Patrick Dewaere. Son fils, sa bataille

Commentaires

Transcription

Patrick Dewaere. Son fils, sa bataille
CHAMPIONS DU REMUE-MÉNINGES
Si la Bretagne n’a pas encore son Riwal Einstein ou son
Loeiz de Vinci, ça ne saurait
tarder. Ceux qui en doutent
pourront prendre connaissance du résultat d’un sondage en ligne réalisé à partir de 222.000 tests de QI.
Notre région y décroche la
première place. Qui en doutait ? Euh...
le-là : la Bretagne, première, avec
une moyenne générale de 106,6,
résultats des hommes et des femmes confondus. La région Auvergne figure en deuxième position
avec 106,5 suivie de l’Ile-de-France
avec 106,3 (2).
L’Académie du Yeun Elez
Pas de pétrole
mais de la matière grise
La consommation de poisson, riche
en phosphore ? Le granit, qu’on
ressort pour tout expliquer ? Les
quelques ondées passagères - comment ça, euphémisme ? - qui expliquent le temps passé à l’intérieur,
sur Internet, à réaliser des sondages ? Mystère.
Mais sachant qu’un QI très élevé
est supérieur à 160, que 55 correspondrait à une insuffisance mentale et que la moyenne (environ
68 % de la population) se situe
entre 85 et 115, personne ne
demandera non plus à transférer
l’Académie française dans les
Monts d’Arrée. En attendant, on ne
va quand même pas jouer les blasés si notre matière est aussi grise
que notre ciel.
Gwen Rastoll
Dans ce classement 2006, on
apprend notamment - et ça ne va
pas plaire à tout le monde -, que
les Français semblent en avance
sur les Françaises (douce ambiance
à la maison, ce soir) : les hommes
possèdent, sur Internet, une moyenne nationale de 106,9 points
contre 103,1 pour les femmes.
Mais LA grosse surprise est bien cel-
1. Les scores des utilisateurs ayant
passé le test plus d’une fois (l’adresse e-mail faisant foi) n’ont pas été
comptabilisés.
2. Aucune région ne tombe en dessous de 100 de moyenne, ce qui tendrait à confirmer que les internautes
possèdent globalement un QI légèrement plus élevé que la moyenne.
Sacrés champions toutes catégories
des râleurs ? Possible. Têtus sans
rivaux à leur mesure ? Il y a des
chances. Leaders de la compétition
des irréductibles chauvins ? N’exagérons rien. Mais alors, champions
de France du QI, là, il faut avouer
que le net nous est tombé sur la
tête.
À l’origine du grand remue-méninges : un test en ligne proposé sur le
portail Orange et réalisé par la
société Anxa, sur une population
assez large et représentative : un
peu plus de 222.000 personnes (1).
LE REGARD DE NONO
A LA BONNE FRANQUETTE
Repas froid pour les scolaires,
volets électriques bloqués à la maison d’accueil des personnes
âgées... Hier, La Roche-Derrien
(22) s’est trouvée privée d’électricité. Un incendie a, en effet, endommagé, dans la matinée, un transformateur haute tension alimentant
la commune et ses environs. À la
cuisine de l’école, il a donc fallu
improviser. « C’était pastèque en
entrée et fruit en dessert, pour ça,
pas de problème. En revanche, l’assiette anglaise avec charcuterie,
chips et fromage ont pris la place
du rôti de porc-choux fleurs qui
était prévu ». Même improvisation
à la mairie où les vieux postes téléphoniques - qui fonctionnent sans électricité - ont été rebranchés. Un
retour à la normale était prévu, hier, pour 21 h. Des groupes électrogènes avaient été mis en place entre-temps. La Roche-Derrien devrait donc
aujourd’hui avoir retrouvé tout son jus. (Photo Valérie Cudennec-Riou)
La question du net
Faut-il laisser
partir LU ?
1.144 votants
Patrick Dewaere.
Son fils, sa bataille
OUI
NON
Sans opinion
10 %
82 %
8%
La question du jour.
Tests de QI. Les bons résultats des Bretons vous étonnent-ils ?
www.letelegramme.com
Elle n’y a vécu
qu’un an. Mais
une année de
pur bonheur. Et
puis son fils
Patrick y est né,
il y a 60 ans. À
91 ans, l’actrice
Mado Maurin
n’attend plus
qu’une chose :
que Saint-Brieuc,
« le centre de sa
vie », donne le
nom de Patrick
Dewaere au
