octobre - Ensemble paroissial Pibrac et Brax

Commentaires

Transcription

octobre - Ensemble paroissial Pibrac et Brax
E
R
B
O
OCT
2011
Une Communauté au service paroissial
Emmanuel CONGO
Jean Dominique DELGUE
Jacky MOURA,curé
Prêtres du Sacré Cœur de Jésus de Bétharram
05 61 86 00 20
Bulletin Paroissial de liaison Pibrac et Brax
Email: [email protected]
Site : http://pastoral.free.fr
EDITO
SOMMAIRE
V OICI QUE LE SEMEUR EST SORTI POUR SEMER
Éditorial
Page 3
Lectio divina
Page 4
Du commencement au commencement
Page 5
A quoi ca sert d’aller au KT
Page 6
Prière d’enfant
Page 7
Pubs
Page 8
Un peu d’humour
Page 9
L’Adoration
Page 10
Les cercles du silence
Page 11
Les gouttes d’amour
Page 12
Les essentiels de la vie
PAGE 13
Cultiver la confiance
Page 14
Je crois en l’esprit saint
Page 1516
pubs
Page 17
Fiancés jeunes couples
PAGE 18
Comment prier quand on n’a pas le temps
Page 19
Semaine missionnaire mondiale
Page 20
Joies et peines
Page 21
KT
Page 22
ANNONCES
Page 23
MESSES
Page 24
Voilà que les redémarrages consécutifs à la rentrée sont assurés. Nos vies reprennent leur rythme de
croisière (image qui ne rend pas le meilleur compte de l’agitation ambiante). Les démarches, inscriptions, reprise des activités donnent l’impression de se relancer dans ce qui pourrait devenir un engrenage ou une vis sans fin.
Où sont donc les images bucoliques des rentrées d’automne où on levait les yeux pour admirer les
nouvelles robes dont s’habillaient les arbres, suivre les vols de palombes, pousser les colchiques…
Excusez-moi, je rêve !
Notre vie prend des allures de course effrénée après le temps : heureux ceux qui savent marcher, faire
du vélo, se ballader … ils garderont la paix intérieure.
Car il nous faut savoir puiser sans cesse à la source de cette paix intérieure qui va servir de thermostat
au risque de surchauffe. Vous me voyez venir.
Comment être toujours prêt à regarder l’autre, quel qu’il soit, conjoint, enfant ou parent, voisin ou
collègue, personne que je croise, conducteur qui lambine, gêneur de toute sorte, comme mon prochain
à aimer ?
Comment puiser chaque matin à la source qui va me permettre d’envisager tous les moments de ma
journée comme occasions nouvelles d’accueillir l’ « aujourd’hui de Dieu » selon la belle formule du
F.Roger de Taizé.
Excusez-moi je rêve !
Je me demande toujours comment garder l’espérance dans le maelstrom dans lequel les médias nous
emportent. Il y a un texte de Jérémie le prophète à qui Dieu vient dire : « Mes yeux fondent en larmes
sans trêve, nuit et jour car un grand désastre blesse mon peuple : si je sors, voici des hommes tués,
blessés par les armes, des hommes, des femmes des enfants tourmentés par la faim. Même le prêtre,
même le prophète n’y comprennent rien. » (Jér.14,17-18). Nous pouvons pleurer avec Dieu et décider de laisser notre cœur parler. Regardons en face, avec courage, tout ce qui rend notre monde si
fragile. Parlons-en.
Avec la force que Dieu a mis dans le Cœur du Christ, cette force de notre baptême, de notre confirmation, mettons-nous à inventer encore et encore ce monde –Royaume de Dieu qui se construit là où la
Parole de Dieu continue d’être semée par le Semeur, dans le cœur de chaque homme de bonne volonté
qui se met à l’écoute du désir profond de son cœur.
Ne soyons pas les derniers à nous y mettre, nous qui sommes appelés par vocation chrétienne, à être en
mission d’être le Corps du Christ, vivant dans ce monde.
N’oubliez pas les rendez-vous qui nous sont proposés ce mois d’octobre : le 9, rassemblement des paroisses du Doyenné, du 16 au 23, la semaine Missionnaire , les fêtes de la grande et de la petite Thérèse, de St François d’Assise. La prière du Rosaire peut nous aider à dire oui comme Marie.
A tous , bon mois d’octobre.
P Jacky,scj.
