Livret d`Accueil du SSIAD - Centre Hospitalier Marmande Tonneins

Commentaires

Transcription

Livret d`Accueil du SSIAD - Centre Hospitalier Marmande Tonneins
Centre Hospitalier Intercommunal
Marmande Tonneins
www.chicmt.fr
BIIEEN
NV
VE
EN
NU
UE
E
Madame, Monsieur,
Vous avez fait appel à notre Service de Soins Infirmiers à Domicile (S.S.I.A.D.)
pour vous apporter une aide, dans le cadre d’un maintien à domicile.
Ce livret d’accueil vous présente le dispositif mis en place pour répondre aux
questions que vous vous posez.
Notre volonté est de fournir auprès de vous un service de qualité en assurant un
accompagnement et un suivi de nos intervenants adaptés à vos besoins.
Merci de votre confiance.
Le Directeur,
Philippe SEROR.
PRREESSEEN
NT
TA
AT
TIIO
ON
N
Le 1er janvier 1995 voit se concrétiser le projet de fusion des deux Centres
Hospitaliers de MARMANDE et de TONNEINS, afin de former le Centre
Hospitalier Intercommunal MARMANDE-TONNEINS (CHIC M -T), établissement
public de santé auquel le S.S.I.AD. est rattaché.
Le S.S.I.A.D. est une structure médico-sociale publique créée en 1995.
Le bureau du Service de Soins Infirmiers À Domicile est situé sur le site Salesses
à Tonneins.
Le bureau du S.S.I.A.D est ouvert :
du lundi au vendredi de 8h30 à 17h00
tél. : 05.53.20.32.00
Un répondeur est mis à votre disposition
en dehors des heures d’ouverture.
1
Le S.S.I.A.D. a une capacité de 30 places et intervient sur 11 communes réparties
sur trois cantons.
Canton de Tonneins :
Clairac,
Fauillet,
Lafitte/Lot,
Tonneins,
Varès.
Canton de Verteuil :
Brugnac,
Coulx,
Grateloup,
Labretonie,
Verteuil,
Canton de Marmande Est :
Agmé.
•
LEESS M
MIIS
SS
SIIO
ON
NS
S
Le S.S.I.A.D. assure sur prescription médicale aux personnes âgées malades et/ou
dépendantes :
les soins infirmiers et d’hygiène générale,
les accompagnements nécessaires à l’accomplissement des actes essentiels
de la vie.
Le S.S.I.A.D. a pour vocation :
d’éviter l’hospitalisation lors de la phase aiguë d’une affection pouvant être
traitée à domicile,
de faciliter le retour au domicile à la suite d’une hospitalisation,
de prévenir ou retarder l’aggravation de l’état des personnes et leur
admission dans les services de long séjour ou dans les établissements
d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes.
2
LEESS VVAALLEEU
UR
RS
S
Le S.S.I.A.D. souhaite permettre à toute personne fragilisée par l’âge ou par la
maladie, qui a fait le choix de vie de rester à son domicile, de réaliser sa volonté.
Les valeurs de dignité, d’intégrité, d’intimité, de respect de la pudeur seront la
ligne de conduite. Une autonomie maximale sera stimulée avec le respect des
habitudes de vie.
Les soignants du S.S.I.A.D. ne se limitent pas à des gestes techniques. La personne
soignée reste au centre de la prise en charge, dans sa globalité, mais aussi dans
son individualité avec des soins adaptés à sa pathologie, à son handicap et à son
environnement.
L’EEQ
QU
UIIPPE
E
LLeess A
Aiiddeess S
Sooiiggnnaanntt((ee))ss :: ils ou elles sont placé(e)s sous la responsabilité de
l’Infirmière Coordinatrice, concourent à la prise en charge des personnes en
donnant des soins d’hygiène, (toilette, douche, bain de pied, habillage…), des soins
de confort (prévention d’escarres, aide à la marche…).
Ils ou elles aident les personnes à garder ou à retrouver une certaine autonomie.
LL’’IInnffiirrm
miièèrree CCoooorrddiinnaattrriiccee :: Madame GINTHER-CHAUVINEAU Marie-Anne est
l’infirmière coordinatrice (infirmière diplômée d’Etat), responsable du travail des
aides soignant(e)s.
