Logement en Gironde : tract à destination du grand

Transcription

Logement en Gironde : tract à destination du grand
Louer dans le privé ?
Un T4 de 80 m2 : loyer
mensuel moyen 816
Euros dans la CUB. Il
faut disposer de 2720 €
mensuels.
S’éloigner ?
Parcourir 20 000 km / an
avec un 5 cv fiscaux coûte
sur 20 ans 143 360 Euros…
Plus le risque de
dégradation des conditions
de vie et de transport…
Louer dans le social ?
Renouveler la demande
pendant des années…
Par rapport à la loi il
manque 31 000 logements
locatifs sociaux en
Gironde, il en manque
12 000 à Bordeaux !
Acheter du neuf ?
On atteint 4 000 euros le m2 pour
un T4, soit plus de 1 500 Euros par
mois de remboursement d’emprunt
pendant 20 ans : il faut disposer de
5 000 euros mensuels.
Acheter de l’ancien ?
Les prix ont plus
augmenté que dans le
neuf…
LA PART DE NOS RESSOURCES CONSACREE AU LOGEMENT EST TROP ELEVEE !!
Aujourd’hui, nous dénonçons cette situation alors
AGISSONS !!
La CGT propose en matière de logement :
 qu’il y ait une politique foncière publique en Gironde avec, par exemple, la création d’un établissement
foncier public qui ait comme objectif de mettre des terrains à la disposition des opérations de construction
sociales ou intermédiaires.
 qu’un appui financier, humain, foncier soit donné aux HLM pour créer vite les logements sociaux que
demandent les girondins et résorber le déficit de 31 000 logements sociaux.
 une démocratisation profonde du fonctionnement des organismes HLM.
 une transparence totale sur la gestion des demandes de logement et sur leur manière d'y répondre.
 que le 1% logement soit rétabli dans sa fonction initiale de construction, qu’il soit étendu à tous les
emplois publics et privés, que les comités d’entreprises aient la responsabilité de l’utilisation de la collecte
du 1% logement, hors de toute domination patronale.
 que les politiques locales de l’habitat fassent d’abord l’objet de
négociations entre les collectivités territoriales et les syndicats
de salariés.
 de sécuriser les locataires et les accédants face aux risques de
diminution de ressources dans une logique de solidarité.
 de multiplier les opérations de location-accession.
 de multiplier les possibilités de construction sans but lucratif,
notamment dans le cadre de coopératives d’habitants ou de coopératives d’auto promotion.
 de réguler les marchés fonciers et immobiliers, d'encadrer les pratiques des agences immobilières.
 que les politiques publiques d’urbanisme maîtrisent les localisations de l’emploi, de l’habitat et des
services.
 que les syndicats de salariés et les associations s'occupant de logement soient systématiquement associés
aux réflexions des institutions en matière de politique urbaine et de politique de l'habitat.
NB - les données chiffrées ici utilisées sont issues de documents publics de l’agence d’urbanisme de Bordeaux ou de nos observations directes.
Pour tous renseignements, je prends contact avec le collectif logement de l’union départementale :
CGT de la Gironde, Bourse du Travail, 44 crs A Briand, 33 000 Bordeaux.

Documents pareils