54 - L`affûtage

Commentaires

Transcription

54 - L`affûtage
54 - L'affûtage
Au cours des leçons précédentes, nous vous avons donné des notions élémentaires sur l'affûtage des
outils utilisés sur les machines étudiées.
Le but de cette leçon est une étude plus approfondie de l'affûtage, opération à laquelle l'artisan ne
prête pas toujours suffisamment d'attention et qui pourtant est primordiale. Il nous suffira de
rappeler qu'il existe dans les scieries importantes des spécialistes de l'affûtage et que, dans certaines
régions forestières, il a été créé récemment un certificat d'aptitude professionnelle d'affûteur.
L'entretien des lames de scies à ruban
Sans connaître d'une façon très détaillée l'entretien des lames des scies à ruban de gros débit, il
est nécessaire que vous connaissiez certains principes.
54-Fig. 1
C'est ainsi qu'il vous faut savoir :
• que la section de ces lames, une fois cintrée à la forme du volant, est légèrement concave
afin d'épouser la forme convexe de la section du volant supérieur et de donner ainsi un sciage
correct,
• que cette forme particulière, nécessaire pour l'obtention d'un bon sciage, est conservée en
faisant subir à la lame sans fin une sorte de laminage à froid à l'aide d'un appareil appelé
appareil à tendre,
• que l'affûtage de ces lames de grande largeur est généralement obtenu à l'aide d'un outil
meule qui, dans son déplacement, donne la forme de la dent,
• que la voie, généralement obtenue par écrasement (fig. 1), est donné en deux opérations, la
première provoquant l'écrasement proprement dit, la seconde la régularisation de cet
écrasement.
• Pour les lames des scies à ruban de menuiserie et en complément de la leçon sur le sciage
mécanique, la figure 2 vous donne le principe du brasage.
54-Fig. 2
Sachez que la voie de ces rubans sera donnée à la main, à l'aide d’un tourne à gauche ou d'une pince à
avoyer, ou encore à l'aide d'appareils fixés sur le banc d'affûtage et actionnés mécaniquement ou à la
main.
Hébergé par www.lescopeaux.asso.fr
Chap. 54/1
L'entretien des scies circulaires
L'affûtage des disques s'effectue généralement à la lime et à la main.
Cependant, l'entretien d'un disque de grand diamètre demande d'autres soins que l'affûtage des
dents. Le disque a besoin d'être retendu et même redressé et l'opération de martelage à laquelle on
a recours est délicate.
Pour les disques de diamètres courants, on a soin, avant l'affûtage proprement dit, de faire tourner
rond l'outil à affûter, ceci afin de conserver la partie coupante des dents sur une même
circonférence concentrique à l'alésage
Pour obtenir ce résultat, on monte l'outil sur la machine, on
le fait tourner à sa vitesse normale et on use l'extrémité des
dents à l'aide d'un morceau de meule en grès ou d'émeri
(fig. 3).
Lorsque toutes les dents ont été touchées, il suffit, en limant,
de respecter la marque laissée par cette mise au rond pour
que toutes les dents travaillent de la même manière.
La voie aussi est généralement donnée à la main. Toutefois,
pour les grands disques, des appareils très simples
permettent d'obtenir l'inclinaison des dents à l'aide d'une
sorte de poinçon sur lequel on frappe au marteau.
54-Fig. 3
Notez enfin, que certaines machines permettent à la fois l'affûtage mécanique des lames de scies à
ruban et celui des scies circulaires.
Entretien des fers de rabotage
Les angles d'affûtage ont été donnés dans la leçon sur les raboteuses.
Sur la figure 2 de la leçon sur les machines combinées, vous pouvez voir le principe de fonctionnement
des machines utilisées pour l'affûtage. Une meule d'émeri tourne à grande vitesse et devant elle se
déplace l'outil.
Le déplacement du fer se fait à la main sur les machines simples et mécaniquement sur les
machines à grand rendement. L'affûtage avec arrosage est vivement recommandé afin d'éviter les
échauffements qui modifient les caractéristiques de l'acier.
Notez enfin qu'il existe des appareils permettant la rectification des fers sur la machine ellemême.
Entretien des outils circulaires de toupie et de tenonneuse
Ces outils ne doivent jamais être affûtés sur leurs faces extérieures. Le meulage de la face intérieure de la
partie active doit s'opérer sur machine spéciale afin de conserver un parfait équilibrage de l'outil. La résine
qui peut adhérer aux surfaces non meulées doit être enlevée à l'essence ou au pétrole.
Notions sur l'équilibrage des outils de grande vitesse
Au cours de la leçon sur les dégauchisseuses, il vous a été expliqué que les fers de dégauchisseuses
devaient être de même poids pour éviter le balourd sur la partie tournante. Essayons dans cette leçon
d'apporter quelques explications sur ce sujet.
Hébergé par www.lescopeaux.asso.fr
Chap. 54/2
54-Fig. 4
Un organe en rotation a du balourd quand son centre de gravité n'est pas situé exactement sur son
axe de rotation. Que se passe-t-il alors aux grandes vitesses ? La force centrifuge, dont vous avez
calculé au cours d'un devoir l'effet à une vitesse relativement faible, tend à des vitesses élevées à
déformer l'organe en mouvement (fig. 4) et est la cause d'efforts importants sur les paliers.
C'est pour que le centre de gravité de l'ensemble lames / porte-outil soit situé sur l'axe de rotation
qu'il est recommandé d'utiliser des lames de même poids et c'est pour une raison semblable que
l'on cherche à équilibrer les fers drapeaux utilisés dans le toupillage.
Notez encore que cet équilibrage est dit statique (du mot état = repos) et qu'il se vérifie à l'aide
d'appareils appelés bancs d'équilibrage.
Sachez enfin, qu'aux très grandes vitesses il faut encore tenir compte d'un autre genre d'équilibre,
appelé cette fois dynamique (du mot grec dunamis = force), et que les constructeurs s'efforcent
d'obtenir dans leurs constructions.
Hébergé par www.lescopeaux.asso.fr
Chap. 54/3