Parsifal incerto - compagnie ghislain roussel

Commentaires

Transcription

Parsifal incerto - compagnie ghislain roussel
CR é aT ION
www.lestheatres.lu
Parsifal Incerto
Théâtre musical en trois tableaux
Parsifal Incerto
Théâtre musical en trois tableaux
En italien, avec surtitres en français
création le 11 mai 2016 au Grand Théâtre // Luxembourg
Autre représentation le 13 mai 2016 au Grand Théâtre // Luxembourg
concept, livret et mise en scène
Stéphane Ghislain Roussel
composition et direction musicale
Viktor Ilieff
dramaturgie
Youness Anzane
scénographie & costumes
Accademia delle Belle Arti di Napoli
sous la direction de Tonino Di Ronza
lumière
David Debrinay
AVEC
Lucile Richardot contralto
Un enfant soprano
Luc Schiltz acteur
Une danseuse
Ensemble vocal: 2 Sopranos, 1 Mezzo, 1 Ténor, 1 Baryton & 1 Basse profonde
& L’Ensemble Lucilin
Production Les Théâtres de la Ville de Luxembourg
Coproduction Accademia delle Belle Arti di Napoli (en cours)
Avec le soutien de l’Institut Français de Naples
2
Note d’intention
Pensée comme un vaste hommage à la ville de Naples — cité aux traditions ancestrales et où
Wagner composa une partie de son Parsifal — la création Parsifal Incerto propose une réflexion
contemporaine sur l’engagement et la croyance, en interrogeant le sens que peuvent revêtir les
mots de salvateur et de pureté. Au prisme du religieux, de la politique et finalement de l’art, il
s’agit ici de redistribuer les cartes de la mythologie «parsifalienne» en proposant différentes
formes de rituels.
Organisée en trois tableaux qui s’encastrent l’un dans l’autre, l’action organisée comme une
cérémonie en transformation, montre différentes convictions où la dynamique entre individu
et collectif entre en jeu: tout d’abord, la ferveur chrétienne mais sa déviance conservatrice, dans
une deuxième séquence, le combat politique jusqu’à la dérive de l’individualisme, enfin le corps
comme une évidence radicale et le lieu de la liberté absolue.
Sur le plateau: un ensemble mixte de six chanteurs alternant tutti et soli; un enfant soprano;
un contralto androgyne qui interprète une transsexuelle (female to male); une danseuse; un
comédien dans le rôle de l’artiste; un ensemble de dix musiciens assurant les parties instrumentales et son chef.
En écho à la fusion des arts de Wagner, Parsifal Incerto entend réinterroger le concept
d’«œuvre d’art totale», où chaque discipline entre dans une véritable ronde des sens. Ainsi, à
la manière des expérimentations du début du XXème siècle, sur la symbolique des couleurs, la
lumière et la synesthésie, le dispositif évoluera comme une installation plastique où la musique,
le livret, l’image et le corps interagissent dans un contrepoint serré. La collaboration avec un
groupe de jeunes scénographes de l’Académie des Beaux-Arts de Naples permettant de poser un
regard neuf sur les traditions de leur cité et leurs représentations.
Stéphane Ghislain Roussel
3
SYNOPSIS
Le récit est organisé en trois périodes enchâssées.
1. San Gennaro
La première situation évoque la symbolique du sang et traite de la caducité de la cérémonie,
avec pour modèle l’ancestrale fête de San Gennaro à Naples. Depuis plusieurs siècles, à raison de
deux fois par an, la Cathédrale de Naples se fait le théâtre d’un étrange rituel: devant une foule
en liesse, le Cardinal exhibe des reliques du saint patron de la ville, Gennaro, une fiole contenant
le sang séché du martyr et la secoue. Miracle pour les uns, tricherie pour les autres, la cérémonie
de San Gennaro véhicule toutes sortes de superstitions. Si le miracle opère, le sang se liquéfie et