Elle est chargée de proposer une aide personnalisée en fonction des besoins, de la
dépendance, en évaluant et coordonnant la prise en charge. Cette prise en charge
sera réajustée, si nécessaire, tout au long de votre suivi. Elle planifie les
interventions des Aides Soignant(e)s et coordonne l’action du S.S.I.A.D. avec
différents partenaires à domicile.
L’organigramme du S.S.I.AD. est présenté ci-après.
Directeur
M. Philippe SEROR
Directrice des Soins
Mme Monique POUJARDIEU
Directrice Adjointe
Mme Maryse ARNAUD
Infirmière coordinatrice
Mme Marie Anne GINTHER-CHAUVINEAU
Aides soignant(e)s
Lien hiérarchique
Lien fonctionnel
3
LLeess ppeerrssoonnnneellss iinntteerrvveennaanntt dduu CCH
HIICC M
M--T
T :: le S.S.I.A.D. bénéficie de l’apport
de toutes les compétences et services disponibles sur le Centre Hospitalier
Intercommunal Marmande-Tonneins : responsable qualité, Equipe Mobile de Soins
Palliatifs, Equipe Opérationnelle d’Hygiène, le Comité de Lutte contre la Douleur,
Comité d’Éthique, Équipe de manutention, Assistante Sociale, etc…
LEESS IIN
NT
TE
ER
RV
VE
EN
NA
AN
NT
TS
S
Les interventions du S.S.I.A.D. sont coordonnées avec différents partenaires
intervenant à domicile : Médecin, Infirmier(e) Libéral(e), Aide Ménagère,
Assistante Sociale, CLIC, Réseaux de gérontologie, ASSAD…).
L'organigramme ci-dessous présente les liens avec les partenaires du S.S.I.A.D.
Vous conservez le libre choix de votre médecin traitant et de votre masseur
kinésithérapeute.
Vous conservez également l’infirmier(e) libéral(e) de votre choix, elle ou il continue
à assurer les soins infirmiers sur prescription médicale (injection, pansement,
préparation des médicaments…) suite à une convention passée avec le service.
En cas d’impossibilité par l’usager d’exprimer un choix, le service fera appel à
l’infirmier(e) conventionné(e) le plus proche.
4
LAA PPRRIISSEE EEN
NC
CH
HA
AR
RG
GE
E
Les règles et les modalités de votre prise en charge sont définies par un
règlement de fonctionnement qui sera remis accompagné du présent livret lors de
l’admission.
Si un problème se pose, veuillez contacter le 05.53.20.32.00 ; en dehors des
heures de permanence laissez votre message sur le répondeur téléphonique.
Le 1er jour de la prise en charge, l’Infirmière Coordinatrice sollicitera la signature
d’un Document Individuel de Prise en Charge et établira le Plan d’Aide
Individualisé selon vos besoins et votre dépendance. Ce Plan d’Aide sera ajusté
autant que nécessaire au regard de votre état de santé ou de vos souhaits.
Le S.S.I.A.D n’a pas vocation à se substituer à l’entourage ni à la famille. En effet,
il ne peut qu’apporter l’aide nécessaire pour le maintien à domicile en préservant au
mieux l’autonomie de la personne. Lorsqu’elle est présente, l’aide de la famille est
INDISPENSABLE pour une intervention efficace du service. Aussi il est important
de pouvoir solliciter l’aide de vos proches ou d’une tierce personne.
Suivant l’état de santé de la personne, l’Infirmière Coordinatrice pourra vous
demander une aide ponctuelle et/ou de mettre à disposition le matériel adapté à
vos soins et à votre confort. Elle fournira toutes les informations sur le matériel
nécessaire (lit médicalisé, lève-malade, fauteuil roulant, matelas anti-escarre,
changes…).
L’entourage ou la famille doit prendre ses dispositions pour contacter le médecin
pour les visites courantes (renouvellement d’ordonnance…). Les Aides Soignantes
peuvent suggérer sa venue en cas de nécessité (température, malaise…).
Le personnel du S.S.I.A.D doit veiller au respect de la personne, de ses biens, de
son environnement, de son intimité, de sa culture et de son choix de vie.
L’ensemble du personnel du S.S.I.A.D est soumis au secret professionnel.
Le S.S.I.A.D encourage la « bientraitance » qui se définit comme une démarche
collective pour identifier l’accompagnement le meilleur possible pour l’usager, dans
le respect de ses choix et dans l’adaptation la plus juste à ses besoins.
L’épuisement et la souffrance des aidants sont, la plupart du temps, à l’origine des
situations de maltraitance. A cet égard, le S.S.I.A.D. reste particulièrement
vigilant sur l’émergence de ce genre de situations.