LECTIO DIVINA
LECTURE PRIANTE DE LA BIBLE
(ou LECTIO DIVINA)
Ouvrir la Bible, l’écouter, la laisser nous rejoindre
dans nos vies, voilà ce que la paroisse propose à
chacun, dans le cadre d’un partage biblique ouvert
à tous avec l’aide du père Jacky et les commentaires de Marie-Noëlle Thabut.
Rencontres un jeudi par mois à 20h30 au prieuré.
(Vous pouvez venir ponctuellement, ce n’est pas un
engagement à l’année.)
DE COMMENCEMENT
en COMMENCEMENT ...
Cela m’étonne toujours, dit Dieu
D’entendre des gens dire : « Nous voilà arrivés... »
Comme si on était un jour arrivé.
Laissez-moi rire !
Comme si on était arrivé une fois pour toutes.
Ils croient qu’ils peuvent vivre de leurs rentes
Et s’arrêter de commencer !
Comme si, dit DIEU, à un seul instant
Je m’arrêtais de créer.
Ma création est commencement.
L’incarnation de mon Fils.
Est commencement, re-création.
La Bonne Nouvelle appelle au commencement.
Tout demeure en genèse avec moi.
Jeudi 13 octobre 2011
Comme si je vous avais créés pour vieillir,
Jeudi 3 novembre 2011
Stagner, ronronner, vous engluer, végéter.
Jeudi 8 Décembre 2011
Comme si, à chaque instant, vous n’aviez pas
Jeudi 12 janvier 2012
A commencer chaque jour que je fais.
Jeudi 9 février 2012
Alors , réveillez-vous… Frottez vos yeux…
Jeudi 8 mars 2012
Ecarquillez-les comme les enfants.
Jeudi 10 mai 2012
Et si vous dites : « Ca suffit »,
Jeudi 14 juin 2012
Vous avez déjà péri.
Surtout, ne vous laissez pas accabler par vos péchés.
Vous êtes tombés sept fois, relevez-vous huit.
Contact : Philippe et Natacha JACHIET
09 54 14 56 03 [email protected]
Revêtez-vous de mon Pardon.
Et entrez dans la danse de mon Fils qui vient !
(Dans le guide spirituel du Pèlerin, en chemin avec Saint-Jacques)
4
5
PRIERE D’ENFANT
« A QUOI CA SERT D’ALLER AU CATE ? »
La réponse d’Elodie Maurot,
journaliste à La Croix
Peut-être est-ce dû à l’approche de l’équinoxe
de septembre : quand la rentrée arrive, la marée
monte, dangereusement dans les agendas des
enfants ! Cette année, Pierre ira tous les mercredis au foot et va se perfectionner en tennis, Alice
continue la danse et veut apprendre à nager,
Paolo prend des cours d’anglais et entame une
deuxième année de volley-ball. Les enfants sont
gourmands de plein de nouvelles activités. Difficile parfois de trouver une petite place pour le
caté.
Les catéchistes , parfois les parents, fourbissent
alors leurs arguments pour convaincre les petits
récalcitrants :
« Le caté, tu aimais bien l’année dernière, avec la
maman de Claudia », soupirent les uns. « Tu y
retrouvera Agathe qui n’est plus dans ta classe », vantent les autres, avec un brin de mauvaise foi.
On pourrait trouver d’autres arguments, plus
essentiels. Par exemple, que le catéchisme est un
des rares lieux où les enfants échappent à la compétition, où ils peuvent sortir de leur statut
d’élève ou de l’image que les adultes projettent
sur eux, même dans les loisirs. Le rêve de tout
catéchiste n’est-il pas d’abord d’offrir aux enfants un espace de gratuité où grandir humainement, car il n’y a pas de croissance spirituelle
sans croissance humaine.
Reconnaissons toutefois que le caté ne
« sert » pas à grand chose : il n’aide pas à
améliorer son orthographe, ni à bien
sculpter, il ne rend pas agile aux barres
asymétriques … Il ne permet pas non
plus de gagner des places dans la concurrence sociale qui commence de plus en
plus tôt. Mais le caté aide pour plein de
choses « inutiles » : apprendre à être plus
humain, plus fraternel, plus confiant
dans la vie. Devenir sensible, aussi, aux
espoirs et aux fragilités que l’on porte en
soi, et qui nous entraînent vers une réponse qui vient d’au-delà de nous.