entre en ébullition, présageant de la paix et de la prospérité de la cité. Si par malheur la matière
reste inerte, le pire est à craindre pour la ville et ses habitants. Dans Parsifal Incerto, telle une
confirmation de l’érosion des croyances, le sang reste solide et la tension monte. Le miracle
n’opère pas malgré la pureté du chant d’un enfant.
2. Carbonari
La séquence suivante explore l’engagement politique en s’inspirant de la congrégation des
carbonaristes, mouvement initiatique et secret, proche de la franc-maçonnerie, à forte connotation politique, qui contribua à l’unification de l’Italie. Tandis que le débat teinté d’une utopie
salvatrice va crescendo, le groupuscule se déchire lorsque l’un des Carbonari trahit la cause et
prend le pouvoir.
3. Sollievo [soulagement]
La dernière séquence est un hymne au corps. Figure centrale, la transsexuelle (contralto)
retrace la trajectoire de la dépossession de l’être et la repossession du corps, comme signe absolu
de libération (et de redéfinition de l’identité). Dans cette quête de l’œuvre d’art totale, où tous les
sens se fondent pour parvenir à l’unité et la jouissance, le spectacle se conclue par un jeu — sorte
de ballet — aux rythmes sonores et aux couleurs du célèbre poème de Rimbaud Les voyelles,
comme symbole de la rédemption par l’art.
Tel un fil tendu de bout en bout de la dramaturgie, le personnage de l’artiste (rôle parlé) —
réinterprétation de la figure médiévale de l’artisan — fait de la scène un lieu en perpétuelle
transformation, où matières colorées et performances se mêlent pour créer une véritable
fresque vivante.
4
biographies
STÉPHANE GHISLAIN ROUSSEL
Concept, livret et mise en scène
Né à Charleroi en 1974, de nationalité belgoluxembourgeoise, Stéphane Ghislain Roussel a suivi
des études de violon et de musicologie au Conservatoire
de Luxembourg, au Conservatoire Royal de Musique
de Liège, à la Guildhall School of Music and Drama
de Londres et au CNR de Paris. Après l’obtention des
Premiers Prix de violon, de musique de chambre,
de solfège et d’histoire de la musique, il oriente ses
recherches sur les relations entre la musique et les
arts visuels au XXème siècle et travaille pendant de
nombreuses années comme chercheur et commissaire
d’expositions au Musée de la musique à Paris, au
Centre Georges Pompidou et au Musée du Louvre où
il est notamment co-programmateur d’un colloque
consacré à Richard Wagner. Auteur de nombreuses
publications ayant trait à l’interdisciplinarité artistique
et au concept d’œuvre d’art totale: L’Opéra au XXème
siècle, 2007; Encyclopédie Wagner, 2010, etc. il travaille
ensuite comme dramaturge, notamment pour Ingrid
von Wantoch Rekowski, et au Théâtre du Capitole de
Toulouse, où il est conseiller artistique du Directeur.
Il décide ensuite de s’engager complètement dans
la mise en scène et écrit sa première pièce Monocle,
portrait de S. von Harden, monologue inspiré d’un
célèbre tableau d’Otto Dix. Le spectacle bilingue, dont
il réalise également la mise en scène est accueilli
avec grand succès en novembre 2010 au TNL-Théâtre
National du Luxembourg et repris au Centre WallonieBruxelles (Paris), à Bordeaux, à la Volksbühne (Grüner
Salon) de Berlin, au Prager Theaterfestival Deutscher
Sprache de Prague, au Musée Otto Dix, au Centre
Pompidou — Metz, au Théâtre National Radu Stanca de
Sibiu, au Musée d’Orsay et au Théâtre de la Loge à Paris,
aux Ruhrfestspiele, à Bruxelles, en Russie, à Naples.
Le texte est paru en juin 2012 pour l’ouverture de la
maison d’édition Luxembourgeoise Hydre Éditions.
Pour le MUDAM-Musée d’Art Moderne Grand-Duc
Jean de Luxembourg, il crée en février 2012 AVc, le
