Communiqué de presse TA Air France

Commentaires

Transcription

Communiqué de presse TA Air France
Air France : Oui à un changement de
cap pour reprendre de l’altitude
La spirale de destruction d’emplois continue chez Air France avec un énième plan de suppression net
d’emplois annoncé au Conseil d’Administration Air France KLM. Aujourd’hui, la Direction d’Air France a
convoqué un CCE extraordinaire pour décliner le plan de restructuration prévoyant près de
3.000 suppressions d’emplois. Pourtant il n’y a aucune fatalité à voir ces milliers d’emploi disparaître.
Le rôle de l’Etat sur l’organisation du transport aérien est majeur, sa responsabilité est donc engagée. Le
développement industriel et économique des territoires doit revenir au cœur de sa stratégie. La Fédération
Nationale des Syndicats de Transports CGT a interpellé le ministère des transports à maintes reprises pour la
tenue d’assises du transport aérien réunissant les acteurs, gestionnaires de compagnies et l’Etat.
Il est urgent de lancer une mission sur la stratégie d’Air France permettant de déboucher sur une feuille de
route définie d’une manière tripartite entre la direction, les organisations syndicales et l’Etat et portant sur :
•
Le soutien à l'investissement.
•
La stratégie industrielle et de développement.
•
L'emploi.
•
Les questions de productivité.
Seulement à partir de là, des négociations inter catégorielles devront avoir lieu dans un calendrier précis.
La culpabilisation des salariés sur les résultats du groupe Air France, la tentative de la direction de les
opposer les uns aux autres sont inadmissibles. Ne serait-il pas opportun d’interroger la direction sur sa
stratégie de fuite en avant et d’interpeller l’Etat sur sa véritable responsabilité ? La dérèglementation du
transport aérien avec le soutien des différents gouvernements a conduit à une concurrence exacerbée entre
les compagnies aériennes avec, notamment, la montée en puissance des low costs. Ce contexte défavorable
pour notre compagnie nationale a été accentué par la distorsion de concurrence que subit Air France au
regard du soutien financier dont bénéficient ses concurrents directs à l’image des compagnies du Golfe.
La poursuite de la destruction de cet outil industriel qui participe au rayonnement de la France peut
s’apparenter à un fanatisme financier qui ne vise qu’à satisfaire les actionnaires, tout en montrant la faillite
de réflexion de l’Etat incapable de définir une vision d’avenir pour le transport aérien alors même qu’il en
détient les principaux leviers. Pour ceux qui en doutaient, le travail est le seul créateur de richesse et la
logique capitaliste en lien avec la stratégie d’Air-France démontre bien que le capital cherchant à s’accaparer
cette richesse est bien un coût pour toute la société.
La dérèglementation appliquée au transport aérien risque de s’étendre aux gestionnaires d’Aéroports,
l’exemple significatif est la vente de l’aéroport de Toulouse au plus offrant sans se préoccuper du projet
industriel.
Les usagers peuvent déjà malheureusement s’apercevoir des dégâts de la multiplication de la sous-traitance,
de la dégradation de la qualité de service dans les choix qui sont opérés, il est donc urgent de changer de
cap.
Le 8 octobre, de par leur mobilisation pour les salaires, l’amélioration des conditions de travail et l’emploi, les
salariés de ce pays continueront à revendiquer une autre politique. La lutte continue !
263 rue de Paris – Case n° 423 – 93514 Montreuil Cedex Téléphone : 01 55 82 77 26 – Télécopie : 01 55 82 77 35
Courriel : [email protected] Site : www.transports.cgt.fr

Documents pareils