Au catéchisme, les enfants apprennent à
connaître un homme dont on n’a cessé
de parler depuis plus de 2000 ans. Un
certain Jésus de Nazareth qui , depuis
son petit village de Judée, s’est fait des
amis sur cinq continents, dont le message a été traduit en plus de langues que
Wikipédia et dont la vie a changé celle
de millions d’hommes. Car l’existence
de cet homme est une révolution : elle
désarme les combattants, elle relève les
désespérés, elle parle même d’un amour
plus fort que la mort…
Alors, vraiment trop occupés pour
aller au caté ?
Seigneur,
Tu m’invites à mettre mes pas dans les tiens pour te ressembler,
Il faudrait que je devienne un saint !
Alors, Seigneur, aide-moi à regarder mes copains avec tes yeux,
A ouvrir mes oreilles pour écouter mes parents,
A parler doucement à mon petit frère,
A te louer, toi qui es toujours à mes côtés !
Lu dans le journal LACROIX
6
7
Un peu d’humour...
Une vieille religieuse qui vivait dans
un couvent à côté d'un chantier de
construction a remarqué le langage
grossier des travailleurs et a prévu
de passer du temps avec eux pour
corriger leur façon de parler.
Elle a décidé qu'elle prendrait son
déjeuner assise avec les travailleurs
pour parler avec eux.
Elle mit son sandwich dans un sac
brun et se dirigea vers l'endroit
où les hommes mangeaient.
Elle s’approcha du groupe et avec un
grand sourire leur dit :
"Eh, les hommes, savez-vous qui est
Jésus-Christ ?"
Ils secouèrent la tête et se regardèrent l’un et l'autre d’une manière
très confuse.
Un des travailleurs s'écria : « Y a ti
quéqu’un qui connaît Jésus-Christ?»
Un des travailleurs de l'acier demanda : «Pourquoi?»
Le travailleur répondit :
« Parce que sa femme est ici avec
son casse-croûte !»
8
9
L’ADORATION
LES CERCLES DE SILENCE
Pour tous ceux d'entre vous qui souhaiteraient
faire une petite pause à mi-semaine devant le Christ...
Nous vous informons que l'Adoration du mercredi soir
a repris.
Rendez-vous donc à l'église Sainte Marie Madeleine tous
les mercredis.
Le Saint Sacrement est exposé de 20h45 et jusqu'à 21h45.
Vous venez quand vous voulez et restez le temps que vous
voulez:
C'est le Seigneur qui nous invite et nous appelle.
Il nous attend et a soif de notre présence comme Il l'a dit à
Mère Teresa:
"J'ai
J'ai soif"
A l’adoration, nous sommes devant le Christ qui est réel-
Les Cercles de Silence regroupent des citoyens de tous horizons qui, devant
l’enfermement systéma que des sans-papiers dans les Centres de Réten on
Administra ve (CRA), s’élèvent contre les a#eintes à l’humanité des sans-papiers et à celle
des exécutants d’ordres incompa bles avec leur propre dignité.
Ce mouvement a été lancé par les frères franciscains de Toulouse en 2007, à
l'ini a ve de l'un d’eux, Alain Richard. Il s'est étendu à plusieurs villes et a été relayé par
plusieurs associa ons telles que la Cimade, le Réseau éduca on sans fron ères et la
Pastorale des Migrants. Alain Richard inscrit son ini a ve dans le cadre du mouvement de
la non-violence dans lequel il s'est impliqué depuis de nombreuses années, il revendique
comme sources d'inspira on pour son ac on l'Évangile, Gandhi et Saint-François d’Assise.
Devant la gravité de la situa on, les membres des Cercles de Silence désirent
aller au-delà des mots et des cris. Ils expriment la force de leur réproba on et de leur
interroga on avec les moyens de la non-violence, et spécialement le silence. Le silence des
forts et des persévérants. Par le silence ils écoutent leur propre conscience et font appel à
la conscience de leurs concitoyens.
lement présent dans l’hostie consacrée exposée devant
nous.
Ainsi, comme les disciples, nous pouvons nous prosterner
devant Jésus qui est là. Nous pouvons prendre le temps
de le regarder et de lui exprimer notre amour.
C’est en restant là dans la silence, face à Jésus, que nous
pourrons percevoir son appel à devenir nous aussi missionnaire.