petit théâtre sonore et privé de Rebecca von Stahl (in
memoriam Charlotte Moorman), un spectacle consacré
au mouvement Fluxus. AVc a depuis été repris à Berlin,
Essen, Strasbourg, Naples et Saint-Étienne et sera
présenté à New York en 2015. En février 2013, il crée
au TNL Golden Shower, spectacle sur la grandeur et la
décadence d’une diva à la télévision, puis au MUDAM
en juin 2013 Visual Music, concert synesthésique avec
récitant accompagné par l’Orchestre de Chambre de
Luxembourg. Il vient de créer en novembre 2013 au
Théâtre du Centaure à Luxembourg La parure, une
composition scénique d’après la nouvelle de Guy de
Maupassant, reprise à Paris et programmée en 20142015 à Berlin et Naples. L’opéra Parsifal Incerto (musique
de Viktor Ilieff) dont il écrit le livret sera créé dans sa
mise en scène en mai 2016 aux Théâtres de la Ville de
Luxembourg et à Naples. Stéphane Ghislain Roussel
est chargé de cours à l’Université d’Essen-Duisburg et
à la Folkwang Hochschule der Künste. Il est Directeur
artistique de la Compagnie Ghislain Roussel, établie à
Luxembourg, et vit entre Luxembourg et Berlin.
VIKTOR ILIEFF
Composition et direction musicale
Né en Bulgarie, Viktor Ilieff a étudié la clarinette
aux États-Unis (Oberlin College) avant de poursuivre
plus tard des études de direction d’orchestre à
l’Universität für Musik und Darstellende Kunst de
Vienne (classe de Leopold Hager), et de composition à
Graz dans la classe de Beat Furrer. Pendant ces années
viennoises il chante dans le Arnold Schönberg Chor
et fait ses débuts avec l’Orchestre philharmonique de
Plovdiv, l’un des plus célèbres orchestres bulgares. Il
a également assisté le chef d’orchestre britannique
Richard Hickox avec l’Orchestre symphonique de la
Radio de Vienne et a été engagé par le «Steirische
Herbst Festival» en Autriche. Viktor Ilieff est lauréat
de la bourse «Alban Berg» pour composition. Pendant
les années 2004-06, il a été directeur musical du
festival «Euroculture en Pays Gentiane», organisé
en Auvergne, où il a travaillé sur de nombreux
projets cross-arts. Viktor Ilieff a été chef d’orchestre
invité de l’Orchestre philharmonique de Iasi, en
Roumanie, et a dirigé récemment pour la première
fois l’Orchestre symphonique de la Radio nationale
roumaine, à Bucarest. Il a également remplacé Justus
Frantz à la tête de la Philharmonia des Nations
pendant son concert du Nouvel An 2011, à Paderborn,
en Allemagne, salué par Westfalen Blatt comme
«... brillant ... et exaltant». Vivant entre Berlin et la
Bulgarie, Viktor Ilieff fait des tournées en Allemagne
avec son orchestre de chambre «Sinfonietta Bulgaria»
et donne tous les ans de nombreux concerts,
familiarisant un vaste public avec la musique
contemporaine. La saison dernière, il a dirigé pour la
première fois l’Orchestre de chambre de Luxembourg
dans le projet synesthésique Visual Music de
5
Stéphane Ghislain Roussel, créé au MUDAM en juin
2013 et regroupant plusieurs de ses compositions. Il
vient de créér à l’Amphithéâtre antique de Plovdiv,
le spectacle Together réunissant des compositions
contemporaines interprétées par un orchestre
philharmonique et dansées par soixante enfants des
quartiers défavorisés de la ville.
L’Ensemble intervient également dans la création et
le travail direct avec les compositeurs, créant ainsi son
propre répertoire et ses projets liés aux commandes à
des compositeurs dont l’esthétique lui est proche (e.a.
Jean-Luc Fafchamps, Marcel Reuter, Michael Riessler,
Martin Matalon, Yan Maresz, Camille Kerger, ClausSteffen Mahnkopf, Toshio Hosokawa, Brice Pauset…).