N° d’appel « ALlo MAltraitance des Personnes Agées » ALMA : 3977
Le S.S.I.A.D se réfère à la Charte des Droits et Libertés de la Personne
Accueillie et à la Charte de « bientraitance » du CHIC M-T.
5
QU
UE
ES
ST
TIIO
ON
NS
S PPR
RA
AT
TIIQ
QU
UE
ES
S
LL’’aaddm
miissssiioonn ::
Toutes les demandes d’admission sont enregistrées et analysées par l’infirmière
coordinatrice.
Après une première évaluation des besoins, trois possibilités se présentent :
la demande ne relève pas d’un S.S.I.A.D. et elle est orientée vers un autre
service (HAD, Association de Maintien À Domicile, Cabinet Infirmiers
libéraux….).
la demande relève bien des missions d’un S.S.I.A.D. et le service peut
intervenir rapidement.
la demande relève bien d’un S.S.I.A.D. et le service ne peut pas intervenir,
faute de places disponibles. Cette demande sera alors inscrite sur une liste
d’attente dont les priorités d’inclusion seront définies préalablement (date
de la demande – sortie d’hôpital - degré de dépendance - isolement). S’il y a
un contexte d’urgence, la demande sera réorientée vers d’autres services
infirmiers du secteur.
Dans tous les cas, l’admission ne sera effective :
qu’en possession de la prescription médicale,
qu’à la suite de l’élaboration du plan d’aide individualisé (Cf. point ci-dessus
relatif à la prise en charge).
LLeess ffrraaiiss ::
Le coût de ce service est pris en charge par les caisses d’assurance maladie sans
participation financière de l’assuré.
PO
OU
UR
RV
VO
OT
TR
RE
E IIN
NF
FO
OR
RM
MA
AT
TIIO
ON
N
LLee CCoom
miittéé ddee LLuuttttee ddeess IInnffeeccttiioonnss N
Noossooccoom
miiaalleess ::
Un Comité de Lutte contre les Infections Nosocomiales au sein du CHIC M-T
définit chaque année un programme d’actions en hygiène et des protocoles
appliqués par le S.S.I.A.D.
LLee CCoom
miittéé ddee LLuuttttee ccoonnttrree llaa D
Doouulleeuurr ::
Le CHIC M-T a mis en place un Comité de Lutte contre la Douleur. Des protocoles
autour de la prise en soin des personnes douloureuses sont mis en place.
6
D
Déém
maarrcchhee--Q
Quuaalliittéé ::
Le CHIC M-T s’est engagé dans une démarche continue de la Qualité pour les
personnes prises en charge par le S.S.I.A.D.
LLee ccoonnsseenntteem
meenntt ééccllaaiirréé aauuxx ssooiinnss pprrooddiigguuééss ::
Comme le prévoit le Code de la Santé Publique, et la Charte des Droits et Libertés
de la Personne Accueillie vous devez être informé(e) d’une façon claire et
compréhensible sur les soins qui vous seront proposés et donner votre
consentement pour qu’ils vous soient prodigués.
LL’’aaccccèèss aauu D
Doossssiieerr M
Mééddiiccaall ::
(cf. articles L. 1111-7 et R. 1111-2 à R. 1111-9 du Code de la Santé Publique)
Un dossier médical est constitué au sein de l’Etablissement. Il comporte toutes les
informations de santé vous concernant. Il est conservé pendant vingt ans à
compter de la date de votre dernier séjour ou de votre dernière consultation
externe.
Il vous est possible d’accéder à ces informations par demande écrite auprès du
Directeur de l’Etablissement. Elles peuvent vous être communiquées, soit
directement, soit par l’intermédiaire d’un médecin que vous choisissez librement.
Vous pouvez également consulter votre dossier sur place, avec ou sans
accompagnement d’un médecin. Cette consultation est gratuite. Si vous souhaitez
obtenir copie de tout ou partie des éléments de votre dossier, les frais, limités au
coût de reproduction et d’envoi, sont à votre charge.
Seul le tuteur, du vivant du résidant, peut faire la demande de consultation, à sa
place, par courrier, auprès du Directeur de l’établissement. Les ayant-droit
auront cette possibilité au décès de leur proche. Toutefois, ils peuvent demander
un rendez-vous auprès du responsable médical ou du cadre de santé pour toute
information concernant leur parent.