théâtre.
Mère de Patrick Dewaere, Mado Maurin confie que, malgré « ses trois maris et ses six enfants », elle n’a « connu
qu’une année d’amour », celle durant laquelle elle était directrice du théâtre de Saint-Brieuc. (Photo H.Q.)
Un si joli petit théâtre à l’italienne ! Petite larme... Mado s’en souvient comme si c’était hier. Ah, la
comédie, cœur de toutes les tragédies. Un fol amour, avec le directeur... du théâtre de Vitré (35) :
« Les flammes de l’amour nous
sont tombées dessus un lundi de
Pentecôte ».
Faire-part sur scène
C’est encore sur scène, au théâtre
de Saint-Brieuc cette fois, que la
naissance de Patrick est annoncée
au public. Cette scène que l’actricedirectrice a quittée une demi-heure
plus tôt : « C’était un soir de janvier, il neigeait en ce jour béni des
dieux ». Pas pour longtemps. Le
père de Patrick ne reconnaîtra pas
son enfant. Mado en sera meurtrie
mais n’oubliera jamais ces
moments de grâce : « J’ai eu trois
maris et six enfants mais je n’ai
connu qu’une année d’amour. Il
était si fort que cela en valait la
peine ».
À 91 ans, le moment était venu de
le dire à la face du monde, dans un
livre (1) : « C’est plus facile désormais, je suis veuve de mon dernier
mari depuis un an ».
En revanche, cela a été une grosse
bêtise de ne pas dire à Patrick qui
était
son
papa,
confesse
Mado Maurin. « Il en a souffert toute sa vie. Il ne l’a su qu’à 17 ans. Il
semblait assez fier d’être l’enfant
de l’amour mais, en réalité, cela
explique son extrême sensibilité ».
Abîmé par ses rôles
Une sensibilité qui lui permet d’exceller dans le métier d’acteur - première scène à 4 ans, au Palais de
Chaillot - : « Tous mes enfants sont
d’excellents comédiens mais
Patrick avait ce charisme en
plus ».
Un engagement total dans ses
rôles, aussi, au point de s’y détruire. « Pour Série Noire, il me disait :
je sais que c’est de la fiction mais
j’ai tué, j’ai le meurtre en moi. Ce
film l’a beaucoup abîmé. Yves Boisset disait qu’il n’aurait jamais proposé à Patrick un rôle dramatique
car il était tellement lui-même. Il
entrait dans son personnage un
mois avant le tournage et n’en ressortait qu’un mois plus tard ».
te, avec son autre fille. « J’étais
pourtant si heureuse quand MiouMiou m’avait dit : ça t’amuserait
d’être grand-mère ? ».
Patrick Dewaere ne pourra supporter cette valse de compagnes :
« Coluche lui avait offert une
22 long rifle pour faire des cartons
dans sa cave. Il a fait un carton sur
son corps... » Il avait 35 ans. Il n’a
cependant pas totalement disparu :
« L’autre, jour, j’ai juxtaposé les
photos de Patrick, de son père et
de sa petite Lola. Ils ont les mêmes
yeux noirs, magnifiques... alors j’ai
pleuré ».
Mado a encore pleuré, la semaine
dernière, quand on lui a présenté
l’acte de naissance de Patrick à la
mairie de Saint-Brieuc. Ne reste
plus qu’à voir le nom de
Patrick Dewaere sur une plaque de
rue, de monument ou de bâtiment
(2). Pour montrer que sur la grande scène du théâtre de la vie, les
dénouements peuvent, parfois,
être heureux.
Hervé Queillé
Dernier acte
Cette sensibilité à fleur de peau ne
pouvait faire bon ménage avec des
déboires conjugaux : Miou-Miou,
tout d’abord, partie avec sa fille ;
puis sa seconde femme, qui le quit-
1. « Patrick Dewaere, mon fils, la
vérité » (Le Cherche Midi).
2. À Saint-Aaron (22), une salle
d’animations culturelles porte déjà
le nom de Patrick Dewaere.
GRIPPE AVIAIRE : LES PROFESSIONNELS PARÉS
Depuis plus de trois semaines, les professionnels de
santé non hospitaliers bretons reçoivent le « kit de
protection pandémie grippale ». Un envoi « effectué
par le ministère », soulignait, hier, le Dr Céline Laviole, de la Direction
régionale de l’action sanitaire et sociale. Le kit, qui
comprend lunette et masques, doit permettre aux
professionnels de santé
libéraux de « faire face
aux premiers jours » d’une
éventuelle pandémie.
(Photo Laurence Prime)