Il est Conseiller musical pour la candidature de
Plovdiv comme Capitale Européenne de la Culture
2019. Parsifal Incerto sur lequel il collabore également
avec l’auteur et metteur en scène Stéphane Ghislain
Roussel, constitue son premier opéra.
Les enregistrements de l’Ensemble Lucilin sont
publiés sous le label Fuga Libera, à l’exception du
dernier CD, consacré au compositeur luxembourgeois
Alexander Müllenbach, distribué par le Centre National
de l’Audiovisuel.
UNITED INSTRUMENTS OF LUCI LIN
United Instruments of Lucilin est soutenu depuis sa
création par le ministère de la Culture Luxembourgeois.
Créé à l’automne 1999 par un groupe de musiciens
passionnés et engagés, LUCILIN est la première
formation de chambre luxembourgeoise se vouant
exclusivement à la diffusion et la création d’œuvres
du XXe et du XXIe siècle. Le noyau dur de musiciens
luxembourgeois (quatuor à cordes, piano, percussion,
saxophone) est rejoint à l’occasion par des musiciens
invités locaux ou étrangers selon la taille des projets.
LUCILIN est une plateforme de création rassemblant
interprètes, compositeurs et artistes de tous bords: de la
seconde école de Vienne aux minimalistes américains,
de Zappa à Lachenmann en passant par la nouvelle
génération et sans oublier les musiques improvisées ou
l’électronique, l’horizon esthétique de LUCILIN couvre
tout le champ de la création contemporaine, et s’ouvre
régulièrement aux croisements avec d’autres disciplines
artistiques.
Au-delà de l’interprétation et de la recherche
musicale, Lucilin met un accent particulier sur la mise
en scène et le volet didactique de ses concerts. Afin
de faciliter l’approche de la musique contemporaine,
Lucilin n’hésite pas à faire intervenir des
compositeurs qui introduisent eux-mêmes leurs pièces
lors des concerts ou à rechercher des collaborations
artistiques avec le théâtre, la danse, le cinéma ou
la peinture (parmi les exemples récents: le projet
pédagogique Tulles et les ombres avec pantomimes
et musique de Martin Matalon ou encore la création
du compositeur Pascal Schumacher et du typographe
Michel Welfringer CTRL Variations pour 7 musiciens,
haut-parleur et trois écrans vidéos).
6
parsifal incerto
Théâtre musical en trois tableaux
reNseigNemeNTs praTiQues
Production: Les Théâtres de la Ville de Luxembourg
Coproduction: Accademia delle Belle Arti di Napoli (en cours)
Avec le soutien de l’Institut Français de Naples
Parsifal Incerto est disponible en tournée à partir de mai 2016.
Spectacle en italien: surtitrage en français disponible sur demande
Ensemble musical composé de
Quatuor à cordes,
1 accordéon, 1 flûte (jouant aussi bien piccolo que alto),
1 clarinette (jouant aussi bien si bémol que basse),
1 trombone,
2 percussionnistes.
CONTACT
Sarah Bettendorff
Administratrice de production
Les Théâtres de la Ville de Luxembourg
1, Rond-point Schuman
L-2525 Luxembourg
Tél.: +352/47 96 39 51
E-mail: [email protected]
Les Théâtres de la Ville
de Luxembourg
1, Rond-point Schuman
L-2525 Luxembourg
www.lestheatres.lu

Documents pareils

Parsifal Incerto opéra en trois tableaux

Parsifal Incerto opéra en trois tableaux célèbres orchestres bulgares. Il a également assisté le chef d'orchestre britannique Richard Hickox avec l'Orchestre symphonique de la Radio de Vienne et a été engagé par le « Steirische Herbst Fes...

Plus en détail

La Parure - compagnie ghislain roussel

La Parure - compagnie ghislain roussel Bordeaux, à la Volksbühne (Grüner Salon) de Berlin, au Prager Theaterfestival Deutscher Sprache de Prague, au Musée Otto Dix, au Centre Pompidou – Metz, au Théâtre National Radu Stanca de Sibiu, au...

Plus en détail