IInnffoorrm
maattiiqquuee eett lliibbeerrttééss ::
À l’occasion de votre séjour l’établissement dispose de moyens informatiques
destinés à gérer les dossiers des personnes accueillies. Les informations
enregistrées sont réservées à l’usage du service concerné et ne peuvent être
communiquées qu’à des personnes autorisées.
Conformément aux articles 39 et suivants de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978
modifiée en 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, toute
personne peut obtenir communication et, le cas échéant, rectification ou
suppression des informations inexactes la concernant.
7
LEE RREECCO
OU
UR
RS
SA
AU
UN
NE
E PPE
ER
RS
SO
ON
NN
NE
EQ
QU
UA
ALLIIF
FIIE
EE
E
Pour promouvoir l’autonomie, la protection des personnes et l’exercice de leur
citoyenneté la loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale
prévoit la mise en place dans chaque département d’une liste de « Personnes
qualifiées ».
Ces personnes interviennent sur demande de l'usager en cas de conflit,
impossibilité de défendre ses droits et intérêts auprès d’une maison de retraite
ou d’un service à domicile.
Les personnes qualifiées sont désignées par décision conjointe du Préfet, du
Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé (ARS) et du Président du
Conseil Général.
Une fois saisie, la personne qualifiée prend contact avec l’usager ou son
représentant légal et organise une rencontre. La personne qualifiée, doit, dans les
2 mois de sa saisine, informer le demandeur des démarches réalisées et le cas
échéant, des mesures qu’elle peut être amenée à suggérer et rendre compte à
l’Agence régionale de santé et au Conseil général.
Enfin, la personne qualifiée peut être amenée à contacter/informer le gestionnaire
de l’établissement ou le service concerné.
Monsieur Pierre BELEY a été désigné pour assurer cette fonction pour les
établissements et services pour personnes âgées du Lot et Garonne.
Les courriers destinés à cette personne sont à transmettre aux adresses
suivantes :
Département du Lot et Garonne
Direction du Développement Social
Hôtel du Département
47 922 AGEN CEDEX 9
Et
Agence Régionale de Santé d’Aquitaine
Délégation territoriale
du Lot-et-Garonne
108 boulevard Carnot – CS 30006
47 031 Agen Cedex
8
LEESS M
MO
OT
TIIF
FS
SD
D’IIN
NS
SA
AT
TIIS
SF
FA
AC
CT
TIIO
ON
N
Si vous estimez avoir à exprimer un mécontentement, vous pouvez adresser votre
courrier à :
Monsieur le Directeur
Centre Hospitalier de Marmande-Tonneins
B.P.311
47 207 MARMANDE Cedex
Le Directeur répond dans les meilleurs délais à toutes les lettres exprimant un
motif d’insatisfaction.
Vous pouvez également témoigner à tout instant des difficultés que vous
rencontrez.
Plusieurs interlocuteurs sont à votre écoute, notamment le médecin, l’infirmière
coordinatrice et l’équipe soignante.
9
CH
HA
AR
RT
TE
ED
DE
ES
SD
DR
RO
OIIT
TS
SE
ET
T LLIIB
BE
ER
RT
TE
ES
SD
DE
E LLA
A
PPE
ER
RS
SO
ON
NN
NE
EA
AC
CC
CU
UE
EIILLLLIIE
E
A
Arrttiiccllee 11eerr :: PPrriinncciippee ddee nnoonn--ddiissccrriim
miinnaattiioonn
Dans le respect des conditions particulières de prise en charge et
d'accompagnement, prévues par la loi, nul ne peut faire l'objet d'une
discrimination à raison de son origine, notamment ethnique ou sociale, de son
apparence physique, de ses caractéristiques génétiques, de son orientation
sexuelle, de son handicap, de son âge, de ses opinions et convictions, notamment
politiques ou religieuses, lors d'une prise en charge ou d'un accompagnement,
social ou médico-social.
A
Arrttiiccllee 22 :: D
Drrooiitt àà uunnee pprriissee eenn cchhaarrggee oouu àà uunn aaccccoom
mppaaggnneem
meenntt aaddaappttéé
La personne doit se voir proposer une prise en charge ou un accompagnement,
individualisé et le plus adapté possible à ses besoins, dans la continuité des
interventions.
