalon trop court
On a des plantations
Mon fusil, mon calot
Pas énormes, trois hectares
Ma ration d'topinambour
D'une herbe qui rend moins con
Et ma ligne Maginot
Non, c'est pas du ricard
Et ma ligne Maginot
Non, c'est pas du ricard
Alors me gonfe pas
Monsieur le président
Je vous fais une bafouille
Que vous lirez sûrement
Si vous avez des couilles
Je viens de recevoir
Un coup d'fl de mes vieux
Pour m'prévenir qu'les
gemdarmes
S'étaient pointés chez eux
J'ose pas imaginer
C'que leur a dit mon père
Lui, les fics, les curés
Et pis les militaires
Les a vraiment dans l'nez
P't-être encore plus que moi
Dès qu'il peut en boufer
L'vieil anar' y s'gêne pas
Monsieur le président
Ni moi, ni tous mes potes
Je suis un déserteur
Je serai jamais soldat
De ton armée de glands
J'aime pas les bruits de bottes
De ton troupeau d'branleurs
T'as plus qu'a pas t'en faire
Ils auront pas ma peau
Et construire tranquilos
Toucheront pas à mes cheveux
Tes centrales nucléaire
J'saluerai pas l'drapeau
Tes sous-marins craignos
J'marcherai pas comme les
Mais va pas t'imaginer
boeufs
Monsieur le président
J'irai pas en Allemagne
Que j'suis manipulé
Faire le con pendant douze mois
Par les rouges ou les blancs
Dans une caserne infame
Je n'suis qu'un militant
Avec des plus cons qu'moi
Du parti des oiseaux
J'aime pas recevoir des ordres
Des baleines, des enfants
J'aime pas me lever tôt
De la terre et de l'eau
J'aime pas étrangler le borgne
De la terre et de l'eau
Plus souvent qu'il ne faut
Plus souvent qu'il ne faut
L'vieil anar' y s'gêne pas
Alors y parait qu'on m'cherche
Qu'la France a besoin d'moi
C'est con, j'suis en Ardèche
Y fait beau, tu crois pas
J'suis là avec des potes
Des écolos marrants
On a une vieille bicoque
On la retappe tranquillement
Monsieur le président
Pour fnir ma bafouille
Puis surtout c'qui m'déplait
J'voulais t'dire simplement
C'est que j'aime pas la guerre
Ce soir on fait des nouilles
Et qui c'est qui la fait
A la ferme c'est l'panard
Ben c'est les militaires
Si tu veux, viens boufer
Ils sont nuls, ils sont moches
On fumera un pétard
Et pis ils sont teigneux
Et on pourra causer
Maintenant j'vais t'dire pourquoi
On fumera un pétard
J'veux jamais être comme eux
Et on pourra causer
Quand les Russes, les Ricains