Ces Cercles de Silence ont tous un même souci de rester en contact avec la
réalité des Centres de Réten on Administra ve (CRA) où la dignité humaine est mise en
danger. Tous sont habités par la même cer tude qu’il existe des solu ons alterna ves à
l’enfermement d’étrangers en situa ons irrégulières.
La dignité de chaque personne humaine ne se discute pas, elle se respecte.
A Toulouse, le rendez-vous est :
place du Capitole tous les derniers mardis du mois de 18h30 à 19h30.
Claudie et Michel
10
11
« LES GOUTTES D’AMOUR »
LES ESSENTIELS de la VIE
Rose Bacot : La musique de l’âme.
Ne vous imaginiez pas que l’Amour, pour
être vrai, doit être extraordinaire. Ce
dont on a besoin, c’est de continuer à aimer. Comment une lampe brille-t-elle, si
ce n’est par l’apport continuel de petites
gouttes d’huile ?
Qu’il n’y ait plus de gouttes d’huile, il n’y
aura plus de lumière, et l’époux dira :
« Je ne te connais pas »
Mes amis, que sont ces gouttes d’huile dans nos lampes ? Elles sont
les petites choses de la vie de tous les jours : la joie, la générosité,
les petites paroles de bonté, l’humilité et la patience, simplement
aussi une pensée pour les autres, notre manière de faire silence,
d’écouter, de regarder, de pardonner, de parler et d’agir. Voilà les
véritables gouttes d’Amour qui font brûler toute une vie d’une vive
flamme.
Ne cherchez donc pas Jésus au loin; il n’est pas que là-bas, il est en
vous. Entretenez bien la lampe et vous le verrez.
Seigneur, donne-nous de savoir apporter et donner des gouttes
d’amour tout autour de nous, tout au long de notre vie.
Mère TERESA
12
« Si je t’oublie un jour, il faudra que tu
viennes me chercher, ai-je dit à Dieu »
« Le mystère de la crèche est décoiffant : Dieu
s’est donné dans cet enfant »
Mes conseils pour prier
COMME UN ENFANT
1– Soyez libre d’être vous-mêmes
L’enfant dit ce qu’il pense, ce qu’il vit.
Nous aussi, exprimons nos détresses, nos
souffrances, nos joies. Ne nous composons pas le visage que nous pensons devoir présenter devant Dieu. Tenonsnous, non pas comme des mercenaires
ou des esclaves, mais comme des enfants
devant leur père.
2– Ayez confiance en Dieu
On ne se livre qu’à celui en qui on a confiance. Jamais, on ne dira ce qui nous fait
souffrir à celui que l’on croit pouvoir nous
faire de mal. Cela paraît évident mais, au
fond, avons-nous cette confiance envers la
bonté du Père ? Lui laissons-nous visiter nos
détresses?
3-Laissez-vous guider
Avoir confiance, c’est également accepter de suivre le chemin qui s’ouvre à
nous, tout en étant dans l’obscurité. Un
enfant ne se demande pas où l’emmènent
ses parents, ils les suit en confiance.
4– Accepter d’être incohérent
En chacun de nous coexistent la joie et la
peine, la détresse et l’action de grâce.
Notre culture marquée par le rationalisme a du mal à le reconnaître . Il faut
apprendre à accepter la présence simultanée de ces émotions contradictoires.
5– Espérez dans le retour de la vie.
Il ne faut pas hésiter à se laisser couler
tout au fond pour rebondir, plutôt que
de tenir par la force du poignet en refusant notre détresse. La vie renaît au
fond. Je le vis presque chaque jour.
6– Guettez la présence de Dieu
La foi ne nous épargne pas la souffrance.
Dieu ne nous sauve pas à coups de baguette magique. Mais il vit nos épreuves
avec nous ou nous porte sur ses épaules.
7– S’imprégner des psaumes
Ces prières poétiques nous aident à vivre
différents attitudes, comme par exemple
celles évoquées ci-dessus; à devenir semblables à des enfants qui passent des
larmes au rire, pour qui l’effondrement
dû au deuil subitement peut se changer
en joie et qui n’hésitent pas se montrer
tels qu’ils sont devant le Père miséricordieux.
Lu dans la Vie
13
CULTIVER LA CONFIANCE
La confiance est plante fragile qui demande
beaucoup de soins et d’attention.
Petite graine qui nous est confiée comme un
cadeau reçu du Créateur lui-même. Mais elle
nous a été transmise par nos parents.