A
Arrttiiccllee 33 :: D
Drrooiitt àà ll''iinnffoorrm
maattiioonn
La personne bénéficiaire de prestations ou de services a droit à une information
claire, compréhensible et adaptée sur la prise en charge et l'accompagnement
demandés ou dont elle bénéficie ainsi que sur ses droits et sur l'organisation et le
fonctionnement de l'établissement, du service ou de la forme de prise en charge
ou d'accompagnement. La personne doit également être informée sur les
associations d'usagers œuvrant dans le même domaine.
La personne a accès aux informations la concernant dans les conditions prévues
par la loi ou la réglementation. La communication de ces informations ou documents
par les personnes habilitées à les communiquer en vertu de la loi s'effectue avec
un accompagnement adapté de nature psychologique, médicale, thérapeutique ou
socio-éducative.
10
A
Arrttiiccllee 44 :: PPrriinncciippee dduu lliibbrree cchhooiixx,, dduu ccoonnsseenntteem
meenntt ééccllaaiirréé eett ddee llaa
ppaarrttiicciippaattiioonn ddee llaa ppeerrssoonnnnee
Dans le respect des dispositions légales, des décisions de justice ou des mesures
de protection judiciaire ainsi que des décisions d'orientation :
1° La personne dispose du libre choix entre les prestations adaptées qui lui
sont offertes soit dans le cadre d'un service à son domicile, soit dans le
cadre de son admission dans un établissement ou service, soit dans le cadre
de tout mode d'accompagnement ou de prise en charge ;
2° Le consentement éclairé de la personne doit être recherché en
l'informant, par tous les moyens adaptés à sa situation, des conditions et
conséquences de la prise en charge et de l'accompagnement et en veillant à sa
compréhension.
3° Le droit à la participation directe, ou avec l’aide de son représentant légal,
à la conception et à la mise en œuvre du projet d'accueil et
d'accompagnement qui la concerne lui est garanti.
Lorsque l'expression par la personne d'un choix ou d'un consentement éclairé
n'est pas possible en raison de son jeune âge, ce choix ou ce consentement est
exercé par la famille ou le représentant légal auprès de l'établissement, du
service ou dans le cadre des autres formes de prise en charge et
d'accompagnement. Ce choix ou ce consentement est également effectué par le
représentant légal lorsque l'état de la personne ne lui permet pas de l'exercer
directement. Pour ce qui concerne les prestations de soins délivrées par les
établissements ou services médico-sociaux, la personne bénéficie des conditions
d'expression et de représentation qui figurent au code de la santé publique.
La personne peut être accompagnée de la personne de son choix lors des
démarches nécessitées par la prise en charge ou l'accompagnement.
A
Arrttiiccllee 55 :: D
Drrooiitt àà llaa rreennoonncciiaattiioonn
La personne peut à tout moment renoncer par écrit aux prestations dont elle
bénéficie ou en demander le changement dans les conditions de capacités,
d'écoute et d'expression ainsi que de communication prévues par la présente
charte, dans le respect des décisions de justice ou mesures de protection
judiciaire, des décisions d'orientation et des procédures de révision existantes en
ces domaines.
11
A
Arrttiiccllee 66 :: D
Drrooiitt aauu rreessppeecctt ddeess lliieennss ffaam
miilliiaauuxx
La prise en charge ou l'accompagnement doit favoriser le maintien des liens
familiaux et tendre à éviter la séparation des familles ou des fratries prises en
charge, dans le respect des souhaits de la personne, de la nature de la prestation
dont elle bénéficie et des décisions de justice. En particulier, les établissements
et les services assurant l'accueil et la prise en charge ou l'accompagnement des
mineurs, des jeunes majeurs ou des personnes et familles en difficultés ou en
situation de détresse prennent, en relation avec les autorités publiques
compétentes et les autres intervenants, toute mesure utile à cette fin.
Dans le respect du projet d'accueil et d'accompagnement individualisé et du
souhait de la personne, la participation de la famille aux activités de la vie
quotidienne est favorisée.
A
Arrttiiccllee 77 :: D
Drrooiitt àà llaa pprrootteeccttiioonn
Il est garanti à la personne comme à ses représentants légaux et à sa famille, par
l'ensemble des personnels ou personnes réalisant une prise en charge ou un
accompagnement, le respect de la confidentialité des informations la concernant
dans le cadre des lois existantes.
Il lui est également garanti le droit à la protection, le droit à la sécurité, y compris
sanitaire et alimentaire, le droit à la santé et aux soins, le droit à un suivi médical
adapté.
