Numéro 6 URBAN FARMING à DETROIT

Commentaires

Transcription

Numéro 6 URBAN FARMING à DETROIT
FICHE INITIATIVE IUFN
Numéro 6
URBAN FARMING à DETROIT
Détroit, Michigan USA
PROJET
Nom de la structure / -
Statut juridique / multiples structures
Date de création / 2010
Envergure du projet / locale – ville de Détroit
Nom du porteur du projet / -
Principaux partenaires & soutiens / Ville de Détroit
TAGS
agriculture urbaine, friches, sécurité alimentaire, désindustrialisation, crise économique
QUI & QUOI & COMMENT
L’industrie automobile a été le moteur de la croissance urbaine de la ville américaine de Detroit. Après la vague
de désindustrialisation, le désastre de la crise des subprimes de 2007-08, puis la crise économique qui s'en est
suivie, la ville a sombré dans une période d'instabilité majeure. Le chômage et la criminalité était en hausse au
sein d'une population livrée à elle-même. Les experts estimaient qu’il y avait à cette période plus de 100 km2
d’édifices abandonnés dans les limites de la ville et près de 33.000 maisons construites sur des parcelles de
400 à 500 m2 à l’abandon ou ont saisies par la ville pour défaut de paiement. Les produits alimentaires sont
devenus plus rares et économiquement inaccessibles pour une partie de la population.
La ville elle-même était dans l’incapacité financière de racheter ces constructions, ou de payer leur destruction.
Aussi, un revirement spectaculaire s'est opéré. La capitale des géants de l’automobile américaine s'est vu
muter vers une cité verte. En effet, avec une superficie de friches délaissées équivalente à la ville de San
Francisco, Détroit est devenu la ville idéale pour développer l’agriculture urbaine.
La ville n'est pourtant pas novice en la matière – déjà en 1970 un programme porté par le maire Coleman
Young Farm-A-Lot, autorisait les résidents à obtenir un permis pour cultiver un lopin de terre dans leur quartier.
Toutefois, l'ampleur de la vague verte actuelle a fait de Détroit le pionnier mondial d'urban farming. 40 ans plus
tard, 16 000 personnes s’investiraient dans près de 1300 jardins à travers la ville. Plusieurs associations
participent aussi à la transformation de Détroit, à l’instar d’Urban Farming, fondée en 2005 par la chanteuse
Taja Sevelle. L’association gère notamment un champ communautaire de 3 hectares, sur lesquels sont cultivés
tomates, concombres et autres épinards. Potagers donc, mais également vergers, grâce au microclimat dont
jouit la région des Grands Lacs, ruches, poulaillers, et depuis le printemps 2013, pisciculture.
Un double objectif anime ces initiatives. D'une part, nourrir la population de Détroit et assurer l'accès aux
produits frais et notamment fruits et légumes à une population au moyens de subsistance souvent limités. En
effet, Détroit a souvent été qualifié de désert alimentaire, avec une très faible nombre et diversité des points
de vente et une pauvreté de choix en aliments frais. L’agriculture urbaine permet donc d’offrir une nourriture
plus saine aux habitants, notamment à l’Eastern Market, un grand marché couvert qui écoule les produits « Grown in Detroit », ou via le camion Peaches and Greens qui sillonne les quartiers pour distribuer fruits et
légumes produits localement. Le prix de ces aliments produits localement reste toutefois souvent élevé. Reste
que les aliments produits localement ont un prix malheureusement trop élevé pour une grande majorité de la
population. C’est pour cette raison que nombre des associations à l’origine des jardins ont pris cette incroyable
décision : ne pas les clôturer, afin que chacun puisse se servir gratuitement, à tout moment, sans qu’aucune
question ne lui soit posée. Taja Sevelle, fondatrice d’ Urban Farming, y met un point d’honneur, car trop de
gens souffrent de la faim à Détroit. Pourtant, cette volonté semble difficile à concilier avec le but défendu par
d’autres: celui d’encourager les gens à prendre part, activement, au processus de production, soit en cultivant
eux-mêmes leurs jardins, soit en étant bénévole ou employé dans un jardin communautaire.
Outre l'accès à une alimentation plus seine, l'agriculture urbaine à Détroit visait également la création
d'emplois locaux, notamment pour enrayer l’émigration des habitants (toujours à hauteur d’une dizaine de
milliers de personnes par an). A cette fin, nombre d’associations proposent des cours divers et variés pour
former des entrepreneurs et des futurs employés. Mais cette création de postes, qui nécessite souvent
plusieurs années, reste pour l’instant limitée en nombre.
Des effets secondaires très positifs ont toutefois suivi cette nécessaire reconversion - l'instauration non
seulement d'une certaine sécurité alimentaire pour les quartiers défavorisés, mais également un certain
apaisement dans les relations entre les différentes communautés et un paysage urbain transformé, plus
attrayant et moins dangereux.
LIMITES
Les initiatives d'agriculture urbaine dans une ancienne capitale de l'industrie automobile soulèvent la question
de la qualité des sols destinés à accueillir les cultures. Aujourd'hui pour extraire les polluants, notamment les
métaux lourds, plusieurs méthodes de phytoremédiation ont été adoptées : tournesols pour certains, peupliers
et saules pour d’autres. Des techniques qui sont encore en phase de test.
Certaines questions subsistent également autour de certains projets d'envergure, nécessitant l'acquisition de
parcelles de grande superficie au sein de la ville par des acteurs privés. La spéculation foncière guette
l'agriculture urbaine à Détroit.
POUR ALLER PLUS LOIN
●
●
Vidéo Detroit passe au vert (TV ARTE)
Document de la ville de Detroit 'Right to Farm Act and Urban agriculture' (2010)
Pour plus d'informations, visitez le Centre de ressources d'IUFN en accès libre sur www.iufn.org.
CONTACT
Prénom, NOM : Marcell R. TODD, Jr.
Fonction : City Planning Commission
E-mail : [email protected]
Web : http://www.detroitmi.gov
Fiche INITIATIVE N° 6 // 2014
Fiche réalisée par
Sisa, Volontaire IUFN
[email protected]/ // www.iufn.org
Pour nous signaler une information complémentaire, une erreur
ou une bonne nouvelle concernant cette initiative, merci de nous contacter.

Documents pareils