Il faut bien préparer le terrain mais, humble
comme l’humus, elle s’épanouit mieux en plein
air qu’en serre chaude.
Elle a couleur de printemps, de résurrection. La blancheur de la pureté. Le
violet de la simplicité, de la patience et
de l’humilité. Le rouge de la pudeur et
de l’amour.
Les fruits ont goût de vie, de joie, de
paix, de naissance, de promesse.
Clouée sur la croix,
Elle pousse lentement et le meilleur sol est
celui de nos relations familiales, professionnelles. Elle apprécie aussi le voisinage.
Sortie du tombeau ouvert,
Elle s’adapte à tous les climats. Semée largement, on peut en partager le plant avec des
amis.
de Pâques !
Il faudra se méfier des maladies : médisance,
mensonge, flatterie, jalousie, peur… La haine
est un poison mortel.
Frère Maurice Ripoche
Ne pas hésiter à tailler les gourmands qui
l’épuiseraient, comme l’autosatisfaction et la
trop grande confiance en soi-même. Et mettre
des fertilisants : elle apprécie la prière, l’eau du
baptême, le dynamisme de l’Eucharistie, le
renouvellement du pardon.
14
La confiance est fleur
JE CROIS EN L’ESPRIT SAINT
« Quand pourrons-nous donc, délivrés
de nos formules exsangues et de nos abstractions, confesser notre foi en l’Esprit
Saint par une parole capable d’aller du
cœur au cœur, comme une flamme en
appelle une autre ?
Je crois en l’Esprit qui vibre dans les cris
du Tiers monde comme un appel au partage des biens de la terre, au respect des
peuples longtemps méprisés, au dialogue
des civilisations reconnues dans leurs
différences et leur originalité.
Croire en l’Esprit, c’est croire en la vie,
c’est croire que toute vie aura en Lui,
définitivement, victorieusement, le dernier mot sur toutes les fatalités de désagrégation, d’immobilisme et de mort.
Tout homme est mon frère parce que
nous sommes tous fils d’un même
amour. Tout homme m’est sacré parce
que tout homme est fils de Dieu.
Croire en l’Esprit, c’est croire en l’histoire comme l’histoire du salut, histoire
de la libération de l’homme, de tous les
hommes.
Je crois au Saint Esprit non pas comme à
une porte ouverte pour m’évader, mais
comme à la seule espérance qui puisse,
en définitive, animer l’histoire des
hommes.
Je crois en l’Esprit qui anime aujourd’hui
les grandes poussées de libération qui
tendent vers une universalité humaine
concrète, diverse, capable dès lors de
communion faite de l’égale dignité et de
la libre rencontre de l’homme et de la
femme, des ethnies, des cultures.
15
Et je crois en l’Esprit qui dans les mêmes
temps fait grandir dans nos pays, d’une
manière parfois sauvage, déconcertante,
une grande soif du sens.
C’est en dehors de nos Eglises, je le sais,
que bien des hommes recherchent ce
Dieu d’amour que seul l’Esprit peut
nous donner de connaître et d’aimer. Je
le regrette, mais je les comprends.
Toutes les institutions, tous les signes,
même les plus sacrés, se dégradent s’ils
n’acceptent pas à chaque printemps de
faire peau neuve, quels que soient le prix
et l’ampleur des déchirements et des
souffrances à consentir. Nos communautés, comme toutes les institutions,
n’échappent pas au temps et à son usure.
L’Eglise, à divers moments de son histoire, a
pris peur de l’Esprit, a cessé d’être mystique
et créatrice pour devenir juridique et moralisante. Alors les bourrasques de l’Esprit ont
soufflé à sa périphérie et parfois contre elle
dans une grande exigence de vie créatrice, de
justice et de beauté. »Il y a des athées ruisselants de la parole de Dieu » disait Péguy , et
c’est toujours vrai.
Je crois que Dieu nous accompagne tous dans
notre aventure humaine et que seule sa présence est éternelle, et non pas les structures,
les paroles, les images que, peu à peu, au fil
des siècles, nous avons adoptées pour nous
signifier à nous-mêmes son compagnonnage.
Notre Eglise n’a rien à redouter des critiques
qui lui viennent d’ailleurs si elle sait les écouter comme un appel de Dieu.
Elle ne saurait verrouiller les portes pour disposer plus sûrement d’elle-même. Elle se
reçoit à chaque instant de Dieu pour être sans
cesse envoyée, immergée dans le monde,
pauvre, modeste, fraternelle, messagère de
joie, donnant sa voix aux pauvres, aux
hommes que l’on torture ou que l’on tue, à
tous ceux-là qui nous crient silencieusement
l’Evangile.