A
Arrttiiccllee 88 :: D
Drrooiitt àà ll''aauuttoonnoom
miiee
Dans les limites définies dans le cadre de la réalisation de sa prise en charge ou de
son accompagnement et sous réserve des décisions de justice, des obligations
contractuelles ou liées à la prestation dont elle bénéficie et des mesures de
tutelle ou de curatelle renforcée, il est garanti à la personne la possibilité de
circuler librement. A cet égard, les relations avec la société, les visites dans
l'institution, à l'extérieur de celle-ci, sont favorisées.
Dans les mêmes limites et sous les mêmes réserves, la personne résidante peut,
pendant la durée de son séjour, conserver des biens, effets et objets personnels
et, lorsqu'elle est majeure, disposer de son patrimoine et de ses revenus.
12
A
Arrttiiccllee 99 :: PPrriinncciippee ddee pprréévveennttiioonn eett ddee ssoouuttiieenn
Les conséquences affectives et sociales qui peuvent résulter de la prise en charge
ou de l'accompagnement doivent être prises en considération. Il doit en être tenu
compte dans les objectifs individuels de prise en charge et d'accompagnement.
Le rôle des familles, des représentants légaux ou des proches qui entourent de
leurs soins la personne accueillie doit être facilité avec son accord par
l'institution, dans le respect du projet d'accueil et d'accompagnement
individualisé et des décisions de justice.
Les moments de fin de vie doivent faire l'objet de soins, d'assistance et de
soutien adaptés dans le respect des pratiques religieuses ou confessionnelles et
convictions tant de la personne que de ses proches ou représentants.
A
Arrttiiccllee 1100 :: D
Drrooiitt àà ll''eexxeerrcciiccee ddeess ddrrooiittss cciivviiqquueess aattttrriibbuuééss àà llaa ppeerrssoonnnnee
aaccccuueeiilllliiee
L'exercice effectif de la totalité des droits civiques attribués aux personnes
accueillies et des libertés individuelles est facilité par l'institution, qui prend à
cet effet toutes mesures utiles dans le respect, si nécessaire, des décisions de
justice.
A
Arrttiiccllee 1111 :: D
Drrooiitt àà llaa pprraattiiqquuee rreelliiggiieeuussee
Les conditions de la pratique religieuse, y compris la visite de représentants des
différentes confessions, doivent être facilitées, sans que celles-ci puissent faire
obstacle aux missions des établissements ou services. Les personnels et les
bénéficiaires s'obligent à un respect mutuel des croyances, convictions et
opinions. Ce droit à la pratique religieuse s'exerce dans le respect de la liberté
d'autrui et sous réserve que son exercice ne trouble pas le fonctionnement normal
des établissements et services.
A
Arrttiiccllee 1122 :: RReessppeecctt ddee llaa ddiiggnniittéé ddee llaa ppeerrssoonnnnee eett ddee ssoonn iinnttiim
miittéé
Le respect de la dignité et de l'intégrité de la personne est garanti.
Hors la nécessité exclusive et objective de la réalisation de la prise en charge ou
de l'accompagnement, le droit à l'intimité doit être préservé.
13
CH
HA
AR
RT
TE
ED
DE
EB
BIIE
EN
NT
TR
RA
AIIT
TA
AN
NC
CE
E
14
Numéros utiles
Numéros d’urgences :
SAMU
15 ou 112
Gendarmerie-Police
17
Pompiers
18
Aides ménagères et auxiliaires de vie :
ADMR
05 53 88 27 80
UNA confluent Gascogne
05 53 84 01 01
ALMA
3977
(Numéro national d’appel contre la maltraitance envers
les personnes âgées et les personnes handicapées)
ALMA 47
05 53 98 28 92
Association France Alzheimer
05 53 47 90 67
CLIC (Centre Local d’Information et de Coordination)
05 53 83 47 47
Centre médico-social
(Service Aide Personnalisée à l’Autonomie)
HAD 47
(Hospitalisation à Domicile)
HANDISSIAD
MAIA (Maison pour l’autonomie et l’Intégration
des malades Alzheimer)
05 53 84 17 50
05 53 66 61 47
05 53 84 81 75
05 53 89 76 54
Pôle SSIAD Développement / ESA
05 53 48 10 26
Réseau Aliénor
05 53 20 32 32
Réseau Palissy
09 79 63 86 54
SOS ESPOIR 47 (Service d’écoute anonyme par
05 53 66 47 47
téléphone)
Mise à jour JUIN 2014

Documents pareils