Tu m`connais ! Mis à part ce grand v - Gabby Marchand

Commentaires

Transcription

Tu m`connais ! Mis à part ce grand v - Gabby Marchand
N° 519
16 août 2013
Le coup « interrogatif » de Gabby Marchand
Entrer ou rentrer ?
Tu m'connais ! Mis à part ce grand vide que je ressens à ne plus pouvoir rendre visite à quelques amis
pensionnaires des cimetières parisiens du Père Lachaise et de Montparnasse (Moustaki, Carmet, Piaf et autres
Gainsbarre), c'est avec amour et plaisir que j'ai retrouvé mes pénates "ruedelausanniennes" et les amis délaissés
pendants trois mois. Merci !
Entré dans la vie... rentré après le travail.
Il y a "entrée" et rentrée". On entre dans une nouvelle année, on rentre, fin août et début septembre , dans une
nouvelle vie.
Le 1er janvier marque un grand chambardement administratif. La fin de l'été sonne l'ère du renouveau des vies
en devenir. On passe de la crèche à la garderie, à l'école enfantine puis... au très grand jour d'entrée à la grande
école. Autres étapes de la rentrée : le cycle d'orientation, le lycée, le collège et tellement d'autres grandes écoles
qui feront de toi, certes quelqu'un d'instruit, mais pas encore forcément une femme ou un homme prêts à entrer
dans la vie d'adulte avec dignité. Ne jamais confondre érudition et intelligence.
Dans ma vie j'ai rencontré des êtres de tous acabits : des scolarisés primaires à la suprême intelligence du cœur
et des universitaires à la tête bourrée de bouquins à l'intelligence réduite au terre à terre quotidien... et vice de
Versailles.
Histoire vraie.
Printemps 1970, 26 ans 1/2, encore marié, je passe quatre mois (parmi les plus beaux de ma vie) avec mon
épouse et mes deux enfants dans la famille de Charles Progin à la "Mâla d'amont" à La Roche. Je suis engagé
comme valet de ferme avec l'espoir de m'enrichir de la couleur du patois gruérien. C'est grâce à Francis Brodard,
à l'abbé François-Xavier Brodard et à la famille Progin que j'ai pu, en 1974, faire ma tournée de sept semaines
dans tout le district de la Gruyère. Parti de Fribourg à pied et revenu par le même moyen de locomotion, sac au
dos, guitare à la main, j'étais accompagné de mon frère de cœur Georges "Piccolo" Fässler, joueur de bongos et
de sérinettes (musiques à bouche).
Or donc, nous montons chez Charles le 14 mai pour en redescendre le 14 septembre. Quatre mois pleins à faire
les écuries, les foins, les regains et préparer du bois pour l'hiver. Beau comme le plus beau des hippies à cheveux
longs et barbu à faire pâlir le plus intégriste des talibans, je vaquais aux tâches journalières comme nous en
avions convenu.
" Il fait quoi le pèla chez toi ?" avait demandé un "couleur de lait" á la laiterie de La Roche. Quand Charles me
raconte cette histoire, je lui demande : " Alors que lui as-tu répondu ? - Que tu étais là pour travailler, que tu
travaillais et que les longs cheveux et la barbe c'est toi qui les portais".
Plus tard, je lui demandais ce qu'il pensait de ces jeunes qui se droguaient. " Ils doivent être bien malheureux"
a-t-il répondu avec son intelligence venue du cœur.
Charles fait encore et toujours partie de ces rares humains qui m'ont marqué par l'intelligence de leur cœur.
Ah... Mademoiselle Wüthrich...
En 1950 je suis entré à la grande école. On était cinquante-sept élèves. J'avais six ans et demi. Je me souviens
très bien de mes deux premières années : assis bien droit à mon pupitre en vieux bois et les bras croisés ; le
grincement de la craie sur le tableau noir et sur l'ardoise et... le plus beau de tous : j'étais fou-dingue amoureux de
ma maîtresse Mademoiselle Wüthrich. Elle n'en sut jamais rien mais mes souvenirs de cette époque sont encore
tout chauds.
Et bien, rentrez maintenant !
A tous ceux qui rentrent pour la première ou la Xième fois... bonne rentrée et merci de m'en souhaiter encore
quelques-unes avant de faire ma révérence pour l'ultime sortie.
Musicalement,
Gabby Marchand f.t.
Rue de Lausanne, sous l'arbre à crayons, mi-août 2013
e-mail : [email protected]
site web : gabbymarchand.blogspirit.com
P.S. La question du jour est : mais qu'est donc devenue Mademoiselle Wüthrich ?
Le quatrain du jour
Suis entré dans la vie
Sans hâte d'en ressortir
Sans haine à repentir
À vivre les envies.
Jibril
Le petit détour du jour
Des goûts et des couleurs... font de belles peintures.
G.B.M.
Le petit amour du jour
" Je t'aime un peu " et " Je t'aime beaucoup " est-ce aussi aimer ?
Capsi
La pensée populaire du jour
« Quand tu es dans une pièce, restes-tu près de l'entrée ou de la sortie ? » demande l'un à l'autre. " Ça dépend de
quel côté je me suis tourné" dit l'autre à l'un.
La petite annonce du jour
Miaou d'août cherche miaou d'ailleurs pour chatonner sous la lune.
L’acrostiche
Entre, mon cœur, en elle
N'en prends pas possession
Touche à tous les frissons
Roucoule la tourterelle.
Envole-toi très haut
Rajoute une hirondelle
Ouvre grandes tes ailes
Unis le geste au beau.
Reviens, rentre, il fait chaud
Entre deux escapades
Ne reste pas en rade
Tendrement sous l'ormeau.
Retiens le temps qui court
Étreins toutes les étoiles
Rejoins-moi sous le voile
... puis... éteins l'abat-jour.

Documents pareils

N° 528 Trois petits tours - Gabby Marchand

N° 528 Trois petits tours - Gabby Marchand Le voyageur, le vrai, aime les endroits où il est question de départ et d’arrivée. Il aime les aéroports, les halls, les quais et les buffets de gare. Il aime tous ces lieux qui sont autant d’incit...

Plus en détail