Le génocide cambodgien

Commentaires

Transcription

Le génocide cambodgien
LE GÉNOCIDE CAMBODGIEN
Mardi 25 mars - 18h00
Thématiques :
le régime khmer rouge, les crimes contre l’humanité,
L’image manquante
de Rithy Panh
France-Cambodge, 2013, 92’, vf
Intervenant-e-s :
Madame Khieu, rescapée du régime Khmer rouge
Un historien, spécialiste des génocides à travers le
monde
Modération : Sandra Wolf, spécialiste en éducation
aux droits de l’homme
Liens Internet :
Sur le réalisateur
http://www.franceculture.fr/personne-rithy-panh.
html
Sur le génocide cambodgien
http://www.apres-genocide-cambodge.com
Sur les crimes contre l’humanité
http://aircrigeweb.free.fr
Par la magie du cinéma, l’épure du commentaire, le talent d’un sculpteur,
qui fait naître sous l’œil de la caméra personnages, décors et accessoires de
glaise, Rithy Panh parvient à évoquer, avec une émotion puissante et toujours
contenue ce qui, pour tant de rescapés, demeure indicible : les souffrances
vécues jour après jour, la douleur du survivant, l’amour pour ceux qu’on a
perdus. Contrepoint des images de propagande filmées par le régime, ses
minuscules poupées d’argile, animées d’une étonnante humanité, restituent
toute l’inhumanité des quatre années de terreur khmère rouge. ( source : UniFranceFilms )
De 1975 à 1979, le régime de Pol Pot, l’Angkar, avait pouvoir de vie et de
mort sur l’ensemble de la population cambodgienne. Transformé en un gigantesque camp de concentration, le pays était tout entier sous les ordres
de l’«autorité invisible mais bien présente», l’autorité supérieure que nul ne
devait contester.
Cette politique d’asservissement du peuple cambodgien a bel et bien été
planifiée par les leaders khmers rouges. Dès la prise de Phnom Penh, le 17
avril 1975, les « petits hommes en noir » annoncent que les habitants doivent
quitter la capitale pour des raisons de sécurité. Prétextant un bombardement
américain imminent, ils évacuent la population citadine vers la campagne.
Après la déportation des habitants de la capitale, viendra la fermeture des
écoles, l’abolition de l’argent, l’interdiction de pratiquer une religion, la fermeture des frontières, la destruction des « biens capitalistes »,…
En moins de cinq ans, entre 1,7 et 2 millions de cambodgiens furent massacrés de sang froid par les Khmers Rouges. Un quart de la population. (source:
l’après génocide au Cambodge)