JÉSUS UN REGARD D`AMOUR Guy Gilbert Ed Points vivre Extrait p

Commentaires

Transcription

JÉSUS UN REGARD D`AMOUR Guy Gilbert Ed Points vivre Extrait p
JÉSUS UN REGARD D’AMOUR Guy Gilbert Ed Points vivre Extrait p. 104, 105 et 106 Ma vie en deux mots… Au quotidien je suis bouffé par des jeunes loubards cabossés et dont je dois, avec mon équipe, rassembler les morceaux épars. Leur misère est telle qu’elle les dévore. Leur manque affectif, psychique est énorme. Il me faut me donner à fond la caisse, m’appuyer sur mes vingt équipiers…et prendre la distance pour ne pas imploser ou exploser. Ma distance ? Le bréviaire chaque matin. Moment de plénitude. Prière de l’Eglise en union avec tous les consacrés du monde. Cœur à cœur aux dimensions du monde. Je repère une phrase qui me botte. Je l’inscris sur mon carnet de rendez‐vous. Visualisée, cette phrase me portera tout le jour. L’eucharistie, le plus grand moment de ma vie. Faire descendre dans mes mains nues l’Amour est la prière par excellence. Donc la force absolue. Comment le Christ résistera‐t‐il à la prière de celui qui lui confie sa pauvreté, ses manques, alors qu’il le tient dans ses mains ? Et puis une prière continuelle qui jaillit au fil des heures ! « Seigneur, pitié pour Patrick. Eclaire Kathy. Rends fort Yusuf. Donne à Jean le souffle de ton Amour. Apporte à Mohamed, qui est suicidaire en taule, ton espérance. Tu le peux. Moi pas. » Dans les moments durs ou joyeux, cette prière qui monte entretient un dialogue d’amour qui ne s’arrête jamais. Un dernier « Je t’aime, Seigneur » avant de roupiller, en me rappelant les visages de tous ceux et celles rencontrés durant le jour, et je sombre très vite dans le sommeil. Le Christ me soutient Tout dans mes journées, devrait me rendre insomniaque, stressé et en panne de moi‐même. Trop de cris de haine, de révolte et de désespérance envahissent ma vie ! Par téléphone, par courrier, par contact direct, m’arrive d’heure en heure, le cri de l’être blessé. Je ne puis répondre avec discernement et paix qu’avec l’aide du Christ, et la certitude de ma faiblesse. Répondre à tout appel, à toute réunion, à toute sollicitude est du ressort, non pas de notre générosité évangélique, mais d’un sournois détournement des forces du Mal qui se plaisent à nous disperser pour mieux nous affaiblir. Mais croire que donner un max de soi, avec en fond, le Seigneur agissant, servant, veillant au grain en faisant appel au serviteur inutile que je suis, donne la certitude de n’être jamais lâché… et toujours renforcé. « Je ne vous donnerai jamais tentations et tâches, même surhumaines, sans une aide quotidienne, précise, puissante. Demandez‐la. » Croire que le Christ a dit cela et en vivre, c’est voguer au‐dessus des tempêtes, allègrement, pacifié, porté par la houle la plus terrible soit‐elle, sans crainte, sans peur. …… 

Documents pareils