Telle est pour l’Eglise, et pour tout chrétien,
la nécessité, parfois l’urgence, de discerner et
de fonder la raison de ses attitudes, de ses
réactions devant tous les grands mouvements
de l’histoire.
Discerner sans éteindre ou contrister le libre
jaillissement de l’Esprit et de la vie qu’il suscite.
Ainsi pourrons-nous retrouver l’actualité
de ces grand réveils humains, venus du
cœur de l’homme à la manière de pentecôtes successives. C’est Dieu qui, par tout
ce courant qu’on appelle prophétique,
défend son œuvre, empêche qu’on ne la
mutile et ne la paralyse. Il y a là, dans le
plus quotidien de la vie, un véritable don
de l’Esprit chez tant de vrais vivants qui
ne cessent de réinventer l’amour et la joie
profonde d’être. Il jaillit parfois à la surface de l’histoire avec un Dom Helder
Camara, par exemple. L’Eglise doit à nouveau laisser la parole de Dieu ensemencer
l’histoire. »
Texte anonyme.
16
17
Session Midi-Pyrénées 2011/2012
Animée par la Communauté de l’Emmanuel
Vous êtes fiancés…
Vous vivez ensemble sans être mariés…
Vous êtes jeunes mariés…
Comment prier quand on n’a pas le temps?
Notre quotidien surchargé ne doit pas
nous empêcher de prier. Une question de
politesse, simple comme un bonjour .
Vous êtes croyants ou non, baptisés ou non, et vous cherchez un lieu
pour approfondir votre vie de couple…
Rester poli.
Venez (re) découvrir le sens du mariage
06 83 45 88 95
Www.amouretverite.org
Parcours pour fiancés, tout jeunes couples mariés ou non
Ce cycle ne remplace pas votre préparation au mariage mais la complète et l'enrichit.
Vous pouvez vous inscrire même si votre préparation au mariage est terminée
ou si elle n’a pas encore commencé.
Où ?
Sur la paroisse de Pibrac à 20 mn du centre de Toulouse
Prieuré de Pibrac 7 ancien chemin de Brax 31820 Pibrac
Patienter utile
Quand ?
Cycle de 6 soirées et un samedi :
mercredi 9 novembre
mercredi 23 novembre
mercredi 11 janvier
mercredi 25 janvier
mercredi 7 décembre
mercredi 8 février
samedi 04 février
Un week-end de retraite est aussi inclus dans le cycle.
25-27 novembre pour les femmes ; 02/04 mars pour les hommes
Inscription :
75 € par personne, tarif étudiant 45 € par personne
Frais d'inscription comprenant le week-end en pension complète
Possibilité de payer en 3 fois. Aide en cas de difficultés financières
JeanJean-Baptiste et Sonia Fiorio s.fi[email protected]
06 83 45 88 95
Amour et Vérité est une branche de la Communauté de l’Emmanuel au service du couple, de
la famille et de la vie. www.emmanuel.info
Pourquoi prier ne serait-il pas simple comme
bonjour ? Un ami, on le salue quand on l’aperçoit. On lui dit au revoir quand on le quitte. ET
si on faisait pareil avec Jésus ? « Les moines disent « Seigneur, ouvre mes lèvres « à leur réveil,
explique le Père Patrice Gourrier, prêtre du diocèse de Poitiers. A leur suite, on peut imaginer
que notre premier et notre dernier mot soit pour
saluer Dieu. »
Une variante possible si on est très pressé : un
simple signe de croix, matin et soir.
Faire la queue au supermarché, rester bloqué
dans les embouteillages, quelle barbe !
Pourquoi ne pas profiter de ces temps « perdus »
pour prier ? Comme cette mère de famille qui
« dit une dizaine de chapelets dès qu’elle se déplace en sa voiture. » Ou comme sœur MarieMadeleine devenue carmélite à force de parler
avec Dieu en marchant jusqu’à son travail. Inutile
de faire long : »Le temps de dire ultérieurement
le nom de Dieu ou de Jésus, écrit le dominicain
Jean-Maire Gueiullette dans Prier au quotidien et
je me détache de tout ce qui n’est pas Lui. »
Parfait pout rester correct au volant.
19
Porter votre croix
Avoir une icône suspendue au-dessus
de son bureau ou porter une médaille
autour du cou, n’est-ce pas l’assurance
d’avoir une pensée pour Dieu ?
Contempler les étoiles
« Le visible est une échelle pour monter vers Dieu »C’est dire que les occasions d’accéder à Lui sont nombreuses:
un soleil couchant, même un violent
orage.
Ecouter les cloches
Elles sont « la voix de Dieu qui appelle
les hommes », est-il écrit dans le rituel
des bénédictions. Profitons de leur tintement pour formuler une prière ? Et
regarder le clocher, telle Noëlle,
« comme un doigt pointé vers le ciel »
Lu dans « La Vie » du mois de juillet;
SEMAINE MISSIONNAIRE MONDIALE
Du 16 u 23 Octobre 2011, avec l’Eglise en Océanie
« Tu aimeras ton prochain comme toi-même »
MERCI, BRAVO et CONTINUONS !
SOUTENIR ET ANIMER
La semaine Missionnaire revient, année
après année. Et pourtant, il faut rester fidèle et vigilant, ne pas tomber dans la routine, se rappeler sans cesse que l’Eglise en
croissance dans le monde a besoin de nous.
La Semaine Missionnaire Mondiale est un
acte de foi et de charité, vécu partout sur
la planète, un acte de confiance aussi
dans la nécessité de proposer librement
l’Evangile aujourd'hui.
L’Eglise. Vue de notre porte, elle peut
sembler âgée et en déclin, prise dans les
difficultés liées au manque de prêtres, à la
réorganisation des paroisses… Pourtant au
plan mondial, l’Eglise est jeune, en croissance, et le vrai problème est de faire face à
l’afflux de vocations ! Incroyable ? Non,
simplement l’Eglise, depuis les origines, n’a
jamais cessé de croître, de porter l’Evangile
sur les cinq continents, de le transmettre et
de le traduire dans toutes les langues et les
cultures.
Votre rôle est crucial pour faire de ce
grand moment de l’Eglise universelle un
succès.
BRAVO ET MERCI
Pour faire face à ce défi, cette vocation missionnaire, les Œuvres Pontificales Missionnaires, qui sont la cheville ouvrière de la
« Semaine Missionnaire Mondiale », sont le
principal outil de solidarité et de soutien à
la mission dont l’Eglise s’est doté.
20
Votre premier don fait à la Mission, c’est
de permettre aux catholiques d’ici d’ouvrir les yeux sur ce qui fait la vie des
catholiques d’ailleurs. Chaque prière,
chaque animation, chaque euro comptent, pour ouvrir notre cœur à la Mission universelle.
La quête du dimanche de la mission est
un outil unique d’équité et de vraie fraternité, qui fait confiance et n’attend
rien en retour.
Nous avons un besoin vital de votre participation, de sens de persuasion.
JOIES ET PEINES
Lors des obsèques, ils ont été confiés à Dieu :
PIBRAC : Henri CALAS, Michel LABORIE, Béatrix ESPARCEIL,
Odile VILLENEUVE, Daniel MONDETTE, Gratien ONNO, Kévin
PORTET, Nicole JUHEL, Jeanne DARDENNE, Pierre LAVERGNE.
Par leur baptême, ils sont entrés dans la famille des chrétiens :PIBRAC :
Eléna COURET, Adrien LOISNEL, Achille TOP, Noan DEMARETZ,
Lilly CARLES, Eve MARTY, Sacha CARLES, Lucas POUJARDIEU,
Rozenn LAFEUILLE, Célian TUDURI, Charles SUMANN, Angélo
BOUSQUIE, Hortense AMIEL, Lucas BECAVIN, Clara DURANDLEGUAY, Evan REGNAUT, Marie LAMORE, Gabriel DUCHAMS,
Joé et Eddy DESPEYSSE, Lucie MOURONVALLE, Julie FROGER,
Fidélia DOVONOU– RENAN, Antoine DETHUNE.
BRAX : Gabriel MARTY, Mattéo LAINE.
Par leur mariage ils ont célébré leur engagement d’amour :
PIBRAC :
Frédéric MILLET et Cherryl HARKAT
Jérémy-Emile BINOIS-BELIN et Aline GABORIAU
Lucien FAUCHEUX et Irma DELCLOS
Sylvain VIVIER et Sonia GALLINA
Antoine CARLIER et Laetitia RODEGHIERO
Guillaume LAURENT et Cloé POIRIER
Xavier MERY et Audrey RIZZI
Maxime ANGELAUD et Florence JUNIER
Geoffroy MORCILLO et Maeva MONTICELLI
Christophe DOMINGUEZ et Christine NEBOR
Mark DUNSTON et Cécile RUZZANTE
Antoine DEFOSSEUX et Marie COUCHY
Denis BASTIE et Charlotte LEZAN
Olivier DESPEYSSE et Delphine VINCENS
Olivier PIQUEPE et Maria Isabel DURANGO-MALDONADO
Matthieu RUATTI et Marianne ESPINASSOUS
21
KT
Eveil à la foi : Samedi 15 Octobre de 10h15 à 11h15
à l’oratoire du Prieuré
BAPTEMES : Vendredi 7 Octobre à 20h30– Préparation des
baptêmes du mois de Novembre
LECTIO DIVINA : Jeudi 13 Octobre à 20h30 au Prieuré
EQUIPE DU ROSAIRE : Mardi 11 Octobre à 14h
CE1: Samedi 8 et 15 Octobre de 11h à 12h
ADORATION : Tous les mercredis soirs à l’église de Pibrac
de 20h45 à 21h45
CE2: Samedi 1er , 8 et 15 Octobre de 10h à 11h30
CM1—les 2 groupes : Samedi 1er, 8 et 15 Octobre
ASSOCIATION STE GERMAINE : Assemblée Générale
Lundi 3 Octobre à 20h30 au Prieuré
de 10h30 à 11h30
Conseil d’Administration : Lundi 24 Octobre à 20h30
CM2 : samedi 1er, 8, 22 Octobre de 11h à 12h30
COMMUNICATION : Lundi 17 Octobre à 20h30
REUNION KT, Parents animateurs :
Lundi 10 Octobre à 14h à l’Ecole de la Salle et 20h30 au Prieuré
LITURGIE : Mardi 18 Octobre à 20h30
AUMONERIE:
5° : Vendredi 7 Octobre de 18h30 à 20h
3° : Samedi 8 Octobre de 18h30 à 22h30—Messe de l’aumônerie
Réunion parents confirmands 2011 :
Jeudi 6 Octobre à 20h30
22
PERMANENCE DES PRÊTRES
Sur rendez-vous au 05 61 86 00 20
Possibilité le matin et l’après midi à partir de 15h.
ACCUEIL SAINTE GERMAINE
À côté de l’église
Ouvert 7 jours sur 7 de 10h à 12h et de 14h30 à 17h30
05.61.86.08.34 - [email protected]
23
BRAX
: Église St Orens
♦ Dimanche 23 Octobre à 9h30
PIBRAC :
♦
Lundi soir à 18h30—Communauté des Frères–
Route de Toulouse
PIBRAC : Église Ste Marie-Madeleine
♦
♦
♦
♦
♦
Mardi matin à 9h30
Mercredi soir à 18h30
Vendredi soir à 18h30
Samedi soir à 18h30
Dimanche à 11h
UN DIMANCHE en DOYENNE
Dimanche 9 Octobre -Messe à 10h à la Basilique
Suivie d’un apéritif et d’un pique-nique dans les jardins du prieuré
A partir de 14h30– Table ronde :
« Aux côtés des plus fragiles »
♦
Samedi 15 Octobre à 17h à la basilique :
Célébration de la confirmation
SECRÉTARIAT DE LA PAROISSE
du lundi au vendredi de 14h à 18h
Au PRIEURE
Le parking est ouvert
Paroisse : 7, ancien chemin de Brax
B.P 60001
31820 Pibrac
Tél : 05 61 86 00 20
24

Documents pareils

JUIN 2012 - L`Eglise catholique en Haute

JUIN 2012 - L`Eglise catholique en Haute Une Communauté au service paroissial Emmanuel CONGO Jean Dominique DELGUE Jacky MOURA,curé Prêtres du Sacré Cœur de Jésus de Bétharram

Plus en détail

L`an mil neuf cent quatre vingt quinze, le 23 Juin à

L`an mil neuf cent quatre vingt quinze, le 23 Juin à La vie d’un homme est marquée par différentes étapes qu’il traverse au cours de son existence. Certaines sont parfois difficiles, et doivent demander beaucoup d’engagement et de discernements ; d’a...

Plus en détail